Version classiqueVersion mobile

Guy Rocher

 | 
Violaine Lemay
, 
Karim Benyekhlef

Première partie. Le savant

5. Un « virage » dans l’œuvre de Guy Rocher

Yan Sénéchal

Texte intégral

Le parcours du rocher

Le parcours du rocher

Œuvre spécialement réalisée pour cet ouvrage par Maya Pankalla

  • 1 Yan Sénéchal est chargé de cours au Département de sociologie de l’Université de Montréal et à la (...)

1Toute l’histoire de la sociologie du droit au Québec a été et demeure l’histoire d’un champ de savoir incertain1. À ce titre, la construction de ce champ au cours des années 1970 dans les universités québécoises est, historiquement parlant, tout aussi « normale » que celle qu’ont connue la France et les États-Unis (voir Serverin, 2000). La construction du champ de la sociologie du droit au Québec est tout à fait « normale », au sens où celui-ci a essentiellement été « la chose » des juristes dans les facultés de droit. Du point de vue de l’histoire de la sociologie du droit en général, la construction du champ de la sociologie du droit au Québec est « normale » pour une autre raison encore. Les sociologues de formation qui ont pris le droit comme principal objet d’étude forment, force est de le constater, une toute petite minorité.

  • 2 Quoique Brunelle représente en fait un cas frontière entre formation juridique et formation sociol (...)

2Cette double normalité de la sociologie du droit au Québec – une majorité de juristes et une minorité de sociologues – se traduit en autant d’énigmes pour l’historiographie de la sociologie québécoise. Première énigme : pourquoi et comment des juristes ont-ils fait appel à la sociologie pour qualifier, sous un autre angle, l’objet au cœur de leur profession juridique ? Il y aurait à ce sujet toute une série d’entretiens à entreprendre et de lectures à effectuer pour saisir le sens de cet appel à la sociologie de la part des juristes de formation. En disant cela, il faut bien évidemment penser à Jean-Guy Belley tout d’abord, puis à Pierre Noreau et Michel Coutu ensuite, pour s’en tenir aux juristes qui ont, jusqu’à présent, contribué le plus activement au dynamisme de la sociologie du droit depuis la fin des années 1970 (Belley, 1977) et davantage encore depuis les années 1990 (Belley, 1998 ; Coutu, 1995 ; Noreau, 1993). Deuxième énigme : pourquoi et comment des sociologues de formation se sont-ils tournés vers le droit pour construire, dans une certaine perspective, leur principal objet d’étude qu’est la « société » ? Cette dernière énigme pourrait connaître un début d’élucidation en empruntant deux chemins parallèles. Celui d’abord amorcé par Dorval Brunelle, l’un des premiers sociologues, sinon le premier, à publier des recherches et à dispenser des enseignements en sociologie du droit entre le milieu des années 1970 et la fin des années 1990 (par exemple, en 1975 et 19972). L’autre chemin, sur lequel il s’agira de s’aventurer à la suite, c’est celui qu’a édifié Guy Rocher depuis 1979. La sociologie du droit est en effet, depuis plus de trente ans maintenant, le principal champ de recherche de Rocher, ce qu’attestent notamment ses Études de sociologie du droit et de l’éthique (1996a).

  • 3 Pour une lecture sommaire, mais particulièrement perspicace, de la sociologie du droit de Guy Roch (...)

3La contribution de Guy Rocher à la construction du champ de la sociologie du droit au Québec est une dimension fascinante, mais ô combien méconnue, de son œuvre (elle-même étonnamment peu fréquentée3). Pour essayer d’éclairer le sens de cette contribution, il a semblé opportun d’approfondir notre compréhension de la manière par laquelle le « droit » et la « sociologie du droit » en sont venus à s’inscrire dans le parcours intellectuel et dans la trajectoire disciplinaire de Rocher. Une lecture interne de certains textes publiés et de certaines lettres inédites, à même de procurer des « éclairages complémentaires », conduira à évoquer, successivement, deux expériences transitoires que Rocher a connues, à titre d’étudiant d’abord et de fonctionnaire ensuite, dans le monde juridique, le « virage » qu’il a été amené à effectuer dans ses travaux en joignant le Centre de recherche en droit public et le défi devant lequel il s’est par le fait même retrouvé, au milieu de juristes, de se construire un regard sociologique sur le droit. Toutes choses qui devraient en fin de compte permettre de comprendre un peu mieux le statut du droit et la place de la sociologie du droit dans l’œuvre de Guy Rocher.

Deux expériences transitoires dans le monde juridique

4Dans son parcours intellectuel, Guy Rocher a connu deux expériences transitoires au cœur du monde juridique. À titre d’étudiant en droit d’abord, dans les années 1940, puis de haut fonctionnaire, pour une première fois, entre décembre 1976 et juillet 1979. Cette expérience de l’exercice du pouvoir s’avérera étonnamment bien plus déterminante pour l’orientation subséquente de sa trajectoire disciplinaire que sa formation initiale, inachevée il est vrai, en droit.

L’étudiant en droit à l’Université de Montréal

5Il est intéressant de noter, pour débuter, que Guy Rocher est issu, comme il le dira lui-même, d’« une famille établie dans le droit » (1974 : 243). Plusieurs membres de sa parenté étaient des « hommes de loi », notaires, avocats et juges. C’est dire à quel point ces différentes professions liées à la pratique du droit ont été spécialement valorisées à ses yeux. Pas étonnant, dans un tel contexte, que le jeune Rocher se soit inscrit, « tout naturellement », après ses études classiques au Collège de l’Assomption, comme étudiant à la Faculté de droit de l’Université de Montréal pour le début de l’année 1943-1944. Il travaillera même dans un bureau d’avocats, parallèlement à ses études en droit.

6L’aventure de Guy Rocher comme étudiant et clerc en droit ne durera toutefois qu’une seule année. Pourquoi ? Au fond, il a pris conscience que la profession à laquelle il était destiné n’était probablement pas sa véritable « vocation ». Reconnaissant avoir aimé la logique du droit en général et le maniement des concepts juridiques en particulier, Rocher avouera cependant avoir interrompu ses études par manque d’intérêt pour la pratique du droit. Il dira par ailleurs avoir été déçu par la manière juridique d’aborder les rapports humains et la société. « Sans le savoir, j’avais cherché dans le droit une sorte de sociologie que je n’y avais évidemment pas trouvée » (1974 : 243).

7Rocher abandonnera donc ses études en droit et décrochera de l’université, pendant quelques années, au cours desquelles il deviendra un des dirigeants permanents de la Jeunesse étudiante catholique (JEC), un mouvement issu de l’Action catholique dans laquelle il avait milité au Collège de l’Assomption. « Mais cette vie d’action, dira-t-il, s’accompagnait d’une frustration croissante : je ressentais vivement la pauvreté de l’appareil intellectuel dont je disposais alors pour observer et interpréter d’une manière un peu plus systématique le milieu social et l’énigme de ses transformations » (2006 : 11). C’est ainsi que, peu à peu, la sociologie en viendra à remplir, par rapport à son engagement, une fonction de distanciation. Ce n’est d’ailleurs pas sans ironie qu’il découvrira l’existence des sciences sociales et qu’il entendra parler de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval à la JEC. Rocher reprendra ses études, en sociologie et à l’Université Laval cette fois, en 1947-1948. À la Faculté des sciences sociales, il aura l’occasion d’entrevoir, avec étonnement d’ailleurs, à quel point la naissance de la sociologie devait beaucoup au droit et à certains juristes de formation, comme Alexis de Tocqueville, Karl Marx et, bien entendu, Max Weber.

