Version classiqueVersion mobile

La malréglementation

 | 
Michèle S. Jean
, 
Pierre Trudel

7. L’éthique de la recherche : nature, obstacles et tensions

Guy Rocher

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est la transcription, revue et corrigée, de la conférence présentée lors du colloque. (...)

1Ce n’est ni comme sociologue, encore moins comme éthicien, ce que je ne suis pas, que je vais présenter cette communication1. Ma seule légitimité : je fais de la recherche depuis au moins 60 ans. Tout au long de ces 60 années, la recherche en milieu universitaire a occupé une importante partie de ma vie. C’est sur ce fond de légitimité que je vais partager une réflexion très personnelle, que j’ai poursuivie depuis assez longtemps sur le thème de l’éthique de la recherche.

I

2En réalité, du moment que l’on s’engage dans une recherche, quelle qu’elle soit, on s’engage dans une démarche qui a un fondement éthique. On ne peut pas éviter différentes dimensions, différentes composantes éthiques inhérentes à tout projet de recherche, et cela quelle que soit la recherche et quelle que soit la durée de la recherche. On s’engage dans une démarche éthique dès le début de la recherche, je dirais même dès sa conception, et l’on poursuit cette démarche éthique tout au cours du projet de recherche, et souvent longtemps après.

3Pourquoi ? Parce qu’une valeur fondamentale est au cœur de toute recherche : celle de la quête et du respect de la Vérité. La Vérité que j’écris avec un grand V. Tout chercheur s’engageant dans un projet de recherche, quel qu’il soit, entreprend une démarche en quête de vérité. La Vérité, c’est ce qui spécifie l’objectif, la fin de toute recherche ; la quête de Vérité c’est ce qui nous qualifie comme chercheur. En tant qu’action, notre action de recherche est inspirée par notre obsession de la Vérité, si ce n’est pas notre passion de la Vérité.

4Cette Vérité, si elle est une valeur fondamentale, n’est cependant pas une abstraction, une idée désincarnée. Elle se présente sous des formes concrètes différentes selon que l’on est dans une discipline ou une autre. La recherche de la Vérité n’est pas la même pour le théologien, le philosophe, le juriste, l’anthropologue, le biochimiste, le physicien nucléaire, l’éthicien. Nous avons tous, chacun dans nos disciplines, un mode particulier de rechercher la Vérité, une Vérité qui se présente en réalité sous l’aspect de petites ou moyennes vérités. Nous sommes engagés dans la recherche de petites ou moyennes vérités, dans notre champ de recherche. Ainsi, depuis bien des années, par exemple, j’essaie de comprendre le changement social. C’est un mystère pour moi comme sociologue et je continue de travailler à comprendre les vérités du changement social. La Vérité, c’est ce que l’on peut appeler, dans notre autre langage plus habituel, le progrès des connaissances. Le progrès des connaissances, c’est une marche vers un peu plus de Vérité. Quand on parle d’une contribution à la connaissance, c’est un pas vers un peu plus de vérité. Chaque doctorant, lorsqu’il présente et défend sa thèse, est censé faire une contribution à la connaissance, c’est-à-dire avancer un petit point de vérité dans un champ particulier de la réalité.

5La Vérité, nous essayons de la réaliser sous deux formes quand nous sommes dans le domaine de la recherche : comprendre et expliquer. Tout d’abord comprendre : comprendre des faits, comprendre des réalités, comprendre l’action des neurones, comprendre l’action des consommateurs ou les mœurs des Polynésiens. Ce sont autant de manières de chercher la Vérité sous la forme de vérités. Mais non seulement voulons-nous comprendre, nous essayons également assez souvent d’expliquer, ce qui est plus difficile. On comprend bien des choses, on en explique beaucoup moins. L’explication, c’est finalement ce qui nous rapproche le plus de certaines vérités. Si je réussis à expliquer le comportement des consommateurs, j’aurai peut-être compris la crise économique que nous vivons en ce moment. Mais qui nous a donné une bonne explication du comportement des consommateurs ? La Vérité, ce sont, sous différentes formes concrètes, ces énigmes que, en tant que chercheurs, nous essayons de décrypter, de décoder.

