Version classiqueVersion mobile

La critique musicale et ses malentendus

 | 
Ghyslaine Guertin

Première partie. L’héritage du passé

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La critique musicale au XVIIIe siècle ne s’est pas encore définie comme genre spécifique de discours. Elle est représentée dans les querelles esthétiques de l’époque opposant la musique française à la musique italienne, la musique vocale à la musique instrumentale. Pendant la première moitié de cette période, les théoriciens croient à la présence d’un consensus dans l’appréciation des œuvres soumises au public, en s’appuyant sur les impressions naïves des auditeurs qui trouvent leur satisfaction dans l’habitude d’une écoute régie par la reconnaissance des règles : le naturel, la simplicité, la vraisemblance. Or cet idéal semble irréalisable en ce début de siècle où l’art de la musique italienne vient rompre l’unanimité développée autour de Lully, menaçant ainsi l’équilibre de la tragédie lyrique française.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search