Version classiqueVersion mobile

Petit guide de survie des étudiants

 | 
Marie Lambert-Chan

Section 1. La vie étudiante

Comment vaincre la procrastination ?

Texte intégral

1Vous croulez sous le travail, et les échéances arrivent à grands pas : deux examens à préparer, un résumé de lecture à composer, trois travaux à rédiger… Pourtant, vous préférez mettre à jour votre profil Facebook, consulter vos courriels, zapper un brin ou encore promener votre chien. Ce scénario vous est-il familier ? Rien de plus normal ! « Tout le monde procrastine un jour ou l’autre, affirme Éric Tremblay, psychologue en aide à l’apprentissage au Centre étudiant de soutien à la réussite de l’Université de Montréal. Cependant, certaines personnes sont plus sujettes que d’autres à tout remettre au lendemain. »

2Plusieurs de ces procrastinateurs chroniques, affolés par le temps qui file, frappent à la porte de M. Tremblay en quête de conseils. « Ils doivent d’abord connaître la cause de leur comportement, explique celui-ci. Les procrastinateurs se divisent en trois catégories. On trouve d’abord les perfectionnistes, qui ont des attentes trop élevées et qui, de façon inconsciente, ont peur de l’échec. Puis il y a ceux qui manquent de motivation, car la tâche demandée ne les intéresse pas vraiment. Enfin, il y a les impulsifs, qui privilégient les petits plaisirs immédiats plutôt que la satisfaction du travail accompli. »

3Ce phénomène touche aussi les étudiants qui souffrent d’un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité, selon France Landry, conseillère à la vie étudiante à l’Université du Québec à Montréal. « Plusieurs perçoivent le temps de manière floue et ont de la difficulté à s’organiser. Ils finissent par sous-estimer les tâches à accomplir et surestimer le temps nécessaire pour y parvenir. »

4Les étudiants qui ne sont plus certains d’avoir choisi le bon programme peuvent également adopter cette conduite. « Démotivés, ils repoussent le travail à faire et s’y prennent à la dernière minute », constate Mme Landry.

5Enfin, il y a ceux dont l’horaire est tout simplement trop chargé, ajoute-t-elle. « Ils sont débordés et une des solutions faciles qui s’offrent à eux pour souffler un peu est de remettre à plus tard. »

Des solutions

6Poussée à l’extrême, la procrastination peut avoir de graves conséquences : nuits blanches, agitation, anxiété, stress, baisse de l’estime de soi, accroissement du sentiment d’échec, difficultés d’attention, palpitations cardiaques et, évidemment, résultats scolaires décevants.

7Afin de ne pas en arriver là, Éric Tremblay suggère aux procrastinateurs d’adopter de nouvelles stratégies cognitives et comportementales. « Les perfectionnistes doivent changer leur rapport à l’action et se fixer des objectifs réalistes, dit-il. Par exemple, il est bon de décortiquer la réalisation d’un long travail en petites étapes, échelonnées sur plusieurs semaines. Et la conclusion de chaque étape pourrait être couronnée par une récompense ! »

8Les procrastinateurs démotivés auraient avantage à sonder les sources de leur découragement, selon le psychologue. « Parfois, la procrastination est circonstancielle. L’étudiant aime sa discipline, mais pas une certaine matière. Celle-ci devient, en quelque sorte, un passage obligé. D’autres fois, le problème se révèle plus grave. Étudie-t-il dans la bonne branche ? Sa future profession correspond-elle réellement à ses champs d’intérêt ? Devrait-il envisager une réorientation ? »

9Pour leur part, les impulsifs pourraient surmonter leur problème en travaillant dans un environnement exempt de distractions et en planifiant leur emploi du temps de façon plus serrée. « Engagez-vous à rester au travail environ une heure, puis prenez une pause de 15 minutes », recommande M. Tremblay. Il préconise également la stratégie des « 10 minutes », qui consiste à s’atteler à la tâche dès les premières minutes. « Et n’oubliez pas de vous récompenser lorsque vous y arrivez ! » ajoute-t-il.

10France Landry propose à tous les procrastinateurs de visualiser leur perte de temps. « En inscrivant le nombre d’heures et de minutes consacrées à chaque tâche, activité ou déplacement, ils réaliseront quand ils procrastinent. Leur comportement devient plus concret et cela les aide à trouver des moyens pour le changer. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search