Version classiqueVersion mobile

Petit guide de survie des étudiants

 | 
Marie Lambert-Chan

Section 2. Le savoir-faire étudiant

Comment lire de façon efficace ?

Texte intégral

1Les lectures obligatoires sont une tâche fastidieuse pour bien des étudiants. « Ils se plaignent fréquemment qu’ils en ont trop à lire et qu’ils ne retiennent pas l’information », constate Josée Sabourin, psychologue en aide à l’apprentissage au Centre étudiant de soutien à la réussite de l’Université de Montréal.

2Son collègue orthopédagogue, Denis Côté, n’est pas surpris par ce phénomène. « Au primaire, on apprend à lire. Après, on lit pour apprendre. Une fois rendus à l’université, les étudiants lisent pour comprendre. La quantité et la complexité des lectures distinguent les études universitaires des autres ordres d’enseignement », affirme-t-il.

3Selon lui, ces lectures exigent de solides capacités de métacognition, c’est-à-dire la faculté d’avoir un certain recul par rapport à ses actions afin de mieux les critiquer. « Il ne suffit pas de lire un texte, explique M. Côté. Il faut également en découvrir le sens et l’utilité dans le cadre de son cours. »

4Les étudiants ont intérêt à acquérir ces aptitudes très tôt, puisqu’ils n’échapperont pas aux lectures obligatoires. « Les recueils sont constitués de textes soigneusement choisis par les professeurs qui estiment que leur lecture améliorera la compréhension chez les étudiants », rappelle l’orthopédagogue.

Une technique qui a fait ses preuves

5Josée Sabourin et Denis Côté proposent aux étudiants débordés une méthode de lecture en trois temps. « Avant même de commencer, planifiez vos moments de concentration », recommande Mme Sabourin. Certaines personnes sont plus matinales, alors que d’autres préfèrent lire le soir. Des étudiants aiment bien faire leurs lectures dans un café en raison du bruit de fond qui les aide à concentrer leur attention sur la tâche à accomplir, tandis que d’autres ont besoin du silence absolu.

6 Le survol. ■ Cette première lecture permet de « catégoriser le texte », selon Denis Côté. « À quoi vous sert-il ? Devez-vous en mémoriser des éléments en vue d’un examen ? Contient-il des éléments qui nourriront votre argumentation dans votre prochain travail ? La réponse à cette question influencera l’organisation du reste de votre lecture », dit-il. Josée Sabourin ajoute qu’en effectuant ce survol, « les étudiants ont déjà fait la moitié du chemin ».

7 La lecture active. ■ L’étudiant réagit au texte et l’annote en fonction de l’objectif cerné plus tôt. C’est le moment de sortir crayons, stylos, surligneurs et papillons adhésifs (ou Post-it) afin de codifier l’information pertinente. Et n’utilisez pas uniquement le marqueur jaune ! « Vous ne différencierez plus ce qui relève des faits, de l’argumentation, de la synthèse, des exemples, etc. », remarque M. Côté. Il suggère aux étudiants de surligner des mots plutôt que des phrases. « Vous les repérerez et les retiendrez plus facilement. »

8Les termes dont on ignore la signification devraient être retranscrits dans un répertoire. « C’est le meilleur moyen pour enrichir un vocabulaire lié à son domaine d’études, croit M. Côté. Petit et léger, le répertoire se glisse n’importe où et contient déjà un classement par ordre alphabétique. Il deviendra votre glossaire personnel. »

9 Les fiches de lecture. ■ « Vous répertoriez et résumez les éléments repérés lors de la lecture active », explique l’orthopédagogue. Plusieurs semaines peuvent s’écouler entre la lecture d’un texte et son utilisation, que ce soit pour un examen ou une recherche. Avant de le relire, l’étudiant pourra s’en tenir à ses fiches de lecture qui lui permettront de juger si la relecture est nécessaire.

10À première vue, cette méthode de lecture semble laborieuse, mais elle a fait ses preuves. « Elle renforce le sentiment de compétence, ce qui motive les étudiants, note Denis Côté. Du coup, la lecture n’est plus aussi pénible. »

11« Il est vrai que les périodes de lecture seront plus longues au début, reconnaît Josée Sabourin. Petit à petit, les étudiants seront plus habiles et gagneront du temps. Bref, l’essayer, c’est l’adopter ! »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search