Version classiqueVersion mobile

Au cœur des débats

 | 
Marie-Hélène Parizeau
, 
Jean-Pierre Le Goff

Deuxième partie. Peut-on corriger le système ?

Chapitre 10. Entre l’innovation et le déclin : l’économie québécoise à la croisée des chemins

Jacques Parizeau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mes premiers pas dans une longue vie professionnelle, souvent d’ailleurs marquée d’incidents de parcours, je les ai posés, comme tant d’autres de ma génération, dans le cadre de l’analyse keynésienne et celui de la sécurité sociale de Beveridge. Traumatisée par la grande crise des années 1930, dans l’attente d’une nouvelle dépression qui suivrait, croyait-on, la fin de la Deuxième Guerre, une génération va être dominée par trois idées : la première, c’est que le plein-emploi ne se produit pas tout seul ; l’État, par ses dépenses, ses impôts et sa monnaie, assume la responsabilité de la prospérité. La deuxième, c’est qu’il doit protéger les citoyens contre les aléas de l’existence et assurer l’égalité des chances. L’exercice de cette deuxième idée maîtresse facilite, d’ailleurs, l’atteinte de la première. Enfin, en vertu de la troisième, on cherche, par le libre-échange, à faire redémarrer le commerce international, que la crise et la guerre ont saccagé.

La seule perspective possible ...

Auteur

Titulaire d’une licence en sciences commerciales de HEC, puis poursuit ses études à Paris, ensuite à Londres où il obtient un Ph. D. en sciences économiques à la London School of Economics. Il devient alors professeur à l’École des hautes études commerciales à Montréal et le restera jusqu’en 1989. À HEC, Jacques Parizeau assume la direction de la revue L’Actualité économique de 1955 à 1961 et celle de la revue Économie appliquée de 1973 à 1976.
Sa carrière d’universitaire est interrompue à plusieurs reprises. Au cours des années 1960, il est conseiller économique des premiers ministres Lesage et Johnson. Il est associé à plusieurs des réalisations de la Révolution tranquille (nationalisation de l’électricité, création du plan de pension) et, notamment, la création de la Caisse de dépôt et placement du Québec qui marque l’intervention de l’État dans l’économie.
Élu député du Parti Québécois en 1976, il est nommé ministre des Finances et du Revenu, poste qu’il occupe au moment du premier référendum sur la souveraineté-association du Québec et jusqu’en 1984. Il revient à HEC en 1984 à la suite de son différend politique avec René Lévesque qui met en veilleuse le projet d’un Québec souverain avec le « beau risque ». Plus tard, en 1988, il prend la direction du Parti Québécois et devient, en 1989, le chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale. Il est élu en 1994 premier ministre du Québec et, en 1995, lance le deuxième référendum sur la souveraineté du Québec qui échoue de peu, le non l’emportant avec 50,6 % des voix. Il se retire alors de la vie politique active.
Il a publié en 1997 Pour un Québec souverain, et en 2009 La souveraineté du Québec. Hier, aujourd’hui et demain, traduit également en anglais. Il est Commandeur de la Légion d’honneur en France et il a été nommé Grand Officier de l’Ordre national du Québec.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search