Version classiqueVersion mobile

Le tour du monde des champignons en 60 tableaux

 | 
Jean Després

45. Des humains, des mouches et des amanites

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De nombreuses amanites que l’on trouve partout dans le monde, dont l’Amanite tue-mouches grande vedette des bandes dessinées, l’Amanite panthère (Amanita pantherina) et l’Amanite à verrues de gobelin au long nez (Amanita ibotengutake), décrite au Japon, contiennent une substance hallucinogène doublée d’un puissant excitant du cerveau, l’acide iboténique. Cette toxine instable se transforme progressivement en un alcaloïde psychoactif, le muscimol. Ce dernier s’avère de cinq à six fois plus hallucinogène et joue un rôle inhibiteur (contraire à l’acide iboténique) sur les fonctions cérébrales. Le muscimol génère à son tour la muscazone, une toxine secondaire causant somnolence, confusion et nervosité.

En plus des hallucinations qu’ils provoquent chez les humains, l’acide iboténique et le muscimol perturbent, chacun à sa manière, le siège des humeurs et des émotions situé dans les lobes temporaux, y déclenchant des effets contradictoires comme l’euphorie et l’anxiété ou l’agitation et la...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search