Version classiqueVersion mobile

Les scientifiques et la paix

 | 
Brigitte Schroeder-Gudehus

Introduction

Texte intégral

1La Seconde Guerre mondiale a démontré le rôle décisif de la mobilisation scientifique et technique. Depuis, la science et la technique se placent au sommet de l'échelle parmi les facteurs de puissance. L'homme de science fait désormais partie des ressources nationales stratégiques. Sa fonction, qui est de contribuer à accroître la puissance économique et militaire, semble donc clairement établie.

2En même temps, il se voit attribuer un rôle très différent, rôle qui ne se rattache pas aux résultats de son activité mais à la nature spécifique de l'entreprise scientifique : on mise sur l'hypothèse que les scientifiques sont en mesure de combler des divisions politiques en jetant des ponts entre collectivités hostiles, qu'ils peuvent accroître la compréhension entre les peuples et donc les rapprocher ; qu'ils peuvent enfin court-circuiter la diplomatie traditionnelle et ainsi servir de fer de lance à un mouvement pour la paix mondiale. La "communauté scientifique internationale" semble offrir ainsi un modèle à l'usage de la société politique, et on prête toutes les vertus à l'homme de science, en particulier le désir et le pouvoir d'introduire des comportements de compréhension et d'évaluation rationnelle dans les relations interétatiques.

  • 1 C'est ainsi que Paul Forman, 1973, 155, définit les principaux postulats de l'idéologie de l'"inte (...)
  • 2 Polanyi, M., 1962, 73 ; voir aussi, sur le contenu du concept de "communauté scientifique", Hagstr (...)
  • 3 Depuis trente ans, les formules n'ont d'ailleurs guère varié. Les deux citations suivantes, toutes (...)

3Les sciences fondamentales fournissent certes l'exemple le plus impressionnant d'une oeuvre collective, d'une somme de contributions individuelles qui, entièrement cumulatives, ne sont censées refléter ni la culture, ni l'allégeance idéologique, ni la nationalité de ceux qui les ont produites. L'élément unificateur de la "communauté scientifique internationale" réside dans l'acceptation, par ses membres, de normes universelles et la reconnaissance d'un processus de validation fondé sur le consensus transnational des pairs. C'est sur le respect de ces normes identiques que repose la solidarité du groupe, son "internationalisme1". Au sein de cette "société des explorateurs2", la solidarité est ainsi toute spécifique. Il se trouve alors qu'on lui prête une signification plus large en présumant qu'elle se manifeste au-delà des limites du domaine scientifique proprement dit : entraînés à l'usage du langage scientifique commun, rompus au dialogue par-delà les frontières, forts de leur expérience de collaboration fructueuse en dépit de divergences politiques, les hommes de science se posent en médiateurs par excellence dans les conflits internationaux3.

  • 4 Snow, C.P., 1959, 11 ; 1960, 246.
  • 5 Price, D. de Solia, 1963, 112.
  • 6 Fourastié, J., 1949.
  • 7 Les conceptions baconiennes - qui avaient déjà si fortement inspiré Saint-Simon - étaient couramme (...)

4Il n'est pas surprenant que la foi en une mission médiatrice des hommes de science, voire leur leadership international, se soit affirmée avec une éloquence particulière au lendemain de la Seconde Guerre mondiale - contrecoup de la prise de conscience des possibilités sans précédent qu'offraient à l'humanité les progrès de la science et des techniques. Les scientifiques émergeaient alors comme les détenteurs d'un pouvoir immense, prometteur et inquiétant ; on disait qu'ils avaient "the future in their bones4" ou qu'ils tenaient "the pursestrings of civilisation5" ; c'est dans la science et la technique que l'on voyait le "grand espoir du XXe siècle6". Nul ne songeait à proposer sérieusement un gouvernement du monde par les savants, mais on se référait volontiers aux fantasmes des penseurs d'autres siècles en vue de légitimer, même de façon diffuse, cette tendance : les sociétés modernes seraient enfin forcées de reconnaître la sagesse de ces visions et les scientifiques, tels les habitants de la Maison de Salomon ou les membres du Conseil de Newton, allaient se voir confier le pouvoir et le prestige auxquels les destinaient la somme de leur savoir et la qualité de leur jugement7.

  • 8 Fermi, Laura, 1957, 2.
  • 9 On n'hésite pas par ailleurs, à la lumière d'une psychosociologie sommaire, à présenter les scient (...)

5En fait, cette foi dans la valeur du savoir et de la "méthode scientifique" pour la solution de conflits politiques constitue un élément important de la légende voulant que la communauté scientifique internationale représente une sorte de "working utopia8" dont les politiciens - hommes d'Etat et diplomates - auraient intérêt à s'inspirer. En d'autres termes, on prêtait aux esprits rompus à la discipline des sciences un talent particulier, celui de réduire les problèmes politiques à leur contenu "objectif" et négociable en les dépouillant de leur gangue émotive. Tel est un des arguments fondamentaux invoqués pour soutenir la thèse que les savants possèdent une vocation internationaliste9.

  • 10 Citons à titre d'exemple : Niebuhr, R., 1950, Haberer, J., 1969, 1972 ; Rose, S., Rose, H., 1970 ; (...)

6Nous renonçons à analyser plus en détail ces affirmations ou à dénoncer le caractère illusoire de l'"objectivité du scientifique" : grâce au nombre grandissant d'études critiques, la démystification est en bonne voie10. Nous nous bornerons dans cette introduction à examiner les fondements de l'autre argument à l'appui de la mission médiatrice du savant, à savoir l'effet que l'universalisme intrinsèque de la science aurait sur les attitudes et les opinions politiques de ceux qui la pratiquent : la science, crée-t-elle chez les scientifiques un esprit de solidarité internationale et une propension à se placer au-dessus des conflits politiques ? - se révèlent-ils comme les défenseurs de la paix internationale ? Il faut chercher les fondements de cette conviction dans des traditions de pensée très diverses et à des niveaux d'observation très différents - de l'opinion publique, où la notoriété d'Albert Einstein contribue à créer la présomption que le pacifisme fait nécessairement partie des caractéristiques du "vrai" scientifique, jusqu'aux théories de l'intégration internationale, en passant par l'endossement empressé d'une mission de détente par des communautés scientifiques conscientes de leurs intérêts socio-professionnels. Ce n'est pas la cohérence logique de ces apports, mais leur convergence apparente, qui explique la puissance et la ténacité du cliché.

L'internationalisme scientifique et la promotion d'intérêts socio-professionnels

7A l'heure actuelle, l'image d'une communauté scientifique supranationale, transcendant les différences nationales et politiques, est véhiculée notamment par une littérature qui a progressivement surgi aux confins de la science et de la politique, dans le sillage des débats portant sur la responsabilité des scientifiques dans la création de l'arme atomique d'abord, puis sur la politique de recherche des Etats de manière plus générale. Tandis que dans le passé, et à l'exception de périodes de grande ferveur patriotique, les représentants des sciences exactes et naturelles s'offraient rarement pour commenter les questions politiques du jour, ils comptent aujourd'hui dans leurs rangs des auteurs prolifiques. Les grandes revues scientifiques, et celles de haute vulgarisation avant tout, ont accordé une place grandissante à des textes dont certains, à mi-chemin entre la réflexion personnelle et l'analyse de type universitaire, entre le témoignage, le plaidoyer et le document d'information, contribuent à fixer le portrait politique du scientifique au niveau des idées reçues.

