Version classiqueVersion mobile

La critique musicale et ses malentendus

 | 
Ghyslaine Guertin

Première partie. L’héritage du passé

Chapitre I. Points de vue, attitudes et conduites esthétiques du critique musical

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La critique musicale au XVIIIe siècle

Deux esthétiques distinctes alimentent les théoriciens de la critique musicale au XVIIIe siècle. L’une, défendue par l’abbé François Raguenet dans le Parallèle des Italiens et des Français en ce qui regarde la musique et les opéras1, privilégie le domaine de la réception et l’expression irrationnelle du beau. Son objectif est de faire valoir les qualités et les mérites de l’esthétique musicale italienne en la mettant en parallèle avec l’esthétique musicale française. Le jugement de goût est celui d’un sensualiste qui exalte le plaisir de l’oreille plutôt que celui de la raison.

L’autre, représentée par Jean-Laurent Lecerf de La Viéville avec la Comparaison de la musique italienne et de la musique française2, dénigre la musique italienne pour mieux faire valoir la musique française. Le bon goût est plutôt associé à la raison et nécessite une conscience éclairée. La riposte de Raguenet avec la Défense du Parallèle des Italiens et d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search