Version classiqueVersion mobile

Guy Rocher

 | 
Violaine Lemay
, 
Karim Benyekhlef

Deuxième partie. Le politique

10. Guy Rocher et la jeunesse : l’inspiration au-delà des frontières

Benjamin Prud’homme, Sophie Gagnon et Samuel Blouin

Texte intégral

Pour porter efficacement secours aux valeurs sociales menacées, il faut d’abord comprendre les phénomènes qui les menacent. Pareil objectif suppose le deuil des certitudes rassurantes […] et commande de repartir à tâtons vers la construction d’une nouvelle représentation du monde.
Violaine Lemay
Autorité contractuelle, mouvance internationale et interdisciplinaire

Révolutionnaire et tranquille

Révolutionnaire et tranquille

Œuvre spécialement réalisée pour cet ouvrage par Maya Pankalla

  • 1 Benjamin Prud’homme est un avocat (Robinson, Sheppard, Shapiro) récemment diplômé de la Faculté de (...)

1Il est toujours intimidant et angoissant d’écrire sur l’œuvre – qu’elle soit littéraire, politique ou autre – de personnes admirées et admirables1. Cette difficulté est décuplée lorsque cette personne s’est démarquée dans plusieurs sphères de la vie publique au sein desquelles elle a tour à tour dépassé et redéfini les frontières du possible. C’est exactement la tâche et l’honneur qui incombent à ceux et celles qui écrivent sur Guy Rocher.

2La taille du défi appelle alors un exercice de réflexivité accrue. En premier lieu, pourquoi trois jeunes engagés sont-ils appelés à offrir leurs témoignages dans cet ouvrage ? À cet égard, les profils des auteurs de ce texte sont à la fois complètement différents et foncièrement semblables. Ils sont différents en ce qu’ils s’inscrivent dans des champs disciplinaires variés, dans des formes d’engagement allant de l’activité politique partisane à la pédagogie et, surtout, dans des appartenances idéologiques distinctes. Ils sont par ailleurs semblables en ce qu’ils se rejoignent autour d’une même passion pour l’effort militant et dans un même engagement pour l’édification d’une culture citoyenne égalitaire et démocratique. Ce sont cette passion pour la vie militante et cet engagement pour la justice qui nous rassemblent autour de Guy Rocher ; c’est donc sur l’engagement de l’homme qu’il fallait écrire.

3Cette première question mène à une seconde question : comment rendre fidèlement compte d’un engagement si majeur qu’il en marque profondément le Québec d’hier, d’aujourd’hui et de demain ? L’hommage acritique n’était pas une option ; il n’aurait pas été fidèle aux rêves si différents que chacun de nous cultive. La simple description montrait elle aussi peu d’utilité ; l’œuvre de Guy Rocher est connue et son influence, documentée. Le consensus s’est finalement forgé autour de deux questions qui nous unissaient : comment et pourquoi Guy Rocher peut-il inspirer l’action militante des jeunes Québécois d’aujourd’hui ?

4La réponse à cette question s’est graduellement révélée dans les recherches que nous avons menées sur les vies politique et universitaire de Guy Rocher. Si la liste de ses engagements correspond souvent à l’écriture de l’histoire du Québec, l’inspiration qu’il nous offre dépasse les conséquences de ses actions. Cette inspiration ne se trouve pas non plus dans un corpus de valeurs, d’idées et d’opinions, mais davantage dans une nouvelle façon – réfléchie mais passionnée – d’être militant. Guy Rocher a été et continue d’être un savant remarquable dont les écrits, outre leur qualité scientifique, se démarquent par leur pertinence et par leur ancrage dans le contexte social. Il a également été et continue d’être un citoyen dont l’engagement politique se démarque par son inscription dans une logique de réflexion et d’ouverture au monde universitaire comme porteur de solutions. Bref, la thèse est la suivante : Guy Rocher n’a jamais confondu le savant et le politique en lui, mais il a su constamment les réconcilier ; l’un a toujours servi et alimenté l’autre par un dialogue porteur, offrant un modèle de militance réfléchie. En cela, Guy Rocher représente une inspiration pour les jeunes Québécois engagés, sans égard à leur appartenance idéologique.

