Version classiqueVersion mobile

Petit guide de survie des étudiants

 | 
Marie Lambert-Chan

Section 2. Le savoir-faire étudiant

Comment réussir un exposé oral ?

Texte intégral

1Exposé oral… Cette seule expression fait frémir d’horreur bien des étudiants. Leurs mains deviennent soudainement moites et leur cœur bat la chamade. Pourtant, il suffit d’une bonne préparation, de plusieurs séances où l’on répète son exposé et d’un peu de méditation pour éviter nausées et nuits blanches.

2Avant tout, il vous faut bien connaître votre sujet, souligne Vivianne Darveau, psychologue en aide à l’apprentissage au Centre étudiant de soutien à la réussite de l’Université de Montréal. « Si le thème de votre exposé vous intéresse, vous retiendrez davantage l’information à présenter et vous serez moins tenté de procrastiner », dit-elle.

3Un plan détaillé vous permettra de mettre de l’ordre dans vos idées. Un bon orateur y décrira l’introduction, le développement et la conclusion de son exposé. Il tiendra compte aussi du support visuel qu’il utilisera, comme une présentation PowerPoint ou du matériel audiovisuel. « Ce plan doit être rédigé en fonction de votre auditoire, indique Mme Darveau. Par exemple, si les gens ne connaissent pas beaucoup ou pas du tout votre sujet, vous serez dans l’obligation de fournir plus de détails. »

4Prévoyez une phrase-choc pour amorcer votre exposé. De cette façon, vous capterez l’attention du public dès les premières minutes. « Donnez des statistiques liées à votre sujet ou encore posez une question sans y répondre immédiatement, suggère la psychologue. Ainsi, vous conserverez l’intérêt de vos auditeurs tout au long de la présentation. »

5Au cours de votre introduction, assurez-vous que le public vous entend bien et que votre matériel vidéo, si vous en avez, est visible pour tous. « Sinon, cela pourrait être irritant pour certaines personnes dans l’auditoire et vous perdriez rapidement leur intérêt. » Affichez également un plan sommaire de votre exposé. Cela situera les auditeurs tout en prévenant de malheureux trous de mémoire.

6Avoir quelques cartons en main ou des diapositives PowerPoint se révèle en outre très utile. Cependant, n’y inscrivez que les grandes lignes de votre exposé. « Vous ne devez ni lire ni mémoriser votre information, insiste Vivianne Darveau. La lecture vous empêcherait d’établir un contact visuel avec le public, et la mémorisation engendre un très grand stress. »

7Au moment de la conclusion, rappelez l’idée principale de votre présentation, remerciez l’auditoire et ouvrez la discussion. Si vous n’avez pas le temps de répondre aux questions des autres étudiants, mentionnez-le respectueusement.

Répéter, répéter, répéter

8Une fois le plan rédigé, il ne vous reste plus qu’à répéter. « C’est la clé du succès », remarque Vivianne Darveau. Chronométrez votre intervention et, si possible, filmez-vous. « Cela vous permettra de corriger des tics visuels et sonores », explique-t-elle. Si vous n’avez pas de caméra, rassemblez amis, parents, voisins et même Fido. « C’est la meilleure façon de tester votre concentration et votre capacité à gérer votre stress. »

9Le jour J, faites des exercices de respiration, pratiquez votre sport favori, méditez, bref, détendez-vous. Habillez-vous de façon confortable, mais appropriée. « Ce n’est pas le moment de mettre une cravate si vous n’en avez pas l’habitude ! » note la psychologue.

10Armez-vous d’une bouteille d’eau. Elle pourrait vous sauver la vie durant l’exposé. « Prendre une gorgée d’eau permet subtilement de faire une pause ou de réfléchir à la suite d’une question », mentionne Mme Darveau.

11Si l’exposé ne se déroule pas comme prévu, faites-en part aux auditeurs. Vous susciterez leur sympathie tout en diminuant d’emblée votre stress. Et ignorez les gens qui dorment, se curent les ongles ou regardent par la fenêtre. Concentrez-vous sur ceux qui manifestent leur intérêt en hochant la tête ou en vous souriant.

12Enfin, souvenez-vous que même les plus grands orateurs vivent des instants de doute avant de monter à la tribune. « L’exposé parfait n’existe pas », conclut Vivianne Darveau.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search