Version classiqueVersion mobile

Les scientifiques et la paix

 | 
Brigitte Schroeder-Gudehus

Un nouvel ordre

Chapitre V. La société des esprits : la coopération intellectuelle dans le cadre de la société des nations

Texte intégral

  • 1 Chevalier, 1934, 175.

Les esprits les plus prestigieux de l'Europe - qu'ont-ils à offrir ? La formulation, au moment opportun, d'appels à la morale, à la liberté de la pensée, à la pureté de l'art, à la vie dans les sphères de l'esprit Dehors, dans le monde, des millions d'êtres humains réclament du pain, un abri, le droit de vivre. Et ces messieurs, tout rayonnant dans leur distinction de manières et de pensée, reprochent alors aux masses leur engouement pour le bien-être matériel…1

  • 2 Soehring, 1927, 24.
  • 3 Si les auteurs admettent, en général, l'échec des efforts de la "Coopération intellectuelle", ils (...)
  • 4 Needham, 1945 ; (voir supra, p. 16-17.

1En 1934, au moment où ces propos railleurs étaient lancés à la Commission internationale de coopération intellectuelle (CICI), celle-ci avait depuis longtemps surmonté les difficultés des premières années. Elle voyait son prestige relativement consolidé - pour peu de temps, hélas ! car le monde se trouvait déjà au seuil des années sombres au cours desquelles le respect de la solidarité internationale allait poser aux gouvernements et aux peuples des problèmes d'une toute autre gravité. Mais même pendant les quelques années de popularité relative qu'il faut porter à son crédit, les critiques à l'égard de la Commission ne s'étaient jamais complètement tues. Malgré sa méchanceté un peu facile, la raillerie du journaliste américain se situait dans la ligne du scepticisme auquel la Commission avait dû faire face depuis sa création, à savoir qu'elle n'était qu'une "sympathique arabesque2", Quand, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, il s'agissait de situer historiquement l'entreprise de l'UNESCO et surtout de se réclamer, pour en imposer une certaine conception, d'une tradition déjà établie, l'oeuvre de la "Coopération intellectuelle" fut à nouveau mise en vedette. Elle bénéficie depuis de quelques remarques respectueuses mais généralement sommaires, chaque fois que les origines de l'UNESCO sont évoquées3. Il ne peut faire de doute que la Commission et l'Institut de coopération intellectuelle ont été les prédécesseurs de l'organisation actuelle. Ils furent jugés avec moins d'indulgence par les milieux scientifiques qui, en 1944 à Londres, intervenaient énergiquement dans les travaux préparatoires pour l'UNESCO afin d'assurer que la science se trouvât en termes au moins égaux avec l'éducation et la culture parmi les préoccupations de cette nouvelle organisation. Joseph Needham, dans le mémorandum cité plus haut, reprochait à la "Coopération intellectuelle", dominée par des "littéraires", son indifférence à l'égard de la science, son incapacité d'assumer des tâches ou de développer des activités concrètes pertinentes pour les scientifiques de l'époque4. Est-il injuste ? La réalité est certes plus complexe. Les expériences malheureuses de la "Coopération intellectuelle" avec la coopération scientifique font l'objet de ce chapitre - expériences malheureuses et, en même temps, éminemment éclairantes. Elles démontrent, une fois de plus, la primauté du politique sur le scientifique, et le caractère illusoire de la promesse fonctionnaliste.

Fondements et objectifs

Les étapes

  • 5 Voir, par exemple, Chickering, 1975, 327-383.
  • 6 Voir Pham-Ti, 1962, 17-18 ; Otlet, 1919, 1921. La proposition de créer un "Bureau international de (...)
  • 7 Première assemblée, 1920, P.-v. des séances plénières, 31e séance du 18 décembre 1920, 758.

2La coopération internationale dans le domaine intellectuel avait fait l'objet d'un certain nombre de propositions soumises, en 1919, à la Conférence de la paix. L'éducation des peuples occupait généralement une place importante dans les programmes des sociétés de paix qui s'étaient créées en grand nombre depuis la fin du XIXe siècle dans les pays qui se trouvaient, en 1919, du côté de la victoire. Ces sociétés véhiculaient la conviction que les nations étaient fondamentalement solidaires et que la coopération - et non l'affrontement - constituait le mode de fonctionnement des sociétés évoluées, le critère du progrès accompli5. Il est évident que la Société des nations présentait, pour ce courant d'idées, le terrain par excellence pour mettre en pratique cette grande oeuvre éducative. La nouvelle organisation était certes tributaire des programmes de l'internationalisme en ce qui concerne les instruments juridiques de maintien de la paix, mais on n'avait manifestement pas su convaincre les auteurs du Pacte du caractère urgent des tâches éducatives et de la mise en place de l'outil par excellence de cette éducation : des mécanismes de coopération internationale dans le domaine intellectuel et culturel. En fait, le Pacte ne faisait aucune mention d'un programme de coopération intellectuelle. Les institutions de la Société des nations (SdN) étaient à peine en place que la question allait néanmoins réapparaître6. Apparemment, les groupes intéressés trouvaient chez les délégués de l'Assemblée des oreilles plus attentives que jadis à la Conférence de la paix : le 18 décembre 1920, l'Assemblée adopta à l'unanimité une proposition invitant le Conseil à lui exposer en détail, lors de la prochaine session prévue pour le mois de septembre 1921, son point de vue sur la collaboration internationale dans le domaine intellectuel et sur les tâches qui pourraient lui incomber dans la formation et le développement d'un esprit d'entente et de collaboration mondiale. Le Conseil était également invité à se prononcer sur l'opportunité de créer, dans le cadre de la SdN, un organisme technique auquel ces questions seraient alors référées7.

  • 8 Voir au sujet de l'interprétation des articles 23 et 24 du Pacte, Ghebali, 1972.
  • 9 A la demande du Conseil, le Secrétariat produisit deux mémoires "L'activité éducative et l'organis (...)

3Tout en affirmant sa compétence en la matière8, le Conseil manoeuvra sans empressement particulier. Dans le rapport qu'il soumit à l'Assemblée de 1921, il souleva entre autres la question de savoir si une organisation déjà existante (comme l'Union des associations internationales) devrait présider aux destinées de la future coopération intellectuelle internationale, ou s'il n'était pas préférable de mettre sur pied un nouvel organisme (question qui ne fut d'ailleurs pas tranchée dans l'immédiat). Le Conseil se dit convaincu qu'une étude plus approfondie était nécessaire avant qu'il ne soit possible - d'évaluer correctement la portée d'une initiative éventuelle de la SdN sur les efforts de regroupement et de coordination des activités intellectuelles - efforts traditionnels ou récents d'ailleurs - qui se poursuivaient un peu partout sur le plan international9.

  • 10 Deuxième assemblée, 1921, P.-v. des séances plénières, 15 séance du 21 septembre 1921, 313.

4Le projet de résolution que le Conseil soumit à la deuxième Assemblée et que celle-ci adopta dans sa séance du 21 septembre 1921, n'offrait donc qu'un statut assez provisoire à la future "Commission pour l'étude des questions internationales de coopération intellectuelle et d'éducation". Avant de voter en faveur de ce projet, l'Assemblée l'avait d'ailleurs modifié de façon significative, puisque toute référence à l'éducation avait été supprimée du nom et de l'énumération des aires de compétence attribuées à la Commission, qui de toute façon n'avait qu'une fonction consultative. La résolution lui attribua une première tâche qui était d'élaborer, à l'intention de la troisième Assemblée, un aperçu des mesures que la SdN pourrait prendre le cas échéant en vue de promouvoir des échanges intellectuels internationaux ; elle devait plus particulièrement étudier le domaine de l'information scientifique et universitaire10.

  • 11 D.N. Bannerjea (Inde), professeur d'économie politique à l'université de Calcutta ; H. Bergson (Fr (...)

5Les membres de la commission - au nombre de douze - devaient être nommés par le Conseil. Ils ne devaient pas être considérés comme représentants de leur pays d'origine, et encore moins de leur gouvernement. Le Conseil les choisissait à titre personnel et selon l'unique critère de leur renommée exceptionnelle11.

  • 12 Reynold, 1963, 390 ; voir aussi Journal officiel de la SdN, III, 2, février 1922, 175.

6La Commission internationale de coopération intellectuelle se réunit pour la première fois à Geneve, du 1er au 15 août 1922. Henri Bergson fut élu à la présidence, et l'helléniste Gilbert Murray au poste de président suppléant ; l'historien suisse Gonzague de Reynold devint rapporteur. Albert Einstein s'était fait excuser. Le Conseil soumit trois questions à l'attention de la Commission : la reprise et le développement des échanges internationaux entre les universités, la reprise et le développement des relations scientifiques internationales et les possibilités d'amélioration dans le domaine de la bibliographie scientifique. La Commission, dans ses délibérations, dépassa très vite le cadre de cette mission - cadre que le Conseil n'avait d'ailleurs probablement pas voulu tracer d'une façon limitative12. Aussi prit-elle, entre autres décisions, celle de mener une enquête sur la situation de la vie intellectuelle dans les pays européens. Mais limitée comme elle l'était à une seule réunion annuelle d'une semaine environ, la Commission décida qu'elle instituerait des sous-commissions auxquelles elle confierait l'étude préliminaire des problèmes qu'elle aurait retenus. Ainsi furent créées entre autres les sous-commissions de la bibliographie, des droits intellectuels, des relations universitaires.

  • 13 Toute allusion à un délai était, cette fois, omise ; la CICI pouvait alors se considérer comme aya (...)
  • 14 P.-v. des sessions du conseil, 32e session, 11e séance du 13 décembre 1924, 157 (rapport Briand, 2 (...)

7Le compte rendu de cette première réunion de la CICI fut soumis au Conseil qui le déposa devant la troisième Assemblée (1922). Celle-ci l'adopta, invitant la Commission à poursuivre son travail en ce sens13. Son existence fut, de plus, stabilisée par le fait qu'elle obtint un budget ; les sommes allouées étaient cependant trop dérisoires pour lui permettre de s'engager dans des activités de grande envergure. Cette situation financière étriquée s'améliora deux ans plus tard grâce à une offre du gouvernement français : la France devait mettre un institut à la disposition de la "Coopération intellectuelle" ; de plus, elle se déclarait prête à en assumer les frais de fonctionnement. Le Conseil de la SdN accepta l'offre en décembre 192414 ; les chambres françaises allouaient les crédits nécessaires l'été suivant et, le 16 janvier 1926, l'Institut international de coopération intellectuelle (IICI) fut officiellement inauguré à Paris.

  • 15 Elle dépendait, pour le soutien administratif, de la direction des Bureaux internationaux. Depuis (...)
  • 16 Voir au sujet de l'évolution ultérieure des rapports entre la Commission et l'Institut et des acti (...)

8Théoriquement, cet Institut aurait dû constituer une sorte d'"organe exécutif" de la CICI. Mais l'ampleur de son champ d'action et la permanence de son activité, surtout lorsqu'on le comparait aux réunions espacées de la Commission, firent évoluer la situation à l'avantage de l'Institut. En dépit de réaménagements structurels tentés à plusieurs reprises, c'est vers Paris et l'Institut que gravitaient les questions quotidiennes de la coopération intellectuelle et non en direction de la Commission15. Les pouvoirs de la Commission étaient d'ailleurs limités par sa nature juridique : son statut était celui d'une commission permanente consultative et, par conséquent, elle demeurait soumise au contrôle des organes politiques de la SdN. Ses rapports et ses projets devaient être approuvés par le Conseil et par l'Assemblée ; en particulier il lui était interdit de traiter directement avec des gouvernements intéressés, à moins d'y avoir été expressément autorisée. Avant la réforme de 1930, la CICI ne disposait même pas de son propre secrétariat, mais devait s'en remettre aux services du Secrétariat général de la SdN16.

  • 17 Voir infra, 207-209, 213 ; voir aussi les remarques de H.A. Lorentz au sujet des difficultés que l (...)
  • 18 Henri Bergson voyait dans les Commissions nationales les porte-parole tout désignés de l'idéal de (...)

9En pratique, la collaboration entre la CICI et les milieux intéressés dans les différents pays s'organisait de manière plus souple par la mise sur pied plus ou moins spontanée de "Commissions nationales de coopération intellectuelle17". On entendait s'acquitter de façon plus simple et plus rapide des tâches d'information et de coordination par l'intermédiaire de ces organismes privés ou semi-officiels18 plutôt qu'en passant par les administrations compétentes des gouvernements.

  • 19 Pour l'histoire des années ultérieures de la "Coopération intellectuelle", voir - à part la littér (...)

10Le réseau de coopération intellectuelle internationale, appuyé sur la Commission à Genève, puis surtout l'Institut à Paris et, à un moindre degré, les Commissions nationales, n'acquit pourtant jamais dans le système de la SdN, la signification que ces initiateurs avaient prévue et que ses promoteurs s'obstinaient - et s'obstinent - à lui attribuer. A la fin des années 30, la "Coopération intellectuelle", comme la SdN d'ailleurs, était largement dépassée par les événements19. Dans l'ensemble, le bilan de ses efforts est maigre. Sans doute, même les observateurs les plus bienveillants admettent généralement que les résultats de la "Coopération intellectuelle" ont été décevants, et ils en attribuent la responsabilité surtout à l'absence de ressources financières adéquates et à la montée des idéologies totalitaires, tout incompatibles qu'elles fussent avec l'idéal humanitaire et universaliste de la "Coopération intellectuelle". Or, dès 1922 et bien avant que l'atmosphère internationale ne se détériorât sous leur influence, l'entreprise de la CICI se heurtait déjà à des difficultés qui ne venaient point de l'extérieur.

Le mandat

11Les tâches de la "Coopération internationale" peuvent être résumées en trois catégories principales :

  1. favoriser la solidarité internationale et l'esprit de coopération ;
  2. faciliter les relations internationales dans le domaine de la recherche scientifique - l'activité scientifique étant la démonstration par excellence de l'éthique universaliste ;
  3. contribuer à assurer le prestige du travail intellectuel et, partant, la sécurité matérielle de ceux qui s'y livrent.
  • 20 Sur les idées de Léon Bourgeois, voir par exemple son ouvrage l'Oeuvre de la Société des nations, (...)

12Le programme était donc vaste et ambitieux : du rapprochement entre les peuples à la défense d'intérêts professionnels. L'engagement internationaliste tenait une place de premier plan. Cela ne peut surprendre : si la SdN s'intéressait finalement à ces problèmes, ce fut en partie la conséquence de pressions incessantes qu'exerçaient sur elle les personnalités et les groupes qui étaient des promoteurs de l'internationalisme. Le rôle de Léon Bourgeois, champion du solidarisme, internationaliste et délégué de la France aux organes de la SdN20, était ici également déterminant : auteur de la résolution adoptée par la première Assemblée en 1920, il vouait au sort de la CICI une attention particulière.

  • 21 Voir le mémoire du Secrétariat général, "L'activité éducative…", loc. cit., 404 (voir supra, p. 16 (...)
  • 22 Ils ne furent d'ailleurs plus invités par la suite. Henri Bergson ne considérait pas comme opportu (...)