8Toujours est-il qu’aucun de ses professeurs, que ce soit à l’Université Laval durant son baccalauréat et sa maîtrise, ou encore à l’Université Harvard dans le cadre de son doctorat, ne semble lui avoir indiqué la possibilité ou la pertinence de considérer le droit comme un phénomène sociologique. Tout s’est déroulé comme si la « mince formation » en droit de Rocher était par avance condamnée à n’être, tout au plus, qu’un savoir d’arrière-plan, implicite, dans sa formation ultérieure en sociologie et sans véritable conséquence en outre sur le choix de ses objets d’étude jusqu’à la fin des années 1970.

Le fonctionnaire

9Guy Rocher se retrouvera « dans » le monde juridique, une nouvelle fois, à la fin de l’année 1976. Trois semaines après l’élection du Parti québécois le 15 novembre 1976, et à la demande insistante de Camille Laurin, ministre d’État au Développement culturel, qu’il a connu au Collège de l’Assomption, Rocher accepte, au début du mois de décembre, de se joindre au nouveau gouvernement de René Lévesque. Ne désirant pas encore, à ce moment, quitter définitivement l’Université de Montréal, il demande plutôt un congé sans solde à Michel Brûlé, directeur du Département de sociologie, dans une lettre datée du 13 décembre 1976 :

  • 4 Le 2 février 1978, Rocher demandera à la nouvelle directrice du Départe ment de sociologie, Christ (...)

Pour faire suite à nos conversations des jours derniers, je dois vous demander d’entreprendre les démarches nécessaires pour que je sois en congé sans solde à compter de janvier 1977 pour une période d’une année, renouvelable, si possible, pour une autre année, le cas échéant. Comme je vous l’ai dit, je vous demande ce congé pour accepter le poste de sous-ministre du Dr Camille Laurin, ministre d’État au Développement culturel. En réalité, comme le Dr Laurin n’a pas de ministère proprement dit, le titre exact de la fonction que j’occuperai sera celui de secrétaire général associé du Conseil exécutif avec rang de sous-ministre. […] Je tiens à dire que, après avoir été dans la vie universitaire depuis 24 ans, je me sens encore incapable de démissionner de l’Université et d’abandonner une carrière dans laquelle j’ai été très heureux et où j’ai eu le sentiment de me réaliser. C’est ce qui explique que je demande, du moins pour le moment, un congé sans solde plutôt que de donner ma démission. Ceci me permettra aussi de continuer à croire que j’appartiens toujours au Département de sociologie et au corps professoral de l’Université de Montréal, dont je suis certain que je m’ennuierai et que je regretterai certainement à bien des égards4. (1976 : 1)

10Fait hautement significatif à souligner, Rocher a « redécouvert le droit » (Rocher, 1989 : 88) dans le contexte de ses années de participation à l’exercice du pouvoir politique sous le gouvernement de René Lévesque. « Au gouvernement, dira-t-il, j’avais participé à l’élaboration de lois et de règlements, j’avais administré des lois » (Rocher, 1989 : 88). Il faut penser ici, notamment, à la fameuse loi 101 – la Charte de la langue française –, adoptée le 26 août 1977 à l’Assemblée nationale du Québec. S’il s’agit là de la loi la plus déterminante pour sa redécouverte du droit, Rocher a eu l’occasion d’en mesurer l’emprise sur l’élaboration de plusieurs autres politiques publiques, comme il le confiera à son bon ami, le sociologue français Paul-Henry Chombart de Lauwe : « Nous n’avions, mon ministre et moi, aucune responsabilité de gestion administrative. Nous étions surtout responsables d’élaborer et de coordonner la préparation des politiques culturelles au gouvernement. J’ai donc été étroitement associé à l’élaboration de la politique sur la langue, la politique sur le développement culturel, les nouvelles politiques en éducation, les politiques en télévision et radio et finalement les politiques touchant les loisirs » (1980a : 1).

  • 5 Dans sa réponse, Tiryakian félicite Rocher pour sa nomination et lui offre, au besoin, son aide, e (...)
  • 6 Rocher publiera quelques textes sur l’exercice du pouvoir politique (voir notamment 1980c, 1982 et (...)

11Il est dès lors compréhensible, mais tout de même étonnant, d’apercevoir tout ce que cette « redécouverte » du droit par Rocher doit à sa pratique de l’action politique et non à sa pratique de l’interprétation sociologique. Reste que cette redécouverte n’acquiert toute sa signification que dans la mesure où celui-ci est tout de même demeuré « sociologue » tout au long de ce passage dans l’administration publique. Quelques mois après son entrée en fonction, il fera part à son vieil ami, le sociologue états-unien Edward A. Tiryakian, de son désir de poursuivre en parallèle une partie de ses activités disciplinaires : « Je n’ai pas l’intention d’arrêter d’écrire ni de ne plus travailler intellectuellement5 » (1977a : 2). Et, dans les mois qui suivront la fin de son mandat, il confiera à son ami Claude Julien, alors directeur du journal français Le Monde diplomatique, avoir eu l’occasion, dans l’exercice de ses fonctions, de mieux comprendre, d’un point de vue sociologique, le phénomène très complexe de la décision politique : « Le sociologue que je demeure toujours cherchait à comprendre comment se prennent les décisions dans un gouvernement, comment elles sont retardées, comment elles ne se prennent pas et comment certaines se prennent au moment où l’on ne s’y attendait plus. J’ai accumulé un certain nombre de notes pendant mon séjour au gouvernement et j’aimerais trouver le temps de les écrire et de publier quelques réflexions sur l’exercice du pouvoir6 » (1980b : 2).

12En gardant son œil de sociologue bien ouvert, en se permettant même de pratiquer, dans le feu de l’action, ce qu’il a nommé la « participation observante » (1984 : 375), Rocher a été à même de constater à quel point l’État entre en action par l’entremise du droit, de prendre conscience du pouvoir et de la mobilisation politiques du droit et d’apprendre lui-même à se servir du droit étatique… tout en s’en méfiant ! Plus généralement, il a fait l’expérience, in situ, de cette « domination légale » au fondement de la légitimité politique des États modernes et de la place conséquemment prépondérante qu’y occupent les « professionnels du droit » : « Dans le gouvernement du Québec, les juristes forment une équipe très forte : tous les avocats et notaires dans tous les ministères ne relèvent que du ministère de la Justice ; ils ne relèvent pas du ministère dans lequel ils travaillent. J’avais des avocats dans mes équipes. Mais ce n’était pas moi, par exemple, qui faisais leur évaluation. Elle était faite par le sous-ministre du ministère de la Justice. De ce fait, le ministère de la Justice, à travers son immense réseau d’avocats et de notaires, détient un très grand pouvoir. Mais, plus que tout, les juristes sont très conscients du fait que le droit prime dans le pouvoir de l’État, que l’État agit par le droit dont ils sont les détenteurs, les seuls experts. Leur profession apparaît de la sorte comme la plus importante au sein de l’administration publique. Sans compter que des hommes et femmes politiques, situés à la tête de l’État, sont aussi des leurs » (François Rocher, 2010 : 204-205).