  • 11 En effet, l'argument touchant le rôle privilégié du scientifique dans les rapports internationaux (...)

8Que les communautés scientifiques (celles des pays occidentaux du moins) veuillent incorporer la promotion de la paix et de la compréhension entre les peuples dans l'image d'elles-mêmes qu'elles entendent projeter : voilà ce qui ne doit pas surprendre. A une époque, où le maintien de la paix internationale est la norme officielle de toutes les politiques étrangères, un mécanisme reconnu indispensable au fonctionnement interne du système scientifique - la collaboration transnationale - prend ainsi l'allure d'un service public11. L'utilité sociale et politique ainsi démontrée rehausse avantageusement le prestige du groupe aux yeux du grand public ou vis-à-vis des instances politiques cruciales pour la survie et l'expansion des institutions et des activités professionnelles.

  • 12 Voir, par exemple, Gilpin, R., 1965 ; et, sur N. Bohr, Sherwin, M.J., 1975.

9Un sens aigu de l'opportunité politique n'explique pas à lui seul l'unanimité remarquable avec laquelle les communautés scientifiques endossent généralement l'idée d'être dotées d'une compréhension supérieure en matière de relations internationales. D'autres facteurs s'y ajoutent. Ainsi, le fait de réclamer une voix dans la conduite des affaires internationales semblait, aux physiciens atomistes surtout, la conséquence logique du rôle qu'ils avaient joué dans le développement d'armes ayant radicalement change les conditions stratégiques de la guerre12. De plus, cette revendication a l'avantage d'accommoder un large éventail d'options idéologiques : elle cadre bien avec la nostalgie d'un cosmopolitisme-privilège-de-l'aristocratie-du-savoir, que nourrissent les milieux universitaires conservateurs. Elle ne heurte pas, en même temps, les tenants de la gauche, dont elle avait reçu très tôt déjà la caution. Dans la société socialiste, que Bernal voyait toute pénétrée de culture scientifique, l'élite éclairée des hommes de science se trouvait tout naturellement investie de fonctions directrices, que ce fut sur le plan national ou international.

  • 13 Needham, J., 1944, 1945. Il était prévu que le "Service international de coopération scientifique" (...)
  • 14 Bernal, J.D., 1939 ; voir aussi Crowther, J.G., 1941.
  • 15 Voir, par exemple, Crowther, J.G., Howarth, O.J.R., Riley, D.P., 1942 ; Crowther, J.G., 1970, 223- (...)

10Les plans de réorganisation à une vaste échelle de la coopération scientifique internationale que Joseph Needham présenta en 1944-194513, ne reflètent pas seulement une confiance remarquable dans les moyens que la science et la technique allaient mettre à la disposition des hommes pour promouvoir le bien commun de l'humanité et la paix. Ils portent aussi la marque des idées qu'avançaient depuis la fin des années trente les scientifiques socialistes britanniques : la prise de conscience d'une "fonction sociale de la science" que Bernal avait postulée quelques années auparavant14, et la foi dans la possibilité et la nécessité de planifier la recherche scientifique15.

  • 16 Sur le traitement des sciences naturelles pendant la phase préparatoire de l'UNESCO et au cours de (...)

11Joseph Needham allait devenir le premier directeur de la section des sciences naturelles de l'UNESCO, position pleine de potentiel pour un homme qui était l'auteur de projets de collaboration scientifique internationale conçus largement en termes d'organisation16. Les pouvoirs, structures et modalités de fonctionnement de l'UNESCO sont restés par la suite bien en-deça des ambitions de Needham, mais son idée de créer un réseau international de relations scientifiques pratiquement autonome, parallèle au réseau politique et (sous-entendu) plus fonctionnel et plus efficace que celui-ci dans la solution des problèmes auxquels faisait face l'humanité de l'après-guerre, est demeurée un modèle de référence influent. La raison en réside moins dans les préoccupations de statut socio-professionnel dont les visions de Needham renvoient un écho amplifié, que dans la jonction qui s'établit, dans ces projets et par la suite dans les plaidoyers qu'ils inspirent, entre la rhétorique traditionnelle de la vocation internationale du savant et un ensemble de thèses sur le processus d'intégration internationale, le "fonctionnalisme".

La science et l’approche fonctionnaliste de l’intégration internationale

12Un avertissement s'impose ici pour éviter une confusion : le terme "fonctionnalisme" n'a pas la même signification ni le terme "fonction" d'ailleurs la même précision conceptuelle que celles que nous leur connaissons en sociologie. Des rapports existent mais on ne peut guère parler, avant Mitrany, d'un emprunt de concept. En fait, les thèses "fonctionnalistes" de l'intégration internationale ont été formulées bien avant que n'apparaissaient les écrits de l'école fonctionnaliste en sociologie Il est difficile de décrire de façon succincte un ensemble d'idées et de thèses dont les tenants eux-mêmes s'accordent pour refuser de l'appeler "théorie" ou "doctrine" : l'absence de cohérence, c'est-à-dire une approche pragmatique et délibérément fragmentée du processus d'intégration, est au contraire un élément intrinsèque du programme. Celui-ci peut cependant se résumer à peu près comme suit :

  • 17 Tels que Renault, 1896 ; Eijkman, 1911 ; Baldwin, 1907 ; Reinsch, 1916 ; Woolf, 1916 ; Mitrany, 19 (...)

13La vision fonctionnaliste de la société internationale prévoit l'érosion graduelle des souverainetés étatiques grâce à l'intégration progressive des tâches fonctionnelles (techniques, non politiques) ; ce processus d'intégration est censé se réaliser d'abord dans des secteurs qui présentent les caractéristiques suivantes : ils ont une faible incidence politique ; les objectifs et les critères d'appréciation y bénéficient d'un consensus élevé ; l'abandon du contrôle de la décision n'y risque pas d'être ressenti par les autorités gouvernementales comme un défi au pouvoir souverain. Dans la pensée fonctionnaliste, un rôle crucial revient donc aux communautés transnationales de normes et d'intérêts (professionnels, intellectuels, moraux, etc.) et aux entreprises de coopération fonctionnelle (les chemins de fer, la navigation fluviale, l'observation météorologique, etc.) ; celles-ci constituent des voies privilégiées vers l'intégration internationale et, à plus longue échéance, vers un nouvel ordre mondial. Dans l'optique des fonctionnalistes traditionnels17, la dynamique de ce processus d'intégration se présente en effet ainsi : considérant que le facteur principal, dans la genèse des conflits et des guerres, est l'Etat-nation ; considérant que l'élément prédominant de la nature de l'Etat est la souveraineté et que cette souveraineté dépend de façon décisive de la loyauté des populations, il importe alors de tempérer ou de diluer cette allégeance exclusive des citoyens-sujets pour réduire les causes des guerres. En fait, si l'on réussissait à amener les citoyens à transférer leur loyauté envers l'Etat-nation vers d'autres valeurs, à remplacer les loyautés nationales par des loyautés transnationales, on provoquerait alors une érosion graduelle des souverainetés et éliminerait, à plus ou moins longue échéance, la principale source des conflits internationaux.

