Version classiqueVersion mobile

Guy Rocher

 | 
Violaine Lemay
, 
Karim Benyekhlef

Deuxième partie. Le politique

6. Le sociologue et la politique

Yvon Leclerc

Texte intégral

  • 1 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen. La dynamique des pratiques de l’action et de l’interprétati (...)

Bref, je dirais que le citoyen a toujours accompagné, souvent précédé et aussi suivi, le sociologue. Ils ont toujours en moi dialogué, sans toujours bien s’entendre, mais cherchant sans cesse à se réconcilier avec plus ou moins de succès. Le citoyen a généralement provoqué la curiosité du sociologue et le sociologue entretenait la motivation du citoyen1.

Momentums

Momentums

Œuvre spécialement réalisée pour cet ouvrage par Maya Pankalla

1Mon cher Guy,

  • 2 Yvon Leclerc a été directeur de cabinet du ministre Camille Laurin de 1978 à 1984.

2C’est le regretté Camille Laurin qui nous a mis en relation alors qu’il était ministre d’État au Développement culturel et scientifique2. J’ai donc eu la chance de collaborer avec vous durant quelques années à l’époque où vous étiez son sous-ministre et où j’étais son chef de cabinet. Pur bonheur que de côtoyer tous les jours Camille Laurin et Guy Rocher en action. La société québécoise vous est redevable à tous les deux d’avoir contribué à lui donner, dans une certaine mesure et chacun à votre manière, le visage qu’elle offre aujourd’hui. Le docteur Laurin n’est plus là, mais vous, vous poursuivez toujours vos travaux. Mais voilà que vos collègues du Centre de recherche en droit public m’apprennent que vous songez à la retraite. Ce qui me fait sourire ; comme si on pouvait arrêter Guy Rocher de penser et d’écrire.

3Nous avons tous les deux connu cette chance de vivre la période fébrile du premier mandat du Parti québécois, de 1977 à 1981. Vos collègues m’ont invité à rappeler, à partir de vos engagements dans l’administration publique, comment le sociologue a vécu cette proximité du travail avec le politique. J’ai accepté cette proposition surtout pour mettre en valeur la qualité et la durabilité du travail réalisé à cette époque. Le ministre Camille Laurin était un homme de grande rigueur qui ne faisait jamais un geste sans l’appuyer d’une démonstration scientifique. Les tentatives répétées – et malheureuses – des gouvernements précédents de doter le Québec d’une politique linguistique qui colle aux besoins de la société d’ici, par exemple, montrent à quel point le défi était grand : on ne pouvait se permettre de risquer une autre demi-mesure. Il fallait d’abord procéder à une lecture approfondie de la société québécoise qui dépassait bien largement le symptôme du problème linguistique ; c’est probablement la raison qui explique que le ministre ait fait appel à un sociologue pour l’accompagner dans l’élaboration des politiques culturelles, sociales, linguistiques et scientifiques dont le Québec avait un urgent besoin.

4Comment un sociologue, intellectuel et chercheur universitaire a-t-il vécu cette expérience de l’administration publique ? À vrai dire, vous seul pouvez répondre ; mais je vais tenter, en mêlant souvenirs personnels et quelques-uns de vos écrits, de jeter un éclairage sur la pertinence de la formation de sociologue appliquée à l’administration publique et à la politique. Il faut d’abord rappeler que le poste d’observation que vous déteniez lors de votre passage dans l’Administration vous situait au plus haut niveau de la fonction publique, aux côtés du secrétaire général de l’État. Situation privilégiée pour un sociologue que celle d’un sous-ministre qui a la charge de l’exécution des volontés politiques du ministre et du gouvernement. Mais il ne faut pas oublier que le poste de secrétaire général associé que vous occupiez plaçait sur vos épaules une très lourde responsabilité, celle de partager avec le ministre Laurin l’élaboration de politiques qui devaient corriger un malaise existentiel profond qui représentait une menace pour la paix sociale. C’est tout dire. La marge d’erreur que vous déteniez alors pour l’analyse sociologique ou, comme disait le docteur Laurin, le diagnostic du Québec était bien mince.

Pourquoi la sociologie ?

5Mais d’abord, revenons en arrière. Est-ce l’action politique qui vous a conduit à la sociologie ou si c’est l’analyse sociologique qui vous a mené à l’action politique ? Durant vos études au Collège de l’Assomption, vous avez développé un vif intérêt pour la chose publique à travers votre engagement dans la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC). Un intérêt qui ne s’est jamais démenti par la suite. Vous y aviez tellement pris goût qu’au sortir de vos études classiques vous avez travaillé à temps complet durant quatre ans dans le mouvement jéciste avant de retourner à l’Université Laval pour entreprendre des études de sociologie avec le père Georges-Henri Lévesque. Peut-on avancer l’hypothèse que vous avez trouvé dans le mouvement étudiant de l’époque un laboratoire d’analyse de la société que vous avez voulu approfondir par la suite à l’Université Laval, puis à Harvard ? « De toute évidence, à l’origine, le besoin d’une sociologie est né en moi d’une pratique de l’action » (Rocher, 2006 : 2).

