Version classiqueVersion mobile

L’amour peut-il rendre fou et autres questions scientifiques

 | 
Dominique Nancy
, 
Mathieu-Robert Sauvé

Sexe

Le coup de foudre ne serait-il qu’affaire de molécules ?

Mathieu-Robert Sauvé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vos cœurs bondissent. Vos regards se croisent. Ça y est : c’est le coup de foudre. Mais pourquoi elle ? Pourquoi lui ?

La réponse se trouve peut-être dans les phéromones, ces signaux chimiques émis par certains animaux pour attirer les mâles ou les femelles, particulièrement durant la saison des amours, de façon à favoriser la reproduction. Du grec pherein (« transporter ») et horman (« exciter »), ce terme a été créé en 1959 par le biologiste allemand Peter Karlson et l’entomologiste suisse Martin Lüscher pour désigner un médiateur chimique présent chez les termites. « Les phéromones sont une réalité biologique, cela ne fait aucun doute, mentionne Soizic Potier, docteure en sciences neurologiques, qui a effectué une revue de la littérature sur le sujet en 2001. Ce qui est plus discutable, c’est dans quelle mesure l’être humain y est sensible. »

Depuis les années 1960, des chercheurs ont mené d’innombrables expériences sur les phéromones. On sait que, grâce à elles, le bombyx du mûrie...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search