Version classiqueVersion mobile

Guy Rocher

 | 
Violaine Lemay
, 
Karim Benyekhlef

Ouverture. L’homme, cet oxymore…

Violaine Lemay

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, dans mon enseignement universitaire, je fais connaître Guy Rocher aux jeunes générations québécoises. J’estime qu’il fait partie d’un identitaire collectif qu’il fait bon célébrer. À qui doit-on, entre autres, la création des cégeps ? Quel personnage, sur cette photo (voir p. 242), apparaît aux côtés du premier ministre Robert Bourassa ? Quel professeur du Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal figure dans Le Petit Larousse aux côtés d’Al Gore et de Brad Pitt ? Qui a écrit ce best-seller international traduit en six langues qu’est Introduction à la sociologie générale ? Qui est cet étudiant sans âge et discret qu’on rencontre les bras chargés de livres dans nos bibliothèques, tout particulièrement quand tous sont en vacances ? Et ainsi de suite. Cet ouvrage, centré sur la volonté de faire connaître ce grand personnage de chez nous, s’inscrit donc dans un engagement personnel notoire, notamment ancré dans une pratique pédagogique établie.

Un être divisé

2J’ai grand plaisir à dévoiler cette part cachée du professeur et collègue qui m’échappait un peu à moi lorsque, jadis, j’étais sa doctorante. Je me souviens d’avoir découvert, souvent avec étonnement, voire avec effarement, l’étendue du prestige dont l’entouraient les livres de science ou l’histoire officielle du Québec. Au quotidien, je vivais avec deux images bien nettes du personnage, qu’il m’était en fait assez difficile d’intégrer. D’un côté, le professeur généreusement accessible, calme et fiable, apparemment par nature incapable de regarder un étudiant avec hauteur. J’appréciais tout particulièrement cet être foncièrement bienveillant, si étonnamment tolérant devant l’intellectuelle frondeuse que je n’ai jamais pu m’empêcher d’être. De l’autre côté, il y avait par contre l’image de « Rocher l’illustre », avec qui je n’avais de contacts que dans mon imagination, mais avec laquelle ma timidité de jeunesse vivait nettement moins bien. Que de fois, pendant ma rédaction, je fus littéralement paralysée par le spectre de ce Rocher mythique, que je m’imaginais menaçant et lisant par-dessus mon épaule ! Si, aujourd’hui, j’intègre plus facilement ces deux traits distincts du professeur – la modestie profonde malgré l’assurance qu’apporte le succès –, je demeure néanmoins marquée, dès que je pense à lui, par l’idée de tension positive entre deux mouvements contraires. Une représentation qu’endosse vraisemblablement le principal intéressé, du moins en partie, lorsqu’il se dépeint par exemple comme un « être divisé » :

  • 1 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB Éditeur et (...)

[I] l y a en moi à la fois un homme d’action et un homme d’étude. […] Je suis donc un être divisé, il y a donc deux Guy Rocher et je n’ai jamais tout à fait réussi à faire l’unité entre les deux. Mais j’ai finalement trouvé le moyen de vivre successivement avec les deux. C’est ce qui explique qu’il y ait dans ma vie des périodes actives et des périodes d’études, qui se suivent à intervalles plus ou moins réguliers1.

  • 2 Voir Max Weber, Le savant et le politique, 1919, collection numérique « Les classiques des science (...)
  • 3 « Devant chaque problème, j’ai besoin de rechercher les fondements théoriques par lesquels on peut (...)

