Chapitre II. La mobilisation des esprits 1914-1918

"… ils ont cherché dans l'arsenal de leur savoir, de leur mémoire, de leur imagination, des raisons anciennes et nouvelles, des raisons historiques, scientifiques, logiques, poétiques, de haïr…"
Romain Rolland, "Déclaration de l'Indépendance de l'Esprit", l'Humanité du 26 juin 1919.

  • 1 Scheler, 1917, 8.
  • 2 Diels, 1907, 3.
  • 3 Duhem, 1915a, 3.
  • 4 L'inquiétude dont les traces sont abondantes dans la littérature des années de guerre, est particu (...)

1"La première expérience collective que vécut le genre humain fut celle de la haine", constata le philosophe Max Scheler, au milieu de la guerre1. Dans le monde scientifique, le balancier que son collègue Hermann Diels avait vu avec tant de satisfaction osciller vers l'"amour", revenait avec force du côté de la haine2."… toutes les poitrines halètent du même souffle, tous les coeurs battent des mêmes sentiments, une seule âme fait agir ce grand corps…" écrivait alors Pierre Duhem3. L'éminent physicien applaudissait à Bordeaux l'expérience d'un grand élan national avec le même enthousiasme que ses collègues de Leipzig et de Berlin. En Allemagne plus qu'ailleurs, on pouvait discerner dans l'effervescence générale les manifestations d'un certain soulagement : l'Empire était jeune encore, et on y avait suivi avec une angoisse particulière l'évolution d'anciennes tensions, tensions notamment entre les différentes parties de l'Empire où vivait encore le souvenir de souverainetés séculaires. La guerre semblait alors souder le peuple entier dans un élan unanime, mettant fin, avec éclat, aux prophéties malveillantes des uns et aux appréhensions à peine voilées des autres4.

  • 5 Schroers, 1914, 106.
  • 6 The Times, 5 janvier 1915, 4. On trouve d'ailleurs des exemples d'hommes de science adoptant des c (...)

2Nous déborderions le cadre de la présente étude en recherchant l'origine et la nature profonde de cette éruption des passions collectives ou en voulant en appréhender l'ampleur. Des deux côtés affleuraient, dans l'emportement des esprits, des émotions obscures et difficilement saisissables : le mépris d'une vie enlisée dans une paix qui avait trop duré, l'exaltation de la lutte purificatrice, la nostalgie des "orages d'acier". Qu'ils prirent la parole ou qu'ils saisirent la plume, les hommes de science de tous les camps furent entraînés dans cette grande agitation patriotique. Inter armae silent musae. Mais, affirmait-on, "lorsque les muses se taisent, andrès musikoi ont le devoir d'autant plus de se faire entendre5". Ces derniers s'acquittaient alors de ce devoir avec un tel dévouement que, dès les premiers jours de la guerre, le Times pouvait parler d'un "professormadewar6."

  • 7 Kjellén, 1916, 5.
  • 8 Pour une analyse des "Idées de 1914" et leurs origines, voir, par exemple, Ringer, 1966, 181-182 ; (...)
  • 9 Troeltsch, 1924, 318.
  • 10 Schäfer, 1918, 18.

3Parce qu'ils se sentaient menacés, les peuples recherchaient d'abord en eux-mêmes, dans leur passé collectif, les racines de leur existence nationale, les preuves de leur puissance nationale, les fondements de leur mission nationale. Il est difficile de suivre le publiciste suédois, Rudolf Kjellén, grand admirateur de l'Allemagne, manifestant son enthousiasme pour la littérature que la guerre fit éclore en Allemagne et dont la qualité égalait, selon lui, la quantité7. Le flot de cette prose belliqueuse était, certes, puissant, et il serait injuste de nier que l'émotion profonde produisait, en Allemagne comme ailleurs, ici et là, de très beaux textes. Mais dans l'ensemble, le délire patriotique secrétait une littérature insipide, où une fureur teutonne voisinait avec l'univers rétrograde, anti-libéral et irrationnel des "Idées de 19148" et l'exaltation, sentimentale et archaïsante, de l"'âme allemande". Il demeure surprenant de trouver les noms d'éminents savants associés à des textes dont le genre semblait jusque-là réservé aux élucubrations de ligues d'anciens combattants ou d'autres groupements patriotards. "Littérature de réformés", devait-on appe-1er cette prose plus tard9. Si, chez les uns, ces vapeurs d'exaltation se dissipèrent rapidement, elles s'attardèrent dans d'autres têtes jusqu'à la fin, nourrissant des idées de croisade, de "levée en masse" et de défaite totale dans l'honneur10.

  • 11 Max Weber, cité par Marianne Weber, 1926, 530.

4L'accueil enthousiaste fait à la "guerre miraculeuse11" devait nécessairement anéantir l'esprit de coopération scientifique internationale. Ceux qui en étaient touchés les premiers, s'ils s'en indignaient, certains ne semblaient guère s'en étonner

  • 12 Roethe, 1914, 89.

Tous ces échanges internationaux entre académies et hommes de science - échanges dont l'Allemagne précisément prenait soin avec tant de zèle - se sont révélés sans le moindre effet : il n'était pas question que les professeurs anglais protestent contre cette guerre de propagande mensongère déclenchée contre nous ! Ils sont des Anglais comme les autres !12

5On distingue dans ces propos d'un germaniste berlinois, Gustav Roethe, nationaliste de droite qui ne se démentira jamais, une satisfaction à peine dissimulée : il ne déplorait que pour la forme la défaillance d'une solidarité qu'il avait toujours envisagée avec scepticisme et qui eût pris les allures d'une perversion une fois les hostilités déclenchées.

6Avant de s'occuper du sort de la coopération internationale dans le domaine scientifique, de ses organisations et de ses projets, on doit donc éclaircir une autre question : qu'était-il advenu de l'"esprit international" des années d'avant-guerre ? et où se tenaient ses dépositaires par excellence, les Clercs ?

L'autorité

  • 13 Naumann, 1914, 474-475.

7Dans un article de la fin de juillet 1914, Friedrich Naumann avait déploré l'extinction de la race des "professeurs politiques". "En général, le savant ne proteste plus", écrivit-il. "Il accepte le monde comme il est et cherche à s'y trouver une bonne place." La pratique des sciences serait transformée, et-surtout si l'on se référait aux années de la fondation de l'Empire et aux événements de 1848 - la politique, elle, serait aussi devenue tout autre : on se perdrait dans des querelles et des marchandages pour des avantages et des privilèges, au lieu de combattre pour des idées, des théories ou des Weltanschauungen13. Une semaine après la publication de cet article, la guerre éclatait. La situation allait changer radicalement : ce fut la mobilisation des esprits.

  • 14 Bleuel, 1968, 54-56 ; Ringer, 1969, 143-176 et passim.

8Les "gens cultivés" - traduction combien inadéquate du terme "die Gebildeten" - s'étaient certes tenus à l'écart de la politique, si l'on entend par là les institutions proprement dites, et notamment les partis politiques. Apolitisme revendiqué avec orgueil et d'autant plus illusoire. Apolitisme illusoire d'abord parce que la bourgeoisie méprisait le système des partis politiques largement à cause de l'aversion qu'elle nourrissait à l'endroit de l'un d'entre eux : la social-démocratie14 ; apolitisme illusoire aussi, parce qu'ancré dans la conviction diffuse mais éminemment politique des Gebildeten d'appartenir à l'élite "véritable", à cette couche de la population à qui la nation avait confié la sauvegarde de ses plus hautes valeurs. La guerre, d'un coup, donnait à cette conviction une dimension nouvelle : à la fin de l'été 1914, la prise de conscience d'une mission politique se propagea avec la force d'un raz de marée dans un milieu où l'on ne s'était pas jusqu'ici préoccupé, à quelques exceptions près, d’affiner son jugement politique ou d'aiguiser sa plume de publiciste. Cela peut expliquer en partie le pathétique extravagant, l'entraînement irréfléchi à l'étalage des grands mots et des grands sentiments.

  • 15 Duhem, 1915a, 3-4.

9Comment les "clercs guerroyants" de tous les camps allaient-ils alors concevoir leur contribution à la cause nationale ? Voyaient-ils, comme Pierre Duhem, leur tâche principale dans la défense du génie national contre l'envahissement, contre la corruption même, par des influences étrangères - humble tâche, sans danger ni gloire, mais dont il comptait s'acquitter avec un dévouement sans faille15 ? Ou s'attendait-on à ce que la nation fasse appel à des compétences plus précises ? En fait, l'importance des innovations de la technologie militaire qui ne tardait pas à s'imposer aux esprits, semblait assigner aux experts des sciences appliquées et des techniques une responsabilité prépondérante. Pourtant, les élites intellectuelles percevaient leur mission de façon beaucoup plus compréhensive :

  • 16 Gierke, 1915, 22-23.

… le rôle le plus important revient aux sciences naturelles appliquées ; les réalisations éclatantes de la technique allemande sont d'une importance décisive pour notre supériorité dans cette guerre ; les progrès réalisés par la science médicale allemande, tant en médecine préventive qu'en médecine thérapeutique, sont d'une valeur inestimable dans le maintien de notre santé nationale. La science juridique cherche â résoudre les nombreux problèmes qui se posent au droit de la guerre, l'économie politique s'emploie à découvrir et à circonscrire les difficultés économiques, et la science historique cherche à dégager la signification de la situation mondiale actuelle à la lumière des grandes conjonctures de l'histoire…16

10Ici, le rôle de guide, la revendication d'être consulté et de participer, reposent clairement sur la compétence professionnelle, sur la maîtrise d'un savoir et d'un savoir-faire ; l'argument de l'expertise fut utilisé dans toutes les disciplines ainsi que de tous les côtés du front : Joseph Bédier, dans son analyse de lettres de soldats allemands, y insiste expressément :

  • 17 Bédier, 1915, 5.