6Si j’ai choisi d’aborder l’éthique de la recherche sous l’angle du rapport à la Vérité de tout chercheur menant une recherche, c’est parce que ce thème me paraît central, essentiel en même temps qu’il est cependant plein d’embûches. En effet, la Vérité est infiniment complexe et le rapport du chercheur à la Vérité et aux vérités est d’autant plus difficile à analyser qu’il est vécu par chacun d’une manière généralement cachée, secrète, intime, car nous nous vantons rarement de chercher la Vérité. D’ailleurs, pour chacun et chacune, ce rapport à la Vérité a son histoire, il a connu une évolution.

II

7Je me permettrai ici d’être très personnel et d’évoquer les souvenirs que je peux retrouver dans ma mémoire quant à la manière dont j’ai progressivement pris contact avec la Vérité. Je ne présente pas mon histoire comme étant exemplaire de cette évolution, mais, disons, comme un cas particulier.

8Je vais partir de loin dans ma vie. Je me souviens encore de ma mère, lorsque j’avais quatre ou cinq ans, me regardant dans les yeux et me disant : « Dis-moi la vérité. » Je ne sais plus ce que j’avais fait pour mériter cette question, cet interrogatoire de sa part. Mais je comprenais que dire vrai, dire la vérité, c’était bien, c’était ce qu’attendait, ce qu’exigeait ma mère. Je pouvais peut-être inventer quelque chose, dire un mensonge, cacher ou camoufler ce que j’avais réellement fait et qui semblait répréhensible. Donc, d’un côté, se trouvait la vérité, qui était le bien, et de l’autre, un mal qui était le mensonge auquel j’étais sans doute tenté de recourir. Je pense que ce fut mon premier choc avec la vérité, celui dont je me souviens le mieux du plus loin de ma conscience. La vérité avait donc ses exigences et ses risques d’écarts.

9Un an ou deux après, j’entrais à l’école primaire. Le petit catéchisme m’enseigne alors qu’il y a des vérités auxquelles il faut croire et qu’à l’encontre de ces vérités se trouvent des erreurs. Ce n’est plus cette fois le mensonge qui s’oppose à la vérité mais voici que contre la vérité se dresse l’erreur. Croire en Dieu est une vérité. Ceux qui ne croient pas en Dieu sont dans l’erreur. Et l’on m’enseignait que ceux qui ne croyaient pas en Dieu ne mériteraient certainement pas le même ciel que moi. Deuxième grande épreuve : éviter l’erreur et rechercher la vérité.

10Ma troisième expérience, la plus importante pour notre propos, c’est la rencontre de la vérité scientifique, quand j’ai commencé à faire mes études en sociologie à l’Université Laval en 1947. Nous suivions un cours de « Méthodologie de la recherche ». Le professeur, Jean-Charles Falardeau, avait décidé d’en faire un laboratoire dont le thème était l’observation du quartier Saint-Sauveur à Québec, un quartier ouvrier. Monsieur Falardeau nous imposait d’arpenter les rues du quartier, de frapper aux portes au hasard et de faire des entrevues avec un ou des occupants. C’était ma première expérience de la recherche sociologique de terrain.

11J’ai fait face à ce moment-là à trois niveaux de vérité. Le premier : nous faisions parler nos interlocuteurs sur leur quartier, sur leur territoire, sur la manière d’y vivre, sur les représentations qu’ils avaient de leur quartier. C’était leur vérité à eux que nous essayions de comprendre, d’aller chercher. On nous enseignait ainsi l’objectivité du chercheur. « Vous devez, nous disait-on, écouter attentivement ce que vos interlocuteurs vont vous dire, bien saisir leurs représentations, sans faire intervenir votre représentation de ce quartier. Vous devez écouter attentivement l’homme, la femme ou le jeune qui vous parle du quartier. » C’était là un premier niveau de vérité, la vérité de ceux qui nous parlaient. Je me souviens de la tension que cela représentait pour nous d’être pour la première fois le plus complètement possible à l’écoute de quelqu’un qui nous disait sa vérité sur son milieu de vie personnel.

