Version classiqueVersion mobile

Guy Rocher

 | 
Violaine Lemay
, 
Karim Benyekhlef

Deuxième partie. Le politique

7. La fonction mythologique des grèves dans la société québécoise

Christian Saint-Germain

Texte intégral

  • 1 Gaston Miron, « L’héritage et la descendance », dans G. Miron, L’homme rapaillé, Montréal, Typo, 1 (...)

Inutile de rebrousser vie par des chemins qui hantent les lointains demain nous empoigne dans son rétroviseur nous abîmant en limaille dans le futur déjà. Et j’ai hâte à il y a quelques années l’avenir est aux sources1.

En grève et grevée

En grève et grevée

Œuvre spécialement réalisée pour cet ouvrage par Maya Pankalla

  • 2 Christian Saint-Germain est professeur à l’Université du Québec à Montréal et chercheur associé au (...)
  • 3 Voir l’intervention intégrale sur YouTube : http://vodpod.com/watch/1516053-spuq-en-greve-uqam-guy (...)
  • 4 Voir www.ledevoir.com/documents/pdf/droits_scolarite_rocher.pdf

1Je garde un souvenir ému d’un séminaire suivi en sociologie du droit avec Guy Rocher, de l’ironie d’une remarque où il évoquait son propre statut d’étudiant lorsqu’il assistait au cours de droit romain de Maximilien Caron2. L’œuvre du sociologue – un homme d’institution, représentant de l’intelligentsia canadienne-française puis québécoise – est riche à tous égards et ne rend pas complètement justice au personnage public engagé, à la forme complexe d’un intellectuel nationaliste artisan de la Révolution tranquille. Plutôt que de commenter des aspects de l’imposante contribution sociologique, il m’est apparu plus opportun de saisir sur le vif deux de ses interventions récentes, deux fragments de son discours dans l’espace public. Le premier, à l’occasion du quarantième anniversaire de l’UQÀM et de la grève de 2008 des professeurs3 ; le second, celui bien actuel de sa prise de position en faveur des étudiants contre la hausse des droits de scolarité4. Le professeur Rocher non pas en tant que sociologue réputé, mais en citoyen militant, représentant d’une perspective critique quant au choix du Québec moderne. S’il appartient en partie à un temps « que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître », pour reprendre les paroles d’une chanson d’Aznavour, il reste bien un point de référence, une autorité morale pour les forces opposées à certaines décisions bureaucratiques récentes du gouvernement québécois, décisions comprises comme atteintes au temps primordial des commencements, comme trahison du Rapport Parent, de l’esprit de Tricofil.

Un État bureaucratique humaniste ?

2Les positions de Guy Rocher correspondent à un idéal-type ; elles résument l’énonciation la plus claire des objectifs et horizons d’un État bureaucratique humaniste. Malgré cette fidélité à l’idéal de démocratisation des années 1970, un pareil militantisme modéré, ouvert, se heurte toutefois à l’entêtement d’un fait troublant : alors que la décolonisation du peuple québécois était la finalité de la Révolution tranquille, ses acquis sont désormais en passe de s’épuiser dans des conflits intergénérationnels. C’est l’une des apories de l’héritage de l’État nationaliste des années 1970. Patrimoine commun établi sur les structures apparemment conviviales d’un réseau de protection ou d’un filet social, il impliquait, pour se réaliser, la démultiplication des instances étatiques et leur participation à la création de régimes assurantiels de toute espèce, d’instruments forgés sous les auspices d’une idéologie de la gratuité à l’usage de ses premiers bénéficiaires, mais toujours menacée de se consumer avec eux. Sans assimiler le sort de l’État québécois à celui d’une pyramide de Ponzi, les échanges de sourires entre Gabriel Nadeau-Dubois et Guy Rocher, réunis en photo sur une même tribune, ne réussissent pas à dissiper le caractère irréconciliable des destins institutionnels.

3Par ailleurs, ce que les interventions publiques du sociologue donnent le mieux à voir, c’est la persistance de l’intempestif, l’intrication de l’actuel et de l’inactuel, la dissonance d’un présent québécois désarrimé. Pertinentes dans les débats d’hier, elles le demeurent dans ceux d’aujourd’hui en accordant une reconnaissance ponctuelle aux divers mouvements issus de l’esprit des commissions et des rapports auxquels il a lui-même contribué. Éclaireur en temps de noirceur, dénonçant le cléricalisme, continuateur acharné des réformes de l’appareil étatique tant en matière de langue que d’éducation, il a accompagné certains moments décisifs de l’affranchissement du peuple québécois. Il n’est toutefois plus certain que les résultats tangibles des « progrès » de la société québécoise soient à la hauteur des aspirations technocratiques qui avaient présidé à leur coûteuse mise en forme.

