Version classiqueVersion mobile

Les scientifiques et la paix

 | 
Brigitte Schroeder-Gudehus

L’héritage

Chapitre premier. L’internationalisme des patriotes

Texte intégral

  • 1 La littérature à ce sujet est en train de devenir abondante. Voir à titre d'exemple un des premier (...)

1La seconde moitié du XIXe siècle avait vu augmenter de façon considérable le nombre de congrès et d'associations scientifiques internationales. A côté des rapports maintenus et développés entre hommes de science selon une tradition séculaire, se manifestait le besoin de tenir des rencontres plus régulières pour confronter les expériences, pour faire le point sur l'état des recherches et, plus généralement, pour organiser les disciplines. Il n'y a d'ailleurs rien de surprenant à ce que le processus d'organisation et de professionnalisation caractérisant le développement de l'entreprise scientifique au XIXe siècle débordât ainsi sur le plan international1.

  • 2 A part les travaux cités supra, p. 24, note 22, voir par exemple, L'Héritier, 1938 ; Lyons, H., 19 (...)

2Certaines de ces nouvelles organisations internationales s'étaient donné des tâches précises, telle l'uniformisation de nomenclatures, la publication de tables de constantes (l'Union internationale de chimie, en 1910) ou l'établissement de bibliographies (le Comité permanent du répertoire bibliographique des sciences mathématiques, en 1889), d'autres étaient plutôt des fédérations de sociétés savantes nationales. Beaucoup de ces associations ne se manifestaient que par l'organisation périodique de congrès. Elles n'avaient alors pas de secrétariat permanent, chaque assemblée décidant de la date et du lieu de la prochaine réunion et confiant à l'association hôte l'organisation matérielle du congrès. Parfois, les associations se dotaient néanmoins d'un vague organisme intermédiaire, d'autres avaient de véritables secrétariats2.

3Si ce foisonnement d'organisations internationales réjouissait les uns, parce qu'ils y discernaient les signes avant-coureurs d'un nouveau type de relations internationales, il déplut à d'autres qui y voyaient au contraire une dispersion regrettable d'efforts et de moyens financiers à laquelle seule une certaine coordination centralisée pourrait porter remède.

L’organisation : l'Association internationale des académies

  • 3 En ce qui concerne l'histoire de l'AIA, nous nous basons essentiellement sur des archives de la Ro (...)
  • 4 Schuster, 1913.
  • 5 ... édition des oeuvres de Leibniz, étude du cerveau, Corpus medicorum antiquorum, tables annuelle (...)
  • 6 Picard, 1922b, 146 ; Delbet, 1916, 128-129 ; Landouzy, 1916, 232, repris par Salomon, 1970, 326.
  • 7 Par exemple Diels, 1914, 132.

4En 1899 se constituait, dans le domaine de la coopération dans les sciences fondamentales et les humanités, la première organisation faîtière de type non gouvernemental, l'Association internationale des académies (AIA). Les académies les plus importantes du continent, la Royal Society et la National Academy of Sciences de Washington étaient les membres fondateurs ; d'autres académies y adhérèrent par la suite. A la veille de la Première Guerre mondiale, l'AIA comptait vingt-deux membres. Les structures de l'organisation étaient extrêmement souples, son mandat était très général : encourager la coopération scientifique internationale, faciliter les contacts entre les savants de différents pays, prévenir - grâce à des discussions et une coordination appropriées - des "collisions regrettables", c'est-à-dire, les doubles emplois3. L'AIA ne survécut pas à la guerre quoique, d'une assemblée à l'autre, les discours officiels et l'écho qu'en reproduisait la presse scientifique eussent exalté la science sans frontières et la collaboration scientifique comme voie de communication entre les peuples qui serait ouverte encore le jour où celle de la diplomatie se trouverait bloquée4. Le bilan des activités de l'AIA était médiocre. Sans personnalité juridique, ayant des fonctions uniquement consultatives, ne disposant ni de l'autorité ni des fonds nécessaires, elle n'avait pu entreprendre elle-même des travaux. Les projets coopératifs qu'elle lançait, patronnait ou essayait de surveiller étaient d'une stupéfiante diversité5. Certains membres - notamment après que la guerre eût éclaté - voyaient de plus une des raisons de l'échec de l'AIA dans l'absence parmi ses membres d'esprit coopératif : les Français reprochant aux Allemands leur sur-représentation outrageante (cinq académies !)6, les Allemands aux Français leur nationalisme jaloux7. En 1914, les ponts entre communautés scientifiques avaient cédé aussi vite que ceux de la diplomatie.

5L'acharnement avec lequel on recherchait plus tard dans l'histoire sans éclat de l'AIA des arguments à l'appui de la thèse qu'une organisation scientifique internationale serait plus efficace si l'on réussissait à en exclure les puissances centrales, a obscurci quelques aspects importants de cette première expérience d'organisation centralisatrice.

6Les objectifs de l'Association étaient d'abord, en effet, éminemment pratiques, même si - comme ce fut le cas lors de la première Assemblée en 1901, à Paris - s'étalait de temps en temps devant les savants réunis, tout le florilège de la rhétorique internationaliste :

  • 8 Franqueville, 1901, 8.

Comme la vestale - déclarait alors le président de l'Institut de France - entretenez ce feu sacré avec un soin jaloux, guidez l'humanité dans sa marche douloureuse à travers le temps, apprenez-lui à remplacer les luttes de la guerre par celles du travail, la haine du prochain par la compassion et par l'amour, et si vous ne pouvez tarir la source de ses larmes, du moins consolez-là, en lui faisant entrevoir les lointaines splendeurs de sa destinée immortelle…8

  • 9 His, 1902, 14-15.

