Version classiqueVersion mobile

Le roman vietnamien francophone

 | 
Ching Selao

Conclusion

Texte intégral

Naître au monde est d’une épuisante splendeur. Et pour qui veut garder témoignage de cette naissance, il est un temps d’ouverture chaotique, de pressentiment anarchique de l’histoire, de mâchage furieux des mots, de saisie vertigineuse des clartés qui, cependant qu’on naît à soi, vous balancent au bel avant du monde.
Édouard Glissant, Soleil de la conscience

  • 1 Linda Lê, Calomnies, op. cit., p. 173 ; en italique dans le texte.

1Devenu « l’homme de nulle part », l’écrivain vietnamien d’expression occidentale de Pham Van Ky préfigurait en quelque sorte les personnages des confins de Linda Lê et annonçait une esthétique de l’« entre-deux » qui connaît, depuis plusieurs années, une popularité accrue dans les réflexions sur l’Autre. Dans Calomnies, comme en écho à Frères de sang, Lê fait dire au personnage de l’oncle fou : « Nous sommes de Nulle Part, elle [la nièce narratrice] et moi. Il faudrait qu’elle se mette ça dans la tête. Qu’elle cesse de croire qu’un jour elle trouvera une famille, une patrie. […] Nous sommes, elle et moi, des âmes errantes1. » Remarquons que « Nulle Part » est ici orthographié avec des majuscules, comme si l’oncle fou et sa nièce venaient de ce pays utopique nommé Nulle Part. Se situer, en littérature, Nulle Part, dans une sorte de no man’s land est certes inspirant, mais la réalité nous ramène sans cesse à la difficulté de créer des « tiers espaces ». Si réfléchir et écrire sur les rapports entre l’Orient et l’Occident à partir d’un lieu marginal témoigne d’une ouverture à l’Autre et d’une tentative de faire tomber les barrières contraignantes, il est en revanche impossible de nier le rappel constant des frontières géographiques, linguistiques, culturelles et imaginaires. Car bien que l’Orient et l’Occident en tant qu’entités homogènes d’une seule culture et d’une seule identité n’existent pas, l’emploi de ces termes dans l’actualité ou tout simplement dans le quotidien n’a pas pour autant cessé, il s’est même accru depuis le 11 septembre 2001. De même, l’orientalisme fait depuis un retour en force et l’occidentalisme n’a eu que trop d’écho dans plusieurs pays du monde, d’où l’importance d’analyser et de critiquer ces discours.

  • 2 François Paré, Les littératures de l’exiguïté, op. cit., p. 215.
  • 3 Ibid., p. 17 et 202.

2Ces questionnements sont particulièrement à l’œuvre dans l’« entre-deux », mais il se peut que les discours transgressant les lois dichotomiques servent malgré tout le pouvoir qu’ils dénoncent. La notion d’« in-between » doit sûrement être examinée à son tour, afin que l’hybridité ne soit pas nivelée, absorbée par les discours ambiants ou qu’elle ne devienne pas elle-même le discours dominant. Entre l’orientalisme et l’occidentalisme, l’hybridité est sans doute l’espace interstitiel permettant au mieux de déplacer ou de déjouer les représentations discursives stéréotypées, mais l’« entre-deux » n’est fécond que lorsque sa certitude est l’incertitude, lorsqu’il se situe « aux abords de la disparition et du silence2 », pour reprendre les mots de François Paré. Paré nous invite à embrasser la « sacralisation de la marge » et il affirme qu’« il faut avoir le goût et le courage d’imaginer que le discours du savoir sur la littérature soit autre3 ». Mais toute sacralisation ne porte-t-elle pas en elle la menace de la certitude, du contraire de la pensée de la vulnérabilité que privilégie par ailleurs le critique ?

  • 4 Édouard Glissant, Une nouvelle région du monde. Esthétique 1, Paris, Gallimard, 2006, p. 169.