  • 7 En réponse à une lettre de félicitations d’un de ses anciens étudiants, André Grou, Rocher justifi (...)

13Autant de choses qui ont forcé Rocher à admettre que le sociologue, dans la fonction publique, fait face à un obstacle de taille : « Il lui manque en particulier une grille d’analyse systématique et critique du droit, pour ne pas se retrouver à la remorque des juristes et des autres administrateurs » (Rocher, 1980c : 63). Cet obstacle, « juridique » à proprement parler, s’est manifesté à Rocher comme une profonde « crise » professionnelle, un véritable « problème de compétence (ou d’incompétence) », qui impliquait pour lui de « refaire ses classes » et de s’investir dans un « nouvel apprentissage7 » (1982 : 32). Tout naturellement, c’est à la sociologie que Rocher fera appel pour entreprendre ce « recyclage », en lui faisant remplir, à nouveau, une fonction de distanciation, mais par rapport au droit cette fois-ci : « Travaillant avec Laurin et avec des juristes, dira Rocher, j’ai repris contact avec le droit et avec la sociologie du droit, je me suis remis à lire sur la sociologie du droit pour en quelque sorte m’éloigner du droit avec lequel je travaillais » (François Rocher, 2010 : 203).

14Ces récits autobiographiques relatant la manière dont le droit s’est inscrit dans le parcours intellectuel de Rocher ouvrent déjà la voie pour mieux comprendre comment la sociologie du droit s’est à son tour inscrite, durablement faut-il insister, dans sa trajectoire disciplinaire.

Le « virage » : la sociologie du droit au CRDP

15La rencontre de Guy Rocher avec le droit, à titre de sociologue maintenant, s’est effectuée en deux temps et, chaque fois, à l’initiative de juristes du Centre de recherche en droit public (CRDP) de la Faculté de droit de l’Université de Montréal.

16À l’automne 1976, Rocher avait tout d’abord reçu, en qualité de chercheur et de professeur en sociologie, une invitation pour faire partie du comité consultatif du CRDP. La mission de ce comité était d’encadrer la réorientation des travaux du centre dans une perspective interdisciplinaire (voir François Rocher, 2010 : 204). Son entrée dans l’administration publique l’a cependant obligé à mettre précipitamment fin à cette collaboration, non sans prendre soin de garder la porte ouverte à une participation aux activités du Centre dans le futur. Dans une lettre envoyée à Me René Hurtubise, président du CRDP, le 12 janvier 1977, Rocher écrivait : « Par ailleurs, vous pouvez être assuré que je conserve pour le Centre de recherche en droit public la même sympathie et qu’elle pourra, le cas échéant, se manifester de nouveau, mais peut-être d’autres manières » (Rocher, 1977c : 1). Savait-il déjà, à ce moment, ce que l’avenir lui réservait ?

17Toujours est-il qu’entre la fin de l’année 1978 et le début de l’année 1979, au moment où approchait l’échéance de son mandat dans l’Administration, prévue pour le 1er juin 1979, et où il envisageait de retourner au Département de sociologie de l’Université de Montréal, Rocher a reçu une invitation bien particulière qui a été lourde de conséquences pour la suite de ses activités de recherche et d’enseignement. Cette invitation provenait de la nouvelle directrice du CRDP. De quoi s’agissait-il cette fois ? Andrée Lajoie lui proposait maintenant de joindre le Centre pour « y occuper un poste de chercheur pour développer la sociologie du droit » (Rocher, 1989 : 88).

18Cette invitation à joindre le CRDP comme chercheur pour « développer la sociologie du droit » a été une « grande tentation » à laquelle Rocher n’a finalement pu résister. La chose n’était tout de même pas si simple. Ayant tout juste obtenu un congé sans solde au Département de sociologie de l’Université de Montréal, pour aller travailler dans l’administration publique, il devait maintenant demander un détachement à l’assemblée départementale. Il informera d’ailleurs préalablement le recteur de l’époque, Paul Lacoste, de ce projet, dans une lettre du 5 février 1979 : « Après avoir bénéficié d’un congé sans solde de 2½ ans, je considère que le temps est venu pour moi de réintégrer la vie universitaire, où je trouve mon milieu de vie le plus naturel et le climat de travail intellectuel dont je ressens toujours le besoin. Je me permets donc de vous faire part de mon intention de revenir à l’Université de Montréal l’été prochain. Il est cependant possible que je demande à mon département un détachement pour une couple d’années : je suis présentement en pourparlers avec la directrice du Centre de recherche en droit public qui m’invite à aller contribuer au développement de la sociologie du droit. Je vous tiendrai au courant des développements prochains » (1979a : 1). Le recteur, de son côté, se montre particulièrement favorable à l’égard du projet : « J’ai bien reçu votre lettre du 5 février, dans laquelle vous m’annoncez votre retour à l’Université l’été prochain. Je m’en réjouis, tout en appréciant l’importance du travail que vous accomplissez à Québec. Le projet de détachement au Centre de recherche en droit public est très intéressant et j’espère que les pourparlers mèneront à une entente satisfaisante pour tous » (Lacoste, 1979 : 1).

  • 8 Projet qui sera momentanément interrompu par un second séjour, entre août 1981 et avril 1983, dans (...)
  • 9 Entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2010, Rocher réduira ses activités universitaires à de (...)
  • 10 Voir la lettre envoyée au directeur du Département, Louis Maheu, le 1er mars 1983, en prévision de (...)

19Le projet de détachement au CRDP prendra quand même quelques mois avant de se concrétiser. Plusieurs détails devaient encore être réglés. Rocher commença d’abord par mettre au courant la directrice du Département de sociologie, Christiane Quérido, dans une lettre datée du 21 février (1979b). Il lui écrit de nouveau, le 30 mars (1979c), pour l’informer des faits nouveaux et de l’orientation qu’est en train de prendre le projet. Afin de payer son salaire de chercheur pour une durée de trois ans, le CRDP a obtenu des subventions de l’Université de Montréal et des ministères de la Justice du Québec et du Canada. Malgré tout, Rocher désire tout de même conserver son poste de professeur au Département. Il évoque la possibilité de donner, dans cette perspective, un séminaire alimenté par les recherches qu’il poursuivra au CRDP pour les étudiants des 2e et de 3e cycles en sociologie et en droit. Quelques semaines plus tard, tout semble prêt au CRDP pour l’accueillir. Rocher réécrit à Mme Quérido, le 18 mai, en lui faisant, cette fois, la grande demande : « Pour faire suite à nos conversations récentes et aux démarches que vous avez faites vous-même, je désire vous présenter ma demande officielle de détachement du Département pour me permettre d’accepter le poste de chercheur au Centre de recherche en droit public de la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Tel qu’entendu, la demande que je vous fais est pour un détachement d’un an, qui sera cependant renouvelable pour au moins deux autres années sur demande de ma part » (1979d : 1). Devant terminer quelques travaux entrepris au gouvernement du Québec, c’est finalement le 1er août 1979, deux mois plus tard que prévu, que Guy Rocher effectuera son retour à l’Université de Montréal et entamera son projet de développer la sociologie du droit au CRDP (1979e : 1). Les premiers mois qui font suite à son entrée en fonction semblent si bien se dérouler que, dès le 12 novembre 1979, il sollicite le renouvellement de son détachement pour deux années supplémentaires8 (1979f : 1). C’est là une démarche qu’il devra refaire, tous les trois ans, jusqu’à sa retraite le 1er janvier 2010 (Université de Montréal et Rocher, 2009 : 19). Chaque fois, il se dira convaincu de l’intérêt de ses recherches et de ses enseignements pour le Département de sociologie et ses étudiants, tout en continuant à se considérer lui-même comme un « membre actif » du Département10.

