Chapitre IV. Le boycott

  • 1 Union internationale des mathématiques ; Union internationale de radio-télégraphie scientifique ; (...)

1Au cours des premières années de son existence, le CIR pouvait se flatter d'avoir aligné un certain nombre de succès : les neutres invités en juillet 1919 avaient adhéré au conseil pendant l'année 1920. Aux trois unions créées par l'Assemblée constituante, trois autres s'ajoutèrent au cours des années suivantes1. Les objectifs politiques du CIR semblaient également se réaliser : le décret de quarantaine porté contre l'Allemagne et l'Autriche se révélait efficace.

La grande offensive

2Ce que les Allemands avaient rapidement appelé le "Boycott" visait surtout quatre secteurs : les instituts scientifiques internationaux, les organisations scientifiques internationales et leurs réunions, et les publications scientifiques.

Instituts, organisations et réunions scientifiques internationales

  • 2 Les conventions furent dénoncées par les gouvernements ; voir par exemple, une lettre de Picard à (...)

3Des changements fondamentaux allaient se produire dans la distribution des services et bureaux centraux. C'est ici que les articles 282 et 289 du Traité de Versailles intervinrent : les conventions, par exemple, qui avaient établi le Service international des latitudes à Potsdam et l'Association internationale de séismologie (dont le bureau central se trouvait à Strasbourg) avaient été dénoncées2. L'Union astronomique internationale enleva à l'observatoire de Kiel les fonctions de Bureau central des télégrammes astronomiques pour les conférer à l'observatoire d'Uccle en Belgique. La redistribution des services et bureaux centraux allait se faire au bénéfice de la Belgique et de la France notamment :

Source : Siegfried Grundmann, "Zum Boycott der deutschen Wissenschaft nach dem Ersten Weltkrieg", Wissenschaftliche Zeitschrift der Technischen Universität Dresden, 14, 1965, no 3, p. 800.

  • 3 Par exemple, le congrès des géologues de Breslau, en 1922, ou la Deutsche Naturforscherversammlung (...)
  • 4 Cette tendance anti-allemande de l'opinion publique se fit sentir même au sein d'organismes dans l (...)

4Une redistribution semblable s'opérait au sujet des congrès scientifiques internationaux : l'Allemagne qui, avant 1914, avait hébergé en moyenne 20 pour cent des congrès scientifiques internationaux, se trouvait exclue de la participation à la majeure partie de ceux tenus au cours des premières années d'après-guerre. Sur un ensemble d'environ 195 congrès scientifiques internationaux qui eurent lieu entre 1920 et 1924, 129 - c'est-à-dire deux tiers à peu près - se sont réunis sans participation allemande ou autrichienne. Si l'on soustrait de ce total le nombre de réunions convoquées sur le territoire des puissances centrales, l'efficacité de la clause d'exclusion paraît plus impressionnante encore : les trois quarts des congrès observèrent la consigne du CIR. Que les réunions organisées en Allemagne et en Autriche aient été relativement rares s'explique sans doute en grande partie par les difficultés politiques et économiques provoquées par la défaite. Sur les 21 qu'indique le tableau ci-après, un certain nombre ont été probablement des congrès nationaux à participation internationale plutôt que des congrès internationaux proprement dits3. Ventilee par périodes, disciplines et organisateurs, la distribution des congrès démontre que l'exclusion des anciens empires centraux n'était pas seulement le fait d'organismes liés au CIR : bon nombre d'organisations s'alignèrent spontanément sur une politique d'ostracisme. La "quarantaine" décrétée par le CIR n'aurait en fait guère eu de chances de s'imposer, si elle n'avait pu rejoindre un fort courant de l'opinion publique4. Certains organisateurs de congres s'abstinrent tout simplement d'envoyer des invitations individuelles ou collectives en Allemagne ou en Autriche, sans insister davantage sur leurs motifs. D'autres - la majorité en fait - préféraient justifier cette exclusion dans leurs déclarations officielles (textes des invitations, allocutions d'ouverture, etc.) en évoquant avec plus ou moins d'ardeur les déchirements de la guerre, les "Résolutions de Londres" ou les statuts des nouvelles organisations. L'allemand comme langue de conférence fut généralement exclu.

Source: Siegfried Grundmann, "Zum Boycott der deutschen Wissenschaft…", loc. cit., p. 800.

Langue et publications

  • 5 Lors du Congrès international des Byzantinistes à Bukareste au printemps 1924, par exemple, six pa (...)
  • 6 Voir infra, chapitre VII, p. 277.
  • 7 Bernal, 1969, 2, 569-570. - Les réactions contre l'usage de l'allemand atteignirent parfois une vi (...)

5Interdire dans ces réunions d'où les ressortissants allemands et autrichiens étaient exclus l'usage de la langue allemande, n'aurait pas dû poser, à première vue, des problèmes particuliers. Cependant, la situation était plus complexe qu'elle n'en avait l'air : les congressistes venant de l'Europe du Centre et du Sud-Est continuaient souvent de préférer l'allemand comme langue de communication - entorse aux principes du CIR immédiatement repérée, avec satisfaction, par les "ultras" allemands5. Frappant par son âpreté, l'affrontement sur l'emploi des langues le fut aussi par sa tenacité : la question des "langues officielles" et le désir de certains milieux scientifiques allemands de voir leur langue rétablie dans son ancien statut, n'était pas pour faciliter le rapprochement des années ultérieures6. La réaction contre l'usage de l'allemand n'était pas sans rapport avec cet "Empire des professeurs allemands" dont parle Bernai et qui, "s'étendant sur toute l'Europe du Nord, du Centre et de l'Est, poussait son influence jusqu'à la Russie, le Japon et les Etats-Unis7". L'usage de l'allemand, lingua franca de cet empire scientifique, signalait sa puissance, et l'obligation pour les scientifiques du monde entier de connaître cette langue, symbolisait leur allégeance à son égard. Le souvenir de cette allégeance nourrissait sans doute la passion des réactions qui éclatèrent dès le début de la guerre. Plus que dans les congrès, cette réaction contre l'usage de l'allemand se manifesta dans le domaine des publications.

  • 8 Des 1 854 514 fiches que le bureau central du International Catalogue of Scientific Literature ava (...)
  • 9 Voir supra, chapitre II, p. 97.
  • 10 Dans le rapport que la Fédération des sociétés des sciences naturelles (infra, 139) soumit à l'Ass (...)
  • 11 La Société géologique de Belgique, ayant accepté de publier une revue signalétique pour remplacer (...)
  • 12 Procès-verbaux de la Conférence interalliée des Associations de chimie pure et appliquée, 15-16 av (...)
  • 13 Voir infra, chapitre V, p. 171-172 et passim.
  • 14 Ces experts étaient arrivés à la conclusion que l'édition de ces nouveaux Zentralblätter devrait ê (...)

6En fait, si avant 1914 la connaissance de la langue allemande était pratiquement indispensable pour faire de la recherche de pointe dans certaines disciplines, il faut en chercher une des causes dans la prépondérance des publications allemandes dans la littérature scientifique de l'époque. Cette constatation s'applique aussi bien au nombre des publications8 que - et surtout - aux ouvrages et périodiques de référence, c'est-à-dire ces "Archive, Jahrbücher" et "Zentralblätter" auxquels l'éditeur de Scientia avait fait allusion en 19179. S'il était toujours possible d’attribuer à l'absence de génie et à une manie de la compilation, la production pléthorique des auteurs allemands dans ce domaine, leur supériorité tant dans la production d'abstracts que de bulletins signalétiques demeurait incontestée10 et, à en juger par les réactions ultérieures, la cause de profonds ressentiments. Le problème de la langue n'était ici qu'un aspect d'une frustration plus complexe, mélange ambigu de considérations morales et matérielles, de considérations de prestige national et d'intérêts commerciaux. Il n'est guère surprenant dans ces conditions que l'anéantissement du quasi-monopole de la Referaten-Literatur allemande ait été une des priorités pour les milieux scientifiques proches du CIR. Malgré certaines propositions faites en ce sens11, on ne songeait d'ailleurs pas en général à boycotter ce que les collègues allemands allaient produire : tout en évitant d'avoir des rapports personnels avec eux, on voulait continuer de recenser leurs publications12. Lors de l'Assemblée constituante du CIR, le projet d'une Union internationale de la bibliographie et de la documentation avait été amplement discuté ; Paul Otlet, secrétaire général de l'Union des associations internationales et de l'Institut international de bibliographie, en était le principal promoteur13. L'Assemblée avait également pris connaissance du rapport d'une commission de la Fédération des sociétés des sciences naturelles sur les mesures à prendre pour remplacer les publications de référence allemandes par des publications équivalentes produites dans les pays alliés14.