5Cette thèse sera démontrée par la mobilisation de trois engagements de Guy Rocher : d’abord son implication au sein de la vie politique, à travers les travaux de la commission Parent et ses plus récentes prises de position quant à la laïcisation du Québec ; ensuite, son engagement et sa passion pour la sociologie, à titre de chercheur ; finalement, la façon dont il a redéfini et cultivé une vision engagée de l’enseignement universitaire.

Dans l’arène politique

6En filigrane de l’enseignant, du sociologue et de l’universitaire, Guy Rocher l’« être-citoyen » a été l’un des grands artisans du Québec qui s’est défini lors de la Révolution tranquille du siècle dernier. Si bien des militants et des politiciens ont participé à la construction du Québec moderne, peu l’auront fait à la manière de Guy Rocher : révolutionnaire et tranquille, son engagement politique se caractérise par la recherche réfléchie de solutions concrètes assurant le développement d’un Québec égalitaire et démocratique. Dans la prochaine section, nous verrons comment Guy Rocher, grâce à son action politique en matière d’éducation et de laïcisation, constitue un modèle d’engagement social innovateur par l’instauration de dialogues fructueux entre l’État, la société civile et le monde savant, et à la place accordée à la démocratie comme valeur centrale de son engagement citoyen.

Du dialogue comme fondement de politiques démocratiques

7Dans la foulée de la réflexion sur l’organisation et la place de l’État québécois dans les années 1960, le gouvernement Lesage mit sur pied une commission royale d’enquête – mieux connue sous l’appellation « commission Parent » – dont le vaste mandat était d’étudier l’organisation et le financement de l’enseignement au Québec. Nombre de recommandations issues de cette commission façonnent encore aujourd’hui le système d’éducation québécois ; songeons, notamment, au réseau des universités du Québec, aux cégeps et à la scolarisation obligatoire jusqu’à l’âge de seize ans.

8Cependant, au-delà de ces créations historiques, c’est le modèle d’engagement politique offert par la commission Parent qui, selon nous, fournit à notre génération l’inspiration d’une implication citoyenne mature et réfléchie. Loin d’être d’ivoire, la tour des commissaires s’est ouverte sur le monde par la création et le maintien d’un dialogue constant entre la société civile et le gouvernement du Québec. La commission Parent a ainsi pu traduire les besoins identifiés par les citoyens en solutions concrètes, dont elle a soutenu l’instrumentalisation en politiques publiques au fil de ses travaux. Elle a ainsi suggéré et participé à la création du ministère de l’Éducation et du Conseil supérieur de l’éducation, lesquels allaient permettre la mise en place des recommandations de la commission. Ce dialogue constant et ouvert entre la commission Parent et ses deux interlocuteurs – la société civile et le gouvernement du Québec – a été gage de succès pour cette entreprise. La commission Parent a également participé à la création d’un modèle législatif fondé sur l’importance d’une réflexion soutenue et à l’instauration d’un dialogue sincère avec les acteurs sociaux concernés par ces projets.

9De plus, les recommandations issues du Rapport Parent émanaient elles aussi d’une valeur traversant l’œuvre politique de Guy Rocher : la démocratie. L’accessibilité de l’éducation, la qualité de l’enseignement et l’uniformisation de son administration apparaissent ainsi guidées par le souci de construire et de fortifier un système scolaire qui soit à la fois le créateur et le fruit d’une démocratie florissante. En assurant à tous – filles et garçons, catholiques et protestants, francophones et anglophones – un enseignement polyvalent et accessible, Guy Rocher faisait de l’éducation un outil de mobilisation au service d’un objectif citoyen ultime, l’égalité sociale.

10Ainsi, par son fonctionnement et par ses recommandations, la commission Parent nous est apparue guidée par une valeur phare, la démocratie, et organisée autour d’un axe central, la réflexion. Abstraction faite de la concrétisation ou non des recommandations des commissaires, le processus consultatif que ces derniers ont mis en place et les objectifs démocratiques sur lesquels ils ont grandement insisté fournissent un modèle de processus législatif souhaitable pour l’adoption de politiques publiques contemporaines.

