Chapitre VII. L’impasse

1La diplomatie allemande, même si elle ne s'intéressa au "Boycott" et au "Contre-Boycott" qu'en 1924, n'attendit pas tout ce temps pour se rendre compte des conséquences de l'isolement de l'élite intellectuelle allemande pour la position internationale de la République : il était incontestablement dans l'intérêt de l'Allemagne que le "Boycott" disparût :

  • 1 Le secrétaire d'Etat à la Gesandtsahaft allemande à Stockholm, le 28 avril 1921 (AA KultAbt VIB Ku (...)

Aussi longtemps qu'il existe, écrivit un fonctionnaire de l'Auswärtiges Amt au printemps 1921, le Boycott maintiendra les élites des anciens pays belligérants dans leur psychose de guerre, et la tension persistante réduira à néant toute chance de trouver une résonance favorable pour une politique de conciliation1.

  • 2 Un exception doit être relevée : l'envoi, auprès de la délégation allemande à la Conférence de la (...)
  • 3 Voir, par exemple, Twardowski, 1970, 13-28.
  • 4 Des revues scientifiques furent distribuées en Finlande et au Chili, par exemple (note de transfer (...)

2Le ministère accordait par conséquent son appui moral et, dans des limites très étroites, financier, à toutes les initiatives dont on pouvait espérer qu'elles contribueraient à rasséréner l'atmosphère et à normaliser les relations avec l'étranger. Mais il faut évidemment tenir compte des difficultés que le ministère devait affronter s'il voulait s'engager dans une politique culturelle et scientifique : la constitution de Weimar était fédérative et ne donnait au ministère des Affaires étrangères aucune autorité sur le contenu et l'orientation d'une telle politique, le rendant entièrement dépendant de la coopération des administrations compétentes des Länder. La pratique du gouvernement impérial ne lui avait légué ni des mécanismes de collaboration bien rodés, ni même une certaine tradition de rapports officieux avec la communauté universitaire. Il n'est donc pas étonnant que la politique extérieure weimarienne ne se soit guère occupée, au début, d'un secteur qui ne lui était pas familier et n'ait pratiquement pas fait appel au concours des universitaires2. Bien que la Kulturabteilung - constituée au cours des réformes structurelles de 1920-1922 - fût officiellement chargée de promouvoir "les relations humanitaires et scientifiques avec l'étranger", elle ne sortait pas des sentiers battus d'une politique d'assistance aux écoles allemandes et aux minorités en général3. Largement improvisée, la politique guidant les relations scientifiques s'inspirait de quelques principes sommaires : saisir toutes les occasions pour raviver l'admiration du monde pour les "qualités éternelles" de l'Allemagne et pour consolider la confiance de l'étranger dans l'esprit coopératif qui animait son gouvernement. Le ministère encourageait ainsi systématiquement une participation allemande chaque fois qu'une invitation à une manifestation internationale lui parvenait et faisait son possible pour faciliter d'autres contacts : conférences de savants allemands à l'étranger, visites de savants étrangers en Allemagne, voyages d'études ; il finançait aussi, par exemple, la distribution gratuite de publications scientifiques dans certains pays neutres, et participa au fonds international pour la reconstruction de la bibliothèque de Tokyo4. Dans l'ensemble, cependant, les activités du ministère dans ce secteur demeuraient relativement modestes.

  • 5 Gesandtschaft La Haye au ministère, le 25 mai 1920 (AA KultAbt VIB KuW 518 (2)/IX-U-4043) ; Ambass (...)
  • 6 Lettre du 2 septembre 1920 (AA KultAbt VIB KuW 518/2/IXU-6621).
  • 7 Voir supra, chapitre V, 191-195. Il faut mentionner cependant que chaque fois qu'Einstein laissait (...)
  • 8 Constantin v. Neurath, Gesandter à Copenhague, au ministère, le 26 juin 1920 (AA KultAbt VIB KuW 5 (...)
  • 9 Einstein était à l'époque en voyage en Extrême-Orient. Voir au sujet de la nationalité d'Einstein, (...)

3Si malgré tout la science allemande put jouir d'un certain éclat pendant cette période, ce n'est pas à l'Auswärtiges Amt qu'elle le dut. Les tournées de conférences qu'entreprit Albert Einstein dès 1920 à travers le monde provoquèrent partout où il passa les éloges des représentants diplomatiques allemands. Ils étaient tous d'accord pour souligner le caractère triomphal de ses apparitions, le service inestimable qu'il rendait à la réputation de la science allemande et, par là même, au pays tout entier5. Quand, au cours de l'année 1920 des rumeurs se multiplièrent selon lesquelles Einstein songeait à quitter l'Allemagne pour toujours, le chargé d'affaires allemand à Londres fit état de son inquiétude. On devrait faire l'impossible pour retenir à Berlin l'éminent savant, écrivit-il au ministère, parce qu'Einstein était, selon lui, un "facteur culturel" de premier ordre : avec un tel homme, on pourrait enfin concevoir une "véritable propagande culturelle6". A Berlin, plus proches de la scène universitaire, les responsables de la politique étrangère évaluaient sans doute avec moins d'optimisme les réactions que susciterait Einstein, figure de proue d'une politique culturelle extérieure, parmi la communauté scientifique allemande7. La détermination exacte de la nationalité d'Einstein causait, de plus quelques problèmes. Tandis que l'Ambassadeur d'Allemagne à Copenhague prenait pour acquis qu'Einstein était citoyen suisse (tout en faisant remarquer qu'en dépit de cela et en dépit du fait qu'il était juif, son oeuvre était bien un chaînon de la science allemande)8, son collègue à Stockholm faisait son possible pour faire établir qu'Einstein était Reichsdeutscher. L'Ambassadeur, en tant que représentant officiel de l'Allemagne, était ainsi habilité à recevoir à la place du lauréat, lors de la séance solennelle, le prix Nobel de physique que l'Académie suédoise avait attribué en 1922 à l'illustre savant9.

  • 10 Sur l'importance que la diplomatie allemande attachait à Einstein en tant que "facteur culturel", (...)
  • 11 Note interne de v. Bülow (Referat Völkerbund) du 27 février 1923, AA KultAbt VIB KuW 607/7/-3033). (...)

4L'incertitude entourant la nationalité d'Einstein, bien que parfois embarrassante pour la diplomatie allemande, permettait à cette dernière de se réserver une certaine marge de manoeuvre dans son interprétation de la représentativité du physicien pour la science allemande. S'il semblait opportun - à la lumière du succès triomphal que remportaient ses tournées à l'étranger - de souligner le fait qu'Einstein était un savant allemand10, on était plus évasif quand il était question de sa représentativité au sein de la Commission de coopération intellectuelle. On était au courant, au ministère, des considérations ambiguës qui avaient accompagné la nomination d'Einstein comme représentant de l'"aire culturelle germanique" et on ne tenait pas à brusquer la majorité des universitaires allemands en acceptant cette nomination comme satisfaisante. La section chargée des affaires de la Société des nations au ministère fit d'ailleurs valoir une raison supplémentaire pour rejeter la thèse selon laquelle Einstein représentait aussi la science allemande : l'Allemagne n'avait aucun intérêt - en 1922-1924 - à ce qu'avant son admission à la Société des nations une représentation allemande à cette Commission contribuât à rehausser le prestige de l'organisation11.

Les impératifs des politiques étrangères et la révocation du "Boycott"

5En 1924 la situation internationale commençait lentement à évoluer. Les Etats-Unis, attendant avec impatience de voir l'Europe sortir du marasme économique, faisaient pression sur la France, tenue pour la principale responsable de l'impasse. La victoire du Cartel des gauches et la démission de Poincaré, le 1er juin 1924, facilitèrent l'acceptation du plan Dawes par la France. En août, les entretiens Herriot-Stresemann aboutirent à un plan d'évacuation de la Ruhr, échelonné sur un an. Bien qu'elle eût participé à l'occupation, l'Angleterre soucieuse de contrebalancer la puissance française sur le continent, avait déjà commencé à relâcher son emprise sur l'Allemagne. A la suggestion de l'Ambassadeur britannique à Berlin, Stresemann réitéra au début de l'année 1925 l'offre aux gouvernements alliés de garantir les frontières occidentales de l'Allemagne. Transmise le 9 février, l'offre aboutira, en octobre 1925, à la signature des Accords de Locarno. Une année plus tard, l'Allemagne faisait son entrée à la Société des nations.

6Le "Boycott" occupait une place particulière sur l'échiquier de la diplomatie allemande. Il fallait qu'il disparût, certes, pour que disparaisse avec lui cette psychose de guerre chez les élites intellectuelles des pays alliés. Mais on attendait également de la disparition du "Boycott" un effet modérateur sur l'attitude des élites intellectuelles allemandes : obtenant satisfaction de leurs griefs dans la question des organisations scientifiques internationales, elles se rallieraient alors peut-être plus volontiers aux objectifs généraux de la politique étrangère allemande, abandonnant leur opposition irréductible à toute orientation conciliatrice. L'abolition du "Boycott", l'admission des académies allemandes au CIR et à l'Union académique internationale devinrent donc, dans le domaine des relations scientifiques, les objectifs prioritaires de la Kulturabteilung - objectifs qui, incontestablement, avaient une dimension de politique intérieure.

  • 12 Voir, par exemple, lettre du ministère à Gesandtschaft Stockholm, le 23 juin 1922 (AA KultAbt VIB (...)
  • 13 Kerkhof, 1922, ainsi que ses compilations de congrès scientifiques internationaux ayant lieu avec (...)
  • 14 A Madrid, l'Ambassadeur d'Allemagne fit remarquer au gouvernement espagnol qu'une exclusion des Al (...)
  • 15 Ambassade Paris au ministère, le 9 juillet 1925 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/).
  • 16 Anatole de Monzie était reçu par le Kultusminister prussien C.H. Becker.
  • 17 Réponse à la lettre ouverte d'un intellectuel allemand (Otto Grautoff) qui lui avait transmis une (...)

7De 1920 à 1923, il s'agissait généralement pour les missions diplomatiques allemandes d'établir des contacts avec des membres influents de l'Establishment scientifique dans leur pays d'accréditation et de les encourager confidentiellement à prendre position contre l'exclusion des savants allemands du CIR, des Unions ou d'autres organisations ou manifestations internationales12. La Kulturabteilung continuait alors de transmettre aux missions diplomatiques des informations et des écrits concernant le "Boycott" avec la recommandation d'en faire usage de façon appropriée13. A partir de 1924, les démarches recommandées se firent plus énergiques. Le ministère demandait à ses représentants de ne pas hésiter à inviter les gouvernements du pays hôte à veiller à ce que leurs organismes scientifiques nationaux ne s'opposent plus à l'abolition des clauses d'exclusion dans les statuts du CIR et des Unions affiliées14. Au lendemain de la défaite de la motion Lorentz lors de la Troisième assemblée du CIR en juillet 1925, la politique allemande enregistra sur ce terrain un succès important. L'Ambassadeur d'Allemagne à Paris reçut du ministre français de l'Instruction publique des assurances : la France désirait sincèrement intensifier la collaboration scientifique et culturelle entre les deux pays15. Un accord franco-allemand d'échanges universitaires était signé à cette même époque, et à la fin du mois de juillet, le ministre français se rendit en visite officielle à Berlin16. Toutes les fois où le problème du "Boycott" fut évoqué, Anatole de Monzie prit ses distances par rapport à la politique du CIR. Tout en sollicitant du respect pour les convictions de certains savants français et de la compréhension pour son gouvernement qui ne pouvait "(exercer) la police des coeurs et (faire) régner sur les deuils la discipline d'une exacte courtoisie17", il ne laissa subsister aucun doute sur le fait qu'il désapprouvait l'intransigeance des ultras et qu'il allait tenter de les amener à des positions plus conciliantes.