  • 15 Voir infra, chapitre V, p. 186-189.
  • 16 Procès-verbaux de la première session de la sous-commission bibliographique du 20 décembre 1922. S (...)
  • 17 Certaines réserves furent déjà émises dans un article d'E. Gley, 1917. Le problème que posait le r (...)
  • 18 Cette lettre fut aussitôt publiée dans le Bulletin d'information de l'Association des universités (...)
  • 19 C'est la conclusion qu'on tire de certaines informations marginales : par exemple, les scientifiqu (...)
  • 20 Le déclin spectaculaire et définitif ne survint qu'au cours des années 40 (Price, 1963, 95).
  • 21 Veblen, 1918-1965, 48.

7Elaborés avec soin et compétence, ces projets n'ont pourtant pas été réalisés. Plus de trois ans plus tard, quand la Commission internationale de coopération intellectuelle de la Société des nations15 se pencha sur une éventuelle coordination de la bibliographie scientifique, il apparut que le CIR n'avait guère fait de progrès dans ce secteur. Ses représentants, invités à participer à une réunion de la sous-commission bibliographique, déclarèrent qu'en dépit de la position dominante des publications allemandes sur le marché, certaines publications de référence françaises, anglaises et américaines s'étaient néanmoins développées, et qu'il s'était révélé difficile d'amener maintenant les uns ou les autres à abandonner des positions acquises au profit d'une centralisation nécessaire16. Cette réticence à renoncer à des positions acquises n'était pas le seul obstacle à surmonter. La publication régulière de périodiques de référence exigeait, d'abord, une organisation expérimentée de dépouillement et d'abstracting, mais son efficacité dépendait tout autant de la collaboration bien rodée entre chercheurs et maisons d'édition. Les forces de l'esprit et de la conviction pouvaient suffire pour réorganiser les associations scientifiques et les congrès - il fallait pour la publication de revues et d'annuaires, aussi et avant tout des moyens matériels importants17. Si le monopole de la Referaten-Literatur allemande était ressenti par les savants alliés comme un défi moral, les éditeurs, eux, y voyaient d'abord un risque commercial : un coût de production élevé et un marché peu intéressant, peu propice à l'écoulement de titres nouveaux. Les éditeurs allemands détenaient un avantage sérieux : des réseaux de commercialisation depuis longtemps établis. Pour ne pas travailler à perte, deux solutions se présentaient : obtenir des subsides publics, ou forcer la vente. Les chances étaient minces pour obtenir des pouvoirs publics une participation au financement de ces publications hautement spécialisées, s'adressant à un public très restreint, donc politiquement peu rentable. Fallait-il alors, pour susciter la collaboration et pour stimuler la vente, faire appel au sentiment national ? Moins ces appels étaient discrets, plus ils prêtaient flanc à la critique des milieux universitaires allemands qui ne manquèrent pas d'en dénoncer allègrement l'inconvenance. Jusqu'au milieu des années 20, la préface de l'Index Generalis - annuaire qui devait remplacer Minerva - faisait allusion à l'Alsace libérée et au fait que Minerva ne pouvait plus se publier à Strasbourg. Aussi, ce fut une trouvaille quand on eut connaissance en Allemagne d'une lettre que l'éditeur de l'Index Generalis avait envoyée à sa clientèle potentielle, lettre qui sollicitait l'appui au nom du devoir patriotique18. Le secteur des publications scientifiques fut sans doute celui sur lequel le mouvement de boycottage eut le moins de prise : ce n'est qu'après la Deuxième Guerre mondiale que la Referatent-Literatur passa, de façon définitive, aux mains des Etats-Unis. Ce fut sans doute un des secteurs aussi où la quarantaine fut, dès le début, le moins observée. En l'absence d'études systématiques et détaillées, on est réduit à des hypothèses - mais de toute évidence les publications allemandes continuaient de se vendre19. La contribution allemande à la littérature scientifique mondiale déclina, certes, de façon radicale au lendemain de la guerre, mais vers 1930, elle avait repris la moitié de sa position d'avant-guerre20. Si l'on considère que l'autre moitié avait été perdue à cause de l'accroissement considérable de la contribution américaine, on ne peut guère attribuer au "boycott" la perte relative, à moins qu'on le considère comme un des facteurs ayant été responsables de cette "insolvabilité de la communauté universitaire européenne" que Thorstein Veblen avait déjà prévue pendant la guerre21.

  • 22 Baker, Tate et Rowlett, 1971.

8L'usage de la langue allemande déclina de façon sensible et durable : de 40 pour cent en 1909, il tomba à 27 pour cent en 192922. Mais peut-on ici, sous prétexte de vouloir évaluer l'effet de la quarantaine, isoler le domaine de la communication scientifique du contexte politique général ? L'usage de l'allemand était en déclin partout, et comme la domination de cette langue avait été, aussi, le reflet d'un rapport de puissance politique, il n'est pas surprenant qu'un renversement de ce rapport affecte aussi le secteur linguistique. Que l'allemand ne fût plus parmi les langues officielles de la Société des nations, lui portait un coup fatal - à la fois consécration d'un changement du rapport des forces politiques et facteur limitant les possibilités ultérieures d'expansion culturelle des pays vaincus.

9Les redresseurs de torts dans la cité scientifique étaient peu portés, naturellement, à évaluer le rôle et l'effet de leur mission vengeresse dans un contexte plus vaste. Se croyant au diapason de leur temps, ils renonçaient difficilement à attribuer aux bouleversements qu'ils se flattaient d'avoir provoqués dans le monde des sciences, une signification décisive pour la situation politique dans son ensemble - plus décisive que la réalité ne le justifiait.

Les fissures

  • 23 "Revoit against super-organisation", The Times, 8 mars 1921, 10.

10La crainte que les années n'émoussent l'indignation profonde, qui les animait alors tous, avait amené les fondateurs du CIR à le pourvoir contre les risques d'une abrogation prématurée des clauses d'exclusion ; ils avaient muni les statuts de barrières et de verrous à cet effet. Ils auraient sans doute rejeté avec indignation l'idée qu'un jour, après quelques années seulement, cette rigidité pouvait se révéler facteur de désintégration : la sur-organisation, au lieu de consolider l'édifice, lui donnait un manque de souplesse contribuant à élargir les fissures qui s'y étaient rapidement déclarées23. En effet, malgré les succès enregistrés par le CIR au cours de ses premières années de fonctionnement, le tableau n'était pas sans ombres, et ces ombres allaient s'élargissant. Le CIR devait se heurter principalement à trois ordres de difficultés : des oppositions à l'intérieur même du Conseil ; l'indépendance manifestée par les unions contre la tutelle du conseil ; finalement, le revirement qu'amorçait la politique européenne et, parallèlement, la démobilisation croissante de l'opinion publique.

  • 24 Schuster à Picard, le 3 novembre 1919 (RS 540). En discutant leur adhésion, les académies neutres (...)
  • 25 Déclaration de Svante Arrhenius (cité par S. Grundmann, 1965, 805). Grundmann cite, in extenso, un (...)