… j'ai pris le soin d'en faire la critique avec autant de minutie et de scrupule que naguère, lorsque, dans les travaux de la paix, je discutais l'autorité d'une vieille chronique ou l'authenticité d'une charte. Cela, par habitude professionnelle peut-être et, peut-être, par besoin intime de véracité17.

  • 18 On ne peut s'attaquer, dans le cadre de cette étude, au recensement de ces prises de position, "co (...)

11Toutefois, malgré l'abondance des références aux responsabilités qu'entraîne l'expertise, les droits et les devoirs de ceux qui maîtrisent certaines connaissances étaient compris avant tout comme des privilèges et des responsabilités se fondant sur le prestige que confère cette connaissance - leur excellence dans un domaine particulier se portant quasiment garant de leur discernement général. En effet, ce n'est certainement pas en raison d'une quelconque qualification scientifique spécialisée, que des professeurs de philologie classique ou de théologie protestante, par exemple, prirent position en faveur de la guerre sous-marine à outrance, ou qu'ils se prononcèrent pour de nombreuses annexions stratégiques à l'Est et à l'Ouest18.

  • 19 Paulsen, 1902, 331.
  • 20 Pour la notion de Kulturträger, voir McCormmach, 1974.

12En fait, l'expertise pertinente - que Bédier, non sans une certaine coquetterie, avait encore si fortement soulignée - ne jouait qu'un rôle marginal dans les efforts des intellectuels, universitaires ou non, pour légitimer leur vocation politique. Au tournant du siècle, Friedrich Paulsen avait exhorté l'Université de devenir, "dans son ensemble, une sorte de conscience publique de la nation, appelée à connaître du Bien et du Mal, en politique intérieure aussi bien qu'en politique extérieure19. A en croire la littérature des années de guerre, la grande majorité des publicistes considéraient manifestement ce grand dessein comme déjà atteint, et en tiraient, pour leur autorité en matière politique, une légitimité sommaire. De fait, aucun des soixante et quelque professeurs d'université (dont vingt-deux représentants des sciences exactes et naturelles), signataires de l'"Appel au monde civilisé", ne semble avoir pris ombrage de la présence, parmi les Quatre-vingt-treize, d'une trentaine de personnalités venant du monde des arts et des lettres, musiciens, peintres et poètes. Rien de moins étonnant, car leur légitimation commune ne se fondait pas sur une expérience pertinente ni sur des facultés éprouvées de rationalisation, mais sur le prestige que leur valait l'excellence de leur oeuvre dans un des domaines où s'exprimait le génie national. Créateurs ou interprètes, ils étaient tous des "porteurs de culture", des Kulturtrüger20, un terme que les puristes de la langue allemande, dans leur zèle aveugle, voulaient alors imposer à la place des "intellectuels".

  • 21 Letter to the Editor, The Times, 11 juin 1915, 9.
  • 22 J.A. Fleming, Letter to the Editor, The Times, 15 juin 1915 7. La littérature sur la mobilisation (...)

13Si les milieux intellectuels et plus particulièrement les milieux universitaires sentaient ainsi pleinement justifiée leur vocation de participer à la discussion, voire à la direction des affaires politiques, et de contribuer de façon privilégiée à l'effort de guerre, il n'en découle pas automatiquement, bien entendu, que cette conviction ait été partagée par les milieux politiques. Qu'il s'agît d'efforts pour mettre l'expertise scientifique au service de la conduite de la guerre ou de faire porter les fruits de recherche et de réflexion sur l'élaboration des objectifs de la guerre, la situation se présentait essentiellement de la même façon : à l'exception de quelques secteurs de la recherche militaire, les contacts entre les milieux universitaires désireux d'apporter leur concours et les pouvoirs publics demeuraient occasionnels ou se dissimulaient, mal saisissables, dans des courants plus diffus. A l'indifférence des autorités, les hommes de science réagissaient avec impatience et amertume. La situation fut sensiblement la même dans tous les pays belligérants. Wells dénonçait, dans une lettre au Times, le peu d’attention que le gouvernement accordait aux scientifiques et le peu d'appréciation que recevait le rôle des procédés scientifiques dans la conduite de la guerre21. Un autre lecteur du Times, Fellow de la Royal Society, se plaignait que l'on n'ait pas songé encore, dix mois après le début des hostilités, à l'inviter à siéger sur un comité, à collaborer à un projet de recherche ou à mettre, d'une autre façon, sa compétence au service de la Couronne22.

14Encore convient-il de souligner que, dans tous les pays belligérants, le concours des sciences exactes et de la technique s'imposa plus facilement que celui des sciences sociales ou des humanités. On se contentait, dans les administrations, des fonctionnaires rattachés aux services spécialisés.

  • 23 Marianne Weber, 1926, 564. Parmi les exceptions les plus connues se trouve, par exemple, l'emploi (...)

Il est fort peu probable, écrivit Max Weber de Berlin, que je trouve ici un endroit pour me rendre utile. Toutes les places sont solidement pourvues. On n'a que trop de conseillers non sollicités, et on ne montre pas, à cet égard, trop de discernement23.

  • 24 Yerkes, 1920, vii-xiv, et les chapitres consacrés à la chimie (123-174), et aux verres optiques (1 (...)

15Dans le domaine des sciences exactes, les circonstances furent donc différentes, quoique, là aussi, la "mobilisation" se fit de manière hésitante et, généralement, en désordre. Comparée à la situation de la seconde moitié du XXe siècle l'importance stratégique du "potentiel scientifique" demeurait restreinte. Une tâche essentielle revint d'abord à la chimie, et plus particulièrement aux industries chimiques : dans les pays alliés, il fallait du jour au lendemain développer la fabrication de produits importés, jusque-là, d'Allemagne24. A son tour, l'Allemagne coupée de ses importations de matières premières vit alors poindre l'heure des produits de substitution, des ersatz. Grâce à un équipement aux capacités considérables - développées pour faire face à une demande mondiale - la conversion des industries jusque-là productrices de colorants artificiels et de fertilisants permettait de subvenir aux besoins d'explosifs des fabriques de munition. Réduite aux seules réserves de munition et de salpêtre chilien, l'Allemagne n'aurait pu soutenir l'effort de guerre au-delà du printemps 1915.

  • 25 Voir, par exemple, Florentin, 1920 ; Yerkes, 1920 ; Willstaetter 1958, 250-251 ; Erown, 1968, 3-50 (...)

16La contribution la plus spectaculaire de la science à l'effort de guerre fut sans doute le développement des gaz de combat. Spectaculaire elle l'était surtout du point de vue de ses conséquences dans le domaine politique. Du point de vue militaire, l'efficacité des gaz toxiques se révéla problématique et ils n'acquirent jamais, en tant qu'arme, l'importance décisive sur laquelle leurs initiateurs avaient compté. Le développement et l'utilisation des gaz allaient cependant affecter profondément et de manière durable l'interprétation du rôle de la science et des scientifiques dans la société moderne25. Avant que la Deuxième Guerre mondiale ne devînt la "guerre des physiciens", et ne détruise, à jamais, la légende de la science neutre et foncièrement bénéfique, la "guerre des chimistes" avait déjà créé, entre la collectivité scientifique et les pouvoirs, des rapports nouveaux. Désormais la science occupait, dans l'arsenal des ressources nationales, une place sans précédent ; et, avec une rapidité remarquable, les hommes de science allaient apprendre à monnayer ce potentiel fraîchement acquis.

  • 26 Kevles, 1963-1977, 113 et passim.
  • 27 Ibid., 432.
  • 28 Lettre de Hale au secrétaire de l'Académie des sciences de Paris, le 9 août 1918 (Archives AdS, Pa (...)

17George Ellery Hale - un des porte-parole les plus déterminés des intérêts de la collectivité scientifique - en fournit un exemple éloquent. Principal artisan de la création, en 1916, du National Research Council, il avait défendu le principe selon lequel une national preparedness devait nécessairement inclure l'encouragement de la recherche fondamentale26. Il insiste, auprès du président Wilson, sur l'impossibilité, pour les Etats-Unis, d'affronter la concurrence allemande, en temps de guerre ou en temps de paix, "si nous n'utilisons pas au maximum nos ressources scientifiques en vue d'applications militaires et industrielles27. Hale était convaincu qu'on ne devait pas laisser passer une occasion aussi propice sans faire comprendre aux hommes d'Etat, aux dirigeants de l'industrie et au public en général, l'importance de la recherche scientifique - à un moment précisément, où son utilité était si facile à démontrer28.

  • 29 MacLeod et Andrews, 1970 ; Varcoe, 1970 ; Poole et Andrews, 1972, 27-96 et passim ; Cardwell, 1957 (...)

18Ce fut sans doute là un des développements les plus marquants que cette première mobilisation des sciences et des techniques à des fins militaires avait déclenchés : l'émergence d'une conscience de partnership et l'avènement de structures nouvelles, essayant d'articuler de façon efficace les rapports entre le savoir et le pouvoir, entre les détenteurs d'une compétence de valeur stratégique et leurs partenaires, à la fois clients et bailleurs de fonds. Il est douteux toutefois que la majorité des contemporains aient toujours reconnu la signification à long terme de ces nouveaux organismes - conseils nationaux de recherche, Department of Scientific and Industrial Research, etc. - qui s'étaient créés un peu partout29. On les voyait sans doute davantage dans la perspective d'une émulation, combien nécessaire et combien tardive de l'organisation allemande - "organisation" dont on surestimait volontiers d'ailleurs et la cohésion et l'efficacité.