7Si les participants se laissaient emporter, quelques instants, par l'exaltation de cette prose, la sobriété des problèmes pratiques sur lesquels ils devaient se pencher dans les séances de travail devait les ramener rapidement à la réalité : l'objectif principal de l'Association internationale des académies - auquel les statuts, pudiques, faisaient à peine allusion - demeurait d'ordre pécuniaire ; c'était de découvrir des sources potentielles de financement et d'appuyer qui les solliciterait, en jetant dans la balance tout le prestige de l'Association. La base financière de certains projets présentait l'aspect d'une mosaïque étonnante : ainsi l'élaboration d'une encyclopédie de l'Islam, décidée en 1901, ne fut-elle pas financée seulement par les subventions des académies membres intéressées à ce projet ; d'autres académies, comme celle d'Alger, y contribuèrent, ainsi que la Société allemande d'études orientales, le Sénat et la Bourgeoisie de la ville de Hambourg, l'administration coloniale néerlandaise et le gouvernement italien9. L'Association ou ses sous-commissions n'hésitaient pas à s'adresser directement aux autorités politiques ; on avait ainsi réussi à obtenir de quelques princes de l'Inde la somme de 800 livres pour les travaux du Mahâbhârata.

8Que l'exploitation du prestige de l'Association entrât dans le calcul de ses fondateurs ne fait aucun doute. Il y avait cependant, parmi les considérations ayant conduit à sa création, d'autres préoccupations encore dont on faisait état plus discrètement, mais qui n'en étaient pas moins très vives. A première vue, il s'agissait là, encore, du souci d'obtenir de l'argent. Mais dans ce contexte, en recherchant des ressources financières, les académies soulevaient tout le problème de leur position au sein des communautés scientifiques nationales.

9Dans un aide-mémoire de 1892 - donc au début de la période préparatoire de l'AIA - un membre de l'Académie viennoise avait présenté trois arguments principaux en faveur de la collaboration entre académies : cette collaboration permettrait d'éviter les efforts parallèles ; elle permettrait de mettre en commun des ressources financières ; elle permettrait aussi de drainer de manière plus profitable les subventions publiques. Il s'était expliqué sur ce dernier point :

  • 10 His, 1902, 14-15 (mémoire de Friedrich von Hartel).

Une coordination internationale des recherches s'impose, et le fait que les Académies n'aient pas réussi, jusqu'ici, à se mettre d'accord, a déjà entraîné la création d'organisations indépendantes - sous la forme de congrès et d'unions scientifiques, par exemple. Celles-ci ne cessent d'entreprendre des projets de plus en plus nombreux et d'accaparer ainsi une partie toujours plus importante des fonds publics que les gouvernements destineraient peut-être plus volontiers à leurs Académies. N'ont-elles pas été créées spécialement pour assister l'Etat dans tout ce qu'il voudrait voir entrepris pour encourager et promouvoir la recherche scientifique ? Plus l'Etat consacre de moyens financiers à des milieux et à des projets extra-académiques, moins il en restera pour les Académies10.

  • 11 On les appelait alors volontiers des "unions", créant ainsi un risque regrettable de confusion ave (...)

10L'Association se révèle donc ici comme un effort de l'Establishment pour raffermir, en revendiquant un rôle privilégié sur le plan international, une autorité que la croissance des communautés scientifiques nationales et plus particulièrement le développement des sociétés savantes étaient en train de saper sur la scène interne. Il est nécessaire, en d'autres termes, d'interpréter la création et le fonctionnement de l'Association internationale des académies non seulement comme une conséquence de l'internationalité intrinsèque des activités scientifiques, mais aussi à la lumière des tensions existant à l'intérieur même des pays au sein des différents milieux scientifiques. Souvent, les sociétés savantes s'étaient créées en opposition aux académies ; elles se développaient, en règle générale, en étroite association avec l'évolution des disciplines, s'adaptant plus facilement aux exigences de la spécialisation et de l'organisation économique et sociale. Or, l'essor des congrès et associations internationaux11 au cours de la seconde moitié du XIXe siècle dont il a déjà été question, était dû plus souvent à l'initiative de sociétés savantes qu'à celle des académies.

  • 12 A part les subsides, il s'agissait généralement d'obtenir des gouvernements soit - dans le cas d'a (...)

11Si les académies voulaient recouvrer - du moins sur la scène internationale - une partie de l'emprise qu'elles avaient perdue sur la vie scientifique nationale, elles devaient trouver un moyen de contrôler les activités scientifiques se déployant en dehors des frontières nationales ; d'établir, au moins, une coordination centralisée des congrès et des associations ; d'obtenir - solution idéale - un droit de regard sur les décisions des autorités publiques vers lesquelles la communauté scientifique se tournait habituellement, en quête d'appuis moraux et matériels12. Tout au long de l'histoire de l'AIA, des idées semblables à celles que Friedrich von Hartel avait exprimées en 1892 continuaient d'être avancées. En 1899, Lister, alors président de la Royal Society, soulignait les avantages d'un mécanisme

  • 13 Lister au président de NAS, le 14 avril 1899 (NAS-AIA, 1899-1914)

qui donnerait l'occasion à des savants consacrés de discuter d'abord et d'un point de vue purement scientifique, tout projet de coopération scientifique internationale avant que de tels projets soient soumis à des instances gouvernementales pour appui…13

  • 14 Hale à Elihu Root, le 29 décembre 1913 (NAS-AIA, 1899-1914].
  • 15 Schuster, 1913, 30.
  • 16 Ibid.

12George Ellery Hale, tout en se plaignant amèrement de l'indifférence que la National Academy of Sciences montrait à l'endroit de l'AIA, ne cessait de parler avec enthousiasme de l'influence puissante de l'organisation et, en 1913, de mesures imminentes "qui amélioreraient encore davantage la position de commande que détient déjà l'Association dans la science internationale14". La recherche, pour l'AIA, d'une position centrale - sinon nécessairement "de commande" - ne se trahit pas seulement dans la correspondance ; elle s'exprimait aussi de façon officielle. L'Assemblée de 1904 en fit l'objet d'une résolution15. Sept ans plus tard, lors des célébrations du cinquantenaire de la National Academy of Sciences, Arthur Schuster, alors secrétaire de la Royal Society, revendiqua à nouveau, pour l’AIA, le statut d'une "autorité centrale" dans le réseau des associations scientifiques internationale16

  • 17 Voir supra, p. 27-29.

