Version classiqueVersion mobile

Guy Rocher

 | 
Violaine Lemay
, 
Karim Benyekhlef

Deuxième partie. Le politique

9. D’une révolution culturelle à l’autre

Eric Martin et Maxime Ouellet

Texte intégral

Rocharxisme

Rocharxisme

Œuvre spécialement réalisée pour cet ouvrage par Maya Pankalla

  • 1 Maxime Ouellet est professeur à l’Université du Québec à Montréal ; Éric Martin est professeur au (...)
  • 2 Éric Martin et Maxime Ouellet, Université inc. : des mythes sur la hausse des frais de scolarité e (...)

1Au début de l’été 2011, les jeunes enseignants et chercheurs que nous sommes anticipaient l’avènement d’un important mouvement de contestation étudiante qui allait balayer le Québec dans l’année qui suivrait1. Le gouvernement avait annoncé une hausse importante des droits de scolarité qui entrait en rupture avec l’idéal d’universalité au fondement du modèle québécois en éducation. Au moment d’écrire notre ouvrage Université inc.2, nous avons pensé qu’il était incontournable de solliciter le témoignage de l’un des penseurs les plus importants du système d’éducation québécois, celui de Guy Rocher, afin qu’il puisse éclairer pour nous, et pour les jeunes Québécois, les ressorts des mutations qui étaient imposées au système d’éducation québécois.

2Le professeur Rocher a répondu à l’appel sans hésitation. Il a d’abord rappelé l’idéal de justice qui était au cœur du projet de société de la Révolution tranquille, lequel supposait que l’éducation soit rendue accessible et gratuite à tous et à tous les niveaux d’enseignement. Selon Rocher, ce projet de société participait d’une révolution culturelle par laquelle le Québec allait s’émanciper de la domination clérico-nationaliste et capitaliste pour instituer une société nouvelle fondée sur des idéaux humanistes et communautaires et une éducation qui favoriserait l’épanouissement de la personne. Or, Rocher voyait dans le projet de hausser les droits de scolarité une rupture violente avec cet idéal pour lui substituer, comme il le disait, une « mentalité commerciale » qui allait pervertir la mission fondamentale des établissements d’enseignement.

  • 3 Lisa-Marie Gervais, « La lutte des étudiants est juste, dit Guy Rocher », Le Devoir, 11 avril 2012

3Quand, au printemps 2012, la grève étudiante appréhendée s’est mutée en une crise sociale d’une ampleur sans précédent, et alors que beaucoup d’étudiants déploraient le mutisme des professeurs d’université, le sociologue engagé Rocher a pris position, publiquement et sans ambiguïté, en faveur des étudiants qui revendiquaient la gratuité scolaire. « La lutte des étudiants est juste3 », avait-il alors répliqué aux défenseurs de la hausse et du discours de la « juste part ». Les plus récentes interventions de Guy Rocher dans l’espace politique démontrent bien que, même après tant d’années, les idéaux pour lesquels Rocher a combattu depuis la Révolution tranquille et le Rapport Parent n’ont pas faibli d’un iota.

4Si les étudiants en lutte apparaissent aujourd’hui comme des héritiers directs des idéaux de Guy Rocher, il est néanmoins très inquiétant de constater que sa parole, pour l’élite capitaliste qui dirige le Québec, est devenue parfaitement inaudible, dans la mesure où, du reste, le pouvoir n’écoute plus rien ni personne sauf les injonctions du capital. En effet, force est de constater aujourd’hui que la révolution culturelle à visée émancipatrice que Rocher voyait dans la Révolution tranquille a été détournée par une nouvelle révolution culturelle, néolibérale celle-là, qui a fait du détournement commercial des systèmes d’éducation le pivot de son entreprise de marchandisation des sociétés.

  • 4 Jocelyne Richer, « “Que chacun paye sa juste part”, plaide Bachand », Le Soleil, 11 mars 2012.
  • 5 Karl Marx, « Lettre à Ruge » (septembre 1843), Œuvres choisies, choix de Norbert Guterman et Henri (...)