14Contrairement aux fédéralistes, les fonctionnalistes "purs" ne recherchent pas la coopération des institutions politiques : les représentants de celles-ci étant, à leurs yeux, irrémédiablement acquis aux égoïsmes nationaux. Bien au contraire les fonctionnalistes sont convaincus de la nécessité de contourner le secteur politique et de saper l'Etat sans s'attaquer directement aux structures politiques. Pour y arriver, ils préconisent principalement deux méthodes :

  • La première consiste à utiliser les experts techniques, leur faculté et leur habitude de communiquer par-delà les frontières et d'élaborer des solutions en dépit de désaccords sur le plan politique.
  • La deuxième méthode consiste à se servir du potentiel des solidarités transnationales ; à mesure que les citoyens d'un pays se rendent compte qu'il existe dans d'autres pays des individus et des groupes partageant leurs croyances, leurs goûts, leurs intérêts et leur genre d'occupations, ils seront portés à se coaliser avec ces individus et ces groupes. De par leur existence même, ces coalitions transnationales affaibliront alors l'engagement patriotique et, par conséquent, l'intégration nationale.

15L'intégration internationale se réalisera alors graduellement, par morceaux, simultanément et successivement à des niveaux différents : au niveau administratif, secteur par secteur, à mesure que la supériorité du mode d'intervention par coopération internationale d'experts deviendra manifeste. D'un domaine à l'autre, les expériences favorables provoqueront - par un effet de "débordement" (spill-over) - l'extension de la pratique coopérative. En ce qui concerne les coalitions transnationales d'intérêts, les fonctionnalistes ne méconnaissent pas que celles-ci risquent, à leur tour, de faire naître des affrontements, mais ils semblent maintenir que, dans un milieu international, une "ultime harmonie des fonctions" prévaudra grâce à un processus de négociations appropriées.

  • 18 Aux yeux des fonctionnalistes, les parlementaires ou des fonctionnaires responsables, en dernière (...)

16L'élément essentiel de la dynamique de cette intégration transnationale est donc l'émergence - par un processus d'apprentissage social - d'une communauté socio-psychologique transnationale : le citoyen découvrant et appréciant non seulement le profit qu'il peut tirer des coalitions transnationales, mais aussi les avantages que lui procure un mode d'administration international, plus efficace que la pratique traditionnelle, limitée aux ressources d'expertise nationale. Encore ici, les fonctionnalistes rejettent la voie des fédéralistes ; à la création d'institutions supranationales - gouvernements ou assemblées délibérantes multinationales - ils préfèrent une approche "technocratique", par étapes successives, par degrés (increments)18. Ils font valoir qu'une communauté transnationale ne peut être créée par décisions gouvernementales ; au contraire, l'existence d'une telle communauté est la condition préalable pour qu'un transfert de pouvoirs politiques à des institutions internationales puisse s'opérer avec succès.

  • 19 Voir, parmi les auteurs les plus importants : Claude, I.L., 1956-1964 ; Haas, E.B., 1964 ; Sewell, (...)
  • 20 Evan, 1976, 4 ; 1974 ; voir aussi dans le même sens, Angell, 1969 ; Field, 1971.

17Nous nous sommes attardée à cette présentation sommaire du fonctionnalisme pour plusieurs raisons. Il y a quelques années, il semblait que le fonctionnalisme traditionnel avait perdu beaucoup de terrain. Les travaux théoriques sur la coopération internationale, préoccupés comme ils l'étaient par les processus d'intégration sectorielle et les communautés transnationales19, se faisaient plus nuancés, plus cohérents, considérablement moins engagés et très éloignés par leur rigueur intellectuelle du fonctionnalisme sommaire qui continuait de transpirer dans les allocutions annuelles des présidents de sociétés savantes, dans les communiqués accompagnant la conclusion d'accords bilatéraux de coopération scientifique ou à l'occasion d'autres cérémonies célébrant la vocation internationale de la science… C'est sans doute à cause de l'intérêt persistant pour le phénomène des associations volontaires et le rôle d'acteurs non gouvernementaux dans le fonctionnement du système international qu'on assiste à l'heure actuelle à une renaissance de certains thèmes fonctionnalistes : ainsi les "ISPA" (International Scientific and Professional Associations) sont-elles considérées comme le cadre nécessaire (et suffisant ?) à un processus de socialisation grâce auquel les citoyens membres s'imprégneraient graduellement de l'éthique de la coopération internationale. Ce processus de socialisation est présenté comme particulièrement fructueux dans le domaine scientifique : "grâce aux associations professionnelles internationales", écrivait récemment un sociologue américain, "l'accroissement des connaissances conduit à un approfondissement de l'éthique de la science et renforce l'adhésion des scientifiques à des valeurs culturelles comme "universalism, organized scepticism, disinterestedness andcommunality" ; puis, il avance l'hypothèse que ces organisations "affectent de manière différenciée, directement ou indirectement, les quatre dimensions du système international : économique, politique, social et culturel20". En un tournemain, les normes mertoniennes se trouvent ainsi transformées en valeurs culturelles et investies d'une portée politique considérable. Nous n’allons pas nous attarder ici à la question de savoir si ce transfert rapide est légitime. Il nous suffit de constater que cette résurrection des thèses fonctionnalistes donne à notre étude une actualité que nous n'avions pas anticipée au moment de l'entreprendre.

18Il faut traiter ici du fonctionnalisme pour une autre raison : la mosaïque de thèses que ce terme recouvre s'est constituée par étapes et à des époques différentes, les mêmes, en fait, que celles sur lesquelles porte la présente étude. Les auteurs fonctionnalistes ont observé des événements que nous allons voir autrement ; ils ont tiré de ces événements des conclusions que nous ne partageons pas ; ils en ont fourni des interprétations que nous mettrons en question ; ils ont appuyé leurs thèses, leur programme sur leurs interprétations ; en contestant ces interprétations, nous contestons donc en même temps ces thèses, qu'il s'agisse du fonctionnalisme classique ou de ses survivances, tant dans le domaine de la recherche qu'au niveau de la vulgarisation.

  • 21 Reinsch, P., 1916.

19Les fondateurs du fonctionnalisme sont difficiles à repérer : à l'agrégat des thèses correspond la variété des filiations de pensée. La prévention de la guerre, dans la pensée politique de la fin du XIXe siècle, constituait une préoccupation courante. Il ne faut pas oublier que les idées fonctionnalistes se développaient à la lisière de doctrines politiques puissantes et portaient souvent des traces de ce voisinage : socialismes, internationalismes et pacifismes de toutes nuances, fédéralismes, mouvements pour la paix par le droit, pour l'arbitrage obligatoire et d'autres procédures de règlement pacifique. Jusqu'au début des années vingt, le contingent le plus important des lauréats du prix Nobel de la paix était fourni par des juristes, théoriciens et praticiens de l'arbitrage international… Paul Reinsch, dont l'ouvrage sur les unions administratives internationales21 est considéré comme une contribution classique aux idées fonctionnalistes, était juriste. Il voyait dans ces institutions et mécanismes de coopération technique et administrative - des Commissions du Danube à l'Union postale - des amorces de changements importants dans les rapports interétatiques.