12Un deuxième niveau de vérité succédait au premier. Une fois que nous avions recueilli ces témoignages, nous devions les résumer, nous devions les discuter, les situer dans le contexte de l’interviewé, en tirer un certain nombre d’éléments que nous considérions comme importants et faire une analyse critique de chaque témoignage. Voici que surgissait le filtre d’une deuxième vérité : celle du chercheur. Nous essayions de décoder la vérité de la personne interviewée pour en faire une vérité « scientifique ». Ce que nous avions entendu était contextualisé, conceptualisé et théorisé. Nous avions donc à faire un choix dans le matériel que nous avions devant nous, un choix qui devait être aussi objectif et rationnel que possible. L’éthique de la Vérité fondait la valeur scientifique de la recherche.

13Il s’est trouvé dans notre expérience un troisième niveau de vérité, qui a été très embarrassant pour nous. Un confrère, un jovial bonhomme, avait décidé d’inventer les entrevues dans sa chambre. Il allait imaginer, et rapporter, des résultats d’entrevues qui, à ses yeux, disait-il, seraient aussi vrais que ceux que nous allions recueillir. J’ai été confronté, à ce moment-là, à la possibilité de la fraude dans la recherche. Troisième niveau de vérité, la morale de la vérité. Mes confrères et moi étions pris entre deux valeurs : la vérité et l’amitié. Fallait-il dénoncer notre confrère au nom de la vérité ou respecter l’amitié avec notre confrère aux dépens de la vérité ? J’en venais à la conclusion que la vérité scientifique n’est pas toujours nécessairement vraie et totalement vraie. C’est que la vérité scientifique a ses faiblesses, dues soit à trop d’exigences de vérité, soit à pas assez d’exigences de vérité.

III

14Cette vérité scientifique que je découvrais avec ses forces, ses exigences, ses faiblesses, s’inscrit cependant dans le contexte des différents types de vérité, plus exactement dans le contexte d’une échelle des exigences de vérité. En effet, le rapport à la vérité peut être variable, les exigences qu’il impose peuvent être plus ou moins impératives et plus ou moins sévèrement sanctionnables. On peut ainsi imaginer une typologie ou une échelle de rapport à la vérité allant d’un pôle moins exigeant à un pôle très exigeant.

15À mes yeux, l’exigence de vérité la moins impérative se situe dans la vie politique. Je ne veux pas être cynique, mais ayant vécu près des politiciens pendant quelques années, je peux dire que c’est dans le monde de la politique que j’ai observé le plus de cachotteries, le moins de vérité, le plus d’assurance dans le moins de vérité. C’est à mon sens l’ordre social de la moins grande exigence de vérité. Là où l’exigence de vérité est notablement plus grande, c’est devant les tribunaux. Quand on comparaît, on jure de dire « la vérité, toute la vérité, rien que la vérité ». Cet impératif est sévère et sanctionnable. On sait par ailleurs qu’il est toujours relatif de dire toute la vérité et rien que la vérité devant les tribunaux ; on sait que devant des juges on ne dit pas toujours tout.

16Le niveau le plus exigeant de rapport à la vérité, le lieu où la vérité totale s’impose le plus, à ma connaissance, c’est ce qu’on appelle le tribunal de la pénitence, c’est-à-dire le confessionnal catholique. Au confessionnal, le chrétien, le croyant est devant Dieu, il est devant son Juge suprême, personnalisé par le prêtre. Et là, sous peine de graves sanctions dans l’Éternité, il doit dire la vérité, toute la vérité. Je ne connais pas de lieu où l’impératif de vérité soit plus élevé. Les protestants ne m’ont jamais semblé avoir une telle exigence de vérité. D’ailleurs, comme vous le savez, cette exigence de vérité de la part du pénitent et de la part du confesseur a fait l’objet de bon nombre de romans et de films. On connaît en particulier ce film de Hitchcock, I Confess, tourné dans la ville de Québec en 1952 et dont le thème est précisément le secret de la confession. Un prêtre est accusé d’avoir commis un meurtre et il ne peut pas se défendre parce que le meurtrier est venu se confier à lui sous le secret de la confession. Et le meurtrier est venu se confesser à ce prêtre – c’est du vrai Hitchcock – justement parce qu’il savait que des indices de culpabilité pouvaient être retenus contre ce dernier. Une ironie de ce Hitchcock : on lui a fait une très grande publicité aux États-Unis où on présentait le film comme ayant été tourné In Colourful Quebec City, mais il était en noir et blanc…