5La nouvelle révolution culturelle remplace la culture du service public et de la redistribution de la richesse par le principe utilisateur-payeur. En effet, aux yeux du ministre des Finances Raymond Bachand, une société en bonne santé est celle qui dit : « Je veux des services, mais je ne peux pas toujours demander aux autres de payer pour4. » Pour contrer efficacement l’imaginaire de cette nouvelle révolution culturelle, il nous apparaît nécessaire de revisiter des thèmes qui ont traversé la pensée de Guy Rocher : indépendance, socialisme et gratuité scolaire. Prendre la mesure de la barbarie dans laquelle nous entrons nous appelle à retrouver dans notre passé collectif les idéaux non actualisés dont la réalisation est la condition de notre libération. Et alors, comme le disait Marx, « [o]n verra […] que le monde a depuis longtemps possédé le rêve d’une chose dont il suffit maintenant de prendre conscience pour la posséder réellement. On verra qu’il ne s’agit pas d’un grand tiret entre le passé et l’avenir, mais la réalisation des idées du passé. On verra que l’humanité n’entreprend pas un nouveau travail, mais consciemment accomplit l’ancien5. »

La Révolution tranquille et ses impasses

  • 6 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Les Éditions Hurtubise HMH, 1973 ; en ligne : http:// (...)

6La Révolution tranquille est un processus de modernisation de la société québécoise animé par ce que Guy Rocher nomme l’« idéologie du changement6 ». Il n’est pas nécessaire d’expliquer en long et en large pourquoi le dogmatisme clérico-nationaliste est devenu intenable et pourquoi le Québec se devait de faire son entrée dans la modernité politique. La période des années 1960 est marquée par une série de changements importants qui ont fait en sorte que le Québec s’est doté d’institutions et a opéré des transformations culturelles qui auraient dû permettre l’exercice d’une prise en charge réfléchie de la communauté politique par le peuple. Hélas ! c’était sans compter avec la survivance d’une forme de domination insidieuse : celle du capitalisme et du fétichisme marchand que la Révolution tranquille n’a pas abolie, mais a, au contraire, propulsée.

7Il est désormais banal de rappeler que le Québec d’avant les années 1960 sombrait dans la Grande Noirceur. Appuyée par un clergé réactionnaire qui mystifiait les masses par son idéologie conservatrice, une petite bourgeoisie frileuse aux commandes de l’État se maintenait au pouvoir tout en bradant nos ressources naturelles au profit des multinationales américaines. Portés par le slogan « Maîtres chez nous », les réformateurs sociaux ont mis en place une panoplie d’institutions, telles que la Caisse de dépôt et placement du Québec et la Société générale de financement (SGF), dont la finalité visait à libérer le Québec du joug de la finance américaine. De cette intervention politique est né le « Québec inc. », un des fleurons du capitalisme d’État au fondement du modèle québécois. Celui-ci a pris la forme d’un consensus social-démocrate entre partenaires sociaux afin de redistribuer plus ou moins équitablement la richesse produite socialement. Ce consensus s’est effrité à partir des années 1980, où, néolibéralisme oblige, le Québec inc. a dévoilé son vrai visage. Si, comme l’écrivait Hegel, « la chouette de Minerve ne prend son envol qu’à la tombée de la nuit », on peut constater que la véritable réussite de la Révolution tranquille a été de construire politiquement une classe de capitalistes québécois qui, maintenant qu’elle s’est enrichie en tétant les mamelles de l’État, désire s’affranchir de ses attaches territoriales et des obligations sociales qui en découlent afin de « briller parmi les meilleurs ». Comme le reconnaissait Rocher en 1973 :

  • 7 Rocher, op. cit., p. 41.

[J]e suis depuis longtemps convaincu que le capitalisme, auquel nous continuons à adhérer et dont la plupart de nos hommes politiques vantent les mérites, joue contre le Québec à tous égards. Il nous asservit aux capitaux étrangers, qui ont jusqu’ici permis le développement économique du Québec, mais en y important leurs exigences, leurs structures de marché et les impératifs de leur concurrence. Et il ne favorise pas les capitalistes québécois, francophones ou anglophones, sur lesquels il ne faut pas compter de toute façon pour prendre une distance à l’endroit des entreprises étrangères. Ils ont avec celles-ci partie liée et communauté d’intérêts. Ce n’est qu’accidentellement que leurs objectifs coïncideront avec ceux de la collectivité nationale québécoise7.