  • 3 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen », op. cit., p. 1.
  • 4 Ibid., p. 1.
  • 5 Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), Sociologie et société québécoise : présences d (...)

6Autre hypothèse : cette façon d’allier l’action et la réflexion constituait presque l’appellation contrôlée de plusieurs intellectuels de l’époque comme les Gérard Pelletier, André Juneau et autres André Laurendeau ou Camille Laurin. Mais aussi des Pellan, Borduas, Riopelle, qui s’inspiraient de l’empirisme pour camper leur analyse de la société québécoise. Vous affirmez : « [C]hez moi, la pratique de la sociologie a été marquée par un va-et-vient presque incessant entre ce que j’appellerai, d’une part, la pratique de l’action et, d’autre part, la pratique de l’interprétation3 », avant d’ajouter : « Le besoin de comprendre et d’expliquer le changement social et l’exigence d’y participer à l’occasion, de manières variées, est, me semble-t-il, l’axe qui traverse ma pratique de la sociologie4. » Voir, juger, agir, aurait dit le chanoine Cardijn, fondateur de l’Action catholique, mouvement social qui a « joué dans votre vie le rôle d’une pré-sociologie5 ».

7C’est toutefois avec l’élection du Parti québécois, en 1976, que débute vraiment votre incursion dans la sphère politique, alors que le ministre d’État au Développement culturel, Camille Laurin, vous invitait à le seconder dans une mission qui, en apparence et selon la tradition, constituait un genre mineur de l’administration publique – la culture –, mais que l’association du sociologue et du psychiatre a contribué à hisser au sommet des priorités de l’État.

Le sociologue en action

8Vous ne vous souviendrez peut-être pas de la première fois où nous nous sommes rencontrés. C’était il y a plus de trente ans, en septembre 1978 si je ne m’abuse. Ce jour-là, vous reveniez d’une rencontre avec le premier ministre René Lévesque en compagnie du ministre Laurin. Vous déambuliez lentement dans le corridor qui reliait les deux édifices, vous arrêtant à plusieurs reprises, commentant la discussion que vous veniez d’avoir avec le PM, comme on dit dans le jargon de l’administration publique. Ce n’était pas la première fois que vous faisiez ce trajet entre les deux édifices. Lorsqu’il se rendait au bureau de René Lévesque, le docteur Laurin aimait bien se faire accompagner de son sous-ministre. Le ministre m’avait un jour confié que monsieur Lévesque voyait en vous un acteur de premier plan de la Révolution tranquille et qu’il appréciait surtout votre façon d’exposer en termes simples des phénomènes et des situations sociales complexes (lui qui détestait la langue de bois…).

9Il faut reconnaître que bien peu de sous-ministres sont nommés à la tête d’une fonction publique ministérielle sans avoir, au préalable, fait leurs classes dans des postes subalternes pour s’imprégner de la culture de l’administration publique. Toutefois, tous les mandarins de la haute fonction publique connaissaient le rôle central que vous aviez joué dans la réalisation du rapport de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec (commission Parent). C’est donc précédé d’une aura largement reconnue que vous avez êtes entré au Conseil exécutif.

10C’est connu, on juge l’arbre à ses fruits. Et le bilan des travaux réalisés est impressionnant : le livre blanc sur la langue française et la loi 101, la politique québécoise du développement culturel, le livre vert suivi du livre blanc sur la recherche scientifique, le livre blanc sur le droit d’auteur (La juste part du créateur), le plan d’action à l’intention des communautés culturelles (Autant de façons d’être québécois), la reconnaissance des industries culturelles et la création de la Société de développement des industries culturelles, etc. Faut-il porter au bilan de l’analyse sociologique d’avoir fait émerger ces politiques et ces plans d’action qui se sont inscrits dans la durée ? On peut le voir ainsi. Du reste, j’y vois aussi la preuve que l’audace est possible dans l’administration publique lorsqu’elle rime avec la rigueur, le réalisme et le courage politique.

Le Comité ministériel permanent du développement culturel

11Avant d’aller plus loin, il m’apparaît essentiel de nous arrêter sur la fonction « coordination » du Comité ministériel permanent du développement culturel, comité dont vous étiez responsable et que présidait le ministre. Cette fonction de coordination avait montré le bout du nez durant le deuxième mandat de Robert Bourassa ; mais c’est après le 15 novembre 1976 qu’elle a reçu ses lettres de noblesse. Une fonction qui, au demeurant, paraissait taillée sur mesure pour un sociologue. Ce comité était alors composé du ministère des Affaires culturelles, de celui des Communications, du Haut-commissariat à la jeunesse, aux loisirs et aux sports ainsi que du ministère de l’Éducation. On se rappelle que cette période de la vie publique québécoise a été marquée par une intense activité de réformes dans presque tous les ministères au point que plusieurs auteurs qualifient ce premier mandat du gouvernement Lévesque de deuxième étape de la Révolution tranquille. C’est donc dire que la mission de cohérence confiée à ce comité ministériel prenait une importance stratégique. Tout projet de politique, loi ou règlement devant être présenté au Conseil des ministres devait au préalable être analysé par ce comité ministériel. Ce qui n’avait pas toujours l’heur de plaire aux ministères membres, à commencer par l’imposant ministère de l’Éducation. Personne n’ignorait, à ce ministère, que le coordonnateur de l’analyse des projets déposés au Comité n’était nul autre que celui qui avait rédigé de grands pans du Rapport Parent !

