Version classiqueVersion mobile

Petit guide de survie des étudiants

 | 
Marie Lambert-Chan

Section 3. Les finances

Comment dénicher la bourse d’excellence qui vous convient ?

Texte intégral

1Chaque année, les universités québécoises offrent des millions de dollars en bourses d’excellence à leurs meilleurs étudiants. Et ces récompenses ne tiennent pas compte de celles octroyées par les grands conseils fédéraux et provinciaux ainsi que celles qui proviennent de multiples donateurs.

2L’offre est si grande qu’il peut être difficile de s’y retrouver : bourses Vanier, bourses Banting, bourses de la Fondation Desjardins, bourses de la Fondation Berthelet-Aubin, bourses de l’Université libre de Berlin, bourses Québec-Luxembourg, alouette !

3Pas de panique : suivez le guide.

Être à l’affût

4Marie Marquis, vice-doyenne de la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’Université de Montréal, suggère d’abord aux étudiants de consulter les répertoires de bourses de leur établissement. « On y donne une idée générale des bourses offertes et des moments dans l’année où l’on dépose les dossiers de candidature », dit-elle.

5La vice-doyenne invite aussi les étudiants à scruter les babillards de leur unité et à s’informer auprès de leurs professeurs, directeur de recherche et regroupement d’étudiants aux deuxième et troisième cycles.

6« Il n’y a pas de recette miracle : il faut être à l’affût et se renseigner régulièrement », remarque Marie Robichaud, anciennement responsable du bureau des bourses à la FESP. Elle ajoute qu’il est dans l’intérêt de tout étudiant d’accumuler des bourses, aussi petites soient-elles, car, outre l’avantage financier direct qu’elles procurent, elles peuvent avantager le candidat lors de demandes aux grands organismes subventionnaires, qui sont très sélectifs.

Bourses à découvrir

7Il y a des bourses pour quasiment tous les profils : les étudiants étrangers, les étudiants canadiens non-résidents du Québec, les doctorantes nouvellement mères, les doctorants en période de rédaction, les étudiants qui veulent passer du baccalauréat à la maîtrise, les étudiants très engagés dans la communauté… « Vous devez être attentif aux critères de sélection afin de soumettre votre candidature à la bourse qui correspond le mieux à votre situation », recommande Marie Marquis.

8Généralement, les étudiants préfèrent s’inscrire aux concours de bourses des grands organismes subventionnaires, ajoute-t-elle. « Ces récompenses sont prestigieuses et leurs valeurs sont plus élevées. »

9Certaines bourses méritent cependant d’être mieux connues. C’est le cas des bourses de recherche de premier cycle offertes par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). « C’est une façon d’initier les étudiants du baccalauréat à la recherche et aux études aux cycles supérieurs, explique Marie Robichaud. Les étudiants boursiers ont la chance d’occuper un emploi d’été dans un laboratoire ou un centre de recherche de leur choix, à condition que l’unité soit financée par le CRSNG. »

10Elle mentionne aussi les bourses de recherche en milieu de pratique des fonds québécois de recherche, qui permettent aux étudiants d’acquérir une expérience professionnelle en entreprise.

11Marie Marquis rappelle que, malgré l’excellence des dossiers déposés, tous les candidats ne reçoivent pas une réponse positive à leur demande. Raison de plus pour ne pas négliger les « petites » bourses. Une somme de 25 000 $ est certes alléchante, mais la mention d’une bourse de 2500 $ dans un curriculum vitæ peut se révéler profitable. « Ayez toujours à l’esprit qu’une bourse en attire une autre… », affirme la vice-doyenne.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search