Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1899

Texte intégral

448*. À Jacques Rozerot

1[Upper Norwood] 1er janvier 1899

2Mon bon petit Jacques,

3Tu es bien gentil de me souhaiter une bonne année, et elle sera certainement très bonne pour moi, puisque c’est ton brave petit cœur qui le demande.

4Quand je reviendrai, tu me montreras tous tes joujoux et nous jouerons ensemble. Tu me raconteras aussi ce que tu fais à ton lycée, et je te donnerai de bons conseils pour que tu sois quelquefois premier, ce qui ferait beaucoup de plaisir à maman et à moi.

5Maintenant que les vacances sont finies, il va falloir se remettre sérieusement au travail. Tu n’es pas malheureux, puisque tu as encore tous les jeudis et tous les dimanches pour jouer.

6Quand tu seras très savant, maman sera très fière, moi je serai très heureux, et tu verras comme ce sera beau.

7Ton papa qui t’embrasse de tout son cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 153.

449*. À Jacques Rozerot

8[Upper Norwood] 5 janvier 1899

9Mon cher petit Jacques,

  • 1 Voir l’édition réalisée par Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

10En voilà des joujoux, et je crois que tu as de quoi t’amuser ! Tout ce que tu me racontes de ta Guerre de Cuba et de ta chasse1 me donne envie de rentrer tout de suite pour voir ces merveilles.

11Quand j’arriverai, tu me mettras tout ça sur une table, et tu me montreras aussi tes beaux livres. Si tu as été sage, je t’en donnerai encore de plus beaux.

12Mais, maintenant, il va falloir faire des progrès au lycée et tenir toutes les belles promesses que tu as faites à maman. Ce ne serait pas honnête de t’être fait donner des joujoux et de ne pas bien travailler.

13Tu es un bon petit garçon, et je suis sûr que tu voudras toujours nous faire plaisir.

14Ton papa qui t’embrasse de tout son cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 153-154.

450. À Ernest Vaughan

15[Upper Norwood] 6 janvier 1899

  • 2 La lettre à laquelle Zola répond fut vendue à l’Hôtel Drouot le 9 décembre 1986. Selon le catalogu (...)
  • 3 C’est le 27 octobre 1898, rappelons-le, que la chambre criminelle de la Cour de cassation avait co (...)

16Je crois que nous ne devons commencer la publication du roman que lorsque nous serons débarrassés de l’affaire Dreyfus. […] J’attends donc les événements2. […] Je vous avoue que je garde un fond de méfiance, tant que l’arrêt de la Cour ne sera pas rendu3. Et même après, je crois que la bataille sera loin d’être finie. Jamais on ne vous pardonnera d’avoir voulu la justice et de l’avoir obtenue.

Extr., cat. libr. Jean-Étienne Huret, no 32 (2006).

451*. À Louis Montchal

  • 4 Le cachet postal indique que la lettre de Zola a été mise à la poste à Paris, le 14 janvier 1899. (...)

17[Upper Norwood] jeudi, 12 janvier 18994

  • 5 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal à laquelle Zola répond.

18Merci, mon cher confrère, de vos bons souhaits pour la vérité et la justice, et bon triomphe à vous-même, puisque vous êtes un des vaillants soldats de l’éternelle bataille5.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 191.

452*. À Jacques Rozerot

19[Upper Norwood] 29 janvier 1899

20Mon bon petit Jacques,

  • 6 C’est-à-dire au banquet offert, le 28 janvier, aux meilleurs élèves de chaque lycée. Pour y prendr (...)

21C’est très beau d’avoir été premier en lecture. Je suis, comme maman, très content de toi. Aussi tu as vu qu’on t’a tout de suite récompensé en t’invitant à la Saint-Charlemagne6. Tu me diras si le champagne était bon et si tu t’es bien amusé.

22Maintenant, pour rester toujours sur le tableau d’honneur, il va falloir que tu sois premier de temps à autre. Il faut bien travailler, c’est le seul moyen d’être heureux et de faire beaucoup de plaisir à maman, ainsi qu’à moi.

23Ce serait bien aussi, de bien jouer du piano. Tu ferais, plus tard, danser les petites filles.