13Parmi les milieux et les groupes qui avaient essayé d'éveiller l'intérêt de la SdN pour la coopération dans les domaines intellectuel et culturel, aucun n'avait été aussi inlassable que l'Union des associations internationales de Bruxelles - et ceci tant de l'extérieur que de l'intérieur, car son secrétaire général, le sénateur Henri Lafontaine, siégeait comme délégué belge à l'Assemblée de la SdN. Il était devenu, de surcroît, rapporteur de la deuxième Commission chargée d'étudier la question de la coopération intellectuelle au cours de la première Assemblée en 1920. Un des mémoires du Secrétariat de la SdN, rédigé à cette époque, fut d'ailleurs entièrement consacré à cette association, et il semblait qu'on la considérait alors comme une base de départ pour une éventuelle activité de la SdN dans ce domaine21. Une année plus tard, elle était résolument écartée : elle n'avait aucun délégué, ni parmi les douze membres de la CICI, ni dans aucune des sous-commissions. Ses secrétaires généraux - Henri Lafontaine et Paul Otlet - ne furent invités qu'à quelques sessions de la sous-commission de la bibliographie, en qualité de délégués de l'Institut international de bibliographie (un organe de l'Union des associations internationales) - et cela après de vigoureuses protestations de leur part22.

  • 23 Otlet, 1923, 15. - L'amertume des dirigeants de l’Union des associations internationales était à s (...)

Oh ! Ironie !, écrivait Paul Otlet en janvier 1923.
Voici une commission chargée de provoquer la coopération qui commence par écarter un groupe de collaborateurs actifs et prélude à ses travaux par un acte de non-coopération !23

  • 24 Voir infra 181-183. Pour l'estime peu élevé dans lequel on tenait l'Union des associations interna (...)
  • 25 Voir ses articles dans la Revue générale (1922a) et dans la Revue de Genève (1922b). Hanté par la (...)

14Pourtant, de toutes les organisations de l'avant-guerre, l'Union des associations internationales semblait, par sa philosophie et par ses objectifs, se rapprocher de la coopération intellectuelle envisagée dans le cadre de la SdN. Aussi sa mise hors-circuit peut-elle surprendre. Soupçonnait-on les deux fondateurs de l'Union de comploter l'annexion de la "Coopération intellectuelle" parce qu'ils avaient plaidé énergiquement auprès de la SdN pour que cette dernière reconnaisse leur organisation ou au moins s'engage dans quelque association organique avec elle ? Hésitait-on à se lier à une entreprise trop idéaliste, ambitieuse - c'est-à-dire coûteuse - comme celle que dirigeaient messieurs Lafontaine et Otlet, pacifistes convaincus ? Redoutait-on une revanche tardive de Bruxelles - candidate malheureuse au siège de la SdN - à l'endroit de sa rivale genevoise plus heureuse ? Ce qui était sans doute déterminant, était le fait que, dès le début, les initiateurs français du projet travaillaient pour une "solution parisienne24". Finalement, l'orientation laïque très arrêtée de l'organisation bruxelloise semble avoir suscité de la méfiance ou même, comme ce fut le cas pour le rapporteur de la CICI, une opposition déclarée. Si tout le monde ne partageait pas les vues extrêmes de Gonzague de Reynold25, il était évident que la CICI avait intérêt à éviter tout lien qui l'aurait associée aux yeux du public, avec des libres penseurs aussi déterminés. Elle se trouvait dans une situation délicate à cet égard.

  • 26 Voir infra, 180-181.
  • 27 Selon Bergson, l'absence d'une définition officielle était délibérée, afin de laisser à la Commiss (...)

15Personne ne pouvait méconnaître le fait que d'un pays à l'autre, l'idée de la "Coopération intellectuelle" suscitait des échos très différents. Les réactions, par exemple, des délégués au cours des Assemblées de 1920 et de 1921, et notamment les discussions conduisant finalement à l'abandon, parmi les aires de compétence de la CICI, du secteur de l'éducation, n'avaient pu laisser le moindre doute à ce sujet. Et les résistances allaient en s'aggravant26. A l'intérieur même de la Commission, on ne pouvait sérieusement s'attendre à ce qu'un accord sur une définition précise de la "Coopération intellectuelle" - de ses fondements et de son contenu - s'établisse entre des personnalités appartenant à des familles politiques très différentes. Si Albert Einstein, le pacifiste, semblait envisager beaucoup de problèmes de la même manière que Gilbert Murray, l'accord était difficile entre lui et Gonzague de Reynold, l'ultramontain. Einstein se prononçait avec Marie Curie en faveur de positions nettes et de décisions sans détour que le président Bergson, justement, essayait d'éviter le plus possible, non seulement parce que sa sensibilité et son tempérament personnels l'y portaient, mais parce qu'il avait une conscience aiguë des difficultés sur le parcours de la CICI. Comme la "Coopération intellectuelle" devait s'accommoder, à l'intérieur et à l'extérieur de la Commission, des visions très différentes de sa finalité, la solution était alors de réduire les considérations fondamentales à ce qu'il pouvait y avoir de plus général. C'est pourquoi aussi, le Conseil n'avait pas énoncé une définition précise de cette "Coopération intellectuelle27" et que l'on semblait renoncer, au sein de la CICI, à approfondir le sujet :

  • 28 CICI, P.-v. de la deuxième session, première séance du 26 juillet 1923, 7.

Il a été entendu tacitement, déclara Henri Bergson en rendant compte de la première session, que l'on éviterait tout sujet de discussion irritant, tout ce qui diviserait la Commission sur les questions de principe. Ce qui est essentiel, en effet, c'est que l'accord se fasse sur les actes et dans les applications28.

  • 29 Voir supra, 162, n. 3.

16Ainsi la tendance à se rabattre sur des tâches modestes et terre-à-terre, tendance qui caractérisait les activités de la Commission, n'était pas uniquement la conséquence d'une évaluation réaliste de ses ressources financières. Tout indique, au contraire, que cette activité affairée autour de projets de nature technique, voire auxiliaire, était aussi destinée à voiler les désaccords potentiels sur des aspects plus fondamentaux de la mission de la "Coopération intellectuelle". En pratique, les premiers travaux de la Commission consistaient dans une large mesure à établir des tableaux comparatifs et à compiler des inventaires. L'origine, le cheminement et les résultats de ces travaux ont été analysés en détail dans les monographies mentionnées plus haut29. On se bornera alors ici à évoquer les problèmes politiques qui se sont posés au sein de la CICI et à l'évolution des contradictions, externes et internes, qu'elle dut affronter au cours de la première décennie de son existence.

L'autorité

  • 30 Gilbert Murray, Deuxième assemblée, 1921, P.-v. des séances plénières, 15e séance du 21 septembre (...)

17Si la Commission avait pour tâche de susciter et de développer un esprit international et ce que l'on appelait alors une "conscience internationale30", deux voies semblaient a priori, s'offrir : on pouvait diffuser l'idéal de la SdN au sein des élites et des masses populaires, en appliquant dans les grandes lignes les recettes de la propagande politique à l'échelon national. Mais on pouvait également concrétiser l'idéal d'une humanité réunie grâce à la formation d'un collège d'esprits éminents, esprits qui - tel le Conseil de Newton - représentent le plus haut niveau de la culture et de la science. Le Conseil de la SdN - et tout ce qui convergeait dans cet espace décisionnel opaque entre le Secrétariat général et les Délégations nationales - avait visiblement opté pour la seconde voie. Un simple "département de relations publiques" n'aurait pas exigé, en effet, la mobilisation d'autant de célébrités.

  • 31 27e session du Conseil, 10-20 décembre 1923. Rapport du représentant de la France du 8 décembre 19 (...)
  • 32 Gilbert Murray, alors président de la Quatrième commission, dans la séance du 17 septembre 1923. Q (...)
  • 33 I. Nitobe, directeur de la Section des bureaux internationaux du Secrétariat général dans sa répon (...)
  • 34 C'est la raison pour laquelle Einstein fut remplacé par un autre physicien, le Hollandais H.A. Lor (...)

18On était par ailleurs aussi indécis sur la signification de ce groupe de douze membres qu'on l'était sur la conception même de la "Coopération intellectuelle", et l'on n'hésitait pas à en adapter la définition aux besoins des circonstances. Ainsi était-il initialement prévu que la Commission serait composée de personnalités choisies "en considération de leur compétence, de leur réputation dans les milieux savants et sans qu'il fût fait acception de leur nationalité31". Au-delà de ce principe de base, toutefois, les interprétations se multipliaient : tantôt les douze devaient représenter les 52 Etats membres de la SdN dans leur ensemble32, tantôt chacun d'eux devait représenter une des grandes aires culturelles de l'humanité33, tantôt ils ne devaient représenter ni un pays ni une culture en particulier, mais plutôt l'une des différentes branches de l'activité intellectuelle34.

  • 35 Henri Laugier, 1972, 404. - Plus tard, Gilbert Murray vit également la principale justification de (...)
  • 36 New York Times du 3 août 1922, 12.
  • 37 Gilbert Murray reçut le télégramme suivant: "Einstein resigns giving no reasons stop important to (...)

19Un autre flottement se produisait dans le choix des membres de la Commission. Le critère déterminant devait être celui de la réputation consacrée, de la notoriété - un des moyens d'influence de la CICI n'était-il pas son rayonnement, l'invitation à suivre son exemple, la démonstration d'une harmonie possible entre les "leaders intellectuels ou politiques de la pensée mondiale35" ? Or, il était évident que le rayonnement de cette harmonie exemplaire ne pouvait s'étendre plus loin que la réputation individuelle de chacun de ses membres. Pour le Conseil, cette évidence posa un problème délicat : comment pouvait-il respecter, dans les nominations, à la fois ce critère de notoriété et un certain équilibre dans la distribution géographique ? A cet égard, le choix de certains membres n'avait d'ailleurs pas manqué de susciter des commentaires ironiques36. La présence de personnalités dont la stature intellectuelle ne pouvait être mise en doute était alors d'autant plus indispensable - telles qu'Henri Bergson, Marie Curie et, avant tout, Albert Einstein. C'est son nom qui figurait sur les manchettes et que les journalistes mentionnaient en tête de liste : savant de génie, pacifiste de renommée mondiale. Cette valeur publicitaire d'Einstein explique, en partie du moins, la patience dont le Conseil, le Secrétariat et la Commission elle-même ne cessèrent de faire preuve à l'endroit de ce précieux collègue. En effet, après avoir accepté en mai 1922 sa nomination à la CICI, Einstein changea d'avis un mois à peine avant l'ouverture de la première session, plongeant le Secrétariat dans le désarroi. Il était évident que cette démission allait faire les manchettes de la presse et ternir l'image de la Commission avant même qu'elle se fût réunie une première fois. On pria les autres membres de faire valoir leur influence sur le candidat démissionnaire37, et Bernardo Attolico, en sa qualité de Secrétaire général adjoint, adressa à l'illustre savant une lettre pressante. Bien que la lettre de démission fût restée muette sur la question, on savait pourquoi Einstein voulait se retirer de la CICI :

  • 38 Cité dans Nathan et Norden, 1968, 59. Sur les remous antisémites en Allemagne et les inquiétudes d (...)

... la situation ici est telle, écrivit-il dans une note personnelle à un fonctionnaire du Secrétariat, qu'un juif fait mieux de se tenir à l'écart quand il s'agit d'affaires politiques. J'ajoute que je ne tiens pas à représenter un peuple qui ne m'aurait sans doute pas choisi de son plein gré comme son représentant et dont je ne partage pas les vues sur la question à traiter...38

  • 39 Voir, par exemple, la lettre de Marie Curie à Albert Einstein, le 7 juillet 1922 : "… Il me semble (...)
  • 40 Correspondance in SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/20823/14297.

20Finalement, sous la pression concertée de ses collègues39, Einstein revint sur sa décision, du moins en principe : il n'assista pas à la première réunion de la Commission, à cause de travaux urgents à terminer avant son voyage au Japon40. Et, au mois de mars 1923, deux mois après l'occupation de la Ruhr, Einstein démissionna de nouveau, déclarant cette fois-ci ouvertement qu'il voulait, par ce geste, se désolidariser de la Commission ; il précisa dans sa lettre de démission qu'il avait

  • 41 Lettre à Pierre Comert du 21 mars 1923, SdN, Registry, 1923, Coop. int., 13/20823/14296/IX. La pre (...)

acquis la ferme conviction que la Société des nations n'a ni la force, ni la bonne volonté nécessaires à l'accomplissement de sa tâche, et qu'un pacifiste (commelui) n'est pas bien venu de garder avec elle des rapports quelconques41.

  • 42 Rapport sur la 29e session du conseil, 10-17 juin 1924. (MAE Paris, 34/201-2/)
  • 43 Voir infra, p. 194-195.

21Bien qu'à Genève et à Paris on jugeât "peu corrects" les termes de cette démission et que l'on s'en irritât42, on allait réintégrer Einstein de nouveau comme membre de la Commission, une année plus tard43.

  • 44 Voir, par exemple, supra, chapitre III, 127, n. 64, reflétant l'opinion d'importants milieux "util (...)

22Il est possible que la CICI n'eût pas développé autant d'efforts pour retenir l'éminent physicien, si elle avait pu trouver ailleurs que dans la réputation de ses membres une source suffisante de prestige. Mais, en Europe, les élites conservatrices considéraient avec scepticisme cette "Société des nations"44 ; tronquée, dès le début, par la défection américaine, l'autorité politique de la SdN était condamnée à demeurer limitée ; et à mesure que les Etats la transformaient en un instrument perfectionné de leurs politiques étrangères, son autorité morale en tant que conscience impartiale du monde ne fit que pâlir. De toute façon, la CICI ne pouvait guère se réclamer d'un appui massif de l'institution genevoise : en fait, cette "Coopération intellectuelle" dans laquelle ses partisans ne voyaient rien de moins qu'une pierre angulaire de la Société des nations, n'avait jamais rallié l'appui unanime de celle-ci. La CICI devait son existence et sa continuité aux efforts d'une minorité décidée et à l'indifférence bienveillante de la majorité des Etats membres.

  • 45 Reynold, 1963, 413.
  • 46 Pham-Ti, 1962, 38, 56-60.

23Dans les débats qui naissaient surtout autour des questions de financement, le front qui séparait partisans et adversaires s'établit avec une constance remarquable : la France avec la Belgique, la Pologne, les pays de la Petite entente et les pays latino-américains d'un côté ; l'Angleterre, les pays du Commonwealth, la Scandinavie et la Hollande de l'autre. Lord Cecil, délégué du Royaume-Uni, avait l'habitude de quitter la salle de façon ostensible, aussitôt que l'Assemblée abordait la discussion de la "Coopération intellectuelle45". On a proposé, bien sûr, une explication d'apparence élégante à cette division en la présentant comme le reflet d'une différence fondamentale d'attitude et de mentalité : ici l'idéalisme traditionnel de la civilisation gréco-romaine ; là, le pragmatisme et le sens de l'utile du monde anglo-saxon46. Pourtant, l'essentiel des positions respectives peut s'expliquer sans que l'on ait recours aux spéculations de la psychologie collective. A première vue, l'opposition à la CICI visait avant tout le rapport général entre les coûts et les bénéfices ; d'année en année, on entendit ainsi dénoncer les gaspillages de fonds et d'efforts dans une entreprise dont les résultats seraient nuls ou, au mieux, aléatoires.