17Pour sa part, la recherche scientifique a une exigence qui n’est pas tout à fait celle du tribunal de la pénitence. Dans cette hiérarchie, je dirais que l’exigence de vérité pour le chercheur se situe entre celle du tribunal civil et celle du tribunal de la pénitence. Dans la recherche, l’éthique de la Vérité est si fondamentale que c’est sur elle qu’est fondée en dernière instance la crédibilité de la recherche. Si bien qu’il y a en quelque sorte un intérêt à être vrai dans la recherche, un intérêt à être vrai éthiquement tout autant que scientifiquement. Au tribunal de la pénitence, la vérité est la condition du salut éternel du pénitent. Dans la recherche, l’éthique de la Vérité est le gage de la légitimité du chercheur et de la véracité de ses assertions.

IV

18Cependant, pour bien camper la nature de l’éthique de la Vérité, il faut ici tordre le cou à l’image qu’on peut donner ou avoir d’elle, celle d’être abstraite, détachée, une sorte de pur esprit. Dans la recherche comme en toute activité pratique, l’éthique de la Vérité comme dans toute l’éthique, n’est pas un monde calme. L’éthique est une lutte, un combat permanent, un combat contre soi-même dans une certaine mesure, et souvent un rude combat contre d’autres.

19En tant que chercheurs, nous vivons l’éthique de la recherche dans des contextes qui sont opposés à l’éthique de la Vérité. En particulier, je voudrais insister sur le fait que, parallèlement à l’éthique de la Vérité, le chercheur vit dans ce que l’on doit appeler l’éthique des convictions, l’éthique de ses convictions. L’éthique de la Vérité et l’éthique des convictions sont souvent paradoxalement en conflit, et en conflit ouvert. Trois ordres de convictions sont de nature à créer des problèmes de vérité. Ce sont d’abord les convictions religieuses. Toutes les religions ont eu à dire quelque chose de plus ou moins fort sur la recherche et sur la recherche de la vérité. Les religions ont proposé des vérités avant même que la recherche ne les ait établies. Elles ont créé des tabous contre des recherches que les chercheurs voulaient entreprendre. Elles ont encadré les recherches de bien des manières et cela depuis longtemps et encore aujourd’hui.

20Aux États-Unis, le président Bush a interdit pendant huit ans tout financement public de la recherche sur les cellules souche embryonnaires, de toute évidence pour des raisons religieuses. Dès son arrivée à la Maison-Blanche, le président Obama a signé un décret autorisant le financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Par ce geste, il a voulu corriger ce qu’il a appelé « un mauvais choix entre science bien comprise et valeur morale ». On voit bien ici le dilemme que posent toujours les valeurs morales et religieuses, en l’occurrence le choix entre la science bien comprise et des valeurs morales. Les ingérences dogmatiques dans la recherche existent et elles existeront toujours. Par exemple, aux États-Unis, une grande partie de l’enseignement de l’évolutionnisme est interdite et une grande partie de la recherche sur l’évolutionnisme a aussi été interdite au nom de la croyance religieuse en la création racontée par la Bible, au nom d’une théorie dite scientifique du créationnisme. Dite scientifique au nom de croyances religieuses. Bref, voilà donc un premier monde de tabous, plus que centenaires, qui fait échec à l’éthique de la Vérité.

