Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1901

Texte intégral

473*. À Louis Montchal

  • 1 Date du cachet postal.

1[Paris, 10 janvier 19011]

  • 2 La lettre à laquelle Zola répond n’a pas été retrouvée.

2Mille remerciements de vos bons souhaits, mon cher confrère, et tous les miens en retour. Il ne faut désespérer ni de la vérité ni de la justice. Leur jour viendra2.

3Cordialement.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 183.

473-A*. À Georges Gilles de La Tourette

4[Paris, après le 29 janvier 1901]

  • 3 Les deux livres en question, Les États neurasthéniques, formes cliniques, diagnostic, traitement e (...)

5Merci, mon cher docteur, pour le très aimable envoi des États neurasthéniques et du Traitement pratique de l’épilepsie, qui m’intéressent infiniment3.

6Bien cordialement à vous.

L.a.s., coll. Jean Bonna.

474*. À Ernest Vaughan

7Paris, 8 mars 1901

  • 4 C’est-à-dire à la lettre à Labori, datée du 7 mars, que Zola avait communiquée à Vaughan le 8 mars (...)

8Mon cher Vaughan, j’ajoute un alinéa à ma lettre4 ; et pour qu’il n’y ait pas de malentendu, envoyez-moi donc une nouvelle épreuve, ce soir, après corrections. Et demain, samedi, je vous la renverrai.

9Amicalement.

  • 5 Le texte de l’alinéa que conserve Alain Pagès est incomplet. On voit que les lignes envoyées à Vau (...)

10Et ce n’est pas tout, cette laide question d’argent s’aggrave à mon égard, d’une façon assez malpropre pour les hommes qui ont rédigé et voté la loi d’amnistie. Pendant mon séjour en Angleterre, un ami avait dû verser la somme de sept mille cinq cent cinquante-cinq francs, en paiement temporaire des amendes et des frais du procès de Versailles. Puisque leur amnistie, selon eux, effaçait tout, il me semblait bien qu’on rendrait cet argent, qui n’était point acquis, puisque j’avais frappé l’arrêt d’une opposition et que le procès devait être jugé à nouveau. Point du tout ! On […]5

L.a.s., coll. Alain Pagès.

475*. À Ernest Vaughan

11Paris, 11 mars 1901

  • 6 La lettre de Ludovic Trarieux, qui apprenait à Zola qu’il était réintégré dans son grade d’officie (...)

12Mon cher Vaughan, je vous prie de publier dans L’Aurore de demain matin la lettre de Trarieux, donnée hier soir par Le Temps, et ma réponse, que vous trouverez dans Le Temps de ce soir6. Donnez les deux lettres sans commentaires, à titre de simples documents : c’est ce qui me sera le plus agréable.

13Merci, et bien cordialement.

L.a.s., coll. Alain Pagès.

476*. À Henri Dutar

14Paris, 19 mars 1901

  • 7 Nous avons publié des extraits de cette lettre dans le t. X (lettre 215). Né à Melun le 8 octobre (...)

15Mon cher Dutar7, j’ai quelque honte à vous écrire, vous devant une lettre depuis près de six semaines. Mais la vôtre, si longue et si intéressante, est tombée chez moi dans le terrible moment où je finissais mon roman, Travail, et vous ne sauriez croire combien ces derniers jours de travail me donnent la fièvre. Puis, je me suis remis à une autre tâche pressée, et voilà seulement deux ou trois jours que je puis respirer un peu. Vous m’excusez, n’est-ce pas ?

16Je savais en gros les détails que vous me donnez sur Alger. Vous entrez dans les petits faits, et c’est fort intéressant. Pendant que vous êtes là-bas, vous faites bien de prendre des notes, cela pourra vous servir, si vous vous décidez à une étude. Mais je crois que c’est surtout l’antisémitisme algérien qu’il serait très important d’étudier ; car on est à Paris dans une grande ignorance sur ce mouvement très spécial et il y aurait pourtant grand intérêt à ce que la vérité exacte et totale nous fût connue. Vous trouveriez sans doute là le sujet d’un travail utile à tous les points de vue.

17Nous espérons vous revoir ici au mois de mai, et ce sera bientôt. Nous allons passer nos vacances de Pâques à Médan, puis nous reviendrons pour L’Ouragan. Les semaines vont se précipiter, et nous serons très heureux de vous embrasser, Jane et vous ; d’autant plus que vous allez nous revenir dans une santé florissante, ravis enfin d’installer votre jeune ménage dans ce grand Paris, qui a du bon, surtout pour la jeunesse, car il est le champ de travail où les braves et les forts font leur vie et bâtissent leur monument.

