Version classiqueVersion mobile

Le tour du monde des champignons en 60 tableaux

 | 
Jean Després

43. Anges de la mort

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Derrière l’innocente blancheur de cette Amanite vireuse se dissimule un poison mortel et sournois, connu sous le nom d’amatoxine. Ce contraste macabre a valu aux nombreux sosies tout blancs de cette amanite le nom évocateur et générique d’anges de la mort. D’autres amanites, des galérines, comme la Galérine marginée, des conocybes et plusieurs petites lépiotes (Lepiota spp.) contiennent des concentrations potentiellement mortelles de cette toxine. L’espèce la plus redoutée, l’Amanite phalloïde (Amanita phalloides) ou Calice de la mort, fait des victimes surtout en Europe, en raison de sa ressemblance avec des espèces comestibles. Elle se trouve localement en Amérique du Nord (états de Californie et de New York), mais sa présence n’a jamais été confirmée au Québec.

Le poison de ces champignons pénètre dans le noyau des cellules, à l’intérieur duquel il bloque systématiquement toute activité métabolique par inhibition de l’ARN polymérase II. Les cellules affectées cessent de synthétise...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search