Version classiqueVersion mobile

Les scientifiques et la paix

 | 
Brigitte Schroeder-Gudehus

Pas de Locarno pour la science

Chapitre VI. L’isolement

Texte intégral

  • 1 Schäfer, 1926, 243.

Si les négociations actuelles sur le pacte de sécurité aboutissent à l'entrée de l'Allemagne dans la Société des nations, cela signifie qu'elle aura accepté, de plein gré, son éternel asservissement. Qu'on ne parle plus alors de génie allemand ou d'essence germanique : nous sommes et nous restons un peuple incapable de trouver sa voie. Je me sens autorisé à me prononcer sur les affaires de l'Etat ; mes convictions reposent sur des bases que rien ne pourra ébranler1.

1Ainsi s'exprimait, à propos de l'entrée de l'Allemagne à la Société des nations, à la veille de la Conférence de Locarno, l'opposition exaspérée d'un des maîtres de l'historiographie allemande. Cette réaction laissait transparaître par la même occasion une confiance intacte dans la mission des élites intellectuelles de se prononcer sur les grandes questions nationales. Le nationalisme ombrageux des clercs guerroyants dont Dietrich Schäfer avait été l'un des plus illustres représentants, avait survécu à la défaite. Leur foi dans leur autorité morale et politique ne semblait pas avoir été ébranlée ni par la débâcle à laquelle avait abouti leur agitation furieuse pour la "paix-victoire" (Siegfrieden), ni par le poignant démenti infligé par les événements à l'encontre des multiples mémoires et rapports d'experts par lesquels ils avaient tenté d'influencer la conduite de la guerre.

  • 2 Voir infra, p. 263-269.

2L'entrée de l'Allemagne à la Société des nations n'était finalement qu'un aspect parmi d'autres de cette "politique d'exécution" (Erfüllungspolitik) contre laquelle se déchaînait sans cesse la droite nationaliste ; celle-ci, comme au temps de la Vaterlandspartei, comptait toujours les professeurs d'université parmi ses porte-parole les plus éloquents. De toute évidence, vis-à-vis de la République et de sa politique extérieure, l'élite universitaire faisait grève - un parti pris dont on ne peut faire abstraction quand il s'agit d'apprécier l'attitude de ces milieux à l'égard de la collaboration scientifique internationale de l'après-guerre. Certes, en 1925, quand Dietrich Schäfer lançait ses diatribes contre la politique extérieure de la République weimarienne, les "ultras" à Paris, à Bruxelles et à Londres se trouvaient, eux aussi, en désaccord avec leurs gouvernements2. Mais dans les pays de l'Entente, ce phénomène était alors relativement récent : pendant des années - et bien que les gouvernements n'eussent pas toujours ni partout endossé avec un égal empressement les desiderata de leurs élites universitaires - celles-ci savaient, dans l'ensemble, partager les vues des hommes au pouvoir. La victoire les avait doublement rassurés : sur la place que leur nation tenait dans le monde comme sur la place qu'elles occupaient elles-mêmes au sein de leur nation. Elles se sentaient confirmées dans le leadership intellectuel et moral qu'elles avaient assumé au début de la guerre.

La science comme substitut de puissance

3En Allemagne, la situation était toute différente. La défaite militaire, la débâcle de la monarchie, le bouleversement des structures sociales lui-même menaçant la position des anciennes classes dirigeantes, créaient une ambiance d'abattement et de dépit. Devant l'effondrement national, il semblait alors aux élites intellectuelles que c'était à la culture et surtout à la science de monter sur la brèche et d'accomplir dans le domaine de l'esprit ce que ne pouvaient accomplir dans le domaine politique une force militaire anéantie et une économie pour longtemps ligotée - assurer, à la patrie, le statut d'une grande puissance :

  • 3 Preussische Akademie der Wissenschaften. Sitzungsberichte. Berlin, 1918, 993 ; voir aussi Hartmann (...)

Que l'ennemi nous ait privé, déclara Max Planck en novembre 1918, de tout ce qui nous protégeait et de tout ce qui nous rendait puissants ; que nous soyons affligés à l'intérieur de crises graves et que l'avenir nous en réserve peut-être de plus graves encore - il existe une chose qu'aucun ennemi, intérieur ou extérieur, ne nous a enlevé encore : c'est le rang qu'occupe dans le monde la science allemande3.

  • 4 Adolf von Harnack dans un mémoire accompagnant une demande de subvention soumise conjointement par (...)
  • 5 La science allemande - pouvait-on lire quelques années plus tard encore - "s'est maintenue comme f (...)

4On attribuait à ce rang une portée politique : faisant appel aux ressources de la culture et de la science, la patrie pouvait espérer surmonter les calamites de la défaite4 ; la science restait un dernier instrument, intact, dont l'Allemagne prostrée pouvait se servir sur le plan international5.

  • 6 Voir supra, 223, n. 4, et Schroeder-Gudehus, 1972, 537-570. D'innombrables exemples de cette façon (...)
  • 7 Tout en soulignant que les universités étaient des citadelles de la réaction et que la classe ouvr (...)
  • 8 Episode évoqué, par exemple, par Willstaetter, 1949, 252-254 266-268 ; voir aussi Max-Planck-Gesel (...)
  • 9 "Notre avenir sera déterminé par ce que nous accomplissons dans les 30 milliards d'heures de trava (...)

5Cette vision de la science comme dernière ressource nationale n'était d'ailleurs pas réservée aux milieux universitaires - ces derniers s'en servaient comme argument clef quand ils devaient justifier, devant les ministères, les parlements et l'opinion publique, les subventions sollicitées pour la recherche6. De l'extrême droite à l'extrême gauche, on s'y montra sensible. C'est dans l'approbation des budgets de la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft que le Reichstag trouvait ses rares moments d'unanimité7. La fréquence avec laquelle on présentait la science comme facteur de puissance et instrument de politique extérieure n'avait d'égal que la faiblesse des arguments étayant cette thèse. Certes, cette argumentation pouvait en partie se fonder sur l'espoir que les industries à forte composante scientifique pourraient jouer, dans le relèvement de l'Allemagne, le même rôle qu'elles avaient joué jadis dans l'essor spectaculaire de sa puissance économique. Fritz Haber, qui voulait par exemple extraire de l'or des eaux marines afin d'alléger le fardeau des Réparations8, insista beaucoup sur les aspects très concrets des contributions qu'il attendait de la recherche scientifique pour augmenter la productivité de l'industrie allemande9.

  • 10 Il n'y avait pratiquement pas d'organisme s'occupant de l'avancement de la science, de l'enseignem (...)
  • 11 A titre de réparations, l'Allemagne devait livrer la moitié de ses stocks en produits colorants et (...)
  • 12 - Même si la part de l'Allemagne dans les exportations mondiales de produits chimiques devait atte (...)

6Par l'intermédiaire d'anciennes ou de nouvelles organisations de promotion (Fördergesellschaften), l'industrie continuait d'ailleurs de financer des recherches et la formation des chercheurs10. Pourtant, peu d'aspects de la situation économique de l'Allemagne au lendemain de la défaite semblait justifier l'espoir qu'à travers ses applications industrielles, la science allait bientôt restituer à la patrie humiliée une partie de son ancienne grandeur. Les industries "scientifiques", comme la chimie par exemple, étaient tout particulièrement affectées par les dispositions du Traité de Versailles11. De plus, était définitivement révolu le temps où certaines branches de l'industrie chimique allemande ne rencontraient pratiquement aucune concurrence sur le marché mondial. Elles ne pouvaient guère compter reconquérir leurs anciens marchés, la plupart des pays industriels ayant entre-temps développé leur propre production12.

  • 13 L'étude des civilisations et des systèmes politiques et sociaux étrangers prit d'ailleurs un grand (...)
  • 14 Voir, par exemple, Forman, 1973, 161-165) au sujet du mémoire d'Adolf Harnack de 1909.
  • 15 Lenz, 1910, 78.

7Dans les plaidoyers en faveur de la valeur stratégique de la science, les références aux applications industrielles étaient d'ailleurs l'exception plutôt que la règle, bien que l'on soulignât volontiers l'importance d'éventuelles retombées économiques, même quand les appels pour forger "les armes de l'esprit" s'adressaient à des domaines plus éloignés du technique et de l'économique (comme, par exemple, l'étude des civilisations et des systèmes politiques et sociaux étrangers)13. Dans l'ensemble, les affirmations selon lesquelles la science était un substitut à la puissance politique, militaire et économique perdues restaient remarquablement vagues14, et il est évident que cet "empire scientifique" qui avait été un élément de l'ancienne grandeur et qu'on voulait conserver intact au-delà de la débâcle politique, n'avait dans l'esprit de ses plus ardents défenseurs qu'un rapport accessoire avec ses prolongements industriels. Cette interprétation est confirmée par les références fréquentes à l'année 1806 et à l'effondrement du Saint empire romain germanique. Cette conception selon laquelle le génie national pouvait contrebalancer, aux moments sombres de l'histoire, l'affaiblissement politique, se rattachait en fait à de glorieux antécédents comme la fondation, en 1810, de l'université de Berlin, considérée comme l'expression du même principe énoncé trois ans plus tôt par le Roi de Prusse : "Aux forces matérielles détruites, l'Etat doit substituer des forces spirituelles15 Au début du XIXe siècle, cette substitution s'entendait alors clairement dans le sens du ralliement national et du rayonnement culturel. Plus d'un siècle plus tard, la rhétorique de la science, substitut de puissance, véhiculait cette même idée de qualité intellectuelle, d'acquit inviolable par des vainqueurs jaloux et, en même temps, raison de fierté et source de résistance spirituelle.

  • 16 Privée de son ancienne position militaire et politique, il ne restait alors à l'Allemagne que de t (...)
  • 17 Plessner, 1959.
  • 18 Voir supra, chapitre III, 105 et passim.
  • 19 Friedrich Schmidt-Ott, président de la NGW, recommanda encore en 1926 une attitude réservée à l'en (...)