  • 47 L'influence des idées de la Fabian Society étaient ici d'une influence déterminante (voir supra, p (...)
  • 48 Voir à ce sujet Ghebali, 1972.

24C'est ailleurs cependant qu'il faut chercher les raisons fondamentales de la désapprobation anglo-saxonne. Selon la conception britannique, la coopération internationale devait tenir un rôle essentiel parmi les tâches de la SdN : les rapports interétatiques de collaboration administrative et technique - aussi bien ceux qui existaient déjà que ceux qui allaient être instaurés par la suite - devaient être organisés dans un système cohérent dont la SdN serait, en quelque sorte, la clef de voûte47. Au moment de la rédaction du Pacte, les autres puissances - à commencer par la France - étaient trop exclusivement préoccupées de sécurité collective pour être favorables à l'idée d'institutionnaliser dans le cadre de la SdN la coopération interétatique fonctionnelle. Si l'insertion dans le Pacte des articles 23 et 24 représentait alors incontestablement un succès pour la délégation britannique, ces articles n'allaient pas être appliqués, au cours des années suivantes, de façon appropriée (soit que des organismes déjà existants, comme certaines unions administratives, refusèrent de se soumettre à l'autorité - fût-elle coordinatrice - de la SdN, soit que le développement de nouveaux organismes de coopération se faisait de façon plutôt chaotique)48. Vu sous cet angle, le projet de créer, à Paris, un institut (disposant de ressources propres et porté de par ses structures à une autonomie croissante), se présentait alors comme une initiative française ayant comme conséquence indésirable de compromettre davantage le dessein d'un vaste système de coopération internationale coiffé par la SdN.

  • 49 Voir, par exemple, les interventions du délégué australien, Charlton, au cours de la cinquième ass (...)
  • 50 Par exemple, en s'adressant directement aux enseignants pardessus la tête du ministère, comme il s (...)
  • 51 Ministre de l'Instruction publique au président du Conseil, le 23 décembre 1921 (MAR Paris, SdN, 3 (...)

25Les représentants britanniques, entraînant dans leur sillage ceux des pays du Commonwealth, exprimèrent leur hostilité à l'égard du projet de création de l'IICI d'autant plus ouvertement qu'ils voyaient de toute façon, dans la "Coopération intellectuelle", une entreprise de la diplomatie culturelle, donc de l'expansion culturelle française, et faisaient objection à ce que la SdN se prêtât à de telles manoeuvres49. Les archives françaises révèlent que ces critiques avaient vu juste, bien qu'ils eussent tendance à prêter aux intentions françaises de la première heure plus de cohérence qu'elles n'en avaient en réalité. Des divergences existaient sur le plan national, d'un secteur à l'autre ; le ministère de l'Instruction publique notamment était peu enthousiaste à l'égard de la "Coopération intellectuelle", parce que l'on s'y méfiait de tout ce qui pouvait donner à un organe de la SdN le prétexte de s'ingérer dans le système de l'enseignement supérieur d'un Etat membre50. Aux incertitudes de la formule multilatérale, on préférait de loin l'instrument plus maniable des conventions bilatérales51. Dès qu'il devint évident que la création d'une Commission de coopération intellectuelle était inévitable, les représentants du ministère de l'Instruction publique se prononcèrent cependant sans réserve pour une forte représentation française, ne serait-ce que pour parer au risque que

  • 52 Ministre de l'Instruction publique au président du Conseil, le 23 décembre 1921 (voir note 50).

l'organisation qui existe déjà à Bruxelles (scil. l'Union des associations internationales) et (qui) ne représente pour nous aucune garantie, ne prenne au sein de la SdN une place sans doute peu favorable à nos intérêts intellectuels52

26Dans un texte qui trahit l'inspiration - ou peut-être même, la plume - de Léon Bourgeois, le ministre de l'Instruction publique décrivait ainsi sa vision des "intérêts intellectuels français" :

  • 53 Lettre du 30 avril 1921 (MAE Paris, L. Bourgeois, 42/97/99).

La gloire de notre pays, sa situation au carrefour des diverses civilisations l'amèneront selon moi à prendre cette initiative et l'on ne pourrait lui refuser d'établir chez lui le siège de cet organisme ; ce serait une facilité précieuse dont nous bénéficierions et qui nous permettrait de contribuer à l'expansion de la pensée française dans les deux mondes53.

  • 54 Ibid.

27L'interprétation comme "succès nouveau pour la cause de l'idée française54" qu'allait connaître la création d'un organisme de coopération intellectuelle ne relevait pas de la pure rhétorique : bien que la Commission, de par sa nature juridique, n'eût pas le droit d'établir des rapports directs avec les gouvernements, les archives françaises et celles de la SdN permettent de conclure à une pratique courante de consultation et de coordination entre les membres français de la Commission (notamment son président, Henri Bergson) et les départements concernés du gouvernement français. Cette concertation discrète s'étendit même à l'infrastructure administrative : les deux secrétaires successifs de la Commission, Oscar Halecki et Georges Oprescu, l'un Polonais, l'autre Roumain, étaient considérés à Paris (et à Berlin !) comme des personnalités acquises à la cause française.

  • 55 Voir infra, p. 203, 204, note 95, 212.
  • 56 Au moment où, en été 1923, on s'apprêtait à Genève à créer à côté de la position qu'occupait alors (...)

28S'il est difficile de contester que la "Coopération intellectuelle" évoluait dans le sillage de la politique française, gardons-nous cependant d'en exagérer la portée : que la Commission montrât un empressement particulier à ne point provoquer les susceptibilités de la France ou de son opinion publique55 était, après tout, compréhensible. Ses membres étaient très conscients du fait que l'existence même de la Commission dépendait de la position que prenaient, année après année devant l'Assemblée, la délégation de la France et celles des pays qui faisaient partie de sa clientèle. Il ne faut pas non plus perdre de vue le fait que l'influence française sur les activités de la CICI n'était que le prolongement, dans le domaine de la coopération scientifique et culturelle, de la position prépondérante qu'occupait la France dans d'autres sphères de l'organisation genevoise, notamment au Secrétariat56, et somme toute sur la scène politique européenne en général.

29C'est à cause de la perspective particulière dans laquelle nous entreprenons cette étude, que l'influence française dans la "Coopération intellectuelle" acquiert une dimension problématique : cette influence de la France sur les activités de la Commission - certains disaient : cette collusion entre la France et la Commission - sapait bien entendu toute autorité que la Commission aurait voulu tirer de l'apolitisme impartial et universaliste qu'elle continuait de proclamer. De plus, cette influence rendait inéluctable le conflit qui se préparait, avant même l'entrée en fonction de la Commission, au sujet de la collectivité universitaire allemande.

La CICI et la coopération scientifique internationale

  • 57 Voir Pham-Ti, 1962, qui passe les travaux de la CICI et de l'IICI en revue d'une façon assez compl (...)
  • 58 Dans le même sens, Mylonas, 1976, 335. Le rôle des sciences restait néanmoins vague, ce qui semble (...)

30La liste des projets auxquels la Commission consacrait, au fil des années, son temps et ses maigres ressources, est impressionnante. On y trouve à peu près tout ce qui touche, de près ou de loin, aux activités intellectuelles : l'organisation de la bibliographie scientifique, le développement de l'Esperanto, la situation socio-professionnelle des travailleurs intellectuels57. Personne ne semblait envisager l'organisation de la coopération intellectuelle internationale sous l'angle des deux cultures. Sans que l'on accordât à la science (au sens étroit) une place à part, il était néanmoins évident qu'on lui destinait un rôle important58. Universelle dans son essence, la science n'était-elle pas le modèle par excellence ? En contribuant à l'amélioration des relations scientifiques internationales, la CICI s'acquitterait alors incontestablement de l'une des tâches importantes de son programme. De plus, l'organisation pratique de cette coopération, celle de la libre circulation des informations, des rencontres et des échanges, semblait-elle offrir un champ d'activité bien déterminé et relativement peu coûteux :

  • 59 Léon Bourgeois, Deuxième assemblée, 1921, P.v. des séances descommissions, II, 398.

Il s'agit donc simplement de simplifier, de clarifier, d'amplifier les relations déjà existantes ; et c'est aux universitaires, aux savants, aux académiciens de nous dire eux-mêmes où ils en sont, et quelles sont les exigences immédiates de leurs écoles, de leurs laboratoires, de leurs associations pour qu'y affluent plus largement et y circulent plus librement les grands courants intellectuels du monde. Ainsi renseignée par les intéressés eux-mêmes, la SdN pourra mettre toute l'influence morale dont elle dispose au service de la réalisation de leur programme59.

  • 60 Interrogé, par O. Halecki, sur l'opportunité d'une centralisation de l'abstracting, Arthur Schuste (...)

31A première vue, ce projet semblait offrir toutes les garanties de succès dont la Commission avait tant besoin pour justifier son existence. Il apparut rapidement, toutefois, que ces "universitaires, savants et académiciens" que visaient les nobles propos de Léon Bourgeois, auraient porté un intérêt d'autant plus vif aux activités de la "Coopération intellectuelle", si celle-ci avait pu leur offrir davantage qu'un appui moral60.

32Certes, pour la production des répertoires, bulletins signalétiques et abstracts, une certaine coordination aurait été fort utile, mais c'était se leurrer que d'attendre des éditeurs ou des institutions d'édition qu'ils aillent troquer leur autonomie - fût-elle précaire - contre un soutien moral de la SdN ! On aurait tort par ailleurs d'oublier que le prestige des douze membres de la Commission exerçait parfois une impression beaucoup plus efficace sur le large public cultivé que sur les milieux plus restreints des collègues.

33On était bien conscient, au Secrétariat de la SdN - même avant la création de la Commission - qu'elle ne serait pas seule à s'occuper de la promotion des relations scientifiques internationales : dans ses études préparatoires, le Secrétariat avait indu, à part l'Union des associations internationales, les deux autres organisations bruxelloises, le Conseil international de recherches et l'Union académique internationale. L'existence de ces deux organisations l'avait même amené, en été 1921, à considérer comme prématurée la création par la SdN d'un organisme technique dans ce domaine. Quoi qu'il en soit, les relations de la Commission avec ces deux organisations posaient un problème délicat et demandaient beaucoup de subtilité, si la Commission ne voulait pas, soit s'abstenir de toute activité dans le secteur scientifique, soit risquer de faire figure d'entreprise concurrente.

34En effet, les projets de la SdN n'étaient pas demeurés inconnus et ne tardaient pas à inquiéter les milieux proches du CIR, à l'Académie des sciences de Paris, à la Royal Society et aux Etats-Unis : ainsi George Ellery Hale et Robert A. Millikan firent-ils remarquer à Lord Balfour, en février 1922, que

  • 61 SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/19588/14297.

de notre avis, le Conseil international de recherches et l'Union académique internationale répondront de manière adéquate aux besoins de la coopération internationale, une fois qu'ils seront complètement mis sur pied. C'est pourquoi nous nous permettons de recommander que ces deux organismes soient représentés de plein droit au sein de la Commission proposée.... La création d'organisations parallèles... ne nous semble guère compatible avec les buts de la SdN ; nous sommes convaincus, par conséquent, que le Conseil de la SdN accordera son entière attention aux organismes existants61.

  • 62 Ce furent : Hale, Heiberg, Pirenne, Shotwell, Volterra, (SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/19588 (...)

35La réaction du Secrétariat général auquel copie de cette lettre avait été transmise, resta bien en deça des suggestions avancées : la liste des candidats pour une nomination éventuelle à la Commission, liste qu'il prépara à l'intention du Conseil, contenait les noms de cinq personnalités assumant des fonctions importantes dans le cadre des organisations bruxelloises62. Le Conseil n'en nomma qu'un : George Ellery Hale. Le manque d'enthousiasme à l'endroit de la suggestion des deux physiciens américains se comprend : la "Coopération intellectuelle" ne pouvait se permettre d'établir avec ces deux organisations bruxelloises des liens organiques ou leur déléguer une tâche aussi éminemment importante que la reprise et le développement des relations scientifiques internationales, sans risquer d'enlever tout crédit à sa vocation apolitique et universaliste. Comme elle ne pouvait guère s'en rapporter, dans son activité, ni à une autorité incontestée, ni à des ressources financières importantes, ni même à un besoin généralement reconnu, l'universalisme conciliateur restait ainsi un des seuls arguments qu'elle pouvait invoquer pour justifier son existence.

  • 63 "Rapport sur les organisations scientifiques internationales préparé par la CICI" du 21 mars 1922, (...)
  • 64 Voir supra, chapitre IV, 144-145.

36Ceux qui s'étaient penchés sur la question, comme Oscar Halecki, futur secrétaire de la Commission, et Gonzague de Reynold, futur membre, étaient arrivés à la conclusion que les deux organisations pouvaient, en principe, fournir une base adéquate pour l'organisme que la SdN projetait dans le domaine de la coopération scientifique. Mais, selon eux, avant qu'une fédération quelconque ou un patronage de leurs activités pussent être envisagés, les deux organisations devaient s'imposer un certain nombre de réformes63. Ces réformes se faisaient cependant attendre : il s'agissait, bien entendu, de l'élargissement de la liste des membres admissibles au CIR. La CICI dut finalement se rendre à l'évidence que les tendances prévalant au sein du CIR étaient loin de se renverser : lors de l'Assemblée générale du CIR, en juillet 1922, la motion suédoise portant sur l'abolition de l'article 3 des statuts n'avait même pas été soumise au vote64.

  • 65 L'Institut international, 1946, 354-355. L'"Organisation de coopération intellectuelle" avait été (...)

37Durant les années suivantes, les relations entre la CICI d'une part, le CIR et l'Union académique internationale de l'autre, allaient être caractérisées par beaucoup de réserve et un certain embarras. Comme il était pratiquement impossible, dans le domaine de la bibliographie, par exemple, de ne pas empiéter sur le programme des organisations de Bruxelles, celles-ci furent alors invitées à déléguer des représentants, à titre consultatif, aux réunions de la sous-commission de bibliographie. Tout en continuant d'éviter autant que possible toute action qui aurait pu être interprétée comme de la concurrence par le CIR et l'Union académique internationale, la CICI adopta graduellement une attitude plus détendue à leur égard. Elle ne pouvait d'ailleurs s'empêcher de constater le caractère extrêmement modeste des résultats auxquels aboutirent les efforts de coordination du CIR. De plus, après la démission de Henri Bergson, en 1924, Lorentz, tout à fait au courant des crises qui secouaient le CIR, était devenu président de la CICI. Finalement, la participation croissante, à partir de 1926, d'Allemands aux travaux de la CICI, ne contribuait pas non plus à favoriser des concessions vis-à-vis du CIR ou un rapprochement. Non pas que l'on eût totalement abandonné l'idée d'explorer les possibilités de collaboration - mais ce ne fut qu'en 1937 qu'une entente formelle fut conclue entre l'"Organisation de coopération intellectuelle" et le Conseil international des unions scientifiques65.