21Dans la recherche scientifique, un deuxième ensemble de convictions peut être en conflit avec l’éthique de la Vérité. Ce sont les convictions que j’appelle sociopolitiques, qui se présentent en particulier sous la forme des idéologies. Nous vivons à une époque où le néolibéralisme est omniprésent. Il est la grande tendance idéologique, la grande vision de la société organisée et ordonnée qui influence les décisions politiques et autres. Les idéologies dominantes, qu’elles soient sous la forme du néolibéralisme ou du socialisme, que ce soit le protectionnisme, que ce soit l’individualisme ou le communautarisme, ces idéologies dominantes constituent des lobbys importants. Par exemple, on peut dire qu’une partie de la recherche dans les sciences humaines a été dominée par les hommes aux dépens des femmes. Tant que les femmes ne sont pas entrées dans le monde de la recherche, la recherche dans nos sciences humaines a été menée par des hommes, avec un point de vue d’homme, donc avec un biais, une idéologie sexiste. Un important lobby politique aux États-Unis, qu’il n’est pas facile de dénoncer d’ailleurs, est le lobby pro-israélien, qui fait obstacle à toute recherche et à toute expression d’opinions portant sur la Palestine ou semblant porter atteinte aux intérêts d’Israël. Ce lobby pro-israélien est très puissant dans les universités tout autant que dans le journalisme américains.

22Troisième grand monde des convictions, celui des convictions scientifiques. Étrangement, elles sont très puissantes. Ce sont peut-être les plus puissantes d’ailleurs. Pourquoi ? Parce que ce que j’appelle les convictions scientifiques, ce sont tous nos actes de foi dans une théorie particulière. Nos actes de foi dans des données considérées comme maintenant bien établies, dans des explications maintenant considérées incontournables. Et ces convictions scientifiques peuvent être impériales, si j’ose dire. Par exemple, pendant les années 1970, ici comme ailleurs, le marxisme a été la théorie scientifique dominante et exclusive dans les sciences humaines. Si on n’était pas marxiste à cette époque, on était exclu de bien des clubs et excommunié de bien des cénacles. J’ai intensément vécu la domination de la théorie marxiste quand elle se présentait comme une théorie scientifique. Elle nous apportait les lois de l’histoire, de l’humanité passée, présente et à venir. Je peux dire que le structuralisme dans nos disciplines a connu un peu le même sort, mais moins fortement que le marxisme. On a aussi transformé, à un certain moment, le darwinisme en une sorte d’idéologie scientifique.

23Les dangers du dogmatisme ne sont donc pas que dans les religions, ils sont dans nos sciences mêmes, dans notre éducation scientifique. J’ose affirmer que ce que nous avons de plus pervers en nous contre la recherche de la vérité, c’est la parfaite éducation scientifique que nous avons reçue, la trop parfaite éducation scientifique qui fait de nous non seulement des scientifiques mais des croyants scientifiques, des adhérents à un ensemble de théories. Je peux confesser avoir moi aussi mes fois scientifiques.

24À ce sujet, je crois approprié de citer un passage de l’Antéchrist, cet ouvrage dans lequel Nietzsche fait la critique la plus virulente des religions, du clergé, de l’Église catholique en particulier, et de toutes les fois religieuses. Ce passage se trouve à l’endroit-même où Nietzsche aborde le problème des martyrs, des martyrs pour la vérité. Accepter le martyr, c’est accepter de témoigner pour la foi en des vérités. Dieu existe et je suis martyrisé parce que je crois en Dieu. Là-dessus, Nietzsche dit :

Que des martyrs prouvent quelque chose par rapport à la vérité d’une cause, cela est si peu vrai que je voudrais nier qu’un martyr eût jamais le moindre rapport avec la vérité. Dans le ton avec lequel un martyr jette à la tête du monde sa certitude s’exprime déjà un si bas degré de rectitude intellectuelle, une telle stupidité devant le problème « vérité » qu’un martyr ne vaut jamais la peine qu’on le réfute.

25Et voici alors le texte sur la vérité : « La vérité n’a rien d’une chose qu’aurait l’un et que l’autre n’aurait pas. » Cette petite phrase mérite une longue réflexion sur l’opposition entre toutes nos convictions et la quête de Vérité. Et Nietzsche ajoute :

À la rigueur, des paysans et des apôtres paysans dans le style de Luther peuvent penser de la sorte sur la vérité. Un certain degré de conscience dans les choses de l’esprit, et l’on peut être sûr que la modestie, que la modération sur ce point devient toujours plus grande, la modération sur la vérité. Vérité, le mot tel que l’entend tout prophète, tout sectaire, tout libéral, tout socialiste, tout homme d’église, est la preuve édifiante que nous n’en sommes même pas au commencement de cette discipline de l’esprit, de cette maîtrise de soi sans laquelle on ne peut trouver la moindre vérité, si petite qu’elle soit.