  • 6 Devenue la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).

12Du coup, la culture prenait du galon et élargissait son champ d’action, jusque-là chasse gardée du ministère des Affaires culturelles. C’est toutefois à l’occasion de la réalisation de la politique québécoise du développement culturel que cette formule devait accoucher de ses meilleurs effets de cohérence. En effet, cette politique a été élaborée en mobilisant la majorité des ministères du gouvernement du Québec. Inspirés par une définition sociologique de la culture, les travaux du Comité ont permis d’étendre à d’autres ministères la notion de culture. À titre d’exemple, le Comité a interpellé le ministère de l’Industrie et du Commerce sur l’importance du secteur des industries culturelles. Jusqu’alors, seule la dimension « création » des industries du cinéma, du disque et du spectacle, du livre, des métiers d’art, était prise en compte par le ministère des Affaires culturelles. La création de cette société d’État6 a permis de rassembler les opérations du cycle de production – création, transformation et mise en marché – au sein d’une même unité administrative, ce qui augmentait sensiblement l’efficacité du soutien gouvernemental à ces secteurs. Inutile d’insister sur le travail de pédagogie que vous avez dû déployer pour expliquer que des domaines comme le travail, l’habitation, le transport, le loisir, etc., avaient tous des rapports avec la culture.

  • 7 François Rocher, Entretiens avec Guy Rocher, Montréal, Éditions du Boréal, 2010, p. 126.
  • 8 Lire à ce sujet les travaux du chercheur australien Jon Hawkes (2001) et l’application qu’en fait (...)

13Comme sociologue, vous ne pouviez imaginer la politique du développement culturel autrement que résolument québécoise et arrimée à toutes les sphères de la société, y compris « les transports, l’industrie, l’agriculture, la jeunesse et le sport, etc.7 ». Sous cet angle, la culture cesse d’être une simple préoccupation de l’État pour s’incarner dans l’action gouvernementale et se projeter au carrefour de multiples décisions administratives8.

14Le Comité ministériel permanent du développement culturel, mis sur pied en 1976, a fonctionné relativement bien jusqu’à la veille du référendum de 1980 ; il n’a toutefois pas survécu aux résistances des ministères sectoriels, qui se sentaient menacés par cette volonté de cohérence interprétée comme une menace à leur autonomie. Après l’élection d’avril 1981, même si la préoccupation de la cohérence gouvernementale était toujours bien présente, la présidence du Comité a été confiée à un ministre sectoriel, ce qui en réduisait le poids et l’autonomie. Somme toute, on permettait encore à l’oiseau de voler, mais on lui brûlait le bout des ailes pour lui éviter la tentation d’Icare.

Regards sur l’administration publique

  • 9 Guy Rocher, « Le sociologue et la sociologie dans l’administration publique et l’exercice du pouvo (...)
  • 10 Des auteurs comme Gérard Bergeron ou Louis Bernard ont écrit sur l’administration publique, mais s (...)

15Votre passage dans la fonction publique aura été l’occasion de faire l’analyse9 de ce microcosme social que représente l’organisation administrative du gouvernement du Québec. Cette analyse publiée dans Sociologie et Sociétés me servira de guide pour suivre le sociologue en action dans l’univers politico-administratif10. Vous affirmez avoir écrit cet article « à chaud », comme si cette réserve devait en diminuer la profondeur. Je dirais, tout au contraire, que cela donne à l’analyse une pertinence exceptionnelle puisqu’elle s’appuie sur une sorte d’« observation participante » qui lui confère une légitimité unique. C’est plutôt rare qu’un sociologue soit invité à travailler au sein de la haute fonction publique et je crois bien que le tandem que vous formiez avec Fernand Dumont durant les années 1977 à 1979 restera un fait unique dans les annales de l’administration publique québécoise. On rencontre, dans la fonction publique, des ingénieurs, des économistes, des juristes, des médecins, etc., mais rarement des sociologues. Ce qui me paraît intéressant dans cet article, c’est qu’on y trouve une analyse des organisations qui, à mon avis, pourrait s’appliquer à la fonction publique des grandes villes, aux universités et aux grandes sociétés comme le Mouvement Desjardins, Bombardier, SNC-Lavalin ou aux centrales syndicales. Dans les lignes qui vont suivre, je vais en tirer quelques observations qui constituent autant de passerelles entre la sociologie et la politique.

16Première constatation : l’administration publique possède une vie sociale interne qui lui est propre, elle constitue « une sorte de mini-système social » (1980 : 46) avec ses règles, ses valeurs, ses loyautés, mais aussi avec ses combats de ruelle, ses rancunes et ses ostracismes. Rappelons quelques-unes de ses caractéristiques.