24Quand je rentrerai, je te paierai très cher toutes tes places de premier, et en attendant, mon bon petit Jacques, ton papa t’embrasse de tout son cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 154.

453*. À Jacques Rozerot

25[Upper Norwood] 26 février 1899

26Mon bon petit Jacques,

27Je comptais que tu serais sur le tableau d’honneur, et cela m’a fait beaucoup de peine que tu n’y sois pas. Tu vois ce qu’on gagne à être dissipé à l’étude : on n’est pas récompensé, on en a du chagrin et l’on en fait à ses parents.

  • 7 Le 26 février même, Zola écrivit à Jeanne Rozerot : « Quant à Jacques, il est encore bien petit, i (...)

28Mais je suis bien sûr que tu vas réfléchir à cela et que tu seras sur le tableau d’honneur la prochaine fois. Ce serait tout à fait honteux si tu ne soignais pas tes devoirs et si tu n’étais pas très sage7.

  • 8 Comme le rappellent Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès, la sœur de Jacques allait devenir un des a (...)

29Maman est bien gentille de t’avoir donné quand même un volume de la Bibliothèque Rose8. Aussi j’espère que tu l’as remerciée et que tu l’aimes de tout ton cœur.

30Quand je vais être de retour, je vous ferai faire de belles promenades, à toi et à Denise, avec maman.

31Ton papa qui t’aime et qui t’embrasse bien tendrement.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 154-155.

454. À Alexandrine Zola

32[Upper Norwood] jeudi, 9 mars 1899

  • 9 Alexandrine était rentrée à Paris le 27 février 1899.

33Chère femme9, un gros projet me hante depuis trois ou quatre jours et je préfère te le dire tout de suite. D’ailleurs, je ne veux rien faire, si tu n’es pas consentante.

34[Zola explique les risques de prolongation de son séjour en Angleterre.]

  • 10 Jeanne Rozerot et les enfants avaient rejoint Zola en Angleterre le 11 août 1898 ; ils y étaient r (...)
  • 11 Le 11 mars, Alexandrine répondit : « Comment veux-tu que je ne sois pas consentante à ton désir, p (...)

35Comment faire puisque je ne veux pas que tu reviennes ici, où tu es si mal et que d’autre part j’ai si hâte d’embrasser mes pauvres enfants que depuis cinq mois bientôt je n’ai pas embrassés10. Or voici ce que j’ai résolu de faire si tu m’approuves. En premier lieu, je reprends l’idée que tu m’as soumise toi-même, je fais venir ici les enfants pendant les vacances de Pâques11.

Émile-Zola, 1995, p. 109.

455. À Alexandrine Zola

36[Upper Norwood] mardi, 14 mars 1899

  • 12 Voir la lettre précédente. Le 23 mars, Zola écrivit à Jeanne Rozerot : « C’est décidé, faites vos (...)

37Je savais bien à l’avance quelle serait ta réponse au sujet du voyage projeté des enfants. Mais je n’aurais naturellement rien décidé avant d’en avoir causé avec toi12.

Émile-Zola, 1995, p. 110.

456*. À Amédée Prince

38[Upper Norwood] 23 mars 1899

39Monsieur,

40Il est donc convenu entre nous que je vous cède, pour la République Argentine et pour l’Uruguay, la traduction de mon roman, Fécondité, à la condition que vous me remettrez la somme de quinze cents francs, dès que vous aurez en mains les premiers chapitres du roman.

41 Fécondité se compose de six livres, de cinq chapitres chacun, en tout trente chapitres. L’œuvre sera un peu plus longue que Paris. Le premier feuilleton doit paraître ici, dans le journal L’Aurore, le 10 mai prochain. Il y aura environ de cent six à cent vingt feuilletons, de sorte que la publication durera jusqu’à la fin septembre.

42[Le volume paraîtra en octobre chez Charpentier.]

43 Fécondité est une apologie des familles nombreuses. La question de la natalité, de la dépopulation, dont souffre la France, y est traité sous une forme dramatique. Beaucoup de personnages, beaucoup de faits, une action continue, au travers de toutes les classes de la société. C’est en somme un cantique à la vie, au plus de santé, de force et de joie possible.