  • 2 Friedrich Nietzsche, L’Antéchrist, traduction par Dominique Tassel, Paris, Union générale d’éditio (...)

26Nietzsche nous enseigne une grande leçon : l’éthique de la Vérité est faite d’une « discipline de l’esprit » et d’une « maîtrise de soi » dans la modestie et la modération2.

27La lutte entre la vérité et la conviction est constante. Nous ne vivons pas dans l’unanimité des convictions et c’est là aussi le grand problème de la Vérité. Nous sommes confrontés à ce que Max Weber a appelé « le polythéisme des valeurs ». Les diverses sphères de valeurs sont plus ou moins elles-mêmes en convergence et en divergence, et le chercheur est un homme, une femme intellectuellement et spirituellement habités, qu’ils le veuillent ou non, par des convictions de diverses natures.

V

28Mais il y a un autre grand opposant à la Vérité, au-delà ou en deçà des convictions, ce sont les intérêts. Les intérêts sont nombreux à faire obstacle à la recherche de la Vérité et à l’éthique de la Vérité. Il y a d’abord les intérêts que je peux appeler professionnels. Tout professeur universitaire le sait : aujourd’hui, quand on entre dans la carrière universitaire, on entre obligatoirement dans la carrière de la recherche. Cela veut dire qu’on a intérêt à chercher les bonnes subventions, rechercher les meilleurs lieux de publication, entrer dans les bons réseaux, essayer d’avoir les meilleures citations pour ses travaux, etc. L’intérêt professionnel du chercheur est multiple et il nous accompagne tout au long de notre vie de chercheur. Même au bord de la retraite, on espère laisser un exemple, un souvenir de soi qui corresponde à notre surmoi de chercheur. On doit ainsi se préoccuper de sa carrière tout en se préoccupant de la recherche, ce qui peut nous amener à faire des compromis touchant la recherche pour obtenir les subventions les plus prestigieuses, qui mènent à la promotion recherchée.

  • 3 Andrée Lajoie, Vive la recherche libre, Montréal, Fédération québécoise des professeures et profes (...)

29Les intérêts professionnels se caractérisent de plus en plus par le fait que la recherche est maintenant de moins en moins libre. Notre collègue Andrée Lajoie, dans l’ouvrage qu’elle a intitulé Vive la recherche libre, faisant l’histoire de la recherche universitaire, a démontré comment celle-ci s’est vue de plus en plus imposer des priorités extérieures par les organismes subventionnaires3.

30Dans notre quête de vérité, en plus des intérêts professionnels, nos recherches s’inscrivent dans des intérêts institutionnels. Intérêts institutionnels qui sont les intérêts par exemple d’une institution à laquelle on appartient, d’un centre de recherche ou d’une équipe de recherche dont on fait partie. Je voudrais évoquer un cas auquel je m’intéresse particulièrement parce qu’il me touche beaucoup. En France, il existe quelque 2 700 centres de sondage. Quelques-uns sont très gros et un très grand nombre sont de petits centres de sondage. La plupart des petits centres de sondage vivent de recherches qu’ils font sur l’opinion publique, mais surtout pour le compte d’entreprises commerciales. Voilà que de plus en plus se pose un problème grave, un problème méthodologique : il devient très difficile de constituer un échantillon vraiment représentatif de l’ensemble d’une population comme la population française. Pourquoi ? Parce qu’avec l’arrivée du téléphone cellulaire, il est de plus en plus difficile d’atteindre tout le monde également. Le téléphone cellulaire a fait que le bottin téléphonique, principal instrument pour constituer un échantillon, est de moins en moins fiable. Il se trouve qu’en France, c’est surtout dans les milieux ouvrier et dans les milieux moins nantis qu’on recourt le plus au portable, parce que le coût d’abonnement au téléphone est très élevé. Il s’ensuit que les échantillons utilisés par les centres de sondage sont de plus en plus biaisés du côté conservateur, c’est-à-dire du côté des mieux nantis. Il n’est donc pas étonnant qu’une forte majorité de la population apparaisse dans les sondages d’accord avec les politiques de la droite. Un très sérieux problème de méthodologie et par conséquent d’éthique est posé aux institutions liées aux centres de sondage : la validité des sondages va décroissante. Et pourtant, on continue à en faire. Un problème de vérité est en train de se poser : pendant combien de temps encore pourra-t-on se fier aux centres de sondage dans les études d’opinion publique ?