  • 66 C'est ainsi que s'exprima Henri Bergson dans une lettre à G. Oprescu, le 26 octobre 1924 (SdN, Reg (...)

38Quinze ans plus tôt, une telle entente aurait au moins contribué à éclaircir la position de la CICI. L'acceptation, sans exiger au préalable les "réformes nécessaires", d'une telle entente aurait placé la CICI nettement dans le courant dominant du jour : la mise au ban de l'Allemagne, de tout ce qui appartenait à sa vie scientifique et plus généralement intellectuelle. Si, au contraire, la CICI avait exploité la situation précaire des organisations bruxelloises pour essayer de leur imposer, en 1922-1923, l'abandon de leur otracisme, ce geste ne lui aurait sans doute pas concilié la majorité des professeurs allemands, mais il aurait conféré à la vocation universaliste de la CICI la crédibilité qui allait si cruellement lui manquer par la suite. La perception aiguë que le président, Henri Bergson, avait de ce dilemme - celui de l'impossibilité de mettre en pratique un principe sur lequel reposait en grande partie l'autorité morale de la "Coopération intellectuelle" - l'amenait alors à éviter autant que possible toute situation dans laquelle l'universalisme de la CICI aurait été trop sérieusement mis à l'épreuve. Ce fut difficile et, comme l'expérience allait le montrer, finalement irréalisable. La CICI ne pouvait prendre des intitiatives ni développer des activités internationales sans buter inévitablement contre la vexata quaestio, la question embarrassante de la participation des milieux intellectuels allemands66.

Vexata quaestio

39Si l'affirmation - si répandue alors parmi les milieux universitaires allemands - voulant qu'il y eût collusion entre les organisations du "Boycott" et la CICI, n'était pas justifiée, leurs critiques étaient donc beaucoup mieux fondées sur un autre point : à savoir que la "Commission des intellectuels" pratiquait un universalisme de façade et qu'en fait les Allemands en étaient délibérément exclus. La réponse officielle à cette critique était toute faite : les douze membres qui composaient la Commission y siégeaient à titre personnel et à cause de leur compétence exceptionnelle ; ils avaient été choisis non pas en tant que délégués de leurs pays d'origine, mais en tant que représentants des grandes aires culturelles de l'humanité. Ne pouvait-on pas, de plus, mesurer l'avance qu'avait l'universalisme de la CICI par rapport à l'organisation politique de la SdN, par le fait que des ressortissants de deux pays non membres - les Etats-Unis et l'Allemagne - en faisaient partie ?

40Dans le langage de la SdN, la notion des "aires culturelles" n'était pas plus précise que celle de la coopération intellectuelle. S'agissait-il d'un de ces aimables lieux communs dont s'affuble si volontiers tout ce qui touche à la politique culturelle ? Ou n'était-ce qu'un stratagème pour éviter que chaque délégation nationale présente son candidat à la Commission ? Les deux hypothèses pouvaient être soutenues, et à des époques plus sereines, personne n'aurait probablement songé à approfondir la question.

Albert Einstein et la "Coopération intellectuelle"

  • 67 Note manuscrite sur un entretien, le 14 juin 1924, entre L. Bourgeois et H. Bergson (MAE Paris, Lé (...)
  • 68 Karo, 1925, 11-12.
  • 69 L'internationalisme de Romain Rolland n'était en fait pas acceptable du point de vue de l'opinion (...)
  • 70 Le Matin, le 23 mars 1922.

41L'époque n'était pas sereine et les commentaires qui accompagnèrent la nomination d'Albert Einstein comme membre de la Commission jetèrent une lumière curieuse sur la thèse des "aires culturelles". Bien que Bergson déclarât, en 1924, qu'Einstein avait été nommé en mai 1922 en tant que savant suisse67, on avait toujours répondu aux protestations venant des milieux universitaires allemands que l'Allemagne était déjà représentée à la Commission par Albert Einstein. Les Allemands firent alors remarquer qu'Einstein avait une double nationalité, allemande et suisse, qu'en France on ne le considérait généralement pas comme Allemand et qu'aux Etats-Unis on le désignait, au gré des besoins, tantôt comme Allemand, tantôt comme Sioniste68. En dépit de leur caractère tendancieux, ces propos avaient au moins le mérite de mettre en lumière l'ambiguïté de la nomination d'Einstein. Bien sûr, la personnalité de ce dernier semblait s'imposer à une entreprise comme la "Coopération intellectuelle" : son génie, sa notoriété incontestable et ses convictions politiques en faisaient pour ainsi dire le candidat par excellence. Aurait-on pu trouver d'autres personnes ayant fait preuve d'une aussi incontestable détermination d'honorer leur vocation de Clerc et de se maintenir au-dessus des conflits ? Que les initiateurs de la "Coopération intellectuelle" n'aient pas songé à suggérer la candidature de Romain Rolland, par exemple, s'explique - au cas où ils l'auraient un instant envisagée - par la prudence la plus élémentaire : la nomination de Romain Rolland leur aurait coûté la sympathie de l'opinion publique française69. L'internationalisme et le pacifisme d'Einstein au contraire ne risquait guère de faire mauvaise presse en France. Ne fut-il pas "la victime abhorrée des pangermanistes70" ? A la veille des nominations officielles à la CICI, Paul Painlevé avait rassuré l'opinion publique française : "Aux yeux des Français les plus ardemment patriotes", écrivit-il dans le Petit Parisien du 1er avril 1922, "il est donc irréprochable".

  • 71 Bergson salua la réintégration d'Einstein comme membre de la Commission par les propos suivants : (...)

42Voulait-on, par la nomination d'Einstein, donner une leçon à la science allemande, pervertie et hautaine, en choisissant pour la représenter un homme autrement exemplaire71 ? Les pères de la "Coopération intellectuelle" ne pouvaient nier le fait que ces raisons même qui, pour les citoyens des pays de l'Entente, le rendaient si éminemment éligible à la CICI, empêchaient l'écrasante majorité de ses collègues allemands de reconnaître Albert Einstein comme leur représentant. Einstein lui-même ne se faisait d'ailleurs aucune illusion sur sa propre représentativité. Quand il avoua, dans une lettre de 1928, combien peu il se sentait qualifié pour le type d'activité que poursuivait la CICI, il ajouta :

  • 72 Einstein à Krüss, le 16 septembre 1928 (St. B., Handakten Krüss, Völkerbund, Comm. d. Coop.int., A (...)

La seule raison qui m'ait poussé à combler la brèche était la conviction qu'on n'aurait pu trouver personne - vu l'état d'esprit de nos intellectuels à l'époque (bei der damaligen Mentalität unserer "Geistigen") - qui aurait été prêt à accepter de se compromettre avec l'internationalité. Je m'y suis résolu tout en sachant que mon enracinement dans l'élite intellectuelle allemande était beaucoup trop superficiel pour que je puisse établir un véritable lien72.

  • 73 Voir, par exemple, Nathan et Norden, 1968, 58-59, 110-111 ; Einstein et Besso, 1972, 180-236, pass (...)

43Einstein n'aimait pas la Commission (le siège qu'il y occupait nolens volens, il l'avait accepté deux fois après l'avoir deux fois refusé, et il ne se faisait aucune illusion sur les faiblesses de l'entreprise73.

44Quoi qu'il en soit, le fait que les fondateurs de la CICI appliquèrent aux Clercs pacifistes deux poids et deux mesures, s'explique - indépendamment des convictions politiques qui s'y expriment - d'abord par le rapport des forces en présence. En fait, si l'élite intellectuelle allemande refusait de se reconnaître dans la personnalité que le Conseil avait choisie pour représenter l'aire culturelle germanique, c'était, au demeurant, regrettable mais non tragique. En revanche, un revirement de l'opinion publique française aurait mis en danger l'existence même de la Commission. Gonzague de Reynold - qui n’avait pas, avec Einstein, des rapports très chaleureux - remarquait plus tard :

  • 74 Reynold, 1963, 409.

... à cette date de 1922, un authentique Allemand eût été impossible. On éprouvait cependant le besoin d'avoir un représentant de la langue allemande et de la culture germanique74.

  • 75 P.-v. des sessions du conseil, 4e séance de la 29e session, du 16 juin 1924, 914. Voir aussi la no (...)

45Au printemps 1924, Bergson appuya la réintégration d'Einstein comme membre de la Commission, cette fois-ci en tant que "représentant de la science allemande75". Très superficiel était le souci de voir la "science allemande" participer aux travaux de la CICI ; cela est bien éclairé par les explications que le président donna, à cette époque, à Oscar Halecki au sujet de la participation d'autres Allemands dont il était alors question :

  • 76 H. Bergson à O. Halecki, le 13 mars 1924, SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877/IX.

Vous me faites très justement observer que les Allemands font déjà partie de certaines commissions de la Société des nations. Sans aucun doute, mais ce sont des commissions techniques, s'occupant par exemple d'hygiène ou de chemin de fer : ce sont uniquement des choses qui entrent ici en ligne de compte, et non pas des personnes. Les négociateurs peuvent se mettre d'accord, quelque opinion qu'ils aient les uns des autres. Il en est tout autrement de notre Commission. La Coopération intellectuelle est essentiellement un rapport entre personnes : elle est impossible sans confiance réciproque. C'est pourquoi le cas des Américains, quoiqu'ils ne fassent pas non plus partie de la Société des nations, n'a aucun rapport avec celui des Allemands76

  • 77 "The League and Germany", The Times du 5 mars 1924, 10.

46Au moment où il écrivit ces lignes, Bergson n'a pas pu ne pas se rendre compte avec amertume combien au sein de la Commission, cette "confiance réciproque" s'était déjà dégradée : à peine une semaine auparavant, au début du mois de mars 1924, Gilbert Murray, son suppléant à la présidence, avait publiquement dénoncé les tendances anti-allemandes de la CICI77

Les conflits latents

  • 78 Voir, par exemple, Nathan et Norden, 1968, 65-74.
  • 79 Ces problèmes font l'objet d'une correspondance entre Marie Curie et Albert Einstein au cours des (...)
  • 80 Voir, par exemple, Einstein et Besso (1972), 180-236, passim.
  • 81 Ayant démissionné de la CICI en mars 1923, Einstein publia, par exemple, un article dans la revue (...)

47Si sa dépendance étroite envers les organes politiques de la SdN explique en grande partie pourquoi la Commission ne pouvait se résoudre à attaquer de front le problème de la participation allemande, cette dépendance n'en fut pas la seule raison. Cette hésitation tenait également au fait que la majorité des membres avaient à l'endroit des élites intellectuelles allemandes une attitude fortement réservée. Le contraire aurait été surprenant : si la participation aux travaux de la CICI plongeait les membres passagèrement dans l'atmosphère internationale de la SdN, ils faisaient partie néanmoins de leurs collectivités scientifiques nationales ; et s'ils n'en avaient pas partagé, jusqu'à un certain point, les vues dominantes, ils n'auraient sans doute pas acquis, au sein de ces collectivités, le statut et la visibilité qui leur avaient valu la nomination par le Conseil de la SdN comme membres de la CICI. Leur notoriété scientifique et la place qu'ils occupaient, déjà, dans l'Establishment universitaire de leur pays, les avaient de toute évidence habitués à s'acquitter sans négligence ni excès de zèle de ce genre d'activités de consultation et de représentation, tant sur le plan national qu'international. Il est difficile d'évaluer l'importance comparative qu'ils accordaient, parmi leurs préoccupations personnelles et professionnelles à la CICI et aux objectifs de la "Coopération intellectuelle" en général. Certes, les procès-verbaux des séances et les rapports montrent l'intérêt que chacun des membres développait pour tel ou tel domaine - la coordination des bibliographies et de l'abstracting scientifique, la protection des droits d'auteur, la collecte et dissémination des informations universitaires, etc. Mais il suffit de regarder leur correspondance pour constater qu'à quelques exceptions près, la "Coopération intellectuelle" y occupait une place plutôt marginale. Ces exceptions, ce furent les démissions d'Albert Einstein qui amenèrent Marie Curie et Gilbert Murray à tenter de faire revenir le collègue récalcitrant sur ses décisions - Murray y réussissant d'ailleurs une seconde fois en 192478 ; exception aussi les problèmes que posaient la fondation et le fonctionnement de l'IICI à Paris, tant par la présence française qui s'y manifestait que par les difficultés de coordination des activités qui ne tardèrent pas à sugir79 ; exception aussi, finalement, les énergies qu'investissait dans la "Coopération intellectuelle" le rapporteur de la Commission, Gonzague de Reynold, qui trouvait sans doute dans ces activités un complément de carrière important. Et pour tous les membres, les réunions de la Commission représentaient des déplacements qu'ils essayèrent de mettre à profit pour organiser des rencontres avec des amis et collègues80. Seul Albert Einstein cependant semblait être porté à juger sa participation à l'oeuvre de la Coopération intellectuelle sous l'angle de la cohérence avec ses convictions profondes, de la cohérence aussi entre les objectifs proclamés et les réalisations pratiques, et d'en tirer les conséquences sans compromis. Tandis qu'Einstein s'avouait constamment tiraillé entre son adhésion au principe de la Société des nations et son désenchantement devant la politique qu'elle cautionnait, entre l'impatience vis-à-vis de ses collègues allemands et le désir de ne pas se montrer déloyal à leur égard81, les autres membres - Gilbert Murray excepté - ne semblent pas avoir ressenti tant de scrupules, ni songé à risquer pour la poursuite des objectifs déclarés de la "Coopération intellectuelle" une part trop importante de leur autorité. Vu sous cet angle, la reprise de la coopération avec les collègues allemands avait peu de chances de provoquer un engagement unanime de leur part. Pourtant, le problème allemand ne se posait pas dans les mêmes conditions pour tous les membres, et ces différences d'appréciation allaient plutôt s'accentuer. Si personne ne se faisait d'illusion sur la marge de manoeuvre dont disposait la Commission en la matière, on ne parvint jamais à un accord sur la façon dont on aurait pu se servir de cette marge, aussi réduite fût-elle, pour répondre un tant soit peu, à l'intérieur de ces limites, à la vocation apolitique et universaliste que la CICI proclamait par ailleurs avec tant d'empressement. Mais bien que l'incompatibilité fût patente entre les convictions de Gilbert Murray, par exemple, qui - pacifiste - favorisait un rapprochement immédiat avec les milieux universitaires allemands, et celles d'Henri Bergson, proche des milieux irréductibles, ce dernier surtout semblait refuser catégoriquement d'admettre que cette incompatibilité puisse avoir quelque conséquence grave pour la Commission.

48Les aléas de la situation contribuaient par ailleurs, pendant un certain temps, à maintenir ces divergences d'opinion dans un état latent : on ne pouvait prévoir l'accueil que les milieux allemands réserveraient à des ouvertures éventuelles. En face de tant d'incertitude, les membres de la Commission, gens prudents et courtois, furent alors davantage encore portés à maintenir un clair obscur fertile en malentendus, à l'abri desquels pouvaient se manifester des attitudes irréductibles aussi bien que de modestes initiatives. Parmi ces initiatives, les tentatives que Gonzague de Reynold entreprit pour approcher les milieux universitaires allemands allaient généralement plus loin que Bergson l'aurait jugé admissible - s'il en avait eu connaissance. Il n'aurait sans doute pas approuvé ce que de Reynold écrivit, en février 1923, au président de la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft (Association pour l'aide à la recherche scientifique). Dans cette lettre, le rapporteur de la Commission déclarait :

  • 82 Reynold à Schmidt-Ott, le 28 février 1923 (NGW, 47).

