Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1902

Texte intégral

482. À Armand Bloch

1Paris, 21 mars 1902

  • 1 Sur ce buste, voir t. VIII, lettre 423. Nous n’avons retrouvé aucune lettre d’Armand Bloch à Zola.
  • 2 Il s’agit du dentiste de Zola. Fils d’un pharmacien, Victor Galippe (1848-1922) obtint lui-même le (...)

2Mon buste n’est plus entre mes mains1. Le docteur Galippe2, qui l’admirait beaucoup, me pressait de le lui céder. Je lui avais de très grandes obligations, et j’ai dû lui en faire cadeau. Il a une très intéressante collection de bois sculptés, le buste se trouve là en belle place. Je pense d’ailleurs qu’il vous le prêtera aisément, si vous le lui demandez.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 19-20 octobre 2004.

483. À L’Aurore

3Paris, 22 mars 1902

4À partir du numéro qui paraîtra mardi matin, 25 mars, je vous prie de m’adresser à Médan, par Villennes, Seine et Oise, L’Aurore, que vous avez l’obligeance de me servir.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 24 juin 1991.

484*. À Émilien Liotard

5Médan, 29 mars 1902

  • 3 Le destinataire de cette lettre, Émilien Liotard, était le fils de Joseph Liotard, l’ancien codire (...)
  • 4 Émilien Liotard était, en mars 1902, pensionnaire d’une maison de retraite à Saint-Barthélemy, dan (...)

6Cher monsieur3, votre fils m’a écrit en effet, et je lui ai répondu ce que malheureusement je suis forcé de vous répondre à vous-même4. Des réclamations pareilles à la vôtre, toutes aussi motivées et attendrissantes, me sont parvenues de ce passé lointain, datant de plus d’un demi-siècle. Et je n’ai pu les accueillir au titre légal de créances, dans l’obscurité de la catastrophe si lointaine qui a emporté les miens et leur fortune. J’entends bien que vous vous adressez surtout à mon cœur. Il vous répondrait, si la richesse qu’on me prête n’était pas une légende et si les années qui viennent de s’écouler n’avaient pas été désastreuses pour moi.

7Veuillez croire à mon regret, cher monsieur, et agréer l’assurance de mes souvenirs les plus cordiaux et les plus dévoués.

L.a.s. (facs.), Le Monde nouveau, août 1920.

485. À Louis Dauvé

8Médan, 2 juillet 1902

9[Zola l’approuve d’ouvrir à Bruxelles une maison d’instruction et d’éducation pour jeunes filles.]

  • 5 Sur Louis Dauvé, l’ancien instituteur qui avait été un des principaux informateurs de Zola pour le (...)

10Vous rendrez les plus grands services, car vous êtes, votre femme et vous, supérieurement outillés pour faire de la bonne et grande besogne. Le programme que vous me communiquez est excellent, il est à la fois logique et complet, et je suis surtout frappé de la place large et nécessaire que vous donnez à la partie éducative5.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 1-2 avril 2004.

486*. À L’Aurore

11Médan, 27 septembre 1902

12Monsieur,

13À partir du numéro qui paraîtra lundi matin, 29 sept., je vous prie de m’adresser à Paris, rue de Bruxelles, 21 bis, L’Aurore, que vous avez l’obligeance de me servir.

14Recevez, monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., coll. William Viguié.

487*. À Henri Dutar

  • 6 Ces lignes sont rédigées sur une carte de visite portant l’adresse de Médan. L’enveloppe porte l’a (...)

15Médan [avant le 28 septembre 19026]

16Merci, mon cher Dutar, de votre aimable souvenir. J’ai reçu vos deux boîtes de cachou. Il est fort bon, et je vois que vous tenez vos promesses.

17Bien affectueusement à votre femme et à vous de notre part à tous deux.

L.a.s., coll. William Viguié.

Notes

1 Sur ce buste, voir t. VIII, lettre 423. Nous n’avons retrouvé aucune lettre d’Armand Bloch à Zola.

2 Il s’agit du dentiste de Zola. Fils d’un pharmacien, Victor Galippe (1848-1922) obtint lui-même le diplôme de pharmacien en 1873 et fut reçu docteur en médecine deux ans plus tard. Attiré par les recherches de laboratoire, il se tourna, pour gagner sa vie, vers la stomatologie, mais consacra une grande partie de son activité à la toxico­logie, à la biologie et à l’hygiène de l’alimentation. Il publia, entre autres, trois volumes de Recherches et notes originales (1889-1893), Le Pain aliment minéralisateur (avec Georges Barré, 1895), L’Hérédité des stigmates de dégénérescence et les familles souveraines (1905).

3 Le destinataire de cette lettre, Émilien Liotard, était le fils de Joseph Liotard, l’ancien codirecteur, avec son beau-frère Joseph Isoard, de la pension Notre-Dame, 18, cours de l’Hôpital à Aix (l’actuelle avenue Pasteur). Zola y avait été pensionnaire, avant d’entrer, en 1852, au collège Bourbon, et Émilien Liotard lui avait donné des leçons particulières.
Licencié en droit de la Faculté d’Aix, Émilien Liotard (né en 1829) entreprit en 1855 une carrière dans la magistrature. D’abord substitut à Castellane, puis à Sisteron (1857), il fut nommé juge d’instruction à Castellane en 1863. En 1865, il devint juge à Tarascon. En janvier 1871, souhaitant être nommé à Toulon et ayant appris que Zola était « entr[é] un petit peu dans le Gouvernement », il lui demanda d’intervenir en sa faveur : il avait peur alors de passer pour un « partisan de l’Empire » (arch. familiales). Il n’obtint pas le changement souhaité et demeura à Tarascon jusqu’en 1875. Après cette date, on ne trouve plus son nom dans l’Almanach national.