  • 4 Maria Angell, « Drug Companies and Doctors: A Story of Corruption », The New York Review of Books, (...)

31Finalement, des intérêts financiers sont souvent en cause, si je me réfère aux différents ouvrages qui ont été publiés il y a quelques années en France, et plus récemment aux États-Unis, sur les conflits d’intérêts financiers chez les chercheurs en médecine dans les universités américaines. Plusieurs ouvrages ont dénoncé le fait que des chercheurs importants, influents, prestigieux, dans les grandes universités américaines possèdent des intérêts dans les compagnies pharmaceutiques pour lesquelles ils font des recherches. Ces ouvrages dénoncent à la fois des chercheurs individuels et leur université pour le laxisme dont ils font preuve dans la gestion des conflits d’intérêts. Pire encore, dans bon nombre de recherches, dit-on dans ces ouvrages, on a caché les données qui étaient négatives, les données qui n’allaient pas dans le sens du produit proposé. La Dre Marcia Angel, professeure à l’Université Harvard et qui a, pendant plusieurs années, dirigé le New England Journal of Medicine, s’est rendu compte qu’un grand nombre d’études qui lui étaient proposées et qu’elle a publiées dans ce prestigieux journal n’étaient pas valides. Elle écrivait récemment: « It is simply no longer possible to believe much of the clinical research that is published. I take no pleasure in this conclusion which I reached slowly and reluctantly over my two decades as editor of the New England Journal of Medicine4. » Dans toute recherche, les accrocs à la vérité sont toujours graves.

VI

32J’en viens à la conclusion. L’éthique de la Vérité est loin d’être simple, elle est infiniment complexe. Je dirais qu’elle doit être une éthique critique et une éthique critique de l’éthique elle-même. Il ne suffit plus d’accepter l’éthique de la Vérité sans critiquer cette éthique. L’éthique de la Vérité a ses ennemis à l’intérieur même de nos systèmes. Pourquoi ? Parce que bien sûr nous nous plaignons avec raison de la bureaucratisation de l’éthique de la recherche. Nous nous plaignons avec raison d’une certaine judiciarisation de l’éthique de la recherche, tout comme d’une moralisation de l’éthique de la recherche. Mais il ne faut pas oublier que cette bureaucratisation n’est pas le fait de bureaucrates : elle est le fait de collègues scientifiques et chercheurs. C’est nous, les chercheurs, qui nous sommes imposé de plus en plus de règles diverses dans nos recherches. J’ai participé à bien des reprises dans ma vie à des jurys chargés d’étudier des demandes de subventions de recherche à Québec, à Ottawa. À la fin de nos délibérations, on nous demandait : Avez-vous des recommandations à faire pour le prochain concours ? Et la réponse venait de la part des chercheurs : « Oui, je voudrais ajouter une question, je voudrais bien savoir un peu plus pourquoi on a fait telle chose. Je trouve que ce n’est pas assez clair ce qu’on nous dit. » Si bien que c’est nous, collègues, qui avons ajouté de nouvelles demandes aux demandes déjà lourdes, c’est nous qui avons alourdi les formulaires de demandes de subvention et les avons complexifiés. Par besoin de clarté, pensions-nous. Quand on parle de la bureaucratisation de la recherche, nous en sommes particulièrement responsables, et j’en ai été témoin. Je peux dire la même chose de la judiciarisation de l’éthique de la recherche, nous y avons contribué.