  • 18 Arthur Schuster en était bien conscient ; en fait, en 1919 déjà, le Foreign Office avait recommand (...)
  • 19 A la demande du Foreign Office, l'Ambassade britannique à Paris s'était renseignée sur l'état d'es (...)
  • 20 Le pessimisme d'Arthur Schuster illustre bien l'ambiance générale : "We must face the possibility (...)

8Si les fondateurs du CIR avaient ardemment souhaité voir l'intérêt des gouvernements se porter sur la mission et les activités de cet organisme, ce n'est que six ans plus tard, en 1925, que cet intérêt se manifesta. Mais les interventions officielles, loin de renforcer l'autorité des principes sur lesquels l'organisation se fondait, eurent alors pour objectif de les désavouer. Le gouvernement britannique avait très tôt adopté une politique claire à l'égard des tensions au sein de la communauté scientifique, faisant comprendre aux intéressés qu'il allait arrêter l'attitude à l'endroit du "Boycott" en fonction de la situation politique générale18. Aussi n'est-il pas étonnant que le Foreign Office, en 1925-1926, participât activement aux efforts pour aplanir les obstacles qui, à Paris surtout, semblaient empêcher la normalisation des relations entre scientifiques de pays ex-ennemis19. Il n'éprouvait guère de difficultés, en fait, à convaincre les représentants anglais au CIR de la nécessité de certaines réformes : depuis la malencontreuse victoire des ultras à l'assemblée du CIR en juillet 1925, la Royal Society s'était ralliée au courant conciliateur. La raison en était moins l'impatience de voir les Allemands joindre les rangs du CIR que la crainte qu'un refus persistant de les admettre n'entraînât le départ des académies neutres et, par conséquent, la dislocation du Conseil20. La majorité des membres réunis à Bruxelles avaient compris qu'il fallait prendre au sérieux l'avertissement lancé par H.A. Lorentz. Si les uns envisageaient alors sans trop d'inquiétude la disparition du Conseil, d'autres - et la Royal Society parmi ceux-là - étaient décidés à sauver l'oeuvre de 1919, fût-ce en heurtant les sensibilités françaises.

  • 21 Schuster à Lorentz, le 27 juillet 1925 ; Schuster à Glazebrook, le 13 août 1925 (RS 542). Il décou (...)
  • 22 Réunion du Comité exécutif du 13 octobre 1925. Le 27 octobre, Arthur Schuster communiqua, par lett (...)
  • 23 Went à Schuster, le 4 novembre 1925 (RS 542).

9Pour prévenir des gestes irréparables de la part des neutres, il fallait donc revenir au plus vite sur le vote de juillet. La convocation d'une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle tous les délégués, cette fois pleinement conscients de la portée de leur décision, prendraient un nouveau vote, semblait la seule issue possible. Arthur Schuster s'engagea à convaincre Emile Picard de la nécessité d'une telle démarche21 ; au Comité exécutif, le représentant de l'Academie des sciences occupait toujours une position clé, sur laquelle semblaient s'aligner sans plus de discussions, les Belges et les Italiens. Soumis aux pressions du gouvernement français et de leurs collègues, les irréductibles résistèrent pourtant. Quand Emile Picard consentit finalement, en octobre 1925, à convoquer une assemblée extraordinaire du CIR, il s'opposa fermement à tout ce qu'il considérait comme de la précipitation inutile et insista sur une date assez éloignée22. La date du 29 juin 1926 sur laquelle le Comité exécutif tomba d'accord souleva l'indignation des neutres qui n'y voyaient que manoeuvres dilatoires23.

  • 24 Comité secret du 12 octobre 1925 (AdS Paris), notamment l'intervention très explicite de C. Lallem (...)
  • 25 Le 15 avril 1926, Arthur Schuster écrivit à l'Ambassadeur d'Espagne à Londres lui exposant le souc (...)
  • 26 Note du chargé d'affaires britannique à Berlin du 16 juin 1926 lettre du ministre belge de l'Educa (...)
  • 27 Entretien d'un fonctionnaire du ministère de l'Instruction publique avec un membre de l'Ambassade (...)
  • 28 Ambassade d'Allemagne à Paris au ministère, le 15 juillet 1926, AA KultAbt VIB KuW 607/1/-11274 ; (...)

10Une activité intense de consultation et d'instruction se développa alors au cours des mois précédant l'assemblée générale extraordinaire du CIR - impliquant dans un chassé-croisé incessant entre ministères et académies, diplomates et statesmen of science. Les modalités de la révocation du "Boycott" furent l'Objet de sondages et de négociations : fallait-il se contenter de supprimer les références à l'article premier des Résolutions de Londres et laisser aux Allemands l'initiative de demander leur admission ? Fallait-il, au contraire, abandonner la procédure normale et formuler une invitation expresse ? ou encore assortir d'autres conditions l'admission de l'Allemagne (telle son entrée à la SdN) ? Les irréductibles continuaient de chercher des subterfuges. A la veille de l'assemblée générale extraordinaire, un comité secret de l'Académie des sciences de Paris leur fournit l'occasion de s'opposer encore dans un dernier élan contre l'impensable : la rentrée des Allemands dans les organisations qui avaient été fondées, sept ans plus tôt, justement pour les exclure longtemps de la collaboration scientifique internationale24. Mais les dés étaient jetés. A mesure que la date de l'assemblée approchait, il devenait évident que les ultras avaient perdu la partie. Le Secrétaire de la Royal Society s'était assuré qu'aucune délégation nationale ne se rendrait à Bruxelles sans avoir pris conscience de l'enjeu25. Les gouvernements, de leur côté, avaient également veillé à ce que les délégations partent avec des instructions appropriées : il fallait que cette fois-ci, le vote se trouvât en concordance avec le climat de détente que les hommes d'Etat étaient décidés à instaurer. On avait reçu, à l'Auswärtiges Amt à Berlin, des informations très satisfaisantes de Londres, de Washington, de Bruxelles26 et de Paris à ce sujet. Bien avant la réunion, le gouvernement français s'était déjà efforcé de rassurer le partenaire allemand, lui demandant de ne pas surestimer l'importance du CIR et de considérer le fait qu'il n'y avait pas que les scientifiques ultras, mais aussi les gouvernements intéressés à régler cette affaire - gouvernements dont la bonne volonté était évidente27. Les efforts que déployait pour un rapprochement entre les savants des deux camps le ministre français de la Guerre, Paul Painlevé, mathématicien et ainsi collègue d'Emile Picard, étaient bien connus à Berlin28.

  • 29 Conseil international de recherches, 1926, 1, 3, 4, 6.
  • 30 Picard à Schuster, le 22 juin 1926 ; il s'était déjà exprimé dans le même sens six semaines plus t (...)

11Quand l'assemblée générale extraordinaire du CIR se réunit à Bruxelles, le 29 juin 1926, la séance fut courte. Emile Picard l'ouvrit en précisant que l'heure n'était pas "aux longs discours". Par un vote unanime, les délégués supprimèrent dans les statuts les références à l'article premier des Résolutions de Londres d'octobre 1918. Ils se rallièrent par la suite à une proposition du délégué britannique, Ernest Rutherford, et invitèrent explicitement l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie et la Bulgarie a adhérer au CIR29. Rien de plus précis ne fut discuté concernant les modalités de ces adhésions. La question était délicate : on savait, d'une part, que les Allemands envisageaient de poser certaines conditions ; il était évident, d'autre part, qu'Emile Picard, tout en s'étant résigné à voter pour l'admission des Empires centraux, demeurait farouchement opposé à ce que l'on abandonnât, pour être agréable aux Allemands, la procédure normale d'adhésion qui comportait notamment la mise au vote de la demande30. Il avait sans doute estimé que la susceptibilité des Allemands représentait une dernière chance pour empêcher leur entrée effective.

  • 31 La déclaration avait été signée par les représentants de treize universités. L'université de Munic (...)

12Emile Picard ne se trompait pas. La première réaction officielle des élites universitaires allemandes fut négative. La "Déclaration des universités allemandes" que le recteur de l'université de Berlin remit à l'Auswärtiges Amt le 22 juillet 1926, se prononçait en premier lieu sur la participation éventuelle de l'Allemagne aux divers organes, comités et programmes spécialisés de la SdN. Si les signataires de la déclaration consentaient à envisager une telle participation sous certaines conditions - dont celle d'une association adéquate aux décisions des institutions représentatives de la vie scientifique et universitaire allemande - ils demandaient de façon on ne peut plus insistante que l'Allemagne s'abstienne de participer aux "organisations de combat (Kampforganisationen) des pays membres de la SdN" comme le CIR ; ils ajoutaient qu'en tout cas, les universités ne prendraient aucune part aux travaux du Conseil31.

  • 32 Haber qualifia ces négociations de pénibles et "les plus frustrantes" qu'il ait jamais connues (Ha (...)

13Ce non possumus solennel très embarrassant après l'invitation officielle lancée de Bruxelles ne devait pas causer de surprise, bien que la cause sinon de la réconciliation, du moins d'une normalisation des relations, eût trouvé dans tous les camps des avocats prêts à engager leurs énergies et leur patience dans une médiation difficile et frustrante32 : Painlevé en France, Lorentz, Kruyt et Went en Hollande, Haber en Allemagne. Assurés de l'intérêt bienveillant des gouvernements, ils circulaient entre les fronts, essayant par de délicats sondages, toujours recommencés, de déterminer les contours exacts des compromis acceptables.

14Dans le cas de l'Allemagne, l'attention bienveillante des instances gouvernementales frôlait la connivence. Le carrefour de toutes ces missions d'information, de sondage et de médiation se trouvait, en fait, à Berlin. Nulle part ailleurs un gouvernement n'avait autant besoin de voir disparaître un conflit qui continuait d'empoisonner l'atmosphère internationale - et nationale ; nulle part ailleurs, un gouvernement ne devait-il compter avec tant d’obstacles sur le chemin de la réconciliation.

15Partie contractante des Accords de Locarno, l'Allemagne avait réalisé sans doute une étape importante vers une réintégration à part entière dans le concert des puissances ; cette réintégration était loin d'être achevée cependant : l'entrée à la SdN était différée à l'automne 1926 ; certains territoires de la Rhénanie étaient toujours occupés - sans parler du fardeau des Réparations. Le gouvernement allemand avait besoin plus que jamais de la confiance de ses partenaires ex-ennemis pour libérer le pays de contraintes dont beaucoup avaient pour fonction principale de contrôler et de garantir le respect du Traité. Or, dans les pays ex-ennemis, les représentants du courant conciliateur devaient faire face à des oppositions considérables, venant d'individus et de groupes qui prônaient à l'égard de l'Allemagne une méfiance sans répit. Les porte-parole de cette opposition n'avaient pas de difficulté à montrer que les discours de conciliation et de loyauté aux Traités que Gustav Stresemann tenait à Paris, à Londres ou à Locarno étaient très différents de ce que l'on pouvait lire dans la presse allemande, entendre dans les débats du Reichstag - ou dans les amphithéâtres des universités. Le nationalisme impénitent, acrimonieux et vindicatif de la droite, si largement représentée dans les milieux universitaires, semblait démentir tous les jours les assurances du ministre des Affaires étrangères au sujet de la nouvelle Allemagne républicaine, respectueuse de ses engagements, et pacifique. Le discrédit que les manifestations de l'élite universitaire jetaient ainsi sur la politique officielle de rapprochement, était d'autant plus grand que l'on continuait au-delà des frontières d'attribuer aux professeurs allemands une influence décisive sur l'esprit public. Leur amertume et leur ressentiment trouvaient, bien sûr, dans les dénonciations du "Boycott" et les revendications de l'ancien statut de "grande puissance scientifique" un véhicule tout désigné. Les responsables de la politique étrangère allemande, soucieux de limiter le plus possible les déclarations embarrassantes ou du moins leur diffusion, vouaient alors une attention particulière aux manifestations du "Contre-Boycott" et, surtout, depuis l'automne 1925, aux réactions à la perspective d'une invitation d'adhérer au CIR.