19La participation directe à l'effort de guerre à laquelle ces nouveaux organismes semblaient destinés à offrir des voies plus nombreuses, n'était pas la seule mission dont les élites scientifiques et intellectuelles se croyaient investies, comme il a été mentionné plus haut. Se considérant comme doués d'une compréhension générale plus vaste et plus profonde de la situation, comme dépositaires, aussi, des valeurs les plus élevées de la culture nationale, beaucoup de leurs représentants s'attribuaient un rôle crucial dans la formation de l'opinion publique et le maintien de son moral ; ils étaient alors également convaincus qu'une mission particulièrement importante leur incombait dans la conduite de la propagande et contre-propagande à l'extérieur, en raison même du prestige dont ils jouissaient dans le monde entier et des contacts qui les liaient à leurs collègues à l'étranger. En fait, la mission la plus noble que se fussent donnée les élites scientifiques et culturelles, était de dégager la signification profonde et véritable de la lutte, de renforcer l'unité nationale, de maintenir dans le peuple entier la conviction de combattre pour une juste cause, et de défendre cette cause à l'extérieur, devant l'opinion publique des pays neutres et contre les accusations de la propagande ennemie.

Les antagonismes insurmontables

  • 30 The Times, 21 octobre 1914.

20Ces accusations furent portées à tous les niveaux. Un groupe d'historiens d'Oxford publia, en septembre 1914, une brochure intitulée Why we Are at War. "Pour nous, comme pour les Belges, c'est une guerre défensive menée pour la liberté et pour la paix", concluait un reasoned statement signé par quelque cent-cinquante savants anglais, le 21 octobre 191430. Des thèses sur la fatalité du caractère national et le règne inéluctable des traditions nourrissaient, de part et d'autre, des démonstrations passionnées, et on allait jusqu'à éclairer la nuit des temps afin de rechercher les derniers maillons des chaînes d'argumentation :

  • 31 Boule, 1916, 44-45.

Dès les temps paléolithiques, écrivait le paléontologue français Marcellin Boule, notre pays, aux clairs paysages, constitue un foyer de progrès au regard des contrées voisines et notamment des marécages brumeux de l'Europe centrale. Les reliques de ce lointain passé… prouvent que ces ancêtres avaient déjà le culte de la beauté, le souci de leur perfectionnement et même un certain sentiment de l'idéal. Ils furent les premiers pionniers de la vraie culture… Façonnés par les mêmes milieux, nourris par le même sol, baignés dans la subtilité de la même atmosphère… nos modernes "poilus" ont de qui tenir. Unis à leurs alliés, tous défenseurs des justes causes, tous soldats de la liberté et du droit, ils ont retrouvé leurs énergies ancestrales et ils viendront certainement à bout du monstre germanique dont l'évolution a mal tourné. Et ce sera, une fois de plus, le triomphe de l'esprit sur la matière31.

  • 32 Bédier, 1915, 38 ; voir aussi Boutroux, 1914 ; Chapman, 1914 ; Andler, 1915 ; Durkheim, 1915 ; Lau (...)

21On citait, comme principaux témoins de la soif du pouvoir qui caractérisait le peuple allemand, les noms d'Arminius le Cherusque, de Frédéric roi de Prusse, de Kant, de Fichte, et d'Ernst Moritz Arndt, et pour appuyer la thèse de l'agression préméditée, on nommait surtout Treitschke, Nietzsche et Bernhardi, "pédants mégalomanes32", prédicateurs prolifiques du pangermanisme et du militarisme, sources nourricières de la brutalité et de l'absence totale de scrupules, toutes deux si manifestes dans la pensée et le comportement allemands. L'affrontement des interprétations de la guerre imposée, juste et sacrée, ces batailles oratoires dans lesquelles on se bombardait d'affirmations péremptoires sur les antagonismes insurmontables et les déterminismes historiques, culturels, tenant de la race ou de la volonté de Dieu, atteignirent rapidement une violence chargée d'une passion, d'une haine et, ici et là, d'un mauvais goût peu communs. Une des raisons en était sans doute que le déroulement des opérations militaires fournissait dès le mois d'août 1914, amplement matière à la violence.

  • 33 Durkheim, 1915, 3.
  • 34 La thèse des "deux Allemagnes" est exposée surtout chez Muir, 1914 ; Seton-Watson, Dover Wilson, Z (...)

22Dans les pays de l'Entente, on percevait rapidement des corrélations significatives : entre la violation de la neutralité belge, par exemple, et la glorification du pouvoir, le mépris du droit qui, au moins depuis Nietzsche, caractérisaient la vie intellectuelle en Allemagne. On dénonçait comme autant de signes précurseurs de l'abjection, une historiographie idolâtre, prosternée devant l'Etat, et toute la littérature politique et économique aux accents expansionnistes des dernières décennies, imputée, en bloc au pangermanisme. Les excès contre la population civile belge se présentaient alors, à la lumière du militarisme prussien, comme les signes d'une "inhumanité systématique" ou comme des "cruautés réglementaires33", dévoilant à leur tour le vrai visage de ce militarisme. L'incendie de la bibliothèque de Louvain, le bombardement des cathédrales de Reims et de Malines démontraient de manière irréfutable l'hostilité à l'endroit des biens culturels dont faisait preuve depuis sa prussification, ce peuple, jadis celui des poètes et des penseurs34.

  • 35 Meyer, 1916, 196 ; voir aussi, Déclaration commune de Rudolf Eucken et Ernst Haeckel citée dans Ke (...)

23L'Entente, par sa composition, fournissait aux Allemands une multitude d'arguments concrets sur lesquels allaient s'appuyer leurs interprétations visionnaires du combat : l'alliance perverse de l'Angleterre avec la Russie, puissance à moitié asiatique, contre un peuple frère, de race germanique comme elle, ne ferait que confirmer tous les soupçons qu'on pouvait avoir à l'égard de la "perfide Albion" ; ce pacte avec le despotisme obscurantiste de l'Empire du tsar dévoilerait l'hypocrisie de la mission libératrice qu'affichaient les démocraties occidentales et fournirait un exemple à point nommé du cant ; comment, de plus, ne pouvaient-elles pas avoir honte, ces puissances qui, prétendant combattre pour un humanisme meilleur et la culture dans sa plus haute expression, "lançaient contre l'Allemagne des hordes jaunes, brunes et noires, jusqu'aux nègres les plus primitifs et les plus barbares35" ?

  • 36 On avait tendance, par exemple, à citer fréquemment dans des textes anti-allemands, une lettre d'u (...)

24En s'accusant mutuellement de provocation, on s'en tenait de préférence aux voix les plus fanatiques ; c'est à celles-ci que l'on se référait sans scrupules, comme à des interprètes fidèles de l'opinion dominante chez l'ennemi36.

25L'arrogance avec laquelle les élites scientifiques allemandes se prononçaient volontiers sur les mérites respectifs des nations dans l'évolution des cultures et des civilisations, ne manquait jamais de provoquer d'énergiques protestations :

  • 37 Déclaration du 3 novembre 1914. Le Temps, 4 novembre 1914. A côté d'une littérature polémique, on (...)

L'Académie (des sciences de Paris) tient à rappeler que les civilisations latine et anglo-saxonne sont celles qui ont produit depuis trois siècles la plupart des grandes découvertes dans les sciences mathématiques et naturelles37.

  • 38 L'exemple le plus représentatif de cette littérature est sans doute le volume les Allemands et la (...)
  • 39 Duhem, 1915a, 14. Un autre exemple de cette façon de voir la science pratiquée par les Allemands s (...)
  • 40 Duhem, 1915b ; 1916 ; Paul, 1972a, 54-76.

26La suffisance allemande fut-elle à l'origine de ce déluge d'articles et de pamphlets qu'on ne peut lire aujourd'hui sans un profond ahurissement ? Quoi qu'il en soit, on voyait apparaître, de part et d'autre, d'étranges comptabilités, des savants renommés et respectables se livrant à des calculs bizarres et le plus souvent mesquins sur l'originalité et la productivité comparatives des peuples - pour aboutir, invariablement, à des conclusions contestant à la science ennemie toute originalité créatrice38. La science ennemie se révélait alors le plus souvent comme étant l'exploitation, banale ou habile, d'un génie étranger, à la remorque d'une science étrangère : Scientia germanica ancilla scientiae gallicae39" Dans les publications françaises, les démonstrations de la différence entre l'esprit de finesse s'exprimant dans la science française et l'esprit géométrique caractérisant la science allemande, prenaient volontiers une allure désobligeante, et Pierre Duhem prit soin d'apporter les corrections appropriées à ses thèses concernant les différences de mentalités qui séparaient respectivement les sciences française, anglaise et allemande40.

  • 41 Voir infra, annexe II, p. 313-316.
  • 42 Cité in extenso par Wehberg, 1920, 19-20. Voir, dans le même sens, une lettre ouverte d'Adolf von (...)