8L'influence de ces conceptions se fit sentir sur deux plans : d'une part, elle alimenta une agitation vigoureuse en faveur d'une politique culturelle extérieure de grande envergure16 ; d'autre part, elle se refléta dans l'attention sourcilleuse avec laquelle les Gebildeten veillaient au respect de la dignité nationale. Au nom de la "dignité allemande", ils manifestaient une susceptibilité à fleur de peau, où s'exprimaient l'humiliation de la défaite et cette insécurité profonde de la "nation retardataire17" qui s'était déjà trahie dans le nationalisme tapageur des décennies précédentes. L'ostracisme à l'égard des intellectuels allemands - action si fortement inspirée par des "considérations morales18" - exacerbait alors une vigilance déjà excessive. Dans la question des relations scientifiques internationales, la sauvegarde de la "dignité allemande" devint une obsession, le thème central, à la fois cri de ralliement, ciment du front commun et obstacle majeur sur le chemin de la normalisation des rapports avec les savants étrangers. Toute tentative de rapprochement se jugeait sur la question de sa compatiblité avec cette "dignité", avec le résultat que, le plus souvent, elle était écartée19. De crainte de "ramper" devant l'adversaire ou de faire figure de "laquais", les ultras allemands finirent par se cantonner dans un immobilisme rancunier, insensible à l'évolution du contexte politique. En tant qu'extension du nouvel ordre politique, national et international, le "Boycott" avait engendré, dès le lendemain de la guerre, des réactions allemandes du même ordre que celles provoquées par le Traité de Versailles ; à cela rien de surprenant, si l'on considère que, symétriquement, le "Boycott" se trouvait justifié par les mêmes arguments que ceux relatifs aux rigueurs du Traité.

Culpabilité et expiation

  • 20 Walter Schücking - internationaliste pacifiste et éloigné au possible des jusqu'au-boutistes de la(...)
  • 21 Dickmann, 1963, 87, mentionne que les délégués de la Conférence de Paris s'étonnèrent du fait que (...)
  • 22 Une revue entière se consacra à cette question : Die Kriegsschuldfrage (Berlin, 1923-1928 ; à part (...)

9Les conditions de la paix avaient soulevé une indignation unanime en Allemagne, et même les milieux - une minorité parmi les universitaires - qui par conviction ou par raison s'étaient ralliés à la République, étaient d'accord pour dénoncer le caractère injuste et répressif du Traité20. De la droite a la gauche, la thèse de la responsabilité unique était rejetée aussi unanimement en Allemagne qu'elle était vérité inébranlable dans les pays de l'Entente21. Pour la droite allemande, évidemment, le problème de la réfutation d'une responsabilité unique ne se posait même pas : cette fraction de l'opinion publique rejeta la culpabilité tout entière sur la France, la Belgique et l'Angleterre. La discussion sur les responsabilités dans le déclenchement du conflit - thème dominant de la recherche historique, juridique et politique allemande de l'entre-deux-guerres22 - mobilisait alors avant tout les milieux du centre et de la gauche.

  • 23 Voir, pour une discussion récente de la question Holborn, 1953, 138-145.
  • 24 L'idée d'un "délai de purification" (Läuterungsfrist) était d'ailleurs dans l'air, - les condition (...)
  • 25 La réaction à l'exigence de "manifestations de remords" n'est pas difficile à imaginer. Hans Wehbe (...)

10Ce débat, fouillé et complexe, n'a que des rapports très indirects avec les relations scientifiques internationales et leur reprise éventuelle. Dans les milieux du CIR, on ne se posait guère de questions sur l'interprétation correcte de l'article 231 du Traité de Versailles23. Peu importait si, dans l'esprit des auteurs du Traité cet article devait imposer un aveu de responsabilité morale ou, au contraire, assurer simplement une reconnaissance de responsabilité de droit civil - les hommes réunis aux Conférences des académies des sciences interalliées et les ultras des années suivantes n'éprouvaient à ce sujet aucune difficulté d'interprétation. La responsabilité morale de l'Allemagne était, pour eux, incontestable, aussi manquaient-ils rarement une occasion de rappeler que la question du "Boycott" se posait en termes de châtiment et d'expiation, que les universitaires allemands ne pouvaient espérer réintégrer le concert des nations civilisées sans avoir exprimé d'abord et publiquement des remords ou sans avoir donné d'autres preuves satisfaisantes de leur "purification24". Rien n'a probablement empoisonne l'atmosphère de manière aussi durable que cette volonté passionnée d'atteindre, de meurtrir et d'anéantir l'adversaire dans son intégrité et dans sa fierté, individuelle et collective25.

  • 26 "Il est tout à fait plausible", écrivit Georg Karo, "que ce sont ceux dont les compétences leur pe (...)
  • 27 International Research Council, 1919, 45, 130-145.
  • 28 "2. Deutscher Hochschultag", Mitt. VDH, 2e numéro spécial, juillet 1921, 18 ; voir aussi Kerkhof, (...)

11Pour les ultras allemands, il ne s'agissait là que d'une preuve supplémentaire de l'"infâmie" de l'Entente, d'une autre preuve aussi de la jalousie que les milieux intellectuels des pays alliés avaient toujours ressentie, à leur avis, à l'endroit de la science allemande et sa contribution à la puissance économique du pays. Relevant le rôle prépondérant joué dans la genèse et la mise en vigueur du "Boycott" par les représentants des sciences naturelles, on ne tardait pas à conclure que l'objectif ultime et véritable de l'opération se trouvait sur le terrain industriel et économique26. Les "Résolutions de Londres" étaient citées à l'appui : l'article 4 faisait référence à la recherche industrielle ; la mention faite au cours de l'Assemblée constituante du Conseil international de recherches, de l'établissement éventuel d'un office international pour la protection des brevets27, était immédiatement mise en rapport avec l'article 306 du Traité de Versailles (portant sur la mise sous séquestre de la propriété industrielle allemande dans les pays alliés et associés). La justification de l'ostracisme à l'égard de la science allemande comme une mesure préservant "l'harmonie de la collaboration scientifique internationale" ou comme un acte d'hygiène morale, était dénoncée comme une explication fallacieuse, insuffisante pour cacher les objectifs véritables du "Boycott", d'inspiration économique28.

  • 29 Le rapport entre le haut niveau scientifique de l'Allemagne et son ancienne puissance économique é (...)

12Il aurait été difficile pour les auteurs de ces dénonciations de les étayer sur des faits précis. Non pas que les puissances victorieuses se fussent désintéressées des industries "scientifiques" allemandes, de leurs secrets de production ou de leurs marchés - mais dans ce domaine, aucun rôle de quelque signification n'avait été confié aux académies des sciences ou au Conseil international de recherches29. L'inspiration principale de ces allégations venait peut-être d'ailleurs : prêter aux attaques dont elles étaient la cible des motifs économiques, prouvait et soulignait en même temps avec force la signification stratégique de la science allemande, et de toutes ses branches. Dans la mesure où le "Boycott" pouvait s'expliquer par les motifs de crainte et de jalousie au sujet de leurs réalisations scientifiques, les professeurs voyaient leur existence rehaussée d'accents d'héroïsme, et nombreux furent ceux qui, au lieu de déplorer la réprobation dont l'Allemagne fut victime, tiraient de son isolement des raisons de fierté. L'harmonie précieuse entre les devoirs du citoyen et la vocation du savant était alors célébrée avec éloquence :

  • 30 "2. Deutscher Hochschultag", Mitt. VDH, I, premier numéro spécial, juin 1921, 18.

La majorité des savants des pays de l'Entente sont toujours réceptifs comme leurs peuples, a la suggestion selon laquelle nous sommes coupables du déclenchement de la guerre. Un esprit de conciliation et une volonté de compréhension ne peuvent naître aussi longtemps que cette suggestion n'est pas éliminée. Une tâche essentielle semble ainsi incomber aux universités : la tâche d'utiliser leurs compétences intellectuelles pour entamer la lutte pour la vérité et contre l'épouvantable imposture dont les conséquences risquent de broyer la science allemande et notre peuple tout entier…30

13Avec pompe, l'élite universitaire allemande réclamait ainsi une place de premier rang parmi les sauveurs de la patrie. Elle liait, en même temps, la reprise de la collaboration scientifique internationale à un préalable politique : la rétractation des thèses sur la culpabilité allemande. Faisant fi des impératifs propres à l'entreprise scientifique, on refusait d'envisager une normalisation des relations scientifiques en dehors de considérations politiques.

L'enjeu

  • 31 Karo, 1919, 167.
  • 32 Rapport du Comité des affaires extérieures, lors du 4e Deutscher Hochschultag, Mitt. VDH, V (2), f (...)
  • 33 Unabhängige Nationalkorrespondenz du 16 mai 1919 (cité dans Wehberg, 1920, 32-34).
  • 34 Einstein à Lorentz, été 1919, cité par Forman, 1973, 177-178.

14Il convient alors de se demander si ce refus, cette rupture avec les normes de la science, impliquait de réels sacrifices pour la communauté scientifique allemande. En d'autres termes, le "Boycott", a-t-il nui à la science allemande ? Si l'on ne peut mettre en doute les ravages que l'ostracisme faisait sur le plan psychologique, ses effets sont plus difficiles à évaluer sur le plan proprement scientifique - car les témoignages contemporains sont contradictoires. Tantôt on dépeint en couleurs sombres les conséquences de la "tyrannie brutale de l'Entente31" ou de la "dictature du Conseil international de recherches32", tantôt on nie aux politiques des organisations bruxelloises toute conséquence significative. Certains - comme le physicien Gustav Roentgen - se félicitaient de la diminution des relations scientifiques internationales, et des congrès en particulier ; à son avis, les hommes de science allemands s'y étaient toujours laissés exploiter par des étrangers s'emparant de leurs idées ; les préoccupations des organisateurs pour sauvegarder un certain "équilibre international" avaient de plus, selon Roentgen, régulièrement contribué à masquer la supériorité allemande qui était pourtant réelle33. Albert Einstein, quoiqu'a l'autre bout du spectre politique, était d'accord avec Roentgen sur le rôle marginal que jouaient les congrès internationaux dans les rouages de l'entreprise scientifique ; c'est sur le plan psychologique qu'il voyait l'effet principal du "Boycott" : une leçon de modestie administrée aux professeurs allemands qui en avaient grand besoin34.