3La place grandissante qu’occupent les littératures francophones dans les universités nord-américaines ne saurait être qualifiée de fragile comme il y a vingt ou vingt-cinq ans. Et que l’on soit pour ou contre la Franco phonie, dans son « effort à la fois trouble et généreux4 » de ralliement, il serait injuste de dire qu’elle n’a pas contribué à la reconnaissance de ces littératures. L’attention croissante portée à la littérature vietnamienne francophone résulte, dans une certaine mesure, de ce processus continu de légitimation. Bien qu’encore largement méconnue, la production vietnamienne suscite cependant un intérêt marqué, spécialement les œuvres d’écrivaines comme Linda Lê et Kim Lefèvre. On peut à cet égard s’attendre à ce que les livres de « jeunes » auteurs comme Anna Moï et Kim Doan viennent pareillement alimenter les travaux sur la littérature vietnamienne de langue française.

  • 5 Daniel Castillo Durante, Les dépouilles de l’altérité, op. cit., p. 168.

4Certes, l’intérêt pour le corpus vietnamien coïncide également avec le regain d’intérêt pour les auteurs français – coloniaux ou non – ayant écrit sur l’Indochine. Après « l’Orient créé par l’Occident » d’Edward Said et « l’Invention de l’Afrique » de Valentin-Yves Mudimbe, des chercheurs comme Panivong Norindr et Marie-Paule Ha ont voulu étendre la recherche à l’Indochine fantasmée et à la création textuelle de l’Extrême-Orient. Or, malgré la pertinence de ces travaux consacrés à des auteurs comme Duras, Malraux, Barthes ou Segalen, ils négligent peut-être deux aspects importants : d’une part, la possibilité que l’Indochine soit fantasmée par les « indigènes » eux-mêmes et, d’autre part, que l’invention de l’Autre ne se fasse pas à sens unique. Ce second aspect est particulièrement intéressant, car l’Autre du Vietnamien colonisé n’est évidemment pas vietnamien mais français, et ce dernier peut également être fantasmé à partir de stéréotypes réducteurs. La tendance de la critique à presque systématiquement attribuer une idéologie anticoloniale aux romans écrits par des Vietnamiens ou à ne considérer que l’invention de l’Orient ou de l’Indochine par les Occidentaux ne rend pas toujours compte de la complexité des échanges dans la formation discursive de l’Autre, cet Autre dont le sens fuit en même temps qu’il s’arrête. Comme le souligne Daniel Castillo Durante : « L’autre, par définition, est ce qui nous échappe en dépit des mécanismes que nos peurs mettent en place pour le fixer5. »

  • 6 Roland Barthes, L’empire des signes, op. cit., p. 140.
  • 7 Ibid., p. 14.

5Tenter de saisir ou, du moins, de représenter l’Autre est une expérience riche en significations qui s’entoure d’un mystère que l’auteur ne réussit pas toujours à percer. Barthes avait à juste titre relevé l’opacité de l’« empire des signes » dans son commentaire d’une photographie d’enfants asiatiques au-dessus de laquelle il avait ajouté, à la main : « Par-dessous la paupière de porcelaine, une large goutte noire : la Nuit de l’Encrier, dont parle Mallarmé6 ». Le présent livre n’a pas eu la prétention d’être la « lumière » éclairant la « Nuit de l’Encrier » que symbolise l’Extrême-Orient, et plus précisément le Vietnam, simplement de montrer, selon l’expression de Barthes, les « éclairs multiples7 » qui ont inspiré les écrivains vietnamiens francophones quant aux échanges, aux frictions et aux conflits entre l’Orient et l’Occident.

  • 8 John M. Steadman, The Myth of Asia, New York, Simon and Schuster, 1969, p. 15 et 40.

6L’examen, voire la critique, des représentations antagoniques supposent forcément, peut-être paradoxalement, leur mise en discours, de sorte qu’il était impossible de ne pas revenir sur ces oppositions. Sans nier les différences entre la culture française et la culture vietnamienne, il m’a paru important de mettre en évidence la transition que représente le fait que le discours orientaliste transforme des caractéristiques d’ordre culturel en des différences d’ordre essentiel. Comme le mentionnait John Steadman quelques années avant Said, la création du « mythe de l’Asie » a plus à voir avec une visée idéologique de l’Occident qu’avec une pensée rationnelle occidentale8. À l’instar de l’orientalisme, la conception occidentaliste est davantage liée à un courant idéologique qu’à une philosophie orientale de la vie. Se présentant comme un « contre-discours », l’occidentalisme ne fait en somme qu’user de la même stratégie que l’orientalisme pour inventer l’Occident. Les critiques formulées à l’endroit de l’orientalisme de Said ont été nombreuses, alors que celles concernant l’occidentalisme d’Ian Buruma et d’Avishai Margalit se font encore attendre, compte tenu de la publication relativement récente d’Occidentalism. Si leur analyse était la bienvenue étant donné la montée d’un discours de haine contre l’Occident, elle n’en épouse pas moins la vision essentialiste de Said, témoignant ainsi d’une réduction d’autant plus étonnante que leur essai a été publié plus de vingt-cinq ans après L’orientalisme.