27On avait déjà échangé, par-dessus les lignes, un certain nombre d'invectives et de proclamations sur la responsabilité du déclenchement de la guerre et sur les véritables défenseurs de la culture contre la barbarie, quand, le 4 octobre 1914, l'"Appel au monde civilisé", signé par 93 intellectuels allemands et traduit en dix langues, fut claironné aux quatre coins du globe41. Plus d'un an après, et prenant visiblement déjà ses distances, Max Planck essaya d'expliquer à son collègue hollandais, Hendrik A. Lorentz, pourquoi il avait signé l'Appel : l'effervescence des premières semaines de guerre se reflétait tout entière dans ce texte, écrivit-il, un texte qui n'avait voulu ni pu signifier autre chose qu'un geste de défense, et avant tout un geste de solidarité en faveur de l'armée allemande contre les calomnies dont elle était victime ; un texte qui avait aussi voulu manifester clairement et nettement que les savants et les artistes allemands ne voulaient pas séparer leur cause de celle des soldats42.

  • 43 Harnack, 1914, 27-28.
  • 44 Lettenbaur, 1927, 264 ; voir aussi la préface de l'ouvrage collectif Deutschland und der Weltkrieg (...)

28On ne peut douter de la conviction sincère des milieux intellectuels allemands d'avoir été victimes non seulement d'une conspiration diplomatique et militaire, mais également d'une machination de cette "quatrième grande puissance" : la "presse internationale, hostile et mensongère43", puissance les prenant au dépourvu et sans défense. Ils voyaient même, flans leur naïveté délibérée, un élément supplémentaire tendant à réfuter les thèses selon lesquelles l'Allemagne aurait déclenché la guerre : comment, dans ces conditions, aurait-elle pu tellement négliger le "théâtre des opérations psychologiques44" ?

  • 45 Durkeim, 1915, 44.
  • 46 Jullian, 1916, 222-223 ; Lote, 1916, 251-262, passim.
  • 47 Reynaud, 1930, 366, 368 ; voir aussi, sur les professeurs allemands, "makers of the public mind", (...)
  • 48 Séance du 2 décembre 1918, Comptes rendus hebdomadaires des séances, 167, 800.

29En dehors de l'Allemagne, plus particulièrement en France, on n'était pas aussi convaincu de cette "naïveté" bien au contraire, on avait tendance à attribuer au "professeur allemand" une influence peu commune, à tous les niveaux, sur les affaires de l'Etat comme sur l'opinion publique. Par conséquent, c'était lui, ce "professeur allemand", qu'on rendait volontiers responsable, en partie du moins, du développement de cette mentalité spécifiquement allemande, caractérisée par l'"hypertrophie morbide de la volonté45" ; on le rendait également responsable de cette Kultur vouée à la décadence, "victime d'une spécialisation exclusive, du gigantisme de sa force matérielle, de l'atrophie de son sens moral46".On lisait même que Guillaume II, "âme mystique plus que résolue", ne portait guère la responsabilité de la guerre : il n'avait été que l'instrument des professeurs, des intellectuels47. La science allemande des années de guerre, comme l'expliquait Paul Painlevé à l'Académie des sciences, "était une gigantesque entreprise où tout un peuple, avec une patiente servilité, s'acharnait à fabriquer la plus formidable machine à tuer qui ait jamais existe48".

  • 49 Hansi, J.J. Waltz, 1912 ; voir aussi, par exemple, Duhem, 1915a, 140-141.

30C'est à cette image du professeur allemand - déjà si désavantageusement complétée par la caricature superbe et méchante du professeur Knatschké de Königsberg, sortie de la plume d'Hansi49 - que l"'Appel au monde civilise", d'une extraordinaire maladresse psychologique, devait apporter une confirmation désastreuse :

  • 50 Lecointe et Guichtenaere, 1919, 40-41.

… ils se sont solidarisés, devait-on écrire en Belgique, avec les incendiaires de l'université de Louvain, avec les destructeurs de l'université de Gand,… avec ceux qui martyrisaient nos prêtres patriotes, comme avec ceux qui souillaient nos établissements religieux…50

  • 51 Gaucher, 1916, 165. Parmi les réactions immédiates, signalons les commentaires publiés dans le Jou (...)

31On prit à partie les signataires à titre individuel. Ainsi Paul Ehrlich fut-il blâmé pour avoir signé l'Appel avant même d'avoir digéré le banquet qu'on lui avait offert à Paris, et pour avoir ainsi approuvé "le pillage de nos provinces, la destruction de nos monuments historiques, le viol des femmes, le meurtre des vieillards, la mutilation des enfants en Belgique et dans le nord de la France51".

  • 52 "… implacables doctrinaires de la tuerie civilisée", Clemenceau, 1930, 244.
  • 53 Dans les biographies de Rudolf Eucken et d'Ernst Haeckel, on signale toujours le fait qu'ils ont s (...)

32Que rien dans le texte de l'Appel n'autorise à l'interpréter comme une approbation de crimes de ce genre, que par ailleurs la majorité des signataires fussent animés des intentions les plus respectables ou qu'ils n'aient pas vu le texte avant de permettre que leur signature y fût apposée - tout cela n'a qu'une importance limitée. L'effet frappant que donnait à ce texte le martèlement des "Il n'est pas vrai que…" répétés au début de chaque paragraphe, et du style lapidaire, devait se retourner contre les auteurs : plus que simple épisode de la guerre des manifestes et des pamphlets, ce texte allait pour longtemps jeter l'opprobre sur la science allemande. La plus grande partie de cette éphémère littérature d'indignation et d'invectives était déjà bien oubliée, lorsque Clemenceau, en 1930, élabora encore un chapitre de ses mémoires autour du "Manifeste des intellectuels allemands52". Et si plus guère personne ne se souvient aujourd'hui de son contenu et de son contexte, ce Manifeste hante toujours la dernière édition du Grand Larousse illustré53.

  • 54 Wehberg, 1920.
  • 55 Le président de l'université Columbia, Nicholas M. Butler, avait répondu ainsi au Recteur de l'uni (...)

33Le juriste pacifiste Hans Wehberg ne se trompait guère en voyant dans ce Manifeste un obstacle majeur sur la voie d'une réconciliation éventuelle. Il n'est pas certain, toutefois, que le désaveu public qu'il préconisait en 1919, le retrait de leur signature par ceux qui, à ce moment, étaient encore vivants, eût considérablement accéléré la reprise des relations scientifiques internationales54. L'"Appel au monde civilise" demeurait autre chose qu'une somme de prises de position individuelles qu'on aurait pu anéantir par le retrait successif de toutes les signatures. Dès sa publication, il avait symbolisé l'abus de l'autorité scientifique dans la défense d'injustices politiques, l'abdication aussi de la science devant le pouvoir politique55.

  • 56 Conformément aux articles 228-230 du Traité de Versailles. Voir aussi Willstaetter, 1958, 305-306  (...)

34Cette perception du Manifeste comme un acte de haute trahison dans l'univers scientifique et comme un événement charnière dans le développement des rapports entre la science (au sens étroit du terme) et le pouvoir peut surprendre, compte tenu de la proportion relativement modeste (moins de 25 pour cent), parmi les signataires, de représentants des sciences exactes et naturelles. Cette légère distorsion - immédiate et durable - s'explique sans doute par la place prépondérante que tenait, dans l'expérience de mobilisation des ressources nationales, celle des compétences scientifiques. Cette compromission des hommes de science avec l'entreprise militaire allait, en tout cas, fournir à l'indignation morale des milieux intellectuels de tous les camps, d'innombrables preuves de la perversion des collègues ennemis. Cet engagement direct dans l'effort de guerre devait aussi creuser davantage encore l'abîme scindant la "communauté scientifique internationale". Lorsque, en 1918, Fritz Haber reçut le prix Nobel de chimie, ce fut le tollé général dans les pays alliés ; c'est qu'il apparaissait en effet comme le représentant typique de cette science allemande, pervertie, caporalisée et transformée en machine de guerre. Aussi avait-il jugé prudent, au lendemain de la défaite, de quitter temporairement l'Allemagne, afin d'échapper à une éventuelle extradition comme criminel de guerre56.

  • 57 IWWKT, IX (1), 1er octobre 1914, 79-80.
  • 58 Ernest Lavisse, Charles Andler, Emile Durkheim, Joseph Bédier, Henri Bergson, Emile Boutroux, Erne (...)
  • 59 Pfeilschifter (édit.) Deutsche Kultur, Katholizismus und Weltkrieg, Fribourg, 1915 ; la Culture al (...)
  • 60 Oxford Pamphlets, Londres, 1914-1915, nos 1-89.
  • 61 Hintze, Meinecke, Oncken et Schumacher, 1916.

35Alors que dire de ces Clercs, dépositaires tout désignés de l'esprit international - question que nous avions posée au début de cette section. Que dire, en effet, lorsque l'on constate que dans toutes les nations belligérantes, d'éminents savants, quand leur propre voix ne semblait pas porter assez loin, s'associèrent afin de défendre la cause de leur patrie, tablant sur leur savoir et leur prestige. C'est ce que soutenaient les historiens de l'université de Bonn : "que celui qui respecte nos travaux pour leur valeur scientifique ne refuse pas alors de prêter attention à cette expression de nos convictions politiques57. De même, Ernest Lavisse et Paul Deschanel acceptaient la présidence de l"'Union des grandes associations françaises contre la propagande ennemie" ; Emile Durkheim se dévouait comme secrétaire aux Etudes et documents sur la guerre dont le comité des publications se composait exclusivement d'universitaires58. Ce sont des savants qui écrivirent dans le livre la Guerre allemande et le catholicisme, et d'autres savants répondirent dans Deutsche Kultur, Katholizismus und Weltkrieg59. Des savants encore rédigèrent la majorité des 89 Oxford Pamphlets60, et d'autres savants répondirent dans le recueil officieux Deutschland und der Weltkrieg61.

