Avant-propos

Antoine Del Busso

1Alors qu’une abondance de publications, de conférences et d’expositions s’apprête à souligner le centenaire de la Première Guerre mondiale, il nous semble important de rendre accessible le présent ouvrage, depuis longtemps épuisé.

2Lors de sa première publication, en 1978, Les scientifiques et la paix a comblé une lacune de l’historiographie qui, lorsqu’elle traitait des aspects culturels du conflit et de ses conséquences, avait jusque-là passé sous silence l’effondrement spectaculaire de la communauté scientifique internationale. Celle-ci, tout en étant traditionnellement considérée comme un modèle de société mondiale rationnelle et pacifique, n’avait pourtant pas résisté, comme bien d’autres, à l’engagement patriotique, multipliant dès l’automne 1914 les échanges de dénonciations et insultes de part et d’autre. Son principal échec était toutefois de n’avoir pas su, après la fin des hostilités, rétablir en son sein ni l’ordre ni le fonctionnement dont elle s’était enorgueillie au tournant du siècle. C’est en s’attachant à cette perspective, que l’ouvrage avait apporté un nouvel éclairage sur la portée politique de l’internationalisme des scientifiques et sur leurs revendications d’autorité, tant sur le plan national qu’international.

3À l’heure actuelle, où l’historiographie des relations transnationales s’investit de façon marquée dans l’étude de l’impact des courants internationalistes sur l’évolution de la société internationale, le travail de Brigitte Schroeder-Gudehus conserve toute sa pertinence.

Auteur

Antoine Del Busso

Éditeur des Presses de l’Université de Montréal