11Quand, en 1919-1920, les académies neutres s'étaient déclarées contre l'ostracisme décrété à l'égard des anciens empires centraux et avaient laissé entendre qu'elles ne songeaient guère, même membres du CIR, à le pratiquer, les dirigeants du CIR avaient cru devoir s'en accommoder pour ne pas compromettre alors le plus urgent, à savoir leur adhésion. Ils avaient tendance d'ailleurs à interpréter de telles déclarations comme des concessions que les académies faisaient à leurs dissidents - pour calmer les oppositions internes - et qui n'auraient pas de conséquences fâcheuses24. Ils se trompèrent. Certes, les académies neutres en adhérant au CIR avaient détruit tout espoir que pouvaient nourrir les Allemands de raviver l'ancienne Association internationale des académies. Mais cette adhésion fut, pour beaucoup de membres, un moyen d'autant plus efficace pour combattre le "Boycott" de l'intérieur même de l'organisation25. Loin de constituer une formule à consommation interne, le voeu de voir adhérer, au plus tôt, les académies de langue allemande, était l'énoncé d'un programme.

  • 26 International Research Council, 1922, 7.
  • 27 Ibid., 12.

12En 1922 déjà, lors de la deuxième Assemblée du CIR, les membres réunis eurent l'occasion de s'en rendre compte ; le délégué suédois proposa l'abrogation des articles d'exclusion ; le délégué suisse l'appuya26. Cependant, l'opposition fut encore si vive qu'on renonça à soumettre la proposition au vote. Dans son allocution de clôture, Emile Picard exprima son soulagement et l'espoir "que la présidence de cette assemblée sera toujours aussi facile qu'elle a été ces jours derniers27". Ce voeu ne fut pas exaucé. Malgré leur adhésion au CIR, ce furent les neutres - comme Emile Picard l'avait prévu en automne 1918 qui essayèrent d'entrouvrir la porte aux Allemands.

  • 28 Lallemand à Bowie, le 8 septembre 1921 ; Arrhenius à Hale, le 3 février 1922 (RS 541).

13La critique des neutres ne portait d'ailleurs pas seulement contre l'ostracisme que voulait imposer le CIR à l'égard de l'Allemagne. Ils s'opposaient également au système de vote pondéré qui désavantageait les petits pays (à moins qu'ils eussent des colonies)28. Ils jugeaient de plus excessive l'autorité concentrée entre les mains du Comité exécutif. Il était évident que, pour survivre, le CIR devait changer de politique. Le système qui avait émergé en 1919 - après la dénonciation des conventions et le transfert dans les pays alliés ou associés des services et bureaux centraux - commençait d'ailleurs à montrer de toutes parts des faiblesses.

  • 29 International Research Council, 1925, 60-61 (Georges Lecointe, malade, n'avait déjà pas participé (...)
  • 30 Il présida, par exemple, à Leipzig en 1924, la Conférence internationale de la Société astronomiqu (...)
  • 31 Rapport du 20 mai 1922 (AA KultAbt VIB KuW 530, 16, 9587).
  • 32 Certains congrès avaient été effectivement boycottés : la section des sciences naturelles de l'Aca (...)
  • 33 Des scientifiques neutres participaient aux réunions organisées par les Allemands et les invitaien (...)

14Ainsi le Bureau central des télégrammes astronomiques passa-t-il en 1922 déjà d'Uccle à l'observatoire de Copenhague29 ; cet observatoire avait également accueilli dans ses murs une succursale de l'observatoire de Kiel, ancien siège de ce service. Le directeur danois, Strömgren, était connu pour son indifférence à l'égard du CIR et de ses directives30. Des infractions discrètes à la quarantaine se faisaient d'ailleurs plus nombreuses : Hecker, l'ancien directeur de l'Institut séismologique de Strasbourg, rapporta qu'à la réunion même, en avril 1922, à laquelle on liquida officiellement cet Institut, certains collègues lui avaient fait comprendre qu'ils lui communiqueraient des données pertinentes pour ses travaux (il dirigeait alors l'Institut géodésique de Iéna)31. Sans doute, au cours des premières années, beaucoup d'organismes étaient d'accord avec le programme du CIR ; d'autres hésitèrent à risquer un refus des Français et des Belges et préféraient convoquer leurs réunions sans participation allemande32. Les gestes de sympathie venant de pays anciennement neutres33 étaient perçus en Allemagne comme une maigre compensation à l'isolement cependant. L'année 1924 - l'année où prit fin l'occupation de la Ruhr et où, avec l'acceptation du Plan Dawes, s'amorça la détente - marqua alors un tournant aussi dans les relations scientifiques internationales. Les entorses aux mots d'ordre du CIR se multiplièrent partout, non seulement dans les pays anciennement neutres, mais également dans les pays ex-alliés et même au sein des unions affiliées.

  • 34 - désavouant ainsi les représentants japonais qui avaient participé aux réunions des académies des (...)
  • 35 Il n'excluait d'ailleurs pas la possibilité que Picard essayait de mobiliser les autres académies (...)
  • 36 Hale à Schuster, le 17 mars 1922 (RS 541). Dans cette lettre, Hale insistait également sur d'autre (...)
  • 37 Hale à Schuster, le 29 décembre 1921 (RS 541).
  • 38 W.A. Noyes, 1925 ; la discussion se trouve dans la revue Chemistry andIndustry, 43, 29 février 192 (...)

15Une certaine lassitude à l'égard des sentiments que traduisit le programme du CIR apparut d'ailleurs assez vite chez les alliés les plus éloignés de l'Europe : l'organisme national de recherche qui se constituait au Japon rejetait d'emblée l'idée d'un Conseil international de recherches dont certains pays seraient exclus34. Les Américains ne s'étaient jamais distingués par un enthousiasme très vif pour la passion vengeresse de leurs collègues français et belges. A en juger par l'espace que lui accordait généralement la revue Science, par exemple, la question de l'organisation scientifique internationale ne semblait même pas intéresser outre mesure les scientifiques américains. Les statesmen of science, comme George Ellery Hale ou Robert A. Millikan, étaient des exceptions. Hale, par exemple, considérait comme excessifs certains points de vue de Picard - bien qu'il en eût partagé d'autres pendant quelque temps35. Il fut d'ailleurs le premier parmi les membres du Comité exécutif du CIR à saisir l'issue offerte par l'entrée prévisible de l'Allemagne dans la Société des nations36 ; inviter l'Allemagne à adhérer au CIR après son entrée à la Société des nations permettait en effet de satisfaire aux critiques tout en sauvant la face : l'admission de l'Allemagne à la Société des nations, faisait la preuve que ce pays pouvait être accueilli, à nouveau, parmi les nations civilisées. Hale connaissait bien l'état d'esprit en Europe et demanda plus d'une fois à ses collègues français et belges de la compréhension pour ceux de ses compatriotes qui, l'Europe leur étant peu familière, avaient tendance à réclamer avec force la révocation immédiate du "Boycott"37. Millikan n'hésitait pas à envisager un voyage à Berlin pour clarifier la situation et accélérer la reprise des relations avec les Allemands. William Albert Noyes, l'éminent chimiste, ayant visité l'Europe en 1923-1924, avait conclu à l'absurdité de la scission qui continuait de séparer les ex-ennemis ; il publia un opuscule - Building for Peace - qui reçut, en Europe, un accueil plutôt mitigé. Il déclencha un long débat dans une revue anglaise de chimie, où le premier éditorial ne manqua d'ailleurs pas de rappeler au professeur Noyés qu'un Américain pouvait bien avoir le recul nécessaire pour juger avec objectivité des affaires de l'Europe, mais que, néanmoins, les Européens avaient leurs propres idées à ce sujet, que leurs connaissances historiques, politiques et économiques les justifient ou non38.

  • 39 International Research Council, 1925, 6-7, 10.
  • 40 La proposition fut rejetée par 19 voix (France, Belgique, Pologne, Tchécoslovaquie, Maroc, Egypte) (...)
  • 41 "Pour certains, six années forment un temps bien long, et ils estiment que l'oubli peut venir ; po (...)