3Le principe de l’oxymore a donc été l’impulsion conceptuelle de ce projet, conduisant à la revisite de la célèbre opposition wébérienne du savant et du politique2, prima facie si descriptive des labeurs célèbres de cet homme. Une moitié des contributeurs s’est donc centrée sur l’apport du savant et l’autre moitié, sur celui du politique. Avec un plaisir quelque peu espiègle, je soutiendrai en outre la thèse – laissant ici les exégètes de Weber et de Rocher en débattre avec férocité – selon laquelle, chez ce dernier, l’opposition savant/politique n’est en rien tragique. Les dichotomies n’y sont pas synonymes de rapport de force appelant un vainqueur, mais au contraire, la coexistence des opposés forme un principe tiers positif – Rocher – qui les transcende : tout « divisé » qu’il soit, le résultat est indubitablement bénéfique… À mon humble avis, par exemple, la simple présence du Rocher savant – dont la pente temporisatrice publiquement confessée est de remonter au déluge dans l’explication du moindre problème3 – joue le rôle de bouclier protecteur des excès potentiels du Rocher politique – dont la pente n’est peut-être pas de temporiser dans l’affirmation – et vice-versa…

Une source d’inspiration

  • 4 Comme par hasard, le concept d’oxymore révèle un haut potentiel de renouveau pour la théorie du dr (...)

4Quoi qu’il en soit, et plus sérieusement, nous savons que l’épistémologie du moment appelle d’urgence une réconciliation, enfin posée et réflexive, entre l’acte politiquement engagé et l’acte scientifique. Des contingences historiques ont conduit des générations de chercheurs à se croire affranchis de l’obligation de choisir les valeurs prioritaires de leurs projets savants. Inscrire leur travail dans le vaste projet moderne d’un contact avec les « faits » comme source privilégiée de connaissance pertinente leur donnait l’impression, dans l’appréhension de ces « faits », d’un idéal d’impartialité à atteindre par l’absence de tout choix de valeurs. Les notoires dérapages de la science actuelle montrent que vraisemblablement là n’était pas la meilleure voie. Lorsque le chercheur omet de choisir les valeurs propres à l’univers savant qui est le sien, il néglige ce faisant de protéger ces dernières contre le danger permanent des pressions extérieures, par exemple des pressions économiques et comptables devenues si redoutables aujourd’hui. Un vif redressement s’impose. Or, dans cette nécessaire réarticulation des relations entre valeurs politiques et valeurs épistémologiques, la connaissance de la vie et de l’œuvre de Rocher est source immédiate d’inspiration. « La vie intellectuelle est un engagement. Un pas reste à faire qui devrait nous conduire à reconnaître qu’il n’est pas neutre… axiologiquement », écrit ainsi Pierre Noreau en réfléchissant au legs savant de notre collègue. Décrivant l’œuvre de ce dernier, Roderick Macdonald aura de son côté ces mots qui en disent long sur l’intrication dialogale des différents univers d’action rochériens: « He has been a passionate actor pursuing his belief that rigourous empirical knowledge, informed by the insights of the humanistic tradition, both can and must inform how we act in the world. » C’est dire que, chez Rocher, savant et politique dialoguent, cohabitent tout en se repoussant, s’opposant normativement l’un à l’autre dans l’action pour mieux produire ce principe tiers qui les chapeaute, qui les incarne et qui les transcende : Rocher, cet oxymore4

Un acte de reconnaissance

  • 5 Françoise Waquet, « Les “mélanges” : honneur et gratitude dans l’Université contemporaine », Revue (...)
  • 6 G. Vedel, dans F. Waquet, op. cit., note 5, p. 104.
  • 7 F. Waquet, op. cit., note 5, p. 121.