20C’est de cette manière que Rocher, par un curieux détour, dont seule l’histoire a le secret, est retourné à la Faculté de droit de l’Université de Montréal plus de 35 ans après y avoir abandonné ses études : « Donc, cet intérêt pour le droit qui, dans ma jeunesse, avait précédé mon intérêt pour la sociologie, je le retrouvais dans la sociologie du droit » (François Rocher, 2010 : 202). Mais pourquoi a-t-il accepté cette invitation d’Andrée Lajoie à venir « développer la sociologie du droit » au CRDP ? Essentielle ment pour deux raisons. La première raison réside dans son passage dans la fonction publique. De fait, c’est ce passage « qui a joué de manière plus immédiate » (Ibid.) pour alimenter son intérêt à l’égard du droit et de la sociologie du droit, dans la mesure où c’est à cette occasion qu’il a, tel un retour du refoulé, « redécouvert le droit ». Sur la base de cette expérience, il se trouvait « maintenant assez sensibilisé à l’aspect juridique de la vie sociale pour étudier d’une manière sociologique comment se font et se vivent les lois » (Rocher, 1989 : 88-89). La vocation sociologique de Rocher, comme chercheur et professeur à l’université, représente la deuxième raison de son acceptation. Rocher se sentait d’autant plus interpellé, comme sociologue, que le CRDP était une institution vouée à la recherche et à l’enseignement qui s’orientait, comme il avait eu l’occasion de le constater antérieurement en tant que membre de son comité consultatif, « d’une manière de plus en plus interdisciplinaire » (François Rocher, 2010 : 204).

21Tel est, en fin de compte, le chemin, sinueux s’il en est, par lequel la sociologie du droit en est venue à s’inscrire dans la trajectoire disciplinaire de Guy Rocher, au point de le contraindre à effectuer, tant du point de vue de la recherche que de celui de l’enseignement, un véritable « virage » dans son œuvre : « Au terme de mon premier séjour dans le gouvernement, dira Rocher, il se trouve qu’Andrée Lajoie, alors directrice du Centre de recherche en droit public (CRDP) de la Faculté de droit de l’Université de Montréal, m’a invité à venir y travailler. J’ai donc obliqué vers la sociologie du droit, parce que cette invitation m’a beaucoup intéressé. […] Le Centre de recherche en droit public, ayant accepté [une] posture interdisciplinaire, m’attirait beaucoup. Je l’ai donc joint, sachant que je faisais un virage dans mes travaux. Mais je me disais que c’était le moment d’ouvrir un nouveau chantier pour la sociologie. Je considérais qu’étant donné qu’on négligeait la sociologie du droit, j’avais là l’occasion d’ouvrir nos recherches pour nos étudiants. Il y a des étudiants en sociologie susceptibles de s’intéresser au droit et à la sociologie du droit. Voilà un peu la première explication que je peux donner. Ça n’a rien à voir avec mes anciens professeurs de sociologie » (François Rocher, 2010 : 203-204).

La construction d’un regard sociologique sur le droit

22Accepter l’invitation de joindre le CRDP, ce n’était au fond, pour Guy Rocher, qu’une étape préliminaire. Après s’être fait ouvrir toute grande la porte, encore lui restait-il, en effet, à en franchir le seuil et à s’aménager de toute pièce une place au sein de cette institution si particulière. C’est en construisant un regard sociologique sur le droit qu’il y parviendra. Et, pour ce faire, la conception de la sociologie qu’il a élaborée et épurée depuis la fin des années 1940 lui servira de lanterne pour s’orienter sur le chemin de traverse qu’il aura à inventer.

La disciplinarité comme fondement de l’interdisciplinarité

23Très rapidement, Rocher a été confronté à deux grands défis, qui se sont imposés à lui comme autant de missions à accomplir (Rocher, 1989 : 89). Trouver le mode de fonctionnement d’un sociologue, dans un centre majoritairement composé de juristes, voilà le premier défi à relever. Le sociologue qui travaille quotidiennement, entouré de ces juristes, fait d’emblée l’expérience de l’interdisciplinarité comme problème : « Ce n’est pas facile, la véritable interdisciplinarité, celle qui est un échange sur un pied d’égalité entre des disciplines différentes, c’est un idéal difficile à atteindre. Il y a toujours une des deux sciences qui s’affirme supérieure à l’autre, et quand on pratique la sociologie du droit, on sait que ce n’est pas la sociologie ! » (Rocher, 2010 : 4). Or, aux yeux de Rocher, la pratique effective de l’interdisciplinarité est moins synonyme de consensus que de conflits. Il faut cependant ici concevoir le conflit dans toute sa positivité, c’est-à-dire comme créateur de possibilités. Parmi ces conflits liés à l’interdisciplinarité, il y en a un particulièrement prédominant : le conflit des connaissances. Le sociologue a ainsi de bonnes chances de se retrouver, bien malgré lui, « engagé dans un certain rapport de force intellectuel avec ses collègues » (ibid.). Ce rapport de force tourne principalement autour d’une « interférence des contenus de connaissance » (1996b : 25). D’où, conséquemment, un deuxième défi à relever : trouver comment la sociologie peut contribuer à une connaissance originale et à une compréhension différente du droit. La tentation est évidemment très grande, pour le sociologue entouré de juristes, de vouloir être, lui aussi, un juriste. Or, c’est là une tentation à laquelle le sociologue de formation doit résister selon Rocher. Il ne s’agit bien évidemment pas ici de dénigrer l’interdisciplinarité, mais plutôt de souligner la spécificité complémentaire des disciplines en situation d’interdisciplinarité : « [U]ne solide disciplinarité est le fondement essentiel de l’interdisciplinarité et l’interdisciplinarité est généralement de nature à provoquer la disciplinarité et à obliger chaque discipline à donner le meilleur d’elle-même » (2006 : 17).

La sociologie comme « science-perspectiviste-en-situation »

24Mais il faut bien voir que la possibilité pour Rocher d’assumer les défis posés par l’interdisciplinarité en contexte juridique présuppose une conception bien assurée de la discipline à partir de laquelle il prétend pouvoir entreprendre des recherches sur le droit. Ou, pour le dire autrement, il lui faut être en mesure d’avoir sous la main une réponse consistante à la question de savoir ce qu’est la sociologie. Il s’agit là, heureusement, d’un questionnement qui habite depuis fort longtemps l’auteur de l’Introduction à la sociologie générale (2012a : 15-55).

  • 11 Souligné par moi.
  • 12 Souligné par moi.

