Version classiqueVersion mobile

L’Inde et ses avatars

 | 
Serge Granger
, 
Christophe Jaffrelot
, 
Karine Bates
, 
et al.

I. L’Inde actuelle

Chapitre 5. L’État de droit et l’accès à la justice

Karine Bates

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le système juridique de l’État indien est comme une broderie tissée de fils qui proviendrait d’une variété de sources et de pratiques – religieuses et séculières. Cependant, cette pluralité s’articule sur une trame de fond caractérisée par la relative uniformité de l’organisation du droit et de ses institutions sur le territoire indien. Cette dernière caractéristique contribue à forger un sentiment d’appartenance nationale, du moins tel était l’objectif visé par un nombre significatif de législateurs qui ont mis en place le système juridique de l’État indien indépendant. Aujourd’hui, il semble que, du point de vue de la population, ce qui rassemble les gens est moins un sentiment de justice commune qu’un ressentiment partagé envers la bureaucratie étatique. L’administration de la justice est considérée non seulement comme inefficace et coûteuse, mais aussi comme atteinte d’un mal profond : la corruption. Ce qui est fascinant est que cette mauvaise réputation est partagée par des gen...

Auteur

Professeure agrégée au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal et spécialisée en anthropologie juridique. Ses recherches portent sur le pluralisme juridique en Inde pour comprendre la diversité des discours et des pratiques des femmes en lien avec leur processus d’accès à la justice, ainsi que l’interaction entre les instances formelles et informelles de résolution de conflits. Depuis 2008, elle dirige le Pôle de recherche sur l’Inde et l’Asie du Sud (PRIAS), une unité du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CERIUM).

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search