5Le projet de connaissance de cet ouvrage ne saurait, cependant, faire oublier l’acte de reconnaissance qui, tout autant, le soutient. Ainsi, nous aurions pu et peut-être dû choisir de coiffer cet ouvrage du titre de « Mélanges en l’honneur de Guy Rocher ». Notre bien-aimé collègue a pris une « retraite » – celle au sens des conventions collectives, et non pas celle du sens commun, qui suppose au moins partiellement de cesser de travailler – et pour souligner cette étape, nous lui offrons en cadeau ce que nous, universitaires, faisons de mieux et valorisons le plus : un livre. Malheureusement, l’appellation de « mélanges » aurait fait le « désespoir des bibliothécaires et bibliographes » parce que difficile à « cataloguer », « indexer » et « dépouiller5 ». La construction d’analyses et l’effort de mémoire qu’offre l’ouvrage auraient ainsi risqué l’engouffrement dans les limbes du numérique, tristement ignorés par un lectorat mal digitalement guidé. Pire, on aurait pu penser, très injustement et à tort, que cet ouvrage structuré par un thème directeur fort constitue un « rassemblement hasardeux d’éléments hétéroclites6 ». Bref, sous le titre de « Mélanges », nous aurions risqué mille et un périls éditoriaux, mais sauvés par son absence, nous ne sommes pas pour autant privés d’en adopter la vocation distinctive : celle du don. Comme l’explique Françoise Wacquet discutant du genre littéraire des mélanges, entre divers traits inégaux, ces derniers possèdent une caractéristique uniforme qui, finalement, en fait l’essence : le fait d’être « offerts ». On les remet au « dédicataire afin de l’honorer et de lui dire, lors d’une manifestation publique et solennelle, ce que “par routine ou par pudeur, on n’a jamais su exprimer”7 ». Face à l’évocation d’une retenue potentielle dans l’expression de l’admiration collégiale, nous devons malheureusement à la vérité de dire que le cas de Rocher appelle quelque tempérament… L’homme est quelquefois si adulé, rappelle la savoureuse et piquante plume de Christian Saint-Germain, qu’il s’en est fallu de peu que ses collègues du syndicat, à l’UQÀM, « ne le canonisent tout vivant au panthéon de la Gauche ou n’inscrivent son nom sur les plaques de verre commémoratives à l’entrée du métro ».

Les amours intellectuelles

  • 8 Voir Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques » (...)

6Cet ouvrage sur Guy Rocher est aussi officiellement offert à Guy Rocher. Or, nous a expliqué Marcel Mauss8, les cadeaux ont une âme qui tient notamment à l’essence du donateur. Ils constituent une symbolisation de l’être à combler. Notre projet de livre a ainsi été construit sur la base d’une représentation donnée des amours intellectuelles de Guy Rocher – la nôtre – organisées sous trois thèmes qui s’entremêlent dans l’ouvrage et en expliquent les caractéristiques éditoriales. Comme premier thème apparaît cet incessant mouvement entre les mondes différents du savant et du politique, archétype d’une danse boltanskienne plus haut qualifié d’oxymore. Ce thème explique la structuration de l’ouvrage et, à travers l’appel à la communication, il a aussi modelé chacun des écrits qu’il contient.

  • 9 F. Waquet, op. cit., note 5, p. 121.

7Comme deuxième thème vient ensuite l’affection notoire de Guy Rocher pour les œuvres d’art. Chacun des textes offerts a donc été mis en dialogue, dès le départ, avec un processus créatif parallèle, celui de la jeune et talentueuse photographe et artiste graphique Maya Pankalla. Il en est résulté une série d’« œuvres associées », c’est-à-dire construites en relation directe avec le fond et le ton général de l’article qui lui est associé. Ici, art photographique et savoir universitaire discutent et collaborent dans un objectif commun, illustrant une interdisciplinarité qui est chère tout autant au dédicataire qu’aux donateurs. Avec ces œuvres d’art intégrées, l’ouvrage espère donc posséder un autre des beaux traits du genre littéraire des mélanges : le fait de « fonctionner comme un coffret », son « existence » et sa « beauté » comptant tout autant que sa « bonté9 »…

  • 10 « Une fois de plus, je touchais du doigt les limites du changement social. Ces obstacles et ces ré (...)

8Le troisième et dernier thème choisi pour symboliser l’aura des préférences caractéristiques de Rocher réside dans l’impact de connaissance à long terme et intergénérationnel. À la réflexion, ce thème se fait présent chez Rocher de tant de manières… D’abord avec l’amour et le souci constant de l’éducation… Ensuite avec la quête et la conscience du changement social qui ne s’obtient que dans la durée, qui ne s’observe que dans les générations suivantes10… Enfin à l’occasion des échanges multiples avec la jeunesse, par exemple lors du « printemps érable ». Des échanges qui, tous, d’une époque à l’autre, marquent positivement et pour toujours une jeune personne étonnée et reconnaissante de se voir spontanément accueillie, écoutée et respectée (Macdonald ; Martin et Ouellette). En conséquence de ce dernier thème, le choix des contributeurs s’est ici posément écarté de la tradition des mélanges, faisant place non seulement aux grands noms et aux amis, mais aussi à une relève intellectuelle désireuse de témoigner de l’influence contemporaine des travaux savants et politiques de l’homme.