4 Émilien Liotard était, en mars 1902, pensionnaire d’une maison de retraite à Saint-Barthélemy, dans la banlieue de Marseille. Son fils aîné, Gustave Liotard, alors lieutenant au 10e régiment de chasseurs, avait écrit au romancier le 1er mars, après avoir découvert parmi les papiers de son père deux actions, de 500 francs chacune, de la Société du canal Zola. Il joignait à son envoi une copie d’une lettre d’Émilien Liotard, où ce dernier lui expliquait que la mère de Zola, n’ayant pu régler, un demi-siècle plus tôt, un « arriéré assez considérable », avait remis à Joseph Liotard, à titre de gages, quatre actions de la Société du canal, ainsi que la « couchette en bois de noyer » qui servait au jeune Émile pendant qu’il était pensionnaire. « La décision que vous prendrez, écrivait le lieutenant Liotard, et que vous inspirera la lettre ci-jointe, sera la nôtre. Nous nous inclinerons devant elle, car ce n’est pas cinquante et quelques années après les faits que l’on doit réveiller un passé. Et si, néanmoins, je me suis permis de le réveiller, c’est, je l’avoue sans fausse honte, la situation même de mon père qui a dicté ma lettre. » Puis, le 17 mars, après avoir reçu la réponse de Zola (lettre non retrouvée), il avait adressé au romancier ces lignes : « Il s’agissait, en l’occurrence, d’une dette de pension et d’éducation. Deux ans au moins durant, vous avez mangé notre pain, et l’instruction qui vous fut donnée au pensionnat Notre-Dame, au collège Bourbon ensuite, vous la devez à mon grand-père. […] Je termine, mon père se déclarant honoré quand même d’avoir eu pour élève le maître d’aujourd’hui. »
Le 27 mars, Émilien Liotard avait écrit lui-même à Zola, et c’est à sa lettre que le romancier répond ici. « Ce n’est pas sans un sentiment vif et profond, disait-il, que j’ai vu se développer en vous ce caractère de franchise et de loyauté qui est votre partage et que votre père surtout vous a transmis. » Et il poursuivait, au sujet des actions de la Société du canal Zola : « Ces titres […], il ne faut pas le perdre de vue, représentent non pas un achat de titres dus à la spéculation, mais le gage d’une dette que je considère comme dette de cœur déterminée par votre présence pendant deux ans dans notre établissement […]. Connaissant votre loyauté et votre vieille affection pour moi et pour les miens, j’ai la ferme conviction que vous n’hésiterez pas à liquider cette créance comme un homme de cœur doit le faire » (arch. familiales).
Sur la pension Notre-Dame, on consultera Lioult, 1991. Selon Paul Alexis (1882, p. 18), Zola y entra dès 1847, et Émilien Liotard, dans sa lettre précitée à Gustave Liotard, avoue que sa « mémoire affaiblie par l’âge et surtout par la maladie » ne lui permet pas d’indiquer des dates précises : « Il y a passé quelques années, 3 au moins, et n’en est sorti que pour entrer au collège Bourbon d’Aix, pour lequel il avait obtenu une bourse à la suite d’actives démarches faites dans ce but, et en particulier par mes vénérés parents. »

5 Sur Louis Dauvé, l’ancien instituteur qui avait été un des principaux informateurs de Zola pour le dossier de Vérité, et sa correspondance antérieure avec le romancier, voir t. X, lettre 288, n. 1-3. Zola répond ici à la lettre que Dauvé lui avait envoyée le 29 juin, de Bruxelles : « Je suis toujours professeur dans un des Instituts bruxellois. Là, je me suis fait quelques relations parmi les familles, si bien qu’aujourd’hui je forme le projet très grand de fonder une Maison française d’éducation pour jeunes filles, afin d’employer l’initiative que ma femme n’a point perdue à travers tous nos soucis. Nous aurions dans notre établissement surtout des Allemandes, des Anglaises, des Hollandaises qui viennent en masse ici, parce que c’est plus près de leur pays que Paris, chercher un vernis d’éducation française. Toutes les maisons qui les reçoivent sont belges : c’est pourquoi nous croyons que notre rêve peut être réalisé. » Et il ajoutait : « Je vous serais reconnaissant en outre de bien vouloir m’envoyer une lettre de circonstance que je montrerais à ceux que je sens être vos admirateurs ici – et ils sont nombreux, je vous le jure. Vous vous rendez compte […] de ce que sera notre maison, après avoir parcouru l’épreuve de nos programmes que je vous expédie par ce même courrier. Je me permets d’appeler spécialement votre attention sur la partie éducative » (BNF, MSS, n.a.f. 24517, fos 292-293). Nous ne possédons pas l’épreuve à laquelle Dauvé fait allusion.

6 Ces lignes sont rédigées sur une carte de visite portant l’adresse de Médan. L’enveloppe porte l’adresse où les Dutar s’installèrent en 1902 : 1, avenue Bugeaud, Paris. Le cachet postal est illisible.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search