Version classiqueVersion mobile

La critique musicale et ses malentendus

 | 
Ghyslaine Guertin

Deuxième partie. La critique de l’interprétation de L’Art de la fugue de J.-S. Bach par Glenn Gould

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plusieurs hypothèses entourent le caractère inachevé de la partition de Bach, les circonstances de sa production, son organisation et son écriture fragmentaire. Sa réalisation sonore suscite tout un questionnement compte tenu de l’absence d’indications sur les intentions du compositeur devant servir de guide à l’interprète : qu’est-ce que Bach a voulu exactement faire en écrivant son Art de la fugue et quelles stratégies interprétatives lui avait-il réservées ? Autant d’incertitudes entraînent musicologues, interprètes, auditeurs et critiques, dans une recherche jamais complètement définitive sur la « véritable » histoire de la production de cette œuvre « ouverte ».

On comprend l’intérêt suscité par L’Art de la fugue pour un créateur aussi actif dans sa lecture des partitions que Glenn Gould. L’indétermination du compositeur, son indifférence instrumentale et le caractère inachevé de l’œuvre font ses délices. Non seulement le contexte de l’époque lui permet de procéder à des ajouts e...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search