Il n’est malheureusement pas encore temps de parler d'un rapprochement véritable, et je n'insiste pas. Mais par la création de la CICI, la SdN avait l'intention de faire appel à la contribution de l'Allemagne et de préparer ainsi une coopération ultérieure dans d'autres domaines82.

  • 83 Bergson à Halecki, le 13 mars 1924 (supra, p. 195, n. 76).

49Il aurait été difficile pour l'auteur de cette lettre de produire des documents à l'appui d'une vision aussi optimiste de la situation. En tout cas, Henri Bergson exprimait encore une année plus tard des opinions tout à fait différentes et s'inquiétait de ce que le public français pourrait avoir l'impression que la Commission était prête à entretenir les mêmes rapports avec les Allemands qu'avec d'autres peuples. Selon lui, il n'en avait jamais été question83. Cette affirmation n'était par ailleurs pas plus exacte que celle de Gonzague de Reynold.

  • 84 Deuxième assemblée, 1921, P.-v. des séances plénières, 15e séance du 21 septembre 1921, 310.
  • 85 Deuxième assemblée, 1921, P.-v. des séances plénières, 15 séance du 21 septembre 1921, 313 ; (text (...)
  • 86 Troisième assemblée, 1922, P.-v. des séances plénières, 21e séance du 28 septembre 1922, 328-329 ; (...)

50En fait, à l'automne 1921, donc avant même que la CICI ne fût créée, le rapporteur de la Commission de l'Assemblée saisie de la question de la "Coopération intellectuelle" avait déclaré, entre autre choses, qu'un organisme chargé de promouvoir la coopération intellectuelle aurait à examiner, si et comment la SdN pouvait contribuer à la reprise des relations scientifiques internationales que la guerre avait interrompues84. Ces considérations avaient aussitôt provoqué des mises au point de la part du délégué de la France, Gabriel Hanotaux. Celui-ci voulait s'assurer que dans son vote, l'Assemblée allait exprimer son opinion uniquement sur le projet de résolution de la Commission, et non pas sur les commentaires du rapporteur, fort intéressants certes, mais strictement personnels85. Le rapporteur était un futur membre de la Commission, Gilbert Murray. Il s'exprimait encore plus clairement, en 1922, au cours de la première réunion de la CICI et, huit semaines plus tard, devant la Troisième assemblée : on ne devrait attendre d'aucun comité et d'aucune commission, dit-il, qu'ils rétablissent de nouveau l'ancienne harmonie, si les courants de la vie intellectuelle continuent de diverger ; et l'avenir de la CICI, ajoutait-il, serait lourdement hypothéqué par les dissensions européennes. Pour l'instant, on ne pourrait convoquer une conférence sur les problèmes universitaires ni avec, ni sans la participation des universités allemandes. Ce ne serait pas seulement du côté allemand que l'on s'imaginait de ne pouvoir oublier le sang versé, mais des deux côtés. Sans vouloir blâmer cette attitude, il la regretterait néanmoins. Il ne parlait pas au nom de son gouvernement, et ne pouvait même pas prétendre parler au nom de la CICI dans son ensemble ; il voulait simplement constater que les choses ne pouvaient continuer ainsi86.

  • 87 Schroeder-Gudehus, 1966, 166-168.
  • 88 Reynold, 1963, 413.

51Les vues de Gibert Murray étaient partagées par les membres anglais et bientôt par le Hollandais, Lorentz, et la Norvégienne, Kristina Bonnevie. Ils étaient tous d'accord pour évaluer avec réalisme ce que la "Coopération intellectuelle" était en mesure d'accomplir, mais se montraient réfractaires à un raisonnement subtil qui semblait inspirer fréquemment les interventions de Gonzague de Reynold et aussi de Bergson. Ces derniers proclamaient tantôt leur préférence - par rapport à l'"utopie internationaliste" - pour des activités pratiques, tantôt la nécessité de juger avec indulgence les maigres résultats de ces entreprises pratiques et de les envisager plutôt à la lumière de leur ultime utilité pour le rapprochement entre les peuples, ou pour le prestige de la Commission. Les autres ne manquaient généralement pas d'occasion pour faire état de leur point de vue, qu'il s'agît de la collaboration avec le CIR (que Bergson notamment aurait vu volontiers plus étroite), de l'Office international de renseignements universitaires, des projets de bibliographie, ou de la grande enquête sur la vie intellectuelle dans les pays civilisés87. Et avec autant d'obstination, les tenants de la tendance moins conciliatrice - Henri Bergson, son secrétaire (et futur directeur de l'IICI) Jean Luchaire et, dans la première session, George Ellery Hale - faisaient comprendre à leurs interlocuteurs qu'ils avaient une conception très différente de ces problèmes. Gonzague de Reynold occupait une position intermédiaire, puisqu'il ne partageait pas plus la ferme attitude du groupe gravitant autour de Bergson, qu'il ne croyait que la CICI dût imposer l'universalité intégrale ou se dissoudre. Il voulait, bien au contraire, organiser et coordonner ce qui se laisserait organiser et coordonner, sans viser tout de suite à n'importe quel prix, l'universalité complète88.

  • 89 "…certaines divergences d'opinion qui existent réellement mais que nous nous efforçons d'atténuer (...)

52Bien que les divergences de vue apparaissant ainsi dès le début au sein de la Commission n'eussent pu échapper à personne, la plupart des membres avaient sans doute nourri l'espoir que grâce à la discrétion générale et à des formules aussi ambiguës qu'appropriées, on pourrait surmonter ces conflits latents jusqu'au moment où, avec leurs causes, ils allaient disparaître89. Sans ce ferme espoir, Gonzague de Reynold ne se serait sans doute pas occupé aussi énergiquement des contacts avec les Allemands - car il ne pouvait guère se faire d'illusions sur les réserves que devait avoir le président de la Commission à l'égard de telles initiatives.

Les négociations avec les Allemands

  • 90 Rapport de la Commission de coopération intellectuelle. CICI, première session, 1922 (A.61.1922.XI (...)
  • 91 Rapport de la Commission…, loc. cit. (supra, 202, n. 90).

53Lors de sa première réunion, la CICI avait décidé d'ouvrir une enquête sur la situation du travail intellectuel et la vie culturelle dans les pays européens. Le promoteur de cette enquête voyait sa valeur profonde et durable dans la base scientifique qu'elle allait constituer pour les travaux ultérieurs de la CICI. Le projet était ambitieux, l'enquête étant censée fournir "la mesure de la température intellectuelle du monde et de l'état présent de la civilisation90". Parallèlement à cette enquête générale menée dans tous les pays, une autre, plus approfondie, devait être entreprise sur les Etats dont la vie intellectuelle était sérieusement menacée par suite de la guerre. On n'aurait certes pas besoin de longues enquêtes, dit le rapport de la première session, pour saisir les difficultés auxquelles ces pays doivent faire face ; mais la CICI considérerait comme étant de son devoir suprême de porter cette évidence à l'attention du Conseil et de la SdN tout entière ; et elle songerait tout spécialement, dans ce contexte, aux Etats nouvellement constitues s'étendant entre les mers Baltique, Noire et Egée91.

54Bien qu'il n'y ait pas été question de l'Allemagne, le président s'inquiétait de constater que les questionnaires concernant la situation universitaire étaient rédigés comme s'ils étaient destinés à être envoyés sans distinction à toutes les universités, donc aussi aux universités allemandes. Il voulait qu'un malentendu éventuel soit dissipé : bien sûr, la Commission n'a jamais tranché explicitement dans le sens de la négative, écrivait-il à Oscar Halecki, le 5 octobre 1922, la question de savoir

  • 92 Bergson à Halecki, le 5 octobre 1922 (SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/20766/14297/VIII). L'aff (...)

... si les universités allemandes devaient être comprises dans son enquête. Peut-être cependant l'a-t-elle tranchée dans ce sens implicitement, puisqu'elle renvoyait à une époque indéterminée un congrès où seraient convoquées les universités d'Allemagne. En tout cas je ne crois réellement pas que l'heure soit venue d'entrer en relations, même par simple correspondance, avec ces universités. Je suis sûr que telle est l'opinion de, la presque totalité des intellectuels français. A n'en pas tenir compte, la commission de coopération intellectuelle perdrait, au moins en France, une bonne partie de son autorité et de son crédit. Qu'un congrès, pour avoir toute son efficacité, doive être pleinement international, c'est possible... Mais, pour une enquête, nous nous adressons à qui nous voulons92.

  • 93 Reynold, 1963, 396.

55Gonzague de Reynold, pour sa part, décida d'entrer en contact non seulement avec les Autrichiens (dans le premier projet d'enquête, il devait s'occuper de l'Autriche, de la Hollande et des pays scandinaves), mais aussi avec les milieux universitaires allemands93. Il s'adressa au président de la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft et lui demanda de lui procurer, pour les besoins de l'enquête de la CICI, les relevés de données nécessaires. Il assurait à son interlocuteur allemand qu'il tenait avant tout

  • 94 Reynold à Schmidt-Ott, le 5 février 1923 (Archives NGW, 47).

à faire prendre conscience au monde de la situation dans laquelle se trouvent actuellement les hommes de science allemands. Je ne peux promettre aucune aide financière.... il ne faut pas cependant sous-estimer le rayonnement et le prestige dont jouit, déjà, la Société des nations. Toutes les réponses (à l'enquête) seront publiées dans un bulletin qui connaît une large diffusion94.

  • 95 Il demanda à Gonzague de Reynold, un an plus tard, de supprimer dans son "Rapport sur la science a (...)

56S'il avait eu l'occasion de prendre connaissance de cette lettre, le président de la CICI aurait sans doute frémi à l'idée de voir paraître, dans une publication de la SdN, un rapport émouvant sur les difficultés de la science allemande95 !

  • 96 Schmidt-Ott à de Reynold, le 17 mars 1923 (Archives NGW, 47).

57Friedrich Schmidt-Ott, ancien Kultusminister prussien, répondit de façon évasive - tactique qu'il n'abandonna d'ailleurs pas au cours de l'échange de lettres qui allait suivre. Il confirma par des descriptions détaillées la détresse dans laquelle se trouvait la science allemande, et se déclara d'accord avec tout ce que son correspondant suisse lui communiquait sur la nécessité d'une entraide internationale. Mais au lieu de rattacher les démonstrations des difficultés allemandes à l'attention généreuse que la SdN semblait vouloir y porter, Schmidt-Ott les prit comme prétexte pour insister uniquement sur leur cause : les dispositions du Traité de Versailles. Etouffé par les contraintes politiques et économiques, le peuple allemand n'avait, selon lui, plus de souffle pour s'occuper des choses de l'esprit ; tant que la SdN ne chercherait pas à s'attaquer aux séquelles politiques et économiques de cette guerre, la plus terrible de toutes, elle ne pourrait pas atteindre le mal à sa racine et prévenir l'effondrement culturel. Et puis, d'un grand geste, il refusa sa collaboration : l'enquête n'aurait qu'un intérêt académique pour la collectivité scientifique allemande qui, elle, était engagée dans une lutte de vie et de mort. De plus, les questions de détail apparaissant dans le questionnaire ne conviendraient pas aux particularités de la situation allemande. Il invita néanmoins les membres de la CICI à juger sur place de l'acuité des problèmes96.

  • 97 De Reynold à Schmidt-Ott, le 1er mai 1923 (ibid.).
  • 98 Communication personnelle à l'auteur. Voir aussi une note de J.R. de Salis, "Konferenz mit Seiner (...)
  • 99 Mitt. VDH, III (7), décembre 1923, 128-188 (l'article, non signé, est visiblement tributaire des r (...)

58Comme rien ne semblait aboutir par voie de correspondance, Gonzague de Reynold confia à un ancien élève alors immatriculé à l'université de Berlin, Jean-Rodolphe de Salis, la suite des négociations, l'"accréditant" en quelque sorte auprès de Schmidt-Ott97. A côté de la Notgemeinschaft, de Salis approcha d'autres organisations, telle l'Union des universités allemandes98. On lui fit entrevoir une collaboration possible, mais rien ne s'ensuivit, si ce n'est, en décembre 1923, la publication dans le Bulletin d'information de l'Union d'un article très désagréable à l'égard de la CICI99. Dans les milieux de l'Académie des sciences de Berlin, l'émissaire suisse se heurta également à une extrême méfiance.

  • 100 De Salis à de Reynold, le 19 juin 1923 (Archives J.R. de Salis

Qu'on ne se trompe surtout pas à Genève, écrivit-il en juin 1923 à son ancien professeur, quant à l'hostilité qui règne ici, notamment dans les milieux universitaires, à l'égard de la SdN100.

  • 101 De Salis à de Reynold, le 3 janvier 1924 (ibid.). Voir aussi ce qu'Einstein rapporte de ses effort (...)

59En janvier 1924 il adressa une lettre à Victor Bruns, professeur de droit public et de droit international, qu'il connaissait personnellement et à qui il avait parlé incidemment, au cours de l'été, de l'opportunité de fonder en Allemagne une Commission nationale de coopération intellectuelle101. Cette lettre demeura sans réponse.

L'incident

  • 102 Voir les propos d'Halecki, CICI, P.-v. de ta deuxième session, 4e séance du 27 juillet 1923, 18, a (...)

60Le rôle des Commissions nationales grandissait - précisément en relation avec l'Enquête : elles étaient indispensables pour la collecte des informations. Par ailleurs, et bien qu'on insistât toujours sur l'importance des données statistiques qui seraient ainsi recueillies, il était évident que la CICI allait se lancer là encore dans une entreprise d'utilité douteuse. Y avait-il vraiment un si grand intérêt à rassembler de telles données pour qu'un groupe, somme toute assez bigarré, d'éminents intellectuels en dégage "la température intellectuelle du monde et l'état présent de la civilisation" ? Dès que l'on saisit au sein de la Commission le risque que de telles critiques pourraient lui être adressées, on réorienta l'objectif de l'Enquête : non seulement devait-elle maintenant, par la publication des résultats, attirer l'attention du public sur les difficultés sévères qu'éprouvaient les milieux intellectuels dans certains pays et sur la nécessité de leur venir en aide, mais une analyse adéquate des données recueillies devait aussi contribuer à aiguiller dans la bonne direction toute aide éventuelle. Là aussi, les Commissions nationales auraient alors leur rôle à jouer : elles lanceraient et exécuteraient les actions de secours, elles signaleraient les besoins les plus urgents dans un pays donné et feraient connaître, en même temps, ce que ce pays pouvait fournir à son tour. Les Commissions nationales seraient ainsi reliées entre elles par un réseau d'entraide. Il n'était d'ailleurs pas question d'argent ; on parlait de livres, de périodiques, de séjours de recherche, de facilites de déplacement, etc.102

  • 103 Voir, par exemple, les interventions de H.A. Lorentz, CICI, P.-v. de la deuxième session, 4e séanc (...)