17Il n’est pas rare d’entendre des contribuables affirmer que les fonctionnaires, eux-mêmes payés par l’État, peuvent puiser dans la caisse impunément. Rien de plus faux, écrivez-vous. « Il y a, autour de cette gestion [des fonds publics], une sorte de mythologie de la vertu, de la perfection, de la compétence, qui imprègne toute la fonction publique » (1980 : 47). Et vous poursuivez : « Il y a une valeur dans l’éthos de la fonction publique qui n’est guère mise en lumière dans les descriptions qu’ont données les sociologues de la bureaucratie publique » (1980 : 47).

  • 11 Mythe dégonflé périodiquement par les révélations des médias.

18Cette caractéristique comporte aussi son corollaire. Au nom de cette mythologie, les fonctionnaires ont beaucoup de mal à confier la gestion de fonds publics à des non-fonctionnaires et n’ont de cesse de rapatrier sous leur gouverne le patrimoine que les dirigeants politiques ont parfois l’habitude (mauvaise à leurs yeux) de confier à des OBNL ou à des fondations. Les fonctionnaires ont cette prétention de croire qu’ils sont les seuls à incarner le désintéressement nécessaire à la bonne gestion des fonds publics. J’ajouterais que l’institution du vérificateur général renforce cette mythologie du fonctionnaire qui, comme la femme de César, doit être au-dessus de tout soupçon11. Cette mythologie peut même se transformer en cauchemar pour les fonctionnaires qui travaillent en région, soupçonnés de vivre dans la promiscuité des intérêts régionaux.

  • 12 J. Jacobs, « Symbolic Bureaucracy: A Case Study of a Social Welfare Agency », Social Forces, vol.  (...)

19Vous rapportez, dans ce même article, la recherche de Jerry Jacobs12, qui concluait que la description wébérienne de la bureaucratie est, somme toute, virtuelle ou théorique. Sans aller aussi loin que Jacobs, vous constatez quand même un écart important entre la description de la hiérarchie de la bureaucratie exposée par Weber et la réalité que vous avez pu observer. Et pour illustrer cet écart, vous comparez la société de l’administration publique à la féodalité.

20Ce parallèle avec la féodalité m’a d’abord fait sourire bien que je reconnaisse parfaitement la description que vous en faites : la culture de la fonction publique exige pratiquement de prêter foi et hommage à son supérieur. Du reste, celui-ci ne se prive jamais de rappeler qu’il détient toujours le dernier mot même si l’habitude de travailler et de décider par consensus s’installe de plus en plus. Pire encore, le subalterne qui conteste ce code de conduite se voit taxé de manque de loyauté. La rationalité évoquée par Weber se heurte ici à la rigidité de l’autorité érigée en dogme absolu.

21Vous ajoutez à cette observation un élément qui s’écarte aussi de la rationalité de la bureaucratie wébérienne : la relation de dépendance personnalisée entre le seigneur-supérieur et le sujet-inférieur. Dans la fonction publique, un professionnel a de bien meilleures chances de gravir les échelons le menant à un poste important s’il s’inscrit dans la mouvance d’un supérieur entré en grâce auprès du pouvoir politique. Ce qui condamne d’excellents sujets à plafonner à des postes subalternes alors qu’ils auraient le potentiel voulu pour exercer des fonctions beaucoup plus importantes. Heureusement, la mobilité horizontale existe pour sortir ces talents de l’impasse, mais il leur faudra beaucoup plus de temps pour être promus que s’ils étaient arrimés au convoi d’un supérieur favorisé par le sort politique.

22Votre article met aussi en lumière un autre aspect de la culture de l’administration publique qui ébranle le modèle wébérien : la sacralisation du territoire administratif. Le haut fonctionnaire considère son territoire comme sa chasse gardée et gare à celui qui voudrait s’y aventurer sans son autorisation. Vous retournez à nouveau au Moyen Âge pour comparer cette caractéristique de l’administration publique aux baronnies ou aux principautés que les chevaliers protégeaient comme la prunelle de leurs yeux. « Les conflits à l’intérieur de la fonction publique, entre les ministères ou entre les directions d’un ministère, comptent parmi les conflits les plus longs, les plus violents et les plus difficiles à résoudre que la sociologie puisse observer » (1980 : 49).

