Version classiqueVersion mobile

Petit guide de survie des étudiants

 | 
Marie Lambert-Chan

Section 1. La vie étudiante

Quelle culture générale ont les étudiants ?

Texte intégral

1Il n’est pas rare d’entendre des gens se plaindre que les jeunes ont une pauvre culture générale, qu’ils ne connaissent pas leurs classiques, qu’ils ne lisent plus… Est-ce réellement le cas ? L’herbe était-elle vraiment plus verte autrefois ?

2« Absolument pas. Mes étudiants ne sont pas ignares. Au contraire, ils ont un bagage culturel assez étendu et beaucoup plus diversifié qu’on croit. Certes, ils ne connaissent pas tout, mais ils sont à l’université pour apprendre », répond Benoît Melançon, directeur du Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal.

3Le père Benoît Lacroix, professeur retraité de l’UdeM, se dit pour sa part préoccupé. « À l’adolescence, les jeunes font preuve d’une grande ouverture d’esprit. Mais on dirait qu’en entrant à l’université, ils oublient leurs aspirations au profit de la spécialisation. La compétition est si féroce et l’atteinte de l’excellence si importante qu’ils n’ont pas le temps de s’intéresser à autre chose. J’ai peur qu’ils finissent par perdre de vue leurs premières intentions universalistes, celles qu’ils avaient plus jeunes. »

Une culture en mouvement

4Mais quelle culture générale devraient avoir les étudiants ? Les réponses sont aussi nombreuses que variées. « Pendant très longtemps, on a eu coutume de dire qu’il fallait savoir un certain nombre de choses en histoire, en littérature, en philosophie et en musique, rappelle M. Melançon. Cette conception d’une culture générale figée dans le temps m’inquiète. Je crois plutôt que la culture générale doit être un rapport dynamique à la tradition, c’est-à-dire une connaissance de ce qui s’est dit et fait dans le passé pour nous aider à mieux réfléchir aux enjeux actuels. »

5Il est d’avis que cette culture n’a pas à être la même pour tous. « Tous les étudiants n’ont pas besoin de connaître dans le détail l’ensemble des œuvres de Voltaire. Néanmoins, ils doivent donner de la profondeur à leurs réflexions sur leur discipline. Cela fait aussi partie de la culture générale. Par exemple, si vous étudiez en criminologie, vous vous interrogerez sûrement sur la peine de mort ou la récidive. Pour ce faire, vous aurez sans doute besoin de puiser dans des œuvres du passé. »

6Le père Lacroix juge lui aussi que la culture générale n’est pas faite que de connaissances encyclopédiques. « Il faut avoir une ouverture d’esprit, dit-il, un intérêt pour les autres, une perspective sur le monde, un esprit critique. Il faut simplement être capable, parfois, de discuter d’autre chose que du petit savoir immédiat. » Ce grand humaniste exhorte les étudiants à rechercher l’équilibre. « Je connais des étudiants en médecine qui sont capables, la veille d’un examen important, d’assister à un concert. Ils courent le risque de ne pas obtenir la meilleure note de leur classe afin de procurer à leur esprit une certaine liberté. »

7Benoît Melançon ajoute que la culture générale d’aujourd’hui pose un défi bien particulier, celui de savoir manier les renseignements numériques. « On peut presque tout dénicher sur le Web, mais il est essentiel que les étudiants sachent que tout ce qu’ils y trouvent ne vaut pas la même chose. »

8Lui aussi fait appel au sens critique des étudiants. « À quelles sources peut-on faire confiance ? Comment peut-on valider les renseignements recueillis ? Qui est expert et qui ne l’est pas ? Voilà désormais un aspect capital de la culture générale. Et c’est aux professeurs de l’enseigner. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search