18Embrassez Jane bien tendrement pour nous deux, comme nous vous embrassons vous-même, avec nos souhaits les plus affectueux.

L.a.s., coll. William Viguié.

477*. À Daniel Busson

19[Paris, vers le 24 avril 1901]

  • 8 Daniel Busson (1873-1930) était un des principaux rédacteurs de L’Art du théâtre, revue mensuelle (...)
  • 9 C’est apparemment le samedi 27 avril 1901, après la répétition générale de L’Ouragan (celle-ci ava (...)

20Prière à M. Daniel Busson8 de bien vouloir me venir voir samedi soir à huit heures et demie9.

L.a.s., Archives et Musée de la littérature, Bruxelles. Oberle, 2005, p. 161.

478*. À Paul Milliet

  • 10 Date du cachet postal.

21Médan [6 juillet 190110]

  • 11 Ouvrage didactique visant à toucher le public des universités populaires de l’époque (→ t. X, lett (...)

22Avec me bien vifs remerciements pour l’aimable envoi de La Dégénérescence bachique, que je vais lire avec le plus grand intérêt11.

23Et cordialement.

L.a.s., coll. des héritiers de Paul Milliet.

479. Destinataire inconnu

24Paris, 15 octobre 1901

25Hélas, Monsieur, je ne suis que le poète qui indique la route, et je n’ai aucun conseil pratique à vous donner, car je n’ai aucune expérience. Dès qu’une de mes œuvres a paru, je passe à une autre, et c’est tout un champ nouveau à défricher. Tout ce que je sais, vous le trouverez dans Travail, je n’ai rien à ajouter. J’ai donné toute ma semence et que le blé pousse si la terre lui est favorable.

Extr., cat. Arts et Autographes, no 25.

480. À Alexandrine Zola

26[Paris] 18 octobre 1901

  • 12 Il s’agit du deuxième volume de l’Histoire de l’affaire Dreyfus de Joseph Reinach. Ce dernier avai (...)
  • 13 Entre autres, l’album regroupant 32 000 signatures qui avait été composé en Espagne, sur l’initiat (...)
  • 14 Le deuxième volume de l’Histoire de l’affaire Dreyfus parut chez Fasquelle à la fin de 1902, après (...)

27Reinach voulait me poser des questions sur la façon dont j’avais été amené à m’occuper de l’affaire Dreyfus. Il en est justement, dans son second volume, au rôle que j’ai joué12. Je lui ai donc donné des notes très exactes, qu’il a prises sous ma dictée, et qu’il emploiera. C’est ce qui explique la longueur de sa visite. Je lui ai aussi montré les adresses et les albums que j’ai reçus13, et je lui ai donné une idée des milliers de lettres qui m’étaient parvenues. En somme, je suis très content de l’avoir ainsi documenté, car il dira la vérité14.

Émile-Zola, 1995, p. 110.

481. À Alexandrine Zola

28Paris, 21 novembre 1901

  • 15 Élina Loiseau, dite Lili, la fille d’Amélie Laborde et l’épouse de Georges Loiseau, habitait alors (...)
  • 16 À la suite de son accouchement, Élina Loiseau souffrait d’une phlébite aux deux jambes.
  • 17 Le 23 novembre, Alexandrine répondit : « L’œdème de Lili dont tu me parles doit avoir été provoqué (...)

29Je suis sorti à trois heures moins un quart, pour aller doucement, à pied, jusqu’à la rue de la Terrasse15. J’ai trouvé Lili attristée, car le médecin sortait de la voir, et il avait constaté que l’œdème avait augmenté, surtout à la jambe gauche, la première prise, la plus gravement16. Pourtant, elle n’a plus du tout de fièvre, et elle est hors de tout danger. Mais l’état dans lequel elle se trouve peut durer très longtemps, le médecin est, paraît-il, tout à fait désarmé, il n’y a qu’à attendre. Elle ne peut absolument pas remuer. C’est le médecin qui doit lui faire faire les premiers mouvements, et il a voulu essayer hier ; mais, au simple toucher, elle souffrait tellement, qu’il n’a pu rien tenter. – La fillette, non plus, ne va pas bien. Elle a eu encore de la diarrhée pendant deux jours. On va analyser le lait de Lili, le médecin croit qu’il est trop fort, trop riche en beurre, pour l’enfant, qui est chétive17.