16Cette politique modératrice, associant dans un commun effort l'Auswärtiges Amt, la direction des Affaires culturelles du ministère de l'Intérieur et le Kultusministerium prussien, poursuivait trois objectifs principaux : 1. encourager d'une manière générale les milieux universitaires à participer davantage à des manifestations internationales ; 2. dissuader ces milieux de prendre des positions en désaccord flagrant avec la politique gouvernementale ; 3. préparer le terrain de sorte que l'invitation d'adhérer au CIR qui allait sans doute être faite lors de l'Assemblée générale extraordinaire de juin 1926, soit acceptée par les organes représentatifs de la communauté scientifique allemande.

  • 33 En 1924, la représentation de l'Allemagne par un membre de l'Ambassade à Bruxelles avait dû être e (...)
  • 34 S'il était possible de contrôler la production imprimée de ce bureau, il était pratiquement exclu (...)
  • 35 Pompeckj à AA, le 15 mars 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-4306). L'Auswärtiges Amt de concert avec (...)

17La participation allemande aux congrès scientifiques internationaux était en nette progression à cette époque, mais il fut plus d'une fois nécessaire de faire représenter l'Allemagne par un diplomate, membre de la mission du pays qui avait transmis l'invitation, faute de trouver un savant allemand de quelque renommée prêt à s'y rendre33. Il était plus délicat de réaliser le deuxième objectif, bien que l'on surveillât de près les milieux et les organismes montrant une disposition particulière pour les prises de position fracassantes : l'Association des universités, les académies, la Reichszentrale für naturwissenschaftliche Berichterstattung. Karl Kerkhof continuait d'inonder les ministères et tous les organismes intéressés de près ou de loin au "Boycott" d'informations et de mises au point tendancieuses34. Encore fallait-il reconnaître que la suppression de prises de position gênantes, tout en faisant gagner du temps, ne résolvait pas le problème si l'on n'arrivait pas à influencer les convictions qui les inspiraient. Quand, en janvier 1926, l'Auswdrtiges Amt réussit à empêcher à la dernière minute la publication d'une déclaration particulièrement outrée du Hochschulverband, le président de cette association tint à mettre en garde le ministère et lui conseilla fortement de tenir compte, dans d'éventuelles négociations et malgré la suppression du texte, des points de vue qui s'y trouvaient exprimés35.

  • 36 Reichszentrale für wissenschaftliche Berichterstattung à AA, le 5 avril 1921 (AA KultAbt VIB KuW 5 (...)
  • 37 La Gesandtschaft d'Allemagne à Belgrade citait des cas d'étudiants et assistants yougoslaves à qui (...)
  • 38 Le texte de cette déclaration a été publié (avec la lettre du Doyen à l'Interstate Postgraduate As (...)

18Dans leur indignation profonde, les milieux universitaires se laissaient volontiers entraîner à des gestes de "représailles", certains patrons refusant d'admettre parmi leurs assistants des ressortissants de pays participants au "Boycott"36 ; d'autres exigeaient de leurs assistants ou étudiants des déclarations de loyauté37 ; le doyen de la faculté de Médecine de l'université de Berlin ne voulut permettre la visite des installations cliniques à un groupe de collègues américains qu'à la condition qu'ils se dissocient par écrit des Résolutions de Londres et s’engagent à militer pour la révocation de ces Résolutions38.

19A mesure que les élites universitaires sentaient croître la pression exercée sur elles par les diverses instances gouvernementales pour qu'elles adaptent leur comportement aux impératifs de la politique extérieure, elles organisaient la résistance. En décembre 1925, l'Académie bavaroise des sciences - un des châteaux forts de l'intransigeance - demandait à l'Académie de Berlin de convoquer une réunion du Cartel, afin que les Académies puissent arrêter une position commune vis-à-vis des développements qui s'annonçaient sur le plan des relations scientifiques internationales. Le Cartel qui, normalement, s'était contenté d'une réunion par an ou moins, en tint deux avant le mois de juin 1926, les 7 et 8 janvier et le 7 mai. Les résultats de ces réunions - prises de position sur le fond, catalogues de conditions et de modalités acceptables - furent aussitôt transmis aux ministères intéressés ; ils parurent dans la presse et constituèrent le contenu de ce que les porte-parole des milieux académiques avançaient dans les réunions d'information auxquelles ils étaient plus ou moins régulièrement conviés par les instances gouvernementales concernées.

  • 39 "Si la science allemande ne pouvait s'affirmer à l'égard de l'étranger", écrivit dans une note int (...)

20Depuis 1923 déjà, les hauts fonctionnaires des différents ministères avaient organisé ces rencontres dans l'espoir sans doute que le contact personnel allait faciliter la compréhension, allait leur permettre de percer l'écran de fumée qui semblait obnubiler les élites universitaires à l'endroit de tout ce qui touchait aux "organisations de Bruxelles". Si, au cours de ces discussions, certains participants avaient toujours montré quelque compréhension pour les impératifs d'une politique étrangère efficace, l'opinion de ces individus n'avait jamais influencé le résultat global qui demeurait négatif. L'obstination que mettait la majorité des savants à refuser de considérer même des possibilités de compromis ou d'accommodement avait plus d'une fois exacerbé les fonctionnaires responsables39. Cet immobilisme rancunier devint d'autant plus alarmant à mesure que l'assemblée générale extraordinaire du CIR approchait. Au cas où cette assemblée se prononcerait en faveur des savants allemands, les diplomates allemands ne pourraient alors plus guère invoquer, pour expliquer le nationalisme ombrageux des milieux universitaires, les humiliations du "Boycott" et les sentiments légitimes d'indignation qu'elles provoquaient.

21Au printemps 1926, ces séances se firent de plus en plus nombreuses, tenues généralement au ministère de l'Intérieur ou à la Wilhwlmstrasse et réunissant, à part les représentants des ministères, des personnalités haut placées dans la hiérarchie académique : le recteur de l'université de Berlin,, les présidents de la NGW, de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, du Hochschulverband et des Académies des sciences (ou leurs délégués) Le contact avec les Académies était particulièrement important depuis qu'à la séance du Cartel du 7 mai, les Académies revendiquaient pour leurs délégués le statut de représentants officiels et exclusifs de la science allemande dans ses rapports avec le CIR

  • 40 Voir les procès-verbaux des séances d'information du 11 décembre 1925 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-1 (...)
  • 41 Copie transmise à l'Auswärtiges Amt par la Reichszentrale für naturwissenschaftliche Berichterstat (...)

22Tout en laissant entendre qu'une adhésion de l'Allemagne au CIR deviendrait probablement inévitable à la longue, les représentants des Académies avaient fini par élaborer une série de conditions à remplir avant qu'une telle adhésion puisse être envisagée. Une de ces conditions était la "dépolitisation" : il fallait, selon les Académies, abolir le vote pondéré au prorata des populations et réserver à des académies ou des institutions équivalentes le droit d'être membre (à l'exclusion donc des gouvernements) ; les réunions annuelles devraient devenir itinérantes ; l'allemand serait à rétablir comme langue de travail et langue officielle ; l'Allemagne devrait être représentée adéquatement au Comité exécutif et un nombre également "adéquat" de Bureaux centraux devaient être rapatriés40. Le mémoire du Cartel du 7 mai 1926 reprit une autre exigence que les ultras n'avaient cessé d'exprimer depuis 1919, à savoir que l'invitation qui serait éventuellement adressée à l'Allemagne devrait être formulée de façon à indiquer, en même temps, que jamais les raisons avancées pour justifier l'exclusion des savants allemands n'avaient été fondées41.

  • 42 En octobre 1925 déjà, avant même la réunion du Comité exécutif du CIR, Fritz Haber - qui était au (...)
  • 43 Note d'O. Soehring, concernant un entretien entre des représentants du Kultusministerium prussien (...)
  • 44 Au cours d'une rencontre à Paris avec Glazebrook (Royal Society) et Lorentz, il leur montra le mém (...)

23Pour surmonter l'impasse, les fonctionnaires de la Kulturabteilung comptaient beaucoup sur l'habileté et la patience des médiateurs qui, depuis l'automne 1925, s'efforçaient de rapprocher les points de vue42. Ces médiateurs suggéraient finalement d'arranger une rencontre entre savants allemands et savants français en territoire neutre, les gouvernements - français et allemand - se chargeant des invitations afin d'épargner aux savants d'un côte ou de l'autre l'embarras du premier pas43. Quoique Painlevé ne fût guère optimiste44, l'invitation fut lancée à la fin du mois de mars 1926. Quand, un mois avant l'assemblée générale extraordinaire du CIR, aucune réaction n'était encore parvenue à l'Auswärtiges Amt, on s'y inquiéta. Le 3 juin, l'Ambassadeur d'Allemagne à Paris avait fortement insisté pour que cette offre de discussion soit acceptée :

  • 45 L'Ambassadeur d'Allemagne à Paris au ministère, le 3 juin 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-8676).

Un refus cadrerait mal avec l'atmosphère actuelle des relations franco-allemandes… Au moins faudra-t-il, à tout prix, éviter que l'invitation soit rejetée d'une façon tranchée ; un tel refus consacrerait, dans le domaine de la science, une situation de conflit qui n'existe plus dans les secteurs politique, économique, etc.45.

  • 46 Réunions du 7 juin et du 18 juin 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-9670).

24Conviés de toute urgence à l'Auswärtiges Amt, les représentants de l'élite scientifique y discutèrent l'invitation française les 7 et 18 juin. Ils arrivèrent à la conclusion que - ne serait-ce qu'à cause des problèmes techniques posés par l'organisation d'une rencontre à si brève échéance - il serait préférable d'attendre les résultats de l'assemblée du CIR46.

Le refus allemand

  • 47 Kruyt à Haber, copie transmise au ministère le 6 juillet 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/11130).
  • 48 Note de l'Ambassadeur d'Allemagne à Paris au sujet d'un entretien avec Painlevé, le 17 juillet 192 (...)
  • 49 De l'Auswärtiges Amt le document fut acheminé aux académies par l'intermédiaire du ministère de l' (...)
  • 50 Le ministère à l'Ambassade d'Allemagne à Vienne, le 3 janvier 1927 ; en ce qui concerne l'ajournem (...)

25Le 6 juillet 1926, Hugo Kruyt informa Fritz Haber des résultats de cette assemblée, a titre personnel47. La Royal Society s'était chargée d'acheminer l'invitation officielle. Il avait semblé opportun de laisser aux Anglais le soin d'établir les contacts nécessaires et d'éviter toute modalité risquant de mettre face à face, dans d'éventuelles négociations, savants français et savants allemands48. L'absence, en Allemagne, d'un organisme scientifique central rendait l'acheminement de l'invitation quelque peu difficile. On adopta alors la voie diplomatique : l'Ambassade britannique à Berlin transmit le document à l'Auswärtiges Amt et celui-ci, par la voie administrative normale49, le fit parvenir aux destinataires - les academies, les universités et les sociétés savantes. Qu'une réponse se soit fait attendre ne s'explique pas seulement par les méandres qu'imposaient à la communication entre l'Auswärtiges Amt et les hommes de science les contraintes constitutionnelles. L'invitation formulée à Bruxelles n'avait guère modifié l'attitude négative des milieux universitaires - la déclaration des universités du 22 juillet 1926 n'en avait été que le premier témoignage public. Embarrassé, l'Auswürtiges Amt s'efforçait de prévenir d'autres éclats. Il réussit à faire ajourner - par l'intermédiaire de l'Ambassadeur d'Allemagne à Vienne - une réunion du Cartel des académies convoquée dans la capitale autrichienne pour le mois de janvier 192750 ; on avait appris que cette réunion avait pour objectif de formuler un refus officiel de l'invitation du CIR.

  • 51 Procès-verbal de la réunion du 20 avril 1927, 2-3 (AA KultAbt VIw 42/1/).

