Version classiqueVersion mobile

Le tour du monde des champignons en 60 tableaux

 | 
Jean Després

51. Le Calice de la mort comme arme du crime

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Amanite phalloïde, aussi connue sous les noms populaires d’Oronge verte et de Calice de la mort, cause 90 % des intoxications mortelles par des champignons dans le monde. Diverses canailles sans scrupules, qui la connaissaient, s’en servirent aussi comme arme pour commettre leur crime.

Le cas le plus célèbre remonte au 1er siècle de notre ère. Agrippine, épouse de Claudius, cherchait à imposer son fils Néron, issu de son premier mariage, comme successeur de l’empereur. Ce dernier tenant obstinément à céder le trône à son propre fils, Britannicus, provoqua le courroux de son épouse et la poussa au complot. Celle-ci engagea Locusta, une empoisonneuse professionnelle, qui servit à Claudius l’un de ses plats favoris : des oronges (Amanite des césars)… bien arrosées au jus du Calice de la mort. Il en mourut et Néron fut ainsi porté au pouvoir. Deux témoins contemporains de Claudius, Tacite et Suétone, rapportèrent les détails du meurtre. Plus récemment, l’affaire Girard, qui survint en ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search