33La bureaucratisation et la judiciarisation de la recherche ont nécessairement accompagné son institutionnalisation. Et avec celle-ci, l’institutionnalisation de l’éthique de la recherche. Mais au-dessus de l’éthique de la recherche, la justifiant et la légitimant, se trouve l’éthique de la Vérité, que j’ai tenté d’expliciter. Or, il n’y a pas d’institutionnalisation de l’éthique de la Vérité. Il n’y a pas de tribunal de la Vérité au-dessus de chaque chercheur. Il n’y a pas de code d’éthique de la Vérité, il n’y a pas de comité d’éthique de la Vérité. Dans la recherche des différentes vérités, comme chercheurs, nous sommes devant notre propre conscience personnelle. C’est ce qu’il y a de plus fort à mon avis. C’est nous, chacun de nous, qui devons lutter contre nos convictions, contre nos divers intérêts, parfois contre nos institutions et même contre notre laxisme. C’est nous qui devons lutter pour la légitimité et la crédibilité de notre recherche. À côté de l’institutionnalisation de l’éthique, avec laquelle nous allons devoir vivre d’une manière ou d’une autre, existe une personnalisation de la responsabilité éthique du chercheur et c’est certainement la part la plus importante dans l’éthique de la recherche. C’est celle qui, dans nos vies de chercheurs, prend le plus de place.

34Il est évident que l’institutionnalisation de l’éthique de la recherche a créé un nouveau pouvoir politique dans nos institutions universitaires. Il n’y a pas d’éthique sans pouvoir politique. Nous avons donc à vivre avec un certain pouvoir politique des comités d’éthique. Mais une partie de l’éthique échappe à ce pouvoir politique, celle inspirée par la Vérité personnelle et cette Vérité personnelle, finalement, n’a qu’une balise, celle du tribunal intérieur auquel on peut faire appel. Je rejoins ici l’intervention de Guy Bourgeault de ce matin sur la responsabilité du chercheur.

35Nous assumons et devons assumer la responsabilité de la vérité dont, par notre métier, celui de chercheur, nous sommes les porteurs, les principaux porteurs dans la société. Et toute la politique de l’éthique de la recherche devra être, me semble-t-il, éclairée par l’équilibre, toujours délicat et toujours incertain, entre la nécessaire institutionnalisation des règles de l’éthique et l’essentielle personnalisation de l’éthique, c’est-à-dire entre la responsabilité collective que nous avons donnée à des comités d’éthique et la responsabilité personnelle à l’endroit de la Vérité qu’il reste à chacun de nous de vivre, au sein des luttes et des combats de l’éthique de la recherche.

Notes

1 Ce chapitre est la transcription, revue et corrigée, de la conférence présentée lors du colloque. D’où le ton parlé qui demeure. Je remercie Sylvie Thériault qui a très efficacement assuré la transcription du compte rendu intégral.

2 Friedrich Nietzsche, L’Antéchrist, traduction par Dominique Tassel, Paris, Union générale d’éditions, Paris, 1967, coll. « 10/18 », p. 87-88.

3 Andrée Lajoie, Vive la recherche libre, Montréal, Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU), 2008.

4 Maria Angell, « Drug Companies and Doctors: A Story of Corruption », The New York Review of Books, LVI, 1, 15 janvier 2009, p. 12.

Auteur

Ph.D. (Harvard), est sociologue, a enseigné la sociologie à l’Université Laval (1952-1960) et, depuis 1960, est professeur titulaire au Département de sociologie de l’Université de Montréal. Il est, depuis 1979, chercheur au Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal et a aussi été sous-ministre au développement culturel et au développement social, au Conseil exécutif du Gouvernement du Québec (1977-1982). Dans cette fonction, il a participé à l’élaboration et à la mise en application de la Charte de la langue française (1977). Il a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages, entre autres une Introduction à la sociologie générale, Le Québec en mutation, Études de sociologie du droit et de l’éthique et, en collaboration, Entre les rêves et l’histoire, Théories et émergence du droit et La Loi 101 et l’école primaire à clientèle pluriethnique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search