26Afin d'attirer l'attention des savants sur les difficultés que créait leur intransigeance pour la politique étrangère allemande, le ministère convoqua leurs représentants à une autre réunion d'information, en avril 1927. L'attitude intransigeante, souligna le chef de la Section Völkerbund, continuait de fournir des arguments à ceux qui mettaient en doute la bonne volonté et la sincérité de l'Allemagne ; et il ajouta qu'il était illusoire de compter indéfiniment sur des concessions de la partie opposée. Le gouvernement voulait se réserver, de toute façon, de faire appel aux bonnes dispositions des pays ex-ennemis pour des occasions plus importantes, par exemple, les négociations, imminentes, au sujet du plan Dawes51. Malgré ces avertissements et quoique le représentant de l'Académie de Vienne exprimât sa crainte que les neutres ne finissent par se lasser de l'intransigeance du Cartel, les professeurs réunis décidèrent de ne pas se prononcer. Ils promettaient cependant de soumettre un mémorandum dans les plus bref délais.

  • 52 Haber au ministère, le 29 juin 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-11389).

27Si les délégués réunis à Bruxelles en assemblée générale extraordinaire avaient cru que l'unanimité de l'invitation adressée aux collègues allemands allait fournir à ceux-ci une satisfaction adéquate et suffisante, ils durent bientôt constater leur erreur. Même Fritz Haber, tout en reconnaissant la bonne volonté s'exprimant dans cette unanimité, avait immédiatement soulevé qu'en fin de compte, l'invitation de l'Allemagne ne se distinguait en rien de celle adressée, quelques années auparavant, à un pays comme le Siam, par exemple ; il déplorait aussi que l'assemblée n'ait pas cru nécessaire de garantir tout de suite à l'Allemagne au moins deux sièges sur le Comité exécutif élargi - qu'en d'autres termes, elle n'eût pas manifesté plus clairement son intention d'accorder à l'Allemagne un statut correspondant à son rang de puissance scientifique52.

28Ces critiques - et toutes celles qui avaient été formulées à l'endroit du CIR au cours des années précédentes - furent reprises dans le mémoire que le Cartel approuva le 20 mai 1927 et transmit, le lendemain, à l'Auswärtiges Amt. Sans répondre directement à l'invitation, le Cartel se déclara prêt à entreprendre des négociations sous certaines conditions. Une de ces conditions était que le gouvernement allemand

  • 53 Souligné dans l'original du texte transmis au ministère par l'Académie saxonne (AA KultAbt VIw 42/ (...)

communique textuellement au Conseil que les académies allemandes n'envisageaient ces négociations qu'en prenant pour acquis que les délégués réunis à Bruxelles aient voulu exprimer, par l'unanimité de l'invitation, qu'ils reconnaissaient désormais le caractère totalement injustifié de l'exclusion des Allemands53.

29L'Auswärtiges Amt, ne se faisant aucune illusion sur l'effet que ce mémoire allait provoquer à la Royal Society, renonça à le transmettre.

  • 54 Par exemple, Picard à Schuster, le 21 avril 1927 (RS 543).
  • 55 Gullstrand à Glazebrook, le 10 octobre 1927 (RS 543).
  • 56 Voir la correspondance entre Arthur Schuster, l'Ambassadeur d'Allemagne à Londres, Carl von Schube (...)
  • 57 Haber à Stresemann, le 15 avril 1927 (copie AA KultAbt VIw 42/1/-3098). Voir aussi le rapport que (...)
  • 58 H.A. Lorentz tenait à participer à la rencontre en sa qualité de président de la CICI (depuis la d (...)
  • 59 Kerkhof prétendait - se basant sur des lettres qui lui auraient été adressées - que beaucoup de sa (...)

30L'intransigeance des représentants de la science allemande n'embarrassait pas seulement le gouvernement allemand. Tandis qu'Emile Picard commentait avec une ironie amère les déboires des collègues qui s'étaient montrés, en 1925-1926, si sûrs des bonnes dispositions allemandes54, ceux-ci manifestaient de plus en plus d'impatience à l'endroit des Allemands ou du moins de "la fraction qui donne les ordres55". Le chassé-croisé compliqué des médiateurs reprit alors en 1927. Tandis que le Foreign Office et l'Auswdrtiges Amt gardaient ouverte une ligne de communication entre les savants anglais et allemands56, une nouvelle rencontre privée fut préparée à l'instigation de Lorentz, Painlevé et Haber57. Lorentz aurait préféré Genève, mais c'est Haarlem qui fut choisi comme lieu de rencontre58, et la date fixée au mois de mars 1928. Bien que Karl Kerkhof continuât par tous les moyens de discréditer les efforts de rapprochement59, la réunion semblait sur le point de se réaliser dans de bonnes conditions, quand, au début du mois de février, survint la mort de Lorentz. L'idée d'une rencontre informelle dès lors ne fut plus reprise.

  • 60 Résumé, par le directeur de la Kulturabteilung, de la position des porte-parole du monde universit (...)
  • 61 Voir supra, 282, n. 53 (loc. cit.).
  • 62 Voir supra, chapitre V, 213-214. Il y avait parmi les membres : Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff (...)
  • 63 L'Establishment universitaire allemand - quoique représenté, en force, au sein de la Commission na (...)

31Si, au printemps 1928, la question de l'adhésion allemande au CIR semblait ainsi avoir abouti à une impasse, la situation s'était améliorée en ce qui concerne les rapports entre la communauté universitaire allemande et la CICI. En 1925 déjà, les porte-parole de la science allemande avaient laissé entendre qu'en dépit d'une aversion viscérale60, ils se tiendraient à la disposition du gouvernement, le cas échéant - c'est-à-dire au cas où l'Allemagne entrerait à la SdN. Le mémoire du Cartel du 20 mai 1927 - l'Allemagne étant membre de la SdN depuis l'automne 1926 - reflétait alors un certain assouplissement. On y fit observer qu'après tout - comparée au CIR - la CICI était peut-être moins dangereuse, parce que, organe de la SdN, elle était - plus que le CIR - obligée de se donner un air d'objectivité61 Les choses en restèrent là : malgré les encouragements qu'ils reçurent aussi bien de l'Auswärtiges Amt que du Secrétariat de la SdN, les élites universitaires se gardèrent bien de prendre la moindre initiative. Finalement, et s'étant assuré auparavant du consentement des milieux impliqués, le gouvernement décida de créer par ordonnance, le 22 mars 1928, une Commission nationale de coopération intellectuelle et à en nommer les membres62. Ce consentement des milieux concernés ne signifiait pas cependant qu'ils aient sérieusement modifié leur opinion sur la collaboration intellectuelle dans le cadre de la Société des nations63 ; il s'agissait avant tout d'un geste à l'endroit du gouvernement, d'une concession aux pressions que ce dernier n'avait cessé d'exercer sur les professeurs pour les amener à une attitude plus conciliante. A l'égard du CIR, leur hostilité demeurait inchangée.

  • 64 International Research Council, 1928, 6-7.
  • 65 Lord Lyons à Freytag (AA), le 3 août 1928 ; communication du ministère à l'Ambassade d'Allemagne à (...)
  • 66 Lord Lyons à Heinrici (ministère de l'Agriculture), le 13 avril 1929 (copie AA KultAbt VIw 42/2/-6 (...)

32Quand, en juillet 1928, la quatrième assemblée générale du CIR se réunit à Bruxelles, la Royal Society attendait toujours une réponse du Cartel - un facteur qui créait de l'inquiétude et sans doute contribua à orienter les discussions si largement sur la révision des Statuts, due en 1931. A la demande de la Royal Society, l'assemblée nomma une commission qu'elle chargea d'élaborer - en consultation étroite avec les milieux intéressés - un projet de réorganisation du Conseil64. A l'automne, le président de cette commission se rendit à Berlin, conféra avec Haber et Planck et eut des entretiens à l'Auswärtiges Amt65. Il essaya en vain d'obtenir des Académies allemandes une prise de position claire ou, du moins, un accord de principe pour assister à une réunion de travail prévue pour la fin septembre 192966.

  • 67 Note interne du ministère, mai 1929 (AA KultAbt VIw 42/2/-4124).
  • 68 Note interne du ministère du 26 juin 1929 (AA KultAbt VIw 42/2/-6372)

33On s'était mis d'accord au sein du Cartel pour mettre en veilleuse pour quelque temps la question de l'adhésion au CIR67. Il était évident, au début de l'année 1929, qu'on ne pouvait arriver à un consensus. Haber lui-même, las de tant d'efforts inutiles, se disait convaincu que le temps n'était pas encore mûr de voir l'Allemagne adhérer aux nouvelles organisations scientifiques internationales, l'aile droite des milieux universitaires y restant farouchement opposée. Il était décidé à respecter cette opposition, considérant comme plus important de maintenir l'unité de la communauté scientifique allemande que d'accélérer son intégration dans les organisations internationales68. On s'était rendu compte par ailleurs dans le camp du "Contre-Boycott", que les manoeuvres dilatoires - évitant à la fois l'acceptation et le refus de l'invitation - étaient à leur manière efficaces. Tandis qu'un refus aurait risqué de galvaniser le Conseil dans un nouveau élan anti-allemand, l'incertitude prolongée sur la décision allemande avait un effet corrosif : les adversaires des clauses d'exclusion avaient si bien démontré que, sans la participation allemande, le Conseil était condamné à péricliter à brève échéance, que son sort semblait tout à coup comme suspendu à la réaction des académies allemandes.

  • 69 Les solutions variaient d'une Union à l'autre : certains congrès internationaux furent organisés s (...)
  • 70 Voir les procès-verbaux d'une réunion de l'Union internationale de chimie pure et appliquée, les 2 (...)

34Le Conseil avait été absorbé pendant trop longtemps par la question du "Boycott", puis par celle de la réintégration des Allemands, pour que l'activité dans le domaine scientifique proprement dit ne se soit pas déplacée de plus en plus vers les Unions. Si certaines d'entre elles maintenaient toujours l'exclusion des puissances centrales69, la plupart avaient résolu le problème de leur participation de façon satisfaisante et sans que la discussion à ce sujet n'encombrât le programme de travail des réunions. Il importait peu qu'à partir de 1926, l'impasse fut indéniablement la faute des Allemands. Las de prendre partie, de plaider ou même de démêler équitablement les torts et les mérites, une grande partie des universitaires semblaient alors enclins à oublier le Conseil international de recherches et ses problèmes politiques et à regarder davantage du côté des Unions dont les travaux étaient orientés plus résolument vers des contenus scientifiques. On voulait rompre avec l'habitude de concevoir les participants à des réunions internationales comme des "représentants" de telle ou telle collectivité scientifique nationale, en les considérant désormais comme des représentants de disciplines scientifiques70.

  • 71 Mémoire du Cartel du 20 mai 1927 (AA KultAbt VIw 42/1/-5359).
  • 72 International Research Council, 1931.
  • 73 L'organisation s'appelle depuis le Conseil international des Unions scientifiques (CIUS).
  • 74 L'Allemagne ne devint membre du Conseil international des Unions scientifiques qu'après la Seconde (...)
  • 75 Voir supra, chapitre VI, 229, n. 19.
  • 76 E. Kohlschütter au directeur de la section géodésique de l'US Coast and Geodetic Survey, le 20 aoû (...)

35Or, un tel développement - la disparition du Conseil et la décentralisation de la collaboration internationale par une plus grande autonomie des Unions - correspondait tout à fait aux vues des Académies allemandes71. Les responsables du CIR ne l'ignoraient pas, et les Statuts révisés, adoptés en juillet 1931, allaient consacrer largement le principe de l'indépendance des Unions (sans faire disparaître cependant le Conseil)72. Malgré cette modification radicale et bien que les délégués eussent consenti à changer jusqu'au nom de l'organisation73, les Académies allemandes n'allaient pas manifester plus d'empressement qu'auparavant pour adhérer au Conseil74. Pourtant, la contradiction n'était qu'apparente : les stratèges du "Contre-Boycott" avaient toujours dénoncé l'exclusion des puissances centrales plus qu'ils n'avaient revendiqué la participation de plein droit au Conseil. Ni le démantèlement progressif du "Boycott", ni sa révocation officielle en juin 1926, n'avaient produit d'effet modérateur sur leurs campagnes de dénonciation. A mesure que leurs griefs perdaient leur fondement, ils semblaient d'autant plus résolus à opposer d'impressionnantes conditions préalables aux invitations à collaborer qui se multipliaient avec tant d'insistance. Quand, à partir de 1927, la résorption du "Boycott" et les concessions du CIR réduisirent considérablement les griefs, les ultras n'eurent pas de mal à en formuler de nouveaux : l'invitation d'adhérer au Conseil semblait alors inacceptable à certains, parce que ce serait faire preuve d'une servilité intolérable que d'oublier tant d'années d'humiliation75. D'autres refusaient de rencontrer des collègues de pays ex-ennemis parce que ces pays maltraitaient des compatriotes allemands dans les territoires annexés en vertu du Traité de Versailles, ou encore parce que ces pays étaient responsables des Réparations imposées à l'Allemagne - terrible saignée sous l'effet de laquelle la recherche était en train de dépérir76.