  • 22 Depuis 1850 et jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale, le nombre d'associations internat (...)
  • 23 La genèse de la Convention du mètre en fournit une bonne illustration (Foerster, 1907).
  • 24 La collaboration interétatique prit ainsi la forme tantôt d'institutions permanentes (l'Institut i (...)
  • 25 Voir les compilations citées supra, p. 24, note 22, et, par exemple, Skjaelsbaek, K., 1974.

20Depuis le milieu du XIXe siècle, l'accroissement de manifestations de coopération internationale, y compris la coopération scientifique et technique, avait sans doute été tout à fait spectaculaire22. Il convient de rappeler cependant qu'une grande partie de cette coopération se poursuivait alors sur l'initiative et avec la participation déterminante d'organes étatiques. Le financement, l'organisation interne et les objectifs de telles institutions étaient fixés par un accord de droit international. Le scientifique et le technicien assistaient ici le diplomate23. Cette forme de coopération était d'abord et surtout apparue dans les disciplines scientifiques et dans les domaines techniques qui, d'une part, possédaient un champ d'activité essentiellement transnational et qui, d'autre part, et généralement pour des raisons d'intérêt public, avaient su intéresser les gouvernements (géodésie, météorologie, télégraphie, épidémologie, etc.)24. Tous ces organismes offraient la plus grande diversité de statut juridique et de fonction, d'organisation interne et de modalités de financement ; mais leur caractéristique essentielle, c'était qu'ils réunissaient des scientifiques ou des ingénieurs qui représentaient officiellement leur pays et étaient donc liés aux instructions de leurs gouvernements. A ce seul détail, il est difficile d'imaginer que des sentiments de solidarité transnationale se soient développés parmi les membres de ces organismes au même titre qu'au sein d'associations volontaires ; pourtant, ceux-ci se trouvent rarement retranchés des catalogues impressionnants de manifestations internationales que les fonctionnalistes présentent souvent à 1'appui de leurs thèses25.

Un humanisme éclaire

  • 26 Otlet, P., 1916.
  • 27 Ibid., 110.

21Parmi les avocats du fonctionnalisme, l'Union des associations internationales (UAI) avait toujours été des plus éloquentes. Fondée à Bruxelles en 1910, son objectif était de canaliser les forces qu'elle croyait voir se manifester à travers le foisonnement d'associations librement constituées. Elle espérait ainsi accélérer une rénovation du système mondial, système dont le réseau d'associations volontaires serait le principe organisateur. En dernière analyse, écrivit en 1916 un des cofondateurs de l'UAI, Paul Otlet, dans un ouvrage programmatique26, l'Etat ne devrait être qu'une "confédération des fédérations d'associations" ; Otlet ne voulait pas cependant faire disparaître l'Etat entièrement, mais limiter sa fonction à "tenir la bride des associations dans l'intérêt public27". Sa conception de la société mondiale n'en était que le prolongement : les associations internationales seraient les pierres angulaires de la future Société des nations.

  • 28 Otlet, P., 1916, 278. Otlet considérait la guerre comme une maladie du corps social, dont la guéri (...)

22Dans les textes publiés par l’UAI, la science se voit réserver une place importante. Non pas que l'essor des congrès et des associations dans ce domaine eût été plus spectaculaire que dans d'autres ; c'est plutôt que la science (la raison humaine, en fait) occupait le centre de l'univers philosophique des fondateurs de l'UAI et des milieux sur lesquels ils s'appuyaient : la science avait ce pouvoir d'unification de l'humanité qui permettrait à celle-ci de surmonter les diversités nationales et religieuses ; c'est la science qui pourrait donc instaurer cette communauté d'opinions "qui doivent assurer une utile intervention de l'homme dans les phénomènes sociaux28".

  • 29 L'UAI continue d'ailleurs d'exister ; les organisations internationales non gouvernementales const (...)

23L'avenir devait réserver des déboires à l'UAI ; en effet, elle n'allait pas jouer dans la mise en place de la Société des nations le rôle qu'elle avait espéré, et fut pratiquement écartée des organisations intellectuelles et scientifiques de l'après-guerre (voir infra, chap. III et V, p. 139,171-172). Mais par ses plaidoyers pour un humanisme éclairé et une société mondiale régie par la Raison, elle avait fourni des arguments en faveur d'une mission politique des hommes de science dont on contesterait difficilement le caractère vivace29.

Le pluralisme fonctionnel de la Fabian-Society

  • 30 La littérature, trop abondante, ne peut être citée ici. On se référera utilement à Hemleben, 1943, (...)
  • 31 Leonard S. Woolf était le mari de Virginia Woolf.
  • 32 Woolf, L.S., 1972, 189 ; 1975, 219 ; Cole, M., 1961, 157 ; Rice, M.S., 1963, 43.
  • 33 Ricci, 1967, cite Sidney Webb: "Ne see now, that it is the duty of each profession to take the nee (...)

24Avec la guerre de 1914, la détermination des milieux internationalistes semblait avoir encore augmentée, et le nombre de projets pour un nouvel ordre international à l'abri de catastrophes militaires, s'accrut considérablement. Si les projets du président Wilson sont sans doute les mieux connus, ils n'étaient pas les seuls30. L'ouvrage de Paul Otlet avait paru en 1916 ; la même année, un autre volume parut à Londres, plus succinct mais d'une portée sans doute plus considérable. A la demande de la Fabian Society, Leonard S. Woolf31 avait entrepris une étude qui fut publiée sous le titre International Government. Que cet ouvrage se soit trouvé entre les mains de la délégation britannique à la Conférence de la paix de 1919, donne une indication de son influence32 ; il nous intéresse ici surtout parce qu'il constitue une illustration des multiples racines du fonctionnalisme. Certains de ses éléments attestent, en fait, une forte filiation "fabienne" - à commencer par le concept de "fonction" dont il a été question plus haut. Tel que l'utilisaient les fabiens, il ne se définissait pas comme l'élément d'un modèle explicatif neutre, mais de façon normative, par rapport à un modèle de transformation de la société. Chez certains auteurs fabiens, le terme "fonction" prend presque une connotation de "service à la société". Un objectif d'utilité sociale est toujours sous-entendu ; d'une utilité qui englobe le mieux-être de l'ensemble de la communauté33. Comme chaque individu assume dans l'ordre social une multiplicité de fonctions, il est normal qu'il se joigne à plusieurs associations fonctionnelles, afin d'y prendre soin de ses intérêts par rapport à chacune d'elles. Le système électoral, basé sur la fiction d'une "volonté générale", c'est-à-dire sur la fausse conception selon laquelle un individu puisse exprimer sa volonté par un seul vote, serait alors remplacé par un système de représentations fonctionnelles. D'éventuels conflits seraient résolus par des mécanismes de coopération appropriés et en tenant compte de l'intérêt public.

  • 34 Il y en a d'autres, telle la préférence pour le mode de transformation graduelle des rapports soci (...)
  • 35 Woolf, L.S., 1972, 180-190 ; Rice, M.S., 1963, 60.

