Version classiqueVersion mobile

Le tour du monde des champignons en 60 tableaux

 | 
Jean Després

44. Des champignons qui font suer, saliver et même pleurer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Certains champignons renferment une toxine, appelée muscarine, qui stimule la sécrétion des glandes exocrines, productrices de sueur, de salive et des larmes, et la contraction des muscles involontaires, comme ceux des intestins et de la vessie. La muscarine fut découverte dans l’Amanite tue-mouches (Amanita muscaria) en 1869, mais ne s’y trouve en réalité qu’en très faible concentration et n’est responsable d’aucun des symptômes causés par ce champignon, tout de même toxique. Cependant, elle se révèle suffisamment concentrée dans une cinquantaine d’espèces d’inocybes, une vingtaine de clitocybes et l’Entolome gris rosâtre pour occasionner un empoisonnement. Aussi certains bolets et le Mycène pur (Mycena pura) produisent des symptômes semblables qui les rendent suspects. L’Inocybe patouillard (Inocybe erubescens) a fait quelques victimes humaines et l’Inocybe lilacin a causé la mort de trois chiens aux États-Unis. Le Clitocybe sudorifique, semblable au recherché Marasme des oréades ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search