Les professeurs contre la République

36La persistance des tensions constituait un échec certain pour les instances gouvernementales. Si elles étaient intervenues dans les tribulations de la communauté scientifique, cela avait été dans l'espoir qu'avec l'abolition officielle du "Boycott" disparaîtrait aussi l'agitation nationaliste qu'il avait nourri et qui était si préjudiciable à l'image de l'Allemagne dans le monde. Or, il ne pouvait échapper à la longue aux hommes politiques, aux diplomates et aux fonctionnaires que le catalogue constamment amendé de griefs et de conditions préalables n'était qu'un prétexte : les ultras tenaient manifestement davantage à pouvoir dénoncer les injustices du "Boycott" qu'à les voir réparer. Prétexte pour un double objectif dont la guerre d'usure contre le CIR n'était peut-être que le volet relativement moins important. La détermination de détruire le Conseil pourrait difficilement expliquer, à elle seule, pourquoi au-delà de la révocation officielle du "Boycott" une fraction aussi importante des élites universitaires s'accrochait au dépit, aux injustices subies et aux humiliations à venger. On s'y accrochait parce que les dénonciations du "Boycott" et les appels à la sauvegarde de la dignité allemande s'étaient révélés de précieux instruments pour faire de l'agitation anti-républicaine.

  • 77 Un nombre considérable d'articles parut sous la plume de savants renommés. La presse rendait compt (...)

37Dans une société qui manifestait pour la profession universitaire un respect aussi considérable, les descriptions d'humiliations infligées à la science allemande devaient nécessairement toucher une corde sensible. Les grands journaux d'information et la presse de droite en particulier avaient dès le début ouvert largement et en bonne place leurs colonnes aux nouvelles et aux articles concernant le "Boycott"77. Pendant les années 1924-1926 surtout, ce thème bénéficiait d'une attention peu commune pour un problème qui, apparemment, n'affectait directement qu'un nombre très restreint de personnes. Si la plupart des commentaires et articles étaient manifestement tributaires, pour les faits mentionnés et pour la tendance de la présentation de l'infatigable Karl Kerkhof, cette orchestration n'en influençait pas moins l'opinion publique. Le problème des organisations scientifiques internationales - marginal en soi - fournissait aux élites cultivées l'occasion de discréditer le gouvernement, de désavouer une politique extérieure contraire à leur conception de l'intérêt national, et d'injecter dans l'esprit public des doses calculées de mépris. Fallait-il d'autres preuves pour démontrer combien le gouvernement manquait de dignité que de laisser entendre qu'en dépit des infâmies dont les hommes de science allemands avaient été la cible, ce gouvernement les poussait au compromis et à la conciliation avec les "puissances du Boycott" ?

38Humiliée par la défaite, l'élite universitaire l'était aussi par l'effondrement de l'ancienne hiérarchie sociale dans laquelle elle avait occupé une place élevée. La bourgeoisie cultivée dénonçait violemment ce qu'elle percevait comme l'hostilité du nouveau régime à l'endroit des valeurs culturelles (Bildungsfeindlichkeit). L'émotion était d'autant plus grande qu'aussitôt arrivé au pouvoir, le gouvernement social-démocrate de la Prusse procéda immédiatement à la préparation de réformes du système de l'éducation, dans l'intention avouée de démocratiser aussi l'enseignement supérieur. Les professeurs constataient avec amertume que

  • 78 "Verhandlungen des 2. Hochschultages", Mitt. VDH, I (1er numéro spécial), juin 1921, 13.
    Le ressent (...)

les universités ne trouvent pas auprès des partis au pouvoir et auprès des masses que ceux-ci influencent, l'appréciation et le respect qu'en vertu de leurs réalisations et de leurs mérites elles ont le droit de revendiquer78.

  • 79 Si, avec le roman de Simone de Beauvoir au plus tard, le terme de "mandarin" est couramment appliq (...)
  • 80 Voir supra, chapitre VI, 223-230.
  • 81 La prise de position, en 1926, d'une société savante illustre très bien cette coupure : la Société (...)
  • 82 Les incidents concernaient généralement des refus d'échanger des publications. Le Consul allemand (...)

39C'est parce qu'elles étaient convaincues d'être les dépositaires des valeurs les plus élevées de la nation et d'assurer ainsi, mieux que le "Système", la continuité de l'essence nationale, que les élites universitaires revendiquaient avec éclat une autorité que le nouveau régime refusait de leur rendre. Cette "idéologie du mandarin79" se mêlait alors aux conceptions plus utilitaires de la science, dernier bastion de la puissance nationale80, et à des éléments, ici et là, de la Dolchstosslegende pour aboutir à un sentiment de légitimité supérieure. Ce sentiment - fût-il vague et suspect - n'en semblait pas moins investir ceux qui s'y reconnaissaient d’une mission politique nationale. Si cette mission comportait la sauvegarde des intérêts de la nation, ceux-ci ne se confondaient point alors avec les intérêts du "système" ou du gouvernement en place81. Que l'élite universitaire, à l'époque locarnienne, ne voulut pas faire les concessions que l'Auswärtiges Amt lui demandait avec tant d'insistance, ne découlait pas du fait que ses porte-parole ne comprenaient pas les objectifs de la politique étrangère allemande ; ils comprenaient fort bien que le gouvernement recherchait un accommodement avec les puissances victorieuses, une intégration dans le nouvel ordre international ; mais ils désapprouvaient ces objectifs et, par conséquent, ne voyaient pas l'intérêt de collaborer. Certains allaient jusqu'à traduire leurs conceptions de rapports adéquats avec l'étranger par des gestes plus ou moins spectaculaires, mais dont le retentissement risquait toujours d'embarrasser le gouvernement : refus d'échanges de publications, d'invitations, de collaboration, et dans les termes qui souvent provoquèrent, dans les pays destinataires, des réactions violentes - campagnes de presse en Pologne, protestations diplomatiques en Tchécoslovaquie82.

  • 83 "Eucken donne une leçon au fascisme", Berliner Börsenzeitung, le 22 janvier 1926.
  • 84 Ambassade d'Allemagne à Rome au ministère, le 27 janvier 1926 (AA KultAbt VIB KuW 359/43/).
  • 85 K. Partsch au cours d'une séance d'information au ministère, le 6 février 1925 (AA KultAbt VIB KuW (...)
  • 86 Voir, par exemple, à l'occasion d'une tournée de conférences de Paul Rohrbach aux Etats-Unis, la c (...)

40La confiance dans la mission nationale du savant et son autorité amena d'éminents savants à utiliser leur réputation mondiale pour défendre des causes entièrement politiques : Rudolf Eucken, par exemple, refusa - lui aussi pour protester contre la politique italienne au Tyrol du Sud - l'invitation de participer à un congrès à Rome, en 1926. Tandis que la presse allemande jubilait83, l'Ambassadeur d'Allemagne à Rome s'inquiétait de la détérioration possible - au lendemain de Locarno ! - des relations avec une puissance co-garante du Pacte de sécurité. Il demanda à l'Auswärtiges Amt de tout entreprendre pour faire revenir l'illustre philosophe sur son refus84. D'autres savants utilisaient volontiers la tribune que leur offraient des tournées de conférences à l'étranger pour "défendre sans compromis le point de vue allemand", pratique que certains milieux voulaient voir figurer parmi les directives à l'usage des professeurs invités à l'étranger85. Les missions diplomatiques furent par conséquent chargées par le ministère de surveiller les conférenciers et de les empêcher, autant que possible, d'adopter un ton comminatoire ou de verser dans la propagande86.

  • 87 Voir, par exemple, Goebel, 1941, 180, et supra, chapitre VI, 247-249.
  • 88 Voir à ce sujet notamment Grau, 1966, 172-178, et la littérature citée supra, chapitre VI, 249, n. (...)

41Le rapprochement avec la Russie soviétique que le gouvernement allemand amorça en 1922 par la signature des Accords de Rapallo, était une des rares occasions où sa politique étrangère semblait pouvoir compter sur l'appui des élites universitaires. Pourtant, ce qui était un élément subtil du jeu diplomatique allemand - l'allusion, à l'adresse des vainqueurs occidentaux, à une option possible de réorientation politique - allait se présenter au sein de la communauté scientifique comme un projet de "coalition" dont les accents anti-occidentaux étaient manifestes. Certes, les contacts avec les collègues russes- qui avaient d'ailleurs repris au lendemain même de la guerre87 - pouvaient se réclamer d'une longue tradition. Mais ni la tradition, ni la maigre substance de la collaboration, ni - et encore moins - des sympathies pour le régime soviétique88 n'expliquent l'attention quelque peu appuyée dont on entourait la relance de ces contacts. Les organisateurs de ce rapprochement scientifique germano-russe donnaient à ses manifestations une grande publicité parce qu'elles témoignaient d'une volonté de distanciation par rapport à la politique officielle ; parce qu'elles illustraient un choix contraire à l'orientation - toujours fondamentalement occidentale - de la politique étrangère de la République de Weimar. A la West-Orientierung du gouvernement - qui impliquait non seulement un choix sur le plan international, mais également le ralliement aux principes de la démocratie parlementaire - les savants allemands opposaient une Ost-Orientierung qu'ils semblaient rattacher, dans leur aveuglement, non pas aux réalités contemporaines mais à certaines traditions de politique étrangère de la Prusse et de l'Empire : Tauroggen et le génie de Bismarck dans les marches de la science allemande.

  • 89 Sur l'attitude des élites allemandes à l'endroit de la SdN, voir Fraenkel, 1960, 1968.
  • 90 Mitt. VDH, V (2), février 1925, 32. Voir aussi Gallinger, 1924 ; Karo, 1925 ; et 0. Franke, "Geist (...)
  • 91 Ministre de l'Intérieur à l'Auswärtiges Amt, le 23 octobre 1924 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/- (...)

42L'agitation de l'élite universitaire contre la Commission internationale de coopération intellectuelle n'aurait sans doute pas été poursuivie avec le même acharnement, si elle n'avait pas fourni d'aussi excellentes possibilités pour discréditer et combattre l'entrée de l'Allemagne à la SdN - autre aspect de la West-Orientierung et de la politique, abhorrée, de l'exécution des Traités89. Bien sûr, toute l'idéologie sur laquelle reposait le fragile édifice de la "Coopération intellectuelle" était contraire aux convictions de la plupart des universitaires allemands ne fût-ce qu'à cause du "désarmement des esprits" qu'elle prônait Devant un statu quo dont ils dénonçaient sans cesse l'injustice, ils ne pouvaient voir dans ce "désarmement" qu'un autre stratagème, plus subtil et plus dangereux, des vainqueurs. Pour faire paraître sous un jour encore plus odieux une politique de rapprochement avec le "système de Genève", on insinuait qu'il y avait collusion entre la CICI et les organisations du "Boycott". On présenta la CICI comme une partie des "organisations de Bruxelles" une section extérieure, une succursale, ou vice-versa, comme l'organisme coiffant le CIR et les Unions. Grâce - entre autre - à l'efficacité stupéfiante avec laquelle la Reichszentrale für naturwissenschaftliche Berichterstattung de Karl Kerkhof diffusait ses informations et mises au point, la thèse de la collusion s'imposa largement ; elle se reflétait dans pratiquement tous les textes portant sur ce sujet, et en 1925 encore, on déclara au sein du Comité des Affaires extérieures du VDH que "la Commission de coopération intellectuelle et les organisations du "Boycott" signifiaient, de facto et de jure, la même chose90". La thèse de la collusion permettait de rappeler au gouvernement ses responsabilités vis-à-vis des élites universitaires, bafouées : depuis 1924, le président du Comité des Affaires extérieures du VDH exigeait que les négociateurs allemands fassent de la révocation officielle du "Boycott" scientifique une condition préalable de l'adhésion allemande à la SdN91 ! Ce rapprochement entre le CIR et la CICI permettait aussi d'exploiter contre le gouvernement la défaite de la motion Lorentz à l'Assemblée générale du CIR en juillet 1925 :

  • 92 "Vom Kriege gegen die deutsche Wissenschaft", Deutsche Allgemeine Zeitung du 27 août 1925.