  • 13 C’est-à-dire dans La Nación de Buenos Aires et peut-être dans un journal uruguayen.

44[Prince ne pourra en commencer la publication en journal13 avant le 15 mai et devra être en retard d’au moins trois jours sur le texte original français dans L’Aurore, et ne paraître en librairie qu’après l’édition française. Sa femme remettra contre paiement le premier livre de Fécondité, Zola faisant parvenir la suite en temps utile au traducteur.]

45Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

Extr. (facs.), cat. libr. Thierry Bodin, no 251 (juin 2004).

457. À Ernest Vaughan

46[Upper Norwood] 2 avril 1899

  • 14 Il s’agit de l’affiche annonçant la publication de Fécondité dans L’Aurore : voir t. IX, lettre 31 (...)

47Le mieux serait de reproduire le groupe central de L’Heureuse Fécondité de Jordaens14. […] Cela ne demanderait pas plus de temps que de retoucher le projet qui m’a été soumis. […] L’affiche a son importance, elle peut être plaisantée et déterminer un certain état d’opinions.

Extr., cat. libr. Jean-Étienne Huret, no 32 (2006).

458*. À Jacques Rozerot

48[Upper Norwood] 27 avril 1899

49Mon bon petit Jacques,

  • 15 Nous ne possédons pas la lettre en question.

50Tu m’écris une bien gentille lettre, où il n’y a pas trop de fautes d’orthographe15.

51Mais cela ne suffit pas. Il faut faire un gros effort, pour être d’abord sur le tableau d’honneur, puis pour tâcher d’être premier en quelque chose ; car, si tu n’es pas premier, tu n’auras pas de prix, et ce sera très laid. Réfléchis sérieusement à cela.

52Il paraît que tu as fait une très belle promenade au Bois, avec Denise et des petites amies. Maman m’a dit que tu t’étais très bien conduit au milieu de toutes ces demoiselles. Te voilà tout à fait un grand garçon.

53Tu peux compter que j’irai bientôt vous rejoindre et que nous ferons une belle fête. Mais pourquoi me demandes-tu si je rentrerai le soir ou le matin ? Tu ne me verras qu’en rentrant du lycée, et nous nous embrasserons bien fort.

54Ton papa qui t’aime de tout son cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 155.

459*. À Jacques Rozerot

55[Upper Norwood] 11 mai 1899

56Mon bon petit Jacques,

57C’est très beau d’être enfin sur le tableau d’honneur. Maintenant, il faut continuer à bien travailler, pour y rester toujours ; car ce serait une vraie honte que de ne plus y être. On dirait que tu recules au lieu d’avancer.

58Ce que je ne comprends pas bien, c’est que la joie d’être sur le tableau d’honneur t’ait fait te mal conduire au point d’avoir un zéro. Il me semble qu’au contraire tu aurais dû tout de suite t’appliquer à être un petit garçon de plus en plus raisonnable et savant.

59Voici les vacances qui approchent. Comme tu vas avoir certainement un prix, nous te récompenserons, maman et moi, en te faisant faire, avec ta sœur, de belles promenades à bicyclette. Nous irons acheter de bons gâteaux à Meulan, et nous serons si beaux, en revenant par le bois de Verneuil, que les oiseaux feront de la musique sur notre passage.

60Ton papa qui t’embrasse de tout son cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 155.

460*. À Jacques Rozerot

61[Upper Norwood] 21 mai 1899

62Mon bon petit Jacques,

  • 16 La lettre de Jacques, datée du 18 mai – quatre jours avant la Saint-Émile – est reproduite dans le (...)

63Merci de ta chère petite lettre où tu me souhaites si gentiment ma fête16. Merci, et un gros baiser.

64Et je suis content des notes de ton lycée, que maman me fait connaître. Pourtant, le Directeur dit que tu pourrais travailler beaucoup mieux et avoir encore de bien meilleures places, si tu le voulais. Il faut le vouloir, car cela ferait un grand plaisir à maman et à moi ; et, comme tu nous aimes bien, tu serais certainement très heureux de nous faire ce plaisir. Songe comme tu serais fier, si tu étais le premier de ta classe !