23Il est presque inévitable qu’un État national mette en place des unités administratives qui se chevauchent à l’occasion (a fortiori dans un régime fédéral). Ce fait est apparu clairement au moment de l’élaboration de la politique québécoise du développement culturel à laquelle presque tous les ministères ont été amenés à collaborer. Un exemple revient souvent, celui de la formation professionnelle. Deux importants ministères exercent une responsabilité à cet égard : le ministère de l’Éducation et celui de l’Emploi. La compétence de la formation professionnelle au niveau secondaire appartient au ministère de l’Éducation et ce rattachement n’est pas mis en doute. De même, on admet que la responsabilité de l’adéquation entre la formation des travailleurs et le marché du travail échoit au ministère de l’Emploi. Les conflits relèvent plutôt d’une philosophie de la formation. Pour résumer, le ministère de l’Éducation veut des têtes bien « faites » et insiste sur la formation générale et la mobilité, alors que le ministère de l’Emploi, plus près des entreprises, met l’accent sur l’insertion rapide dans le marché du travail. D’une certaine manière, une tension entre ces deux pôles peut être créatrice ; c’est lorsque survient une impasse entre les deux philosophies d’intervention et que les responsables cherchent un arbitrage dont personne ne veut – surtout pas le premier ministre – que le débat s’enlise au détriment des bénéficiaires.

24Dernière constatation… À ces sources de conflits territoriaux s’ajoute un foyer d’infection : la relation entre le politique et l’administratif. Passons rapidement sur la tension – pas toujours créatrice – qui existe entre le personnel politique entourant les ministres et la haute fonction publique qui toise souvent de haut ces jeunes militants souvent inexpérimentés et étrangers à la culture politique de l’administration publique.

Certains ministères peuvent être complètement sclérosés par une lutte quotidienne entre des membres du cabinet politique qui font le travail ou prétendent faire le travail des fonctionnaires et des fonctionnaires qui bloquent la machine pour empêcher ces interventions jugées soit trop politiques, soit maladroites, soit incompétentes. (1980 : 51)

25Il faut dire ici que le changement, dans l’administration publique, arrive généralement par le ministre dont le rôle démocratique est de porter les volontés citoyennes. Vous rappelez, dans votre article, les deux moments forts où les femmes et les hommes qui s’engagent en politique active cherchent à laisser des traces de leur passage au gouvernement : d’une part, la réalisation des promesses électorales et, d’autre part, leur intronisation à la tête d’un ministère. C’est à ces deux moments que s’observe la tension entre la volonté de changement du ministre et la résistance de l’administration. Bien que ce ne soit pas toujours le cas, la majorité des ministres entrent en fonction avec la détermination de changer bien des choses dans leur ministère ; mais, pour la plupart, ils ont tôt fait de se ranger aux arguments des hauts fonctionnaires qui ont su les convaincre que tout va bien et qu’il ne faut rien changer. Ou encore, si les hauts fonctionnaires affichent un tempérament guerrier, ils parviennent à persuader leur ministre qu’il doit conquérir une partie du territoire d’un autre ministère qui, estiment-ils, devrait leur revenir.

26Alors qu’il était premier ministre, Jacques Parizeau m’avait un jour lancé : « Quand un ministre commence à trouver son sous-ministre bien bon, moi, je commence à me méfier… » La détermination d’un ministre – ou ce qu’on appelle souvent dans l’administration publique la volonté politique – doit s’appuyer sur une argumentation solide afin de réaliser le changement annoncé. Or, comme les ministres capables de soutenir vigoureusement et rigoureusement les arguments du changement ne sont pas légion, l’organisation se charge de disqualifier toute tentative de changement et de claquemurer l’administration publique dans le statu quo.

27Dans les faits, l’immobilisme souvent décrié de l’administration publique prend surtout sa source dans l’autoprotection des emplois des cadres et dans la volonté des hauts fonctionnaires de défendre leur territoire. Là se situent les causes véritables de la pérennité des programmes et des services gouvernementaux, causes que vous avez également relevées dans votre article.

28Pour clore cette analyse sociologique de l’administration publique, vous terminez par une remontée théorique sur le rôle et les pouvoirs de l’État. C’est, à mon avis, un des passages les plus importants de cette analyse.

29La population demande beaucoup à l’État dont elle fait souvent le bouc émissaire de ses frustrations. Elle n’hésite pas, à l’occasion, à remettre en question ce que vous appelez la « mythologie de la vertu » et même la compétence de la fonction publique, alors qu’elle accueille avec reconnaissance les nouvelles mesures comme les garderies à cinq dollars ou la politique des congés parentaux. Par contre, elle s’insurge contre les coupes effectuées dans les programmes existants et se plaint de payer trop d’impôts. Ces contradictions, poussées parfois à la limite de la névrose, constituent le pain quotidien des politiciens, mais affectent le « mini-système social » qui est perméable à ces tensions.