13C'est cette revendication d'une autorité centrale qui allait suggérer à Leonard Woolf l'idée qu'il s'agissait là d'une amorce de "gouvernement international17". D'une certaine manière, une des thèses fonctionnalistes se trouve bel et bien confirmée : la coalition transnationale constitue un moyen de défense d'intérêts socio-professionnels - qu'il s'agisse d'intérêts communs à faire valoir à l'endroit d'éventuels bailleurs de fonds ou d'intérêts de "classe" à l'intérieur de la profession. Il serait difficile cependant de trouver dans cette coalition par ailleurs éphémère que constituait l'Association internationale des académies, des éléments même infimes d'un "transfert de loyautés", - celles-là restaient solidement ancrées du côté de la patrie.

Collaboration et compétition

  • 18 Cardwell, 1957, 59-65.
  • 19 Rapport soumis au ministre de l'Education nationale en 1840. Cité par Paul, 1972a, 5.
  • 20 Ibid., 8, et passim.

14Si de nos jours, et objectivement, le potentiel scientifique a une relation infiniment plus forte et plus directe avec la puissance des Etats qu'à la fin du XIXe siècle, il n'en découle pas automatiquement que les hommes de science de cette époque avaient, subjectivement, une conscience proportionnellement moins aiguë de leur importance pour la cause nationale. De plus, l'étude de la littérature, des documents publics et des textes privés révèle une habitude déjà enracinée d'envisager la science et les relations scientifiques internationales sous un angle politique, de comparer et d'évaluer les contributions des différentes nations au progrès des sciences en termes de prééminence et d'infériorité, de domination et de dépendance. On revendiquait le leadership avec autant d'éclat qu'on avait tendance à dépeindre en couleurs sombres le sort de la nation qui se serait laissée "dépasser". En 1830, déjà, Charles Babbage, en dénonçant le déclin de la science en Angleterre, avait trouvé son inquiétude partagée par un public alarmé, lui aussi, par ce qui paraissait alors comme le progrès inexorable des universités et laboratoires en Allemagne18. A Paris également, on comparait à peu près à la même époque l'état de la science française aux activités scientifiques qui se développaient dans d'autres pays, pour dénoncer aussitôt la pauvreté et le mauvais état de l'équipement de la Faculté des sciences19. Peu à peu, les références à l'Allemagne se précisent ; ce sont les progrès scientifiques dans ce pays qui menaçaient, avant tout, "la suprématie de la science française et l'avenir intellectuel" de la France20.

15Certes, une grande partie de cette prose alarmiste, rédigée par des hommes de science en quête d'un financement plus substantiel par le trésor public, avait généralement un but tactique. Mais tout n'était pas que pure tactique dans la susceptibilité ombrageuse avec laquelle on épiait et commentait les progrès des sciences chez les nations voisines. L'admiration et la jalousie, le désir d'émulation et la revendication d'une originalité inaltérable, en venaient à former un mélange aussi subtil qu'ambigu.

  • 21 Paul, 1972a, 15-20. Sur la question générale de l'essor et du déclin des différents pays dans le d (...)
  • 22 Ben-David et Zloczower, 1962 ; Herbst, 1965, 4-6 ; Thwing, 1928, 42-43.

16Que les universités ou laboratoires de recherche dans un pays donné attirent des étudiants d'autres pays, et immédiatement le fait est vu non seulement comme signe de prééminence scientifique, mais encore, et déjà, comme atout politique. En effet, former un étudiant étranger, c'est potentiellement influencer l'élite future du pays où cet étudiant va repartir. C'est pourquoi en France, par exemple, on observait avec tant d'appréhension les étudiants étrangers se diriger, non vers Paris, mais vers les universités allemandes en particulier21. C'est pourquoi aussi, on fut en Allemagne saisi de graves inquiétudes quand, à la fin du siècle, les effectifs estudiantins - d'étudiants américains surtout - commencèrent à décliner22. Les prolongements politiques potentiels d'un prestige purement intellectuel étaient perçus à un point que, dans certains pays, on pouvait observer l'apparition des premières mesures cohérentes d'une politique culturelle extérieure. Bien sûr, les liens entre des initiatives de ce genre - comme l'Alliance française, fondée en 1883 - et la diplomatie officielle restaient généralement discrets. Dans le domaine de l'enseignement supérieur, les gouvernements se limitaient en principe à répondre aux demandes d'assistance administrative ou de soutien financier qui leur étaient adressées par les milieux universitaires.

  • 23 "Express my fullest sympathy with the movement regarding the exchange of professors", télégraphia (...)
  • 24 La répartition se présente à peu près comme suit : sciences exactes et naturelles, 25 % ; sciences (...)
  • 25 Burgess, J.W., The European Car of 1914: Its Causes, Purposes and Probable Results, Chicago, 1915. (...)
  • 26 Voir infra, chapitre VI, p. 242-243, note 50.
  • 27 Nous étendre ici sur la problématique générale des politiques culturelles extérieures, et plus par (...)