16A l'occasion de la troisième Assemblée du CIR, on réclama à nouveau l'abrogation des articles d'exclusion. Le 8 juillet 1925, Hendrik A. Lorentz fit une proposition dans ce sens, au nom des académies hollandaise, danoise et suédoise, et adressa aux membres réunis un sévère avertissement. Il serait temps, dit-il, six ans après la fin de la guerre, de restituer à la recherche scientifique son universalité propre. La collaboration avec les puissances centrales serait indispensable, et on ne devrait pas oublier, de toute façon, que même pendant la guerre, bon nombre de savants allemands avaient conservé une attitude de bonne volonté à l'égard de l'ennemi. Il ne s'agirait pas non plus de remplacer les anciennes restrictions par de nouvelles, en limitant, comme le voulaient certains, l'éligibilité au CIR aux états membres de la Société des nations. Il ajouta craindre pour l'existence même du CIR, si l'assemblée ne parvenait pas à se rallier à cette manière de voir39. Soumise au vote, la proposition fut néanmoins rejetée40. Grâce au vote pondéré et à la présence parmi les membres d'une forte clientèle de la France, les ''ultras" avaient réussi à bloquer le passage d'un vote favorable à la majorité des deux tiers. Le soin apporté par les fondateurs du CIR à l'élaboration des statuts et à la composition du conseil avait donc, à court terme, porté ses fruits. L'atmosphère lourde de l'assemblée n'empêcha pas Emile Picard d'évoquer les arguments bien connus en faveur de l'exclusion des empires centraux : les différences fondamentales de mentalités, mais aussi les différences fondamentales entre les expériences de la guerre, entre l'expérience des pays occupés, et l'expérience des neutres ; et, enfin, la nécessité de pouvoir faire appel, pour collaborer, a la confiance réciproque41.

  • 42 Voir, par exemple, Thomson à Schuster, le 11 janvier 1918 (au sujet de la radiation des membres al (...)
  • 43 - bien qu'au début, la revue Nature eût appuyé la politique du "Boycott" (voir aussi, à ce sujet, (...)
  • 44 The Times du 22 octobre 1920, 10 ; le même journal publia le 8 mars 1921 un article présentant le (...)
  • 45 Voir infra, chapitre V, p. 209-210.
  • 46 The Manchester Guardian du 3 juin 1924.
  • 47 La London Mathematical Society avait refusé de participer au congrès de Toronto de 1924 en guise d (...)

17Il n'avait pu échapper à personne que le délégué britannique avait voté en faveur de la proposition hollando-dano-suédoise. Ce changement tout officiel d'attitude était symptomatique et de mauvais augure pour les "ultras" du CIR. Dès le début, Arthur Schuster n'avait pas bénéficié, à l'intérieur même de la Royal Society, d'un appui aussi unanime que celui reçu de leurs académies par ses collègues français et belges42. L'attitude de l'opinion publique britannique en général était également moins favorable qu'en France ou en Belgique. Contrairement à la presse française et belge commentant avec une grande satisfaction les décisions et déclarations du Conseil international de recherches, la presse anglaise s'était toujours montrée réservée, laissant une place très large aux voix critiques43. Des protestations - impensables en France et en Belgique - contre le CIR et l'attitude politique dont il était le porte-drapeau - s'étaient produites en Angleterre, allant de la déclaration des professeurs d'Oxford de 192044 aux lettres ouvertes de Gilbert Murray45 et de Hardy46 en 1924. Hardy s'était oppose dès la première heure au CIR et au rôle que la Royal Society s'y était, selon lui, arrogé. La lettre de 1924, publiée dans le Manchester Guardian, et qui invitait expressément tous les scientifiques et sociétés savantes à prendre position, était néanmoins surprenante par sa sévérité : Elle déclarait en substance que le CIR ne devait son existence qu'à deux pays et à l'habileté d'une minorité qui y avait vu son intérêt ; cette organisation n'aurait pas été créée pour faciliter la collaboration internationale, mais pour en exclure les Allemands. Il serait temps - à la lumière aussi de l'opposition qui, Dieu merci, commençait à se manifester partout - de mettre un arrêt à cette façon de perpétuer, au nom de la science, les passions nationales. L'année 1924 avait été riche, en effet, de ces manifestations d'opposition, et Hardy n'y avait probablement pas été totalement étranger. Ainsi, le Congrès international des mathématiques tenu à Toronto (août 1924), avait-il adopté la résolution d'inviter officiellement les puissances centrales à adhérer à l'union. Les dirigeants ne s'inquiétèrent pas des contraintes que leur imposaient, dans cette matière, les statuts de l'Union : ils transmirent simplement la résolution au Comité exécutif du CIR à Bruxelles, pour information47 !

  • 48 Hale à Schuster, le 29 décembre 1921 et le 17 mars 1922 (RS 541).
  • 49 - telles les Unions internationales de physique et de biologie, par exemple. Voir aussi - à part l (...)

18L'indiscipline des unions constituait, pour le CIR, le danger le plus grave. Malgré l'insistance de Hale sur la nécessité pour le conseil de s'engager dans des projets de recherche interdisciplinaires48, rien n'avait été entrepris dans ce sens. Hale craignait que le CIR, se limitant à la seule fonction coordinatrice, ne se trouvât bientôt en marge des courants de collaboration scientifique internationale et ne devînt un organisme essentiellement décoratif. En l'absence d'un programme d'activités scientifiques qui lui fût propre, le CIR tirait sa seule raison d'être du "lien organique" qu'il serait en mesure de maintenir avec les unions et du respect que celles-ci seraient prêtes à accorder aux consignes du conseil. Les signes d'indisciplines qui commençaient à se multiplier en 1924 étaient d'autant plus inquiétants que certaines unions n'existaient toujours que sur le papier49. Les autres, à mesure qu'elles se développaient, manifestaient une indépendance croissante. Si elles renonçaient dans leurs congrès annuels à passer outre tout de suite aux statuts, ce fut généralement sous la condition expresse d'une insertion de la normalisation des rapports avec les collègues allemands et autrichiens à l'ordre du jour de la session suivante. Certains succès que le CIR semblait remporter d'abord, se révélèrent par la suite comme des victoires à la Pyrrhus. Un cas qui illustre très bien cette détérioration de la situation est celui du Congrès international de géographie de 1925, placé, in extremis, sous l'égide d'une "Union internationale de géographie". Ce cas met en lumière aussi l'acharnement avec lequel les dirigeants du CIR poursuivaient leur objectif de la "solidarité indéfinie" contre l'ancien ennemi.

  • 50 Il était courant d'acheminer des invitations à des congrès scientifiques internationaux par l'inte (...)
  • 51 Gesandtschaft au Caire à AA, les 27 juin et 26 juillet 1922 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).

19Des congrès internationaux de géographie avaient été organisés depuis 1871 à intervalles irréguliers. A la fin du Xe congrès à Rome en 1913, on avait décidé la tenue du XIe congrès à Saint-Pétersbourg, en 1916. Au lendemain de la guerre, le comité exécutif constitué à Rome préféra choisir un autre lieu de réunion et opta pour Le Caire. En faisant coïncider le congrès international de géographie avec le cinquantenaire de la Société royale de géographie d'Egypte, en 1925, les organisateurs étaient sûrs que le Roi égyptien acceptât le haut patronage du congrès. Au mois de juin 1922, le ministère des Affaires étrangères de l'Egypte fit alors parvenir aux vingt-six missions diplomatiques accréditées auprès du gouvernement égyptien une invitation officielle au XIe Congrès international de géographie devant avoir lieu en avril 192550. L'invitation parvint à Berlin à la fin juin et fut transmise, comme le voulait la routine administrative, aux institutions intéressées, c'est-à-dire, dans ce cas précis, aux académies et aux universités. Comme des bruits couraient dans ces milieux, selon lesquels l'Allemagne serait exclue de ce congrès, le ministère pria le Gesandte au Caire de s'informer. La réponse parvint à Berlin à la fin juillet : de telles rumeurs semblaient dénuées de tout fondement51.

  • 52 International Research Council, 1922, 9, 37.
  • 53 Ibid., 136.
  • 54 Georges Perrier, "Le Congrès international de géographie du Caire, 1-9 avril 1925", Bulletin géodé (...)

