Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1900

Texte intégral

469*. À Louis Montchal

1Paris, 5 janvier 1900

  • 1 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal. On sait que Zola avait été fâché d’apprendre, en octo (...)
  • 2 Sans doute le correspondant du quotidien à Londres, Paul Villars.
  • 3 Sur Andrew Chatto, l’éditeur anglais de Zola depuis 1892, voir t. VIII, lettre 390, n. 2 ; sur les (...)

2Mon cher confrère, je ne puis vous recommander aux personnes que vous me désignez, parce que je ne veux plus avoir de rapports avec M. Vizetelly1 et parce que je ne connais point le correspondant du Figaro2. Mais je vous conseille de vous adresser en mon nom à mes éditeurs anglais, MM. Chatto et Windus, 111 Saint-Martin’s Lanne [sic]3, et je suis convaincu qu’ils se mettront à votre disposition pour tous les renseignements dont vous aurez besoin.

3Bon courage et grand succès, et bien cordialement à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 158.

470. À Gustave Geffroy

4Médan, 3 août 1900

  • 4 Le 27 juillet 1900, Geffroy avait écrit à Zola : « Nous avons, entre quelques hommes de lettres, o (...)

5Mon cher Geffroy, ayez donc l’obligeance de m’inscrire pour cent francs4, et croyez-moi votre bien dévoué et bien affectueux.

6Vous me direz quand et à qui je dois remettre ces cent francs.

Extr. de cat., arch. É. Z.

471*. À Ernest Vaughan

7Paris, 24 novembre 1900

8Mon cher Vaughan,

  • 5 Travail parut en feuilleton dans L’Aurore du 3 décembre 1900 au 11 avril 1901. Il y eut 130 livrai (...)

9Je vous envoie le Livre premier de Travail, cinq chapitres, qui forment le tiers de l’œuvre totale. Nous aurons en tout cent vingt feuilletons environ5.

10Il est entendu que vous ne m’enverrez pas d’épreuves. J’ai indiqué, au crayon bleu, les fins de feuilleton, et je désire qu’on s’y conforme strictement. Je désire aussi qu’on respecte mes alinéas, si longs qu’ils puissent être.

11Enfin, il est bien convenu que le premier feuilleton paraîtra le lundi 3 décembre.

12Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.

472*. À Adrien Bernheim

13Paris, 6 décembre 1900

  • 6 Sur Adrien Bernheim, alors commissaire du gouvernement près les théâtres subventionnés, voir t. X, (...)
  • 7 Loiseau avait épousé, en mars 1900, Élina Laborde, la petite-cousine d’Alexandrine Zola.
  • 8 Le 8 décembre, Bernheim répondit : « Ai-je besoin de vous dire, mon cher Maître, que vous pouvez a (...)

14Cher monsieur Bernheim6, je me permets de vous recommander chaudement M. Georges Loiseau, mon neveu par alliance7, auquel je m’intéresse beaucoup. Il a des renseignements à vous demander, il vous dira ce qu’il désire, et je vous aurai personnellement une très grande reconnaissance, si vous pouvez lui être utile à quelque chose8.

15Merci mille fois, et veuillez me croire, cher monsieur Bernheim, votre bien cordial et bien dévoué.

L.a.s., coll. William Viguié.

Notes

1 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal. On sait que Zola avait été fâché d’apprendre, en octobre 1899, qu’Ernest Vizetelly avait décidé d’abandonner la traduction anglaise de Fécondité : voir t. X, lettre 5, et, pour de plus amples renseignements, Speirs et Portebois, 2002, p. 322-343.

2 Sans doute le correspondant du quotidien à Londres, Paul Villars.

3 Sur Andrew Chatto, l’éditeur anglais de Zola depuis 1892, voir t. VIII, lettre 390, n. 2 ; sur les relations du romancier avec la maison Chatto et Windus, voir Speirs et Portebois, op. cit.

4 Le 27 juillet 1900, Geffroy avait écrit à Zola : « Nous avons, entre quelques hommes de lettres, ouvert une souscription en faveur de la veuve et de la fille de Bonnetain qui se trouvent, comme vous pouvez le penser, dans la situation la plus pénible. Je vous serais reconnaissant – au nom de mon pauvre ami qui m’écrivait de vous ce que je vous ai dit un jour de votre exil de Londres – si vous pouviez vous joindre à nous en cette circonstance » (BNF, MSS, n.a.f. 24519, fo 306). Le 1er août, il avait répondu de la sorte à une lettre non retrouvée du romancier : « Je me hâte de vous faire savoir que les chiffres ont varié entre 50 fr. et 300 fr. et que j’ai donné 100 fr. » (ibid., fo 307).
On se rappelle que l’écrivain Paul Bonnetain (→ t. IV, lettre 291-A, n. 1) avait pris l’initiative, en 1887, du célèbre manifeste des Cinq contre La Terre. Il était mort au Laos le 15 mars 1899 : les autorités avaient tenté de faire passer sa mort pour le dénouement d’une crise de fièvre jaune, mais il y a des raisons de penser qu’il s’agissait d’un suicide. Précisons que Geffroy, qui était depuis octobre 1897 un des principaux rédacteurs du journal L’Aurore, avait rendu visite à Zola, à Norwood, le 19 février 1899, comme l’atteste la lettre que le romancier écrivit à cette date à Jeanne Rozerot (Émile-Zola et Pagès, 2004, p. 294).

5 Travail parut en feuilleton dans L’Aurore du 3 décembre 1900 au 11 avril 1901. Il y eut 130 livraisons. C’est le 16 octobre, semble-t-il, que Zola et Vaughan avaient négocié la publication du roman (→ t. X, lettre 143).

6 Sur Adrien Bernheim, alors commissaire du gouvernement près les théâtres subventionnés, voir t. X, lettre 276, n. 1.

7 Loiseau avait épousé, en mars 1900, Élina Laborde, la petite-cousine d’Alexandrine Zola.

8 Le 8 décembre, Bernheim répondit : « Ai-je besoin de vous dire, mon cher Maître, que vous pouvez absolument compter su moi pour M. Loiseau ? Je lui ai exposé la situation. Elle n’est pas brillante. Dès qu’un trou quelconque se fera, je vous avertirai immédiatement » (arch. familiales).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search