  • 35 Mitt. VDH, I, 5, 1er février 1921, 48. Voir aussi Die Not der deutschen Wissensehaft, 1921.
  • 36 Mitt. VDH, I, 5, 1er février 1921, 48. Voir aussi Die Not der deutschenWissenschaft, 1921.

15Plus que les limitations d'accès aux congrès, les savants allemands ressentaient sans doute la pénurie de publications étrangères. Il était devenu difficile, voire impossible, d'acquérir de nouvelles parutions, de compléter les collections, de maintenir les abonnements. Dans certains cas, le nombre d'abonnements d'une revue était réduit à un ou deux exemplaires sur tout le territoire national : en 1921, par exemple, la Staatsbibliothek prussienne ne put renouveler que 150 des 2300 abonnements de revues scientifiques qu'elle recevait à la veille de la guerre35. Il est délicat, cependant, de déterminer à quel point ces difficultés étaient imputables au "Boycott" et à la disparition des arrangements d'échange qu'il avait entraînée. La raison principale pouvait se trouver ailleurs : dans le rétrécissement relatif des budgets36 et dans le contrôle des changes, le manque de devises.

  • 37 "Einige Aeusserungen liber die wissenschaftliche Betätigung du Conseil international de recherches (...)
  • 38 Cannon et Field, 1945, passim.

16On ne dispose guère d'indications pour évaluer l'influence du "Boycott" sur la substance des activités scientifiques. En 1927, cependant, la classe des sciences naturelles de l'Académie des sciences de Goettingue avait demandé à quelques-uns de ses membres d'examiner - chacun dans sa discipline - les activités du Conseil international de recherches et des Unions et d'en évaluer la qualité et la portée. Les commentaires dans l'ensemble présentèrent des conclusions convergentes. Sans mettre en doute la valeur des savants se trouvant à la tête de ces organisations, les commentateurs soulignèrent la prépondérance de préoccupations d'ordre administratif qui, au dépens du contenu proprement scientifique, semblèrent dominer les activités de ces organisations. Ils firent, en outre, remarquer, que de nombreux thèmes de recherche considérés alors comme étant prioritaires dans les disciplines en question, n'exigeaient point, pour que l'on s'y attaquât, l'infrastructure d'une organisation internationale. Ils déclarèrent en substance qu'une coopération internationale avait toujours trouvé sa structure de façon spontanée, quand elle s'était révélée nécessaire, et sans l'intervention d'organismes comme le CIR ou les Unions. La collaboration scientifique reposait sur l'entente entre les individus écrivit le biologiste A. Kühn, et "cela ne requiert pas une organisation37". Une enquête sur l'utilité des organisations scientifiques internationales entreprise presque deux décennies plus tard par le National Research Council aux Etats-Unis peut alors fournir des indications subsidiaires : les résultats de cette enquête confirment les opinions qui se dégagent de l'étude de l'Académie de Goettingue. A l'exception des représentants de disciplines dont les conditions même d'observation et de recherche exigent la collaboration transnationale (comme l'astronomie, la séismologie, la géodésie ou l'océanographie) ou des chimistes qui insistent sur l'harmonisation des normes et des nomenclatures, personne ne semblait considérer les unions scientifiques internationales comme des points d'appui indispensables du réseau de la collaboration scientifique internationale. L'expérience leur avait montré que l'on pouvait dans la plupart des cas fort bien s'en passer38.

  • 39 Quand l'astronome Georg Struve, à peu près à la même époque (1927), exhorta ses collègues de refus (...)
  • 40 Ainsi les directives de l'Auslandsausschuss du Verband der deutschen Hochschulen de 1923 déclaraie (...)
  • 41 Voir à ce sujet Forman, 1973, 177-180.

17A la lumière de ces commentaires, le système du CIR émerge comme une institution d'importance très relative sur le plan scientifique proprement dit : dans bien des cas, quand il s'agissait de liens de collaboration essentiellement individuels entre savants allemands et leurs collègues dans des pays membres du CIR, ceux-ci s'établissaient en dépit des ruptures officielles. Le contraste est alors saisissant entre cette signification manifestement marginale du "Boycott" sur le plan strictement scientifique et le ton dramatique qui dominait le débat public39. Mais, comme Paul Forman l'a démontré fort pertinemment - la rhétorique des irréductibles, le refus persistant de faire la paix avec les organisations de 1919 et l'affirmation que la sauvegarde de la dignité nationale passait avant les intérêts de la science40, n'étaient dans une certaine mesure possible que parce que "Boycott" et "Contre-Boycott" n'étaient pas absolument étanches : sous la surface, des contacts pouvaient s'établir, quand la nature des recherches l'exigeait41.

18Sur le front du "Contre-Boycott", le déploiement des énergies n'en était pas moins impressionnant.

Le "Contre-Boycott"

  • 42 Voir, par exemple, les comptes rendus des débats du Reichstag recensés dans Schreiber, 1958 ; Webe (...)
  • 43 Voir à ce sujet, par exemple, Forman, 1967.
  • 44 La Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft en constitue l'exemple le plus important. Jusqu'en 1918, ses activi (...)
  • 45 L'article 10, al. 2, de la Constitution de Weimar permettait au gouvernement central de créer des (...)

19L'isolement sur le plan international représentait un facteur aggravant encore les difficultés internes, la "misère de la science allemande", dont on parlait alors beaucoup au Reichstag, dans les journaux et dans les revues42. Le but de ces interventions, discours et articles étant généralement de mobiliser l'opinion publique et d'obtenir de l'Etat une participation plus généreuse au financement de la recherche, les auteurs de ces textes tendaient sans doute à noircir le tableau et à présenter la situation des universitaires allemands sous un jour plus sombre que la situation réelle ne le justifiait43. Toujours est-il que les institutions de recherche devaient faire face à de graves difficultés : dans beaucoup de cas, leurs budgets étaient restés au niveau de l'année 1913 ; le manque de devises les empêchait d'obtenir de l'étranger les publications, équipements et matériaux indispensables ; le marasme économique et l'inflation faisaient disparaître, de plus, les ressources d'origine privée dont certaines institutions avaient bénéficié44. En quête de fonds, les universités et instituts de recherche ne pouvaient compter sur la générosité des ministères de l'éducation, la Constitution de Weimar ayant enlevé aux Etats fédérés une partie considérable des recettes fiscales dont ils avaient disposé sous l'Empire. Le gouvernement central, sans juridiction dans le secteur de l'enseignement, n'était pas a priori tenu d'intervenir45.

  • 46 Le Verband der deutschen Hochschulen (VDH) était composé de toutes les universités et Technische H (...)
  • 47 La NGW fut créée comme société à but non lucratif, le 30 octobre 1920 ; elle était composée exclus (...)

20Face à ces difficultés, le monde universitaire s'organisa. En 1920 se constitua le Verband der deutschen Hochschulen, association ayant comme objectif principal de défendre les intérêts institutionnels et professionnels des universités et de leur personnel46. Un organisme d'aide à la recherche universitaire fut créé la même année : la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft, fondation de droit privé dont 80 pour cent du budget provenaient néanmoins du gouvernement central47. Ces organisations rejoignant les universités de tous les Länder et englobant toutes les disciplines universitaires, s'étaient alors ajoutées aux porte-parole traditionnels du monde scientifique : les académies, les sociétés savantes et - organisme sui generis - la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft. Les réactions à l'endroit du "Boycott" variaient d'une organisation à l'autre, sinon par l'orientation, du moins par le style.

  • 48 Ses opinions personnelles le portaient sans doute plus à droite encore : ses deux fils avaient mar (...)
  • 49 Voir supra, chapitre V, 202-206.
  • 50 Les contributions des milieux privés allemands canalisées par le Stifterverband der Notgemeinschaf (...)

21La plus réservée sur le plan politique était la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft (NGW). Son président, Friedrich Schmidt-Ott, ancien Kultusminister prussien, la dirigeait dans un esprit conservateur aussi discret qu'imperturbable. Pour lui, ce conservatisme était sans doute l'incarnation même de cette loyauté apolitique qui seule sied aux serviteurs de l'Etat48. A l'égard des nouvelles organisations de coopération scientifique internationale, la NGW gardait une distance marquée, tout en évitant, manifestement, de prendre des positions risquant de compromettre à long terme une reprise des relations d'autrefois. Dépendant si largement pour son financement du gouvernement central, la NGW se montrait par ailleurs tout naturellement sensible à l'évolution des objectifs de la politique étrangère allemande. L'extrême réserve avec laquelle Schmidt-Ott allait accueillir en 1923 les ouvertures de Gonzague de Reynold au nom de la Commission de coopération intellectuelle49, est une bonne illustration de l'attitude de la NGW. Par ailleurs, au lieu d'insister sur le "Boycott" et sur les difficultés que les savants allemands rencontraient dans leurs relations avec certains pays, la NGW s'efforçait d'attirer l'attention sur les témoignages de sympathie et de sollicitude qui lui parvenaient de l'étranger. D'une valeur dépassant largement les contributions des milieux d'affaires allemands, ces dons étaient considérés comme la démonstration la plus éclatante de la solidarité sur laquelle, en dépit du "Boycott", l'Allemagne pouvait compter dans le monde50.

  • 51 Treize des vingt universités allemandes étaient situées en territoire prussien ; le gouvernement d (...)
  • 52 La littérature consacrée à la République de Weimar et l'orientation politique de ses élites intell (...)

22Le Verband der deutschen Hochschulen (VDH) adoptait un style très différent. Organismes publics sous un régime dont elles dénonçaient volontiers les dispositions peu favorables à l'égard des valeurs culturelles et des élites qui en assuraient traditionnellement l'épanouissement, les universités concevaient leur association comme un groupe d'intérêts organisés (Interessenverband). Les efforts du VDH comportaient, en fait, un large éventail d'activités, allant de la lutte contre la politique d'austérité du gouvernement prussien51 à la discussion des grandes conceptions de l'Etat et de la Société en passant par la réforme universitaire. Le "civisme apolitique" que véhiculaient les déclarations du VDH et les convictions que professaient alors les partis de droite se ressemblaient par ailleurs comme deux gouttes d'eau52.

