Version classiqueVersion mobile

Petit guide de survie des étudiants

 | 
Marie Lambert-Chan

Section 5. Le monde du travail

Du CV universitaire au CV professionnel

Texte intégral

1Faire carrière à l’université relève du parcours du combattant. La rareté des postes de professeurs en décourage plus d’un. C’est pourquoi des doctorants et des stagiaires postdoctoraux se tournent vers le milieu professionnel.

2Cependant, toutes ces années passées à faire de la recherche finissent parfois par les desservir quand ils se mettent à chercher un emploi. « Ils sont des experts dans leur domaine, mais le marché du travail est une jungle pour eux », estime Angélique Desgroseilliers, conseillère au secteur de l’emploi du Centre étudiant de soutien à la réussite de l’Université de Montréal.

3Plusieurs enverront des curriculum vitæ typiquement universitaires où ils listent leurs diplômes, publications, expériences d’enseignement, conférences et bourses sur des pages et des pages. Un document trop long et trop technique pour un employeur qui consacre moins d’une minute à évaluer chacun des centaines de CV qu’il reçoit.

4« Ce n’est pas évident pour eux de constater que certaines informations contenues dans leur CV n’ont plus d’importance en dehors du milieu universitaire », remarque Serge Gagné, directeur de la section placement du Service des stages et du placement de l’Université de Sherbrooke.

5Après avoir lu un tel CV, on pensera sans doute que vous êtes trop qualifié pour occuper l’emploi convoité, observe Mme Desgroseilliers. « Les employeurs croient souvent que le postulant exigera un salaire plus élevé ou quittera la compagnie après quelques mois en quête de défis à sa mesure », ajoute-t-elle.

6D’où l’importance de savoir adapter votre candidature en fonction des besoins de ces employeurs. Cela commence dès vos premières années d’études.

7« Un diplôme ne garantit pas un emploi, c’est pourquoi tous les étudiants devraient avoir un plan B, affirme la conseillère. N’attendez pas le dépôt de votre thèse pour explorer les offres d’emploi dans votre secteur. Questionnez-vous sur vos intentions professionnelles. Repérez des postes et des employeurs qui vous intéressent. Faites des stages dans ces entreprises même s’ils ne sont pas crédités. Vous y acquerrez d’autres compétences et profiterez de ces occasions pour élargir votre réseau de relations. »

8Demandez des entrevues d’information auprès de personnes occupant les types d’emplois que vous convoitez. « Peut-être qu’elles pourront jeter un œil sur votre CV et vous indiquer par où commencer, qui appeler, quoi faire et quoi dire », mentionne Angélique Desgroseilliers. Tout cela vous amènera à produire un CV qui saura retenir l’attention. « C’est un document de vente qui doit vous permettre d’accéder à l’étape de l’entrevue d’embauche », rappelle Serge Gagné.

9Personnalisez votre CV selon l’emploi visé. Dans ce cas, ne pas tout dire n’est pas mentir. Sélectionnez parmi vos réalisations et vos compétences celles qui font écho aux tâches et aux responsabilités décrites dans l’offre. « Laissez tomber le jargon propre à votre domaine de recherche et adoptez un langage accessible », précise Mme Desgroseilliers. Cernez vos compétences transférables et décrivez-les de façon que n’importe qui puisse les comprendre. Utilisez des termes tels que « coordination », « encadrement », « gestion de projet », « organisation » et « supervision ».

10Au lieu d’énumérer de façon exhaustive vos réalisations en recherche, résumez-les dans un paragraphe consacré aux compétences. « Inscrivez, par exemple, que vous avez publié 10 articles dans des revues scientifiques internationales et donné 4 conférences à l’étranger, sans entrer dans les détails », explique Serge Gagné.

11N’hésitez pas à mentionner des emplois d’été, des passe-temps ou des activités bénévoles liés à l’offre d’emploi. « Les CV les plus faciles à adapter sont ceux d’étudiants qui s’engagent socialement et qui consacrent du temps à d’autres passions que celle qu’ils vouent à la recherche », note Angélique Desgroseilliers.

12En montrant des intérêts variés, « vous donnez une image qui transcende le stéréotype du chercheur universitaire, encore vu à tort comme un être antisocial, surspécialisé, confiné à son laboratoire », selon M. Gagné.

13Parfois, il vaut mieux passer sous silence certains détails. « Je comprends que les étudiants soient fiers de pouvoir accoler le fameux “Ph. D.” à leur nom, mais il est préférable de l’omettre quand l’offre d’emploi exige seulement un diplôme universitaire de premier cycle », assure Mme Desgroseilliers.

14Elle poursuit : « Considérez-vous comme un professionnel qui a des compétences et des connaissances à offrir. Faites confiance à votre parcours et à votre personnalité, et pas seulement à votre diplôme. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search