36Au milieu de ces efforts fébriles pour démontrer les différences fondamentales et les incompatibilités intrinsèques ; pour illustrer la médiocrité intellectuelle et l'abjection morale chez l'ennemi, pouvait-il encore survivre ne serait-ce qu'un souvenir de cette communauté des esprits qu'on avait pourtant plus d'une fois célébrée à la veille de son éclatement ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est pourtant ce que l'on peut percevoir en filigrane, gommé et estompé, au milieu d'énoncés dénotant espoirs déçus et accusations amères. Sous la clameur et en contre-point de celle-ci, on détecte quelque nostalgie à l'égard d'une époque ou collaboration et liens d'amitié caractérisaient la poursuite internationale des travaux scientifiques sans qu'elle entrât en conflit avec l'amour de la patrie.

Commercium litterarum : les visions de l'avenir

37Le 1er août 1914, le Times publia cette déclaration d'un groupe de professeurs britanniques :

  • 62 The Times, 1er août 1914, 6 ("Scholars' Protest Against War with Germany").

Nous considérons l'Allemagne comme une nation se trouvant à la tête du progrès dans les arts et les sciences. Nous avons tous profité - et profitons encore - de l'enseignement des savants allemands. Ce serait un attentat contre la civilisation que d'entrer en guerre contre ce pays pour défendre les intérêts de la Serbie et de la Russie. Au cas où - en raison d'obligations honorables - nous serions malheureusement impliqués dans une guerre, notre patriotisme risque de nous imposer le silence. Mais, à cet instant-ci, nous nous croyons justifiés de protester contre l'éventualité d'être entraînés dans un conflit avec une nation aussi étroitement apparentée à la nôtre et avec laquelle nous avons tant de choses en commun62.

  • 63 Lubarsch, 1916, 10, 29 et passim.
  • 64 Wilamowitz-Moellendorff, 1915, 11.
  • 65 Dastre, 1916, 78 ; Wilamowitz-Moellendorff, 1914, 104-105 ; dans la déclaration de renonciation au (...)

38Des voix comme celles-ci ne tardèrent pas à se taire - à la satisfaction de ceux - tel le pathologiste berlinois Otto Lubarsch - qui n'avaient jamais cru dans l'existence d'une "communauté scientifique internationale" et pour qui l'idée que des rapports de collaboration scientifique pussent créer des affinités politiques paraissait parfaitement aberrante63. Retranchés depuis longtemps derrière leur nationalisme élémentaire, ils ne voyaient aucun problème se poser à leur conscience dans l'effritement des relations transnationales. Mais une petite minorité, souvent hésitante, qui avait bénéficié d'une expérience vivante de collaboration internationale, se refusait à "traiter l'amitié et le respect comme de mauvaises herbes qu'on arrache sans plus64". Face à la rupture brutale, ils cherchaient inlassablement à se l'expliquer et tentaient de trouver une interprétation permettant de conserver intact, au moins dans le souvenir, l'enrichissement scientifique et humain que les rencontres avec les collègues étrangers leur avaient souvent apporté. Ce refus d'accepter l'évidence d'une rupture douloureuse inspirait chez certains la foi obstinée dans l'existence cachée, chez l'ennemi, d'un "parti de la paix", en désaccord avec la politique officielle ; il inspirait la thèse des "deux Angleterre", d'"autres Français qui font preuve de noblesse dans leur jugement", ou de savants allemands qui, "esprits plus libres… échappent à l'embrigadement universel. Mais ils n'y échappent qu'en se cachant, qu'en se taisant. Ils ne comptent pas65.)

  • 66 Lavisse et Andler, 1915, 42 ; voir aussi Kempf, 1962, 150-151 ; Reynold, 1963, 3, 236-247 (au suje (...)
  • 67 La publication de l'article "Bismarcks Werk im Lichte grossdeutscher Kritik" (Die Friedenswarte, 1 (...)

39En fait, on ne leur accordait nulle part une grande importance. La scène était entièrement dominée par ceux pour qui l'exhortation de Romain Rolland n'était qu'un "geste fourvoyé66", et un article critique à l'endroit de la politique bismarckienne un acte de haute trahison67. Bien sûr, même les "modérés" n'arrivaient pas à imaginer qu'une république des sciences et des lettres aurait dû imposer aux patries la cessation du conflit. Mais les anciens liens furent néanmoins invoqués :

  • 68 Schröers, 1914, 106-107 ; voir aussi la déclaration des universités allemandes de la mi-octobre 19 (...)

La voix de ceux à qui le métier impose des normes de véracité morale et scientifique, de ceux qui dans le passé ont voulu servir la vérité et seulement la vérité, peut-être cette voix se fait-elle entendre au-delà des frontières dans le tumulte actuel, du moins chez ceux avec lesquels (les soussignés) se sentaient jusqu'à maintenant unis dans le culte sacré de la vérité68.

  • 69 Troeltsch, in Hintze, Meinecke, Oncken et Schumacher, 1916, 1,99.

40Mais ces appels aux normes communes du métier scientifique se faisaient de plus en plus rares - reflets d'illusions naïves qui appartenaient, au même titre que les déclarations de croisade, à la "mise en scène" des premiers mois de guerre69.

  • 70 En Allemagne, seule l'Académie de Göttingen raya de sa liste de membres le nom d'Arthur Schuster. (...)
  • 71 Reproduit dans Kellermann, 1915, 28-29. Ernst Haeckel était l'initiateur de cette démarche ; il av (...)
  • 72 L'astronome Wilhelm Foerster, titulaire d'un doctorat honorifique d'Oxford, protesta publiquement (...)

41Non content de constater la ruine des liens invisibles de confiance mutuelle, on se mit aussitôt à la consacrer avec éclat. Beaucoup d'académies et de sociétés savantes rayèrent de leurs listes de membres les noms de savants ressortissants de pays ennemis70. Le 7 septembre 1914, trente universitaires allemands annonçaient qu'en réponse à l'"affront indélébile" que le "nationalisme brutal" de l'Angleterre leur avait fait subir, ils remettaient tous leur distinctions académiques britanniques71. Quoique cette démarche ne ralliât pas un consentement unanime et qu'au sein des académies et sociétés savantes, l'exclusion des membres ressortissants de pays ennemis s'était rarement faite sans opposition72, la tendance générale était de rendre la rupture spectaculaire et irréversible.

  • 73 Troeltsch, 1914, 54. Voir aussi, sur les effets de la guerre sur la collaboration scientifique int (...)

42Déjà dans le premier "numéro de guerre" de l'Internationale Monatsschrift für Wissenschaft, Kunst und Technik, quelques auteurs s'étaient livrés à des réflexions sur les conséquences que la guerre aurait sur la collaboration scientifique internationale - sur les congrès, les organisations, les publications, et sur les rapports personnels ; en somme, sur l'esprit même de cette collaboration qu'on avait pris l'habitude de présenter comme un "gage important de la paix73". En fait, on avait toutes les raisons de s'interroger sur les possibilités de reprendre, après ce déversement de haine et de rancune, les anciennes habitudes - les contacts individuels comme la coopération plus formelle.

43Au cours de l'été 1915, Svenska Dagbladet avait posé deux questions à des intellectuels - hommes de science, écrivains, artistes - ressortissants de pays neutres et de pays belligérants :

  1. Quelles conséquences aura la guerre sur la coopération scientifique internationale ?
  2. Prévoyez-vous, au moment où la paix sera conclue, des difficultés pour le rétablissement des liens que les représentants des sciences, des arts et des lettres avaient noués dans l'intérêt de la culture, mais qui ont été déchirés par la guerre, notamment par les emportements émotionnels et le choc d'intérêts qu'elle a entraînés et aggravés74 ?

44On peut supposer que le journal suédois lançait son enquête moins pour discuter, pendant que les batailles faisaient rage, d'hypothétiques questions d'organisation, que pour procurer, avec l'innocence feinte d'une institution neutre, un bref répit aux héros intellectuels. Sans doute les éditeurs du journal comptent-ils aussi provoquer un choc salutaire.

45Les réactions - à la seconde question notamment, plus concrète que la première - furent fort diverses et ne réservèrent aucune surprise. Quelques-uns manifestèrent leur étonnement : ils considéraient ce débat comme prématuré (Rutherford, Bergson, Harnack, Delbrück, Eucken, v.d. Waals, Brentano). Mais personne n'émit l'opinion que l'on pourrait facilement reprendre la coopération là où la guerre l'avait interrompue. Les esprits se divisèrent par la suite : pourrait-on jamais reprendre cette coopération et si oui, comment ?

46Une profonde conscience de la communauté culturelle des peuples de l'Occident et une évaluation mesurée du moment historique amenaient généralement les esprits les plus distingués à regarder au-delà des préoccupations de leur propre génération. Le temps, la puissance et la pérennité de la "civitas dei scientifique", son essence universelle et finalement les impératifs du progrès scientifique allaient faciliter l'avènement d'une nouvelle époque de collaboration :

  • 75 Morf, 1915, 494.

Nous tracerons de nouveau les sillons où s'étendent maintenant les ruines et nous ferons de nouvelles semailles et ceux qui viendront après nous engrangeront la récolte. Et de nouveau les Latins et les Germains y participeront ensemble75.

  • 76 Wilamowitz-Moellendorff, Sïdd. Monatshefte, octobre 1915, 130.
  • 77 Ostwald, ibid., 128.
  • 78 Murray, Südd. Monatshefte, août 1915, 823-824.
  • 79 Troeltsch, Südd. Monatshefte, octobre 1915, 131-132.

