Version classiqueVersion mobile

La critique musicale et ses malentendus

 | 
Ghyslaine Guertin

Annexes. Présentation des discours de la critique sur l’enregistrement de L’Art de la fugue de J.-S. Bach par Glenn Gould à l’orgue1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

– Discours I –

On dit qu’un génie n’a jamais tort. Peut-être est-ce vrai. D’entrée de jeu, précisons que L’Art de la fugue, la dernière grande œuvre de Bach, encore inachevée à sa mort, n’a été écrite ni pour l’orgue, ni pour aucun instrument en particulier. Il ne nous reste que des notes sur papier, qui explorent jusque dans ses implications les plus subtiles, les possibilités d’une technique de composition à partir d’un thème d’une très grande simplicité. Comme l’œuvre a été adaptée pour une grande variété d’instruments, elle peut donc être transposée à l’orgue. Mais comment, et par qui ? Glenn Gould a été organiste avant que la pratique du piano ne le rende célèbre. Il aurait, dit-on, donné son premier concert à Toronto à l’âge de 14 ans. Tout ce que je puis dire, c’est que nulle part ailleurs que dans cet enregistrement à l’orgue on ne trouve preuve plus éclatante de la douce extravagance de Gould, certainement l’une des manifestations de son génie ! C’est à peine si je ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search