25Selon Rocher, la sociologie, comme discipline universitaire, est une « science-perspectiviste-en-situation ». Qu’est-ce à dire ? Au moins trois choses. Premièrement, que la sociologie est une science : « en tant que mode de connaissance, elle a comme visée d’observer, de comprendre et d’expliquer scientifiquement la réalité sociale » (2012a : 20-21). Le projet de la sociologie est épistémique, tout entier tendu vers la production méthodique de connaissances. Deuxièmement, la sociologie est une science perspectiviste : la connaissance scientifique ne se résume pas, épistémologiquement parlant, à une accumulation désordonnée de données empiriques brutes, mais « consiste plutôt en une reconstruction mentale de la réalité dans des termes logiques et intelligibles, dans le but de découvrir l’ordre sous-jacent à la diversité et à l’incohérence apparentes des phénomènes observés » (2012a : 21-22). L’observation sociologique suppose toujours, pour le dire autrement, une « focale d’observation ». L’idée de perspective est une autre manière de qualifier les théories et les concepts qui sont les « instruments intellectuels » grâce auxquels le sociologue peut produire une connaissance scientifique de la réalité sociale : « C’est à travers cet appareil conceptuel et théorique que la sociologie porte un certain regard, avec une certaine perspective, sur la réalité sociale11. C’est là une autre dimension qui fait de la sociologie un projet scientifique et qui lui confère un caractère singulier et irremplaçable. Les sociologues doivent élaborer, développer et enrichir le cadre conceptuel et théorique qui supporte et structure “l’optique sociologique”, de manière à lui donner les caractères d’une optique scientifique » (2012a : 22). Troisièmement, la sociologie est une science perspectiviste en situation : dans la mesure où cette discipline s’est construite et continue de se construire à partir de la tentative des sociologues pour connaître les sociétés qui leur sont contemporaines, cette connaissance est elle-même comprise dans la trame de ces sociétés. Le sociologue n’est pas, de ce fait, à l’abri des idéologies qui participent à la mise en forme de la société qu’il tente de connaître : « Les idéologies dans lesquelles il baigne lui fournissent souvent les éléments principaux de sa perception sociologique des problèmes qui l’intéressent et elles influencent la manière dont il pose et définit ces problèmes. C’est dire à quel point le sociologue est immergé dans son objet12 » (2012a : 43).

  • 13 « On a dit de sa théorie sociologique qu’elle était un structurofonctionnalisme, expression qui es (...)
  • 14 Au fond, il s’agit là d’une variante de sa définition de l’« action sociale » dans Introduction à (...)

26Considérant l’importance et la centralité de la théorie dans le projet scientifique de la sociologie, et à la lumière de toutes les recherches qu’il a produites et de tous les enseignements qu’il a dispensés, l’affirmation suivante de Rocher pourrait étonner : « [J]e ne me suis pas employé à développer la théorie sociologique ou une théorie sociologique, malgré le fait qu’une grande partie de mes lectures a toujours porté sur l’évolution de la théorie sociologique » (2006 : 13). Au moins deux explications, complémentaires, doivent ici être évoquées pour comprendre cette étonnante affirmation. La première explication se détaille sous le signe d’une modestie certaine. Modestie, au sens où la perspective théorique qui sert de « lanterne » à Rocher dans l’ensemble de ses recherches est issue d’une reformulation de la théorie sociologique de Talcott Parsons qu’il a dénommée l’« actionnalisme institutionnaliste » (2007b : 64). Si Rocher en vient à mettre de côté l’étiquette « structuro-fonctionnaliste » attachée à la théorie de Parsons, c’est que la lecture de cette dernière l’a convaincu de la possibilité et, surtout, de la valeur heuristique d’une lecture alternative qui cherche à maintenir en tension le concept d’« action » et le concept d’« institution13 ». Que faut-il entendre plus précisément par cette lecture alternative et de quelle manière en vient-elle à tenir le rôle d’une « lanterne » dans ses recherches ? « J’entends par là que le Weber et le Parsons de The Structure of Social Action, plus que tout autre, ont ancré en moi la conviction que le point de départ de toute démarche d’observation sociologique, ce sont des acteurs en action et en interaction, animés plus ou moins consciemment par le sens qu’ils attribuent à leur agir et à celui des autres, porteurs d’un univers symbolique de valeurs et d’idéologie qu’ils contribuent à entretenir, à modifier et à reconstruire dans et par les institutions qui encadrent leur vie14 » (2005 : 38). La deuxième explication est à trouver, quant à elle, dans l’approche « idéal-typique » de Max Weber qu’affectionne et utilise Rocher (voir notamment 1993). Pour lui, cette approche a ceci d’intéressant qu’elle se situe à un niveau d’abstraction moins élevé que celui où se maintient une théorie telle que celle de Parsons, ce qui, en retour, facilite la description conceptuelle de la réalité sociale. Toute la force de l’approche réside subséquemment dans les comparaisons rendues possibles par les types idéaux élaborés et dans l’épure conceptuelle en jeu dans la prise en compte des écarts entre la réalité sociale et la typologie, logiquement déduite, mais de manière imaginative, de cette réalité. Même si Rocher considère ne pas avoir développé « la théorie sociologique ou une théorique sociologique », il faut néanmoins apercevoir tout ce que sous-entend sa pratique de la sociologie du point de vue de la construction de concepts. Toute chose qui reste conséquente avec sa représentation « perspectiviste » de la sociologie. Les théories et les concepts sont deux dimensions d’une même optique qui se veut résolument scientifique.

Le regard oblique du sociologue sur le droit

27C’est à partir de cette conception de la sociologie comme « science-perspectiviste-en-situation », de cette théorie « actionnaliste institutionnaliste » et de cette approche « idéal-typique », que Guy Rocher a entrepris de développer la sociologie du droit. En priorité, il lui fallait se construire un regard sociologique sur le droit. Il entamera à cette fin une relecture de la distinction classique entre l’« analyse interne » du juriste et l’« analyse externe » du sociologue qui fait partie des problèmes fondamentaux de la sociologie du droit (1986 : 161-162).

28Rocher a reformulé ce problème fondamental en façonnant une expression peu usuelle, celle de « regard oblique », pour qualifier la spécificité du point de vue externe du sociologue par rapport au point de vue interne du juriste (2007b : 59-61). Le juriste « regarde le droit dans les yeux : il cherche à savoir ce qu’il dit, c’est-à-dire ce qu’il permet ou défend, ce qu’il enlève ou donne, ce qu’il autorise, impose ou prohibe » (2007b : 59). Quant au sociologue, « il regarde avant tout “l’environnement” du droit : comment, par qui, et pour qui il a été voulu et produit, la signification qu’on lui accorde, l’utilisation qui en est faite, les effets attendus ou imprévus qu’il engendre ou qu’on en tire, les attitudes entretenues ou créées à son endroit, les rapports entre le droit et les autres normativités. Le regard du sociologue glisse en quelque sorte sur le droit, pour “obliquer” vers les contextes sociaux, économiques, politiques, culturels dans lesquels il prend naissance et en rapport avec lesquels il agit » (ibid.).