17L'échange de professeurs entre les universités Harvard et Columbia d'une part et d'autre part l'université de Berlin (ou d'autres universités prussiennes) en constitue une exception. Formellement, l'échange reposait sur un accord entre le Kultusministerium prussien et les administrations des deux universités américaines. Il était placé sous le haut patronage de l'Empereur d'Allemagne qui y portait d'ailleurs un intérêt personnel et tenait à donner un éclat particulier au séjour des professeurs américains à Berlin23. Entre 1905-1906 et 1914, quelque trente Américains et Allemands ont participé à ce programme d'échange, appartenant aussi bien aux sciences exactes qu'aux humanités et aux sciences sociales24. Si les autorités allemandes s'étaient attendues à ce que les échanges eussent une portée politique en éveillant dans les milieux intellectuels américains des dispositions favorables à l'Allemagne, elles furent amèrement déçues. Quand la guerre éclata, il ne se trouva qu'un seul des seize anciens Austauschprofessoren aux Etats-Unis pour prendre la défense de l'Allemagne25. Qu'une tradition de collaboration et de relations amicales ait contribué, plus tard, à déclencher des gestes de solidarité en faveur de la collectivité universitaire allemande aux prises avec de graves difficultés matérielles, c'est incontestable26 ; que les échanges de professeurs aient joué un rôle important dans la création et la consolidation de ces relations amicales, voilà ce qui reste à démontrer27.

  • 28 Voir des exemples cités dans Paul, 1972a, passim ; Schroeder-Gudehus, 1966, 33-34 ; Salomon, 1970, (...)
  • 29 Voir, par exemple, Zorn, 1907, 170 ; Griewank, 1932, 214-216.

18Certes, malgré l'âpreté latente de la compétition internationale pour le leadership scientifique, la collaboration confraternelle par-delà les frontières s'était développée et même intensifiée dans les voies traditionnelles. Ainsi l'institution, par l'industriel belge Solvay, des Conférences qui porteront désormais son nom et qui réunissaient les physiciens les plus éminents, avait-elle marqué un point important, en 1911, dans l'histoire de la coopération scientifique internationale. Cependant, si l'esprit international s'était largement répandu, il ne soufflait pas partout. Les relations intellectuelles européennes notamment ne s'étaient jamais complètement libérées des séquelles de la guerre franco-allemande28. Si, déjà, on se plaignait de la pléthore de congrès internationaux à cause de l'allure touristique qu'ils prenaient parfois, on déplorait aussi les tiraillements politiques - franco-allemands surtout - dont ils étaient souvent le théâtre. On prit la peine d'en faire état avec soulagement, quand des rapports harmonieux ou même amicaux avaient pu s'établir29. Il peut sembler exagéré d'attribuer aux tensions franco-allemandes une influence perturbatrice aussi sensible - mais, dans l'esprit de l'époque, la respublica litterarum ne s'étendait pas au-delà de ce que l'on considérait comme des "nations civilisées" (Kulturnationen), et il n'est pas sûr que l'Européen moyen, cultivé et bien né, y incluait alors sans réserves la Russie et les Etats-Unis. Dans un cercle aussi restreint, la suspicion entre Français et Allemands n'était pas un phénomène marginal.

  • 30 Picard, 1922, 146.
  • 31 Delbet, 1916, 128-129, Landouzy, 1916, 232 ; Picard, 1922, 146.
  • 32 Diels, 1914, 132.
  • 33 Roentgen (cité par Wehberg, 1920, 33).
  • 34 Paul, 1972a, 54-76 ; Duhem, 1915a, 1915b.

19Quand la guerre éclata, il n'était pas rare de voir d'anciens admirateurs de la science allemande non seulement réviser leurs opinions, mais encore réévaluer leurs souvenirs de fond en comble. On commença alors à se rappeler, d'un côté comme de l'autre, d'avoir ressenti, avant 1914 déjà, des tensions latentes : les Allemands, n'avaient-ils pas toujours fait preuve, dans les réunions internationales, d’une prétention démesurée30 ? - n'avaient-ils pas essayé de mettre la main sur la recherche internationale du cancer et de dominer l'Association internationale des académies31 ? - et les Français, n'avaient-ils pas envoyé délibérément et à titre de démonstration, un collègue particulièrement insignifiant au Congrès d'histoire de Berlin32 ? - les congrès scientifiques internationaux, n'avaient-ils pas servi avant tout à permettre aux étrangers de s'emparer d'idées que les savants allemands y exposaient et d'en exploiter les résultats33 ? Pierre Duhem procéda à une "subtile révision34" de ses conceptions des mentalités nationales dans la pensée et la pratique des sciences. La collaboration tant admirée entre le laboratoire et l'atelier, entre la science et l'industrie en Allemagne, se présenta soudain comme une corruption au contact d'intérêts matériels.

  • 35 Le traitement le plus complet de l'internationalisme en Allemagne se trouve dans Chickering, 1975.
  • 36 Diels, 1906, 37.

20Réinterprétations partisanes ? Sans doute. Mais il importe de ne pas se méprendre sur le caractère peu engagé, du moins sur l'ambiguïté profonde de l'internationalisme scientifique qui nous est si couramment présenté comme une caractéristique particulière et admirable du monde d'avant 1914. Les discours officiels et les allocutions de circonstance de l'époque sont remplis de références à cette solidarité supérieure que crée la loyauté à la science, le respect commun des normes qu'elle impose, l'idéal partagé du progrès de l'humanité. Encore faut-il jauger avec réalisme la signification précise de cet engagement. Les pacifistes étaient rares parmi les universitaires et suscitaient plutôt l'incompréhension ou même l'antipathie de leurs collègues35. En 1906, dans une allocution commémorative, le Recteur de l'université de Berlin - lui-même d'ailleurs un promoteur actif de la collaboration internationale - avait expliqué quel était, pour lui, le mobile de cette collaboration : "acquérir une formation internationale par intérêt national36". "Par la science, pour la patrie", était la devise de l'Association française pour l'avancement des sciences. On ne saurait mieux définir l'internationalisme scientifique d'avant-guerre, dans son acception générale.

Un facteur de puissance

  • 37 Die Waffen nieder ! Berlin, 1890.
  • 38 Angell, 1910.