Émile-Zola, 1995, p. 107-108.

Notes

1 Date du cachet postal.

2 La lettre à laquelle Zola répond n’a pas été retrouvée.

3 Les deux livres en question, Les États neurasthéniques, formes cliniques, diagnostic, traitement et Le Traitement pratique de l’épilepsie, dose suffisante de bromure, signe de la pupille, avaient paru chez J.-B. Baillière et fils, en 1898 (2e éd. 1900) et en 1901 respectivement. Le second ouvrage fut enregistré dans la Bibliographie de la France du 16 février 1901 ; il avait fait l’objet d’un dépôt légal le 29 janvier. Sur Gilles de La Tourette, voir t. VII, lettre 457, n. 2.

4 C’est-à-dire à la lettre à Labori, datée du 7 mars, que Zola avait communiquée à Vaughan le 8 mars même (→ t. X, lettre 210). La lettre à Labori (ibid., lettre 207) fut publiée dans L’Aurore du 10 mars : elle avait trait au délai de prescription pour l’affaire Ernest Judet et celle des experts Belhomme, Varinard et Couard.

5 Le texte de l’alinéa que conserve Alain Pagès est incomplet. On voit que les lignes envoyées à Vaughan constituaient, avec des variantes, l’avant-dernier paragraphe de la lettre publiée dans L’Aurore du 10 mars.

6 La lettre de Ludovic Trarieux, qui apprenait à Zola qu’il était réintégré dans son grade d’officier de la Légion d’honneur, avait effectivement paru dans le numéro du Temps daté du 11 mars (et paru le 10). Nous avons publié dans le t. X de la Correspondance la réponse du romancier (lettre 212).

7 Nous avons publié des extraits de cette lettre dans le t. X (lettre 215). Né à Melun le 8 octobre 1873, Henri Dutar avait épousé Jane Charpentier le 30 juin 1900 : la date du 2 juillet que nous avons donnée dans le t. X est celle de la cérémonie religieuse, d’après Le Figaro du 4 juillet. Selon l’acte de mariage, le jeune avocat était, en juin 1900, commissaire du bureau de bienfaisance du cinquième arrondissement de Paris.

8 Daniel Busson (1873-1930) était un des principaux rédacteurs de L’Art du théâtre, revue mensuelle illustrée fondée en mars 1891 par Charles Schmid. En 1904, il devint secrétaire de rédaction d’un nouvel hebdomadaire, Les Premières. Il vécut par la suite en Belgique, où il épousa en 1922 Louise-Émilie Lemonnier, fille du romancier Camille Lemonnier.

9 C’est apparemment le samedi 27 avril 1901, après la répétition générale de L’Ouragan (celle-ci avait commencé à une heure de l’après-midi), que Zola s’entretint avec Daniel Busson sur son nouveau drame lyrique. Dans son récit de l’interview, qui parut dans le numéro de juillet de L’Art du théâtre (article signé D., p. 121-125), Busson écrivit notamment : « M. Émile Zola s’est étonné d’abord, s’est amusé ensuite de ce que le public de la répétition générale, celui qui se pique de faire l’opinion, n’ait pas voulu comprendre pourquoi Richard ne partait pas avec Jeanine. ‘On pouvait faire bien des pièces où Richard emmènerait Jeanine, a déclaré M. Émile Zola, mais celle-ci a été faite tout exprès pour qu’il ne l’emmène pas. Outre qu’il n’eût pas été moral que Richard s’accommodât de deux femmes sur le même navire, le départ de Jeanine, après le meurtre de Landry, aurait été odieux. L’amour de Richard pour la femme de son frère n’avait été qu’une flambée qui devait s’éteindre aussitôt qu’avait passé l’ouragan. Et puis Jeanine, à cause de sa nature, de son caractère, de son tempérament, était trop enracinée à l’îlot de Goël. Sa fuite aurait dérouté tous ceux qui, jusque-là, l’avaient comprise et, avec elle, Richard et la pièce. Celle-ci y aurait perdu son dénouement : toute beauté et toute humanité, toute grandeur religieuse et toute mélancolie sereine, dénouement qui fait grand honneur à M. Alfred Bruneau.’ »
Le 21 janvier 1902, Busson demanda un nouvel entretien avec Zola pour le numéro de mars de L’Art du théâtre (arch. familiales), cette fois-ci sur la pièce tirée de La Terre (→ t. X, lettre 334), mais la seule interview publiée dans le numéro en question est celle des auteurs de la pièce, Raoul de Saint-Arroman et Charles Hugot.