Le vote de Bruxelles, écrivit Gustav Roethe, donnera sans doute à nos hommes politiques un avant-goût de ce qui les attend au cas où l'Allemagne entrerait sans garanties préalables à la SdN92.

  • 93 Voir plus particulièrement les débats au Reichstag, Verhandlungen des Reichstag s, 1920-1924, 357, (...)
  • 94 Voir, par exemple, Goebel, 1941, 219-220.
  • 95 Note interne de l'Auswärtiges Amt (Heilbron) du 2 juillet 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/2/), cité p (...)

43En dépit de ces harcèlements et de l'obstruction à laquelle se livraient les universitaires, le gouvernement semblait réaliser ses objectifs : les récifs sur lesquels les Gelehrten avaient fait échouer les espoirs d'un "Locarno scientifique" n'avaient pas empêché, en fin de compte, l'Allemagne d'entrer dans la SdN et la détente internationale de se consolider, du moins temporairement. L'opposition contre la politique de rapprochement était néanmoins grave pour le gouvernement allemand, parce qu'elle était la manifestation d'une désaffection profonde de la majorité des élites universitaires à l'égard du régime. Cette désaffection contribuait, en bonne place, à la précarité constante du gouvernement et à la fragilité générale du régime. La prudence avec laquelle le gouvernement réagissait habituellement contre les universitaires récalcitrants, ne s'explique pas uniquement par les complications constitutionnelles le privant d'un accès direct aux institutions et aux individus. Le respect que les fonctionnaires portaient aux représentants de l'élite académique et la déférence même qui transpire, ici et là, des procès-verbaux des réunions d'information, ne découlent pas seulement de la permanence d'habitudes sociales. En fait, le prestige de l'élite universitaire et son ascendant sur l'opinion publique en faisaient un interlocuteur délicat. Si la gauche ne cessait de dénoncer et de ridiculiser l'illusion de ce "civisme apolitique" (unpolitische Staatsgesinnung) dont les professeurs se targuaient si volontiers et parfois avec insolence93, il n'en demeurait pas moins évident que ce principe était toujours accepté dans de larges secteurs de l'opinion publique. Il était important pour le gouvernement de ne pas s'aliéner totalement un milieu qui, au nom de la dignité nationale et des valeurs de l'esprit, pouvait mobiliser contre le régime une partie substantielle du public. L'importance relative des relations scientifiques internationales méritait, dans ce contexte, d'être considérée avec soin. Il aurait été possible au gouvernement, comme certains l'avaient suggéré, d'adhérer directement au CIR94. Mais, vu le désaccord grave qu'une telle démarche n'aurait pas manqué de créer entre le Reich et les Académies, le gouvernement y renonça95.

44En 1931, le CIR modifia ses statuts et changea de nom ; les Allemands n'y adhèreront qu'après la Seconde Guerre mondiale, dans des circonstances alors radicalement différentes.

Notes

1 Le secrétaire d'Etat à la Gesandtsahaft allemande à Stockholm, le 28 avril 1921 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/l/IXD-1868).

2 Un exception doit être relevée : l'envoi, auprès de la délégation allemande à la Conférence de la paix, d'un groupe de quatre professeurs (Hans Delbrück, historien ; Max Mongelas, Albrecht Mendelssohn-Bartholdy, juristes ; Max Weber, historien et sociologue). La délégation qui avait requis la présence des quatre universitaires ne recherchait d'ailleurs pas en premier lieu à bénéficier de leur expertise : "La documentation est réunie, le texte de la réponse est pratiquement prêt", dit le télégramme du 13 mai 1919. "Il importe maintenant de rehausser la valeur de ces documents par l'autorité de ces messieurs…" (cité par Dickmann, 1963, 87). Max Weber se plaignait d'ailleurs amèrement du fait que le groupe n'avait pas vraiment été consulté de manière significative (Marianne Weber, 1926, 659-660 ; voir aussi Mommsen, 1974, 340-342.

3 Voir, par exemple, Twardowski, 1970, 13-28.

4 Des revues scientifiques furent distribuées en Finlande et au Chili, par exemple (note de transfert de fonds à la NGW - organisme chargé de l'expédition - du 10 mars 1926 ; AA KultAbt VIB KuW 608/2/-2996). - La bibliothèque de Tokyo avait été détruite par un tremblement de terre (voir circulaire du ministère de l'Intérieur du 20 novembre 1923, in AA KultAbt VIB KuW 256/48/).

5 Gesandtschaft La Haye au ministère, le 25 mai 1920 (AA KultAbt VIB KuW 518 (2)/IX-U-4043) ; Ambassade Madrid au ministère, correspondance d'avril 1923, extraits dans un mémoire interne du 8 décembre 1923 (AA KultAbt VIB KuW 569/2/8034/23) ; Ambassade Tokyo au ministère (ibid.) ; Gesandtschaft Buenos Aires au ministère, le 30 avril 1925 (AA KultAbt VIB KuW 518/2/6316).
Einstein entreprit ces voyages à la suite d'invitations qui lui étaient adressées (ainsi son voyage au Japon en 1922 avait-il été financé par un important libraire-éditeur japonais ; voir Einstein et Besso, 1972, 542-543).

6 Lettre du 2 septembre 1920 (AA KultAbt VIB KuW 518/2/IXU-6621).

7 Voir supra, chapitre V, 191-195. Il faut mentionner cependant que chaque fois qu'Einstein laissait entendre qu'il pourrait quitter l'Allemagne définitivement, certains de ses collègues les plus éminents insistaient auprès de lui pour l'en dissuader. Au-delà des liens confraternels et du respect qui sans doute inspiraient ces démarches, celles-ci étaient inspirées aussi par des considérations que ces hommes partageaient avec les diplomates : la conviction que l'Allemagne possédait en Einstein un homme que lui enviait le monde entier (Planck), et la crainte qu'au moment même où le pays subissait les plus incroyables affronts, le grand homme ne puisse l'abandonner (Sommerfeld) ; cité par Forman, 1973, 166-167.

8 Constantin v. Neurath, Gesandter à Copenhague, au ministère, le 26 juin 1920 (AA KultAbt VIB KuW 518/2/-IXU-4720).

9 Einstein était à l'époque en voyage en Extrême-Orient. Voir au sujet de la nationalité d'Einstein, Herneck, 1963.

10 Sur l'importance que la diplomatie allemande attachait à Einstein en tant que "facteur culturel", voir Grundmann, 1967, 215-232.

11 Note interne de v. Bülow (Referat Völkerbund) du 27 février 1923, AA KultAbt VIB KuW 607/7/-3033). Voir aussi l'ouvrage de Bülow, 1923.

12 Voir, par exemple, lettre du ministère à Gesandtschaft Stockholm, le 23 juin 1922 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/2/).

13 Kerkhof, 1922, ainsi que ses compilations de congrès scientifiques internationaux ayant lieu avec ou sans participation allemande et le rapport Die deutsche Wissenschaft und das Ausland (1925), furent transmis, le 23 avril 1925, à 98 missions (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/) ; 200 tirés à part de Karo, 1925, et 1200 de l'article d'Eduard Spranger, "Deutschlands Anteil an der internationalen wissenschaftlichen Arbeit", furent envoyés aux missions allemandes durant l'été 1925 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/et 569/3/012367). La lettre ouverte que G.F. Hardy publia dans le Manchester Guardian, le 3 juin 1924 (voir supra, chapitre IV, 151-152) fut également distribuée. Les missions utilisaient cette documentation généralement pour inspirer des articles dans la presse du pays d'accréditation.

14 A Madrid, l'Ambassadeur d'Allemagne fit remarquer au gouvernement espagnol qu'une exclusion des Allemands du Congrès de l'Union géodésique et géophysique internationale prévu pour le mois d'octobre 1924 dans la capitale espagnole, risquait d'entraîner une campagne de presse hostile à l'Espagne et d'affecter de manière générale les relations scientifiques entre les deux pays (AA à Madrid, le 8 juillet 1924, AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/2) ; à Berne, le Gesandte allemand fit des représentations auprès du Conseil fédéral, en avril 1925, au sujet de la Société helvétique des sciences naturelles dont on avait appris qu'elle n'avait pas l'intention d'appuyer, lors de la prochaine réunion du CIR, une motion en vue de la suppression des articles d'exclusion (AA à Berne, le 15 avril 1925 ; AA KultAbt VIB KuW 607/1/-4208) ; en juillet 1925, la délégation suisse au CIR vota en faveur de la motion Lorentz. Pour assurer l'appui d'une motion anti-boycott de la section japonaise préparée pour le Congrès de la Société internationale de chirurgie en avril 1926, le ministère instruisit les représentants à Madrid, à Stockholm, à Oslo, à Copenhague et à La Haye afin de prendre les contacts nécessaires (le 13 août, le 31 juillet 1925 et le 14 janvier 1926 ; AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/).

15 Ambassade Paris au ministère, le 9 juillet 1925 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/).

16 Anatole de Monzie était reçu par le Kultusminister prussien C.H. Becker.

17 Réponse à la lettre ouverte d'un intellectuel allemand (Otto Grautoff) qui lui avait transmis une copie du texte de Georg Karo, Der Krieg der Wissenschaft gegen Deutschland (1925) ; publiée dans le Berliner Tageblatt du 30 août 1925 (texte français dans Archives G. de Reynold, Actions CICI, VII, Coop. Int., rapports avec les Allemands).

18 Arthur Schuster en était bien conscient ; en fait, en 1919 déjà, le Foreign Office avait recommandé au Trésor de ne pas subventionner des organisations scientifiques internationales dont les Allemands faisaient partie, avant que l'Allemagne ne fût admise à la SdN, mais de ne plus faire bénéficier d'assis tance celles qui continueraient d'exclure les Allemands, une fois que ce pays sera admis (Schuster à Hale, le 27 octobre 1919, RS 540) ; voir aussi supra, chapitre III, 129, n. 69).

19 A la demande du Foreign Office, l'Ambassade britannique à Paris s'était renseignée sur l'état d'esprit régnant dans les milieux universitaires français (Foreign Office à Schuster, le 29 décembre 1925, RS 542) ; le Foreign Office informait Arthur Schuster par la même occasion qu'il acheminerait les invitations au Congrès international de géographie de Cambridge, prévu pour 1928, par la voie diplomatique à condition que les Allemands n'en seraient pas exclus.

20 Le pessimisme d'Arthur Schuster illustre bien l'ambiance générale : "We must face the possibility of a dissolution of the International Research Council", écrivit-il à Gullstrand le 8 juin 1926. "But even if that be forced upon us, I am anxious to keep the Unions alive". (RS 543). Voir aussi sa lettre à Lorentz du 27 juillet 1925 (RS 542).

21 Schuster à Lorentz, le 27 juillet 1925 ; Schuster à Glazebrook, le 13 août 1925 (RS 542). Il découle de ces lettres ainsi que des correspondances ultérieures que d'autres membres de la Royal Society ont également essayé d'exercer des pressions sur Emile Picard.