21Le tableau des aspects politiques de la coopération scientifique internationale d'avant 1914 que nous sommes à esquisser serait incomplet, si nous n'ajoutions pas une nuance importante. Certes, beaucoup de facteurs devaient favoriser le développement de l'esprit de collaboration : l'universalité du discours dans les sciences naturelles, une tradition séculaire de collaboration individuelle, les progrès des moyens de communication et l'essor général que prit l'idée internationale à la fin du siècle. Pourtant, il n'y avait pas que des facteurs favorables. Au moment même où le roman pacifiste de la baronne Suttner fut traduit en quinze langues et vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires37 et au moment où Norman Angell démontrait par des calculs précis que jamais une guerre ne pouvait rapporter plus qu'elle n'avait coûté38, la recherche scientifique rejoignit l'arsenal des ressources nationales, des facteurs de puissance. C'est en Allemagne que ce phénomène se produisit de la façon la plus spectaculaire.

  • 39 Gilpin, 1970, 28-29 (la citation à l'intérieur du paragraphe provient de : The Role and Direction (...)

L'Allemagne- écrit Robert Gilpin - est la première nation dont on peut dans une grande mesure attribuer l'essor politique fulgurant à la science. Elle fut, avant le XXe siècle, "la seule nation à avoir la primauté aussi bien en science qu'en technique… et cela dura des environs de 1860 à 1930". C'est plus particulièrement en faisant progresser et en exploitant systématiquement la théorie chimique que les Allemands parvinrent, en un temps relativement court, à faire de leur pays qui était en retard la nation la plus avancée du continent sur le plan technique - ce qui ne fut pas de peu de conséquence pour l'équilibre européen39.

  • 40 Voir, par exemple, Langrish, Gibbons, Evans, Jevons, 1972, 1-59.
  • 41 Langrish, 1974, 614-616.

22Nous ne pouvons aborder ici le problème difficile que pose l'évaluation exacte de la part qui revient dans la réussite technique aux contributions de la recherche scientifique40. Il est certain cependant qu'à la fin du XIXe siècle et dans certains secteurs, les résultats de la recherche universitaire étaient utilisés par les industries dans une proportion importante41. Les liens étroits entre la recherche et la production industrielle étaient particulièrement frappants, par exemple, dans le cas des industries allemandes des colorants artificiels, des produits pharmaceutiques et des engrais, dont l'essor spectaculaire à la fin du siècle était largement tributaire du niveau avancé où s'y trouvait la chimie organique. Il est incontestable aussi qu'il s'agissait là de secteurs dans lesquels le niveau élevé de la recherche scientifique acquit - à cause même de ses prolongements économiques - une visibilité plus immédiatement internationale qu'ailleurs.

  • 42 Le Matin du 15 juin 1900, cité par Poidevin, 1969, 348.
  • 43 Gerault, 1902, 75, cité par Poidevin, 1969, 349. Parmi les écrits contemporains, voir, par exemple (...)
  • 44 Le marché français, par exemple, était dépendant de la production allemande de colorants au point (...)

23En fait, l'expansion allemande sur certains marchés mondiaux était loin de passer inaperçue. Dans les publications éphémères, mais dont le nombre grandissait à l'approche de la guerre, et où des observateurs plus ou moins avertis exprimaient leur satisfaction ou leur inquiétude à l'égard des aspects économiques de la Weltpolitik, presque toujours référence était faite au rôle de la science et des scientifiques allemands. L'Exposition universelle de Paris de 1900, où l'Allemagne avait remporté un succès éblouissant, s'était présentée comme l'"apothéose de la chimie allemande42" et certains avaient voulu y voir un "Sedan industriel" pour la France43. L'importance des exportations allemandes en matières colorantes, de produits pharmaceutiques ou de verres optiques, par exemple, s'explique d'ailleurs moins par leur volume et la place relative qu'ils occupaient dans la balance commerciale que par le fait que l'Allemagne était le fournisseur quasi exclusif du monde entier44. Bien avant que la guerre n'éclate et ne démontre, dans toute leur gravité, les effets qu'une telle dépendance pouvait avoir sur l'effort de guerre des belligérants occidentaux, on prenait déjà pour acquis qu'on ne pouvait plus désormais évaluer le potentiel économique d'un pays sans tenir compte du niveau des recherches scientifiques qui s'y poursuivaient.

  • 45 Ashby et Anderson, 1974, 49 ; voir aussi, sur la discussion en Angleterre, Cardwell, 1957, 167-178
  • 46 Paul, 1972, 20-26 et passim ; parmi les témoignages contemporains : Le Chatelier, 1915 ; Roscoe, 1 (...)
  • 47 Tobey, 1971, 4.
  • 48 Flexner, 1930, 1940.
  • 49 Voir, par exemple, un article ultérieur, mais qui reflète bien les idées exprimées dès avant 1914  (...)

24Les débats que nourrissaient, dans tous les pays industrialisés, les projets de réforme de l'enseignement supérieur, faisaient une large place à cet argument : c'est pour combattre les menaces qui pesaient sur la compétition des industries anglaises que Haldane réclamait la création d'un "Charlottenburg britannique45" et qu'en France on insistait sur la nécessité de ménager aux sciences appliquées une place plus grande dans les curricula universitaires46. Aux Etats-Unis, avec la fondation au tout début du siècle, du Rockefeller Institute et de la Carnegie Institution, l'effort semblait d'abord se porter vers un renforcement de la recherche pure, sans considération d'une utilité éventuelle des résultats47. Mais il est certain que dans l'esprit des promoteurs d'une plus grande autonomie scientifique américaine, il s'agissait là d'une condition fondamentale, sans doute, mais pas suffisante. Pour faire bénéficier la nation américaine de tous les avantages que pouvait lui procurer la science moderne, il fallait convaincre les industriels de la nécessité de suivre l'exemple de leurs concurrents européens, concurrents allemands surtout, et de mettre la recherche scientifique au service de la productivité et de la capacité d'innovation de leurs entreprises. Ce fut là un des thèmes favoris des hommes de science les plus profondément engagés dans l'avancement des sciences aux Etats-Unis. Le pays le plus souvent cité en exemple était sans doute l'Allemagne : c'est dans son système de l'enseignement supérieur et de formation de chercheurs qu'Abraham Flexner voyait le modèle dont devaient s'inspirer les universités américaines48 ; c'est à l'étroite coopération entre le laboratoire et l'atelier que George Ellery Hale attribuait le succès de l'industrie allemande, coopération pour laquelle il ne cessa de plaider aux Etats-Unis49. Par ailleurs, ces plaidoyers ne faisaient pas toujours une distinction nette entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée ; les hommes de science trouvaient probablement, déjà, préférable de conserver à leur argumentation une certaine flexibilité.