11Plus récemment, Guy Rocher a investi le débat portant sur la gestion du religieux dans la sphère publique. À l’époque des accommodements raisonnables, des droits de la personne et de la mobilité internationale, de nombreux intellectuels se sont prononcés sur les différentes avenues politiques et juridiques qu’ils souhaitaient pour le Québec. Guy Rocher, quant à lui, se fait publiquement le défenseur d’un État laïc duquel tout signe religieux est évacué ; ce qu’il nomme la « laïcité tout court ». À l’inverse des penseurs du multiculturalisme, les tenants de la « laïcité tout court » prônent une sphère publique exempte de signes religieux, qu’ils se trouvent dans ses institutions ou qu’ils soient portés par des employés de la fonction publique.

12Au cœur d’un débat auquel les ramifications historiques, culturelles et sociales profondes confèrent une complexité émotionnelle et politique certaine, le modèle d’engagement de Guy Rocher mérite ici encore notre attention. Plutôt que la position défendue par Guy Rocher, ce sont la façon dont ce dernier s’est mêlé au débat et les objectifs qui l’y ont poussé qui nous interpellent. À l’instar de son engagement en matière d’éducation, Guy Rocher a fait preuve, dans le débat sur la gestion du religieux dans la sphère publique, d’un cheminement intellectuel et citoyen centré sur le dialogue entre société civile, État et milieu universitaire en vue du règlement pacifique et démocratique d’enjeux qui bouleversent profondément le Québec. À nouveau, Guy Rocher, au-delà des seules frontières idéologiques, est une inspiration par sa capacité de s’engager dans un processus de militance réfléchi et fondé sur un projet démocratique.

13Ce n’est nullement un hasard si trois jeunes aux rêves politiques distincts partagent le même modèle d’engagement politique. Au-delà des enjeux dont il s’est saisi et sans égard aux convictions politiques qu’il embrasse, Guy Rocher a su être l’artisan d’une œuvre politique dont la toile de fond peut accueillir n’importe quel tableau : la conception de politiques publiques fondées sur des observations scientifiques interdisciplinaires au service de la santé démocratique de la société.

La science comme passion

  • 2 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2003, p. 117.

14Guy Rocher parvient également à joindre, sans les confondre, politique et science grâce à sa passion pour la discipline sociologique. En abordant le thème de la passion, on pourrait être porté à croire que nous oublions le titre de la partie du livre dans laquelle s’insère notre texte « Le politique ». Ce n’est pourtant pas le cas. Nous proposons ici d’élargir notre acception de l’expression « politique ». Pour ce faire, se référer à l’une des influences théoriques majeures de Rocher, Weber en l’occurrence, nous apparaît pertinent. Assez simplement, Weber définit la politique comme englobant « tout type d’activité conduite de façon autonome2 ». En ce sens, et nous ne croyons pas ainsi dénaturer la pensée de Weber, nous pouvons comprendre la politique comme engagement, peu importe l’objet de celui-ci. Dès lors, comment la passion de Rocher peut-elle nous permettre d’en dire davantage sur son engagement ?

  • 3 Claude Beauchamp et Madeleine Gauthier, « Présentation du texte de Guy Rocher “L’idéologie du chan (...)

15En plus d’un engagement dans l’enseignement et la politique, Rocher a su faire preuve d’un engagement disciplinaire que nous commencerons par caractériser. Cet engagement se traduit par une passion pour la sociologie qui l’accompagne et le constitue, tout en traversant les différentes formes que revêt son engagement. En politique, Rocher n’a jamais quitté la discipline qui l’animait : la sociologie. Effectivement, plutôt que de quitter sa discipline lorsqu’il s’engageait, Rocher la mobilisait et la mettait en œuvre d’une façon incomparable. Son engagement a d’ailleurs « fait de lui à la fois un scientifique profondément ancré dans son milieu qu’il cherchait à comprendre avec les outils de la sociologie et un citoyen éclairé par la perspective que lui offrait la même discipline3 ». Du côté de l’enseignement, il va sans dire que la passion de Rocher a inspiré l’entièreté de sa carrière de professeur, en commençant par la rédaction de l’Introduction à la sociologie générale, véritable legs à tous les étudiants intéressés par la sociologie. L’engagement disciplinaire de Rocher nous semble ainsi soutenir l’ensemble de son œuvre.

  • 4 Peter L. Berger, Invitation à la sociologie, Paris, La Découverte, 2006 [1963], p. 57.
  • 5 Ibid., p. 54.
  • 6 Max Weber, op. cit., p. 101-102.