29La caractéristique essentielle de ce regard « oblique » du sociologue sur le droit ou, pour le dire autrement, sa spécificité intrinsèque, provient, faut-il le rappeler, de la conception perspectiviste de la science qui le rend possible et plausible : « [L]e “regard oblique” du sociologue est guidé et encadré par à la fois un besoin et une volonté de théorisation. J’entends par là que ce regard n’est pas nu, il porte des vêtements ; il est vêtu de concepts et de théories qui orientent la vision du droit et de son “environnement”. Comme l’intention de la sociologie en est une d’intelligibilité, c’est-à-dire qu’elle est porteuse du projet intellectuel qui consiste à proposer des explications susceptibles d’apporter une nouvelle perception, singulière et signifiante, sur le monde social qu’elle observe, de rendre donc celui-ci un peu plus et un peu autrement intelligible, il faut à cette fin qu’elle soit dotée d’un appareil intellectuel qui aille au-delà du sens commun, qui permette un regard de second degré » (2007b : 60-61).

30Le regard sociologique sur le droit qu’a construit Rocher pour relever les deux principaux défis auxquels il a été confronté en joignant le CRDP a été précisément ce regard « oblique », à la fois « externe » et de « second degré », qui pouvait remplir une fonction critique, épistémique et disciplinaire : « Lorsqu’il travaille en milieu juridique, le sociologue, pour éviter d’être inféodé aux visions du monde du droit et aux idéologies des juristes – qui ne sont que d’autres reconstructions de la réalité que celles du sociologue – doit se munir d’un univers théorique ou conceptuel par lequel il puisse protéger son autonomie intellectuelle et apporter ainsi une contribution spécifique à des entreprises interdisciplinaires » (1996b : 25). Tout l’enjeu pour Rocher sera, au fur et à mesure de l’avancement de ses recherches, de rendre manifeste pour ses collègues juristes la portée heuristique d’un tel regard sociologique porté sur le droit.

Quid juris ? Le retour sociologique du refoulé juridique

31Depuis qu’il a entrepris un « virage » dans son œuvre en joignant le CRDP à l’été de 1979, Guy Rocher a toujours pris soin de souligner tout ce que la construction du champ de la sociologie du droit au Québec doit, pour le meilleur et pour le pire, aux juristes : « C’est principalement à des juristes qu’on doit l’initiative et l’impulsion des premiers travaux de sociologie du droit au Québec. C’est plus dans les facultés et départements de droit que dans les départements de sociologie qu’elle est enseignée et pratiquée. À cet égard, on ne peut passer sous silence le rôle important joué par le Centre de recherche en droit public de la Faculté de droit de l’Université de Montréal, lieu des principales grandes recherches (sur les juristes, en droit urbain, en droit de la santé). Par ailleurs, le fait d’être rattachées aux institutions d’enseignement et de recherche en droit explique que ces recherches tiennent plus de l’analyse sociale du droit que d’une véritable sociologie, c’est-à-dire une analyse du droit selon une méthode intellectuelle qui serait rigoureusement inspirée d’une théorie sociologique. La sociologie du droit au Québec n’apparaît donc pas vraiment comme une certaine manière d’appréhender la société québécoise à travers son droit » (1987 : 587).

32Ce constat établi vers la fin des années 1980, toujours actuel, a mené Rocher à critiquer, à plusieurs reprises, l’oubli de la dette contractée par la sociologie contemporaine envers l’analyse du droit dans son histoire, de même qu’à se désoler du désintérêt des sociologues pour le droit. « Je constate, disait-il encore récemment, que, dans nos départements de sociologie, dans nos publications, dans les deux langues que je lis, la sociologie du droit est à peu près inexistante. C’est étonnant et c’est dommage, si l’on songe à la place et au rôle du droit dans les sociétés modernes, celles précisément qu’étudient les sociologues » (François Rocher, 2010 : 202).

33Rocher a proposé trois hypothèses complémentaires pour expliquer le « mystère » du silence des sociologues à l’égard du droit. La première hypothèse est ancrée dans les profondeurs de l’« inconscient » sociologique : « [L]e discours des sciences sociales n’échappe pas plus que celui de chaque être humain à des phénomènes d’autocensure et de refoulement, dans le sens précis que la psychanalyse a donné à ces deux termes. Des objets d’études, des thèmes demeurent inexplorés ou tombent dans l’oubli parce qu’ils sont repoussés dans un certain univers subconscient ou inconscient. Et cela, sans doute, en raison du malaise ou de l’inconfort moral ou intellectuel que ressentent les chercheurs d’une époque donnée à les approfondir » (1991 : 20). La deuxième hypothèse se superpose quant à elle à la première. Selon Rocher, la plupart des sociologues adoptent une attitude « idéologique » à l’égard du droit, reléguant ce dernier au statut de phénomène second. De ce point de vue, « les sociologues ont une fausse idée du droit ; ils estiment que le droit retarde toujours sur la réalité, selon la formule établie, ce qui est loin d’être vrai » (François Rocher, 2010 : 69). La troisième hypothèse vient en quelque sorte jeter un pont entre les deux précédentes en posant le problème fondamental de l’« ignorance » du droit par les sociologues : « Cet intérêt pour le droit, les sociologues l’ont perdu, parce qu’il faut, pour s’intéresser à la sociologie du droit, une certaine connaissance du droit, et ils ne se sont pas engagés sur ce terrain-là » (François Rocher, 2010 : 202).

34Tel est en fin de compte le nœud de questions qui résume toute les difficultés qu’éprouvent les sociologues à l’égard du droit : quelle connaissance du droit les sociologues doivent-ils détenir pour faire de la sociologie du droit et d’où peuvent-ils tenir cette connaissance du droit ? À la lumière de notre exploration des récits autobiographiques de l’inscription du droit et de la sociologie du droit dans le parcours intellectuel et dans la trajectoire disciplinaire de Guy Rocher, un itinéraire sinueux, ponctué de plusieurs bifurcations, force est de reconnaître que, pour lui, le sociologue n’a pas à vouloir être lui-même un juriste. S’il est entendu que le sociologue ne peut entrer dans le monde juridique comme dans un moulin, sa « connaissance du droit » peut en revanche prendre des formes très diverses (expérientielle, épistémique, etc.) et provenir de sources très diversifiées (relationnelle, institutionnelle, etc.). Voilà bien une leçon à retenir pour les futurs sociologues (et leurs professeurs !) qui hésitent, en raison de leurs connaissances incertaines du monde juridique, à faire du droit un objet de recherche sociologique.

35Puissent les futurs sociologues comprendre que ce qu’a entrepris Guy Rocher au Centre de recherche en droit public, c’était de développer, lanterne sociologique à la main, une « certaine » sociologie du droit, à défaut d’une sociologie du droit « certaine » : « J’y venais pour y développer la sociologie du droit. Mais à vrai dire, je ne savais pas très bien, à ce moment-là, ce que pouvait être la sociologie du droit. J’avais assez naïvement accepté d’implanter au CRDP une approche du droit que [j’entrevoyais bien plus que je ne la] maîtrisais. Prenant avec moi ce risque, le CRDP m’a permis, m’a imposé d’entreprendre, de comprendre et d’approfondir à la fois le contenu et l’étendue d’une certaine sociologie du droit » (2012b : 1).

Bibliographie

Bibliographie

Belley, Jean-Guy (1977), « Conflit social et pluralisme juridique en sociologie du droit », thèse de doctorat, Paris, Université de droit, d’économie et de sciences sociales de Paris (Paris 2).

— (1998), Le contrat entre droit, économie et société : étude sociojuridique des achats d’Alcan au Saguenay – Lac-Saint-Jean, Cowansville, Yvon Blais.