  • 50 Voir cependant Crosland, 1976, et la littérature qu'il cite. Pour ajouter une anecdote amusante : (...)

25Si les conséquences économiques d'un haut niveau scientifique étaient largement perçues, les témoignages sont moins abondants en ce qui concerne la perception des effets de la recherche scientifique sur la puissance militaire des Etats. En comparaison avec le domaine économique, le rapport entre la science et la puissance militaire paraît avoir été perçu d'une façon sensiblement moins directe - moins directe, en tout cas, qu'il n'allait se révéler quelques années plus tard, au cours de la guerre50.

  • 51 Voir, par exemple, Richet, 1916. - Pour la part relative des publications scientifiques allemandes (...)
  • 52 Pfetsch, 1974, 43-192 ; Ruske, 1973. Voir aussi, Forman, Heilbron, Waert, 1975.

26La prééminence scientifique de l'Allemagne que d'aucuns voulaient mesurer au nombre de ses grands maîtres et de leurs écoles, ou au nombre d'étudiants étrangers attirés par ses universités, ou encore la place hors-pair qu'occupaient, dans la littérature spécialisée, ses revues et ses ouvrages de référence51, avait ainsi acquis des dimensions stratégiques qui n'allaient pas contribuer à rendre plus convaincante l'image de la rectitude pacifique que la collectivité scientifique allemande croyait projeter dans le monde. De plus, les observateurs étrangers semblaient prendre pour acquis que les autorités publiques de l'Allemagne avaient saisi, plus tôt que les gouvernements des autres pays, l'importance de la recherche scientifique comme facteur de puissance. L'hypothèse selon laquelle les scientifiques allemands pouvaient compter sur l'encouragement moral et surtout financier de l'Etat était, en effet, un élément qui - aux yeux des contemporains et plus particulièrement des collègues - pouvait rendre plausibles les succès évidents de la recherche en Allemagne. Même s'il était impossible alors d'étayer cette impression par les faits52, elle survivait fort bien parmi les à peu près qu'accueillit si volontiers l'opinion publique et qui devaient se révéler, quelques années plus tard, comme de formidables réservoirs d'arguments pour la propagande de tous les camps. Bien sûr, devant les accusations prétendant que leur science n'ait atteint sa prééminence qu'assujettie par l'Etat et qu'ils se soient eux-mêmes abaissés jusqu'à devenir des commis-voyageurs de la grande industrie, les milieux scientifiques allemands allaient s'indigner, oubliant combien ils avaient eux-mêmes contribué à créer cette impression.

27Dans leurs efforts d'accroître leur prestige et leurs ressources matérielles, les hommes de science allemands n'avaient jamais manqué d'insister sur le rôle primordial joué par la recherche scientifique parmi les facteurs de la puissance nationale :

  • 53 Mémoire du 21 novembre 1909, Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, 1961, I, 80-94.

La puissance militaire et la science - die Wehrkraft und die Wissenschaft - sont les deux piliers sur lesquels repose la grandeur de l'Allemagne53.

28C'est ainsi qu'en 1909, Adolf Harnack, l'éminent historien de l'Eglise, avait fondu en une formule frappante les arguments qui lui semblaient militer en faveur d'un renforcement de la recherche fondamentale. Il proposait la création d'un ensemble d'instituts de recherche - la future Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft.

  • 54 Mémoire du 21 novembre 1909. Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, 1961, I, 80-94. Voir aussi Feldmann, 197 (...)

29Son mémoire - dont l'idée initiale avait été conçue dans les milieux scientifiques et bien reçue au Kultusministerium prussien se présentait par ailleurs comme un cri d'alarme : l'Allemagne était en train de perdre son leadership scientifique aux mains de l'étranger, et notamment aux mains des Etats-Unis, où des instituts de recherche, sans obligations d'enseignement, étaient financés par des fonds privés. Sous le protectorat de l'Empereur, avec une participation au demeurant modeste de l'Etat prussien, la nouvelle organisation allait donc essayer de suivre, pour son financement, le modèle américain. L'appel que la science allemande lançait alors au monde de l'industrie et des affaires - et la réponse favorable qu'elle allait recevoir54 - devait renforcer, en dehors de l'Allemagne, l'impression qu'une formidable alliance s'était conclue entre la science et les forces économiques et politiques dans une lutte commune pour l'hégémonie mondiale.

Notes

1 La littérature à ce sujet est en train de devenir abondante. Voir à titre d'exemple un des premiers travaux : Mendelsohn, E., 1964, et une des plus récentes études de cas : Gyzicki, R., 1976.

2 A part les travaux cités supra, p. 24, note 22, voir par exemple, L'Héritier, 1938 ; Lyons, H., 1944, Lyons, F.S.L., 1963 ; Faivre, 1966 ; Cox, 1966 ; Mieghem, 1968 ; Crosland, 1969 ; Daniel, 1973.

3 En ce qui concerne l'histoire de l'AIA, nous nous basons essentiellement sur des archives de la Royal Society, Londres ; de la National Academy of Sciences, Washington ; de l'Académie des sciences, Paris ; ainsi que sur les documents et travaux suivants : les procès-verbaux des assemblées de l'AIA de 1900, 1901, 1904, 1907, 1910 et 1913 ; His, 1902 ; Meister, 1947, 127-136 ; Lyons, 1944, 292-317 ; parmi les commentaires contemporains, on consultera ceux qu'Arthur Schuster publia dans Nature (74, 12 juillet 1900, 258 ; 83, 26 mai 1910, 370-372 ; 91, 29 mai 1913, 322-323). Voir aussi le compte rendu, par J. Darboux, de diverses publications portant sur la fondation de l'Association internationale des académies, Journal des savants, janvier 1901, 5-23.