16« La sociologie est plutôt une passion4. » Voilà ce qui résume assez bien cet aspect de l’engagement disciplinaire de Rocher que nous retenons. Alors que Berger le suggère dans son Invitation à la sociologie, Guy Rocher nous en offre une démonstration, pas la moindre d’ailleurs. Et selon Berger, la passion pour cette discipline ne permet pas forcément un regard neuf sur l’inconnu, mais surtout et d’abord sur le monde qui nous est familier. Et qu’est-ce qui est le plus familier à Rocher sinon le Québec ? C’est notamment par et grâce à la « magie de la sociologie5 » que Rocher est parvenu à proposer les réformes qu’il a menées en politique québécoise. À une époque où les réformes qu’il proposait n’allaient pas nécessairement de soi, Rocher a su, par sa passion pour la discipline sociologique qui ne le quittait pas, voir des changements opportuns. Ses assises disciplinaires ne l’ont toutefois pas empêché de prendre position sur différentes questions au cours des années : avenir du Québec, éducation, laïcité, etc. Justement, sa passion pour la sociologie lui a permis d’éclairer ses positions en pensant les moyens permettant d’atteindre des fins qu’il jugeait idéales6. Sa passion pour la sociologie l’a même prévenu d’inféoder la discipline à la politique. Même si la sociologie pouvait éclairer son action politique, son engagement disciplinaire le poussait à préserver le souci de rigueur de la sociologie comme science. Nous proposons ainsi de retenir de l’engagement de Rocher une passion pour sa discipline qui lui a permis une action réfléchie, voire révélatrice, sur le Québec. Cette action politique a par ailleurs renforcé le rôle et la visibilité de la discipline, en plus de démontrer la compatibilité entre la science et l’engagement politique, et ce, par une passion disciplinaire.

  • 7 Ibid., p. 75.
  • 8 Ibid., p. 77-78.

17Avant d’aborder l’apport de Rocher en matière d’interdisciplinarité, il convient de souligner comment l’engagement disciplinaire en tant que passion s’exprime, et ce, quelle que soit la discipline concernée. Au sujet de la nécessaire passion dans la pratique de la sociologie que nous évoquions, Berger rejoint Weber et son idée de science comme « vocation intérieure7 ». Pour Weber, la passion n’est pas propre à la sociologie, mais bien à la science. En ce sens, on ne peut nier que Guy Rocher ait fait preuve de cette passion dans sa discipline, la sociologie, comme dans l’étude des théories du droit. La passion, bien que condition nécessaire, ne peut cependant suffire quand il s’agit de développer des idées. Selon Weber, l’idée naît de la combinaison passion et travail8. En ce qui a trait à l’engagement disciplinaire, voilà bien selon nous matière à inspiration pour tous les jeunes désireux de contribuer à l’édification d’un Québec démocratique et égalitaire. Rocher, au cours de sa longue et riche carrière, aura certes su démontrer qu’il ne manquait pas d’idées, mais surtout, qu’elles étaient motivées par une passion disciplinaire et un travail acharné. Il nous semble donc que la passion et le travail participent de l’inspiration, tout comme les idées motivent la passion et le travail. De cette relation d’influence réciproque émergerait cet engagement disciplinaire caractérisant la carrière de Guy Rocher. Que les jeunes engagés retiennent le rôle joué par la passion et le travail n’implique pas la nécessité d’un travail harassant, voire envahissant, mais bien un travail dans lequel l’on a envie de plonger de toute la passion qui nous anime. L’amour d’une discipline, peu importe laquelle, nous apparaît motiver les plus grandes réalisations, tant en recherche qu’en politique ou en enseignement. Dans le cas de Rocher, ses idées sur le Québec et sa discipline ont suscité chez lui l’engagement qu’on lui connaît, engagement qui n’aurait probablement pas été possible, ou du moins qui n’aurait pas été aussi marquant, sans sa passion pour la sociologie.