  • 5 Cette grève n’eut malheureusement pas un grand succès. Les postes de professeurs obtenus n’ont à c (...)

4L’existence professionnelle de Guy Rocher paraît graviter complètement autour de l’Université de Montréal. Mais il s’en est fallu de peu, pendant la grève des professeurs de 2008 à l’UQÀM, que mes collègues du SPUQ, qui l’ont toujours tenu en odeur de sainteté, ne le canonisent tout vivant au panthéon de la gauche ou n’inscrivent son nom sur les plaques de verre commémoratives à l’entrée du métro. Phénomène sociologique troublant que celui d’avoir pu participer comme professeur à la mise en place CSN d’un conflit de travail universitaire5. Ce que ma génération avait pu voir à l’occasion de films d’archives – naissance des luttes ouvrières, répression duplessiste – réapparaissait sous une forme spectrale comme sortie tout droit d’un manuel d’histoire du Québec. C’était comme une grande scène de mythologie syndicale avec chansons militantes photocopiées et distribuées à chacun, entonnées par des sémioticiens convaincus et des historiens de l’art galvanisés dans des autobus loués, avec vuvuzelas et sifflets, et aussi pétitions déposées au bureau du premier ministre et sitôt envoyées au recyclage par les agents de sécurité. À l’occasion de ce moment épique, le 40e anniversaire de l’UQÀM coïncidant comme par hasard avec une grève professorale, Guy Rocher déclarait dans un discours emporté :

  • 6 http://vodpod.com/watch/1516053-spuq-en-greve-uqam-guy-rocher-au-40e-de-luqam

Bon anniversaire à l’UQÀM, bon anniversaire au Québec parce que ce n’est pas seulement la fête de l’UQÀM le 9 avril, mais la fête du Québec, car j’espère qu’un jour le 9 avril sera considéré comme la fête fériée et chômée au Québec. L’UQÀM représente le nouveau Québec qui s’est voulu à partir des années 60 et 70. Le Québec a été immortalisé, je dirais, concrètement. […] Le message que votre grève envoie aux futurs élèves de l’UQÀM, qu’est-ce que c’est ? Que vous vous battez aujourd’hui pour eux, pour leur avenir. […] Et ce serait une honte nationale si le gouvernement actuel imposait une loi spéciale pour mettre fin à cette grève, alors qu’il est le négociateur ; il serait donc à la fois juge et partie. […] Je crois que cette grève sera historique, je crois qu’elle marquera un moment historique dans l’évolution et dans les rapports entre les universités du Québec et l’État québécois. Je pense que vous avez parfaitement raison non seulement de l’avoir entreprise, cette grève, mais de la continuer6.

  • 7 Cette complaisance administrative à l’occasion d’un scandale de 500 millions démontre le caractère (...)

5Étonnante déclamation, morceau choisi d’une rhétorique dans laquelle on reconnaît le scénario immuable d’une pièce jouée sur quarante ans. L’UQÀM en aura été le laboratoire, le théâtre expérimental et le vestige ironique dans le patrimoine urbain. Guy Rocher aime le théâtre. Voulait-il encore ajouter le 9 avril à la fête nationale du 24 juin ? Croyait-il envers et contre tous que l’UQÀM, secouée à sa direction par des scandales financiers d’une rare ampleur, scandales traités par l’État avec la plus inquiétante complaisance administrative7, était toujours le fer de lance, le navire amiral de l’évolution historique québécoise ? Gageons qu’il ne sera pas aussi téméraire !

Une scène de ménage à la québécoise

  • 8 L’UQÀM a valeur de monument dans lequel « [l] e Québec a été immortalisé concrètement ». C’est bie (...)

