Version classiqueVersion mobile

In Vino Veritas

 | 
Albert Adam

Le vin et la santé

Un raccourci historique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Très tôt dans l’Antiquité, le vin a été considéré comme un médicament. Le papyrus d’Ebers, du nom de l’égyptologue allemand à qui il a été vendu en 1922, et qui date de 1500 av. J.-C., atteste qu’à cette époque, le vin entrait dans la composition de nombreux remèdes à base de plantes, essentiellement en tant qu’excipient pour en extraire les principes actifs. Cette utilisation du vin comme solvant pour dissoudre les molécules pharmacologiquement actives a eu la vie longue, puisque aujourd’hui encore on s’en sert pour fabriquer certains vermouths, dont certains sont à base de plantes.

Au Ve siècle av. J.-C., Hippocrate, le père de la médecine, consacre une partie de sa pratique médicale sur l’île de Cos à l’étude des propriétés thérapeutiques et aux effets physiologiques des différents types de vin. Il les prescrit comme diurétique, antiseptique ou fortifiant.

Quelques siècles plus tard, lorsque Rome étend son hégémonie à tout le monde méditerranéen, de nombreux Grecs instruits dont ce...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search