20A la même époque siégeait à Bruxelles la Deuxième assemblée générale du CIR, et le jour même de l'envoi de ces informations rassurantes à Berlin par le Gesandte de l'Allemagne au Caire, le CIR décida d'inviter "comme pays indépendant" un pays dont les habitants avaient été comptés jusque-là, en vertu de l'article 19 des statuts, comme faisant partie de la population du Royaume-Uni et de ses colonies, à savoir, l'Egypte. Cette invitation avait été proposée par l'Union géophysique et géodésique internationale, dont les personnalités dirigeantes préparaient en même temps, en marge de l'Assemblée générale, la fondation d'une "Union géographique internationale". Cette précipitation s'explique à la lumière des propos tenus par Alfred Lacroix au cours des discussions se poursuivant aussi au sujet d'une éventuelle "Union géologique internationale" : il voyait comme un des grands avantages de la création d'unions la possibilité ainsi offerte "de régler la question des relations avec les savants des puissances centrales, sans qu'il soit besoin d'en spécifier spécialement les modalités52". Avant d'adopter les statuts de la nouvelle Union géographique internationale, la Deuxième assemblée générale du CIR ajouta un élément à l'énumération des tâches prévues dans un projet élaboré en 1919 : l'article 1er précisait alors que l'union devait aussi "organiser les congrès internationaux et les comités qui en dépendent53". L'objectif était clair : il fallait que le Congrès international de géographie du Caire tombe sous la juridiction du CIR. L'idée qu'une manoeuvre trop transparente puisse en fin de compte nuire à la cause plutôt que la servir, ne semble pas avoir effleuré les créateurs de cette "fiction théorique54".

  • 55 "… happily regularized" ("The International Geographical Congress at Cairo", The Geographical Jour (...)
  • 56 Document annexe dans AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1.

21L'union établie et "l'affaire heureusement arrangée55", les dirigeants du CIR s'attaquèrent aussitôt à la deuxième partie de l'opération. A l'automne 1923, l'Union géographique internationale et le comité organisateur du Caire expédièrent des invitations au Premier congrès international de géographie, convoqué sous l'égide de l'Union géographique internationale et conformément aux statuts de cette dernière. Le comité du Caire précisa encore que les précédentes circulaires devaient "en conséquence être considérées comme nulles et non avenues56". Quelques mois plus tard, en février 1924, le gouvernement égyptien transmettait aux missions étrangères au Caire une note portant sur le Congrès international de géographie de 1925. Le gouvernement égyptien informait les gouvernements destinataires de son adhésion au Conseil international de recherches et à l'Union géographique internationale et continuait :

  • 57 Note du 14 février 1924 (transmise à AA, le 21 février 1924 ; AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).

... Cette adhésion ayant pour conséquence l'annulation des invitations précédemment envoyées, de nouvelles invitations seront faites pour la participation au nouveau Congrès international de géographie sous le patronage de ladite union et conformément à ses statuts57.

22Le texte s'arrêtait là dans les notes transmises aux missions allemande et autrichienne. Celles destinées aux autres vingt-quatre pays comportaient, en plus, l'annonce officielle du Congrès et l'invitation d'y envoyer une délégation.

  • 58 Réponse du ministère égyptien des Affaires étrangères à une question écrite du Gesandter d'Allemag (...)

23Le gouvernement égyptien se trouva dans une situation peu confortable, et la diplomatie allemande fit de son mieux pour la rendre plus pénible encore. Le Gesandte allemand au Caire demanda des explications. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, embarrassé, déclara que les invitations du mois de juin 1922 n'avaient recueilli que cinq réponses favorables et qu'il fallait, par conséquence, adhérer "à l'organisme qui avait remplacé les anciens congrès et qui seul avait qualité pour constituer, organiser et réunir les congrès scientifiques et pour en assurer le succès : le Conseil international de recherches58". Le ministre n'hésita pas à terminer la conversation en rendant hommage à la science allemande et ajouta que le gouvernement égyptien

  • 59 Ibid.

... saluera avec joie le jour où les hommes comprendront que la science et l'art n'auraient dû et ne devront plus être mêlés aux passions et aux luttes des peuples...59.

  • 60 Gesandtschaft allemande à AA, le 6 décembre 1924 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).
  • 61 Dépêche du 26 mars 1925 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).
  • 62 Ambassade d'Allemagne à Paris à AA, le 9 juillet 1925 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3).

24Le Congrès international de géographie était passé au niveau diplomatique. "Nous sommes peut-être plus germanophiles que vous", dit le Roi d'Egypte à l'Ambassadeur de Suède qui, lui aussi, demanda des explications60. Les Français auraient exercé des pressions, rapporta l'Ambassadeur de l'Allemagne à La Haye61. Quelques mois après le congrès, Anatole de Monzie, alors ministre français de l'Instruction publique, allait d'ailleurs exprimer vis-à-vis de l'Ambassadeur de l'Allemagne à Paris sa désapprobation à l'égard des "ultras" dans son pays et mentionner spécialement les initiatives françaises lors de l'organisation du Congrès de géographie du Caire62.

  • 63 Gesandtschaften d'Allemagne à Stockholm (à AA, le 26 juillet 1924) ; à Oslo (à AA, le 21 juillet 1 (...)
  • 64 H. Baulig, "The International Geographical Congress at Cairo" The Geographical Review, XV, 1925, 4 (...)
  • 65 Ibid. ; voir aussi, par exemple, G. Perrier dans l'article cité supra, 155, n. 54.
  • 66 Par exemple, la Bourse égyptienne du 7 mars 1924 : Al Akhbar du 7 janvier 1925 ; Journal du Cadre (...)
  • 67 Voir infra, chapitre VII, p. 257-259 et passim.

25Bien que la participation des Allemands eût été évitée, le CIR n'avait guère matière à pavoiser. Le congrès n'avait pas été un succès. La Suède, la Norvège et la Finlande avaient refusé d'envoyer des délégations, parce que le congrès n'était pas assez international63. Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la Hollande et le Canada, n'avaient pas envoyé des délégations officielles64. Les commentaires, même bienveillants, insistaient tous sur la mauvaise organisation du congrès65, et la presse donnait une publicité considérable aux aspects politiques de la réunion66. Il n'est pas exclu que la Gesandtschaft allemande ait fait son possible pour procurer aux journalistes les informations nécessaires. En fait, la diplomatie allemande - étant convaincue, depuis un certain temps déjà, de l'intérêt qu'elle avait à combattre le "Boycott"67 - avait bien compris que le Congrès international de géographie du Caire lui fournissait une excellente occasion pour discréditer le CIR et ses orientations politiques.

  • 68 Par exemple, un tiré à part de l'article que le géographe A. Penck avait publié dans la Zeitschrif (...)
  • 69 Instructions du 2 avril 1924 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1). Aux premières rumeurs d'une exclusion (...)

26Dès qu'il n'y eut plus de doute possible sur l'exclusion de l'Allemagne du Congrès de géographie, la direction des Affaires culturelles du ministère allemand des Affaires étrangères distribua de la documentation aux autres ministères, à la presse spécialisée, aux rédactions des grands journaux d'information, et à toutes les missions diplomatiques68. Au début du mois d'avril 1924, la Wilhelmstrasse envoyait aux missions à Berne, Oslo, Copenhague, Stockholm, Helsingfors, La Haye et Madrid et au Consulat de Genève des instructions dont toutes les autres missions recevaient copie : l'histoire du Congrès international de géographie y était brièvement résumée et des informations plus détaillées transmises en annexe. On s'en remettait aux missions de se servir de cette documentation pour des mises au point éventuelles, en privé ou en public. Une suggestion supplémentaire fut faite au Consulat de Genève : le ministère recommandait aux représentants de l'Allemagne de soulever la question du Congrès du Caire dans les milieux de la Société des nations et de préciser à cette occasion les réserves allemandes à l'égard de la Commission internationale de coopération intellectuelle qui venait d'être constituée en 1922 ; il était important de bien faire comprendre dans ces milieux qu'aussi longtemps que les élites scientifiques des pays de l'Entente n'hésitaient pas à porter préjudice à la science allemande (comme cela s'était produit pour le Congrès de géographie), les grands principes de cette "Coopération intellectuelle" ne présentaient pour l'Allemagne qu'un intérêt platonique69.

  • 70 Le Conseil international de recherches se préoccupant uniquement des sciences exactes et naturelle (...)

