Version classiqueVersion mobile

L’amour peut-il rendre fou et autres questions scientifiques

 | 
Dominique Nancy
, 
Mathieu-Robert Sauvé

Nutrition

L’obésité entraîne-t-elle une diminution de l’espérance de vie ?

Mathieu-Robert Sauvé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Absolument pas. C’est un mythe à dissiper », estime le démographe Jacques Légaré.

Selon Santé Canada, l’espérance de vie se définit par « le nombre d’années que devrait en principe vivre une personne à compter de la naissance », à partir des statistiques de mortalité sur la période d’observation retenue. Aujourd’hui, l’espérance de vie au Québec est de 79,2 ans pour les hommes et de 83,7 ans pour les femmes. « Mais pour calculer l’espérance de vie d’une génération, on doit accumuler des données sur une centaine d’années, explique M. Légaré. Or, l’obésité est apparue depuis trop peu de temps pour influer à la baisse l’espérance de vie. De plus, même si c’est un phénomène pernicieux, l’obésité n’est pas un virus mortel qui décime des populations entières. Elle ne crée pas d’hécatombes. »

Pour qu’un phénomène ait un impact à court terme sur l’espérance de vie, il faut qu’il soit radical et meurtrier. « Durant la guerre de 1939-1945, l’espérance de vie en Europe s’est abaissée de plusie...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search