Version classiqueVersion mobile

Petit guide de survie des étudiants

 | 
Marie Lambert-Chan

Section 2. Le savoir-faire étudiant

Comment surmonter l’angoisse de la page blanche ?

Texte intégral

1Vous devez écrire 15 pages sur le concept de guerre juste pour votre cours de philosophie politique contemporaine, mais l’inspiration ne vient pas. Rien. Nada. Votre document Word est vierge depuis plusieurs heures et le clignotement incessant du curseur commence à vous tomber royalement sur les nerfs. Diagnostic : vous souffrez de l’angoisse de la page blanche, également appelée « blocage de l’écrivain ».

2Si certains étudiants vivent ces passages à vide épisodiquement, d’autres y sont coincés de façon permanente. « Il y a des étudiants qui construisent leur session en évitant tous les cours où l’on exige de longs travaux. Et des doctorants qui n’ont pas rédigé une seule ligne depuis des mois et qui le cachent à leur directeur de thèse », révèle Josée Sabourin, psychologue au Centre étudiant de soutien à la réussite de l’Université de Montréal.

3Pourtant, les remèdes pour renouer avec l’envie d’écrire sont nombreux. Tout d’abord, oubliez les mythes associés à la rédaction. « Beaucoup croient à tort que la capacité d’écrire est innée, que l’écriture ne vient facilement qu’aux auteurs et aux journalistes ou qu’une belle plume nécessite de l’imagination et de l’originalité », explique Mme Sabourin.

4Ensuite, évacuez la pression que vous vous mettez inutilement sur les épaules. Cela ne peut que renforcer votre blocage. « Ne vous entêtez pas à trouver l’idée du siècle, conseille la psychologue. L’acharnement induit la rigidité. Laissez de côté votre texte et faites autre chose. Revenez-y plus tard. De nouvelles idées émergeront forcément. »

5La censure personnelle nourrit elle aussi l’angoisse de la page blanche. Bien souvent, les étudiants veulent tellement trouver le mot juste ou la phrase qui gagnera le cœur de leur professeur qu’ils perdent tous leurs moyens. La solution : l’écriture automatique. « Mettez de côté votre jugement critique et alignez toutes les idées qui vous passent par la tête, dit Josée Sabourin. Quand on est dans l’action, l’anxiété disparaît. »

6Elle préconise également le fameux plan de travail, où l’on décrit sommairement l’introduction, les idées principales et secondaires et, enfin, la conclusion. « Une fois votre sujet bien circonscrit, faites un plan brouillon. S’il est trop organisé, vous serez incapable de rédiger, car vous n’aurez plus aucune latitude créative. »

7En effet, tout processus d’écriture s’appuie autant sur l’organisation que sur la création. Chacune de ces étapes est nécessaire, mais ne requiert pas le même état d’esprit. « Après avoir élaboré votre plan sommaire, passez en mode d’écriture automatique, poursuit la psychologue. Puis organisez et détaillez vos idées en précisant votre plan de travail. Cette technique vous permettra de produire des textes géniaux ! »

8Le plan de travail peut en outre vous sauver la vie lors des examens. « Les questions à développement sont une grande source d’anxiété, constate Josée Sabourin. Les étudiants ont intérêt à faire un mini-plan dans la marge de leur copie d’examen avant de rédiger. La réponse leur viendra tout naturellement. »

9Ayant remarqué que l’isolement propre aux études peut contribuer au blocage de l’écrivain, elle suggère aux étudiants de se réunir pour mieux créer. « Je connais des personnes qui, malgré le fait qu’elles ne sont pas dans le même domaine, se réunissent pour cogiter ensemble sur leurs travaux respectifs. Les perspectives différentes de leurs amis nourrissent leur inspiration. C’est une voie peu explorée, mais ô combien enrichissante. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search