6Ce que le sociologue récite avec passion – et c’est bien là le credo mythologique des origines du Québec moderne – constitue l’architexte d’une scène de ménage bien québécoise où décors et répliques n’ont malheureusement pas vieilli ou si peu. Algarade entre Arlequin et Scaramouche, entre le gouvernement et l’une de ses créatures administratives meurtries, ponctuée par l’entrée en scène d’une loi spéciale qui déclenche à son tour un psychodrame démocratique où l’agresseur, pourtant élu, est admonesté, voué aux gémonies, vilipendé (« une honte nationale ») comme dans un épisode de la commedia dell’arte. Le contenu de cette saynète pourrait être repris tel quel dans le contexte de la grève étudiante du printemps 2012. Dans ce bref passage où Guy Rocher condense audacieusement l’histoire du Québec avec celle de l’UQÀM comme ce moment où « le nouveau Québec s’est voulu à partir des années 60 et 70 » et par lequel « [l] e Québec a été immortalisé, je dirais, concrètement8 », il abandonne la légèreté de l’esbroufe syndicale pour l’éternité d’une intrigue digne cette fois du théâtre nô où masques et rôles sont étendus dans un temps figé par la répétition actuelle de cette dramaturgie inconsciente.

  • 9 Sans accorder trop d’importance au titre boutefeu de la page couverture du quatrième numéro de jui (...)

7Cette pertinence persistante du discours militant traduit la complexité du rapport au temps historique de la société québécoise. Confuse quant à son rapport à l’actuel et à l’inactuel, à l’à-propos et à l’intempestif, elle baigne dans les limbes d’un présent privé de l’horizon fourni par l’existence d’un projet collectif viable et dans l’imminence d’un conflit intergénérationnel sans précédent9. Très bientôt champ de bataille des luttes entre jeunes et vieux, entre ceux qui ont déjà obtenu et ceux qui n’auront pas grand-chose. Transmission d’un héritage sans bénéfice d’inventaire, legs d’un État endetté dont la présence s’est capillarisée au fil du temps pour investir toujours plus de ses promesses de soutien dans tous les aspects des existences individuelles – de la procréation assistée jusqu’à la garderie à coût modeste, pour s’achever dans l’encadrement du geste « euthanasique » par un nouveau régime normatif. De la fécondation subventionnée à la mort promise sans douleur, rien ne semble à l’abri de cette économie de l’assistance globale.

  • 10 Le Québec n’a d’ailleurs jamais pu acquérir le statut d’État par le biais de cette logique de l’ob (...)

8L’État québécois moderne a pris sur lui d’assurer la pérennité de ses rapports de classe dans l’offre d’un continuum de soins aux populations tantôt dispensés par son « aristocratie médicale », tantôt par des employés syndiqués. Dans chacun des cas, ce dispositif présuppose le passage obligé par son intervention « providentielle » dans le dénouement de « prises d’otages » ponctuelles entre les castes qui ont le monopole de cette sollicitude et cherchent à améliorer leur condition de rondes de négociations en grèves générales, et les usagers ou les bénéficiaires qui en dépendent. L’idéologie de gauche est-elle toujours la source de l’humanisme véritable ? Quoi qu’il en soit, il n’est guère d’aspect de l’existence sociale qui ne soit en interface avec cette action tutélaire étatique. Rien d’étonnant à ce que le modèle de la négociation syndicale ait été repris à l’hiver 2012 par les étudiants, bien que ceux-ci ne soient de fait ni employés ni salariés, et conséquemment difficilement grévistes10.

  • 11 L’État québécois s’est employé à mettre en place un long, mais constant désapprentissage de la res (...)

9Dans l’histoire récente du Québec, cette omniprésence étatique constitue l’une des contradictions fatales aux aspirations nationalistes de cet État même11. Comment imaginer que l’ampleur de cette prise en charge ait pu inciter à vouloir autre chose que son propre bien-être individuel, ou encore encourager à reconnaître quelque nécessité historique à un affranchissement collectif ? Incapable d’échapper à son destin bureaucratique autrement que par l’ampleur croissante d’un service de la dette, comment distinguer ce qui tient d’un raté administratif dans son implantation (augmentation brutale des frais de scolarité, introduction d’un modèle privé-public en santé, etc.) d’avec ce qui relève de la nouveauté d’un événement aux conséquences historiques ? Comment savoir si les contestations étudiantes d’aujourd’hui ne sont pas autre chose que la reprise folklorique des liturgies syndicales, plutôt que les jalons d’une véritable rupture aux conséquences incalculables ?