  • 53 "Verhandlungen des 2. Hochschultages, 1921", Mitt. VDH, I 2e numéro spécial), juillet 1921, 20.
  • 54 Mitt. VDH, I (3e numéro spécial), septembre 1921, 44. La collaboration avec les universités autric (...)
  • 55 Karo, 1925, 3-4.

23Quant aux principes devant régir le comportement des universités et des milieux scientifiques sur le plan international, le VDH avait des idées sommaires mais non équivoques : tout comme la science suivait partout les voies de la politique, elle pouvait alors également à son tour frayer le chemin pour la politique53. Un comité spécial du VDH, créé en 1921 et chargé d'élaborer des lignes de conduite pour les rapports internationaux des universités, fut instruit à l'effet que ces relations devaient contribuer à accroître le prestige de l'Allemagne à l'étranger, à défendre le patrimoine culturel allemand dans les territoires occupés ou détachés, ainsi qu'à resserrer les liens avec l'Autriche54. L'organisation de la défense contre le "Boycott" devint rapidement la tâche principale de ce comité qui, sous la présidence du sinologue berlinois Otto Franke apparut bientôt comme le bastion des irréductibles, l'état-major du "Contre-Boycott". Les directives que ce comité - l'Auslandsausschuss - élaborait, portaient alors l'agitation des ultras aux contrées les plus reculées de l'Allemagne universitaire. On était convaincu qu'une action de rassemblement et de coordination répondait à un besoin objectif et pressant : l'autonomie traditionnelle des universités et le fractionnement constitutionnel de l'enseignement supérieur favorisaient le développement de réactions isolées, condamnées à l'inefficacité à cause même de leur fragmentation ; cette dispersion favorisait aussi - chose horrible pour les ultras - les initiatives mal placées de ceux que "leur naïveté, leur inconscience ou leur manque de caractère" amenaient à poser des gestes prématurés de conciliation55.

  • 56 Voir annexe VI, infra, 326.
  • 57 Dans un compte rendu de la réunion de la Commission électrotechnique internationale des 20-26 nove (...)
  • 58 Voir infra, 246-253, et chapitre VII, passim.

24Les directives que le VDH publia en 1923 établissaient les règles de conduite du "Contre-Boycott" : montrer une réserve extrême, éviter tout geste pouvant être interprété comme une tentative de rapprochement vis-à-vis de l'Entente ; attendre, au contraire, que l'on vienne solliciter la collaboration allemande ; ne pas sacrifier la dignité allemande pour obtenir des informations scientifiques ; demander une réciprocité parfaite ; exiger, au préalable, une révocation publique des accusations portées contre la science allemande, révocation solennelle aussi du "Boycott" ; insister, finalement, sur "la réparation du crime que le monde avait commis contre le peuple allemand" - ce furent là les mots d'ordre du "Contre-Boycott"56. En pleine période d'occupation de la Ruhr, leur âpreté ne pouvait surprendre. La revendication d'une égalité parfaite avait manifestement pour but de contrecarrer une pratique que certaines organisations essayaient d'adopter pour s'assurer la collaboration allemande, tout en respectant plus ou moins les consignes du CIR ou les susceptibilités de certains de leurs membres : elles n'invitaient alors des scientifiques allemands qu'à titre d'observateurs ou leur proposaient d'autres modalités de participation non officielle57. Accepter de telles propositions signifiait naturellement affaiblir l'effet d'usure que les avocats du "Contre-Boycott" se promettaient d'une politique de la "chaise vide" un des rares moyens de défense dont les Allemands pouvaient se servir d'une façon indépendante. Il n'en restait guère d'autres58.

  • 59 - bien que le Cartel continuât d'affirmer sa détermination de continuer les travaux de l'Associati (...)
  • 60 Karo, 1919, 166.
  • 61 Voir supra, chapitre III, 143-144.

25En fait, après que les académies neutres eussent adhéré au CIR et aux Unions, l'idée de ressusciter l'ancienne Association internationale des académies était devenue illusoire59. Cette défection des neutres avait porté un coup sévère à l'amour-propre des hommes de science allemands. Certains d'entre eux n'hésitèrent pas à la qualifier de trahison et geste impardonnable60, en dépit des assurances qui leur furent prodiguées à l'effet que cette adhésion devait permettre de combattre le "Boycott" d'autant plus efficacement de l'intérieur61.

  • 62 On peut citer à titre d'exemple la constitution d'un groupe de travail international dans le domai (...)
  • 63 Voir, par exemple, Schädel, 1921 ; "Wissenschaftlicher Austausch zwischen Deutschland und Argentin (...)
  • 64 Paul Forman cite l'exemple hautement révélateur de l'Elektrophysik-Ausschuss, organisme créé en 19 (...)

26S'il ne leur était ainsi pas possible d'isoler le CIR, les stratèges du "Contre-Boycott" ne se résignèrent pas pour autant à la seule politique de la "chaise vide". Pour saper le système du Conseil, ils s'efforcèrent de démontrer la fragilité de son monopole et les limites de son autorité : en saisissant toute occasion pour conclure des arrangements formels avec des milieux scientifiques étrangers, en établissant en quelque sorte des réseaux de collaboration parallèles au système du CIR62. Les pays neutres d'Europe avaient été les premiers, bien entendu, à offrir des points d'appui à ces réseaux parallèles : la Scandinavie, les Pays-Bas, la Suisse, l'Espagne. Mais on s'efforçait également de raviver les contacts scientifiques avec les pays d'Amérique latine63, le Japon et les Etats-Unis, en prenant soin de donner un maximum de publicité à ces ententes. On aimait à mettre en vedette ces entorses au système du CIR, entorses d'autant plus spectaculaires qu'il s'agissait d'arrangements avec des institutions de pays anciennement belligérants et dont les académies nationales étaient membres du CIR. Le fait d'avoir gagné un point d'appui dans ces pays-là semblait, dans bien des cas, aussi important que la substance même de l'entente64.

  • 65 Voir, par exemple, Castellan, 1954 ; Wheeler-Bennet, 1946 ; Freund, 1957.
  • 66 Les membres du Comité exécutif du CIR avaient décidé d'"agir dans cette question avec la même prud (...)
  • 67 Les accords du 16 avril 1922, conclus en marge de la Conférence de Gênes, rétablissaient les relat (...)

27Parmi les "réseaux parallèles" les rapports avec la Russie soviétique occupaient une place à part. La possibilité que ce pays offrait pour faire effectuer sur son territoire des recherches - d'intérêt militaire surtout - proscrites par le Traité de Versailles, avait amené le gouvernement allemand et certaines industries à établir des contacts étroits avec les autorités soviétiques65. Il est peu probable que les universités, les académies ou des organismes comme la NGW aient été associés, de façon significative, à ce type très particulier de collaboration. Mais, indépendamment de l'intérêt militaire - et d'intérêts économiques incontestables qui allaient bientôt s'ajouter-il y avait d'autres facteurs dans les milieux universitaires qui militaient en faveur d'un rapprochement. Comme les académies allemandes, l'Académie des sciences de Russie n'avait pas été invitée à faire partie du CIR66. Une certaine solidarité entre les deux pays fut non seulement perçue dans le domaine des relations intellectuelles : elle s'inscrivait aussi dans le contexte plus vaste de la situation politique générale. L'Allemagne de Weimar et la Russie soviétique - rejetées toutes deux à la phériphérie du nouveau système international - devaient trouver dans une politique de rapprochement un moyen d'améliorer leur position vis-à-vis des vainqueurs de 1918. Politique d'opportunité, certes, plus que de conviction, mais politique efficace : les Accords de Rapallo d'avril 192267 concrétisaient une solidarité qui ne manqua pas d'inquiéter les puissances occidentales et d'influencer profondément l'évolution ultérieure de leurs politiques étrangères.

  • 68 Voir Berichte der Deutschen Chemischen Gesellschaft, 55-A, 1922, 17 juin 1922, 107-109; Ipatieff, (...)
  • 69 Voir, par exemple, Schmidt-Ott, 1952, 169-170, 217-247.
  • 70 Voir les Berichte de la NGW, notamment V (1926), 127 ; VII, 1928, 173.
  • 71 Ludloff, 1956-1957, et les travaux cités supra, n. 68. Les relations germano-soviétiques furent ma (...)

28L'intérêt que portaient à une intensification de leurs relations mutuelles les universitaires allemands et les universitaires russes reposait alors sur la perception d'une solidarité dépassant leur opposition commune au système du CIR. La tradition jouait, bien sûr, un rôle non négligeable, et il n'est pas surprenant que ce soient avant tout les universités de la partie orientale de l'Allemagne - universités prussiennes et celles de Leipzig et d'Iéna - qui s'engagèrent en faveur d'une collaboration avec les collègues russes. C'est à Berlin que la Société chimique allemande organisa une réunion pour célébrer, en présence d'éminents chimistes russes, la conclusion des Accords de Rapallo68 ; plusieurs universitaires allemands se rendirent en Russie au cours de l'année 1923 - l'un d'eux, le professeur berlinois Otto Hoetzsch, spécialiste des questions russes, y fut envoyé par la NGW pour préparer le terrain en vue d'une collaboration plus intense et plus régulière69. Friedrich Schmidt-Ott était favorable à l'idée d'établir des relations privilégiées avec la science soviétique ; la NGW, par conséquent, devint très active dans ce domaine70. Le VDH joua également un rôle important dans le développement des relations scientifiques avec les savants russes, et notamment dans la préparation de la participation allemande aux célébrations du bicentenaire de l'Académie des sciences russe en 192571.

  • 72 Voir Kretzchmar, 1966, 102.
  • 73 Otto Hoetzsch, dans un aide-mémoire présenté à l'Auswärtiges Amt le 19 janvier 1927, déclara qu'il (...)