4 Schuster, 1913.

5 ... édition des oeuvres de Leibniz, étude du cerveau, Corpus medicorum antiquorum, tables annuelles physico-chimiques, Mahâbhârata, mesure d'un méridien en Afrique, Septante, organisation du prêt mutuel de manuscrits... Schuster, 1913, présente un survol intéressant ; quoique l'AIA réussît - en jetant son autorité dans la balance - à aider ses académies membres à obtenir des fonds, les sommes semblent avoir été modestes. Voir His, 1902, et les comptes rendus des assemblées de l'AIA. Voir aussi Schroeder-Gudehus, 1966.

6 Picard, 1922b, 146 ; Delbet, 1916, 128-129 ; Landouzy, 1916, 232, repris par Salomon, 1970, 326.

7 Par exemple Diels, 1914, 132.

8 Franqueville, 1901, 8.

9 His, 1902, 14-15.

10 His, 1902, 14-15 (mémoire de Friedrich von Hartel).

11 On les appelait alors volontiers des "unions", créant ainsi un risque regrettable de confusion avec les unions administratives internationales, organismes de droit public.

12 A part les subsides, il s'agissait généralement d'obtenir des gouvernements soit - dans le cas d'associations internationales - la prise en charge de cotisations annuelles, soit - dans le cas de congrès - l'acheminement par la voie diplomatique des invitations ou l'octroi d'un statut de délégation nationale au groupe de scientifiques se rendant à un congrès à l'étranger.

13 Lister au président de NAS, le 14 avril 1899 (NAS-AIA, 1899-1914)

14 Hale à Elihu Root, le 29 décembre 1913 (NAS-AIA, 1899-1914].

15 Schuster, 1913, 30.

16 Ibid.

17 Voir supra, p. 27-29.

18 Cardwell, 1957, 59-65.

19 Rapport soumis au ministre de l'Education nationale en 1840. Cité par Paul, 1972a, 5.

20 Ibid., 8, et passim.

21 Paul, 1972a, 15-20. Sur la question générale de l'essor et du déclin des différents pays dans le domaine des sciences, voir Ben-David, 1970, 160-179 ; 1971, 88-138 ; Paul, 1972b.
En 1913, Louis Liard, vice-recteur de l'Académie de Paris, constata avec satisfaction que 86 étudiants américains étaient inscrits à Paris, alors qu'il n'y en avait aucun en 1896, quand l'université de Berlin en comptait 200 ("En l'honneur des Universités Columbia et Harvard", Revue internationale de l'enseignement, 86, 1913, 107).

22 Ben-David et Zloczower, 1962 ; Herbst, 1965, 4-6 ; Thwing, 1928, 42-43.

23 "Express my fullest sympathy with the movement regarding the exchange of professors", télégraphia l'Empereur au Président américain à l'occasion de l'inauguration de la Chaire Théodore Roosevelt à l'université de Berlin. "The exchange of men of science is the best mean for enabling the two nations to closely understand each other. And this is a source of mutual respect and love which guarantees for peace." (Tél. du 28 novembre 1905. AA VG 115/1-116, v. 12-16).

24 La répartition se présente à peu près comme suit : sciences exactes et naturelles, 25 % ; sciences sociales, 35 %, humanités, 40 %. Voir au sujet du Professorenaustausch les souvenirs de Lamprecht, 1906, passim ; Eucken, 1921, 86-92 ; Wien, 1930, 27-28 ; Ostwald, 1933, 27-92 ; Runge, 1949, 139-148 ; Schmidt-Ott, 1952, 107-115. Critiques: Schäfer, 1926, 164 ; Meyer, 1915, 207 ; Lubarsch, 1931, 588-591.

25 Burgess, J.W., The European Car of 1914: Its Causes, Purposes and Probable Results, Chicago, 1915. Voir au sujet de Burgess, Herbst, 1965, 67.

26 Voir infra, chapitre VI, p. 242-243, note 50.

27 Nous étendre ici sur la problématique générale des politiques culturelles extérieures, et plus particulièrement sur le rôle qu'y jouent échanges universitaires et relations scientifiques, dépasserait les limites de cette étude. Il faudrait souligner cependant, dans ce contexte, combien ce phénomène que l'on taxe si volontiers de "corruption", par la politique, de la vraie vocation - apolitique - de l'universitaire, n'est point une exclusivité de l'époque actuelle. En fait, la toute première suggestion au sujet d'un échange formalisé, américano-allemand de professeurs était venue des rangs même des universitaires : Kuno Franke, de Harvard, l'avait soumise à Friedrich Althoff, alors directeur de la section de l'enseignement supérieur au Kultusministerium prussien.
Si la suggestion fut favorablement reçue au Kultusministerium, on demeurait sceptique dans les milieux diplomatiques - même si des organisations comme la Société pour la promotion de la politique culturelle essayait de fonder l'utilité d'une telle politique sur le fait que "les exportations allemandes ne pourraient se passer de l'appui et du travail préparatoire d'une politique de promotion du prestige culturel" (Grundmann, 1965, 800). Il faudrait mentionner ici que le projet de création de l'Institut français à Londres bénéficia de subventions aussi bien de la Chambre de commerce de Paris que de la Société d'encouragement au commerce français d'exportation (Revue internationale de l'enseignement, 59, 1913, 446-447).
Aussi sensibles qu'étaient les diplomates allemands à l'intérêt qu'il y avait de mettre en lumière la composante scientifique des produits industriels allemands, aussi peu croyaient-ils dans l'utilité d'englober dans cet effort plus ou moins discret de propagande, la gente des professeurs. Ce scepticisme est bien illustré par le sort que connut, en 1913, l'initiative d'un historien bien connu, Karl Lamprecht ; il exhorta - dans une lettre rendue publique deux ans plus tard - le chancelier du Reich à faire un plus grand usage, dans la politique extérieure allemande, d'une force qui ne demandait qu'à être mobilisée : les intellectuels, les universitaires allemands. Le chancelier Bethmann Hollweg lui répondit sans empressement. Il fit remarquer qu'il ne croyait pas, pour sa part, en la possibilité de favoriser le rayonnement culturel d'une nation par des mesures venant d'en haut, en l'absence d'une conscience que possèderaient les Français, par exemple, et les Anglais. Selon lui, les Allemands ne l'avaient, hélas, pas encore acquise, de même qu'ils ne possédaient pas encore le flair indispensable dans la recherche de "moyens plus subtils" d'expansion politique (Vossische Zeitung, le 12 décembre 1915). Le chancelier tout acquis encore aux principes de la diplomatie de cabinet, préférait sans doute se passer du concours des professeurs et des manifestations quelque peu trop spontanées et parfois tapageuses de leur patriotisme. Il est certain que les vues du chancelier étaient en désaccord avec les idées qu'avait à ce sujet, son souverain et avec la politique que pratiquait, à la même époque, le Kultusministerium prussien. Plus tard, on devait d'ailleurs dans ce ministère prendre ses distances à l'égard du Professoren-Austauseh - quand il fallait constater, en pleine guerre, l'hostilité ou le mutisme des milieux dont on s'était efforcé de gagner les sympathies (Schmidt-Ott, 1952, 115).
Sur la politique extérieure de l'Allemagne et les affaires culturelles, voir Twardowski, 1970, 9-28.