  • 9 Pascal Bruckner, La tyrannie de la pénitence, op. cit., p. 247.
  • 10 Ibid., p. 249.

7À la différence du livre de Buruma et de Margalit, la mise en discours de l’Orient et de l’Occident et la reprise des représentations antagoniques dans le présent ouvrage n’ont pas eu pour but de perpétuer les visions monolithiques, encore moins d’établir la « supériorité morale » de l’Occident, qui demeure, aux dires de Pascal Bruckner, « ce principe subversif qui met en crise les traditions et l’arbitraire, promeut la liberté, interdit à chaque nation de se replier sur elle-même […]9 ». Le triste constat que fait l’essayiste et romancier français l’amène à souhaiter que l’Europe, « boussole morale de la planète » qui « a désappris l’ivresse de la conquête », redevienne ce qu’elle était en « retrouv[ant] ses capacités civilisationnelles, non pour renouer avec le goût du sang et des carnages, mais pour des avancées d’abord spirituelles10 ». À ce souhait, on peut préférer ces propos du même auteur qui, dans Le sanglot de l’homme blanc, posait l’opposition Orient/Occident tout en soulignant sa richesse sémantique :

  • 11 Pascal Bruckner, Le sanglot de l’homme blanc, op. cit., p. 276.

S’il est devenu absurde aujourd’hui d’opposer un Orient spiritualiste à un Occident matérialiste, […] l’alternance Orient/Occident reste pertinente non en ce que les deux termes s’emboîteraient comme les deux moitiés complémentaires d’un œuf, mais parce que chacun est le trop de l’autre et qu’ils se fuient comme les deux pôles d’un aimant. Qu’importe finalement le contenu qu’on place en eux : c’est l’antagonisme qui est riche de sens, le tic-tac sémantique qui permet de faire jouer un déclic, d’engendrer des échappées heureuses11.

8Ce sont ces échappées, heureuses ou malheureuses, qu’a voulu dégager ce livre, en tentant de mettre en lumière les nombreuses significations émergeant des représentations que sont l’Orient et l’Occident. Mais plutôt que de penser que ceux-ci se fuient comme les deux pôles d’un aimant, il est à espérer qu’en dépit de leurs différences ou peut-être grâce à elles, ils se rejoindront un jour, vraiment, et autrement que par la littérature, afin de créer des dissonances savoureuses et des contradictions fécondes. Car si « naître au monde est d’une épuisante splendeur » et si cela implique une « ouverture chaotique », comme l’écrit magnifiquement Glissant dans l’extrait mis en exergue à ma conclusion, la naissance au contact de l’Autre est certainement l’occasion d’une « saisie vertigineuse de clartés » jetant un nouvel éclairage sur l’interprétation du monde et de l’univers romanesque.

Notes

1 Linda Lê, Calomnies, op. cit., p. 173 ; en italique dans le texte.

2 François Paré, Les littératures de l’exiguïté, op. cit., p. 215.

3 Ibid., p. 17 et 202.

4 Édouard Glissant, Une nouvelle région du monde. Esthétique 1, Paris, Gallimard, 2006, p. 169.

5 Daniel Castillo Durante, Les dépouilles de l’altérité, op. cit., p. 168.

6 Roland Barthes, L’empire des signes, op. cit., p. 140.

7 Ibid., p. 14.

8 John M. Steadman, The Myth of Asia, New York, Simon and Schuster, 1969, p. 15 et 40.

9 Pascal Bruckner, La tyrannie de la pénitence, op. cit., p. 247.

10 Ibid., p. 249.

11 Pascal Bruckner, Le sanglot de l’homme blanc, op. cit., p. 276.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search