29S'il s'agissait, pour les Soviétiques, de sortir de leur isolement et de se rattacher, par l'intermédiaire des Allemands, à un fragment de réseau de collaboration internationale, ils semblaient soucieux néanmoins et malgré le contexte plus général d'une solidarité politique sur le plan international, de diversifier autant que possible leurs contacts internationaux72. Du côté allemand, au contraire, on était déterminé à maintenir les collègues russes dans l'orbite de la science allemande73.

Le front commun

  • 74 "Gleichrichtung der Geister". Professeur Rothe, Recteur de la Technische Hochschule Charlottenburg (...)
  • 75 Le comité directeur de la Société zoologique allemande, par exemple, prit position contre une part (...)
  • 76 Eduard Meyer, par exemple, dans une réunion à 1'Auswärtiges Amt, insista avec force sur la nécessi (...)
  • 77 Procès-verbal d'une réunion à l'Auswärtiges Amt, le 6 février 1925, concernant l'attitude des univ (...)
  • 78 Voir supra, chapitre V, 176-177, 191-195. - Il faut souligner qu'en dépit des accusations dont il (...)

30Réseaux parallèles, politiques de la "chaise vide" ou représailles contre des étrangers étudiant en Allemagne, les consignes du "Contre-Boycott" n'avaient de chance de remporter quelque succès qu'à condition d'être uniformément respectées. Aussi l'harmonisation des esprits74, le maintien d'un front commun, furent-ils la préoccupation majeure des états-majors du "Contre-Boycott". En général, les milieux universitaires étaient animés d'un esprit qui ne devait guère inspirer d'inquiétude aux dirigeants du VDH : la majorité des sociétés savantes se conformaient manifestement, en matière de congrès internationaux, aux directives de l'Auslandsmerkblatt75. Mais si d'éminents professeurs, ultras de vieille date, persévéraient dans des attitudes qui, dans ce sens, étaient pleinement rassurantes76, des reprises de contact discrètes s'effectuaient ici et là de façon croissante et les animateurs du "Contre-Boycott" ne cessèrent d'être hantés par des visions de "trahison" et de "désertion". L'Auswürtiges Amt ayant accueilli défavorablement une suggestion selon laquelle un droit de regard devait être accordé au VDH sur la sélection d'universitaires pour des postes à l'étranger ou pour des voyages en général77, on s'efforça de trouver d'autres moyens garantissant à l'extérieur, dans un style conforme aux principes du "Contre-Boycott", la défense de la cause allemande. Désavouer ceux qui, aux yeux des irréductibles, professaient des opinions et prenaient des initiatives inappropriées, était un de ces moyens. Après avoir subordonné toute reprise de contact avec les milieux scientifiques des pays de l'Entente à la levée préalable du "Boycott" et aussi à la renonciation à la thèse sur la culpabilité allemande dans le déclenchement de la guerre, les dirigeants du "Contre-Boycott" pouvaient alors dénoncer les initiatives conciliatrices du côté allemand qui renonceraient à ce préalable comme des acceptions implicites de cette thèse. Si Einstein, membre de la Commission de coopération intellectuelle, était l'objet par excellence de telles dénonciations78, le VDH n'hésita pas à accorder son attention à des "déserteurs" moins illustres et leur donna, le cas échéant, une publicité appropriée. Quand, en 1925, l'économiste Gerhard von Schulze-Gaevernitz eut accepté le poste de chef de la section scientifique de l'Institut de coopération intellectuelle à Paris, le VDH se dépêcha de le désavouer (démocrate et républicain, Schulze-Gaevernitz avait été, de surcroît, partisan de la médiation wilsonienne) :

  • 79 Mitt. VDH, V (9-10), octobre 1925, 164-165.

Les autorités compétentes ainsi que les milieux universitaires n'ont pas été mis au courant de la nomination de M. de Schulze-Gaevernitz qui ne peut être considéré, par conséquent, comme un représentant élu ou reconnu du Gelehrtentum allemand. Aucune fraction de quelque importance ne l'appuie79.

  • 80 Constituée d'abord comme Arbeitsgemeinschaft der deutschen naturwissenschaftlichen Referaten-Organ (...)
  • 81 Karl Kerkhof avait accompagné Wilhelm Foerster lors de son voyage à Paris à l'automne 1920 (voir s (...)
  • 82 Lettre du 15 octobre 1921 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/2/IXD 4974).
  • 83 Ber Krieg gegen die deutsche Wissensahaft, Wittenberg, 1922; Internationale wissenschaftliche Kong (...)

31Les opérations du "Contre-Boycott" dépendaient, dans leur conception et leur déploiement, d'une information adéquate - rapide et complète. Si la presse, les revues spécialisées et, avant tout, les Mitteilungen des Verbandes der deutschen Hochschulen se chargeaient de la diffusion avec une efficacité remarquable, l'approvisionnement des rédactions en nouvelles et en documentation était pratiquement l'oeuvre d'un seul organisme : la Centrale pour l'information scientifique (Reichszentra für naturwissenschaftliche Berichterstattung). Créé en 1920 et relevant, jusqu'en 1926, du budget du ministère de l'Intérieur80, ce bureau avait pour principale fonction d'organiser la circulation rapide de publications scientifiques étrangères et de mettre en marche un service de réprographie rendant accessible aux chercheurs allemands une littérature que les bibliothèques n'étaient plus en mesure de tenir à jour. Le directeur de cet organisme, un fonctionnaire détaché du Bureau national des poids et mesures, assisté d'un personnel de soutien extrêmement limité donna bientôt à son activité une orientation très particulière : il mit la Reichszentrale entièrement au service du "Contre-Boycott". Son objectif principal était de sensibiliser le monde universitaire - mais aussi les ministères, les administrations, les élites politiques et l'opinion publique en général, au "Boycott" et à la nécessité d'une riposte vigoureuse et concertée Ne laissant échapper ni les graves offenses ni les humiliations mineures, sa vigilance fanatique allait chercher dans les recoins : les plus éloignés les preuves d'infamies anti-allemandes. Il ne semblait pas trop hésiter parfois à noircir le tableau, si les nuances de la réalité n'étaient pas assez sombres. Ce curieux personnage qui probablement tirait son énergie d'humiliations personnelles dont il ne s'était jamais remis81, occupait dans le : rouages de l'information une place qui donnait à son activité une portée disproportionnée. Source intarissable d'informations pour les publications universitaires et la presse quotidienne, pour le VDH et d'autres institutions académiques, pour les administrations de l'enseignement supérieur des Länder et les bureaucraties du gouvernement central, il était en même temps l'informateur principal de l'Auswärtiges Amt. Il avait offert ses services à ce ministère dès 192182, et pendant quelques années en effet, la Wilhelmstrasse contribua financièrement à la production des compilations commentées de Karl Kerkhof et les envoya pour information, aux missions diplomatiques allemandes à l'étranger83.

  • 84 Lettre du 2 février 1924 (AA KultAbt VIB KuW 359/40/et 724/24/).
  • 85 Le Plan Dawes, présenté au mois d'avril et mis en application le 1er septembre 1924, portait sur d (...)

32Au mois de février 1924, l'envoi d'une telle documentation compilée et commentée par Kerkhof sur les conséquences du "Boycott" fut pour la première fois, accompagné d'une mise en garde : les documents ne devaient pas être confiés ou montrés à des personnalités non allemandes, précisa la lettre de transmission, "l'exactitude des compilations n'étant pas entièrement vérifiée84". Ces scrupules soudains avaient-ils pour origine le seul souci de l'exactitude ? Les erreurs de Kerkhof accusaient une tendance très nette : tandis que des manifestations hostiles à l'Allemagne échappaient rarement à sa vigilance, il manquait le plus souvent de relever des manifestations conciliatrices, les jalons d'une normalisation progressive des relations scientifiques internationales. C'est ce genre particulier d'inexactitudes plutôt que l'inexactitude en soi qui, en février 1924, inquiétait la diplomatie allemande. Depuis le 14 janvier siégeait à Paris sous la présidence du banquier américain Charles Dawes, une commission internationale d'experts chargés d'apporter une solution à la débâcle financière de l'Allemagne et au problème des Réparations en général85. Au moment où la Ruhr toujours occupée et l'inflation galopante - la médiation américaine laissait entrevoir un répit, le gouvernement de Berlin n'avait pas le moindre intérêt à ce que la hargne dénonciatrice de Karl Kerkhof rappelât à l'étranger l'arrogance impénitente des professeurs allemands.

Notes

1 Schäfer, 1926, 243.

2 Voir infra, p. 263-269.

3 Preussische Akademie der Wissenschaften. Sitzungsberichte. Berlin, 1918, 993 ; voir aussi Hartmann, 1948, 32-33. - Les affirmations de ce genre abondent ; en 1921, Fritz Haber déclarait : "L'effondrement du pays en tant que puissance mondiale nous rappellera aujourd'hui comme demain, que notre existence nationale dépend de notre position de grande puissance intellectuelle (geistigeGrossmachtstellung) ; celle-ci est indissociable de nos activités scientifiques". (Haber, 1921, 172-173).

4 Adolf von Harnack dans un mémoire accompagnant une demande de subvention soumise conjointement par les académies allemandes au Reichstag en février 1920 (cité par Zierold, 1970, 4-8).

5 La science allemande - pouvait-on lire quelques années plus tard encore - "s'est maintenue comme facteur de puissance dont notre politique extérieure peut d'autant moins se passer… que d'autres facteurs de puissance ont disparu" (Riedner, 1926, 92).

6 Voir supra, 223, n. 4, et Schroeder-Gudehus, 1972, 537-570. D'innombrables exemples de cette façon de lier la science, facteur de puissance, à la nécessité d'investir les sommes nécessaires pour le maintien et le développement de ses institutions, se trouvent dans les interventions et les écrits du rapporteur pour les affaires culturelles et scientifiques à la Commission du budget du Reichstag, le prélat Georg Schreiber. Membre du parti catholique (Zentrum), il fut un défenseur éloquent et efficace des sciences et de la recherche, suscitant cependant, à cause de la puissance qu'il acquit et son sens très développé des relations publiques, une certaine réserve de l'Establishment universitaire traditionnel et - protestant. Pour ses prises de position, voir Schreiber, 1923 ; 1928 ; 1954. Ses articles de journaux (publiés notamment dans le quotidien de son parti, Germania) et ses interventions au Reichstag constituent une mine de renseignements. Sa bibliographie complète comprend 1184 titres (Schriftenverzeichnis, 1958).

