Version classiqueVersion mobile

L’amour peut-il rendre fou et autres questions scientifiques

 | 
Dominique Nancy
, 
Mathieu-Robert Sauvé

Inné ou acquis ?

Les nouvelles générations sont-elles plus intelligentes ?

Daniel Baril

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des tests d’intelligence qui donnaient des résultats moyens de 100 points dans les années 1960 donnent aujourd’hui des résultats de 120. C’est ce que les spécialistes de l’intelligence appellent l’« effet Flynn », du nom du politologue néo-zélandais James Richard Flynn, qui a remarqué, à la fin des années 1970, une progression de trois à cinq points du quotient intellectuel (QI) par décennie. Le phénomène se serait poursuivi depuis, selon plusieurs autres études et a été observé dans une trentaine de pays.

Les nouvelles générations seraient-elles plus intelligentes que les précédentes ? Ne sautons pas trop vite à une telle conclusion, prévient Serge Larivée, professeur à l’École de psychoéducation qui a dirigé l’ouvrage collectif Le quotient intellectuel : ses déterminants et son avenir (Éditions MultiMondes). « Si c’était le cas, cela voudrait dire que la génération de nos grands-parents était constituée en grande partie de déficients intellectuels, ce qui est insensé aux yeux de l’...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search