Version classiqueVersion mobile

L’amour peut-il rendre fou et autres questions scientifiques

 | 
Dominique Nancy
, 
Mathieu-Robert Sauvé

Société

D’où vient l’interdiction de manger du porc ?

Daniel Baril

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les garderies de la Commission scolaire de Montréal ont banni en janvier 2007 le porc des menus destinés aux enfants. La raison ? Il devenait trop difficile de gérer les repas s’il fallait accommoder les juifs et les musulmans de stricte observance qui refusent toute consommation de porc, animal considéré comme impur.

Plusieurs associent ce rejet du porc à son apparente malpropreté. Cette justification ne tient pas la route quand on considère les conditions hygiéniques dans lesquelles vivent d’autres animaux, comme la chèvre ou la vache, qui ne font pas l’objet d’interdits religieux. L’hypothèse de l’hygiène perd tout fondement lorsqu’on remonte à la source biblique de l’interdiction, soit le Lévitique et le Deutéronome, où le porc figure parmi une vingtaine d’autres animaux qui ne doivent pas être consommés. La liste va du lièvre jusqu’à l’aigle en passant par l’autruche et la grenouille.

Il est en fait défendu de manger tout animal dont le sabot est fendu mais qui ne rumine pas, tou...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search