7 Tout en soulignant que les universités étaient des citadelles de la réaction et que la classe ouvrière savait qu'à côté de la caste des officiers, l'Establishment universitaire (das offizielle Akademikertum) était son pire ennemi, l'extrême gauche omit rarement de saluer la Wissenschaft, dernier objet d'envie du monde à l'égard de l'Allemagne ; la science, selon la gauche, devait voir consacrer à son financement les milliards qu'allait engloutir chaque année le budget militaire ; la misère des instituts de recherche ne pouvait que retarder l'ascension du prolétariat (Dr Julius Moses, Verhandlungen desReichstags, 1920-1924, 268e séance du 16 novembre 1922, 357, 9003) ; d'autres déclarations sur l'alliance entre science et travailleurs furent faites, au cours du même débat, par exemple par le député communiste Heydemann, 9023.

8 Episode évoqué, par exemple, par Willstaetter, 1949, 252-254 266-268 ; voir aussi Max-Planck-Gesellschaft (1961), 376.

9 "Notre avenir sera déterminé par ce que nous accomplissons dans les 30 milliards d'heures de travail que notre peuple consacrera chaque année à l'économie mondiale. Notre avenir sera déterminé par la possibilité d'accroître la production par heure de travail. Ce rendement dépend entièrement de no : connaissances scientifiques et des capacités économiques qui sont basées sur ces connaissances." (Haber, 1927, 24).

10 Il n'y avait pratiquement pas d'organisme s'occupant de l'avancement de la science, de l'enseignement et de la recherche, auquel les dirigeants de l'industrie et du monde des affaires, les Wirtschaftsführer, n'étaient pas associés. A part la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft (voir infra, 241-242) et la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, il convient de mentionner les organisations suivantes : Justus-von-Liebig-Gesellschaft zur Förderung des chemischen Unterrichts (Carl Duisberg) ; Adolf-Baeyer-Gesellschaft zur Förderung der chemischen literatur (Carl Bosch) ; Emil-Fischer-Gesellschaft zur Förderung der chemischen Forschung (A. von Weinberg) ; Helmholtz-Gesellschaft zur Förderung der physikalisch-technischen Forschung (Karl Voegler).
Voir Schenck, 1930, et surtout Forman, 1974.

11 A titre de réparations, l'Allemagne devait livrer la moitié de ses stocks en produits colorants et pharmaceutiques et, jusqu'en 1925, un quart de sa production courante (Partie VIII, annexe VI). Les dispositions concernant le désarmement exposaient certaines usines au contrôle allié et faisaient peser sur d'autres le danger du démantèlement (Partie V, art. 168).

12 - Même si la part de l'Allemagne dans les exportations mondiales de produits chimiques devait atteindre, en 1932, un tiers du total (Levassort, 1951, 92) ; voir aussi Baldwin, 1958 ; et supra, chapitre II, 73, n. 24).

13 L'étude des civilisations et des systèmes politiques et sociaux étrangers prit d'ailleurs un grand essor : en effet, dans la connaissance de l'étranger on voyait avant tout un moyen permettant de défendre plus efficacement l'intérêt national. Les institutions spécialisées dans les études régionales (par exemple, les trois Instituts ibéroaméricains de Hambourg, Bonn et Wurzbourg, l'Institut néerlandais à Francfort et l'Institut Scandinave à Greifswald) se considéraient comme instruments de la politique étrangère dans les domaines culturel et économique.
Le champ des "Auslandsstudien" était d'ailleurs d'autant plus politisé que les ethnosociologues y introduisaient couramment les questions des minorités nationales, sujet hautement explosif depuis la redistribution territoriale qu'avaient entreprise les traités de paix (voir, par exemple, les travaux de Georg Schreiber dans le cadre de son Deutsches Institut für Auslandskunde, ainsi que Wehling, 1932 ; Magon, 1921. En 1917, les "Auslandsstudien" avaient fait l'objet d'un mémoire du Kultusministerium prussien dans lequel l'intérêt de ce domaine pour la politique étrangère avait été souligné (IMWKT, XI, 8, 1er février 1917, 513-532 ; voir aussi Harnack, 1917).

14 Voir, par exemple, Forman, 1973, 161-165) au sujet du mémoire d'Adolf Harnack de 1909.

15 Lenz, 1910, 78.

16 Privée de son ancienne position militaire et politique, il ne restait alors à l'Allemagne que de transmettre aux peuples de la terre ses valeurs intellectuelles et culturelles (Schreiber). Fréquemment, on soulignait avec pompe l'importance vitale de ces valeurs pour l'ensemble de la culture européenne ou même mondiale qui, sans les apports de la culture allemande, dépérirait (Schreiber, Verhandlungen des Reichstags, 1920-1924, 348, séance du 10 mars 1921, 2797 ; Niessen, 1931, xiii).

17 Plessner, 1959.

18 Voir supra, chapitre III, 105 et passim.

19 Friedrich Schmidt-Ott, président de la NGW, recommanda encore en 1926 une attitude réservée à l'endroit d'éventuelles ouvertures - la sauvegarde de la "dignité allemande" demeurant, à son avis, une condition sine qua non (Assemblée générale de la NGW, Munich, le 12 mars 1926 ; p.-v. in AA KultAbt VIIB KuW 608/2/). - Un an plus tard, en 1927, certains astronomes rejetaient avec indignation l'idée d'accepter l'invitation d'adhérer à l'Union astronomique internationale :
"… Il faut espérer", écrivit l'astronome berlinois Georg Struve dans un quotidien de la capitale, "qu'après avoir été écartés pendant sept ans et après avoir été traités comme des bannis, les astronomes allemands vont faire preuve de suffisamment de fierté et de caractère pour refuser catégoriquement (cette invitation). Nous ne voulons pas, après tout, jouer le rôle de laquais qui n'ont qu'à attendre dans l'antichambre que les seigneurs daignent les appeler…" ("Astronomie, Völkerhass, Deutsche Würde", Berliner Lokalanzeiger du 30 juillet 1927). Voir aussi Forman, 1973, 176, et annexe VI, infra, p. 326.

20 Walter Schücking - internationaliste pacifiste et éloigné au possible des jusqu'au-boutistes de la Vaterlandspartei - n'hésita pas à l'appeler la "bible des imbéciles (Bibel der Toren)" (Verhandlungen des Reichstags, 1920-1924, 356, 268e séance du 16 novembre 1922, 9021).

21 Dickmann, 1963, 87, mentionne que les délégués de la Conférence de Paris s'étonnèrent du fait que la délégation allemande avait choisi de contester la culpabilité exclusive de l'Allemagne, alors que, pour eux, ce point plus que tout autre était établi au-delà du moindre doute.

22 Une revue entière se consacra à cette question : Die Kriegsschuldfrage (Berlin, 1923-1928 ; à partir de 1929 : Berliner Monatshefte für internationale Aufklärung), - illustration spectaculaire de ces préoccupations, mais loin d'en être la seule.
A cause du grand nombre de problèmes inédits que soulevait son application et du désir de l'Allemagne d'en réduire le plus possible la rigueur, le Traité de Versailles engendra un essor considérable d'études internationales en Allemagne : deux Käiser-Wilhelm-Institute furent créés, l'un consacré aux recherches en droit international public, 1924, et l'autre au droit international privé, 1926. "Il était indispensable d'acquérir des connaissances très poussées dans ce domaine", indique, quarante ans plus tard, un aperçu historique, "parce que les normes du Traité ne pouvaient être comprises qu'en tenant compte de la mentalité des vainqueurs et des ordres juridiques étrangers dont elles portaient l'empreinte." ("Max-Planck-Institut für ausländisches und internationales Privatrecht in Hamburg", Max-Planck-Gesellschaft, 1961, 2, 644-661)- Voir aussi supra, 227, n. 13.

23 Voir, pour une discussion récente de la question Holborn, 1953, 138-145.

24 L'idée d'un "délai de purification" (Läuterungsfrist) était d'ailleurs dans l'air, - les conditions d'une admission ultérieure de l'Allemagne à la Société des nations en contiennent une trace très visible (voir aussi Troeltsch, "Das Schulddogma", Spektatorbrief du 19 juin 1919, 1924, 317.
Le lien entre une abolition éventuelle du "Boycott", un délai de "purification" et la manifestation de remords, a inspiré une littérature abondante. Ce fut là un thème fréquent des Conférences des académies des sciences interalliées de Londres et de Paris. Le Temps voulait surbordonner la question de la collaboration avec les savants allemands à la distance que ceux-ci prendraient à l'égard des crimes commis par leur gouvernement et leurs armées (du 23 décembre 1918). Lors de leurs réunions annuelles, les Unions consacraient généralement quelques remarques à l'exclusion des puissances centrales et aux conditions de leur éventuelle admission. Au cours des premières années, l'exigence d'une expression de remords occupait toujours une place importante ; d'autres organisations adoptèrent d'ailleurs la même pratique (voir, par exemple, le Congrès international d'histoire de la médecine de 1921, l'Etoile belge du 8 juillet 1921 ; le Congrès international d'ophtalmologie de 1922 ne voulait inviter des délégués allemands qu'à condition que ceux-ci se soumettent à l'examen d'une Commission inter-alliée qui essayerait d'établir jusqu'à quel point des ophtalmologues allemands avaient participé aux atrocités commises par les militaires allemands en Belgique ; Deutsche Optische Wochenschrift, 1921 (11) 195.