25Il n'est pas nécessaire dans le cadre de cette étude d'examiner plus en détail les programmes de la Fabian Society, ou d'en faire l'analyse critique. Ces remarques, quoique sommaires, permettent de reconnaître certains thèmes de base du fonctionnalisme international : le rôle fondamental accordé aux associations volontaires, la foi dans un pluralisme fonctionnel comme principe organisateur de la société, nationale ou internationale34. Il faut faire remarquer ici cependant que, concentrée exclusivement sur les problèmes internes de la société britannique, la Fabian Society n'avait de conception particulière ni en politique étrangère, ni en relations internationales. L'étude que Sidney Webb avait demandée à Leonard Woolf était financée par un quaker pacifiste qui n'était pas lui-même fabien. A part l'ébauche d'une série d'articles pour une future société des nations qui se trouvait en annexe, l'étude de Woolf ne fut jamais officiellement endossée par la Société. D'ailleurs Bernard Shaw, qui écrivit la préface de la première édition, ne partageait guère les conceptions "associationnistes" de Woolf ; il était plutôt partisan d'un ordre mondial reposant sur une entente entre grandes puissances35.

26Woolf semblait avant tout placer ses espoirs dans la possibilité d'arriver à une gestion éclairée des affaires internationales ; manifestement il jugeait l'esprit plus important que la mécanique des ententes sur la solution pacifique de différends. Parmi les exemples qu'il relevait parce qu'il y décelait des systèmes de coopération fonctionnelle ou des "gouvernements internationaux" sectoriels déjà en opération, il consacrait plusieurs pages à la communauté scientifique internationale. Ses remarques sur l'Association internationale des académies qui, après une quinzaine d'années d'existence, se trouvait suspendue au moment où Woolf écrivait, méritent d'être citées, parce qu'elles permettent à la fois d'illustrer la pensée de Woolf et de jeter quelques lumières sur les objectifs de cette première organisation internationale faîtière dans le domaine des sciences

  • 36 Woolf, 1916, 317. Voir aussi infra, chap. I, p. 42-48.

Nous assistons à la mise en place d'une nouvelle structure internationale qui est à la fois réelle et nécessaire - la preuve en est entre autre cette résolution de l'Association recommandant que les gouvernements la consultent avant de participer à de nouvelles associations scientifiques internationales. Vu le statut des membres de cette Association, on ne peut qualifier cette demande de déraisonnable, et - pour autant que les gouvernements s'y conforment - cette Association internationale représentera un organisme scientifique supranational dont les rapports avec la communauté des Etats et la société internationale seront les mêmes que ceux que la Royal Society, par exemple, entretient à l'intérieur de nos frontières avec le gouvernement et le peuple britanniques36.

27L'intérêt de Woolf pour l'expérience de l'Association internationale des académies, tout comme l'intérêt que les fonctionnalistes ne cessent de porter à la coopération scientifique, et ce jusqu'à aujourd'hui, semblent à première vue justifiés : la communauté scientifique internationale paraît en effet illustrer les concepts essentiels du fonctionnalisme à tous les niveaux de son fonctionnement : l'existence d'une communauté transnationale de normes, d'intérêts intellectuels, matériels et moraux ; la possibilité ainsi démontrée d'intégrer des secteurs d'activités fonctionnelles au-delà des frontières. Les structures internationales de la collaboration scientifique - institutions et projets de recherche conjoints, organisations de coopération et organismes de coordination - se présentent alors comme autant d'étapes déjà réalisées sur la voie de l'ultime intégration politique.

  • 37 Par exemple, Williams, R., 1973 ; Nau, H.R., 1974 ; Ruggie, J.G., 1975.

28Contre ceux qui, par référence au présent, font valoir les difficultés que rencontrent beaucoup de projets et d'entreprises de coopération scientifique et technique et qui expliquent ceci par le fait que la politique prime de façon éclatante sur le fonctionnel ainsi que les égoïsmes nationaux sur les vocations37 transnationales, les fonctionnalistes invoquent alors les enseignements de l'Histoire.

Les enseignements de l'histoire

  • 38 Mills, C.W., 1958, 125.
  • 39 De Beer, 1960 ; voir aussi dans la même veine et à titre d'exemple, Faivre, 1966.

29La tradition prestigieuse de la collaboration entre hommes de science sans égard aux frontières nationales fournit toujours l'argument apparemment le moins contestable à l'appui de la fonction médiatrice du scientifique. Dans cette perspective, les difficultés actuelles de coopération se présentent presque comme des aberrations propres à l'époque contemporaine. On constate et on déplore que les communautés scientifiques aient eu la faiblesse de ne pas avoir su résister, après l'apparition des applications industrielles et militaires de la recherche, à la tentation de troquer les largesses du trésor public contre leur liberté séculaire, cette liberté qui consistait justement à pouvoir ignorer les allégeances nationales ; et on dénonce le savant dégradé en "technicien salarié de la machine militaire38". Les siècles passés émergent alors comme le paradis perdu de la communauté scientifique internationale, image nostalgique qu'illustrent ad nauseam les mêmes exemples bien connus : le ius ubique docendi que conféraient les universités médiévales, le libre passage accordé au Capitaine Cook, Sir Humphrey Davy se rendant à Paris où l'Académie des sciences, au milieu de la guerre franco-britannique, tenait à l'honorer, etc. On essaye de nous convaincre que "les sciences n'ont jamais été en guerre39".

30Les milieux scientifiques semblent partager cette vision idyllique d'un passé où les sciences travaillaient sans frontières. Leurs commentaires sur le thème "science et politique internationale" tendent en effet à véhiculer les éléments d'un fonctionnalisme sommaire dont les références historiques constituent un ingrédient de base ; il suffit, pour s'en convaincre, d'examiner les grandes revues scientifiques ou des ouvrages de vulgarisation. Il faut cependant souligner que, dans certains cas, l'attrait que ressentent certains scientifiques pour les théories de l'intégration fonctionnelle a des origines plus profondes. Cet attrait peut être lié en effet à une conception de l'ordre social dérivée directement d'une expérience scientifique.

  • 40 Needham, 1944, 11.
  • 41 Id., 1945, 3.
  • 42 Id., 1937, 59.

31Joseph Needham, dans ses rapports de 1944-1949 sur la coopération scientifique internationale, se référait expressément aux idées de David Mitrany40 ; il considérait les scientifiques comme "naturally world-minded" et assignait au "Service international de coopération scientifique" l'avantage de permettre le développement de "loyautés supra-nationales41". Il n'est pas surprenant que Needham ait été séduit par l'approche fonctionnaliste de l'organisation internationale et de l'ordre mondial, car ces théories, en somme, percevaient le degré de coordination et de coopération au sein d'un organisme social comme critère déterminant de son niveau de civilisation. En 1937, dans les Spencer Lectures, Needham avait fait état de convictions semblables : selon lui, la coopération constituait le fondement et le préalable nécessaires pour que la société humaine accède à un niveau supérieur. Il trouvait la confirmation de cette hypothèse dans l'évolution de la nature et du genre humain. Cette évolution offrait selon lui le spectacle d'un processus allant d'une façon continue vers une intégration et une complexité toujours plus poussée de l'organisation ; le degré d'intégration et d'organisation devient ainsi une mesure du progrès. Dans cette perspective, un monde fonctionnellement intégré grâce à la coopération scientifique devrait alors apparaître comme un des niveaux supérieurs d'organisation que le genre humain pouvait atteindre - interprétation dont Needham affirma, en 1937, qu'"elle avait derrière elle toute l'autorité de l'évolution42".