22 Réunion du Comité exécutif du 13 octobre 1925. Le 27 octobre, Arthur Schuster communiqua, par lettre circulaire, la convocation et l'ordre du jour de l'assemblée du 29 juin 1926 : "Est-il souhaitable de supprimer dans les Statuts les références à l'article premier des Résolutions de la Conférence tenue à Londres en octobre 1918 ?" (RS 542).

23 Went à Schuster, le 4 novembre 1925 (RS 542).

24 Comité secret du 12 octobre 1925 (AdS Paris), notamment l'intervention très explicite de C. Lallemand.

25 Le 15 avril 1926, Arthur Schuster écrivit à l'Ambassadeur d'Espagne à Londres lui exposant le souci de voir la délégation espagnole au CIR munie, pour l'assemblée extraordinaire, d'instructions claires (la délégation espagnole s'était abstenue lors du vote sur la motion Lorentz en 1925, ayant reçu des instructions contradictoires). Il ajouta : "It is not for me to express any opinion on the merits of the questions, but I may go so far as to say that several countries have declared their intention of withdrawing from the Research Council unless Germany is admitted_, and the whole existence of the Council is at stake." (RS 542). Aux Etats-Unis, la révocation du "Boycott" était chose acquise : depuis la signature des Accords de Locarno, Hale ne voyait plus d'obstacle à la normalisation des relations (Hale à Schuster, le 16 octobre 1925, RS 542). Schuster reçut d'ailleurs, le 19 juin 1926, un télégramme d'information que le National Research Council avait instruit les délégués américains de voter pour l'admission de l'Allemagne et de l'Autriche (RS 542).

26 Note du chargé d'affaires britannique à Berlin du 16 juin 1926 lettre du ministre belge de l'Education (Huysmans) à Rudolf Hilferding, le 25 juin 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-11389).

27 Entretien d'un fonctionnaire du ministère de l'Instruction publique avec un membre de l'Ambassade d'Allemagne (Ambassade Paris au ministère, le 23 janvier 1926, AA KultAbt VIB KuW 607/1/-15496.

28 Ambassade d'Allemagne à Paris au ministère, le 15 juillet 1926, AA KultAbt VIB KuW 607/1/-11274 ; rapports de l'Ambassade d'Allemagne à Paris sur les entretiens avec P. Painlevé des 3 mai et 5 juin 1926, AA KultAbt VIB KuW 607/-8676.

29 Conseil international de recherches, 1926, 1, 3, 4, 6.

30 Picard à Schuster, le 22 juin 1926 ; il s'était déjà exprimé dans le même sens six semaines plus tôt, dans un entretien avec un représentant de la Royal Society, le 8 mai 1926. Sans vouloir recourir à des menaces, la Royal Society tenait beaucoup à ce que Picard comprenne l'importance qu'elle attachait au dénouement de la crise du CIR, expliqua un membre du Conseil de la Royal Society à Arthur Schuster, le 26 mai 1926 (RS 542). Voir aussi l'article d'Emile Picard dans le Journal des Débats du 21 juillet 1926.

31 La déclaration avait été signée par les représentants de treize universités. L'université de Munich avait en plus spécifié que son refus de collaborer s'appliquait également à l'Union académique internationale (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-11804).

32 Haber qualifia ces négociations de pénibles et "les plus frustrantes" qu'il ait jamais connues (Haber aux professeurs Went et Kruyt, le 18 juin 1926 (copie AA KultAbt VIB KuW 607/1/-9967).

33 En 1924, la représentation de l'Allemagne par un membre de l'Ambassade à Bruxelles avait dû être envisagée, par exemple, pour le Bureau international de pharmacopée (Auswdrtiges Amt au ministère de l'Intérieur, le 13 octobre 1924 ; AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/) ; pour la participation au Congrès international d'éducation morale à Rome, prévu pour avril 1926, la même solution était envisagée (ministère de l'Intérieur à l'Auswärtiges Amt, le 27 mars 1926 ; AA KultAbt VIB KuW 359/4/). Le recours à des fonctionnaires du secteur public ou para-public pour représenter l'Allemagne avait été adopté très tôt ; au Congrès international de sociologie, tenu à Turin du 9 au 16 octobre 1921 et consacré aux problèmes des minorités, l'Allemagne était représentée par le 2e président du Comité national des minorités. Aucun sociologue ne s'était trouvé pour participer au Congrès. Ferdinand Toennies avait justifié son refus par la crainte d'être mal reçu par les autres délégués et de devoir faire face, seul, à une majorité anti-allemande compacte (Tiedje à l'Auswärtiges Amt, le 26 septembre 1921 ; AA KultAbt VIB KuW 359/39/). S'il était impossible d'assurer une représentation à un congrès international auquel l'Allemagne était invitée, l'Auswärtiges Amt recommandait à la mission accréditée auprès du gouvernement du pays hôte du congrès de faire savoir à celui-ci que le gouvernement allemand avait été très sensible au geste de réconciliation que constituait l'invitation (ce fut le cas, par exemple, pour le Congrès international de criminologie de Bruxelles au printemps 1926 ; AA à l'Ambassade à Bruxelles, le 5 février 1926, AA KultAbt VIB KuW 583 adh, I/37/).

34 S'il était possible de contrôler la production imprimée de ce bureau, il était pratiquement exclu de surveiller ce qu'il distribuait sous forme dactylographiée.

35 Pompeckj à AA, le 15 mars 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-4306). L'Auswärtiges Amt de concert avec le Kultusministerium prussien avait d'ailleurs tenté de soustraire aux universités le traitement des questionnaires de la CICI concernant l'Enquête sur la situation du travail intellectuel (voir supra, chapitre V, 202-206). Vu l'esprit qui animait ces institutions, il était facile de prévoir la nature de leurs réactions et le gouvernement ne voulait à aucun prix voir compromises ses relations avec le Secrétariat de la SdN (AA à Schenck, le 4 août 1923 ; AA KultAbt VIB KuW 607/2/-9247 : Kultusministerium à AA, le 9 avril 1925 ; AA KultAbt 607/5/6412).

36 Reichszentrale für wissenschaftliche Berichterstattung à AA, le 5 avril 1921 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/1) ; correspondance entre l'Auswärtiges Amt et le Kultusministerium de Bade, mars-avril 1921 (ibid.) ; voir aussi Schulze, 1921. Plus tard encore, en été 1930, Fritz Haber envisageait ce type de réaction quand les représentants japonais à l'Union internationale de chimie pure et appliquée se prononcèrent à l'encontre de la position allemande. "Vous devez reconnaître, écrivit-il à l'Auswärtiges Amt, que la position japonaise est diamétralement opposée à la nôtre. Si le Japon s'y obstine, une tension entre la science chimique allemande et japonaise en sera la conséquence, ce que je déplore mais à quoi je ne puis rien changer. Cette tension risque de se répercuter fâcheusement sur l'accès de Japonais aux instituts universitaires. Je ne pense pas que les Japonais aient perçu clairement cette situation. Je suggère que l'Auswärtiges Amt en informe, par télégramme, l'Ambassadeur à Tokyo et lui recommande de faire venir le professeur Setsuro Tamaro et de discuter avec lui de cette question." (cité par Forman, 1973, 168-169).

37 La Gesandtschaft d'Allemagne à Belgrade citait des cas d'étudiants et assistants yougoslaves à qui de telles déclarations avaient été demandées (à AA, le 28 juillet 1921 ; AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/1/).

38 Le texte de cette déclaration a été publié (avec la lettre du Doyen à l'Interstate Postgraduate Assembly of America du 23 mai 1925) dans Mitt. VDH, (9-10), octobre 1925, 154-155.

39 "Si la science allemande ne pouvait s'affirmer à l'égard de l'étranger", écrivit dans une note interne le chef de la section Völkerbund de l'Auswärtiges Amt, "qu'en s'obstinant dans l'isolement, elle ne mériterait guère l'intérêt, ni l'appui du ministère." (Note de Bülow du 28 décembre 1925 ; AA KultAbt VIB KuW 607/1/-15990).

40 Voir les procès-verbaux des séances d'information du 11 décembre 1925 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-196 ; RMI III-12306) ; du 13 janvier 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-1194 ; RMI III 363). Voir aussi le rapport de Fritz Haber sur un entretien avec deux membres de l'Académie des sciences de Hollande du 19 décembre 1925 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-16572) ; la lettre de l'Académie bavaroise à l'Académie prussienne du 28 mars 1926 (copie AA KultAbt VIB KuW 607/1/-7238) ; les résolutions de la Société allemande de géophysique du mois de décembre 1925, Zeitschrift für Geophysik, II, 1926, no 1.

41 Copie transmise à l'Auswärtiges Amt par la Reichszentrale für naturwissenschaftliche Berichterstattung, le 21 mai 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-8736).

42 En octobre 1925 déjà, avant même la réunion du Comité exécutif du CIR, Fritz Haber - qui était au courant de la décision qui allait être prise - avait rencontré le président du Comité des affaires extérieures du Hochschulverband, Otto Franke, et Karl Kerkhof pour un premier sondage. Les deux se déclarèrent entièrement défavorables à une éventuelle adhésion de l'Allemagne au CIR, tout en admettant que les circonstances risquaient de ne pas offrir d'alternative (note interne du ministère de l'Intérieur, du 5 octobre 1925, copie dans AA KultAbt VIB KuW 607/1/-13460).

43 Note d'O. Soehring, concernant un entretien entre des représentants du Kultusministerium prussien et de l'Académie des sciences des Pays-Bas, le 19 mars 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-42920) ; rapport de l'Ambassadeur d'Allemagne à Paris concernant des entretiens avec P. Painlevé les 3 mai et 3 juin 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/8/-6942 et/1/-8676) ; lettre du président de la section des sciences naturelles de l'Académie hollandaise à Fritz Haber du 14 juin 1926 (copie AA KultAbt VIB KuW 607/1/-10104).

44 Au cours d'une rencontre à Paris avec Glazebrook (Royal Society) et Lorentz, il leur montra le mémoire de l'Académie bavaroise des sciences du 5 décembre 1925 en faisant remarquer qu'il n'y avait pas beaucoup d'espoir si, après tant d'années d'efforts de conciliation, les positions des savants allemands restaient aussi intransigeantes (rencontre du 30 mars 1926, notes dans RS 543).

45 L'Ambassadeur d'Allemagne à Paris au ministère, le 3 juin 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-8676).

46 Réunions du 7 juin et du 18 juin 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-9670).

47 Kruyt à Haber, copie transmise au ministère le 6 juillet 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/11130).

48 Note de l'Ambassadeur d'Allemagne à Paris au sujet d'un entretien avec Painlevé, le 17 juillet 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-11274).

49 De l'Auswärtiges Amt le document fut acheminé aux académies par l'intermédiaire du ministère de l'Intérieur et les Kultusministerien des Etats fédérés.

50 Le ministère à l'Ambassade d'Allemagne à Vienne, le 3 janvier 1927 ; en ce qui concerne l'ajournement de la science, voir LeBlanc au ministère, le 6 mars 1927 (AA KultAbt VIw 42/1/-15).

51 Procès-verbal de la réunion du 20 avril 1927, 2-3 (AA KultAbt VIw 42/1/).

52 Haber au ministère, le 29 juin 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/1/-11389).

53 Souligné dans l'original du texte transmis au ministère par l'Académie saxonne (AA KultAbt VIw 42/1/-5359).

54 Par exemple, Picard à Schuster, le 21 avril 1927 (RS 543).

55 Gullstrand à Glazebrook, le 10 octobre 1927 (RS 543).

56 Voir la correspondance entre Arthur Schuster, l'Ambassadeur d'Allemagne à Londres, Carl von Schubert, l'Ambassadeur britannique à Berlin, Lord d'Abernon, et l'Auswärtiges Amt, novembre-décembre 1927 (RS 543, et AA KultAbt VIw 42/2/-8823).

