Version classiqueVersion mobile

L’amour peut-il rendre fou et autres questions scientifiques

 | 
Dominique Nancy
, 
Mathieu-Robert Sauvé

Nature

Y a-t-il des castors au lac aux Castors ?

Mathieu-Robert Sauvé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Non, mais il y en a déjà eu. Et pendant plusieurs siècles. En témoignent les huit bouts de branches d’érable rouge, bouleau blanc et peuplier faux-tremble trouvés en 2012 au fond du lac aux Castors, sur le mont Royal. « Ce sont des fragments d’arbres d’une forêt laurentienne datant de 9600 à 11 000 ans ; les castors étaient donc présents à cet endroit peu de temps après la disparition de la toundra », explique Pierre J. H. Richard, professeur émérite du Département de géographie et spécialiste de la palynologie (étude des pollens). Les datations au carbone 14 ont permis de dater ces artéfacts.

« Il y avait de grandes quantités de troncs rongés ; nous n’avions qu’à choisir les plus représentatifs », relate l’archéologue Christian Gates St-Pierre, de la firme Ethnoscop, qui a signé la découverte avec le paléobotaniste Alayn Larouche. En raison des conditions exceptionnelles de conservation des fossiles – un milieu anaérobique et une vase compacte –, les tiges étaient quasiment intactes...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search