65Enfin, tu vas songer à tout cela. D’ailleurs, tu sais que je vous ai promis à Denise et à toi, si vous travaillez bien, de vous acheter des bicyclettes et de faire de belles promenades, avec maman et avec vous. Aimez-la bien, soyez bien sages, et à bientôt.

66Ton papa qui t’embrasse de tout son cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 156.

461. À Eugène Fasquelle

67Paris, 9 juin 1899

  • 17 Ce message est rédigé quatre jours après l’arrivée de Zola à Paris, à la suite de son exil en Angl (...)

68Mon cher ami, si cela ne vous dérange pas, vous serez bien aimable de m’attendre demain à la librairie, à trois heures.17

69Affectueusement.

Galerie d’autographes Jean-Emmanuel Raix, no 8362.

462*. À Lucie Dreyfus, David Hadamard et Louise Hadamard

70[Paris, 1er juillet 1899]

  • 18 Ce télégramme porte l’adresse suivante : Hadamard, Villa Godard, Rennes. Lucie Dreyfus (→ t. IX, l (...)

71Très heureux des bonnes nouvelles et de tout cœur avec le prisonnier et avec tous les siens18.

Télégramme, fonds Dreyfus du Musée d’art et d’histoire du judaïsme.

463. À Alexandre Charpentier

72Paris, 6 juillet 1899

73[Zola est infiniment touché de son cadeau.]

  • 19 Le sculpteur Alexandre Charpentier, qui avait réalisé en 1898 la médaille en or commémorant « J’ac (...)

74La bonne pensée qui vous fait me l’offrir, me le rend très précieux. Il n’est, dans l’art, que la sincérité et l’émotion ; et c’est pourquoi votre œuvre est belle. Elle me ravit. Merci aussi pour le bronze de l’étude que vous avez faite de moi, pour ma médaille. C’est aussi un précieux souvenir19.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 7 décembre 1995.

464*. À Louis Montchal

  • 20 Date du cachet postal.

75[Médan, 17 septembre 189920]

  • 21 Zola répond à la lettre que Montchal lui avait adressée le 14 septembre 1899, cinq jours après la (...)

76Merci, mon cher confrère. Notre défaite est une victoire, et l’ignominie de Rennes a fait pour la paix et pour la fraternité du monde plus que cent ans de philosophie et de polémiques21.

77Cordialement.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 189.

465*. À Olav Thomessen

78Paris, 24 octobre 1899

  • 22 Sur le journaliste norvégien Olav Thomessen et la publication de Fécondité dans le quotidien d’Osl (...)
  • 23 C’est l’éditeur suédois Karl Otto Bonnier qui obtint les droits de traduction de Travail : voir t. (...)

79Cher monsieur et confrère, je désire ne pas m’engager trop à l’avance. Mais je traiterai volontiers avec vous pour les trois romans qui suivront Fécondité22, au fur et à mesure que je les écrirai. Dans sept à huit mois, écrivez-moi, et nous nous entendrons pour la cession de Travail, le prochain roman dont je commence à m’occuper23.

80Cordialement.

L.a.s., U.B. Oslo, Brevs. Nr. 560.

466*. À Isaac Pavlovsky

81Paris, 6 novembre 1899

  • 24 C’est-à-dire Fécondité, paru le 12 octobre chez Fasquelle : Zola avait sans doute omis dans la lis (...)

82Mon cher confrère, je fais l’envoi de mes livres sur une liste qui se trouve chez mon éditeur ; et, si, cette fois, j’ai dû omettre certains noms, le vôtre n’a pas été rayé par moi volontairement. Il n’y a là qu’un simple oubli ; et, dès que j’irai chez Fasquelle, je vous enverrai le volume24.

83Dans la monstrueuse affaire, tous les braves gens ont été frappés, et il faut croire en l’avenir, espérer que toutes les victimes seront récompensées un jour.

84Cordialement à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 39.

467*. À Laurent Tailhade

85Paris, 25 novembre 1899

  • 25 Voir t. X, lettres 25 et 37.