18Plus largement, il nous semble plausible que cette passion ait permis à Rocher de transcender les frontières disciplinaires en établissant des ponts entre sociologie et droit. Soucieux de l’avancement de la science de façon générale et des idées auxquelles il croyait, Rocher n’hésitera pas à collaborer avec les représentants d’autres disciplines. Par là, Guy Rocher a certainement contribué à une interdisciplinarité harmonieuse. La passion commune des chercheurs pour la connaissance a ainsi assurément contribué à rendre possible ce dépassement des frontières disciplinaires. Inviter les jeunes à suivre l’exemple de l’expression d’une telle passion ne peut qu’être bénéfique pour le dialogue interdisciplinaire, souvent confronté à des domaines de la connaissance s’arrogeant des objets d’étude, faisant ainsi avorter des occasions de rencontres qui auraient pu contribuer de façon significative au développement de la science et d’idées chères à des chercheurs engagés.

19Par ailleurs, l’engagement disciplinaire de Rocher, en plus de lui avoir permis de traverser les frontières disciplinaires, l’a incité à reconnaître une pluralité de conceptions au sein de la sociologie et à transmettre son savoir aux jeunes générations. L’Introduction à la sociologie générale, ouvrage l’ayant fait connaître dans le monde entier, illustre un engagement véritablement disciplinaire, au sens où il vise l’inclusion d’une diversité de perspectives plutôt que l’exclusion. Effectivement, Rocher ne s’est pas limité à présenter une seule perspective dans cet ouvrage, mais bien à faire état de la discipline. Il serait inutile toutefois de nier que les préférences de Rocher transparaissent dans ce manuel. Qu’il ait été l’étudiant de Parsons a marqué sa conception de la sociologie, ce qu’on ne saurait lui reprocher. La perspective parsonienne empruntée par Rocher a d’ailleurs inspiré l’un des auteurs de ce texte dans la rédaction d’un article d’une revue étudiante sur la façon d’appréhender certaines « crises » que traverse la société québécoise. Rocher sera probablement heureux d’apprendre que cette approche suscite encore un intérêt chez les étudiants en sociologie pour aborder des questions portant sur la société québécoise. Nous retenons donc que la passion de Rocher pour la sociologie transparaissant dans son manuel a permis d’attirer des étudiants à la discipline, tout en les incitant à s’interroger sur des enjeux québécois.

  • 9 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, Québec, Hurtubise HMH, 1992 [1969], p. 635.

20En somme, il nous semble impossible de dissocier Guy Rocher et sociologie, Rocher et passion, ainsi que sociologie et passion. Les jeunes engagés politiquement, au sens large, peuvent sans conteste retenir de l’œuvre de Guy Rocher le rôle que peut jouer une véritable passion dans le développement de la science, tout comme elle peut intervenir dans le déploiement d’une perspective scientifique sur des questions politiques. Le fait de n’avoir jamais délaissé la sociologie a permis à Rocher de maintenir des positions nuancées traversant disciplines et générations. Ce souci de la nuance et de la responsabilité de l’engagement dans le débat public représente un autre enseignement du « professeur aguerri » que le jeune scientifique engagé a tout avantage à retenir : « [L]e sociologue est au moins partiellement responsable de l’usage qu’on fait de sa science9. »

La fructueuse conciliation du savant et du politique

21L’engagement politique du professeur au sein de la vie universitaire demeure une facette souvent occultée du militantisme tranquille de Guy Rocher. Il en est de même pour sa capacité à mobiliser sa position sociale de chercheur au profit des valeurs auxquelles il adhère. Dans l’un de ses récents écrits, Guy Rocher présente lui-même cette conception du rôle d’enseignant et de savant comme occasion de changement social :

  • 10 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen », dans Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), (...)

Une grande partie de ce que j’appelle ma pratique de l’action s’est réalisée dans l’enseignement de la sociologie. Le milieu universitaire a interpellé le citoyen comme le lieu où je pouvais, où je devais contribuer à des changements sociaux, dans l’université québécoise elle-même dont le statut et le développement me tiennent à cœur depuis plus de cinquante ans, et par l’université et les occasions qu’elle me donnait de participer comme citoyensociologue à des interventions diverses dans la société canadienne, et peut-être surtout dans la société québécoise10.

  • 11 Ibid., p. 13.
  • 12 Ibid.