27L'intérêt que la diplomatie allemande portait à la Commission de coopération intellectuelle et à ses rapports éventuels avec le CIR et l'Union académique internationale70 ne s'explique pas uniquement par le souci de mettre un terme rapide à l'isolement des élites intellectuelles allemandes. Au ministère l'impulsion principale venait, à ce moment, de la direction des affaires de la Société des nations. On avait trouvé une utilité tactique à l'ostracisme pratiqué à l'égard des universitaires allemands dans les principaux pays membres de l'organisation genevoise : pendant les années suivant immédiatement la guerre, quand la politique allemande consistait à discréditer la Société des nations en dénonçant sa véritable nature de "Cartel des vainqueurs tout rapport entre elle ou ses organes subsidiaires (comme la Commission de coopération intellectuelle) et les milieux irréductible des pays victorieux, fournissait un appui supplémentaire à l'argumentation.

  • 71 Voir infra, chapitre VII, p. 264-269 et passim.

28L'Auswärtiges Amt ne fut que le premier des ministères des Affaires étrangères à montrer de l'intérêt pour l'ambiance qui régnait au sein de la communauté scientifique internationale. L'intervention des chancelleries dans les questions de la coopération internationale que les fondateurs du CIR avaient si ardemment souhaitée en 1919, allait se réaliser cinq ou six ans plus tard. La situation internationale était alors en train de se transformer ; les gouvernements des pays vainqueurs s'engageaient peu à peu dans une politique plus conciliatrice envers l'ancien ennemi. Quand les diplomates viennent à s'intéresser finalement aux relations scientifiques internationales, ce sera dans le souci d'éliminer tous les facteurs susceptibles d'entraver une amélioration de l'ambiance politique générale. Leur intervention causera alors aux "ultras" de la première heure la plus amère déception71.

Notes

1 Union internationale des mathématiques ; Union internationale de radio-télégraphie scientifique ; Union géographique internationale.

2 Les conventions furent dénoncées par les gouvernements ; voir par exemple, une lettre de Picard à Hale du 22 juillet 1917 concernant l'Association internationale de séismologie et les organisations scientifiques internationales en général, que Hale transmit, avec un memorandum, au Secrétaire d'Etat, le 20 septembre 1917 (US NatArch, StateDpt. 592.31 (Ala-44) ; voir aussi la circulaire de Georges Lecointe, ancien président de l'Association internationale de séismologie, aux membres de cette Association, du 3 septembre 1919, accompagnée des "Résolutions de Londres", des statuts du CIR et des statuts de l'Union géophysique et géodésique internationale (RS 540).
Le cas de l'Association internationale de séismologie est assez particulier : la convention était venue à expiration et aurait dû être renouvelée en 1916. La Suisse, l'Espagne, la Hollande et les pays Scandinaves avaient alors formé une "Association géodésique réduite entre états neutres", dont le siège était à Zurich et qui continuait à collaborer avec la station géodésique de Potsdam. Lors du Premier congrès de l'Union géophysique et géodésique internationale qui eut lieu en 1922 à Rome, l'"Association réduite" adhéra à l'Union dont le bureau central fut établi au Japon, à l'observatoire de Mizusawa. Une semaine avant le congrès de Rome, les 24 et 25 avril 1922, une assemblée générale de l'ancien Institut séismologique (qui avait été rattaché à l'Union) se réunit à Strasbourg et procéda à sa liquidation définitive (voir le rapport du représentant de l'Allemagne et ancien directeur de l'Institut, O. Hecker, du 30 mai 1922, AA Kult-Abt. VIB KuW 530 (16)-9587 ; Die deutsche Wissenschaft und dasAusland, 5).

3 Par exemple, le congrès des géologues de Breslau, en 1922, ou la Deutsche Naturforscherversammlung de 1922, à Leipzig, bien que ces deux congrès figurent, dans les listes publiées, parmi les "congrès internationaux" (Internationale wissenschaftliche Kongresse, 1922-1923, 16). La présence de délégués français et belges à 8 de ces 21 congrès est signalée sans plus de précision.
On aurait tort d'ailleurs d'attendre de ces compilations une précision à toute épreuve. Elles portent généralement la marque du patriotisme ombrageux de leurs auteurs et, par conséquent, d'une tendance à dramatiser. Ainsi il arrivait à Karl Kerkhof, directeur de la Reichszentrale für wissenschaftliche Berichterstattung (voir infra, chapitre VI, 253-256) d'aller jusqu'à dénoncer l'exclusion des savants allemands de réunions convoquées par des organisations que l'Allemagne avait quittées de son plein gré (voir, par exemple, la lettre du Reichsministerium für Ernährung und Landwirtschaft à l'Auswärtiges Amt (AA Kult-Abt. VIB KuW 359/4/, 1922) au sujet du Comité international pour l'exploration de la mer, que l'Allemagne avait quitté en 1914). La compilation de ces listes de congrès - conçues comme des collections de griefs - faisait partie du "Contre-Boycott" allemand dont il sera question au chapitre VI, infra, 239-250).

4 Cette tendance anti-allemande de l'opinion publique se fit sentir même au sein d'organismes dans lesquels la participation allemande était maintenue en vertu des dispositions du Traité de Versailles, comme le Comité international des poids et mesures. Wilhelm Foerster, l'éminent astronome, président de ce comité depuis 1891, s'était rendu à Paris, en 1920, pour assister à une réunion du comité, la première d'après-guerre.
La majorité des délégués des puissances alliées s'opposèrent à ce qu'un représentant de l'Allemagne participât à la réunion, et encore davantage qu'il la présidât. On arriva à un compromis grâce à la médiation du délégué des Etats-Unis, S.W. Stratton. Foerster démissionna et fut remplacé, l'année suivante, par Vito Volterra (membre du Comité exécutif du CIR). Voir Procès-verbaux des séances du Comité international des poids et mesures, vol. ix, 1921, p. 81. L'incident fut d'autant plus remarqué que Foerster, très affligé par l'humiliation subie à Paris, mourut, presque nonagénaire, quelques mois après le voyage (Berliner Tageblatt du 25 janvier et 13 février 1921).

5 Lors du Congrès international des Byzantinistes à Bukareste au printemps 1924, par exemple, six participants (trois Yougoslaves, deux Roumains et un Grec) présentèrent leurs communications en allemand, bien que l'Allemagne et l'Autriche aient été exclues de ce congrès (Deutsche Allgemeine Zeitung du 1er juillet 1924) ; d'autres exemples chez Karo, 1925, 8. L'allemand était, de plus, une des langues nationales d'un pays membre, la Suisse ; un incident se produisit, quand l'allemand ne fut pas admis comme langue de conférence au Congrès international sur la tuberculose qui eut lieu à Lausanne en août 1924. Un délégué d'origine suisse-alémanique fut ainsi empêché de s'exprimer, dans son propre pays, dans sa langue maternelle (Basler Nachrichten, le 27 août 1924).

6 Voir infra, chapitre VII, p. 277.

7 Bernal, 1969, 2, 569-570. - Les réactions contre l'usage de l'allemand atteignirent parfois une violence inusitée : "… German is, without doubt, a barbarous language only just emerging from the State of primitive Gothic character, and I venture to suggest that it should be to the advantage of science to treat it as such from the date August 1, 1914…" (Letter to the Editor, Science, 49, 21 février 1919, 193).

8 Des 1 854 514 fiches que le bureau central du International Catalogue of Scientific Literature avait reçues durant la première décennie de son existence, 829 054 - c'est-à-dire presque 45 pour cent - avaient été fournies par le bureau régional allemand (Kerkhof, 1921, 237). Cette quantité doit être appréciée à la lumière des commentaires que communiquait en 1906 le responsable du Catalogue à Arthur Schuster : "… l'Allemagne a sans doute gonflé la liste d'articles en y incluant des textes qui n'ont qu'un intérêt purement technique. Nous en avons éliminé un bon nombre, mais en avons conservé d'autres dont il était impossible d'évaluer l'intérêt scientifique…" (Morley à Schuster, le 2 avril 1916, RS 541).
En 1909, la contribution de l'Allemagne à la littérature mondiale répertoriée dans Chemical Abstracts était, avec 45 pour cent, deux fois supérieure à celle du pays suivant, les Etats-Unis, avec 19 pour cent (Price, 1963, 95ss ; 1967, 90).

