Version classiqueVersion mobile

L’amour peut-il rendre fou et autres questions scientifiques

 | 
Dominique Nancy
, 
Mathieu-Robert Sauvé

Éducation et culture

Faut-il laisser pères et fils se tirailler ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un père qui « se tiraille » avec son fils le prépare à la vie en société dans la mesure où les règles sont claires et bien respectées de part et d’autre. « Lorsqu’ils sont de qualité, ces jeux de bataille sont liés à la compétition pour les ressources à la garderie (jouets, espace, amis, etc.). Ils amènent l’enfant à mieux obéir et à maîtriser sa colère », explique Daniel Paquette, professeur à l’École de psychoéducation. Qu’est-ce qu’un jeu de qualité ? C’est un jeu dont le père limite l’intensité. « Aucun coup n’est échangé et aucun objet n’est lancé. De plus, le père doit veiller à tout moment à éviter les blessures en adaptant l’intensité du jeu. En cas de problème, le jeu est immédiatement suspendu », commente le chercheur.

Au terme d’une étape de la recherche qu’il mène depuis plus de 10 ans auprès de 160 pères de la région de Montréal qui ont été filmés alors qu’ils « se colletaillaient » avec leur enfant, M. Paquette a constaté que ces confrontations physiques aidaient à la s...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search