22Cette conception de l’enseignement universitaire comme occasion d’engagement social et de pouvoir de changement politique marque la pensée de Guy Rocher pour qui la sociologie n’a jamais été déconnectée de l’action11. La sociologie devient plutôt le terrain de l’acquisition de connaissances et de leur diffusion au profit de l’avancement de la discipline, certes, mais également de la construction d’une société plus juste et démocratique. C’est, à nouveau, le savant et le politique qui, sans s’entremêler, s’alimentent l’un et l’autre pour offrir un savoir utile, mobilisable et mobilisant, et un militantisme réfléchi davantage séducteur pour la population universitaire. C’est aussi à travers ce type d’engagement qu’il devient évident que le « sociologue-citoyen12 » est pleinement conscient de la pluralité des arènes décisionnelles et du besoin d’investir l’arène universitaire pour que soient adoptées certaines idées maîtresses de sa pensée quant à l’avenir du Québec.

  • 13 Sur les difficultés propres aux rapports interdisciplinaires, voir Violaine Lemay, « La propension (...)

23Sa présence au sein du Département de sociologie, duquel il a été directeur, et au sein de la Faculté de droit, au Centre de recherche en droit public, n’est pas sans doute pas étrangère à cette façon de concevoir le monde universitaire comme terrain de savoirs, mais également comme véhicule de changements sociaux. Par ce parcours de part et d’autre des frontières disciplinaires, Guy Rocher a pu à la fois être lu des sociologues et des juristes. Si l’attention qu’il attire au sein des facultés de sociologie est moins surprenante en raison de son parcours bien ancré dans cette discipline et de sa renommée mondiale en ce domaine, son influence auprès de juristes de plusieurs générations mérite d’être mentionnée. En effet, ce n’est pas chose aisée que d’entrer dans une faculté de droit pour y prêcher une approche différente et critique basée sur des méthodes et des paradigmes scientifiques étrangers aux juristes13.

  • 14 Violaine Lemay et Benjamin Prud’homme, « Former l’apprenti juriste à une approche réflexive, criti (...)

24Le dépassement de cette première difficulté devait mener à une seconde difficulté ; une fois les portes de la faculté de droit franchies, encore fallait-il faire connaître et respecter la valeur et la nécessité d’un savoir sociologique sur le droit, jusqu’alors marginal. Cet obstacle s’avérait d’autant plus ardu que cette nouvelle perspective critique s’oppose aux canons positivistes enseignés en faculté de droit selon lesquels le droit ne correspond, en fait, qu’au droit de l’État14. Ce nouveau type de savoir, où le droit ne correspond qu’à un ordre juridique parmi d’autres plutôt qu’au seul outil coercitif légitime, allait nécessairement en choquer plus d’un. Il fallait un intellectuel rigoureux et respecté, d’une part, et prêt à justifier et convaincre du bien-fondé de son apport, d’autre part, pour permettre une telle ouverture interdisciplinaire sur l’observation du droit. À nouveau, Guy Rocher se sera montré à la hauteur de cette tâche, puisque ses travaux sur le droit ont été très bien reçus et qu’ils constituent, encore aujourd’hui, une référence pour les sociologues autant que pour les juristes.

  • 15 Violaine Lemay, Samia Amor, Benjamin Prud’homme et Takwa Souissi, « L’interdisciplinarité comme in (...)
  • 16 À ce sujet, voir l’excellent article de Guy Rocher, « L’effectivité du droit », dans Andrée Lajoie(...)

25Ce rôle de premier plan occupé par Guy Rocher dans la recherche sur le droit, si elle peut paraître loin du propos de ce texte, y est pourtant profondément lié. Les valeurs démocratiques et égalitaires si chères à Guy Rocher sont enchâssées dans plusieurs instruments juridiques formels (chartes, constitution, lois, etc.). La protection juridique offerte à ces droits fondamentaux n’amène pourtant pas d’elle-même les résultats attendus et le simple fait de se doter d’instruments protecteurs suffit rarement à voir se traduire dans les pratiques sociales le respect de ces normes nouvelles15, ce dont l’éminent sociologue du droit était pleinement conscient16. Sa présence au sein de la faculté de droit aura ainsi permis la formation de nombreux étudiants, dont plusieurs sont aujourd’hui professeurs et qui, provenant de la sphère du droit, se seront formés à la sociologie et sensibilisés à l’importance de sa valeur à titre de discipline, mais également d’outil de justice sociale. C’est une nouvelle sensibilité aux faits sociaux et au monde empirique qui s’installe, peu à peu, et fait naître au sein des facultés de droit des courants théoriques critiques et interdisciplinaires bénéfiques à la discipline du droit.