9 Voir supra, chapitre II, p. 97.

10 Dans le rapport que la Fédération des sociétés des sciences naturelles (infra, 139) soumit à l'Assemblée constituante du CIR, il était affirmé à plusieurs reprises que "la plupart (des publications documentaires en zoologie) et les plus importantes, sont entre les mains des Allemands et… il est impossible de trouver actuellement pour les nations alliées, les organes de documentation indispensables" (International Research Council, 1919, 116). On trouve des témoignages dans le même sens à tous les niveaux de la documentation ; voir, par exemple, les remarques pessimistes que fit le chimiste Moureu, membre de l'Académie des sciences de Paris, lors d'un Comité secret du 29 décembre 1919 (procès-verbal dans AdS, Paris).

11 La Société géologique de Belgique, ayant accepté de publier une revue signalétique pour remplacer le Geologisches Zentralblatt (et qui allait s'appeler la Revue de géologie et des sciences connexes) annonça en 1920 qu'elle n'allait rendre compte d'aucune publication allemande (Kerkhof, 1922, 13-14, se référant à la revue Der Geologe). Voir aussi supra, chapitre II, 95-96.

12 Procès-verbaux de la Conférence interalliée des Associations de chimie pure et appliquée, 15-16 avril 1919 (interventions des professeurs Haller et Moureu), 9-10 (RS 541). En revanche, l'Académie royale de Belgique avait décidé de ne plus accepter aucune publication allemande ou autrichienne, mais d'acheter "les volumes dont la possession lui semblera utile pour ses bibliothèques" (Lecointe à Schuster, le 7 mars 1919, RS 541).

13 Voir infra, chapitre V, p. 171-172 et passim.

14 Ces experts étaient arrivés à la conclusion que l'édition de ces nouveaux Zentralblätter devrait être confiée à un "Office interallié de publications scientifiques de documentation et d'information", et que ces bulletins devraient être créés notamment dans les domaines de la botanique, la zoologie, l'anatomie, la biologie et la physiologie. Les académies affiliées seraient tenues de transmettre à cet "Office" tous les articles paraissant dans leur pays ; l'Office confierait à chaque académie le dépouillement d'un certain nombre de publications allemandes (International Research Council, 1919, 40-42, 113-145, 277-287).

15 Voir infra, chapitre V, p. 186-189.

16 Procès-verbaux de la première session de la sous-commission bibliographique du 20 décembre 1922. SdN, Registry, 1923, Coop. Int., 13/25869/22158.

17 Certaines réserves furent déjà émises dans un article d'E. Gley, 1917. Le problème que posait le remplacement de la Referaten-Literatur allemande était évoqué à plusieurs reprises aux réunions de la Commission des affaires extérieures de la National Academy of Sciences au début des années vingt (NAS Archives, Foreign Relations Committee, 1919-1938, Annual Meetings).

18 Cette lettre fut aussitôt publiée dans le Bulletin d'information de l'Association des universités allemandes : "… Monsieur Montessus de Ballore a des raisons de croire que Minerva a définitivement cessé sa publication. Au cas qu'un éditeur allemand tenterait de composer un Annuaire du même genre, vous êtes instamment prié de ne pas répondre aux demandes de renseignements qu'il pourrait vous adresser. L'Index Generalis qui est une oeuvre anti-allemande et qui a nécessité de grands sacrifices pécuniaires, doit seul remplacer Minerva. Il est d'ailleurs plus complet, mieux fait, et il respecte les langues les plus usuelles. Apportez votre aide à cette oeuvre française en la répandant. N'oubliez pas qu'avec vous, la France a sauvé le monde de la barbarie prussienne." (Mitteilungen des VDH, II, 4, 15 février 1922, 41).

19 C'est la conclusion qu'on tire de certaines informations marginales : par exemple, les scientifiques anglais protestèrent contre une taxe sur l'exportation des périodiques scientifiques allemands imposée en vertu des dispositions du Traité de Paix sur les réparations : ils eurent gain de cause et la taxe fut abolie (Nature, 109, 23 février 1922, 247). Ils se plaignirent également des prix exorbitants des ouvrages scientifiques allemands (Nature, 110, 23 décembre 1922, 845).

20 Le déclin spectaculaire et définitif ne survint qu'au cours des années 40 (Price, 1963, 95).

21 Veblen, 1918-1965, 48.

22 Baker, Tate et Rowlett, 1971.

23 "Revoit against super-organisation", The Times, 8 mars 1921, 10.

24 Schuster à Picard, le 3 novembre 1919 (RS 540). En discutant leur adhésion, les académies neutres et leurs représentants avaient généralement tenu à exprimer leur espoir que les empires centraux seraient admis aussitôt que les circonstances le permettraient (voir, par exemple, Lorentz à Schuster, le 1er septembre 1919, et Schuster à Picard, le 3 novembre 1919, RS 540).

25 Déclaration de Svante Arrhenius (cité par S. Grundmann, 1965, 805). Grundmann cite, in extenso, une lettre de Lise Meitner (à Max von Laue) du 26 novembre 1923, relatant les échos perçus, lors de sa visite en Hollande, à propos des débats sur l'adhésion des physiciens hollandais à l'Union internationale de physique. Lorentz entre autres avait alors défendu le point de vue qu'il serait plus efficace de promouvoir l'admission des Allemands de l'intérieur que de l'extérieur de l'organisation (805).

26 International Research Council, 1922, 7.

27 Ibid., 12.

28 Lallemand à Bowie, le 8 septembre 1921 ; Arrhenius à Hale, le 3 février 1922 (RS 541).

29 International Research Council, 1925, 60-61 (Georges Lecointe, malade, n'avait déjà pas participé à l'assemblée de 1922 ; il quitta son poste à l'observatoire d'Uccle en 1925 et mourut en 1929).

30 Il présida, par exemple, à Leipzig en 1924, la Conférence internationale de la Société astronomique (Astronomische Gesellschaft). Internationale wissenschaftliche Kongresse, 1922, 1923, 5-6.

31 Rapport du 20 mai 1922 (AA KultAbt VIB KuW 530, 16, 9587).

32 Certains congrès avaient été effectivement boycottés : la section des sciences naturelles de l'Académie royale de Belgique avait refusé de participer au Congrès international de physiologie d'Edimbourg (juillet 1923), parce que des savants allemands y avaient été invités ; l'Ambassade allemande à Berne avait appris que le IIIe Congrès international d'entomologie de Zurich (juillet 1925) s'était déroulé sans participation française ni belge. Selon l'informateur de l'Ambassade, les deux délégations ne seraient pas venues à cause des intentions des délégations américaine et anglaise de faire accueillir, à nouveau comme membres, les membres honorifiques allemands qui avaient été rayés pendant la guerre (Ambassadeur allemand à l'Auswärtiges Amt, les 7 juillet et 4 août 1925 ; AA KultAbt. VIB KuW 359//2/). Les explications données pour ces défections renvoyaient généralement aux "Résolutions de Londres" et à son préambule (voir, par exemple, les commentaires dans la Libre Belgique du 13 mars 1922 ; la dation belge du 14 avril 1922 ; l’Etoile belge du 8 juillet 1921 ; l’Indépendance belge des 18, 19 et 20 août 1922).

33 Des scientifiques neutres participaient aux réunions organisées par les Allemands et les invitaient à celles qu'ils organisaient eux-mêmes ; ils s'efforçaient aussi de faire état de leur opposition au "Boycott" par des gestes et des lettres de protestation : les ophtalmologues finlandais protestèrent contre l'exclusion des Allemands du Congrès international d'ophtalmologie de Washington de 1922 (Mitt. VDH, II, 2, 15 janvier 1922, 13) ; un article dans Svenska Dagbladet du 20 décembre 1921 déconseilla aux savants suédois d'assister au Congrès international de géologie de Bruxelles (juillet 1922), parce que ce congrès ne serait pas vraiment international. La Suède, la Norvège et les Pays-Bas n'y envoyèrent pas de délégations d'ailleurs (Karo, 1925, 6) ; voir aussi infra, chapitre VI, 246-247 et passim.