57 Haber à Stresemann, le 15 avril 1927 (copie AA KultAbt VIw 42/1/-3098). Voir aussi le rapport que présenta à l'Auswärtiges Amt le Secrétaire de l'Académie bavaroise des sciences au sujet de la visite du président de l'Académie des sciences des Pays-Bas, du 20 novembre 1927 (AA KultAbt VIw 42/3/-8682).

58 H.A. Lorentz tenait à participer à la rencontre en sa qualité de président de la CICI (depuis la démission de Bergson en 1924). Lorentz à Oprescu, le 17 janvier 1928 (copie dans AA KultAbt VIw 42/2/-759).

59 Kerkhof prétendait - se basant sur des lettres qui lui auraient été adressées - que beaucoup de savants neutres désapprouvaient une "réconciliation hâtive" (à Dufour-Féronce le 10 décembre 1927 et le 18 janvier 1928 ; copies AA KultAbt VIw 42/2/-759).

60 Résumé, par le directeur de la Kulturabteilung, de la position des porte-parole du monde universitaire, telle qu'elle se dégageait d'une réunion d'information tenue le 6 février 1925 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/-1941).

61 Voir supra, 282, n. 53 (loc. cit.).

62 Voir supra, chapitre V, 213-214. Il y avait parmi les membres : Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, Richard Seeberg, Otto Hoetzsch, Adolf von Harnack (président), Max Scheler, Victor Bruns, Fritz Haber, Ferdinand Sauerbruch, Eduard Spranger, Walter Schücking.

63 L'Establishment universitaire allemand - quoique représenté, en force, au sein de la Commission nationale - maintenait une distance considérable à l'égard des organes de la "Coopération intellectuelle". Jean Luchaire, directeur de l'IICI, avait envisagé d'assister, en mai 1928, à l'assemblée générale de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, à condition qu'il n'y figurât pas comme "invité d'honneur" mais que sa présence eût une signification officielle (Adolf von Harnack, président de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, était aussi président de la Commission nationale allemande). La direction de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, en insistant dans sa lettre sur la valeur de la présence de Luchaire comme "invité d'honneur", répondit implicitement par la négative (IICI à KWG, le 21 mai 1928 ; KWG à IICI, le 23 mai 1928). Luchaire décommanda sa visite, le 2 juin 1928 (Archives KWG, IA9 Hauptversammlungen).
Trois ans après la création de la Commission nationale, un membre du Secrétariat de la SdN suggéra à Hugo Krüss, alors membre allemand de la CICI, de réduire le nombre des membres de la Commission et d'y faire entrer un certain nombre de personnes plus jeunes "qui seraient d'accord pour collaborer" (Dufour-Féronce à Krüss, le 27 avril 1931 ; SdN, Registry, 1931, Coop. int., 5B/2692/483).

64 International Research Council, 1928, 6-7.

65 Lord Lyons à Freytag (AA), le 3 août 1928 ; communication du ministère à l'Ambassade d'Allemagne à Londres, le 24 octobre 1928 (AA KultAbt VIw 42/3/-9744 et-9745).

66 Lord Lyons à Heinrici (ministère de l'Agriculture), le 13 avril 1929 (copie AA KultAbt VIw 42/2/-6372, note du 26 juin 1929).

67 Note interne du ministère, mai 1929 (AA KultAbt VIw 42/2/-4124).

68 Note interne du ministère du 26 juin 1929 (AA KultAbt VIw 42/2/-6372)

69 Les solutions variaient d'une Union à l'autre : certains congrès internationaux furent organisés sans lien explicite avec les Unions ; ce fut le cas du Congrès international de mathématiques convoqué par le Recteur de l'université de Bologne (1929) ; la Société allemande des mathématiques avait néanmoins refusé d'y envoyer des délégués ; malgré ce refus, 83 (sur 815) participants étaient des mathématiciens allemands (Rothbarth, 1931, 16, voir aussi Mitt. VDH, VIII (3-4), juin 1928, 92). De nombreux membres de l'Astronomische Gesellschaft assistaient à la réunion de l'Union astronomique internationale à Leyden en été 1928, bien que l'Allemagne ne fût pas membre de l'Union (Rothbarth, 1931, 16). A titre individuel, des savants allemands participaient à l'assemblée de l'Union géophysique et géodésique internationale à Stockholm en août 1930, tandis que les géographes allemands refusèrent de se rendre à Paris en septembre 1931 pour l'assemblée de l'Union géographique internationale, tout comme les chirurgiens avaient refusé, en 1927, de participer au Congrès international de chirurgie à Varsovie (voir, par exemple, Mitt. VDH, VII (5-6), juin 1927, 77-81 ; Rothbarth, 1932, 144-145). A l'extérieur du système du CIR, les relations se rétablissaient : une délégation allemande avait été invitée aux fêtes commémoratives de Berthelot et reçue avec une très grande cordialité (voir la lettre d'un membre de la délégation, directeur du Kaiser-Wilhelm-Institut für Biochemie, au directeur général de la Société, du 25 novembre 1921, avec copie d'une lettre du directeur du laboratoire de chimie thérapeutique de l'Institut Pasteur, Ernest Fourneau, du 29 octobre 1927 ; Archives KWG, IM1, 1).

70 Voir les procès-verbaux d'une réunion de l'Union internationale de chimie pure et appliquée, les 29-30 juin 1929, à Scheveningen (AA KultAbt VIw 42/2/-6874).

71 Mémoire du Cartel du 20 mai 1927 (AA KultAbt VIw 42/1/-5359).

72 International Research Council, 1931.

73 L'organisation s'appelle depuis le Conseil international des Unions scientifiques (CIUS).

74 L'Allemagne ne devint membre du Conseil international des Unions scientifiques qu'après la Seconde Guerre mondiale.

75 Voir supra, chapitre VI, 229, n. 19.

76 E. Kohlschütter au directeur de la section géodésique de l'US Coast and Geodetic Survey, le 20 août 1929. KohlschUtter qui appartenait aux tendances conciliatrices résume ici l'attitude des milieux irréductibles (copie AA KultAbt VIw 42/2/-9274).

77 Un nombre considérable d'articles parut sous la plume de savants renommés. La presse rendait compte par ailleurs régulièrement - et souvent en première page - des résolutions adoptées par les académies, les universités ou le VDH, les sociétés savantes ou des institutions comme la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft.

78 "Verhandlungen des 2. Hochschultages", Mitt. VDH, I (1er numéro spécial), juin 1921, 13.
Le ressentiment de classe qui affleure dans toutes les dénonciations de la Bildungsfeindlichkeit est particulièrement apparent dans l'allocution d'un professeur de géodésie, P. Gast, que les Mitteilungen du VDH publièrent en octobre 1922 : "Quand, dans la Révolution, le peuple allemand épuisé, attaqua les autorités traditionnelles et les rendit responsables des souffrances endurées, les universités se sentirent également visées. Elles se sentirent menacées dans leur indépendance, leur liberté et leur influence morale qui étaient toutes basées sur le respect que le peuple avait l'habitude d'accorder à la science. C'est dans cette situation de crise que, pour la première fois dans l'histoire des universités allemandes, se développa un sentiment de solidarité." Parmi les sources contemporaines, voir, avant tout, Troeltsch, 1924, 87-93 ("Die Welle von rechts") et passim. Voir aussi sur les origines sociales des universitaires allemands, Kaelble, 1976.

79 Si, avec le roman de Simone de Beauvoir au plus tard, le terme de "mandarin" est couramment appliqué à des phénomènes contemporains, c'est Fritz Ringer qui en a consacré l'usage dans l'analyse des élites universitaires allemandes au XIXe siècle (1969), notamment 200-252 ; voir aussi, sur les attitudes politiques des élites universitaires sous la République de Weimar, la littérature citée supra, chapitre VI, 243, n. 52.

80 Voir supra, chapitre VI, 223-230.

81 La prise de position, en 1926, d'une société savante illustre très bien cette coupure : la Société allemande d'américanistes avait conseillé à ses membres de ne pas assister, en guise de protestation contre le traitement infligé aux Allemands du Tyrol du Sud, au XIIe Congrès international d'américanistes qui devait se tenir à Rome en septembre. La Société se prononça par contre en faveur de l'envoi, par les soins du gouvernement allemand, d'une délégation strictement officielle - étant donné que rien ne s'était passé entre l'Italie et l'Allemagne pour justifier un refus de participation. "Situation très différente", poursuit le représentant de la Société, "de celle des savants qui s'y rendraient à titre individuel et qui alors ne participeraient pas au Congrès en tant que représentants de leur gouvernement, mais en tant que membres du peuple allemand". (F. Krause. au nom du président de la Deutsche Amerikanisten-Vereinigung, au conservateur du Musée d'ethnographie de Berlin, T. Preuss (copie AA KultAbt VIB KuW 359a/5/-10155).

82 Les incidents concernaient généralement des refus d'échanger des publications. Le Consul allemand à Bratislava faisant rapport, à la suite de protestations de l'Ambassadeur tchèque à Berlin, à l'Auswärtiges Amt, déplorait avant tout le raisonnement aberrant en termes d'alliances périmées avec lequel le directeur d'une biliothèque universitaire allemande avait motivé son refais ; ce directeur voulait lier la reprise des échanges à un engagement de l'Université de Bratislava pour que cette dernière continuât de servir le développement de la science hongroise. (Consulat allemand à Pressburg au ministère, le 16 juin 1925, AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/). En janvier 1925, le 4e Hochschultag s'était prononcé sur les échanges de publications scientifiques avec la Tchécoslovaquie : aussi longtemps que la science allemande était exclue des manifestations scientifiques internationales, ces échanges ne devaient pas reprendre (Mitt. VDH, V (2), février 1925, 51). En ce qui concerne les campagnes de presse anti-allemandes en Pologne, déclenchées par le refus de la part du directeur d'un institut de mathématiques, d'échanger ses publications avec une revue scientifique polonaise, voir Gesandtschaft Varsovie au ministère, le 18 juin 1921, AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/1IXD-277

83 "Eucken donne une leçon au fascisme", Berliner Börsenzeitung, le 22 janvier 1926.

84 Ambassade d'Allemagne à Rome au ministère, le 27 janvier 1926 (AA KultAbt VIB KuW 359/43/).

85 K. Partsch au cours d'une séance d'information au ministère, le 6 février 1925 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/-1941).

86 Voir, par exemple, à l'occasion d'une tournée de conférences de Paul Rohrbach aux Etats-Unis, la correspondance entre l'Auswärtiges Amt et l'Ambassade d'Allemagne à Washington en décembre 1922 (AA KultAbt VIA Deutschtum im Ausland 5/2/-207) ; voir aussi Rohrbach, 1953, 273.

87 Voir, par exemple, Goebel, 1941, 180, et supra, chapitre VI, 247-249.

88 Voir à ce sujet notamment Grau, 1966, 172-178, et la littérature citée supra, chapitre VI, 249, n. 68-71.

89 Sur l'attitude des élites allemandes à l'endroit de la SdN, voir Fraenkel, 1960, 1968.

90 Mitt. VDH, V (2), février 1925, 32. Voir aussi Gallinger, 1924 ; Karo, 1925 ; et 0. Franke, "Geistige Zusammenarbeit", Deutsche Allgemeine Zeitung du 29 juillet 1925.

91 Ministre de l'Intérieur à l'Auswärtiges Amt, le 23 octobre 1924 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/-16482) ; repris par Kerkhof dans une lettre au ministre de l'Intérieur, le 3 juillet 1925 (copie AA KultAbt VIB KuW 607/1/10930).

92 "Vom Kriege gegen die deutsche Wissenschaft", Deutsche Allgemeine Zeitung du 27 août 1925.

93 Voir plus particulièrement les débats au Reichstag, Verhandlungen des Reichstag s, 1920-1924, 357, 268e séance du 16 novembre 1922, 9014.

94 Voir, par exemple, Goebel, 1941, 219-220.

95 Note interne de l'Auswärtiges Amt (Heilbron) du 2 juillet 1926 (AA KultAbt VIB KuW 607/2/), cité par Forman, 1973, 177.