  • 17 Jean-Guy Belley, « Un regard sociologique et laïc sur le droit », dans Céline Saint-Pierre et Jean (...)

26Au-delà de cette sociologie du dévoilement, où le sociologue montre à ses collègues et aux juristes les écarts entre l’objectif d’une norme et sa traduction dans la réalité sociale, Guy Rocher a surtout été l’instigateur d’une façon nouvelle, sociologique et laïque17, de porter un regard sur le droit. Ses recherches sur les réformes en justice et en santé, sur la gouvernance et sur la légitimité du droit, notamment, ont permis d’élargir et d’enrichir les cadres théoriques de la sociologie et de la théorie du droit. L’engagement de Guy Rocher, le professeur, prépare ainsi le chemin pour la floraison d’un corpus de connaissances imposant qui alimentera les intellectuels des deux côtés des frontières disciplinaires qu’il traverse lui-même régulièrement.

27À cet engagement de l’universitaire dans la production de connaissances nouvelles et interdisciplinaires s’ajoute celui de l’enseignant pour ses élèves :

  • 18 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen », dans Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), (...)

J’ai vécu la transmission des outils de l’analyse sociologique par l’enseignement à chaque nouvelle génération d’étudiantes et d’étudiants qui se présentaient dans nos salles de cours comme la « profession-vocation » qui me convenait le mieux18.

28Cette passion pour l’enseignement lui a notamment permis de rejoindre des publics de sociologues et de juristes. Pour de nombreux sociologues de plusieurs générations, Guy Rocher a fait figure de premier contact avec une nouvelle discipline, qu’il a contribué à faire connaître d’abord et rayonner ensuite, par le biais de ses cours d’introduction à la sociologie. Dans un second temps, il a initié des milliers de juristes, au baccalauréat et aux études supérieures, à la sociologie du droit et aux sciences empiriques.

29Au cours des dernières années, Guy Rocher s’opposa également à une culture entrepreneuriale ou corporatiste de l’université, qui s’insère au sein d’une « économie du savoir » mondialisée et a pour conséquence une diminution de l’importance accordée à la qualité de l’enseignement :

  • 19 Louis Dumont, Guy Rocher et Michel Seymour, « Droits de scolarité. Le modèle québécois n’a rien d’ (...)

La production des diplômes devient alors un indice de productivité. […] Ce corporatisme est très souvent un point aveugle dans nos réflexions sur l’université. Et lorsque les objectifs productivistes prennent le pas sur la qualité de l’enseignement […], l’Université se dérobe à la tâche de préparer les étudiants à jouer un rôle critique dans leurs sphères respectives19.

30Cette autre forme de militance s’inspire à la fois du chercheur, par son analyse des fonctions et des représentations de l’université dans le contexte global actuel, et de l’enseignant, par l’importance accordée aux pratiques pédagogiques et à la formation critique des étudiants. Ce type de critique et cet attachement au rôle de l’enseignant comme pédagogue et de l’université comme milieu d’apprentissage s’inscrivent en faux contre une logique productiviste où l’individu disparaît complètement au profit d’une conception uniquement marchande de la production du savoir. Guy Rocher démontre ainsi une sensibilité aux enjeux qui préoccupent les jeunes générations et sur la place, en constante redéfinition, leur étant accordée au sein du milieu universitaire.

31Au final, l’engagement politique de Guy Rocher dans le monde universitaire, à titre de chercheur et d’enseignant, est souvent passé sous silence. Il représente pourtant un lieu de débats et de luttes quotidiens chers à Guy Rocher. Pour un intellectuel connu pour la tranquillité des changements sociaux qu’il préconise et auxquels il participe, l’université représente le lieu privilégié de l’échange pacifique de connaissances et d’opinions sur les projets de société d’hier, d’aujourd’hui et de demain. À cet égard, Guy Rocher, le politique, se sépare rarement du savant lorsque vient le temps d’offrir au monde universitaire des réflexions sur l’avenir du Québec.