8À cette trahison des élites s’ajoutent d’autres contradictions déterminées qui minent le projet émancipatoire de la Révolution tranquille. Son aspect progressiste l’amène à penser l’émancipation comme une sortie, voire un mouvement de table rase relativement aux valeurs du passé, de la tradition et des autorités qui les portaient. Mais ce rejet intransigeant de l’histoire entraîne plusieurs apories : 1) la naissance d’une foi inconditionnelle dans le développement technologique ; 2) l’impossibilité de fonder une nouvelle conception partagée de la « vie bonne », ce qui fait que le rapport social est ressaisi par l’appareil de la consommation. L’expression « vie bonne », alors, n’est rien d’autre qu’un slogan publicitaire qui recouvre la valorisation de la surproduction-surconsommation chez les masses et leur aliénation corollaire. Le projet d’autonomie au fondement de la culture moderne est ainsi supplanté par la culture de masse ; 3) le triomphe d’une vision de la liberté comme capacité des individus de se délier du reste de la société et d’exister comme monades autofondées. La spontanéité et la créativité des individus sont des valeurs intéressantes à cultiver ; mais si les conditions structurelles du capitalisme sont conservées, cette créativité sera vite instrumentalisée aux fins du raffinement du procès de valorisation.

9Au final, la Révolution tranquille, parce qu’elle s’est limitée à une révolution culturelle qui n’a pas été en mesure de s’attaquer aux structures profondes du capitalisme, a été récupérée et est venue légitimer les mutations du capitalisme néolibéral financiarisé et globalisé. En effet, tant et aussi longtemps que les réformes du capitalisme se contentent de discuter de la redistribution des richesses sans remettre en question les médiations sociales qui sont au fondement de la forme spécifique de richesse abstraite propre au capitalisme (la valeur), elles seront au mieux, impuissantes et, au pire, elles serviront le capital en participant d’un mouvement de dissolution des formes normatives qui le contraignent encore dans son expansion infinie.

La contre-révolution néolibérale

10Guy Rocher était très critique à l’égard des dérives possibles de l’« idéologie du changement ». Pour lui, une véritable émancipation passe par une pédagogie nouvelle qui favoriserait l’épanouissement de l’individu, sa créativité et sa spontanéité, et qui mettrait en son centre des valeurs humanistes et communautaires. Rocher pensait ainsi qu’un Québec indépendant et socialiste développerait un projet d’éducation universelle et gratuite qui serait mis au service d’une libération individuelle et collective.

  • 8 Guy Rocher, « Une mentalité commerciale », dans Éric Martin et Maxime Ouellet, Université inc., op (...)
  • 9 Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde : essai sur la société néolibérale, (...)

11Le rêve de Rocher, hélas ! s’est transformé en cauchemar capitaliste. L’idéal d’émancipation et de liberté a été entièrement récupéré par la contre-révolution néolibérale qui a instrumentalisé l’éducation à partir de l’idéologie du capital humain. Celle-ci fait de l’éducation non pas un passage obligé pour s’inscrire dans une appartenance culturelle commune et pour développer la pleine autonomie d’un sujet moderne digne de ce nom, mais bien un moyen d’augmenter son adaptabilité et sa réactivité pavlovienne à la dynamique de croissance aveugle, illimitée et incontrôlée du capital. Rocher l’a bien vu, quand il dit dans Université inc. qu’aujourd’hui « la valorisation de l’enseignement est en réalité une manière efficace de le dévaloriser : la valeur monétaire de l’enseignement se substitue à la valeur intrinsèque, humaine, humaniste, sociale du savoir8 ». La révolution culturelle néolibérale vise donc à produire un « homme nouveau », un entrepreneur de lui-même pour qui la société n’est qu’un pur artifice qui lui permet d’augmenter sa puissance et sa valeur sur le marché concurrentiel des existences. On n’éduque plus à la liberté ni au respect de l’héritage culturel, mais on apprend plutôt à intérioriser la « nouvelle raison du monde9 » opportuniste, économiciste, pure efficience, qui tient lieu de culture dans cette dissociété marchande et barbare.

  • 10 Christopher Lasch, La révolte des élites et la trahison de la démocratie, Paris, Climats, 1999.
  • 11 Michel Henry, La barbarie, Paris, Presses universitaires de France, 1987.

12Ce n’est pas pour rien que la première cible de la « révolte des élites10 » s’est arrêtée sur le système d’éducation. Si, au moment d’instaurer la loi spéciale 78, Jean Charest parle de la hausse des droits de scolarité comme l’« acte fondateur » d’un nouvel âge, c’est qu’il voit bien en quoi l’instrumentalisation de la formation des esprits et l’enrôlement de la jeunesse dans le tout-à-l’économie est une condition sine qua non de l’utopie capitaliste qui tient désormais lieu de projet de société au Québec comme ailleurs. De même, si la lutte étudiante a eu un écho si fort dans la société québécoise, c’est que l’attaque contre l’éducation frappe la société québécoise au cœur et s’avère, comme le disait Michel Henry11, révélatrice de la corruption qui règne dans toute la société.