30Devant cet état de fait, vous émettez l’hypothèse que, paradoxalement, « plus on demande à l’État d’intervenir, plus celui-ci rencontre d’obstacles et de limites à son action » (1980 : 52). Des limites internes, d’abord. Vous avez eu la chance de connaître, à la fin des années 1970, une période d’expansion où se poursuivait la construction de l’appareil de l’État ; mais vous avez aussi vécu la difficile période de la contraction à la suite de la crise économique de 1982. Vous avez ainsi pu constater que les comportements de l’appareil diffèrent totalement selon que l’on se trouve du côté gauche ou du côté droit de la courbe de Gauss ! J’ai personnellement vécu la partie ascendante de la courbe, au début des années 1970, où, jeune directeur du Service des industries culturelles, au ministère des Affaires culturelles, je n’arrivais pas à pourvoir les postes que m’accordait le Conseil du trésor, faute de personnel disponible ! Quant à l’autre versant de la courbe, vous l’avez connu alors que vous étiez sous-ministre au Développement social au moment de la crise économique de 1982 qui a forcé le gouvernement à appliquer un solide coup de frein à l’expansion des années 1970. Vous avez donc pu observer la mobilisation des fonctionnaires qui n’ont pas hésité à s’opposer au pouvoir politique. J’accompagnais le ministre Laurin lorsqu’il a été pris à partie par des syndiqués en furie lors d’une manifestation contre les mesures de compression imposées par les instances politiques. Ce geste malheureux a d’ailleurs marqué un tournant dans la guérilla entre les fonctionnaires et les députés et ministres, car la population n’a pas accepté qu’on s’attaque à une icône politique de l’envergure de Camille Laurin.

31Il y a aussi des limites externes à l’action de l’État. Vous signalez le travail des groupes de pression qui se font entendre dans le cadre du processus législatif. « Presque à tout coup, un nouveau projet rencontre des objections soit de la part du groupe ou du secteur de la population concerné, soit de la part d’un autre qui se dit ou se croit lésé ou craint de l’être par ce qu’on accorde à d’autres » (1980 : 52). Ce qui rend le processus décisionnel de l’État forcément plus long, plus prudent, mais en même temps plus près de la réalité.

  • 13 Ici, j’aurais des questions à poser au sociologue : même si la vision du ministre Laurin sur le sy (...)
  • 14 Entre autres, F. Chazel, « Mouvements sociaux », dans R. Boudon (dir.), Traité de sociologie, Pari (...)

32Nous avons vécu les péripéties liées au projet de loi 40 proposé par Camille Laurin, alors ministre de l’Éducation (1980-1984), qui a dû subir l’opposition des groupes de pression bien organisés du secteur de l’Éducation. Ce projet de loi, tiré du livre blanc intitulé L’école communautaire et responsable, visait à faire de la communauté-école le pivot du développement culturel, social et communautaire du Québec. Rien de moins. Ambitieux, le projet de loi voulait réaliser d’un seul coup ce qui a mis près de trente ans à se concrétiser par la suite – et qui n’est pas terminé. Le projet de loi visait donc la bonne cible. Mais l’opposition des groupes de pression se butait à la détermination légendaire du ministre Laurin, qui était sur le point de gagner son pari à la fin d’une commission parlementaire houleuse lorsque le premier ministre Lévesque a jugé que c’en était trop. Il a choisi de lui retirer la responsabilité ministérielle de l’Éducation pour lui confier celle des Affaires sociales. C’est dire à quel point le travail des groupes de pression peut influer sur le calendrier législatif13. Plusieurs auteurs14 ont documenté cet aspect de l’administration publique aux prises avec des groupes de pression. Reconnaissons toutefois que ceux-ci constituent, avec le journalisme d’enquête, une soupape nécessaire au bon fonctionnement de la démocratie de représentation. Mais il y a plus.

  • 15 Philippe Aydalot (1986), fondateur du Groupe de recherche européen sur les milieux innovateurs (GR (...)

33Depuis l’époque où vous avez écrit votre article, en 1980, la gouvernance de la société s’est transformée pour accueillir un nouvel acteur : la société civile. À la différence de la société fordiste des Trente Glorieuses – dont le fonctionnement macroéconomique reposait essentiellement sur le marché, les syndicats et l’État –, la société postfordiste a fait place à une société civile de mieux en mieux organisée, instruite, confiante et désireuse de participer au débat public. (Résultat de la démocratisation de l’éducation ?) Cette société civile a proposé et propose encore des mesures pour remplacer des fonctions que l’État n’arrivait plus à financer, faute de moyens. De nouveaux gisements d’emplois ont été créés qui contribuent au développement social et communautaire de nos milieux de vie. L’innovation, comme l’a bien démontré Philippe Aydalot15, n’est plus l’apanage de l’entreprise ou de l’État ; portée par la société civile, elle se rencontre aussi dans les milieux de vie. L’analyse du sociologue observateur de la fonction publique doit désormais composer avec de nouveaux concepts de gouvernance empruntés au secteur privé de l’économie comme l’impartition, la sous-traitance, etc.

34Pour clore cette analyse de l’administration publique, vous soulevez la question du temps limité dont disposent les instances centrales du gouvernement du Québec ainsi que les décideurs eux-mêmes pour accomplir leur mandat avec toute la compétence qu’on attend d’eux. Vous citez les cas du Conseil des ministres, du Conseil du trésor et du Comité de législation. Vous avez été à même de constater, durant vos années de service dans la fonction publique, l’encombrement de ces instances centrales et l’énorme charge de travail des décideurs qui peinent à respecter les échéanciers fixés. D’où les retards dans les décisions qui viennent accréditer la réputation de lenteur de l’administration publique. Voilà qui fournit une explication au préjugé voulant que la fonction publique travaille au ralenti ; les cadres de l’administration publique sont submergés de travail, car les instances décisionnelles leur mettent continuellement l’épée dans les reins.