*

32Vu la façon dont Guy Rocher a su traverser les frontières disciplinaires, géographiques, idéologiques et générationnelles, par le biais de ses engagements politiques et universitaires, il n’étonnera personne que les jeunes puissent puiser en cet homme l’inspiration nécessaire à leur engagement, quel qu’il soit. Son attachement aux valeurs démocratiques, son souci de la nuance et sa passion font certainement partie de l’héritage que Guy Rocher laisse aux jeunes générations. Ces qualités qui ont permis à Guy Rocher de transcender l’herméticité des frontières et de s’engager d’une pluralité de manières, sans confondre le savant et le politique mais en les mobilisant toujours, gagnent à animer ceux qui ont et auront à réfléchir et à agir, comme Rocher continue de le faire, pour l’avenir du Québec. Guy Rocher a bâti un modèle de militantisme réfléchi et dirigé qui doit être le fil conducteur de l’engagement politique des jeunes, sans égard à leur position sur l’échiquier politique –, lesquels, après tout, mobilisent leurs énergies dans un seul et même combat qu’ils partagent avec Rocher : l’édification d’une démocratie plus juste.

Notes

1 Benjamin Prud’homme est un avocat (Robinson, Sheppard, Shapiro) récemment diplômé de la Faculté de droit de l’Université de Montréal ; Sophie Gagnon effectue actuellement des études supérieures en éthique et droit ; Samuel Blouin est sociologue, il travaille au sein de la Ligue des droits et libertés (comité Laïcité et droits humains) et envisage le doctorat en sociologie.

2 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2003, p. 117.

3 Claude Beauchamp et Madeleine Gauthier, « Présentation du texte de Guy Rocher “L’idéologie du changement comme facteur de mutation sociale” », SociologieS, mis en ligne le 28 octobre 2008, consulté le 27 novembre 2011, http://sociologies.revues.org/index2313.html

4 Peter L. Berger, Invitation à la sociologie, Paris, La Découverte, 2006 [1963], p. 57.

5 Ibid., p. 54.

6 Max Weber, op. cit., p. 101-102.

7 Ibid., p. 75.

8 Ibid., p. 77-78.

9 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, Québec, Hurtubise HMH, 1992 [1969], p. 635.

10 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen », dans Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), Sociologie et société québécoise : présences de Guy Rocher, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2006, p. 13.

11 Ibid., p. 13.

12 Ibid.

13 Sur les difficultés propres aux rapports interdisciplinaires, voir Violaine Lemay, « La propension à se soucier de l’Autre : promouvoir l’interdisciplinarité comme identité savante nouvelle, complémentaire et utile », dans Frédéric Darbellay et Theres Paulsen (dir.), Au miroir des disciplines : réflexions sur les pratiques d’enseignement et de recherche inter-et transdisciplinaires, Berne, Peter Lang, 2011.

14 Violaine Lemay et Benjamin Prud’homme, « Former l’apprenti juriste à une approche réflexive, critique et sereinement positiviste : l’heureuse expérience d’une revisite du cours “Fondements du droit” à l’Université de Montréal », Les Cahiers de droit, vol. 52, nos 3-4, 2011, p. 581-617.

15 Violaine Lemay, Samia Amor, Benjamin Prud’homme et Takwa Souissi, « L’interdisciplinarité comme instrument d’efficacité accrue en matière de protection des minorités par le droit : jeunesse chômeuse et femme musulmane face aux périls du sens commun », dans Eugénie Brouillet (dir.), La mobilisation du droit et le pluralisme communautaire, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 2011.

16 À ce sujet, voir l’excellent article de Guy Rocher, « L’effectivité du droit », dans Andrée Lajoie et al. (dir.), Théories et émergence du droit : pluralisme, surdétermination et effectivité, Bruxelles, Bruylant, et Montréal, Thémis, 1998, p. 133-149.

17 Jean-Guy Belley, « Un regard sociologique et laïc sur le droit », dans Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), Sociologie et société québécoise : présences de Guy Rocher, op. cit., note 9, p. 231.

18 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen », dans Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), Sociologie et société québécoise : présences de Guy Rocher, op. cit., p. 13.

19 Louis Dumont, Guy Rocher et Michel Seymour, « Droits de scolarité. Le modèle québécois n’a rien d’une anomalie », Le Devoir, 17 janvier 2011.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search