— (2006), « Un regard sociologique et laïc sur le droit », dans Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), Sociologie et société québécoise : présences de Guy Rocher, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 231-240.

Brunelle, Dorval (1975), Le Code civil et les rapports de classes suivi d’Une analyse sociologique de la Loi canadienne de l’assurance-chômage, Montréal, Presses de l’Université du Québec.

— (1997), Droit et exclusion : critique de l’ordre libéral, Montréal, L’Harmattan.

Coutu, Michel (1995), Max Weber et les rationalités du droit, Paris/Montréal, Librairie générale de droit et de jurisprudence/Presses de l’Université Laval.

Lacoste, Paul (1979), « Lettre à Monsieur Guy Rocher », le 12 février 1979. (DGDA, P0370/B, 0007)

Noreau, Pierre (1993), Droit préventif : le droit au-delà de la loi, préface de Guy Rocher, Montréal, Thémis.

François Rocher (2010), Entretiens avec Guy Rocher, Montréal, Éditions du Boréal.

Rocher, Guy (1974), « Itinéraires sociologiques : Guy Rocher (1952) », Recherches sociographiques, vol. 15, nos 2-3, p. 243-248.

— (1976), « Lettres à Monsieur Michel Brûlé », le 13 décembre 1976. (DGDA, P0370/B, 0006)

— (1977a), « Lettre à M. Edward A. Tiryakian », le 3 février 1977. (DGDA, P0370/B, 0006)

— (1977b), « Lettre à M. André Grou », le 21 janvier 1977. (DGDA, P0370/B, 0006)

— (1977c), « Lettre à Me René Hurtubise », le 12 janvier 1977. (DGDA, P0370/B, 0006)

— (1978), « Lettre à Mme Christiane Quérido », le 2 février 1978. (DGDA, P0370/B, 0006)

— (1979a), « Lettre à Monsieur Paul Lacoste », le 5 février 1979. (DGDA, P0370/B, 0007)

— (1979b), « Lettre à Madame Christiane Quérido », le 21 février 1979. (DGDA, P0370/B, 0007)

— (1979c), « Lettre à Madame Christiane Quérido », le 30 mars 1979. (DGDA, P0370/B, 0007)

— (1979d), « Lettre à Madame Christiane Quérido », le 18 mai 1979. (DGDA, P0370/B, 0008)

— (1979e), « Lettre à Madame Christiane Quérido », le 7 août 1979. (DGDA, P0370/B, 0008)

— (1979f), « Lettre à Madame Christiane Quérido », le 12 novembre 1979. (DGDA, P0370/B, 0008)

— (1980a), « Lettre à M. et Mme Chombart de Lauwe », le 8 janvier 1980. (DGDA, P0370/B, 0008)

— (1980b), « Lettre à M. Claude Julien », le 17 juin 1980. (DGDA, P0370/B, 0008)

— (1980c), « Le sociologue et la sociologie dans l’administration publique et l’exercice du pouvoir politique », Sociologie et Sociétés, vol. 12, no 2, p. 45-64.

— (1981a), « Lettre à M. Pierre-A. Deschênes », le 19 juin 1981. (DGDA, P0370/B, 0009)

— (1981b), « Rapport sur mes activités au Centre de recherche en droit public de 1979 à 1981) », le 13 août 1981. (DGDA, P0370/B, 0009)

— (1982), « Le sociologue peut-il exercer le pouvoir ? », dans Micheline Meyer-Renaud et Alberte Le Doyen (dir.), L’intervention sociale, Montréal, Éditions coopératives Albert Saint-Martin, p. 27-32.

— (1983), « Lettre à Monsieur Louis Maheu », le 1er mars 1983. (DGDA, P0370/B, 0011)

— (1984), « Le sociologue et le pouvoir ou comment se mêler des affaires des autres », dans Georges-Henri Lévesque et al. (dir.), Continuité et rupture : les sciences sociales au Québec, vol. II, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 369-383.

— (1986), « Le droit canadien : un regard sociologique », dans Ivan Bernier et Andrée Lajoie (dir.), Le droit, la société et l’économie, « Les Études », vol. 46, Canada, Ministre des Approvisionnements, p. 151-195.

— (1989), Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB Éditeur.

— (1987), « La sociologie du droit au Québec : une nouvelle discipline en émergence ? », dans Robert D. Bureau et Pierre Mackay (dir.), Le droit dans tous ses états : la question du droit au Québec 1970-1987, Montréal, Wilson et Lafleur, p. 555-596.

— (1991), « Droits, libertés et pouvoirs : dans quelle démocratie ? », dans Jocelyne Lamoureux (dir.), Droits, liberté, démocratie, Montréal, Les Cahiers scientifiques de l’ACFAS, p. 19-30.

— (1993), « Type idéal », dans André-Jean Arnaud et al. (dir.), Dictionnaire encyclopédique de théorie et de sociologie du droit, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, p. 628-630.

— (1996a), Études de sociologie du droit et de l’éthique, Montréal, Thémis.

— (1996b), « Les “phénomènes d’internormativité” : faits et obstacles », dans Jean-Guy Belley (dir.), Le droit soluble : contributions québécoises à l’étude de l’internormativité, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, p. 25-42.

— (2004), « Lettre à Mme Deena White », le 9 novembre 2004. (DGDA, P0370/B, 0024)

— (2005), « Le “polythéisme” des modes d’explication du social », dans Daniel Mercure (dir.), L’analyse du social : les modes d’explication, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 21-45.

— (2006), « Être sociologue-citoyen », dans Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dir.), Sociologie et société québécoise : présences de Guy Rocher, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 9-17.

— (2007a), « Lettre à Mme Andrée Demers », le 13 décembre 2007. (DGDA, P0370/B, 0024)

— (2007b), « Le “regard oblique” du sociologue sur le droit », dans Pierre Noreau (dir.), Dans le regard de l’autre/In the Eye of the Beholder, Montréal, Thémis, p. 57-73.

— (2010), « L’Université, aujourd’hui et demain : quels défis ? », conférence prononcée à l’invitation de l’Association des professeures et professeurs retraités de l’Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, 15 décembre 2010, www.usherbrooke.ca/apprus/documentsliens-web/conferences/guy-rocher/conference-texte

— (2012a), « Qu’est-ce que la sociologie ? », dans Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale : l’action sociale, Montréal, Bibliothèque québécoise, p. 15-55 [1re éd. : 1968].

— (2012b), « Le CRDP vu par un sociologue », en ligne, crdp50eme.wordpress.com/temoignages/guy-rocher/

Serverin, Évelyne (2000), Sociologie du droit, Paris, La Découverte.

Tiryakian, Edward A. (1977), « Lettre à M. Guy Rocher », le 8 février 1977. (DGDA, P0370/B, 0008).

Université de Montréal et Guy Rocher (2009), « Entente entre l’Université de Montréal et Monsieur Guy Rocher professeur au Département de sociologie de la Faculté des arts et des sciences concernant une retraite », le 30 juin 2009. (DGDA, P0370/B, 0024)

Warren, Jean-Philippe et Gilles Gagné (2003), « Guy Rocher (1924) », dans Gilles Gagné et Jean-Philippe Warren (dir.), Sociologie et valeurs : quatorze penseurs québécois du XXe siècle, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 183-190.