61Mais là encore, on pouvait douter de l'efficacité de l'action : ne disposant pas elle-même de moyens propres, il ne restait à la Commission que de coordonner au prix de grands efforts des courants spontanés d'entraide qui étaient déjà en cours103. Il était alors logique que l'on proposât a la CICI de solliciter des fonds pour les distribuer ensuite. L'historien anglais Lowes Dickinson, remplaçant Gilbert Murray à la deuxième session de la Commission, était l'auteur de cette suggestion. Il présenta un projet de résolution dans lequel il était précisé que

  • 104 CICI, P.-v. de la deuxième session, juillet 1923, 19-20.

les subventions seront distribuées aux universités de tous les pays en difficulté, qu'ils soient ou non membres de la SdN104.

  • 105 Ibid.

62Et il ajouta qu'en Allemagne la situation était particulièrement critique. Bergson protesta : on n'avait jamais jusqu'alors envisagé des collectes d'argent. Pour éviter une confrontation ouverte, Gonzague de Reynold suggéra d'intégrer cette proposition dans un plan d'action pour les Commissions nationales. Lorentz qui essaya de sauver un minimum de l'idée de Dickinson et de faire insérer dans le texte une référence ayant pour effet que tous les pays pouvaient être bénéficiaires de cette solidarité internationale, se fit répondre par Bergson qu'une telle formulation pourrait donner lieu à des interprétations qu'on ferait mieux d'éviter. On s'en remit finalement à la perspicacité du rapporteur et on lui fit confiance pour qu'il apportât au texte proposé les changements sur lesquels la Commission était tombée d'accord105.

  • 106 Reynold, 1963, 439.
  • 107 Voir sa correspondance avec O. Halecki des 6, 17 et 22 février 1924 (SdN, Registry, 1924, Coop. in (...)

63Gonzague de Reynold ne pensait certainement pas à cette session de 1923 lorsqu'il se souvenait, plus tard, de l'enthousiasme et du soulagement avec lesquels les membres de la Commission écoutaient habituellement les propos conciliants avec lesquels le président clôturait les sessions106. C'était lui, cette fois-ci, qui devait faire les frais de l'ambiguïté, car tout le monde ne partageait pas cette admiration devant "l'art de se débarrasser des questions délicates" et d'escamoter les antagonismes au lieu de les discuter ouvertement. Lowes Dickinson, en tout cas, protesta auprès du Secrétariat quand il reçut en février 1924 le texte de l'appel de fonds pour secourir les universités démunies et ne trouva, parmi la liste des Commissions nationales existantes ou en voie de constitution, aucune mention de l'Allemagne. Il fit remarquer que le fait qu'il existait des difficultés à la création d'une Commission nationale en Allemagne aurait dû être évoqué lors de la session de 1923 ; qu'il ignorait qui était l'auteur de cet appel, mais que celui-ci ne reflétait point ce qui avait été dit au cours de la réunion de la Commission au mois de juillet de l'année précédente107. Le stratagème visant à éliminer l'Allemagne implicitement de la liste des bénéficiaires en identifiant ces derniers par le truchement de leurs Commissions nationales de coopération intellectuelle, existantes ou en voie de constitution, n'avait pas réussi.

  • 108 Halecki à de Reynold, les 8 et 20 février 1924, ibid., I, II.
  • 109 Il avait déclaré qu'il tenait à rendre les lecteurs attentifs à cette "lacune scandaleuse" : "… I (...)

64Les explications quelque peu embarrassées que le malheureux Halecki essaya de fournir au professeur Dickinson108 l'excédèrent manifestement encore davantage, et le 23 février 1924, il publia dans le Manchester Guardian une lettre ouverte. Cette lettre et celle que Gilbert Murray fit paraître, dix jours plus tard, dans le Times allaient provoquer au sein de la CICI un douloureux processus de clarification. Quoique la lettre de Dickinson eût été de loin plus sévère109, c'est la manière d'agir de Gilbert Murray qui allait provoquer la plus profonde amertume à Genève. Il avait confirmé les assertions de Dickinson et terminé sa lettre avec ces quelques phrases qui étaient alors ressenties comme un "coup de poignard dans le dos" :

  • 110 The Times du 5 mars 1924, 10. Halecki transmit à Bergson la coupure avec la remarque : "C'est cert (...)

S'il est toujours impossible pour des Français, des Belges et des Allemands de travailler ensemble, même dans les sphères de l'esprit, il en découle qu'à l'heure actuelle une "coopération intellectuelle" n'est pas réalisable. Il n'y a alors pas de "sentiment de solidarité" entre travailleurs intellectuels. Cela étant, je pense que le Conseil de la Société des nations devrait s'interroger sur l'opportunité de suspendre les activités de la Commission de coopération intellectuelle jusqu'à ce que les temps changent. Comme les choses se présentent maintenant, la Commission risque d'entraver une collaboration en Europe plutôt qu'elle ne la favorise110.

  • 111 Bergson à Halecki, le 9 mars 1924 ; Halecki à Bergson, le 11 mars 1924 (ibid.).
  • 112 "La Commission de coopération intellectuelle et les Allemands", reçu au Secrétariat général, le 7 (...)

65Bergson, indigné, s'étonnait de ce que Murray pouvait prétendre que la CICI eût été créée en vue d'une coopération immédiate avec les milieux intellectuels de tous les pays, alors que, d'après lui, il n'en avait jamais été question. Halecki lui répondit qu'alors qu'il était lui-même entièrement de cet avis, il fallait admettre que Gilbert Murray au contraire n'avait jamais partagé ce point de vue, l'avait dit ouvertement dès le début et n'était, somme toute, que logique avec lui-même111. Quoique Bergson fût sans doute le principal responsable de cette zizanie, Gonzague de Reynold devait en récolter les conséquences. En effet, on pouvait difficilement laisser subsister sans la contredire, l'impression qu'avait créée la lettre de Dickinson et qui plaçait les intellectuels allemands dans le rôle de victimes innocentes. Par ailleurs les propos de Murray, tout en étant beaucoup moins choquants, conféraient cependant à l'ensemble des accusations soulevées une dangereuse autorité. Gonzague de Reynold se décida alors à répliquer et à exposer en détail les relations entre la CICI et les milieux universitaires allemands : ses efforts personnels, sa correspondance patiente avec la Notgemeinschaft, les tentatives infructueuses de son émissaire, la méfiance et l'attitude négative des professeurs allemands et de l'Union des universités, le dernier et vain effort, en janvier 1924, de susciter la création d'une Commission nationale allemande112.

  • 113 Télégramme du 8 mars 1924 (Archives G. de Reynold, Actions 16, CICI).

66C'est grâce à un télégramme que Bergson étouffa cette réplique que de Reynold s'apprêtait à envoyer au Times113. Avec l'aide de Jean Luchaire, il remania soigneusement le texte dont de Reynold lui avait envoyé copie. La réplique ne fut jamais publiée.

  • 114 Halecki à Bergson, le 11 mars 1924 (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877).

67Comment se fit-il que l'on ait renoncé à publier une réplique, à laquelle attachaient une grande importance Sir Eric Drummond, le Secrétaire général de la SdN et surtout Gonzague de Reynold, pour qui une telle réplique revêtit une grande importance114.

  • 115 De Reynold à Luchaire, le 10 mars 1924 (Archives G. de Reynold, Corr. 4, 1923-1924, III).
  • 116 De Reynold à Bergson, le 11 mars 1924 (ibid.).

68Ce dernier redoutait, en effet, et indépendamment de la perte de prestige et de crédit que risquait de subir la CICI, des conséquences pour sa position personnelle en Suisse, si l'occasion ne lui était pas donnée de se justifier. Déjà son attitude pro-française avait été critiquée au Conseil fédéral, écrivait-il à Jean Luchaire, et la presse helvétique s'était saisie de l'incident115. Il implorait Bergson de ne pas le laisser dans l'embarras et de lui permettre de publier la réplique : n'avait-il pas risqué, à cause du président, sa réputation de bon Suisse116 ?

69Mais cette chronique des efforts pour obtenir la collaboration allemande avec laquelle Gonzague de Reynold comptait se justifier constituait, pour Bergson, un catalogue d'initiatives non autorisées, dont l'aveu implicite ou explicite devant l'opinion publique française lui parut plus néfaste que le défaut de partialité dont la CICI était accusée par les collègues britanniques. Il était évident, par ailleurs, que les problèmes de l'historien suisse n'allaient pas être résolus par la publication d'une réplique tronquée. Mais, écrivait Bergson au secrétaire de la Commission,

  • 117 Bergson à Halecki, le 13 mars 1924 (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877/IX).

Publier telle quelle, ou sans modification radicale, la lettre de M. de Reynold, c'est déclarer que notre Commission est prête à entretenir les mêmes relations avec l'Allemagne qu'avec les autres nations, que cela dépendra exclusivement des Allemands. Or, sur ce point, mon devoir est de tenir compte de l'opinion publique française : je le dois comme Français, et c'est aussi l'intérêt absolu de notre Commission, car je ne pense pas qu'elle veuille rompre avec l'opinion publique française, avec la science française117.

  • 118 Luchaire à de Reynold, le 18 mars 1924 (Archives G. de Reynold, Actions 16, CICI, VII, Coop. int. (...)

70Les "coups de sonde" dont il parle dans la même lettre et qu'il se préparait alors à effectuer auprès de l'opinion publique française avant de prendre une décision finale aboutissaient manifestement à un résultat négatif. Jean Luchaire qui considérait l'incident comme une véritable "affaire d'Etat118", essaya d'expliquer la situation à Gonzague de Reynold :

  • 119 Luchaire à de Reynold (ibid.).

La situation est ici extrêmement difficile ; tout contribue à monter les esprits, la baisse du franc, le renchérissement, l'approche des élections. La moindre erreur de tactique, qui nous priverait de l'appui des représentants français à la Société des nations, coûterait probablement la vie à la Commission. Vous savez ce que je pense : que la reprise des relations avec les intellectuels allemands - et les intellectuels russes de Russie - est désirable immédiatement. Mais il ne faut pas avoir l'air de céder à l'injonction des pacifistes anglais du genre de Murray, cela envenimerait tout. Laissons passer un peu de temps ; laisser le pétard de Murray faire long feu est de simple prudence119

71Il se dit par ailleurs convaincu que Bergson avait compris qu'il serait néfaste de donner l'impression que l'irréductibilité de la France gênait l'activité de la CICI, et il avait sans doute décidé de faire les déclarations nécessaires au moment jugé propice.

  • 120 Reichserlass du 22 mars 1928, voir infra, chapitre VII, p. 283-285
  • 121 La Commission avait une cinquantaine de membres, appartenant tous à l'Establishment universitaire, (...)

72En réalité, et en dépit de toutes les précautions, le public en connaissait déjà assez long sur les querelles intestines de la CICI pour en faire la cible de nombreuses critiques. Malade et surmené, Bergson démissionna au cours de l'été 1925. Lorentz lui succéda et, à la mort de celui-ci en 1928, Gilbert Murray devint président de la CICI. C'est à cette époque où, dans le sillage de la détente locarnienne, la "Coopération intellectuelle" parvint aussi dans les eaux plus tranquilles. Depuis mars 1923, une Commission nationale de coopération intellectuelle existait en Allemagne : devant l'inaction ostentatoire des milieux universitaires, le gouvernement central avait dû se résoudre à la créer par ordonnance120. L'activité de cet organisme, impressionnant par le nombre et les titres de ses membres, se limitait à des tâches de figuration121. En 1932, la CICI accueillit comme membre un Allemand que Gonzague de Reynold aurait sans doute qualifié d'"authentique" : Hugo Krüss, directeur de la Staatsbibliothek à Berlin, membre depuis quelques années déjà de la sous-commission de la bibliographie et suppléant, à plusieurs reprises, d'un Einstein absent. En 1933, l'Allemagne quitta la Société des nations et cessa aussi de participer à toutes les organisations techniques.

***

73Il est évident que l'on ne pouvait guère aborder sous un angle plus défavorable la question des rapports entre la collaboration scientifique internationale et l'internationalisme politique. Certes, il ne s'agissait pas, dans cette expérience, du seul secteur scientifique : la "Coopération intellectuelle" englobait un domaine beaucoup plus vaste. Mais l'héritage rationaliste, cette foi dans les facultés de l'esprit de s'élever au-dessus des conflits politiques et d'en réduire le contenu à ses dimensions rationnelles, nourrissait les interprétations optimistes de la coopération scientifique aussi bien que celle de la coopération internationale en général.

  • 122 Bannerjea à Halecki, le 28 août 1922 ; réponse de Halecki, le 31 août 1922 (SdN, Registry, 1922, C (...)

74Ce qui rend le projet de la Société des nations si particulier, c'est que - non satisfaits d'obtenir le rapprochement entre les peuples comme une sorte de "sous-produit" d'activités fonctionnelles - les initiateurs semblaient vouloir isoler l'expérience de la solidarité intellectuelle d'éléments fonctionnels éventuels. La poignée d'illustres esprits devaient témoigner de cette solidarité que créent l'intelligence, la culture et la perception d'une harmonie supérieure dans les affaires humaines. L'élitisme qui transpire dans cette conception de la "Coopération intellectuelle" est saisissant. Quand le membre indien de la Commission proposa, en 1922, que la CICI s'occupât de la culture des masses dans ce que nous appellerions aujourd'hui le Tiers-Monde et quand il dénonça une conception de la culture qui se prétendait universelle mais qui n'était en fait qu'européenne, ses collègues en restèrent intrigués. La Commission restait imperméable à de telles considérations et se déclarait peu concernée par cet aspect de relations culturelles122. Ses membres, tout préoccupés par les risques que faisaient courir à la paix les jalousies nationales, ne s'inquiétaient pas encore des conflits que pourraient provoquer un jour les inégalités socio-économiques à l'échelle mondiale.

  • 123 Sathyamurty, 1964, 16-17.

75Le collège d’esprits éminents, a-t-il réussi à exercer une influence ? L'esprit internationaliste, s'est-il vraiment mêlé, comme on l'a soutenu123, aux préoccupations qu'inspiraient, au sein de la SdN, les nationalismes traditionnels ? Pour comprendre les difficultés qui compromettaient le succès de la SdN dans le domaine de la coopération intellectuelle, il s'agit surtout d'éviter le piège qui consiste à interpréter l'évolution de la collaboration internationale dans la perspective d'un progrès continu. Sans doute, l'institutionnalisation d'activités de coopération intellectuelle dans le cadre d'une organisation intergouvernementale à vocation universelle constituait une innovation. Mais l'expérience de la première décennie d'existence de la CICI ne vient pas appuyer une perception selon laquelle cette tentative représente une étape importante dans la structuration progressive- toujours plus dense, plus intégré, plus efficace - de l'espace international. A cause de la distance qui sépare la grandiloquence des objectifs déclarés de l'excessive circonspection avec laquelle la CICI se maintenait à l'intérieur des limites de ce qui était politiquement opportun, la "Coopération intellectuelle" se présente plutôt comme une caricature.

