Version classiqueVersion mobile

La critique musicale et ses malentendus

 | 
Ghyslaine Guertin

Deuxième partie. La critique de l’interprétation de L’Art de la fugue de J.-S. Bach par Glenn Gould

Chapitre III. Poïétiques et formes symboliques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La poïétique de Jean-Sébastien Bach et L’Art de la fugue

Le premier producteur en tête dans la chaîne des créateurs de L’Art de la fugue est donc le compositeur Jean-Sébastien Bach. Il a souvent été qualifié d’architecte du son et l’œuvre démontre son habileté à construire un gigantesque édifice musical à partir de la technique d’écriture contrapuntique. Régie par le dynamisme répétitif d’un même thème1 ou motif musical, la forme de l’œuvre subit une série de transformations tout en conservant dans sa diversité l’unité propre au principe de la fugue : « Deux cent quatre-vingt-sept fois, sous une forme ou une autre, tout au long des vingt morceaux conservés (et l’œuvre est incomplète !), tantôt le fatidique ré - la - fa du « grand sujet » commun et tantôt son inversion la - ré - fa surgissent à un détour de la route, au sein d’une somptueuse polyphonie, et chacune de leurs apparitions ou presque correspond à une combinaison différente2. »

Or, cet Art de la fugue qui s...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search