Notes

1 Yan Sénéchal est chargé de cours au Département de sociologie de l’Université de Montréal et à la Faculté de droit de l’Université Laval. Le présent texte s’inscrit dans une recherche en cours, « Les archives de Guy Rocher : une fenêtre sur le métier de sociologue au Québec », qui a bénéficié d’un financement du Programme de perfectionnement des chargés de cours de l’Université de Montréal. L’auteur remercie chaleureusement Mme Monique Voyer, archiviste à la salle de consultation de la Division de la gestion de documents et des archives de l’Université de Montréal, pour l’aide précieuse qu’elle a accordée à sa recherche dans le Fonds Guy Rocher (P0370).

2 Quoique Brunelle représente en fait un cas frontière entre formation juridique et formation sociologique, lui qui a obtenu une licence en droit de l’Université de Montréal au début des années 1960 avant de devenir professeur en sociologie à l’Université du Québec à Montréal en 1970.

3 Pour une lecture sommaire, mais particulièrement perspicace, de la sociologie du droit de Guy Rocher, voir le très beau texte de Jean-Guy Belley (2006). Pour une vue d’ensemble de l’œuvre de Guy Rocher, voir la présentation très érudite de Jean-Philippe Warren et Gilles Gagné (2003).

4 Le 2 février 1978, Rocher demandera à la nouvelle directrice du Départe ment de sociologie, Christiane Quérido, l’extension de son congé sans solde jusqu’au 1er juin 1979 (1978 : 1).

5 Dans sa réponse, Tiryakian félicite Rocher pour sa nomination et lui offre, au besoin, son aide, en se disant lui-même « nationaliste de tempérament » (Tiryakian, 1977 : 1).

6 Rocher publiera quelques textes sur l’exercice du pouvoir politique (voir notamment 1980c, 1982 et 1984). Le récit de cette expérience donnera lieu à une correspondance très intéressante entre Rocher et son ami Pierre-A. Deschênes, alors sous-ministre au ministère des Communications. Partageant en général aussi bien les accords que les désaccords de Deschênes sur l’exercice du pouvoir politique dans la fonction publique, Rocher répondra plus longuement au rapprochement que fait ce dernier entre les sociologues et les « gérants d’estrade » ou les « spectateurs sportifs » : « Il est vrai, comme tu le soulignes, que les sociologues travaillent plus avec les “reprises au ralenti” des événements passés qu’avec l’avenir. Il est tellement périlleux de parler de l’avenir, car l’histoire qui se fait est complexe et multifactorielle ! […] J’ajoute encore làdessus que je continue à croire que les analyses que les sociologues font sur le passé et parfois aussi le présent, même si elles frisent le gros bon sens, comme tu le soulignes toi-même, contribuent à éclairer ce que j’appellerais la conscience collective d’une société » (1981a : 2-3).

7 En réponse à une lettre de félicitations d’un de ses anciens étudiants, André Grou, Rocher justifie la nécessité d’un tel recyclage, avec humour, dans sa croyance en l’« éducation permanente » : « Il faut peut-être se penser encore jeune pour changer d’emploi à mon âge, après avoir vécu dans le milieu universitaire pendant plus de 25 ans ! Mais comme je crois en l’éducation permanente, j’ai pensé qu’il était temps pour moi de la pratiquer. Je suis donc dans une période de recyclage, qui m’oblige à apprendre beaucoup de chose » (1977b : 1).

8 Projet qui sera momentanément interrompu par un second séjour, entre août 1981 et avril 1983, dans l’administration publique, comme sousministre au Développement social et secrétaire général associé au Conseil exécutif. L’idée demeure néanmoins, à terme, de retourner au CRDP : « Je suis entré au Centre de recherche en droit public au début d’août 1979. Je dois le quitter pour revenir à la fonction publique québécoise en août 1981. […] Je suis bien conscient qu’en retournant à la fonction publique avant la fin des trois années, qui avaient été accordées pour mon poste, je laisse en plan des travaux inachevés. […] Sans préjuger de l’avenir, je peux dire que j’envisage d’une manière très positive la perspective de revenir au C.R.D.P. pour y remplir les mêmes fonctions » (1981b : 1-4).

9 Entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2010, Rocher réduira ses activités universitaires à demi-temps (2007a : 1).

10 Voir la lettre envoyée au directeur du Département, Louis Maheu, le 1er mars 1983, en prévision de son retour à l’Université de Montréal à la fin de son deuxième séjour dans l’administration publique : « Conformément à ce que je vous disais verbalement, le Centre de recherche en droit public a obtenu une subvention de trois ans pour me permettre de reprendre et de continuer les travaux que j’y avais entrepris de 1979 à 1981. Comme les travaux et les recherches que je poursuis ici ont un intérêt à la fois pour la sociologie et pour le droit, je crois qu’ils méritent que je les termine. C’est pourquoi je demande au Département de sociologie de m’accorder un détachement au Centre de recherche en droit public de la Faculté de droit, du 1er avril 1983 au 1er avril 1986. Je compte que les travaux que je fais ici pourront éventuellement profiter à des étudiants de sociologie, soit dans l’enseignement soit dans la direction de mémoire ou de thèse » (1983 : 1). Voir également la lettre envoyée vingt ans plus tard à la directrice du Département, Deena White, le 9 novembre 2004 : « Le temps est venu de demander au Département de sociologie de renouveler pour une autre période de trois ans mon détachement au Centre de recherche en droit public de la Faculté de droit de l’Université de Montréal. La principale raison de ma demande réside dans le fait que je contribue activement à ce Centre à développer et à nourrir la sociologie du droit. Je le fais dans le cadre de plusieurs projets de recherche du Centre, auxquels je suis associé à d’autres collègues, à titre de chercheur principal ou comme chercheur associé. Par suite de ces engagements, je me trouve à encadrer un bon nombre d’étudiants de 2e et 3 cycles, en droit et en sociologie, qui s’intéressent à la sociologie du droit. J’assume aussi un enseignement de sociologie du droit à des étudiants de 2e et 3e cycles. La sociologie demeure au cœur de mon engagement dans ce Centre. Je me considère donc toujours comme un membre actif de notre Département » (2004 : 1).

11 Souligné par moi.

12 Souligné par moi.

13 « On a dit de sa théorie sociologique qu’elle était un structurofonctionnalisme, expression qui est restée attachée à son œuvre. Mais en réalité, à mes yeux du moins, la sociologie de Parsons appartient avant tout à la lignée de Weber et à sa définition de l’action sociale : c’est en ce sens qu’elle est “actionnaliste”. Mais c’est un actionnalisme ancré dans une attention aux institutions où l’action humaine se situe, dont elle dépend et qu’elle contribue à construire, reproduire et déconstruire. Les acteurs sont donc à la fois les créatures et les créateurs des institutions auxquelles ils appartiennent » (2007b : 64).

14 Au fond, il s’agit là d’une variante de sa définition de l’« action sociale » dans Introduction à la sociologie générale : « [L]’objet d’étude de la sociologie, c’est l’action sociale, c’est-à-dire l’action humaine dans ses différents milieux sociaux » (2012a : 48). Souligné par moi.

Table des illustrations

Titre Le parcours du rocher
Crédits Œuvre spécialement réalisée pour cet ouvrage par Maya Pankalla
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/8168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search