  • 124 Quatrième assemblée, 1923, Séances des commissions, IV, 8e séance du 17 septembre 1923, 35.
  • 125 Joseph Needham, par exemple, avoue ne jamais avoir entendu parler ni de la CICI ni de l'IICI au co (...)
  • 126 A Michel Besso, le 5 janvier 1924 (Einstein et Besso, 1972, 197-198).

76Au sein de la CICI, les esprits ne s'élevèrent que rarement au-dessus des conflits politiques. Au lieu de marcher à la tête du mouvement pour la compréhension internationale et au lieu de guider les masses ignorantes ou mal conseillées, on était, au contraire, soucieux de ne pas se placer à contrecourant de l'opinion publique ; on y invoquait les impératifs du devoir national et fit preuve, en tout cas, d'un sens aigu de ce qui était politiquement possible et opportun. Les relations culturelles suivaient des voies que la politique leur avait déjà frayées : si l'on parlait d'aires culturelles, on raisonnait en termes de zones d'influence politique - n'avait-on pas réclamé, au cours de l'Assemblée de 1923, une représentation au sein de la Commission, de l'aire culturelle de la Petite entente124 ? A la recherche d'une justification pour son existence, la CICI adopta une politique qui s'est toujours révélée comme la planche de salut d'organismes en mal de raison d'être : la collecte et la diffusion d'informations, la compilation de bibliographies, la mise au point d'inventaires. Si les auteurs de descriptions institutionnelles se montrent souvent impressionnés par les activités des années ultérieures - leur richesse et leur diversité - il est difficile de se faire une idée de l'étendue et de la qualité des services que la Commission et l'Institut ont rendus aux milieux auxquels ils voulaient être utiles. Jusqu'ici, les évaluations émanent - ou s'appuient sur les témoignages - de personnalités qui ont été occupées, de près ou de loin, à assurer ces services plutôt que de personnalités qui en étaient les utilisateurs effectifs ou potentiels125. Albert Einstein - ce membre qui est si souvent mentionné comme une caution de l'excellence intellectuelle de la "Coopération intellectuelle" et de son authenticité internationaliste - a porté un jugement dévastateur. La "Coopération intellectuelle", écrivit-il à un ami, a "une seule bonne chose en commun avec toute hypocrisie, c'est d'être un hommage du vice à la vertu, mais rien de plus126".

Notes

1 Chevalier, 1934, 175.

2 Soehring, 1927, 24.

3 Si les auteurs admettent, en général, l'échec des efforts de la "Coopération intellectuelle", ils tendent à l'attribuer, implicitement ou explicitement à l'insuffisance de ressources financières, à l'hostilité des pays anglo-saxons et à la montée des totalitarismes, passant par-dessus des contradictions profondes qui hypothéquaient l'entreprise au niveau de sa conception même. Peu d'ouvrages sont consacrés à la Commission ou à l'Institut. Voir, par exemple, Bennet, 1950 ; Northedge, 1953 ; Pham-Ti, 1962 ; Kolasa, 1962 ; l’Institut international de coopération intellectuelle, 1946 ; Cain, 1960. Certains travaux traitant de questions plus générales consacrent des parties à la "Coopération intellectuelle" : Walters, 1960, 190-194 ; Mylonas, 1976, 29-84 ; Sathyamurthy, 1964 ; Ghebali, 1972, pour en nommer quelques-uns. Parmi les travaux de contemporains, mentionnons : Luchaire, 1925 ; Murray, 1944 ; Bonnet, 1937, 1966 ; Oprescu, 1969 ; Laugier, 1972. Voir aussi, parmi la littérature de mémoires, Reynold, 1963.

4 Needham, 1945 ; (voir supra, p. 16-17.

5 Voir, par exemple, Chickering, 1975, 327-383.

6 Voir Pham-Ti, 1962, 17-18 ; Otlet, 1919, 1921. La proposition de créer un "Bureau international des relations intellectuelles et de l'éducation" avait été soumise à la Conférence de la paix par l'Association française pour la Société des nations (Journal officiel de la SdN, I, 7, octobre 1920, 445-451).
La Fédération nationale des travailleurs intellectuels (France) était également parmi les promoteurs actifs d'une organisation internationale remplissant, au bénéfice des travailleurs intellectuels, le même rôle que l'Organisation internationale du travail pour les travailleurs manuels. Voir aussi l'Institut international, 1946, 1015.
Bien avant que la première assemblée se réunît en décembre 1920, le Conseil de la SdN avait partiellement donné suite aux demandes pressantes de l'inlassable Union des associations internationales en accordant une subvention à l'une des publications, le Code des voeux et résolutions des congrès internationaux, 1923. Le Conseil ne promit par ailleurs qu'un appui moral au projet de création d'une université internationale. Voir P.v. des sessions du conseil, 8e session, 2e séance privée du 31 juillet 1920, 12 ; Journal officiel de la SdN, I, 6, septembre 1920, 305-307 ; Otlet, 1923.

7 Première assemblée, 1920, P.-v. des séances plénières, 31e séance du 18 décembre 1920, 758.

8 Voir au sujet de l'interprétation des articles 23 et 24 du Pacte, Ghebali, 1972.

9 A la demande du Conseil, le Secrétariat produisit deux mémoires "L'activité éducative et l'organisation du travail intellectuel accomplies par l'Union des associations internationales" et "Utilité d'un organisme technique pour le travail intellectuel". Deuxième assemblée, 1921, Séances des commissions, II, annexes 2 et 3, 399-404, 405-406.

10 Deuxième assemblée, 1921, P.-v. des séances plénières, 15 séance du 21 septembre 1921, 313.

11 D.N. Bannerjea (Inde), professeur d'économie politique à l'université de Calcutta ; H. Bergson (France), professeur de philosophie au Collège de France ; Kristina Bonnevie (Norvège), professeur de zoologie à l'université d'Oslo ;
A. de Castro (Brésil), directeur de la faculté de médecine à l'université de Rio de Janeiro ; Marie Curie (Pologne), professeur de physique à l'université de Paris et professeur honoraire à l'université de Varsovie ; Jules Destrées (Belgique), ancien ministre des sciences et des arts ;
Albert Einstein (Allemagne), professeur de physique à l'université de Berlin ; Gilbert A. Murray (Angleterre), professeur de philologie grecque à l'université d'Oxford ; Gonzague de Reynold (Suisse), professeur de littérature française à l'université de Berne ; F. Ruffini (Italie), professeur de droit ecclésiastique à l'université de Turin ; L. de Torres Quevedo (Espagne), directeur du laboratoire électromécanique à Madrid ; George Ellery Hale (Etats-Unis), directeur de l'Observatoire du Mount Wilson, P.-v. des sessions du conseil, 18e session, 7 séance publique du 15 mai 1922, 535-536).
Ce ne fut qu'en 1926 que le Conseil apporta des précisions quant à la durée du mandat qui était alors fixé à 5 ans, renouvelable (P.-v. des sessions du conseil, 40e séance du 7 juin 1926, 889).

12 Reynold, 1963, 390 ; voir aussi Journal officiel de la SdN, III, 2, février 1922, 175.

13 Toute allusion à un délai était, cette fois, omise ; la CICI pouvait alors se considérer comme ayant perdu son caractère provisoire. Troisième assemblée, 1922, P.-v. des séances plénières, 21e séance du 28 septembre 1922, 330.

14 P.-v. des sessions du conseil, 32e session, 11e séance du 13 décembre 1924, 157 (rapport Briand, 285-289).

15 Elle dépendait, pour le soutien administratif, de la direction des Bureaux internationaux. Depuis 1923, Oscar Halecki

16 Voir au sujet de l'évolution ultérieure des rapports entre la Commission et l'Institut et des activités de ce dernier, Mylonas, 1976, 36-52 ; Pham-Ti, 1962, 92-96. remplit les fonctions de secrétaire de la Commission ; il fut remplacé, en 1924, par Georges Oprescu.

17 Voir infra, 207-209, 213 ; voir aussi les remarques de H.A. Lorentz au sujet des difficultés que la fondation d'une Commission nationale avait rencontrées aux Pays-Bas (CICI, P.-v. de ta deuxième session, 12e séance du 1er août 1923, 44-45 ; P.-v. de la troisième session, 1re séance du 5 décembre 1923, 9-10). Voir Mylonas, 1976, 43-45.

18 Henri Bergson voyait dans les Commissions nationales les porte-parole tout désignés de l'idéal de la coopération intellectuelle (13e séance de la Quatrième commission, le 26 septembre 1923. Quatrième assemblée, 1923, P.-v. des Séances des Commissions, IV, 18-79).

19 Pour l'histoire des années ultérieures de la "Coopération intellectuelle", voir - à part la littérature citée dans la note 3 (supra, 162) - la revue mensuelle de l'IICI : Bulletin de la coopération intellectuelle, 1931-1940 ; 1945-1946.

20 Sur les idées de Léon Bourgeois, voir par exemple son ouvrage l'Oeuvre de la Société des nations, 1923 ; voir aussi Solidarité, 1906.

21 Voir le mémoire du Secrétariat général, "L'activité éducative…", loc. cit., 404 (voir supra, p. 165, n. 9, p. 25-26.

22 Ils ne furent d'ailleurs plus invités par la suite. Henri Bergson ne considérait pas comme opportun de donner l'impression que les dirigeants de l'Union des associations internationales étaient en quelque sorte des membres officieux de la sous-commission (SdN Registry, 1923, Coop. int., 13/25732/22158 ; 13/28420/22158 ; 13/20766/14297/XX). Voir aussi Otlet, 1923, 10-14. Il faut noter cependant que le membre belge de la Commission, J. Destrées, se fit représenter deux fois en 1923 par H. Lafontaine.

23 Otlet, 1923, 15. - L'amertume des dirigeants de l’Union des associations internationales était à son comble quand la SdN se décida, en 1924, à accepter l'offre française d'établir à Paris l'Institut international de coopération intellectuelle. La concurrence que la Commission et l'Institut faisaient à l'Union des associations internationales doit être mentionnée dans ce contexte : le Handbook of International Organisations (première édition : 1921) correspondait, en gros, à 1'Annuaire de la vie internationale qui paraissait depuis 1905-1907 sous l'égide de l'Union des associations internationales ; le Bulletin trimestriel de renseignements sur 1'oeuvre des organisations internationales (publié depuis octobre 1922) faisait pratiquement double emploi avec la Vie internationale qui avait été publiée à Bruxelles entre 1912 et 1914 et dont la publication avait été relancée en 1921.

24 Voir infra 181-183. Pour l'estime peu élevé dans lequel on tenait l'Union des associations internationales à Genève, voir F.G. Cottrell à Merriam, le 26 septembre 1921 (NAS Archives, International Relations. League of Nations).

25 Voir ses articles dans la Revue générale (1922a) et dans la Revue de Genève (1922b). Hanté par la crainte que la SdN ne devînt la proie d'une conspiration maçonnique, Gonzague de Reynold était très préoccupé de préserver les travaux de la CICI de tout contact qui aurait permis à quelque représentant que ce soit de cette "contre-Eglise des humanitaristes et des internationalistes" (1963, 387) d'en faire le véhicule de ses idées. Le fait que Léon Bourgeois, ce "pape laïque" (1963, 385), eut imprégné sa création, la "Coopération intellectuelle", de cet esprit, constituait sans doute pour le rapporteur une hypothèque suffisamment lourde.

26 Voir infra, 180-181.

27 Selon Bergson, l'absence d'une définition officielle était délibérée, afin de laisser à la Commission toute la liberté d'interpréter le concept à son gré (Troisième assemblée, 1922, P.-v. des séances des commissions, II, 29) ; voir aussi son discours de clôture de la première session (CICI, P.-v. de la première session, 1922, 36).

28 CICI, P.-v. de la deuxième session, première séance du 26 juillet 1923, 7.

29 Voir supra, 162, n. 3.

30 Gilbert Murray, Deuxième assemblée, 1921, P.-v. des séances plénières, 15e séance du 21 septembre 1921, 309.

31 27e session du Conseil, 10-20 décembre 1923. Rapport du représentant de la France du 8 décembre 1923 (MAE Paris, SdN 34/38). Ce principe fut déjà abandonné en 1925, quand le Conseil de la SdN céda à des pressions italiennes et nomma, en remplacement du professeur Ruffini, le ministre de la Justice du gouvernement fasciste, Alfredo Rocco (voir, par exemple, Nathan et Norden, 1968, 78-79).

32 Gilbert Murray, alors président de la Quatrième commission, dans la séance du 17 septembre 1923. Quatrième assemblée 1923, Séances des commissions, IV, 34.

33 I. Nitobe, directeur de la Section des bureaux internationaux du Secrétariat général dans sa réponse à une lettre demandant des renseignements sur la citoyenneté d'Albert Einstein (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13/20823/14297/XVI).

34 C'est la raison pour laquelle Einstein fut remplacé par un autre physicien, le Hollandais H.A. Lorentz. G. de Reynold dans la 8e séance de la Quatrième commission, le 17 septembre 1923 (Quatrième assemblée, 1923, Séances des commissions, IV, 37 ; CICI, P.-v. de la troisième session, 8e séance du 8 décembre 1923, 29-31 ; Quatrième assemblée, 1923, P.-v. des séances plénières, 15e et 16e séances du 27 septembre 1923, 101-106, 107-111.

35 Henri Laugier, 1972, 404. - Plus tard, Gilbert Murray vit également la principale justification des activités de la Commission dans le rayonnement qu'exerçaient, dans le monde intellectuel, ses réunions (cité dans Northedge, 1953, 94).

36 New York Times du 3 août 1922, 12.

37 Gilbert Murray reçut le télégramme suivant: "Einstein resigns giving no reasons stop important to have him stop fear his resignation will have bad effect stop grateful if you can use your influence." SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/20823/14297/V.

38 Cité dans Nathan et Norden, 1968, 59. Sur les remous antisémites en Allemagne et les inquiétudes d'Einstein, plus particulièrement après l'assassinat de Walther Rathenau, le 24 juin 1922, voir Grundmann, 1967, 161-170 ; 191-232 ; Haberer, 1969, 103-120.

39 Voir, par exemple, la lettre de Marie Curie à Albert Einstein, le 7 juillet 1922 : "… Il me semble que la raison que vous donnez pour votre abstention n'est pas convaincante. C'est précisément parce qu'il existe des courants d'opinion dangereux et nuisibles, qu'il faut les combattre, et vous pouvez exercer, à ce point de vue, une influence excellent par votre seule valeur personnelle, sans que vous ayez à lutter pour la cause de la tolérance." (Archives laboratoires Curie, Paris).

40 Correspondance in SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/20823/14297.

41 Lettre à Pierre Comert du 21 mars 1923, SdN, Registry, 1923, Coop. int., 13/20823/14296/IX. La presse publia cette lettre in extenso.

42 Rapport sur la 29e session du conseil, 10-17 juin 1924. (MAE Paris, 34/201-2/)

43 Voir infra, p. 194-195.

44 Voir, par exemple, supra, chapitre III, 127, n. 64, reflétant l'opinion d'importants milieux "utilisateurs" potentiels de la "Coopération intellectuelle".