13Si certains observateurs ont pu dire que les étudiants sont des héritiers de Guy Rocher, c’est dans la mesure où ce qu’ils continuent de réclamer, c’est la possibilité, en tant que jeunes Québécois, de « faire société », de recevoir en héritage autre chose qu’une facture, d’exister autrement que dans une transaction. Ce que les étudiants portent, c’est le refus d’être démondanéisés, d’être propulsés dans l’espace et le temps abstraits et anonymes du capital, d’être endettés, d’être assignés à une place où ils seront le plus utile pour la machinerie capitaliste. Bref, les étudiants refusent d’être privés de tout rapport significatif à eux-mêmes comme au monde commun, et ce faisant, leur combat politique réaffirme aujourd’hui les idéaux portés par Rocher. Il n’y a pas de mystère : entre les deux révolutions culturelles, c’est le même possible qui reste fiché dans notre histoire comme un éclat qui demande à être libéré.

Indépendance, socialisme, gratuité scolaire

14Lorsqu’il discutait de la nécessité d’instaurer le socialisme au Québec, Rocher appréhendait chez les Québécois l’existence d’une force d’inertie et d’un conservatisme qui risquait d’inhiber à jamais le projet. La lutte étudiante de 2012 est révélatrice de cet atavisme. Elle met en lumière un des traits profonds de la société québécoise, marquée par une mentalité colonisée et anti-intellectualiste qui trouve son fondement dans la haine de soi. La figure du petit entrepreneur paysan responsable de lui-même s’oppose à l’épouvantail de l’étudiant, de l’artiste, de l’intellectuel soi-disant paresseux, inutile, subventionné et doté de mœurs douteuses. C’est cette mentalité qui a poussé nombre de Québécois à se ranger du côté du parti de l’ordre contre les étudiants qui veulent prétendument « tout avoir sans payer ». Ces individus privatisés sont les plus pauvres dans la mesure où il leur est interdit a priori d’apprécier la communauté à laquelle ils participent sans doute à leur corps défendant. Autrefois, on appelait à mettre en prison ceux qui violaient le rapport d’obligation avec autrui ; désormais, on met en prison ceux et celles qui rappellent aux gens l’exigence d’interdépendance et de réciprocité qui est au fondement de la socialité. Nous arrivons ainsi dans un cul-de-sac où c’est paradoxalement ce qui devrait apparaître le plus désirable au Québécois – faire société comme il ne l’a jamais été permis – qui devient au contraire la chose la plus répulsive et la plus agressante pour le colonisé qui préfère haïr l’étudiant plutôt que sa propre aliénation.

15En effet, l’impasse politique que révèle la crise étudiante prend la forme d’un simulacre dialectique où l’on trouve d’une part les partis représentant le capital, centristes, technocratiques, légalistes ; et d’autre part, relativement à ceux-ci, la seule solution de rechange qui se présente est une nébuleuse populiste de droite qui s’oppose aux droits à l’avortement, des homosexuels, à l’environnement au nom d’un passé idéalisé. Ces deux positions sont les pendants antinomiques l’une de l’autre en ce qu’elles manifestent l’incapacité de penser un au-delà à la démocratie-marché et à la dynamique de croissance aveugle de la richesse abstraite au fondement du capitalisme. La seule synthèse qui puisse surgir à court terme de cette mascarade politique sera le parti qui réussira à mettre la classe des jeunes-cadres-dynamiques-technocrates-libéraux d’accord avec les réactionnaires populistes qui pullulent dans les médias de masse (c’est l’objectif de la CAQ, bien qu’elle ait jusqu’ici peu de succès).

16Nous voici donc au bout de l’impasse, à la fin d’un cycle, celui du néolibéralisme, où nous avons été incapables de trouver les liens qui libèrent, c’est-à-dire de trouver une solution dialectique au dualisme entre individu et société qui sache remettre en question la domination invisible et fétichisée du capital. Nous avons donc été jusqu’ici incapables d’emprunter la voie indiquée par Guy Rocher en 1973 :

  • 12 Rocher, op. cit., p. 44.

[L]’esprit du socialisme est peut-être moins étranger à la culture québécoise qu’on a pu le dire et le croire. Il y aura lieu de pousser davantage l’analyse et la réflexion dans cette voie, afin de mieux discerner les points d’ancrage possibles pour le socialisme au Québec. Ainsi pourra-t-on peut-être finir par produire ce qui a toujours fait si péniblement défaut : un modèle proprement québécois d’un socialisme enraciné dans l’esprit, l’histoire, la mentalité et les structures sociales du Québec12.