  • 43 Schuster, 1913, 35.
  • 44 Ibid., 29. Pour démontrer combien les efforts d'organisation internationale des élites scientifique (...)
  • 45 Schuster, 1913, 28-30.

32"Nous vivons dans l'ère des organisations", avait déclaré Arthur Schuster, alors secrétaire de la Royal Society, un quart de siècle plus tôt43. Il était partisan d'une structure plus centralisée de la collaboration scientifique internationale et, revendiqua une position d'autorité pour l'Association internationale des académies. Mais cette structure ne se situait point dans la perspective du "Commonwealth coopératif de l'humanité" auquel Needham voyait aboutir son processus d'intégration fonctionnelle. Dans l'esprit d'Arthur Schuster et de ses collègues, représentants des Académies des sciences les plus prestigieuses, la collaboration organisée devait se limiter aux activités scientifiques et servir les objectifs du seul monde des sciences. Schuster exprimait ouvertement son scepticisme à l'endroit des tenants du fonctionnalisme international de son époque, c'est-à-dire ceux qui voulaient étendre les structures coopératives au point de lier des objects incommensurables44". Au grand amusement d'une assistance réunie pour célébrer le cinquantenaire de la National Academy of Sciences, il se référait, avec ironie, à l'Union des associations internationales, entreprise bizarre à ses yeux, essayant de réunir en son sein des associations aux préoccupations aussi diverses que le vote des femmes, la recherche solaire, la protection de la jeune fille, la détection des séismes, la lutte contre l'alcoolisme, l'échange de vue entre commis-voyageurs, la construction de logements à loyer modique…45

33C'est la question qui se pose ici que nous avons l'intention d'approfondir dans cette étude : cette communauté scientifique internationale, en plein essor au tournant du siècle, avait-elle donc vis-à-vis des impératifs de l'intérêt national des normes d'une solidarité supérieure de l'humanité, une attitude éclairée, conforme aux hypothèses fonctionnalistes ? A-t-elle fait preuve ainsi, au lendemain de la Première Guerre mondiale, de cette capacité que l'on prête aux hommes de science, à savoir de s'élever au-dessus des conflits politiques ? Ont-ils maintenu, en dépit des divisions de la guerre, des rapports confraternels ? Ont-ils contribué, en gardant ouvertes les voies essentielles de communication et en répandant la voix de la raison, au relâchement des tensions sur le plan politique ?

  • 46 Voir, par exemple, le rapport de Cannon, W.B. ; Field, R.M., 1945.
  • 47 Ainsi considérait-on comme inconcevable, il y a quelques années, qu'une organisation comme le Cons (...)

34Notre décision de concentrer notre étude sur les grandes organisations scientifiques internationales peut paraître comme une limitation regrettable. La collaboration scientifique internationale ne se résume pas aux rapports organisés ou aux activités de coordination. L'esprit de communauté se révèle autant, sinon plus, dans les interactions spontanées entre individus. Mais non seulement une certaine limitation était-elle indispensable pour des raisons pratiques. La place que tient l'organisation comme indicateur de niveau d'intégration et donc comme mesure de progrès social dans la pensée fonctionnaliste, semblait également justifier cette limitation. Il est pratique courante par ailleurs de mesurer l'utilité des organisations par les services qu'elles rendent à la communauté46 et d'évaluer leur gestion à la lumière des normes qui régissent l'activité scientifique, y compris la norme de l'universalité47.

  • 48 Les organisations internationales dans le domaine des sciences de l'homme n'ont pas été incluses d (...)

35L'étude des organisations scientifiques internationales48 de l'entre-deux-guerres permettait finalement d'aborder l'examen d'attitudes politiques sous l'angle de l'action. Quand il s'agit de relations internationales et de politique étrangère, il y a toujours un risque qu'une étude des convictions et des attitudes s'arrête au niveau des opinions exprimées, opinions qui ne se traduisent pas généralement en actes à cause de l'éloignement des populations examinées par rapport aux centres décisionnels. Or, la fondation et le développement des organisations scientifiques internationales de l'après-guerre mettaient les élites scientifiques devant la nécessité de prendre des décisions : qu'il s'agisse de reprendre la collaboration que la guerre avait interrompue ou, au contraire, de s'opposer à la normalisation des contacts, leurs attitudes et leurs opinions devaient, à certains moments, se traduire par un minimum d'action. Les circonstances particulières de ce cas et la disponibilité des sources pertinentes permettent donc de dépasser le simple recensement d'opinions et d'en juger la véritable portée.

36Les tensions se cristallisèrent, en fait, de part et d'autre autour de la reprise de la collaboration entre les scientifiques des pays de l'Entente et les scientifiques des Puissances centrales. Les réalisations de l'Allemagne lui assuraient, dans le domaine des sciences, une place dominante, mais les universitaires allemands, par leurs déclarations politiques au cours de la guerre, s'étaient aliénés l'estime de leurs collègues dans les pays alliés et une bonne partie de l'opinion publique mondiale. Sur l'échiquier de la politique nationale, leur position était demeurée forte, en dépit de la Révolution de 1918 et de la transformation du climat social et politique qu'elle avait entraînée. L'attitude des élites universitaires allemandes avait ainsi une portée politique dépassant de loin le domaine de l'enseignement supérieur, de l'organisation de la recherche et, partant, de la collectivité scientifique internationale. Il ne peut donc surprendre qu'une attention particulière soit accordée dans cette étude aux attitudes et au comportement de ces élites et que les archives et les publications allemandes occupent une place importante parmi les sources utilisées. Il nous a paru nécessaire de consacrer deux brefs chapitres respectivement aux traits saillants de l'organisation de la collaboration scientifique internationale au tournant du siècle et à l'effondrement de cette organisation - et de la collaboration - à l'automne 1914. On ne peut guère comprendre en effet les tribulations de la communauté scientifique internationale au cours des années vingt, si l'on ne connaît rien des antécédents : du déchaînement des passions, des excès de langage qui caractérisent les rapports entre les élites intellectuelles pendant la guerre, de part et d'autre. Mais un aperçu de l'internationalisme scientifique de la période d'avant 1914 était aussi indispensable, internationalisme de bon ton et finalement très superficiel. On ne peut insister assez sur la distance - en termes de signification historique - qui sépare l'échec de l'"internationale des savants" de l'effondrement de l'internationale socialiste, bien qu'on les entende souvent mentionnés comme deux aspects, d'importance égale, d'un même drame historique.