45 Reynold, 1963, 413.

46 Pham-Ti, 1962, 38, 56-60.

47 L'influence des idées de la Fabian Society étaient ici d'une influence déterminante (voir supra, p. 27-30, Introduction).

48 Voir à ce sujet Ghebali, 1972.

49 Voir, par exemple, les interventions du délégué australien, Charlton, au cours de la cinquième assemblée, 1924, P.-v. des séances plénières, 18e séance du 23 septembre 1924, 137-147. Des inquiétudes à l'égard de la possibilité que la création de l'Institut de Paris puisse exposer la "Coopération intellectuelle" au soupçon d'être trop étroitement liée à la France, furent également exprimées au sein de la CICI ; voir l'intervention d'Einstein au cours de la 3e séance de la 4e session, le 26 juillet 1924 P.-v. de la quatrième session, 20-22). D'autres déclarations et commentaires sont cités dans Nathan et Norden, 1958, 73-78, 87-88, 108.

50 Par exemple, en s'adressant directement aux enseignants pardessus la tête du ministère, comme il semblait être prévu dans le cas de l'"Enquête" (voir infra, 202-203, 206-208 ; Note au sujet de la 20e session du Conseil de la SdN à Genève, du 28 août 1922 ; MAE Paris, SdN, 32/331/) ; P.-v. de la réunion du 28 décembre 1921 de la Commission interministérielle pour la SdN, (ibid., 32/182-184/).

51 Ministre de l'Instruction publique au président du Conseil, le 23 décembre 1921 (MAR Paris, SdN, 32/331) ; P.v. de la réunion du 28 décembre 1921 de la Commission interministérielle pour la SdN (ibid., 32/182-184).

52 Ministre de l'Instruction publique au président du Conseil, le 23 décembre 1921 (voir note 50).

53 Lettre du 30 avril 1921 (MAE Paris, L. Bourgeois, 42/97/99).

54 Ibid.

55 Voir infra, p. 203, 204, note 95, 212.

56 Au moment où, en été 1923, on s'apprêtait à Genève à créer à côté de la position qu'occupait alors Avenol, un deuxième poste de secrétaire général adjoint et à le confier à un Italien, Léon Bourgeois tirait la sonnette d'alarme. La présence d'un Italien auprès du secrétaire général (sir Eric Drummond) risquait de diluer l'influence française au Secrétariat : "En fait", écrivit-il le 4 juillet 1923 à Gabriel Hanotaux, "si l'on parlait beaucoup anglais au Secrétariat général de la SdN, il faut bien entre nous le reconnaître, c'est l'influence française qui a nettement prédominé au Secrétariat, et c'est ce qui a contribué à nous aider à obtenir somme toute, presque toujours satisfaction sur tous les points." (MAE Paris, SdN, 34/163).

57 Voir Pham-Ti, 1962, qui passe les travaux de la CICI et de l'IICI en revue d'une façon assez complète.

58 Dans le même sens, Mylonas, 1976, 335. Le rôle des sciences restait néanmoins vague, ce qui semble avoir provoqué, chez Joseph Needham, l'impression que la "Coopération intellectuelle" négligeait délibérément les sciences au profit des humanités (Needham, 1945). Or, si la CICI et l'IICI hésitaient à s'engager plus vigoureusement dans le domaine des sciences, la raison principale en était en fait l'existence du CIR et les problèmes délicats que posait une éventuelle collaboration (voir infra, 186-189).

59 Léon Bourgeois, Deuxième assemblée, 1921, P.v. des séances descommissions, II, 398.

60 Interrogé, par O. Halecki, sur l'opportunité d'une centralisation de l'abstracting, Arthur Schuster avait répondu avec beaucoup de candeur : "I feel pretty certain… that before entering into any detaileddiscussion, they (les unions) would wish to know whether there is any hope of outside financial support being obtained…" (Lettre du 5 mai 1923. SdN, Registry, 1923, Coop. int., 13/28320/22158. Voir aussi supra, chapitre III, 127-129).

61 SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/19588/14297.

62 Ce furent : Hale, Heiberg, Pirenne, Shotwell, Volterra, (SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/19588/14297).

63 "Rapport sur les organisations scientifiques internationales préparé par la CICI" du 21 mars 1922, SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/19588/14297 ; "Etudes préparatoires à la première session de la CICI en 1922. - II. Organisation internationale, le travail scientifique". Archives G. de Reynold, Actions 10, CICI. Voir aussi son intervention dans la 5e séance de la première session, le 3 août 1922. CICI, P.-v. de la première session, 19. Le domaine des admissions n'était pas le seul dans lequel les auteurs des études auraient souhaité à voir s'effectuer des réformes.

64 Voir supra, chapitre IV, 144-145.

65 L'Institut international, 1946, 354-355. L'"Organisation de coopération intellectuelle" avait été for mellement établie par l'Assemblée le 24 septembre 1931 (JO de la SdN, supplément spécial 93, 15).

66 C'est ainsi que s'exprima Henri Bergson dans une lettre à G. Oprescu, le 26 octobre 1924 (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/40176/33877/VII).
La CICI et l'IICI avaient d'ailleurs essayé soigneusement de limiter leurs activités dans l'aire scientifique à des domaines dont ne s'occupaient ni le CIR ni l'Union académique internationale, tels que les musées, les bibliothèques, la "propriété scientifique", l'Esperanto, etc.

67 Note manuscrite sur un entretien, le 14 juin 1924, entre L. Bourgeois et H. Bergson (MAE Paris, Léon Bourgeois, 42/168). Voir aussi à ce sujet, Reynold, 1963, 386, et plus généralement sur la citoyenneté d'Einstein, Herneck, 1963.

68 Karo, 1925, 11-12.

69 L'internationalisme de Romain Rolland n'était en fait pas acceptable du point de vue de l'opinion publique française, et encore moins exemplaire. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder les témoignages d'indignation et les polémiques auxquels il fut exposé, notamment en rapport avec le prix Nobel de la paix qu'il reçut en 1916, - "les trente deniers de Romain Rolland". Voir par exemple, Kempf, 1962, 150-151, 214-215.

70 Le Matin, le 23 mars 1922.

71 Bergson salua la réintégration d'Einstein comme membre de la Commission par les propos suivants : "M. Einstein semble vraiment avoir converti à ces hautes spéculations une partie de l'humanité. Puisse-t-il opérer une autre conversion encore ! Déjà pendant la guerre, déjà avant la guerre, il avait une conception des rapports entre les peuples qui ne devait pas être très éloignée de l'idéal de la Société des nations." CICI, P.-v. de la quatrième session, première séance du 25 juillet 1924, 9.

72 Einstein à Krüss, le 16 septembre 1928 (St. B., Handakten Krüss, Völkerbund, Comm. d. Coop.int., Allgemein III) ; voir aussi supra, 178-179.

73 Voir, par exemple, Nathan et Norden, 1968, 58-59, 110-111 ; Einstein et Besso, 1972, 180-236, passim.

74 Reynold, 1963, 409.

75 P.-v. des sessions du conseil, 4e séance de la 29e session, du 16 juin 1924, 914. Voir aussi la note manuscrite du 14 juin 1924 (supra, 192, n. 67). Elle se termine par les mots "pas 2 Allemands". L'insistance de Bergson pour qu'Einstein soit considéré comme représentant de l'Allemagne s'explique alors : il voulait éviter que l'on prenne la citoyenneté suisse d'Einstein comme prétexte pour imposer à la Commission un Allemand qui risquait d'appartenir à la catégorie que Gonzague de Reynold aurait alors appelée "authentique".

76 H. Bergson à O. Halecki, le 13 mars 1924, SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877/IX.

77 "The League and Germany", The Times du 5 mars 1924, 10.

78 Voir, par exemple, Nathan et Norden, 1968, 65-74.

79 Ces problèmes font l'objet d'une correspondance entre Marie Curie et Albert Einstein au cours des années 1926 à 1930 (Laboratoires Curie, Paris, voir aussi Nathan et Norden, 1968, 74, 77-78, 87-88, 108).

80 Voir, par exemple, Einstein et Besso (1972), 180-236, passim.

81 Ayant démissionné de la CICI en mars 1923, Einstein publia, par exemple, un article dans la revue pacifiste Die Friedenswarte, dans lequel il expliquait son geste et affirmait son adhésion inébranlable aux principes qui devraient inspirer la politique de la SdN (Die Friedenswarte, juin 1923 ; voir aussi Nathan et Norden, 1968, 62-63).

82 Reynold à Schmidt-Ott, le 28 février 1923 (NGW, 47).

83 Bergson à Halecki, le 13 mars 1924 (supra, p. 195, n. 76).

84 Deuxième assemblée, 1921, P.-v. des séances plénières, 15e séance du 21 septembre 1921, 310.

85 Deuxième assemblée, 1921, P.-v. des séances plénières, 15 séance du 21 septembre 1921, 313 ; (texte du rapport de G. Murray in Deuxième assemblée, 1921, Séances des Commissions, II, annexe 12, 469).

86 Troisième assemblée, 1922, P.-v. des séances plénières, 21e séance du 28 septembre 1922, 328-329 ; CICI, P.-v. de ta première session, 7e séance du 4 août 1922, 26-27.

87 Schroeder-Gudehus, 1966, 166-168.

88 Reynold, 1963, 413.

89 "…certaines divergences d'opinion qui existent réellement mais que nous nous efforçons d'atténuer jusqu'au jour (que je souhaite prochain) où leur cause même aura disparu." Bergson a Reynold, le 8 mars 1924 (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877).

90 Rapport de la Commission de coopération intellectuelle. CICI, première session, 1922 (A.61.1922.XII-C.559.1922.XII), 3 ; voir aussi l'article que Gonzague de Reynold publia dans le Journal de Genève du 22 janvier 1922.

91 Rapport de la Commission…, loc. cit. (supra, 202, n. 90).

92 Bergson à Halecki, le 5 octobre 1922 (SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13/20766/14297/VIII). L'affaire fut réglée de vive voix (d'après une lettre d'Halecki à Bergson, le 6 octobre 1922). Il semble que Bergson donna son accord à une utilisation du questionnaire pour des sondages en Allemagne, à condition qu'on ne se serve pas de la lettre qui normalement accompagnait l'envoi des questionnaires et qui portait sa signature (J. Luchaire à Halecki, le 22 février 1923, ibid.).

93 Reynold, 1963, 396.

94 Reynold à Schmidt-Ott, le 5 février 1923 (Archives NGW, 47).

95 Il demanda à Gonzague de Reynold, un an plus tard, de supprimer dans son "Rapport sur la science allemande" certaines expressions de regret à l'endroit des difficultés en Allemagne et de les remplacer par des tournures plus neutres ; il ne fallait pas, dit Bergson, s'associer à des manifestations de ce genre - même discrètes - aussi longtemps que la crise franco-allemande n'était pas surmontée (Bergson à de Reynold, le 12 février 1924 ; Archives G. de Reynold, Corr. 61, Bergson). Voir aussi infra, p. 212.

96 Schmidt-Ott à de Reynold, le 17 mars 1923 (Archives NGW, 47).

97 De Reynold à Schmidt-Ott, le 1er mai 1923 (ibid.).

98 Communication personnelle à l'auteur. Voir aussi une note de J.R. de Salis, "Konferenz mit Seiner Exzellenz Herrn Staatsminister Schmidt-Ott", Berlin, le 19 mai 1923 (Archives J.R. de Salis).

99 Mitt. VDH, III (7), décembre 1923, 128-188 (l'article, non signé, est visiblement tributaire des renseignements de K. Kerkhof, si ce dernier n'en est pas lui-même l'auteur).

100 De Salis à de Reynold, le 19 juin 1923 (Archives J.R. de Salis

101 De Salis à de Reynold, le 3 janvier 1924 (ibid.). Voir aussi ce qu'Einstein rapporte de ses efforts pour persuader Max Planck de fonder une Commission nationale allemande, dans Nathan et Norden, 1968, 72-73.

102 Voir les propos d'Halecki, CICI, P.-v. de ta deuxième session, 4e séance du 27 juillet 1923, 18, ainsi qu'annexes 1 et 3 des P.-v. de la troisième session, décembre 1923, 34, 35-39.

103 Voir, par exemple, les interventions de H.A. Lorentz, CICI, P.-v. de la deuxième session, 4e séance du 27 juillet et 12e séance du 1er août 1923, 18, 44-45.

104 CICI, P.-v. de la deuxième session, juillet 1923, 19-20.

105 Ibid.

106 Reynold, 1963, 439.

107 Voir sa correspondance avec O. Halecki des 6, 17 et 22 février 1924 (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877/III).

108 Halecki à de Reynold, les 8 et 20 février 1924, ibid., I, II.

109 Il avait déclaré qu'il tenait à rendre les lecteurs attentifs à cette "lacune scandaleuse" : "… I can imagine no action better calculated to strengthen the strong feeling in Germany, and I believe that the League, as at present organized, is a mere committee of victorious powers to propagate, under new forms, the vendetta against Germany." (loc. cit.)

110 The Times du 5 mars 1924, 10. Halecki transmit à Bergson la coupure avec la remarque : "C'est certainement la pièce la plus grave et la plus navrante." (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877.

111 Bergson à Halecki, le 9 mars 1924 ; Halecki à Bergson, le 11 mars 1924 (ibid.).

112 "La Commission de coopération intellectuelle et les Allemands", reçu au Secrétariat général, le 7 mars 1924 (ibid.).

113 Télégramme du 8 mars 1924 (Archives G. de Reynold, Actions 16, CICI).

114 Halecki à Bergson, le 11 mars 1924 (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877).

115 De Reynold à Luchaire, le 10 mars 1924 (Archives G. de Reynold, Corr. 4, 1923-1924, III).

116 De Reynold à Bergson, le 11 mars 1924 (ibid.).

117 Bergson à Halecki, le 13 mars 1924 (SdN, Registry, 1924, Coop. int., 13c/33877/33877/IX).

118 Luchaire à de Reynold, le 18 mars 1924 (Archives G. de Reynold, Actions 16, CICI, VII, Coop. int. Rapports avec les Allemands).

119 Luchaire à de Reynold (ibid.).

120 Reichserlass du 22 mars 1928, voir infra, chapitre VII, p. 283-285

121 La Commission avait une cinquantaine de membres, appartenant tous à l'Establishment universitaire, aux Académies, à la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft et à la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft.

122 Bannerjea à Halecki, le 28 août 1922 ; réponse de Halecki, le 31 août 1922 (SdN, Registry, 1922, Coop. int., 13c/22284/14297). Ce n'est que plus tard, au début des années 1930, que la "Coopération intellectuelle" s'engagea dans des opérations comme l'aide technique à la Chine (voir à ce sujet, par exemple, Pham-Ti, 1962).

123 Sathyamurty, 1964, 16-17.

124 Quatrième assemblée, 1923, Séances des commissions, IV, 8e séance du 17 septembre 1923, 35.

125 Joseph Needham, par exemple, avoue ne jamais avoir entendu parler ni de la CICI ni de l'IICI au cours des années 1920 et 1930, quand il était jeune chercheur à Cambridge (Needham, 1945).

126 A Michel Besso, le 5 janvier 1924 (Einstein et Besso, 1972, 197-198).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search