Version classiqueVersion mobile

Petit guide de survie des étudiants

 | 
Marie Lambert-Chan

Section 1. La vie étudiante

Étudiants étrangers : comment gérer le choc culturel ?

Texte intégral

1Vous êtes français, marocain, tunisien ou belge et vous débarquez au Québec pour y faire vos études. Tout vous émerveille : le métro, les épiceries, le mont Royal, la poutine et même les écureuils qui trottinent en pleine rue.

2Cette période peut être stimulante, mais elle est parfois de courte durée. « Le choc culturel rattrape tôt ou tard presque tous les étudiants étrangers », remarque Dania Ramirez, coordonnatrice du secteur soutien à l’apprentissage du Centre étudiant de soutien à la réussite de l’Université de Montréal.

3« J’aime bien cette définition du choc culturel : “arriver dans un pays possédant une culture, un climat, des coutumes et une langue différente peut s’avérer une expérience fort déconcertante”, déclare France Landry, conseillère à la vie étudiante à l’Université du Québec à Montréal. Donc, oui, ces étudiants vivent une période de transition et d’adaptation à divers degrés et dans diverses sphères. À l’université, plusieurs choses se révèlent déroutantes pour eux : le format des cours, la façon de présenter les travaux, le rapport avec les enseignants et les travaux d’équipes. »

4Après la phase d’idéalisation vient souvent une certaine désillusion. « Ces étudiants se rendent compte qu’ils doivent consacrer plusieurs heures à leurs études et que leurs collègues qui étaient très disponibles à la rentrée le sont beaucoup moins au fur et à mesure que le trimestre avance », explique Dania Ramirez.

5Ce sentiment peut faire place à un véritable choc culturel, surtout au mois de novembre, à la suite des examens de mi-session. « Souvent, ils n’obtiennent pas les notes souhaitées. Les codes et les exigences de notre système d’éducation sont loin de leurs références habituelles », mentionne Mme Ramirez. Cela peut provoquer chez certains une grande anxiété, surtout chez ceux qui sont déjà sous pression en raison de l’argent dépensé par leurs parents pour financer leur séjour. Ces sentiments peuvent durer de 3 à 18 mois.

6À ce maelström d’émotions s’ajoutent les journées qui raccourcissent et le mercure qui descend. « Quelques-uns éprouvent parfois une profonde tristesse et présentent des symptômes de dépression. D’autres finiront même par quitter le pays et abandonner leur projet d’études », observe Dania Ramirez.

7La plupart franchissent la zone de turbulences et s’adaptent à la culture québécoise. Ils comprennent alors mieux les exigences scolaires et cohabitent de façon plus harmonieuse avec leurs collègues.

8Ce processus d’adaptation diffère d’un individu à l’autre, précise Mme Ramirez. « Ces phases se chevauchent et sont parfois interverties. Les étudiants étrangers doivent toutefois réaliser qu’ils y seront confrontés et qu’il n’y a rien de plus normal. En prendre acte est déjà une façon de s’en sortir. »

Gérer son temps et ses relations

9Quelques trucs et conseils facilitent l’adaptation. Tentez de puiser dans vos propres ressources. « Votre façon de vous acclimater aux changements et les moyens que vous mettez en place pour vous en sortir seront à peu près les mêmes tout au long de votre vie, expose Dania Ramirez. Rappelez-vous, par exemple, comment vous avez traversé votre dernière rupture amoureuse. Si vous avez eu besoin d’en parler, il en ira sûrement de même pour surmonter le choc culturel. »

10C’est pourquoi il est important de se bâtir un réseau d’amis dès la rentrée. « Inscrivez-vous à des activités parascolaires et, surtout, étudiez en groupe, suggère-t-elle. Vous pourrez compter sur des collègues pour échanger vos notes ou emprunter les leurs si vous êtes absent d’un cours. »

11« Impliquez-vous socialement – au sein de votre association étudiante, par exemple – et participez aux activités d’accueil et à celles offertes par le service des étudiants étrangers de votre institution », propose de son côté France Landry.

12Sachez aussi que les professeurs sont là pour vous soutenir. Écrivez-leur ou demandez à les rencontrer à leur bureau. « La relation étudiant-professeur est très hiérarchique dans plusieurs pays, dit Dania Ramirez. Ces étudiants ne sont pas habitués à autant d’ouverture et certains n’en profitent pas. »

13Apprenez à gérer votre temps. Votre travail d’étudiant ne se limite pas à vos 15 heures de cours. Si vous étudiez à temps plein, vous devez ajouter un minimum de 20 à 25 heures d’étude à l’extérieur de la classe. « Beaucoup d’étudiants étrangers ont entrepris leur parcours scolaire dans des systèmes d’éducation très différents et peinent à adapter leur façon d’étudier à la nôtre », souligne la coordonnatrice.

14Enfin, n’oubliez jamais que le temps arrange bien des choses…

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search