Un temps « tiraillé »

  • 12 Au sens où certains ont dit que la Révolution tranquille avait tout réussi (nationalisation de l’é (...)
  • 13 Il suffit de penser au cafouillage entourant l’adoption de la « loi 1 » sur la langue devenue, par (...)

10Le temps politique québécois a la particularité d’être arrêté, suspendu. Comme le disait Gaston Miron dans la dédicace de L’homme rapaillé, ce temps est tiraillé entre le « je ne suis pas revenu pour revenir » du poète et le « je suis arrivé à ce qui commence ». Collectivement, cette arrivée à « à ce qui commence » n’a jamais eu lieu, faute d’avoir quitté ce qui ne s’est jamais terminé. Sans atténuer la portée mythologique émancipatoire d’un temps nouveau surgissant avec l’événement de la Révolution tranquille (et coïncidant avec la création de l’UQÀM pour Guy Rocher), peut-être qu’en regard de l’accession à l’indépendance faut-il désormais voir cet événement comme un lapsus entraînant des conséquences dramatiques12, un acte manqué13 ou encore un ratage par rapport à sa finalité véritable, l’accession d’un peuple colonisé à son indépendance. Procrastination programmée, bégaiement de l’histoire, dyslexie dans la lecture des signes des temps. Sous cet angle, et sans annuler certains « acquis » de ladite révolution, c’est bien plutôt à la mise en place de toute l’ambiguïté d’une défense, de résistances à la liberté véritable que donne lieu la création d’un État « endocolonisateur » voué à la prise en charge de toutes les sphères de la vie citoyenne. Tout se passe comme si l’appareil d’État avait subsumé la réalité subjective citoyenne parlant en son nom à travers les organisations syndicales, en prétendant répondre à leurs demandes plutôt que de leur permettre d’accéder au désir de liberté. Une pareille curatelle politique des formes de l’autonomie ne saurait déboucher ailleurs que sur la désillusion devant un État dont on découvre quarante ans plus tard qu’il oscille dans certains secteurs et selon un mouvement bipolaire entre incompétence crasse et corruption menaçante.

  • 14 C’est l’ambiguïté de la Révolution tranquille, qui, tout en proposant une sortie des mentalités de (...)

11Il est tentant après coup de situer le statut de ces « acquis » historiques du côté des « arrérages » plutôt que comme gages de la pérennité d’un système. La première suggestion que certains voudraient pouvoir faire aux jeunes grévistes serait de ne pas reconduire le modèle québécois pour la simple raison qu’il n’est pas viable. Non seulement il n’a pas livré l’État souverain qu’il annonçait, mais encore il apparaît comme le liquidateur inique d’une dette intergénérationnelle collective à travers toutes les astuces de la prévarication. Si les grèves étudiantes laissent voir quelque chose par-delà leur instrumentalisation syndicale, c’est bien l’obscure prémonition qu’il devient difficile de voir son avenir assuré par des programmes subventionnés qui ne débouchent sur rien ni ne misent sur l’excellence véritable. C’est là que l’UQÀM se révèle dans toute son ambiguïté politique : apparemment outil d’émancipation, en réalité dispositif idéologique qui permet la reconduction des rapports de classe tels que les élites québécoises les aiment – programmes culs-de-sac, simulation d’instances de discussions étudiantes, autogestion des guerres intestines, collégialité jésuitique, vocation pour la démocratisation des savoirs, mais dans les faits reproduction du modèle apostolique (professeurs sous-payés et étudiants désargentés) de distribution de la soupe populaire des sciences humaines et de la diplomation tout acabit, mais pour usage interne seulement14.

12L’un des enseignements de la « grève » étudiante aura été de démontrer, dans le choix même du mot « grève », qu’étudier constitue un effort, une prestation de travail, et qu’avec cette grève l’ordre anthropologique du donné et du rendu doit dorénavant être inversé : les étudiants ne reçoivent plus l’éducation à laquelle ils ont droit, ils deviennent donateurs dans cet acte de transmission. Ils consentent non plus à recevoir, mais à donner de leur temps pour permettre aux institutions de produire ou d’émettre coûte que coûte des diplômes. Désinvolte quant à ce retournement, la frénésie institutionnelle du « sauvetage des sessions » corrobore ce singulier renversement de la perspective.