25 La réaction à l'exigence de "manifestations de remords" n'est pas difficile à imaginer. Hans Wehberg en fit l'expérience au printemps 1919. Le 14 avril, au nom de la Ligue allemande pour la Société des nations, il s'était adressé aux signataires de l'Appel des 93, leur suggérant de prendre leur distance à l'endroit des opinion auxquelles ils avaient cru pouvoir souscrire en octobre 1914. Wehberg espérait qu'une telle rétractation allait faciliter la reprise des relations intellectuelles internationales. La presse de droite se déchaîna aussitôt contre ce qu'elle qualifia de "servilité incorrigible". Seize des signataires déclarèrent devoir maintenir leur signature (dont Wilhelm Dörpfeld, Siegfried Wagner, Eduard Meyer, Max Lenz, Karl Robert, Adolf Schlatter, Friedrich von Duhn, Andreas Heusler). Dix-sept ne répondirent pas, dix-huit étaient décédés. La réaction des 42 autres était plus nuancée. Ils admettaient tous des erreurs, mais refusaient de se retracter publiquement, geste inutile et peu estimable. Aucun d'eux ne se fit reproche d'avoir pris la défense de la patrie, même si tous regrettèrent d'avoir autorisé l'apposition de leur signature sous un texte hâtivement rédigé, dont un certain nombre d'entre eux ne connaissaient même pas le contenu (Wehberg, 1920, passim).
En 1916 déjà, Max Planck avait fait parvenir à Hendrik A. Lorentz une lettre expliquant l'état d'esprit dans lequel le manifeste avait été signé (voir, supra, chapitre II, 81) ; voir aussi la lettre ouverte d'Adolf von Harnack à Clemenceau dans la Deutsche Allgemeine Zeitung du 6 novembre 1919.

26 "Il est tout à fait plausible", écrivit Georg Karo, "que ce sont ceux dont les compétences leur permettent de mesurer les possibilités illimitées dans un secteur aussi rentable, qui s'acharnent le plus violemment contre l'Allemagne…" (1925, 2).

27 International Research Council, 1919, 45, 130-145.

28 "2. Deutscher Hochschultag", Mitt. VDH, 2e numéro spécial, juillet 1921, 18 ; voir aussi Kerkhof, 1921, 232 ; Karo, 1919, 167.

29 Le rapport entre le haut niveau scientifique de l'Allemagne et son ancienne puissance économique était fréquemment évoqué dans la presse d'information et dans les publications spécialisées, où l'on discutait - généralement sans bienveillance - les perspectives d'une reprise des activités industrielles allemandes et la nécessité de tenir en échec ce potentiel dangereux (voir, par exemple, "German industry and the War" Nature, 102, des 26 septembre et 3 octobre 1918, 66-67, 85-88 ; 169, du 8 janvier 1920, 484).

30 "2. Deutscher Hochschultag", Mitt. VDH, I, premier numéro spécial, juin 1921, 18.

31 Karo, 1919, 167.

32 Rapport du Comité des affaires extérieures, lors du 4e Deutscher Hochschultag, Mitt. VDH, V (2), février 1925, 34.

33 Unabhängige Nationalkorrespondenz du 16 mai 1919 (cité dans Wehberg, 1920, 32-34).

34 Einstein à Lorentz, été 1919, cité par Forman, 1973, 177-178.

35 Mitt. VDH, I, 5, 1er février 1921, 48. Voir aussi Die Not der deutschen Wissensehaft, 1921.

36 Mitt. VDH, I, 5, 1er février 1921, 48. Voir aussi Die Not der deutschenWissenschaft, 1921.

37 "Einige Aeusserungen liber die wissenschaftliche Betätigung du Conseil international de recherches bezw. der diesem angegliederten Unionen, veranlasst von der mathematisch-physikalischen Klasse der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen" (AdW Berlin, VIa 17, 9, fol. 49) ; voir aussi Forman, 1973, 178.

38 Cannon et Field, 1945, passim.

39 Quand l'astronome Georg Struve, à peu près à la même époque (1927), exhorta ses collègues de refuser, au nom de la dignité allemande, l'invitation d'adhérer à l'Union astronomique internationale, il ne manqua pas de faire allusion au sacrifice que ce noble geste allait infliger à la profession ; il admettait, au contraire, que la communication d'observations, l'échange d'idées et d'opinions et une distribution abondante de la littérature astronomique étaient d'"une importance vitale pour la discipline" (voir supra, 229, n. 19).

40 Ainsi les directives de l'Auslandsausschuss du Verband der deutschen Hochschulen de 1923 déclaraient-elles que les universitaires allemands devaient s'abstenir de s'adresser à des collègues des pays de l'Entente pour obtenir des informations : "Il est plus important… de sauvegarder l'honneur et la dignité allemandes que de les sacrifier pour obtenir des informations scientifiques…" (voir infra, 244-245, et annexe VI, 326).

41 Voir à ce sujet Forman, 1973, 177-180.

42 Voir, par exemple, les comptes rendus des débats du Reichstag recensés dans Schreiber, 1958 ; Weber, Alfred, 1923 ; Schreiber, 1923 ; Die Not der wissenschaftlichen Arbeiter, 1921, et les mémoires de Schmidt-Ott, 1952, Willstaetter, 1958, Glum, 1964, Mendelssohn, 1973.

43 Voir à ce sujet, par exemple, Forman, 1967.

44 La Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft en constitue l'exemple le plus important. Jusqu'en 1918, ses activités étaient financées par les revenus des capitaux que les milieux industriels et financiers allemands avaient versés en 1911 ; l'Etat (prussien) n'avait fourni que les terrains nécessaires à la construction des instituts de recherche et s'était engagé à payer les salaires des directeurs de ces instituts par le budget du Kultusministerium. Les dons privés ayant été placés dans des valeurs à intérêt fixe, les revenus de ces placements étaient tombés à un niveau dérisoire au lendemain de la défaite. Voir aussi supra, chapitre I, 61-62.

45 L'article 10, al. 2, de la Constitution de Weimar permettait au gouvernement central de créer des lois cadres dans le domaine de l'éducation y compris l'enseignement supérieur avec plus de liberté que sous la constitution de 1871. Pour des raisons de politique intérieure - et budgétaire - cependant, le gouvernement central ne s'est guère servi de ces compétences. Voir à ce sujet Düwell, 1971. Sur la politique des sciences de la République de Weimar, voir Griewark, 1927.

46 Le Verband der deutschen Hochschulen (VDH) était composé de toutes les universités et Technische Hochschulen allemandes ; au cours des années suivantes, les Hautes Ecoles des sciences vétérinaires, d'agronomie et des mines y adhérèrent également.

47 La NGW fut créée comme société à but non lucratif, le 30 octobre 1920 ; elle était composée exclusivement de membres collectifs : les académies des sciences, la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, le VDH et quelques sociétés savantes importantes dont la Gesellschaft deutscher Naturforscher und Aerzte. Les fonds qu'elle distribuait chaque année à titre de subventions de recherche et de bourses étaient inscrits au budget du ministère de l'Intérieur (direction des Affaires culturelles), attribution qui devait être approuvée par le Reichstag. La proportion variait, mais à peu près un cinquième des fonds de la NGW provenaient de sources privées d'une fondation alimentée par les milieux industriels et d'affaires allemands et de donateurs étrangers. Voir infra, 242, n.50, et Nipperdey et Schmugge, 1970 ; Zierold, 1970 ; Richter, 1972 ; Schroeder-Gudehus, 1972.

48 Ses opinions personnelles le portaient sans doute plus à droite encore : ses deux fils avaient marché dans les rangs de la "Brigade Ehrhardt", appuyant le putsch du Generalland-schaftsdirektor Kapp en mars 1920 (Schmidt-Ott, 1952, 173 et passim).

49 Voir supra, chapitre V, 202-206.

50 Les contributions des milieux privés allemands canalisées par le Stifterverband der Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft, ne dépassaient pas, même dans les meilleures années, 3 pour cent du budget de la NGW (voir les travaux cités supra, 241, n. 47). L'économie privée se montrait en effet hésitante à subventionner des organismes qui ne lui garantissaient pas une influence suffisante quant à l'affectation de ses contributions. Elle préférait alors créer ses propres organisations ou encore subventionner la recherche d'une façon plus directe en finançant des Kaiser-Wilhelm-Institute, par exemple.
Pendant les premières années de l'existence de la NGW, les dons venant de l'étranger avaient un caractère d'action de secours très marqué : livres, périodiques, appareils, animaux de laboratoire, produits alimentaires. Peu à peu, l'allure caritative disparaissait. Une forte proportion des dons venaient des Etats-Unis (Rockefeller Foundation, Emergency Society for German and Austrian Science and Art, etc.), mais aussi d'autres pays (le fonds Assiz-Chateaubriand du Brésil ; le fonds Hoshi du Japon) ; voir à ce sujet les rapports annuels (Berichte) de la NGW.

51 Treize des vingt universités allemandes étaient situées en territoire prussien ; le gouvernement de la Prusse exerçait donc une influence prédominante sur la gestion et le développement de l'enseignement supérieur dans toute l'Allemagne.

52 La littérature consacrée à la République de Weimar et l'orientation politique de ses élites intellectuelles est abondante ; nous ne pouvons ici mentionner que quelques sources et travaux portant tout particulièrement sur le monde universitaire. Parmi les critiques contemporains Troeltsch, 1924 et Radbruch et Meinecke, 1926 sont essentiels ; voir aussi les études récentes suivantes : Mommsen, 1959 ; Bleuel, 1968 ; Ringer, 1969 ; Töpner, 1970 ; Forman, 1971 ; Schroeder-Gudehus, 1972.

53 "Verhandlungen des 2. Hochschultages, 1921", Mitt. VDH, I 2e numéro spécial), juillet 1921, 20.

54 Mitt. VDH, I (3e numéro spécial), septembre 1921, 44. La collaboration avec les universités autrichiennes était très étroite, bien que celles-ci n'eussent pas le droit de faire partie du VDH.