10 Date du cachet postal.

11 Ouvrage didactique visant à toucher le public des universités populaires de l’époque (→ t. X, lettre 172, n. 6), La Dégénérescence bachique et la névrose religieuse dans l’antiquité venait de paraître comme un numéro spécial de la revue Les Pages libres. L’auteur, Paul Milliet, y présentait une série d’« études médico-psychologiques tirées des chefs-d’œuvre de la Poésie, de l’Histoire et de la Philosophie », expliquant ainsi son but : « Capitalisme, militarisme, cléricalisme, alcoolisme, telles sont quelquesunes des principales maladies honteuses dont notre vieille organisation sociale est en train de mourir. Je m’attacherai, cette fois, à étudier seulement deux de ces fléaux, dont je prouverai l’étroite parenté : l’alcoolisme et le mysticisme, dégénérescences qui se manifestent par des stigmates intellectuels et physiques, aujourd’hui savamment observés » (p. 6). Et il concluait en ces termes : « Ces observations historiques viennent confirmer celles que font tous les jours nos médecins, sur les conséquences fatales de l’intempérance. Il est démontré que l’ivresse mène à la férocité, aux désordres érotiques, à l’hystérie, à l’épilepsie, à l’imbécillité, au mysticisme et à la folie » (p. 259).
Le peintre et écrivain Paul Milliet (1844-1918) travailla dans l’atelier de Charles Gleyre, puis entra, en 1863, à l’École des Beaux-Arts. Après avoir débuté au Salon en 1870, il prit part à la Commune et se réfugia en Italie en 1872, puis s’installa à Genève, où il fit des études de philosophie. Gracié en 1879, il acheva, la même année, ses peintures allégoriques qui ornent le foyer du théâtre de Genève. Par la suite, il réalisa cinq décorations de plafond au foyer du théâtre de Rouen. Il publia, entre autres, Études sur les premières périodes de la céramique grecque (1891), un volume de vers, Esquisses (1904), Problèmes et conjectures : la dynamis et les trois âmes, essai de psychologie néo-aristotélicienne (1908), et, dans onze numéros des Cahiers de la quinzaine de Charles Péguy, Une famille de républicains fouriéristes : les Milliet (1910-1912).

12 Il s’agit du deuxième volume de l’Histoire de l’affaire Dreyfus de Joseph Reinach. Ce dernier avait écrit à Zola le 9 octobre, de Gérardmer (Vosges), et les deux hommes s’étaient sans doute entretenus le 18 octobre même (→ t. X, lettres 301 [n. 3] et 302). Alexandrine Zola se trouvait alors à Salsomaggiore (→ ibid., lettre 300).

13 Entre autres, l’album regroupant 32 000 signatures qui avait été composé en Espagne, sur l’initiative de l’écrivain Vicente Blasco Ibáñez, par le journal de Valence El Pueblo, et celui envoyé à Zola par Rudolph Lothar, le directeur de l’hebdomadaire viennois Die Wage, qui contenait 16 000 signatures (→ t. IX, lettre 98).

14 Le deuxième volume de l’Histoire de l’affaire Dreyfus parut chez Fasquelle à la fin de 1902, après la mort de Zola (avec le millésime de 1903).

15 Élina Loiseau, dite Lili, la fille d’Amélie Laborde et l’épouse de Georges Loiseau, habitait alors 20, rue de la Terrasse, près du parc Monceau. Elle avait accouché, le 4 octobre, d’une fille, Georgette (→ t. X, lettre 299, n. 6).

16 À la suite de son accouchement, Élina Loiseau souffrait d’une phlébite aux deux jambes.

17 Le 23 novembre, Alexandrine répondit : « L’œdème de Lili dont tu me parles doit avoir été provoqué par des mouvements qu’elle a fait faire à sa jambe, c’est ce que m’a raconté Georges dans sa dernière lettre ; je trouve cela une grande imprudence lorsqu’un médecin vous recommande de rester inerte, de vouloir remuer malgré son ordre […]. Peut-être le lait est-il trop riche, c’est possible puisque l’enfant est délicate, mais je crois surtout que la diarrhée provient de ce lait fiévreux pendant longtemps, cela a dû lui donner un peu d’entérite » (arch. familiales).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search