86Hélas, mon cher Tailhade, je n’ai pas de bonnes nouvelles à vous donner. Je suis allé voir de Rodays, au Figaro25 ; et j’ai trouvé un homme absolument buté, me donnant pour raison qu’il a trop de rédacteurs, que les articles auxquels il tient le plus restent sur le marbre. Que répondre à cela, lorsqu’il ne discutait pas sur votre talent ni sur les services réels que vous rendriez au journal ? J’ai causé ensuite avec Calmette qui nous est acquis. Il est d’avis qu’il faut attendre, que nous n’obtiendrons rien en ce moment. Le pis est que vous ne pouvez pas attendre.

87Et où frapper ? Il y a bien L’Aurore, mais elle est en évolution. Vaughan n’acceptera non plus personne, tant que le sort de son journal ne sera pas fixé. Avez-vous une idée, voyez-vous une porte où nous puissions frapper ? Je vous suis tout acquis, le pis est que je ne sais comment ni pourquoi faire campagne en votre faveur. Venez un matin, et nous en causerons.

88Affectueusement à vous.

L.a.s., coll. Eric Oechslin.

468*. Au Deutsche Verlags-Anstalt

  • 26 La traduction due à Léopold Rosenzweig, Fruchtbarkeit, semble avoir paru en librairie en décembre (...)

89[Paris, décembre 189926]

  • 27 Zola doit répondre à une lettre non retrouvée de ses éditeurs allemands, qui publièrent par la sui (...)

90Avec mes remerciements pour l’aimable envoi de l’édition allemande de Fécondité, et avec la prière d’attendre pour la date de publication du prochain roman, Travail27.

L.a.s., anc. coll. Maximilian Krauss.

Notes

1 Voir l’édition réalisée par Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

2 La lettre à laquelle Zola répond fut vendue à l’Hôtel Drouot le 9 décembre 1986. Selon le catalogue de vente, Vaughan y écrivait : « J’ai prié Clemenceau de vous demander si L’Aurore pouvait toujours espérer publier le livre que vous êtes en train d’écrire. » Clemenceau avait rendu visite aux Zola, à Norwood, le 3 janvier 1899. Pour la suite de la correspondance entre Zola et Vaughan, au sujet de Fécondité, voir t. IX, lettre 299 ; sur Vaughan, voir les Notices biographiques du même tome.

3 C’est le 27 octobre 1898, rappelons-le, que la chambre criminelle de la Cour de cassation avait commencé son enquête sur le procès Dreyfus de 1894. Voir, dans le t. IX, la Chronologie de l’affaire Dreyfus.

4 Le cachet postal indique que la lettre de Zola a été mise à la poste à Paris, le 14 janvier 1899. C’est Alexandrine Zola qui a inscrit sur l’enveloppe l’adresse du destinataire.

5 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal à laquelle Zola répond.

6 C’est-à-dire au banquet offert, le 28 janvier, aux meilleurs élèves de chaque lycée. Pour y prendre part, il fallait avoir été au moins une fois premier ou deux fois second durant les quatre premiers mois de l’année scolaire. Le 29 janvier, Zola écrivit à Jeanne Rozerot : « J’ai été bien content d’apprendre que notre bon petit Jacques avait été premier en lecture, puisque cela a comblé son désir, en le mettant parmi ses camarades qui ont été invités, hier, au déjeuner de la Saint-Charlemagne. Cela lui donnera du courage et lui montrera que, pour être satisfait, le mieux encore est de bien travailler. Maintenant qu’il a été une fois premier, il s’appliquera pour l’être de nouveau. Quand l’émulation est née chez un enfant intelligent, il ne cesse plus de travailler » (Émile-Zola et Pagès, 2004, p. 281).

7 Le 26 février même, Zola écrivit à Jeanne Rozerot : « Quant à Jacques, il est encore bien petit, il ne faut pas trop exiger de lui. Je voudrais seulement qu’il devînt un peu plus soigneux » (Émile-Zola et Pagès, 2004, p. 300).