34 - désavouant ainsi les représentants japonais qui avaient participé aux réunions des académies des sciences interalliées (le chimiste Sakurai et le géophysicien Tanakadate, membre du Comité international des poids et mesures). Ambassade allemande à Tokyo à AA, le 14 décembre 1920 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/842).

35 Il n'excluait d'ailleurs pas la possibilité que Picard essayait de mobiliser les autres académies pour des motifs très personnels, motifs ne ralliant pas la majorité des scientifiques français (Hale à Schuster, les 9 juillet 1919 et 29 décembre 1921 ; RS 541).

36 Hale à Schuster, le 17 mars 1922 (RS 541). Dans cette lettre, Hale insistait également sur d'autres transformations qu'il voulait voir inscrites à l'ordre du jour de l'assemblée générale du CIR prévue pour juillet 1922 : abandon de l'obligation, pour cette assemblée, de se réunir à Bruxelles ; abandon du vote pondéré au prorata de la population ; participation des unions au Comité exécutif, etc.

37 Hale à Schuster, le 29 décembre 1921 (RS 541).

38 W.A. Noyes, 1925 ; la discussion se trouve dans la revue Chemistry andIndustry, 43, 29 février 1924, 213-214 ; 7 mars, 255-256 ; 28 mars, 332-333 ; 18 avril, 407-408 ; 25 avril, 413-414 ; 2 mai, 454-468 ; 9 mai, 490-491 ; 16 mai, 503-504 ; 23 mai, 549 ; 30 mai, 559-560, 575-576 ; 20 juin, 644 et 1er août 1924, 788.

39 International Research Council, 1925, 6-7, 10.

40 La proposition fut rejetée par 19 voix (France, Belgique, Pologne, Tchécoslovaquie, Maroc, Egypte) contre 28, ibid., 12.

41 "Pour certains, six années forment un temps bien long, et ils estiment que l'oubli peut venir ; pour d'autres, au contraire, ce temps paraît bien court pour jeter un voile sur tant d'actes odieux et criminels, surtout quand aucun regret n'est exprimé." (International Research Council, 1925, 18).

42 Voir, par exemple, Thomson à Schuster, le 11 janvier 1918 (au sujet de la radiation des membres allemands de la liste de la Royal Society (RS 541), et le désir, manifesté par les participants britanniques lors de la Conférence des académies des sciences interalliées de Paris, de conserver au futur CIR une plus grande souplesse que ne l'envisageaient les participants français et belges (procès-verbal, AdS Paris).

43 - bien qu'au début, la revue Nature eût appuyé la politique du "Boycott" (voir aussi, à ce sujet, Werskey, 1971, 531).

44 The Times du 22 octobre 1920, 10 ; le même journal publia le 8 mars 1921 un article présentant le CIR comme une "superorganisation almost pathetic in its sterile incompétence".

45 Voir infra, chapitre V, p. 209-210.

46 The Manchester Guardian du 3 juin 1924.

47 La London Mathematical Society avait refusé de participer au congrès de Toronto de 1924 en guise de protestation contre l'exclusion des Allemands et des Autrichiens (Karo, 1925, 5-6).

48 Hale à Schuster, le 29 décembre 1921 et le 17 mars 1922 (RS 541).

49 - telles les Unions internationales de physique et de biologie, par exemple. Voir aussi - à part les procès-verbaux des assemblées générales du CIR - Lyons, 1944, 316-317.

50 Il était courant d'acheminer des invitations à des congrès scientifiques internationaux par l'intermédiaire des ministères des Affaires étrangères. Cette méthode permettait d'atteindre les collègues de tous les pays ; de plus, l'acceptation, par le ministère, de se charger de la transmission des invitations, constituait en général, une garantie du sérieux de la réunion envisagée. Il y avait, en outre, une certaine assurance pour les organisateurs du congrès que les gouvernements récipiendaires veillaient à la qualité de leur délégation.

51 Gesandtschaft au Caire à AA, les 27 juin et 26 juillet 1922 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).

52 International Research Council, 1922, 9, 37.

53 Ibid., 136.

54 Georges Perrier, "Le Congrès international de géographie du Caire, 1-9 avril 1925", Bulletin géodésique, avril-mai-juin 1925, 6, 18.

55 "… happily regularized" ("The International Geographical Congress at Cairo", The Geographical Journal, 64, juillet-décembre 1924, 270).

56 Document annexe dans AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1.

57 Note du 14 février 1924 (transmise à AA, le 21 février 1924 ; AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).

58 Réponse du ministère égyptien des Affaires étrangères à une question écrite du Gesandter d'Allemagne, du 21 février 1924 ; transmise à AA le 4 mars 1924 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).

59 Ibid.

60 Gesandtschaft allemande à AA, le 6 décembre 1924 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).

61 Dépêche du 26 mars 1925 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).

62 Ambassade d'Allemagne à Paris à AA, le 9 juillet 1925 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/3).

63 Gesandtschaften d'Allemagne à Stockholm (à AA, le 26 juillet 1924) ; à Oslo (à AA, le 21 juillet 1924) ; à Helsingfors (à AA, le 2 juin 1924) ; AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1.

64 H. Baulig, "The International Geographical Congress at Cairo" The Geographical Review, XV, 1925, 470.

65 Ibid. ; voir aussi, par exemple, G. Perrier dans l'article cité supra, 155, n. 54.

66 Par exemple, la Bourse égyptienne du 7 mars 1924 : Al Akhbar du 7 janvier 1925 ; Journal du Cadre du 16 avril 1925. Selon le Gesandte, la presse accordait une grande attention au fondateur de la Société royale de géographie, l'Allemand Georg Schweinfurth (qui, nonagénaire, ne participait pas au congrès).

67 Voir infra, chapitre VII, p. 257-259 et passim.

68 Par exemple, un tiré à part de l'article que le géographe A. Penck avait publié dans la Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde su Berlin (5-7, 1924), relatant l'histoire du Congrès (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1).

69 Instructions du 2 avril 1924 (AA KultAbt VIB KuW 359, 4/1). Aux premières rumeurs d'une exclusion de l'Allemagne du congrès du Caire, le ministère avait déjà voulu savoir si les personnalités dirigeantes du CIR et de l'Union académique internationale étaient en même temps membres de la Commission internationale de coopération intellectuelle. Comme cette dernière prétend être animée d'un esprit authentiquement international et s'intéresser à la coopération avec toutes les communautés scientifiques (celle de l'Allemagne y compris), écrivit le ministère au Consul allemand à Genève - il serait intéressant de savoir si la Commission est réellement aussi éloignée des "organisations de Bruxelle qu'elle veut le faire croire. De semblables informations furent demandées aux missions allemandes à Paris et à Bruxelles, le 29 février 1924 (AA KultAbt VIB KuW 583 adh. I/2).

70 Le Conseil international de recherches se préoccupant uniquement des sciences exactes et naturelles, une autre organisation se constitua dans le domaine des humanités : l'Union académique internationale, fondée à Paris en octobre 1919 et ayant son siège à Bruxelles. Ses objectifs étaient très semblables à ceux du CIR, à savoir la réorganisation de la collaboration internationale à l'exclusion des puissances centrales. Composée essentiellement des sections arts-lettres des académies nationales, elle essayait également de faire respecter le principe du "Boycott" dans le domaine des associations et des congrès internationaux, des publications de référence, etc. L'exclusion des puissances centrales n'était pas ancrée dans les statuts de l'union, cependant, le ton des discussions était par ailleurs moins acrimonieux que chez les scientifiques. Le retour à la collaboration avec les collègues allemands et autrichiens s'effectua aussi plus rapidement. L'Allemagne n'a cependant pas adhéré à l'Union académique internationale avant 1933. Voir : Conférence préliminaire de Paris (15-17 mai 1919), Proces-verbaux. Union académique de recherches et de publications, Paris, 1919 ; Seconde conférence académique (15-16 octobre 1919), Procès-verbaux. Union académique, Paris, 1919 ; Sessions annuelles du Comité, Procès-verbaux. Union académique internationale, Bruxelles, 1920ss.

71 Voir infra, chapitre VII, p. 264-269 et passim.