Notes

1 C'est ainsi que Paul Forman, 1973, 155, définit les principaux postulats de l'idéologie de l'"internationalisme scientifique" : "The proposition and rhetoric asserting the reality and necessity of supranational agreement on scientific doctrine, of transnational scientific intercourse among scientists, and of international collaboration in scientific work." Forman fait d'ailleurs observer que cette idéologie n'exclut point chez les scientifiques un certain degré de compétition nationale, bien au contraire : l'idéologie de l'internationalisme scientifique a précisément pour fonction d'encadrer et d'exploiter ce "nationalisme scientifique" au profit de l'avancement de la science et dans l'intérêt des savants. Nous renvoyons à cet article pour la discussion des fondements de cet internationalisme et de ses implications pour le fonctionnement interne de la communauté scientifique, notamment en ce qui concerne la dialectique entre collaboration et compétition qui lui est propre.
Il suffit d'ailleurs pour les objectifs de cette étude d'accepter la thèse traditionnelle selon laquelle la science est universelle, transindividuelle et transculturelle, sans entrer dans le débat sur les spécificités culturelles que la prédominance d'une pensée scientifique exclusivement occidentale est accusée d'avoir étouffée (voir par exemple, au sujet de ce débat, UNESCO, 1974, et la présentation très critique et engagée de J. Grinevald, 1975, ni prendre en considération la critique plus récente du "privilège archaïque des sciences "exactes" d'être les seules vraies sciences" (Lévy-Leblond, 1977). Les débats sur le rôle politique des scientifiques dans lesquels s'insère cette étude se situent encore presque entièrement sur le terrain des conceptions traditionnelles de la "neutralité" de l'activité scientifique.

2 Polanyi, M., 1962, 73 ; voir aussi, sur le contenu du concept de "communauté scientifique", Hagstrom, W.O., 1965 ; Storer, 1970 ; Mulkay, M., 1977.

3 Depuis trente ans, les formules n'ont d'ailleurs guère varié. Les deux citations suivantes, toutes deux extraites de textes bien connus des années cinquante, en donnent bien le ton "Science is essentially international in character, it provides an effective medium by means of which man can meet and exchange views in an atmosphere of intellectual freedom and understanding. It is therefore an effective instrument for peace," (Berkner, L.V., 1950, 3.)
"The rapidly growing importance of science in the affairs of mankind increases the importance of the community of understanding. The ability of scientists all over the world to understand one another, and to work together, is an excellent instrument for bridging the gap between nations and for uniting them around common aims." "Vienna Declaration", 1950, reproduite in Rotblat, 1972, 154 ; voir aussi Weisskopf, V., 1972, 143.)

4 Snow, C.P., 1959, 11 ; 1960, 246.

5 Price, D. de Solia, 1963, 112.

6 Fourastié, J., 1949.

7 Les conceptions baconiennes - qui avaient déjà si fortement inspiré Saint-Simon - étaient couramment évoquées au cours des discussions et plaidoyers auxquels nous faisons allusion ici.

8 Fermi, Laura, 1957, 2.

9 On n'hésite pas par ailleurs, à la lumière d'une psychosociologie sommaire, à présenter les scientifiques comme des hommes destinés d'emblée à exercer une influence salutaire sur les affaires publiques en général, à cause de certaines qualités qui leur seraient propres : leur intelligence supérieure ; l'humilité devant les faits et cette habitude d'intégrité auxquelles les entraînerait la pratique scientifique ; leur pouvoir d'abstraction, enfin, qui pourrait favoriser la planification rationnelle de politiques à long terme ; sur le plan international, une telle planification permettrait alors de tenir compte à la fois des intérêts bien compris des nations individuelles et du bien commun de l'humanité. (Voir, pour une collection de ce type d'affirmations, Meynaud, J. et Schroeder, B., 1962, passim.)

10 Citons à titre d'exemple : Niebuhr, R., 1950, Haberer, J., 1969, 1972 ; Rose, S., Rose, H., 1970 ; Salomon, J.-J., 1970 ; Ravetz, J.R., 1971 ; Blume, S.S., 1974 ; Whitley, R., éd. 1974 ; Lipset, S.M., Ladd, E.C., 1975. Boffey,

11 En effet, l'argument touchant le rôle privilégié du scientifique dans les rapports internationaux a été entre-temps solidement incorporé à l'ensemble des clichés tactiques dont se servent aussi bien les communautés scientifiques que les pouvoirs politiques. La coopération scientifique internationale occupe une place de choix parmi les instruments plus subtils (quoique aléatoires) de la diplomatie.
Si la rencontre spatiale américano-soviétique, en juillet 1975, en a constitué l'illustration la plus spectaculaire, il est évident que les relations scientifiques font partie depuis longtemps - à côté des tournées d'orchestres, de ballets et d'équipes de ping-pong - des signaux de bonne volonté et de gestes discrets de rapprochement. Cette utilisation de la collaboration scientifique pour des buts de politiques étrangères a d'ailleurs fait l'objet de critiques, dont voici un exemple typique :
"Whatever the outcome of top-level meetings that heads of state seem to delight in", fait observer la revue Nature, "the agreements on scientific, technical and medical cooperation can always be relied on as a stand-by. If the discussions were cordial, wide ranging and in an atmosphere of mutual understanding, then there were probably plenty of good things to emerge: grain deals, trade credits, non-agression treaties and the like are bound to eclipse anything on the scientific side. But if the discussions were merely correct, a helpful exchange of views and in an atmosphere of mutual respect, then scientific agreement is wheeled out as a. major symbol of that mutual respect, and some hare-brained joint projects are launched." (Nature, 253, 27 février 1975, 669.) Voir aussi : U.S. House of Representatives, 1975 ; Byrnes, R.F., 1976 ; Walsh, J., 1977.

12 Voir, par exemple, Gilpin, R., 1965 ; et, sur N. Bohr, Sherwin, M.J., 1975.

13 Needham, J., 1944, 1945. Il était prévu que le "Service international de coopération scientifique" soit une organisation autonome, chargée, entre autres, de conseiller à leur demande les gouvernements, de maintenir ouvert les canaux de communication entre tous les pays et de fournir aux régions "scientifiquement périphériques" une assistance qui leur permettrait de rattraper leur retard. Les représentants permanents du Service auraient le statut diplomatique ou, du moins, celui de fonctionnaires internationaux (ibid., passim)

14 Bernal, J.D., 1939 ; voir aussi Crowther, J.G., 1941.

15 Voir, par exemple, Crowther, J.G., Howarth, O.J.R., Riley, D.P., 1942 ; Crowther, J.G., 1970, 223-270 ; pour une vue critique, Werskey, G., 1971, 1975 ; pour la gauche scientifique en France pendant l'entre-deux-guerres, Nye, M.J., 1975

16 Sur le traitement des sciences naturelles pendant la phase préparatoire de l'UNESCO et au cours des premières années de son existence, Sewell, J.P., 1975, 107-110.

17 Tels que Renault, 1896 ; Eijkman, 1911 ; Baldwin, 1907 ; Reinsch, 1916 ; Woolf, 1916 ; Mitrany, 1943, 1966.

18 Aux yeux des fonctionnalistes, les parlementaires ou des fonctionnaires responsables, en dernière analyse, devant des assemblées élues, ne pourraient conserver une réputation de compétence impartiale et apolitique et compromettraient ainsi le principal avantage du mode transnational d'administration.