13Cette conversion paradoxale s’éclaire si l’on comprend que le crime de lèse-majesté d’une imposition de hausse des frais de scolarité réside non pas tant dans son montant – cette hausse aurait été refusée quelle qu’elle eût été, mais dans la possibilité qu’un système formule une exigence, aussi minime soit-elle. La résistance la plus vive à cette exigence provient des groupes à qui, de toute manière, le système scolaire ne demande en termes d’effort pédagogique pratiquement plus rien depuis longtemps. La fête du Québec se trouverait-elle davantage du côté du 28 décembre qu’autour du 9 avril ou du 24 juin ?

  • 15 Article de La Presse canadienne, Le Devoir, 3 mai 2012, « Droits de scolarité : la CLASSE pigerait (...)
  • 16 Mélissa Guillemette, « Les employés du ministère de l’Éducation doivent renoncer au carré rouge »,(...)

14Non moins instructive aura été la constance des jeunes dans l’effort d’éradication d’un principe ou de la reconnaissance du lieu d’une prééminence symbolique. Ni injonction ni loi spéciale ne sont à la mesure de cette forclusion collective. Plus encore, les étudiants veulent indiquer aux institutions où et comment faire des économies, notamment en coupant dans le financement de la recherche15. Personne ne veut rester à sa place. Dans le contexte québécois, les parents ne sont que des enfants plus vieux soutenus par l’État, les professeurs des étudiants engagés dans la cause des jeunes jusqu’à renier leur rôle d’adultes. Il faut même rappeler aux fonctionnaires du ministère de l’Éducation de ne pas porter de carré rouge sur leur lieu de travail16.

  • 17 J.-C. Michéa, L’enseignement de l’ignorance et ses conditions modernes, Paris, Climats, 2006, p. 6 (...)

15Ce qui n’a pas été réglé dans la dislocation des familles fait retour sous le mode de la contestation sociale tous azimuts. Jean Charest est interpellé par l’un des chefs de la contestation lui demandant de se comporter comme un « bon père de famille » qui ne doit en aucun cas faire « venir la police pour régler un conflit dans sa maison ». Comment déterminer si la grève actuelle porte véritablement sur des enjeux financiers ou s’il s’agit d’un « drame familial » à plus grande échelle ? Pour reprendre une question de Jean-Claude Michéa, « quand le citoyen-écologiste prétend poser la question la plus dérangeante en demandant : Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?, il évite de poser cette autre question, réellement inquiétante : “À quels enfants allons-nous laisser le monde17 ?” »

16De tous les conflits humains, les litiges entourant les règlements de succession ne sont pas les moindres. Ils impliquent souvent le déchaînement des passions entre ceux qui croient détenir des titres de bon droit et ceux qu’ils lèsent du seul fait de leur place dans l’ordre successoral. Ce que l’œuvre militante de Guy Rocher laisse voir à travers ses interventions ponctuelles, c’est le caractère litigieux d’un héritage, d’un donné ambitieux et des conséquences idéologiques d’un reçu. Querelle testamentaire, chicane d’héritage à dimension collective, le déchirement du tissu social qui se laisse pressentir à travers la crise des carrés rouges, véritables lumpenprolétariats d’un Québec qui ne pourra plus rester ce qu’il a été, vient s’ajouter à une tâche politique inachevée, à l’échec, inconnu de cette génération, d’une sortie collective de la minorisation politique.

*

17Du mal des commencements véritables, les interventions publiques de Guy Rocher sont symptomatiques. Deux moments de contestation pour lesquels le sociologue a accordé un appui sans réserve aux grévistes, s’émouvant tantôt de la justice de la cause professorale, tantôt de la vitalité étudiante en cette période de néolibéralisme. Les signifiants grève, grevée, jouent un rôle mythologique dans l’évolution de la société québécoise. On peut se demander si pareil surplace historique n’est pas la manière dont les contradictions entre une pensée de gauche résolue et un avenir national sans repère finissent par s’annuler. Faut-il penser la fin d’un temps sans histoire, celui d’une fonction publique déroutant une nation de son destin ?