47On semblait d'accord pour constater que les diffamations et les déchaînements de haine étaient allés trop loin, qu'ils avaient trop profondément blessé l'honneur de chacun et trop amèrement déçu la confiance mutuelle pour être tôt oubliés ; qu'on devrait attendre encore un long moment avant de pouvoir établir une collaboration harmonieuse, avant de pouvoir à nouveau songer à des rencontres personnelles. Jusque-là, il s'agissait d'attendre et de laisser faire, de s'en tenir aux "relations correctes entre institutions76" et à un échange purement impersonnel d'imprimés et d'écrits77. Une opinion comme celle qu'émit Gilbert Murray, professeur de philologie classique et pacifiste connu, fut isolée : il prévoyait une réconciliation rapide entre les hommes de science de tous les camps, heureux, selon lui, comme les guerriers après la bataille, de panser leur plaies78. Une conviction souvent exprimée par les répondants neutres était que les affaires allaient sans doute se calmer plus rapidement que l'on ne pouvait le prévoir au milieu des événements. D'ailleurs - pourquoi ne pourrait-on pas réussir à reprendre une collaboration malgré les animosités et des rancunes éventuelles ? - avant la guerre, la "sincérité des étreintes", n'avait-elle pas été toute relative…79 ?

48Dans l'ensemble pourtant, on était pessimiste et on ne croyait pas que la coopération scientifique puisse reprendre avant la relève de nouvelles générations d'hommes de science.

  • 80 Durkheim, Südd. Monatshefte, août 1915, 825.
  • 81 Masson, ibid., 822-823.
  • 82 Meyer, 1915, 190-212 ; 1916, xiv;
  • 83 Lubarsch, 1916, 29.
  • 84 Ramsay, Südd. Monatshefte, août 1915, 829.

49Emile Durkheim exprimait sa crainte que plusieurs années ne doivent s'écouler avant qu'il ne puisse - sans arrière-pensée et sans frisson - serrer la main d'un Allemand80 ; d'autres ne voulaient établir de relations de collaboration avec aucun Allemand "sauf ceux qui habitent sur la rive gauche du Rhin, aussitôt que cette rive sera à nouveau devenue française…81" Eduard Meyer, toujours à l'affût de défaitistes, surestimait sans doute le nombre de savants qui "ne pouvaient attendre le moment où ils pourraient se jeter dans les bras du collègue d'un pays ennemi et ranimer les organisations de la science "internationale82". Il ne croyait plus a l'"internationalité" de la science. Un de ses collègues de la faculté de Médecine allait encore plus loin : pour lui, une communauté scientifique internationale n'existait plus depuis belle lurette, nonobstant les manifestations qui en donnaient l'illusion, tels les congrès scientifiques internationaux83. Pour William Ramsay, ces congrès ne semblaient réalisables dans l'avenir que si les représentants allemands et autrichiens en étaient exclus84.

  • 85 Prutz, 1916, 1018.
  • 86 Ferrero, Sttdd. Monatshefte, octobre 1915, 832.

50En fait, on accordait généralement peu d'importance à l'institution des congrès scientifiques internationaux qui, de toute façon, n'avaient pas toujours eu si bonne presse avant la guerre. Evaluant, au milieu de la guerre, les perspectives de la collaboration internationale, on niait en général qu'un abandon de ces rassemblements (et même parfois des associations internationales) puisse causer quelque préjudice au progrès scientifique. On faisait remarquer qu'il ne fallait surtout pas confondre "coopération" et "affairement" ; que, de toute façon, les congrès n'avaient jamais fourni un cadre à des travaux sérieux, et que les seules personnes à être vraiment affectées par leur disparition seraient sans doute les hôteliers…85 Seuls les adeptes exaltés du cosmopolitisme croyaient en la coopération internationale comme à une condition indispensable du progrès scientifique : "La science est internationale par son résultat et son ultime destination, et non par son origine et sa production." La découverte, la grande percée scientifique, demeurerait toujours l'oeuvre de l'individu86.

  • 87 Académie des sciences, Comptes rendus hebdomadaires des séances, séance du 21 octobre 1918, 167, 5 (...)
  • 88 "German Naturaliste and Nomenclature", Letter to the Editor by Lord Walsingham, Nature, 5 septembr (...)

51L'attitude la plus irréconciliable ne se traduisait pas, cependant, dans cette façon de rejeter la coopération scientifique internationale en la minimisant. Les vrais extrémistes se trouvaient parmi ceux qui, tout en reconnaissant l'importance décisive de cette coopération pour l'entreprise des sciences, refusaient d'envisager le rétablissement des relations de collaboration avec les milieux scientifiques des pays ennemis, même si l'évolution générale des connaissances devait en pâtir : "Le souci des progrès de la science est certes grand chez nous, mais la question morale plane au-dessus de tout", expliquait un mois avant l'armistice Emile Picard à propos du travail et des buts de la Conférence des académies interalliées87. Et cette rectitude se voulait confirmée par une démonstration éclatante : "C'est leur faire trop d'honneur que de jurer vengeance aux voleurs - nous souhaitons les punir !", c'est-à-dire, comme le proposait un zoologue anglais, ignorer systématiquement les travaux allemands dans les ouvrages de référence et les bulletins signalétiques publiés dans les pays alliés88. Emile Picard était d'ailleurs convaincu que

  • 89 Picard, 1922, 298.

les savants… n'hésiteront pas à faire quelques sacrifices temporaires, en raison du but indispensable à atteindre, qui est d'isoler le plus possible l'Allemagne, pour lui ôter toute possibilité de reprendre ses rêves de domination universelle. Le sang de millions de morts l'exige, et nous serons récompensés au centuple, en retrouvant notre liberté dans tous les domaines et en faisant fructifier nous-mêmes nos initiatives89.

  • 90 Ibid., 146.
  • 91 Delbet, 1916, 128-129 ; Landouzy, 1916, 232.

52A côté de la loi morale, des exigences de l'honneur, de la dignité et du respect de soi-même - un argument d'un caractère fort différent, beaucoup plus concret surgissait là. Ce qui affleure ici, c'est la détermination de faire échec à la domination allemande dans les rouages de l'entreprise scientifique mondiale, d'autant plus que cette domination est perçue comme l'instrument prolongeant et renforçant dans le domaine scientifique la recherche d'une suprématie économique et politique de l'Allemagne. Les relations scientifiques internationales d'avant-guerre, n'avaient-elles pas été, avant tout, des moyens d'infiltration, un prétexte pour organiser des tournées de promotion pour des "commis-voyageurs” de la science allemande pour attirer des étudiants étrangers dans les universités allemandes et pour colporter des produits allemands90 ? N'était-il pas possible de ne voir dans les congrès internationaux qu'une autre tentative de l'Allemagne pour asservir la science du monde entier91 ?

  • 92 Egenio Rignano, "Letter to the Editor", Nature, 25 janvier 1917, 408-409.

Les innombrables Archive, Jahrbücher, Zeitschriften, Zentralblätter et ainsi de suite… ont progressivement monopolisé l'ensemble de l'édition scientifique du monde…, écrivait l'éditeur de Scientia à son collègue, l'éditeur de la revue Nature. Ainsi on a mis sur pied des organes scientifiques internationaux, mais c'étaient, en réalité, des instruments de contrôle et de monopole de la science aux mains des Allemands…92

53Sous le grand flot d'amertume et d'indignation se mêlaient ainsi aux ressources de l'émotion celles non moins puissantes de l'intérêt bien compris. L'exaspération caractérisant l'affrontement des collectivités scientifiques n'aurait probablement jamais atteint des dimensions aussi dramatiques, si les consciences en révolte n'avaient pu trouver, dans les intérêts matériels, des raisons supplémentaires d'appréhension et de ressentiment. Dès avant la fin de la guerre, on pouvait alors déceler, dans les milieux universitaires alliés, une volonté ferme de ne pas s'en tenir là, à la fin des opérations militaires ; on était décidé de continuer cette guerre, sous la forme d'une

  • 93 Ibid., 408.

guerre pacifique qui nous libérera de l'hégémonie allemande, qu'on prépare déjà durant cette guerre sanglante, qu'on devra poursuivre encore plus vigoureusement après l'avènement de la paix, et qui doit englober aussi le domaine de la science93.

54Le sort des organisations scientifiques internationales se trouvait ainsi évidemment lié à cette détermination de mettre fin, et de façon durable, au rôle influent que l'Allemagne avait exercé dans le monde scientifique.

Notes

1 Scheler, 1917, 8.

2 Diels, 1907, 3.

3 Duhem, 1915a, 3.

4 L'inquiétude dont les traces sont abondantes dans la littérature des années de guerre, est particulièrement sensible, par exemple, chez Otto Lubarsch, 1916, 4-5.

5 Schroers, 1914, 106.

6 The Times, 5 janvier 1915, 4. On trouve d'ailleurs des exemples d'hommes de science adoptant des comportements différents de la tendance générale que nous allons décrire ici. Ainsi le domaine de la recherche atomique se révèle-t-il comme assez particulier ; de nombreux contacts semblent y avoir été maintenus pendant la guerre. Voir, par exemple, les rapports qu'entretenait Frederick Soddy avec le Radium-Institut de Vienne et les efforts - couronnés de succès d'ailleurs - qu'entreprit le directeur de cet Institut, Stefan Meyer, pour sauver un jeune chercheur, citoyen britannique, de l'internement. Plus de vingt ans plus tard, Soddy s'en souvient avec gratitude et ajoute le commentaire suivant (dans une lettre à Stefan Meyer) : "… I fear science has a lot to learn and a long way to go before scientific men understand any more than the ordinary newspaper reader the why and wherefore of the last conflict, or make a serious effort to understand the nature of the issues their work invevitably raises. The one thing the war has taught me is how utterly unscientific and conventional scientific men are to questions such a this, and waht extremely bad form it is for them to meddle with the mysteries of high politics! Yes I found it personally a fascinating inquiry almost incredibly illuminating."
(Howorth, 1958, 298-301.)

