Version classiqueVersion mobile

La critique musicale et ses malentendus

 | 
Ghyslaine Guertin

Deuxième partie. La critique de l’interprétation de L’Art de la fugue de J.-S. Bach par Glenn Gould

Chapitre IV. Analyse syntagmatique des discours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Famille P – Conservatrice et normative

Discours I

Ce discours est le seul à représenter la critique conservatrice et dogmatique dans l’ensemble du corpus.

L’argumentation débute par un point de vue sur les intentions du compositeur. Il est soutenu que Bach, à sa mort, laissa inachevée L’Art de la fugue et que l’œuvre n’aurait été écrite ni pour l’orgue, ni pour aucun autre instrument particulier. Il s’agirait en quelque sorte d’une œuvre ouverte dont l’écriture contrapuntique se prête à une diversité d’interprétations, d’adaptations et de transpositions. Le développement du discours s’appuie également sur des informations concernant la carrière de Gould et, en particulier, sur le fait qu’il fut organiste avant d’être pianiste et qu’il reçut sa formation en très bas âge.

Ces données fournissent la clé du discours du critique, intéressé non par le choix de l’instrument et de ses qualités, mais plutôt par la manière avec laquelle cette œ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search