Des défis lancés aux sociologues

35Vous ne pouvez détourner le regard posé sur l’administration publique sans interpeller les sociologues et la sociologie dans leur approche de la fonction publique. Vous leur lancez quelques défis qui ne sont d’ailleurs pas sans lien avec l’instance politique.

36Le premier de ces défis constitue une sorte de préalable, car il s’agit de surmonter la « résistance d’origine idéologique » (1980 : 58) au fait que le sociologue ne considère pas la fonction publique comme un agent de changement. Au contraire, il est même porté à la considérer comme un frein au changement et à l’innovation. D’où ce premier défi qui consiste à combattre les préjugés entourant l’administration publique et à la considérer plutôt comme un sujet d’étude. Globalement, les dépenses des administrations publiques, y compris les municipalités et les commissions scolaires, représentent près de 50 % de toutes les dépenses effectuées sur le territoire québécois. D’où l’importance de dépasser les préjugés et de considérer ce champ d’étude proportionnellement à son importance dans la société. À la condition, toutefois, que le sociologue y trouve sa place et définisse son rôle par rapport à l’administration publique.

37À sa décharge, vous rappelez que les résultats du travail du sociologue ne se prêtent pas à une utilisation aussi immédiate que ceux effectués par les économistes, les ingénieurs, les juristes et autres démographes travaillant dans la fonction publique. Cela n’en diminue pas pour autant l’importance. « Cette solitude professionnelle du sociologue dans la bureaucratie constitue probablement, au bout du compte, son plus difficile défi » (1980 : 59). Vous suggérez, pour relever ce deuxième défi, que le sociologue devrait accepter que les résultats de ses recherches soient avant tout utilisés comme une grille d’analyse ou comme un mode de réflexion. J’ajouterais qu’il serait intéressant de faire une recension des travaux des directions de la recherche ou des politiques des ministères pour connaître l’état des lieux, trente ans après que cet article a été écrit. Car, depuis la publication du livre vert sur la recherche scientifique, qui reconnaissait la qualité de la recherche menée dans les ministères, il se pourrait bien que la situation constatée à ce moment ait évolué. Dans un sens ou dans l’autre.

38Vous mentionnez dans votre article un dernier point qui concerne la méthodologie du sociologue travaillant dans la fonction publique. C’est en voulant s’adapter à l’exercice du pouvoir que le sociologue se bute à ses plus grandes difficultés professionnelles et intellectuelles. Rompu aux procédures des assemblées délibérantes et du code Morin, le sociologue découvrira que l’Assemblée nationale dispose de son propre code de procédure et que les instances décisionnelles n’en utilisent aucun. Ce qui ne les empêche pas d’accoucher de produits très formalisés. Le pouvoir politique s’exerce à travers des lois, règlements et normes qui servent d’encadrement à la vie en société. L’autorité gouvernementale ne s’applique que très rarement directement aux personnes ; elle intervient plutôt à travers un filtre, un intermédiaire qui balise la vie individuelle ou collective. Cette manière de procéder est assez loin de la méthode de travail du sociologue. Même s’il a étudié l’organisation sociale durant sa formation et qu’il connaît bien l’ordre normatif, les règles de comportement et le contrôle social, il a peu pratiqué, comme vous le soulignez, « l’exercice des normes, des règles, des lois » (1980 : 61). Pire encore, il y est même allergique et considère l’appareil juridique comme réfractaire au changement. Et surtout, le sociologue ne veut pas se prendre pour un juriste ! Comment le sociologue engagé dans la fonction publique peut-il alors distinguer ce qui est de l’ordre du changement d’avec ce qui est de l’ordre du statu quo ? D’autant plus que « la sociologie n’a pas encore développé une grille d’analyse à la fois systématique et critique du droit » (1980 : 61).

39On comprend alors votre choix d’avoir tant investi dans la recherche sur la sociologie du droit public et dans l’instrumentation méthodologique qui permettrait au sociologue de ne plus être à la remorque des juristes dans l’exercice du pouvoir. Car « c’est probablement là le plus grand défi que lui impose la participation à l’exercice du pouvoir : réussir à pratiquer le discours du pouvoir en y apportant la contribution analytique et critique particulière qui peut être celle du sociologue et de la sociologie » (1980 : 62).

40Un quart de siècle plus tard, dans une communication à l’Université de Montréal, vous revenez sur les défis de la sociologie dans le changement social. Comprendre le changement et l’expliquer sera toujours la tâche du sociologue et, comme les sociétés modernes sont de plus en plus complexes, la sociologie devra toujours être en mesure de « continuer à élaborer, développer et enrichir de nouvelles perspectives analytiques, conceptuelles, théoriques » (Rocher, 2006 : 6).