7 Kjellén, 1916, 5.

8 Pour une analyse des "Idées de 1914" et leurs origines, voir, par exemple, Ringer, 1966, 181-182 ; Bleuel, 1968, 77-79 ; Toepner, 1970, 82-94 ; voir aussi, pour les attitudes des milieux universitaires allemands vis-à-vis de la politique impériale, Fischer, 1969, passim ; 1964, passim (sur les "Idées de 1914", 184-186).

9 Troeltsch, 1924, 318.

10 Schäfer, 1918, 18.

11 Max Weber, cité par Marianne Weber, 1926, 530.

12 Roethe, 1914, 89.

13 Naumann, 1914, 474-475.

14 Bleuel, 1968, 54-56 ; Ringer, 1969, 143-176 et passim.

15 Duhem, 1915a, 3-4.

16 Gierke, 1915, 22-23.

17 Bédier, 1915, 5.

18 On ne peut s'attaquer, dans le cadre de cette étude, au recensement de ces prises de position, "concours non sollicités" dont parle Max Weber (voir p. 72) et dont l'éventail s'étend de rapports confidentiels aux pétitions de masse (Schwabe, 1969, 93-178, traite de façon détaillée des attitudes et actions des professeurs pendant la guerre ; voir aussi Fischer, 1964, passim). Il importe d'être souligné par ailleurs que dans ces campagnes de pétitions, le cliché du savant intègre et doué d'un jugement supérieur était, déjà, consciemment manipulé. "J'ai déjà assez d'hommes d'affaires", précisa l'un des instigateurs de la "Pétition des intellectuels" de 1915, en demandant à un de ses collègues de l'université de Königsberg, d'obtenir encore quelques signatures dans le milieu universitaire (Schwabe, 1958, 170) ; voir aussi Schwabe, 1966.

19 Paulsen, 1902, 331.

20 Pour la notion de Kulturträger, voir McCormmach, 1974.

21 Letter to the Editor, The Times, 11 juin 1915, 9.

22 J.A. Fleming, Letter to the Editor, The Times, 15 juin 1915 7. La littérature sur la mobilisation des compétences scientifiques pendant la Première Guerre mondiale est fragmentaire et éparse ; voir MacLeod et Andrews, 1970 ; 1971 ; The Neglect of Science. Proceedings of a Conference held on 3 May 1916, extraits cités dans Poole et Andrews, 1972,74-78 ; Sanderson, 1972 ; en ce qui concerne la mobilisation des scientifiques aux Etats-Unis, voir Dupree, 1964, 302-325 ; Whittemore, 1975, avec une bibliographie abondante ; en Allemagne : Willstaetter, 1958, 230-232 ; Duisberg, 1933, 237-240 ; Runge, 1949, 249s ; Mendelssohn, 1973, 79-93 ; Feldman, 1973.

23 Marianne Weber, 1926, 564. Parmi les exceptions les plus connues se trouve, par exemple, l'emploi d'historiens et de politologues dans les services de propagande : ainsi, Hugh Seton-Watson travaillait au comité exécutif de Crewe House comme directeur de la propagande destinée à l'Autriche-Hongrie. Un autre exemple est la Commission d'experts constituée, en 1917, par le Colonel House, pour la préparation des règlements de paix (Inquiry), composée, en grande partie, d'historiens et de politologues (Gelfand, 1963, 32-78).

24 Yerkes, 1920, vii-xiv, et les chapitres consacrés à la chimie (123-174), et aux verres optiques (103-120) ; Warcoe, 1970 ; 1974-9-17 ; NacLeod et MacLeod, 1975.

25 Voir, par exemple, Florentin, 1920 ; Yerkes, 1920 ; Willstaetter 1958, 250-251 ; Erown, 1968, 3-50 ; Mendelssohn, 1973, 82-83 ; Whittemore, 1975.

26 Kevles, 1963-1977, 113 et passim.

27 Ibid., 432.

28 Lettre de Hale au secrétaire de l'Académie des sciences de Paris, le 9 août 1918 (Archives AdS, Paris).

29 MacLeod et Andrews, 1970 ; Varcoe, 1970 ; Poole et Andrews, 1972, 27-96 et passim ; Cardwell, 1957, 220-225 ; Melville, 1962 ; La France devant la recherche scientifique, 1959 ; Dupree, 1964, 202-368 ; Hale, 1920 ; Angell, 1920 ; U.S. National Academy of Sciences, 1916 ; U.S. National Research Council, 1917-1918.

30 The Times, 21 octobre 1914.

31 Boule, 1916, 44-45.

32 Bédier, 1915, 38 ; voir aussi Boutroux, 1914 ; Chapman, 1914 ; Andler, 1915 ; Durkheim, 1915 ; Lauzel, 1915 ; Lavisse et Andler, 1915.

33 Durkheim, 1915, 3.

34 La thèse des "deux Allemagnes" est exposée surtout chez Muir, 1914 ; Seton-Watson, Dover Wilson, Zimmern, Greenwood, 1914, passim. Voir aussi, Journal des Débats, 9 novembre 1914, 1, et infra, p. 88, note 65.

35 Meyer, 1916, 196 ; voir aussi, Déclaration commune de Rudolf Eucken et Ernst Haeckel citée dans Kellermann, 1915, 27-28 ; d'autres déclarations, ibid., 97, 180, 204-211 ; Wilamowitz-Moellendorff, 1914, 106.

36 On avait tendance, par exemple, à citer fréquemment dans des textes anti-allemands, une lettre d'un professeur berlinois, Adolf Lasson, adressée à un ami hollandais, et dans laquelle il avait qualifié Guillaume II comme étant deliciae generis himani, Bethmann-Hollweg comme étant le plus prestigieux des hommes contemporains, et Amsterdam comme étant une ville dont l'importance ne dépasserait pas celle d'une ville provinciale allemande (voir, par exemple, Journal des débats, 20 novembre 1914, 1, 3). L'Académie des sciences de Berlin avait immédiatement pris ses distances à l'égard des déclarations de Lasson qui avaient par ailleurs suscité une réprobation générale en Allemagne (Kellermann, 1915, 106-110). Charles Andler, 1915, 28-29, admet qu'un des intellectuels dont il cite les rodomontades "n'a pas encore dans la hiérarchie universitaire allemande la place que lui assignerait son influence sur la jeunesse". L'auteur en question, avocat quinquagénaire, n'appartenait pas du tout à la hiérarchie universitaire ; sa prose, évoquée par Andler en 1915, datait de 1906.

37 Déclaration du 3 novembre 1914. Le Temps, 4 novembre 1914. A côté d'une littérature polémique, on trouve des présentations et des mises au point plus mesurées. Les deux volumes publiés, en 1915, sous les auspices du ministère français de l'Instruction publique à l'occasion de l'Exposition universelle de San Francisco en fournissent un bon exemple : vaste catalogue des réalisations françaises dans toutes les disciplines scientifiques, il en souligne sans doute toute la gloire, mais évite le ton polémique et se limite, en ce qui concerne la science allemande, à des allusions péjoratives, certes, mais discrètes. Cette discrétion s'explique d'ailleurs en partie par le public, auquel cet ouvrage s'adressait. La Science française (1915) ; par exemple : vol. 1, 11.

38 L'exemple le plus représentatif de cette littérature est sans doute le volume les Allemands et la science (Leudet et Petit, 1916), dans lequel s'expriment 26 savants renommés.
Voir aussi : Duhem, 1915a ; le Times publia en hiver 1914-1915 de nombreuses lettres à l'éditeur qui avaient pour objet la comparaison entre les mérites de la science allemande et des sciences française et anglaise (voir, par exemple, A.H.D. Sayce, The Times du 22 décembre 1914). Du côté allemand, voir les considérations sur la proportion de prix Nobel et les nominations dans des académies des sciences étrangères de Hermann Diels dans la séance publique de l'Académie des sciences de Berlin, le 27 janvier 1916 (Sitzung sberichte, 1919,93) ; Lenard, 1914, considère la physique anglaise comme le plagiat de la physique allemande.

39 Duhem, 1915a, 14. Un autre exemple de cette façon de voir la science pratiquée par les Allemands se trouve sous la plume d'Albert-Petit : "Les savants allemands sont des spécialistes qui peuvent arriver dans leur spécialité, à force de méthode et de travail, à une compétence méritoire, mais qui se montrent incapables… de la moindre ouverture d'esprit… On trouvera en Allemagne un physicien comme Roentgen, on ne trouvera pas un "homme" comme Pasteur ou Berthelot…" (Journal des débats du 19 octobre 1914, 1.)

40 Duhem, 1915b ; 1916 ; Paul, 1972a, 54-76.

41 Voir infra, annexe II, p. 313-316.

42 Cité in extenso par Wehberg, 1920, 19-20. Voir, dans le même sens, une lettre ouverte d'Adolf von Harnack à Clemenceau, Deutsche Allgemeine Zeitung, le 6 novembre 1919.
Voir aussi, sur les motifs d'Emile Fischer, par exemple, Feldman, 1973, 350-351.