8 Comme le rappellent Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès, la sœur de Jacques allait devenir un des auteurs de la célèbre collection de livres pour enfants publiée par la librairie Hachette.

9 Alexandrine était rentrée à Paris le 27 février 1899.

10 Jeanne Rozerot et les enfants avaient rejoint Zola en Angleterre le 11 août 1898 ; ils y étaient restés jusqu’au 15 octobre.

11 Le 11 mars, Alexandrine répondit : « Comment veux-tu que je ne sois pas consentante à ton désir, puisque c’est moi la première qui t’en ai parlé, comprenant combien tu dois être privé de n’avoir pas près de toi les êtres chers qui seuls doivent occuper ton existence désormais, sans le moindre souci autre ? Et n’y serais-je pas consentante, il me semble qu’à présent, dans nos situations respectives, tu n’aurais qu’à passer outre. Enfin il faudrait que j’aie l’âme bien noire, pour ne pas accéder à ton désir. Et je m’étonne de ta demande, car il me semblait que depuis dix années, je n’ai jamais contredit en quoi que ce soit ce que tu voulais » (Émile-Zola, 1995, p. 109). Voir la lettre suivante.

12 Voir la lettre précédente. Le 23 mars, Zola écrivit à Jeanne Rozerot : « C’est décidé, faites vos malles, et venez me rejoindre. […] Ça va me faire de délicieuses vacances de Pâques, un bon repos dont j’ai grand besoin. / Vous partirez donc mercredi matin, par le train de 9 heures, et vous ne me quitterez que le mardi matin, 11 avril » (Émile-Zola et Pagès, 2004, p. 316). Jeanne et les enfants séjournèrent au Crystal Palace Royal Hotel de Norwood.

13 C’est-à-dire dans La Nación de Buenos Aires et peut-être dans un journal uruguayen.

14 Il s’agit de l’affiche annonçant la publication de Fécondité dans L’Aurore : voir t. IX, lettre 315, où Zola attribue L’Heureuse Fécondité à un artiste du dix-huitième siècle, comme il l’avait fait dans une note rédigée à la fin de février 1899 (ibid., n. 3). Le romancier répond ici à la lettre que Vaughan lui avait envoyée le 28 mars (→ ibid., n. 6).

15 Nous ne possédons pas la lettre en question.

16 La lettre de Jacques, datée du 18 mai – quatre jours avant la Saint-Émile – est reproduite dans le cahier photographique qui accompagne l’article de Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès. On se rappelle qu’il avait alors sept ans.

17 Ce message est rédigé quatre jours après l’arrivée de Zola à Paris, à la suite de son exil en Angleterre. Il avait quitté Londres dans la soirée du 4 juin, accompagné d’Eugène et de Jeanne Fasquelle.

18 Ce télégramme porte l’adresse suivante : Hadamard, Villa Godard, Rennes. Lucie Dreyfus (→ t. IX, lettre 428, n. 1) était arrivée à Rennes le 28 juin, dans la soirée. Elle était accompagnée de ses parents, David et Louise Hadamard. Elle avait loué la maison d’une protestante rennaise, Louise Godard ; située dans la rue de Châtillon, la maison se trouvait tout près de la prison militaire et du lycée de Rennes, où Alfred Dreyfus allait être jugé une seconde fois, à partir du 7 août. Dreyfus avait débarqué à Port-Haliguen, près de Quiberon, dans la nuit du 30 juin au 1er juillet. Arrivé à Rennes à 6 h 20, il avait pu s’entretenir avec sa femme de neuf à dix heures.
Le 1er juillet même, Victor Basch, alors professeur à l’Université de Rennes, écrivit à son épouse : « À 2 heures j’ai été chez Mme Dreyfus. […] Elle a trouvé son mari blanc et extrêmement maigri. Mais elle ne le croit pas organiquement atteint. Il est d’une énergie admirable. Il a eu soin d’éviter tout attendrissement et n’a pas parlé de ses enfants pour ne pas s’abandonner à l’émotion. L’entrevue a eu lieu dans une petite chambre, en présence d’un officier qui a entendu tout ce que les époux se disaient. Le capitaine sait peu de choses. […] Voici quelques-unes de ses questions : Pourquoi le colonel Picquart a-t-il passé 11 mois en prison ? Qu’est-ce que le procès Zola ? Pourquoi Henry a-t-il fait un faux ? » Et Basch ajoutait : « Pendant que j’étais chez Mme Dreyfus, un employé de la police est venu demander si Zola était arrivé. On a ordre de le garder à vue parce que sa vie serait menacée : il a bien fait de ne pas venir » (Basch et Héliard, 2003, p. 84).
Zola écrivit à Dreyfus le 6 juillet (t. IX, lettre 392).