Notes

1 Gaston Miron, « L’héritage et la descendance », dans G. Miron, L’homme rapaillé, Montréal, Typo, 1998, p. 177.

2 Christian Saint-Germain est professeur à l’Université du Québec à Montréal et chercheur associé au CRDP.

3 Voir l’intervention intégrale sur YouTube : http://vodpod.com/watch/1516053-spuq-en-greve-uqam-guy-rocher-au-40e-de-luqam

4 Voir www.ledevoir.com/documents/pdf/droits_scolarite_rocher.pdf

5 Cette grève n’eut malheureusement pas un grand succès. Les postes de professeurs obtenus n’ont à ce jour pas été tous livrés par l’administration. La direction de l’UQÀM a d’ailleurs reconnu dans son rapport annuel l’importance de cette grève pour elle – le non-versement de salaires aux professeurs pendant sept semaines – comme élément essentiel du redressement budgétaire… Cette grève ne laissa comme trace révolutionnaire qu’un découvert passager dans le compte courant de chacun de ses participants. Voir l’article lucide de Louis Gill, ancien premier vice-président du SPUQ : « Une mémorable mobilisation. Un déplorable dénouement », SPUQ-INFO, no 273, mai 2009.

6 http://vodpod.com/watch/1516053-spuq-en-greve-uqam-guy-rocher-au-40e-de-luqam

7 Cette complaisance administrative à l’occasion d’un scandale de 500 millions démontre le caractère ambigu de la situation stratégique de l’UQÀM en tant que dispositif du maintien des rapports de classe au Québec. Duplicité essentielle des institutions « progressistes », l’UQÀM a une fonction sédative et agrégative bien trop importante pour que l’État se prive de ce poste d’observation, de ce bassin collecteur des affluents administratifs que constituent les collèges du Vieux-Montréal, de Maisonneuve et de Rosemont.

8 L’UQÀM a valeur de monument dans lequel « [l] e Québec a été immortalisé concrètement ». C’est bien là le caractère le plus inquiétant de cette vérité sociologique pourtant comprise comme un compliment. Quoi qu’il en soit, la dimension « monumentale » de l’UQÀM n’est guère contestable.

9 Sans accorder trop d’importance au titre boutefeu de la page couverture du quatrième numéro de juin 2012 du magazine Maclean’s : « Quebec’s New Ruling Class », il est difficile de ne pas saisir le caractère disproportionné de la réaction étudiante en regard des frais ou des droits de scolarité, si on la compare au contexte nord-américain. Dans un titre tout aussi incendiaire impliquant cette fois la corruption systémique et l’image du Bonhomme Carnaval, le même magazine avait provoqué un tollé de protestations indignées de la part de ceux qui allaient pourtant obtenir la tenue d’une commission d’enquête qui devrait corroborer l’hypothèse d’un scénario global encore plus alarmant que les insinuations ou encore le persiflage amusé du Canada anglais.

10 Le Québec n’a d’ailleurs jamais pu acquérir le statut d’État par le biais de cette logique de l’obtention de gré à gré.

11 L’État québécois s’est employé à mettre en place un long, mais constant désapprentissage de la responsabilité individuelle et de l’initiative personnelle à travers une architecture de programmes présentés comme des « paniers de services » dans la documentation gouvernementale.

12 Au sens où certains ont dit que la Révolution tranquille avait tout réussi (nationalisation de l’électricité, création d’une élite commerçante, etc.), sauf l’essentiel.

13 Il suffit de penser au cafouillage entourant l’adoption de la « loi 1 » sur la langue devenue, par accident parlementaire, la « loi 101 ».

14 C’est l’ambiguïté de la Révolution tranquille, qui, tout en proposant une sortie des mentalités de colonisé, n’en renonce pas moins aux aspirations d’excellence telle qu’en fait foi l’intervention du sociologue Jacques Hamel donnée au quotidien Libération : « On est une petite société, on ne sera jamais Yale ou Harvard » (Sylvain Mouillard, « Québec : le printemps érable sans fin », Libération, 17 mai 2012).

15 Article de La Presse canadienne, Le Devoir, 3 mai 2012, « Droits de scolarité : la CLASSE pigerait dans les fonds de recherche pour financer le gel ».

16 Mélissa Guillemette, « Les employés du ministère de l’Éducation doivent renoncer au carré rouge », Le Devoir, 4 mai 2012.

17 J.-C. Michéa, L’enseignement de l’ignorance et ses conditions modernes, Paris, Climats, 2006, p. 65-66.

Table des illustrations

Titre En grève et grevée
Crédits Œuvre spécialement réalisée pour cet ouvrage par Maya Pankalla
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/8173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search