  • 13 Karl Marx, Le capital, livre 1, Paris, Presses universitaires de France, 1993 [1867], p. 567.

17Il nous faut cependant dire que le socialisme ne doit pas être entendu ici au seul sens d’une politique égalitaire de redistribution des richesses, comme peut parfois le laisser croire l’analyse de Rocher. Il faut en effet développer un socialisme québécois qui saura remettre en question les structures et les catégories fondamentales de la société marchande. Au premier chef, il faut remettre en question l’existence du travail salarié, du temps de travail exorbitant qui vampirise l’existence concrète des personnes et les transforme en marchandises salariées. Par ailleurs, il faut en finir avec l’industrialisation polluante et la volonté d’accumulation infinie qui, comme le disait Marx, sont à la source de la destruction des deux principales sources de richesse réelle : la terre et l’humain13. Bien au-delà de la simple redistribution des opportunités ou des moyens, le socialisme est une redéfinition critique des rapports sociaux et de la production qui vise à substituer la valorisation du lien social concret à la valorisation abstraite de la pure quantité qu’est le capital. S’émanciper consiste donc à retrouver la capacité de se relier au commun. Voilà le sens profond du socialisme à la québécoise tel qu’il était ébauché par Guy Rocher.

18Retrouver les liens qui libèrent, ce n’est pas passer contrat. C’est retrouver la capacité de reconnaître et d’apprécier l’appartenance à une communauté de culture, de sens et de significations mises en partage. Il va de soi qu’au Québec la question du socialisme est indissociable de la question de l’émancipation nationale, et donc de la question de l’indépendance. Il s’agit là en effet du seul moyen de renverser la souveraineté du sujet automate du capital en remettant ses droits au véritable sujet collectif : la souveraineté populaire. Le premier acte de ce sujet « peuple » est de se re-connaître comme tel, c’est-à-dire de réapprendre et de rapailler les moments épars de son propre devenir, et donc, de procéder à la récollection de sa propre culture. Difficile d’être « maîtres chez nous » si l’on persiste à ignorer ce qu’on est. L’émancipation n’est donc pas une sortie hors de toute contrainte, mais une redécouverte des racines communes.

19On le voit bien, toute réappropriation de la souveraineté politique, toute réalisation d’un socialisme proprement québécois, sont impossibles si les établissements d’enseignement ne sont pas d’abord soustraits à l’impératif de former les néo-sujets entrepreneuriaux de la révolution culturelle capitaliste, les « cerveaux qui correspondent aux besoins des entreprises », dixit le recteur de l’Université de Montréal Guy Breton. C’est pourquoi, à l’instar de Guy Rocher, il nous faut défendre la gratuité scolaire comme un premier pas et une étape nécessaire devant nous mener progressivement à la réalisation des idéaux au fondement du projet historique qui a institué le peuple québécois : socialisme et indépendance.

Notes

1 Maxime Ouellet est professeur à l’Université du Québec à Montréal ; Éric Martin est professeur au Collège Édouard-Montpetit.

2 Éric Martin et Maxime Ouellet, Université inc. : des mythes sur la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir, Montréal, Lux, 2011.

3 Lisa-Marie Gervais, « La lutte des étudiants est juste, dit Guy Rocher », Le Devoir, 11 avril 2012.

4 Jocelyne Richer, « “Que chacun paye sa juste part”, plaide Bachand », Le Soleil, 11 mars 2012.

5 Karl Marx, « Lettre à Ruge » (septembre 1843), Œuvres choisies, choix de Norbert Guterman et Henri Lefebvre, Paris, Gallimard, 1963, p. 36-37.

6 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Les Éditions Hurtubise HMH, 1973 ; en ligne : http://classiques.uqac.ca

7 Rocher, op. cit., p. 41.

8 Guy Rocher, « Une mentalité commerciale », dans Éric Martin et Maxime Ouellet, Université inc., op. cit., p. 127.

9 Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde : essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

10 Christopher Lasch, La révolte des élites et la trahison de la démocratie, Paris, Climats, 1999.

11 Michel Henry, La barbarie, Paris, Presses universitaires de France, 1987.

12 Rocher, op. cit., p. 44.

13 Karl Marx, Le capital, livre 1, Paris, Presses universitaires de France, 1993 [1867], p. 567.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search