41Vous terminez cette communication par un émouvant acte de foi dans l’avenir de la sociologie. D’abord, parce que la sociologie « non occidentale » commence à peine à donner, dites-vous. Les grands pays d’Asie et les pays arabes apporteront sans doute, avec leur culture propre, une intéressante contribution scientifique à la sociologie. Ensuite, la tendance contemporaine à travailler dans l’interdisciplinarité peut contribuer à enrichir les conceptions de chaque discipline en même temps qu’elle peut provoquer l’approfondissement de chacune d’elles. Je vous laisse le mot de la fin :

  • 16 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen », op. cit., p. 17.

La sociologie est loin d’être à bout de souffle. Elle a connu au cours des cinquante dernières années une trajectoire qu’il était bien difficile, voire impossible, de prédire en 1950. Elle sera sans doute encore différente en 2050 de ce qu’elle est aujourd’hui, sous l’action de tous les sociologues qui continueront à assurer la relève. Je leur souhaite longue vie16 !

42C’est aussi ce que nous vous souhaitons, mon cher Guy. Vous me pardonnerez de ne pas avoir été aussi objectif que le commanderait la demande que m’ont faite vos collègues du Centre de recherche, qui souhaitent explorer le lien entre le sociologue et la politique. J’ai voulu par ce texte rappeler un épisode particulièrement productif de la vie politique québécoise que nous avons eu la chance de vivre. L’envergure du travail réalisé à cette époque et la qualité des rapports que l’équipe du ministre Laurin entretenait avec vous me laissent des souvenirs impérissables. J’ai du mal à faire la part entre l’émotion et la rationalité. D’autres se chargeront de souligner votre immense apport à la société québécoise. Personnellement, je crois que votre apport et spécialement vos travaux dans les domaines de l’éducation, de la culture et de la sociologie du droit public font que vous prenez déjà place dans cette lignée des sociologues qui, avec Montesquieu, Marx, Durkheim, Weber, Tocqueville, Simmel, Elias, Parsons et combien d’autres, ont permis de mieux comprendre et expliquer notre monde. Merci de cette contribution et longue vie.

Bibliographie

Références

Rocher, Guy (1980), « Le sociologie et la sociologie dans l’administration publique et l’exercice du pouvoir politique », Sociologie et Sociétés, vol. 12, no 2, octobre 1980, p. 45-65.

Rocher, Guy (2006), « Être sociologue-citoyen. La dynamique des pratiques de l’action et de l’interprétation », conférence de clôture du colloque Présences d’un sociologue, Université de Montréal, le 24 février 2006.

Notes

1 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen. La dynamique des pratiques de l’action et de l’interprétation », conférence de clôture du colloque Présences d’un sociologue tenu le 24 février 2006, p. 4.

2 Yvon Leclerc a été directeur de cabinet du ministre Camille Laurin de 1978 à 1984.

3 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen », op. cit., p. 1.

4 Ibid., p. 1.

5 Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), Sociologie et société québécoise : présences de Guy Rocher, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2006, p. 11.

6 Devenue la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).

7 François Rocher, Entretiens avec Guy Rocher, Montréal, Éditions du Boréal, 2010, p. 126.

8 Lire à ce sujet les travaux du chercheur australien Jon Hawkes (2001) et l’application qu’en fait Jordi Pascual (2008) pour la Fondation européenne de la culture à l’égard des villes.

9 Guy Rocher, « Le sociologue et la sociologie dans l’administration publique et l’exercice du pouvoir politique », Sociologie et Sociétés, vol. 12, no 2, 1980, p. 45-64. http://id.erudit.org/iderudit/001648ar

10 Des auteurs comme Gérard Bergeron ou Louis Bernard ont écrit sur l’administration publique, mais sous l’angle du politologue et du juriste.

11 Mythe dégonflé périodiquement par les révélations des médias.

12 J. Jacobs, « Symbolic Bureaucracy: A Case Study of a Social Welfare Agency », Social Forces, vol. 47, no 4, 1969, p. 413-423.

13 Ici, j’aurais des questions à poser au sociologue : même si la vision du ministre Laurin sur le système d’éducation était parfaitement fondée, se pourrait-il que la bouchée ait été trop grosse et que la société ne pouvait digérer une telle réforme en une seule fois ? Y a-t-il une limite à la capacité d’ingestion de transformations sociales dans une société démocratique ? In medio stat virtus ?

14 Entre autres, F. Chazel, « Mouvements sociaux », dans R. Boudon (dir.), Traité de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 263-312 ; J.-L. Klein, « L’espace local à l’heure de la globalisation : la part de la mobilisation sociale », Cahiers de géographie du Québec, vol. 41, no 114, 1997, p. 367-377.

15 Philippe Aydalot (1986), fondateur du Groupe de recherche européen sur les milieux innovateurs (GREMI). Il a été le premier à émettre l’hypothèse de l’existence de conditions territoriales à l’origine des processus d’innovation. Il s’opposait ainsi aux économistes dits « industriels » pour qui l’innovation découle uniquement de l’entreprise.

16 Guy Rocher, « Être sociologue-citoyen », op. cit., p. 17.

Table des illustrations

Titre Momentums
Crédits Œuvre spécialement réalisée pour cet ouvrage par Maya Pankalla
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/8171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search