55 Karo, 1925, 3-4.

56 Voir annexe VI, infra, 326.

57 Dans un compte rendu de la réunion de la Commission électrotechnique internationale des 20-26 novembre 1922, la Revue générale de l'électricité (XII du 2 décembre 1922, 874) relève que les cinq spécialistes allemands n'avaient pas participé aux séances de plein droit, mais en tant qu'invités personnels des délégués suisses. - Il semble - pour mentionner un autre exemple - que l'éditeur des Tables annuelles des constantes et données numériques de chimie, physique et technologie réitéra, en 1926-1927, une offre qu'il avait déjà faite aux collaborateurs allemands en 1916, à savoir de continuer leur collaboration de façon anonyme (Mémoire de Karl Scheel du 2 février 1928 ; AdW Berlin, fol. 50). Voir aussi la dénonciation de cette pratique par le quatrième Hochschultag (janvier 1925), Mitt. VDH, V (2), février 1925, 49.

58 Voir infra, 246-253, et chapitre VII, passim.

59 - bien que le Cartel continuât d'affirmer sa détermination de continuer les travaux de l'Association (Rothbarth, 1931, 7 ; Meister, 1947, 155, 179).

60 Karo, 1919, 166.

61 Voir supra, chapitre III, 143-144.

62 On peut citer à titre d'exemple la constitution d'un groupe de travail international dans le domaine de la météorologie en 1921 ; ce groupe fut constitué sur l'initiative allemande avec la participation de pays neutres d'Europe (Rapport de H. Hergesell au Kultusministerium prussien sur la réunion du 21 juillet 1921 ; AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/1/). Une Association internationale de limnologie théorique et appliquée fut fondée lors d'un congrès qui eut lieu en Allemagne en 1922. Deux tiers des sociétés membres étaient de pays dont les institutions scientifiques nationales avaient adhéré au CIR (Mitt. VDH, II (21), 21 novembre 1922, 275-276).

63 Voir, par exemple, Schädel, 1921 ; "Wissenschaftlicher Austausch zwischen Deutschland und Argentinien", Mitt. VDH, II (4), 15 février 1922, 50-52.

64 Paul Forman cite l'exemple hautement révélateur de l'Elektrophysik-Ausschuss, organisme créé en 1923 dans le cadre de la NGW ; sa fonction était de distribuer des fonds que trois firmes (General Electric, AEG et Siemens-Halske) mettaient à la disposition de la recherche dans ce domaine. Quand, en 1926, des discussions furent engagées pour décider de l'avenir de ce comité, l'intérêt du négociateur allemand, Fritz Haber, ne portait pas en premier lieu sur la substance de l'engagement, à savoir le montant des subventions ou les programmes de recherche à financer, mais sur le maintien des structures, le maintien de l'entente internationale formelle en tant que telle, "pour consolider entre les deux pays les liens que l'aide américaine avait crées" (cité d'après Forman, 1973, 175").

65 Voir, par exemple, Castellan, 1954 ; Wheeler-Bennet, 1946 ; Freund, 1957.

66 Les membres du Comité exécutif du CIR avaient décidé d'"agir dans cette question avec la même prudence que (leurs) gouvernements" (Picard à Schuster, le 1er janvier 1919, RS 540).

67 Les accords du 16 avril 1922, conclus en marge de la Conférence de Gênes, rétablissaient les relations diplomatiques entre les deux pays qui renonçaient simultanément aux dettes de guerre et aux réparations pour dommages militaires. Les deux pays s'accordaient, en plus, dans leur relations commerciales et économiques le traitement de la nation la plus favorisée.

68 Voir Berichte der Deutschen Chemischen Gesellschaft, 55-A, 1922, 17 juin 1922, 107-109; Ipatieff, 1946, 355, 505-506; Schützler, 1960, Winter, 1963.

69 Voir, par exemple, Schmidt-Ott, 1952, 169-170, 217-247.

70 Voir les Berichte de la NGW, notamment V (1926), 127 ; VII, 1928, 173.

71 Ludloff, 1956-1957, et les travaux cités supra, n. 68. Les relations germano-soviétiques furent marquées par d'autres manifestations importantes avant que l'avènement du national-socialisme y mette fin. Il convient de mentionner notamment la "Semaine de la recherche scientifique russe" (Russische Naturforscherwoche) de 1927 (voir Schützler, 1960 et Kretzschmar, 1966), la "Semaine de l'historiographie soviétique" de 1928 et la "Semaine germano-soviétique de recherches médicales". Voir aussi, Grau, 1966.

72 Voir Kretzchmar, 1966, 102.

73 Otto Hoetzsch, dans un aide-mémoire présenté à l'Auswärtiges Amt le 19 janvier 1927, déclara qu'il considérait comme son devoir "de maintenir l'avance que (l'Allemagne) s'était assurée en rétablissant plus tôt que d'autres pays, les relations politiques avec la Russie soviétique, et de mettre cette avance à profit également dans le domaine scientifique" (cité dans Kretzschmar, 1966, 102).
Pour empêcher que les collègues russes ne cèdent à une éventuelle attraction que pouvait exercer sur eux la science des grandes démocraties occidentales, un des éditeurs d'une grande revue scientifique allemande n'hésita pas à recommander pour les articles de savants soviétiques des critères d'acceptation moins rigoureux que ceux qui étaient normalement appliqués (Lubarsch, 1931, 369).
Depuis 1922, la Referatenliteratur allemande avait retrouvé un marché en Russie (Die deutsche Wissenschaft und das Ausland, 1925, 11.

74 "Gleichrichtung der Geister". Professeur Rothe, Recteur de la Technische Hochschule Charlottenburg, lors d'une réunion du VDH, le 9 décembre 1921, (Mitt, VDH, II (1), janvier 1922, 34).

75 Le comité directeur de la Société zoologique allemande, par exemple, prit position contre une participation de ses membres à une réunion scientifique prévue à Oxford, considérant comme injurieux le fait que certaines sociétés savantes anglaises aient voté pour déterminer si les collègues allemands seraient invités ou pas (Mitt. VDH, V (11-12), décembre 1925, 185). La Société allemande de chirurgie informa l'Auswärtiges Amt qu'elle n'avait pas participé aux réunions internationales de 1924 et 1925 ; qu'elle ne comptait pas y participer à l'avenir, ni même demander une invitation à titre égal, aussi longtemps que le "Boycott" ne serait pas aboli (lettre du 10 août 1926, AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/).
E. Kohlschütter, directeur de l'Institut géodésique de Potsdam, avait accepté de collaborer à la revue publiée par la Ligue des sociétés de la Croix-Rouge (Matériaux pour l’étude des calamités), à condition que les abstracts des articles paraissent non seulement en anglais et en français mais aussi en allemand (Mitt. VDH, V (5), mai 1925, 100-101).

76 Eduard Meyer, par exemple, dans une réunion à 1'Auswärtiges Amt, insista avec force sur la nécessité d'exiger, avant d'établir des contacts personnels avec des collègues étrangers, un désaveu formel des clauses du "Boycott" (p.-v. de la réunion du 6 février 1925, AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/-1941/25).

77 Procès-verbal d'une réunion à l'Auswärtiges Amt, le 6 février 1925, concernant l'attitude des universitaires allemands à l'égard de l'étranger ; le haut-fonctionnaire qui avait convoqué la réunion déclara qu'il était impossible d'envisager un "refus de passeport pour voyages inopportuns" (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3/-1941/25). Voir aussi Gast, 1921, 21.

78 Voir supra, chapitre V, 176-177, 191-195. - Il faut souligner qu'en dépit des accusations dont il fut l'objet, il aurait été difficile de reprocher à Einstein une attitude déloyale à l'égard de ses collègues allemands. Ainsi, en 1923 déclina-t-il l'invitation de se rendre à la première Conférence Solvay qui eut lieu après la guerre. Il serait mal venu, écrivit-il à Lorentz (et plus tard, dans le même sens, à Marie Curie), de participer à une réunion dont ses collègues allemands étaient exclus ; il ne voulait pas se rendre complice ainsi d'une action qu'il considérait personnellement comme injuste. En 1926, quand les Allemands étaient à nouveau admis, Einstein participa à la Conférence (voir Nathan et Norden, 1968, 63-65).

79 Mitt. VDH, V (9-10), octobre 1925, 164-165.

80 Constituée d'abord comme Arbeitsgemeinschaft der deutschen naturwissenschaftlichen Referaten-Organe, la Zentrale relevait de la direction des Affaires culturelles du Reichsinnenministerium. De 1926 à 1945, elle était financée à même le budget de la NGW ("Die Reichzentrale…", 436).

81 Karl Kerkhof avait accompagné Wilhelm Foerster lors de son voyage à Paris à l'automne 1920 (voir supra, chapitre IV, 135, n. 4). Vingt ans plus tard encore, dans un article publié en 1939, Kerkhof interpréta le "Contre-Boycott" non pas en fonction du relèvement de la puissance scientifique allemande, mais en fonction des événements humiliants qui s'étaient déroulés au sein des organisations maintenues en vertu de l'art. 282 du Traité de Versailles (scil. le Comité international des poids et mesures). Sa haine des Français et son attitude irréductible dans les questions de poids et de mesures semblent confirmer les ressources secrètes de son engagement pour le "Contre-Boycott" (il s'opposait catégoriquement, par exemple, à ce que les unités de mesure électriques fussent incluses dans la Convention du mètre, et ceci pour des raisons politiques, écrivit-il à l'Auswärtiges Amt. même si, comme il était selon lui à prévoir, le ministère de l'Economie y était favorable). AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/2/).

82 Lettre du 15 octobre 1921 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/2/IXD 4974).

83 Ber Krieg gegen die deutsche Wissensahaft, Wittenberg, 1922; Internationale wissenschaftliche Kongresse, 1922- 1923, Berlin, 1923; Die deutsehe Wissensahaft und das Ausland, Berlin, 1925.

84 Lettre du 2 février 1924 (AA KultAbt VIB KuW 359/40/et 724/24/).

85 Le Plan Dawes, présenté au mois d'avril et mis en application le 1er septembre 1924, portait sur de nouvelles modalités de paiement des réparations et permit - grâce aussi à un prêt de 800 millions de mark-or consenti à l'Allemagne - de stabiliser sa monnaie. Bien que - par rapport surtout à l'"état des paiements" de 1921 - le Plan Dawes comportât des avantages très nets pour l'Allemagne, son acceptation fut violemment combattue par la Droite.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search