28 Voir des exemples cités dans Paul, 1972a, passim ; Schroeder-Gudehus, 1966, 33-34 ; Salomon, 1970, 320 ; voir aussi, "Correspondance", IWWKT, I, 1er juin 1907, 291-294.

29 Voir, par exemple, Zorn, 1907, 170 ; Griewank, 1932, 214-216.

30 Picard, 1922, 146.

31 Delbet, 1916, 128-129, Landouzy, 1916, 232 ; Picard, 1922, 146.

32 Diels, 1914, 132.

33 Roentgen (cité par Wehberg, 1920, 33).

34 Paul, 1972a, 54-76 ; Duhem, 1915a, 1915b.

35 Le traitement le plus complet de l'internationalisme en Allemagne se trouve dans Chickering, 1975.

36 Diels, 1906, 37.

37 Die Waffen nieder ! Berlin, 1890.

38 Angell, 1910.

39 Gilpin, 1970, 28-29 (la citation à l'intérieur du paragraphe provient de : The Role and Direction of Inventive Activity : Economic and Social Factors. Nat. Bureau of Economic Research Princeton, N.J., Princeton University Press, 1962, 453). Voir surtout, au sujet des rapports entre science, industrie et économie en Allemagne au XIXe siècle, Treue et Manel, 1976

40 Voir, par exemple, Langrish, Gibbons, Evans, Jevons, 1972, 1-59.

41 Langrish, 1974, 614-616.

42 Le Matin du 15 juin 1900, cité par Poidevin, 1969, 348.

43 Gerault, 1902, 75, cité par Poidevin, 1969, 349. Parmi les écrits contemporains, voir, par exemple, Cambon, 1909, 1914 ; Howard, 1907 ; Usher, 1913 ; Bruneau, 1914 ; Hauser, 1915. Sur le rôle de la chimie dans l'expansion économique allemande : Landes, 1969, 175-176 ; Haber, 1958 ; Beer, 1959 ; Hohenberg, 1967 ; Poidevin, 1969, 29-31, 223-224, 511-513, 727-741.

44 Le marché français, par exemple, était dépendant de la production allemande de colorants au point qu'au moment où la guerre éclata, des industriels intervinrent auprès du gouvernement pour qu'il autorise les firmes allemandes établies en France à continuer de fonctionner (Poidevin, 1969, 739-740). Voir aussi, MacLeod et MacLeod, 1975, et la littérature citée infra, chapitre II, 71, note 22, et 75, note 29.

45 Ashby et Anderson, 1974, 49 ; voir aussi, sur la discussion en Angleterre, Cardwell, 1957, 167-178.

46 Paul, 1972, 20-26 et passim ; parmi les témoignages contemporains : Le Chatelier, 1915 ; Roscoe, 1915.

47 Tobey, 1971, 4.

48 Flexner, 1930, 1940.

49 Voir, par exemple, un article ultérieur, mais qui reflète bien les idées exprimées dès avant 1914 : Hale, 1920 ; voir aussi Kevles, 1968-1977 ; Tobey, 1971, 20-61 ; Kargon, 1973, 1-23.

50 Voir cependant Crosland, 1976, et la littérature qu'il cite. Pour ajouter une anecdote amusante : Bismarck - alors qu'il était déjà à la retraite - n'hésitait pas à attribuer aux chimistes le mérite d'aider au maintien de la paix à cause d'un "équilibre de la terreur" dont ils étaient les artisans : aussi longtemps que leurs armées ne disposaient pas des innovations les plus récentes, les gouvernements hésiteraient, selon lui, à déclencher des hostilités. (Allocution de 1894, cité par Anschütz, 1915, 36-37.)

51 Voir, par exemple, Richet, 1916. - Pour la part relative des publications scientifiques allemandes dans la production mondiale, voir Price, 1963, 95-97 et passim.

52 Pfetsch, 1974, 43-192 ; Ruske, 1973. Voir aussi, Forman, Heilbron, Waert, 1975.

53 Mémoire du 21 novembre 1909, Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, 1961, I, 80-94.

54 Mémoire du 21 novembre 1909. Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, 1961, I, 80-94. Voir aussi Feldmann, 1973, 344-346, et les études récentes de Burchardt, 1975 et Wendel, 1975 ; voir aussi infra, chapitre VI, 240, note 44.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search