19 Le sculpteur Alexandre Charpentier, qui avait réalisé en 1898 la médaille en or commémorant « J’accuse » (→ t. IX, lettre 100), venait de faire remettre à Zola le bronze en question. Dans la lettre en date du 5 juillet 1899 qui accompagnait son envoi, il écrivait : « Ça, je vous le dois – mais ce que je veux que vous acceptiez c’est un petit bas-relief que j’ai fait il y a 15 ans avec ma femme et un de mes enfants – elle et moi avons pensé ensemble à vous l’offrir pour vous remercier de votre roman Fécondité – quand j’ai fait ce bas-relief j’ai essayé d’imiter la simplicité de ce que je voyais, j’ai eu la joie que ce soient les miens qui m’y servent et je l’ai fait avec tout mon cœur. Vous voyez qu’il est impossible que vous ne l’acceptiez pas » (BNF, MSS, n.a.f. 24517, fo 88). C’est au bas-relief que Zola fait allusion au début de l’extrait de sa lettre que nous publions ici ; la médaille en or fut remise au romancier le 12 janvier 1900, dans les bureaux du journal Le Siècle.

20 Date du cachet postal.

21 Zola répond à la lettre que Montchal lui avait adressée le 14 septembre 1899, cinq jours après la nouvelle condamnation d’Alfred Dreyfus par le conseil de guerre de Rennes. « La Suisse, écrivait Montchal, s’est montrée féroce, et le Journal de Genève a eu tort d’imprimer en caractères longs d’un centimètre que la France est déshonorée. En Allemagne c’est une stupeur triste. Les provocations calculées des généraux et leurs organes font sourire des gens toujours prêts. La légende du suicide Henry continue à étonner. Le cercueil renferme peut-être quelques cailloux ou un cadavre de la Morgue. Personne n’est dupe de la comédie du veuvage, de sa pension et de la souscription. […] Tout le monde a sursauté lorsque j’ai rappelé votre procès imminent. On croyait tout fini, et j’ai dû expliquer que les fauves de la justice n’étaient pas moins tenaces que ceux de l’Armée. Ah ! Cet atroce militarisme ! La Débâcle lui a porté un rude coup, Rennes lui en allonge un autre, mais il reste à pénétrer les masses de l’idée que le soldat n’est qu’un boucher, l’officier un bourreau et que tout Pouvoir est le Grand Assassin » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fos 337-338).

22 Sur le journaliste norvégien Olav Thomessen et la publication de Fécondité dans le quotidien d’Oslo Verdens Gang, voir t. IX, lettres 324 et 329. Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond.

23 C’est l’éditeur suédois Karl Otto Bonnier qui obtint les droits de traduction de Travail : voir t. X, lettres 150 et 159.

24 C’est-à-dire Fécondité, paru le 12 octobre chez Fasquelle : Zola avait sans doute omis dans la liste les antidreyfusards irréductibles. Nous ne possédons pas la lettre de Pavlovsky.

25 Voir t. X, lettres 25 et 37.

26 La traduction due à Léopold Rosenzweig, Fruchtbarkeit, semble avoir paru en librairie en décembre 1899. Aus fremden Zungen, la revue littéraire publiée par la Deutsche Verlags-Anstalt de Stuttgart, en avait terminé la publication en feuilleton le 1er décembre. Voir t. IX, lettre 319.

27 Zola doit répondre à une lettre non retrouvée de ses éditeurs allemands, qui publièrent par la suite Travail (Arbeit) et Vérité (Wahrheit). Voir t. X, lettre 392.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search