19 Voir, parmi les auteurs les plus importants : Claude, I.L., 1956-1964 ; Haas, E.B., 1964 ; Sewell, J.P., 1966 ; Smoker, P., 1967 ; Taylor, P., 1968 ; Green, A.W., 1969 ; Crane, 1971 ; Keohane, Nye, 1971 ; Groom, A.J.R., Taylor, P., 1975.
Il faut noter par ailleurs que les théoriciens du système international s'intéressent de plus en plus aux "impératifs internationaux de la technologie" (Skolnikoff, 1972, 1977) aux dépens d'analyses portant sur la communauté scientifique et son internationalisme qui avait encore impressionné les premiers auteurs fonctionnalistes.
L'interdépendance technologique - la nécessité de collaborer pour faire face à des problèmes qui ne peuvent se résoudre dans le cadre national - se présente comme un facteur intégrateur autrement plus puissant que la mise en commun de ressources que signifient généralement les entreprises de coopération scientifique au sens étroit ou les conversations à bâtons rompus auxquelles donnent lieu les échanges de recherche ou les conférences Pugwash. Si la science est mentionnée dans la littérature spécialisée, les auteurs s'attardent rarement pour en préciser les implications (Teich, A.H., 1974, 173, confirme cette observation).
Voir aussi Williams, R., 1973 ; Nau, H.R., 1974, 9-39 ; Haas, E.B., 1975 ; Ruggie, J.G., 1975.
Pour une bonne présentation, en français, des théories fonctionnaliste, voir De Bussy, M.E., Delorme, H., De Lasserre, F., 1971.

20 Evan, 1976, 4 ; 1974 ; voir aussi dans le même sens, Angell, 1969 ; Field, 1971.

21 Reinsch, P., 1916.

22 Depuis 1850 et jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale, le nombre d'associations internationales avait doublé tous les 8 ans à peu près, celui des congrès par an, tous les 10 ans. (Les 1 978 organisations internationales, 1957 ; les Congrès internationaux de 1681 à 1899, 1960.)

23 La genèse de la Convention du mètre en fournit une bonne illustration (Foerster, 1907).

24 La collaboration interétatique prit ainsi la forme tantôt d'institutions permanentes (l'Institut international d'agriculture, par exemple, fondé à Rome en 1905), tantôt d'organismes coordinateurs se réunissant à intervalles plus ou moins réguliers (tel le Comité international des poids et mesures ou la Commission polaire internationale). La collaboration interétatique pouvait également prendre la forme d'une intégration de services à fonction internationale à des institutions essentiellement nationales (par exemple le Service international des latitudes, intégré à l'observatoire de Potsdam, en 1895), ou encore d'entreprises isolées (comme l'Année polaire internationale de 1882-1883). Une partie substantielle des activités scientifiques s'effectuant en dehors des frontières avait pour cadre des institutions nationales de recherche établies à l'étranger (stations de recherche zoologiques, instituts archéologiques, etc.). Pour une typologie récente de la coopération scientifique internationale, voir Touscoz, 1973.

25 Voir les compilations citées supra, p. 24, note 22, et, par exemple, Skjaelsbaek, K., 1974.

26 Otlet, P., 1916.

27 Ibid., 110.

28 Otlet, P., 1916, 278. Otlet considérait la guerre comme une maladie du corps social, dont la guérison nécessiterait le recours aux sciences sociales.

29 L'UAI continue d'ailleurs d'exister ; les organisations internationales non gouvernementales constituent son principal champ d'activité ; elle publie un certain nombre d'ouvrages de référence de grande valeur comme l'Annuaire des organisations internationales.

30 La littérature, trop abondante, ne peut être citée ici. On se référera utilement à Hemleben, 1943, et aux ouvrages classiques de Ruyssen, 1961, Lange et Schou, 1964, et à la bibliographie de Chickering, 1975.

31 Leonard S. Woolf était le mari de Virginia Woolf.

32 Woolf, L.S., 1972, 189 ; 1975, 219 ; Cole, M., 1961, 157 ; Rice, M.S., 1963, 43.

33 Ricci, 1967, cite Sidney Webb: "Ne see now, that it is the duty of each profession to take the needs of the whole community for its sphere… It must claim as its function the provision of its distinctive service… irrespective of the affluence or status of the persons in need" (tract 187, 103-104).

34 Il y en a d'autres, telle la préférence pour le mode de transformation graduelle des rapports sociaux et politiques, ou la déconsidération plus ou moins ouverte dans laquelle les fonctionnalistes ont tendance à tenir la classe politique.

35 Woolf, L.S., 1972, 180-190 ; Rice, M.S., 1963, 60.

36 Woolf, 1916, 317. Voir aussi infra, chap. I, p. 42-48.

37 Par exemple, Williams, R., 1973 ; Nau, H.R., 1974 ; Ruggie, J.G., 1975.

38 Mills, C.W., 1958, 125.

39 De Beer, 1960 ; voir aussi dans la même veine et à titre d'exemple, Faivre, 1966.

40 Needham, 1944, 11.

41 Id., 1945, 3.

42 Id., 1937, 59.

43 Schuster, 1913, 35.

44 Ibid., 29. Pour démontrer combien les efforts d'organisation internationale des élites scientifiques manquaient de connotations internationalistes, il convient de rappeler l'intérêt dont bénéficiait vers la fin du XIXe siècle la question de l'influence de "mentalités nationales" sur toutes les activités intellectuelles. La thèse selon laquelle ces mentalités laissaient leur empreinte aussi sur la pensée - et la pratique - scientifique d'une nation trouve alors d'éminents défenseurs. Pierre Duhem en était certainement un des représentants les plus connus (la théoriephysique, 1906, chapitre IV : Les théories abstraites et les modèles mécaniques) ; voir Paul, H.W., 1972a, 54-76 ; voir aussi Lubarsch 1916, 11-15, 21, 29.
Il est évident que l'acceptation de l'existence et de l'influence de telles "mentalités" n'était pas conciliable avec la mission unificatrice de l'humanité dont la science avait été investie par les dirigeants de l'UAI (voir supra, p. 25-26.

45 Schuster, 1913, 28-30.

46 Voir, par exemple, le rapport de Cannon, W.B. ; Field, R.M., 1945.

47 Ainsi considérait-on comme inconcevable, il y a quelques années, qu'une organisation comme le Conseil international des unions scientifiques (l'organisme successeur du Conseil international de recherches) puisse adopter une politique de discrimination du genre similaire aux mesures que l'Assemblée générale de l'UNESCO venait alors de prendre à l'endroit de l'Afrique du Sud. On ne devrait pas, lisait-on alors dans les pages éditoriales de la revue Nature rompre les relations avec des hommes de science à cause de politiques répréhensibles pratiquées par leurs gouvernements (Nature, 230, 12 mars 1971, 71).

48 Les organisations internationales dans le domaine des sciences de l'homme n'ont pas été incluses dans l'étude.
On admet généralement que ces disciplines n'évoluent pas à l'abri d'influences culturelles et politiques et que les critères d'appréciation du savoir qu'elles accumulent ne bénéficient guère d'un consensus élevé. Le problème des répercussions éventuelles des activités de recherche et de réflexion des représentants des sciences de l'homme sur leurs attitudes politiques ne se pose donc pas dans les mêmes termes.
On prévoyait ainsi, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, que la reprise de la collaboration serait peut-être plus difficile dans des disciplines comme l'anthropologie, l'histoire ou la sociologie, parce que "ces disciplines sont beaucoup plus touchées par des facteurs émotionnels que ne le sont des disciplines comme l'astronomie ou la géologie" (Cannon, W.B. ; Field, R.M., 1945, 281).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search