43 Harnack, 1914, 27-28.

44 Lettenbaur, 1927, 264 ; voir aussi la préface de l'ouvrage collectif Deutschland und der Weltkrieg, où l'incapacité du peuple allemand de participer efficacement à l'affrontement des propagandes est soulignée avec une certaine satisfaction (Hintze, Meinecke, Oncken, Schumacher, 1916, vol. I, 3).

45 Durkeim, 1915, 44.

46 Jullian, 1916, 222-223 ; Lote, 1916, 251-262, passim.

47 Reynaud, 1930, 366, 368 ; voir aussi, sur les professeurs allemands, "makers of the public mind", Ringer, 1969, 5-11

48 Séance du 2 décembre 1918, Comptes rendus hebdomadaires des séances, 167, 800.

49 Hansi, J.J. Waltz, 1912 ; voir aussi, par exemple, Duhem, 1915a, 140-141.

50 Lecointe et Guichtenaere, 1919, 40-41.

51 Gaucher, 1916, 165. Parmi les réactions immédiates, signalons les commentaires publiés dans le Journal des débats du 28 octobre 1914 ; du 31 octobre 1914 (protestation de l'Académie des sciences contre les atrocités) ; du 8 novembre 1914 (réponse des universités françaises) ; voir aussi Revue scientifique de laFrance, 1914, 52, nos 6 et 8, 170-176, 203-205.

52 "… implacables doctrinaires de la tuerie civilisée", Clemenceau, 1930, 244.

53 Dans les biographies de Rudolf Eucken et d'Ernst Haeckel, on signale toujours le fait qu'ils ont signé le Manifeste des 93 intellectuels. Cette mention manque dans les biographies d'autres signataires, comme dans celle de Max Planck, par exemple.

54 Wehberg, 1920.

55 Le président de l'université Columbia, Nicholas M. Butler, avait répondu ainsi au Recteur de l'université d'Uppsala qui s'efforçait de ranimer la coopération scientifique internationale après la fin des hostilités : "Nous n'avons pas encore oublié la prostitution qui s'exprime dans l'Appel de professeurs allemands au monde civilisé du mois de septembre (sic) 1914. Cet appel était un conglomérat d'inexactitudes, et le stigmate dont il a marqué l'intégrité intellectuelle et morale des savants allemands est et demeurera un des événements les plus déplorables et des plus déprimants que le militarisme allemand et l'autocratie prussienne ont imposés aux peuples du monde, épris de paix et de liberté." (Cité par Wehberg, 1920, 30.)

56 Conformément aux articles 228-230 du Traité de Versailles. Voir aussi Willstaetter, 1958, 305-306 ; Mendelssohn, 1973, 105-106.

57 IWWKT, IX (1), 1er octobre 1914, 79-80.

58 Ernest Lavisse, Charles Andler, Emile Durkheim, Joseph Bédier, Henri Bergson, Emile Boutroux, Ernest Denis, Jean Hadamard, Gustave Lanson, Charles Seignobos, André Weiss.

59 Pfeilschifter (édit.) Deutsche Kultur, Katholizismus und Weltkrieg, Fribourg, 1915 ; la Culture allemande, le catholicisme et la guerre, Amsterdam, Rotterdam, 1916.

60 Oxford Pamphlets, Londres, 1914-1915, nos 1-89.

61 Hintze, Meinecke, Oncken et Schumacher, 1916.

62 The Times, 1er août 1914, 6 ("Scholars' Protest Against War with Germany").

63 Lubarsch, 1916, 10, 29 et passim.

64 Wilamowitz-Moellendorff, 1915, 11.

65 Dastre, 1916, 78 ; Wilamowitz-Moellendorff, 1914, 104-105 ; dans la déclaration de renonciation aux distinctions académiques anglaises du 7 septembre 1914, les professeurs allemands ne manquaient pas de mentionner les "savants anglais de premier rang qui réprouvent le déclenchement criminel de cette guerre" (Kellermann, 1915, 29). Voir aussi, supra, 78, note 34. Parmi les efforts d'expliquer l'étrange comportement des Allemands, on trouve des hypothèses les plus inattendues. En 1915, dans une lettre à Ira Remsen, William Ramsay faisait remarquer que les Allemands avaient beaucoup changé par rapport à l'époque où il les avait connus, et qu'il avait appris entre-temps une des raisons de ce changement. Un de ses vieux amis, président d'une commission que le gouvernement britannique avait nommée avant la guerre, pour faire une enquête sur la syphilis, lui avait dit qu'en Angleterre un et demi pour cent de la population était atteint de cette maladie, contre 85 pour cent en Allemagne. Il lui avait été confirmé depuis par d'autres de ses amis dans la profession médicale, que les syphilitiques, tout en maintenant leurs activités, semblaient presque toujours souffrir de problèmes mentaux "they become abnormal in one way or another" » (Archives Ira Remsen, Johns Hopkins University.)

66 Lavisse et Andler, 1915, 42 ; voir aussi Kempf, 1962, 150-151 ; Reynold, 1963, 3, 236-247 (au sujet des déboires qu'il connut lors du lancement de la Revue des notions au printemps 1916.)

67 La publication de l'article "Bismarcks Werk im Lichte grossdeutscher Kritik" (Die Friedenswarte, 18, janvier 1916, 1-9) valut à l'auteur, le pacifiste Friedrich Wilhelm Foerster, des attaques violentes de la droite conservatrice (Foerster, 1953).

68 Schröers, 1914, 106-107 ; voir aussi la déclaration des universités allemandes de la mi-octobre 1914 (Kellerman, 1915, 86).

69 Troeltsch, in Hintze, Meinecke, Oncken et Schumacher, 1916, 1,99.

70 En Allemagne, seule l'Académie de Göttingen raya de sa liste de membres le nom d'Arthur Schuster. L'Académie royale de Belgique procéda à la radiation des membres allemands et autrichiens, ainsi que l'Académie des inscriptions et belles-lettres de Paris (Résolution du 23 octobre 1914, Journal des débats, 25 octobre 1914, 2). Voir aussi Zeiss, 1919, 160 ; Meunier, 1916, 272, qui approuva les radiations en tant qu'acte d'"hygiène morale".

71 Reproduit dans Kellermann, 1915, 28-29. Ernst Haeckel était l'initiateur de cette démarche ; il avait déjà manifesté, à plusieurs reprises, sa profonde irritation à l'égard de l'Angleterre (voir, par exemple sa brochure Englands Blutschuld am Weltkrieg, Iena, 1915, et la déclaration qu'il adressa, en commun avec Rudolf Eucken, aux universités américaines, in Kellermann, 1915, 27-28 ; voir aussi Eucken, 1921, 102.

72 L'astronome Wilhelm Foerster, titulaire d'un doctorat honorifique d'Oxford, protesta publiquement (Berliner Tageblatt, 11 septembre 1914) contre ce geste. Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, connu pourtant pour son ardent nationalisme, voulait lui aussi conserver ses distinctions : bien qu'elles dussent être mises dans l'ombre pendant la durée du conflit, il les considérait comme de précieux symboles, même pour ceux qui, comme lui, ne pouvaient espérer vivre les moments de la réconciliation (1914, 104). Voir aussi la discussion que la protestation de Wilhelm Foerster déclencha par la suite, in Kellermann, 1915, 30-36. - Dans un commentaire, "L'Institut et les intellectuels allemands", A. Albert-Petit se demande si, "en touchant à l'inviolabilité (du titre)" on ne risque pas aussi d'"enlever à ce titre lui-même quelque chose de son prestige ?" (Journal des débats, 19 octobre 1914), et déclenche un débat dont les trases se retrouvent dans la presse des semaines suivantes. Voir aussi "l'Institut de France et ses correspondants allemands", Journal des débats, 7 octobre 1914, 3. Les discussions au sein de la Royal Society se reflètent directement dans la correspondance du secrétaire, Sir Arthur Schuster (RS 452).

73 Troeltsch, 1914, 54. Voir aussi, sur les effets de la guerre sur la collaboration scientifique internationale, Osler, 1915, 36-37.

74 Reproduit dans Süddeutsche Monatshefte, août 1915, 820-832 ; octobre 1915, 121-136.

75 Morf, 1915, 494.

76 Wilamowitz-Moellendorff, Sïdd. Monatshefte, octobre 1915, 130.

77 Ostwald, ibid., 128.

78 Murray, Südd. Monatshefte, août 1915, 823-824.

79 Troeltsch, Südd. Monatshefte, octobre 1915, 131-132.

80 Durkheim, Südd. Monatshefte, août 1915, 825.

81 Masson, ibid., 822-823.

82 Meyer, 1915, 190-212 ; 1916, xiv;

83 Lubarsch, 1916, 29.

84 Ramsay, Südd. Monatshefte, août 1915, 829.

85 Prutz, 1916, 1018.

86 Ferrero, Sttdd. Monatshefte, octobre 1915, 832.

87 Académie des sciences, Comptes rendus hebdomadaires des séances, séance du 21 octobre 1918, 167, 570.

88 "German Naturaliste and Nomenclature", Letter to the Editor by Lord Walsingham, Nature, 5 septembre 1918, suivie d'un nombre considérable de lettres approuvant cette manière de voir, dans les numéros suivants de cette revue.

89 Picard, 1922, 298.

90 Ibid., 146.

91 Delbet, 1916, 128-129 ; Landouzy, 1916, 232.

92 Egenio Rignano, "Letter to the Editor", Nature, 25 janvier 1917, 408-409.

93 Ibid., 408.