« L’homme qui plantait des idées… »

9Pour conclure, on pourrait enfin raconter Rocher à la façon d’un Frédéric Back, sur arrière-fond pastel créativement fleurdelisé… Il deviendrait ainsi « l’homme qui plantait des idées »… arrosant patiemment, lentement et constamment de science la culture politique de chez nous… Ici s’insère alors harmonieusement la narration d’un Roderick Macdonald reconnaissant, admiratif et ému : « Guy has, above all else, chosen to devote himself to the advancement of knowledge, the nurturing of generations of students and the mentoring of generations of scholars in Quebec, and the design and management of the public institutions of a modern, secular State ». Pareille lecture me fait alors sourire intérieurement… Que de fois, dans le cadre de mes recherches ou de mon enseignement, j’ai réalisé, mi figue, mi raisin, que Rocher avait formulé, souvent même avant ma naissance, cette conclusion « lumineuse » qui me venait à l’esprit et qui m’apparaissait si « originale » ! Heureusement, j’ai fini par cesser de m’en décevoir. J’y vois maintenant le simple indicateur du fait que, manifestement, son œuvre a tôt planté les germes d’une pensée universitaire et québécoise nouvelle qui, en douce et probablement assez massivement, s’enracine maintenant chez une foule de professeurs et de chercheurs de ma génération doctorale. Quoi de plus naturel, finalement, que mes semblables et moi arrivions par nous-mêmes aux conclusions que ce « planteur d’idées » espérait voir éclore ?

Notes

1 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB Éditeur et Guy Rocher, 1989, p. 7.

2 Voir Max Weber, Le savant et le politique, 1919, collection numérique « Les classiques des sciences sociales », http://classiques.uqac.ca/classiques/Weber/savant_politique/Le_savant.pdf

3 « Devant chaque problème, j’ai besoin de rechercher les fondements théoriques par lesquels on peut l’éclairer. […] [J]’ai toujours besoin de remonter du XXe siècle au XIXe, puis du XIXe à la Renaissance, de la Renaissance au Moyen-Âge, du Moyen-Âge à l’Antiquité grecque et, si possible, à la civilisation ionienne » (G. Rocher, op. cit., note 1, p. 83).

4 Comme par hasard, le concept d’oxymore révèle un haut potentiel de renouveau pour la théorie du droit contemporaine. Voir Violaine Lemay, « Du couple droit et passion : les amours oubliées de la raison juridique », dans Bernard Valade, Antigone Mouchtouris et Éric Letonturier (dir.), Les passions sociales, Paris, Topos Manuscrit, 2014.

5 Françoise Waquet, « Les “mélanges” : honneur et gratitude dans l’Université contemporaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 3, 2006, p. 100-121, p. 100.

6 G. Vedel, dans F. Waquet, op. cit., note 5, p. 104.

7 F. Waquet, op. cit., note 5, p. 121.

8 Voir Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », 1923-1924, collection numérique « Les classiques des sciences sociales », http://classiques.uqac.ca/

9 F. Waquet, op. cit., note 5, p. 121.

10 « Une fois de plus, je touchais du doigt les limites du changement social. Ces obstacles et ces résistances, l’homme d’action en moi qui croyait à quelque chose en souffrait. Mais le sociologue en moi y voyait un fabuleux laboratoire d’étude. Cette expérience m’a permis de sortir de l’action et de la relativiser : de tels changements, me disais-je, ne peuvent se produire d’un seul coup, on ne change pas du jour au lendemain les structures et les mentalités. Déjà les structures étaient changées, il faudrait attendre d’autres générations pour changer les mentalités » (G. Rocher, op. cit., note 1, p. 155).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search