Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1898

Texte intégral

431*. À Louis Montchal

  • 1 Date du cachet postal.

1[Paris, 4 janvier 18981]

  • 2 Zola répond à la lettre de remerciements et de vœux que Montchal lui avait envoyée le 23 décembre (...)

2Avec mes remerciements et tous mes bons souhaits2.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 185.

432*. À Paul Viollet

3Paris, 20 janvier 1898

  • 3 Le texte que nous publions ici est identique à celui de la lettre que Zola adressa à la même date (...)

4Monsieur3,

5Je désire citer comme témoins, devant le jury de la Seine, des savants, des paléographes, des historiens, habitués à ces méthodes scientifiques dont M. Duclaux parlait l’autre jour.

6Mon avocat leur posera la simple question suivante : « Pouvez-vous affirmer, en votre âme et conscience, que l’écriture du bordereau n’est pas celle de Dreyfus ? » Il ne sera pas question du commandant Esterhazy.

  • 4 Cette lettre fut vendue avec un brouillon de la réponse de Viollet et un message sans date où Zola (...)

7Je vous prie de me faire savoir si je puis me permettre d’invoquer votre témoignage4.

8Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

L.a.s. (facs.), cat. de vente Hôtel Drouot, 19-20 octobre 2004.

433*. À Édouard Montagne

9Paris, 8 février 1898

10Cher monsieur Montagne,

  • 5 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

11Prenez dans mon œuvre la nouvelle qu’il vous plaira de choisir pour le volume collectif. Je crois que vous trouverez cela dans mes Nouveaux Contes à Ninon5.

12Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 23.

434. À Jean Aicard

13[Médan, 18 avril 1898]

  • 6 Zola répond ici à une lettre non retrouvée d’Aicard. Sa réponse, qui semble dater de l’époque de l (...)
  • 7 Les Zola rentrèrent à Paris le 18 avril même.

14Merci, mon cher Aicard, de votre bonne poignée de main, au milieu des violences qui m’entourent6. Et à bientôt, n’est-ce pas7 ?

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 79 (1997).

435. À Fernand Labori

15Paris, 13 mai 1898

  • 8 C’est-à-dire la première audience du procès en diffamation intenté à Zola par les officiers du con (...)

16[Zola souhaite obtenir des entrées pour l’audience du 23 mai8, pour sa femme et pour les amis]

  • 9 Il s’agit des amis les plus proches de Zola qui avaient joué le rôle de gardes du corps au mois de (...)
  • 10 Samuel Périvier, ancien procureur général à Besançon, ancien président de la Cour d’appel de cette (...)
  • 11 Il s’agit probablement de Marie-Paul-Ange Martinet, né en Algérie en 1857. Ce dernier, ouvrier bon (...)

17[…] qui m’ont assisté pendant le premier procès9. […] On me dit qu’il y aura des cartes, et le mieux serait alors que vous fissiez une demande au président Périvier10. […] J’ai vu ce matin Paul Martinet, l’anarchiste, et il m’a dit des choses que je désire qu’il vous répète11. Je l’ai donc prié d’aller chez vous, mardi, à six heures. Je serai là, avant lui.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 17 décembre 2001.

436. À Fernand Labori

18Paris, 20 mai 1898

19[Zola envoie les quelques lignes demandées.]

  • 12 Il s’agit, selon toute vraisemblance, de l’article que Zola avait songé à donner à L’Aurore pour p (...)

20Vous y verrez tout au moins dans quel sens j’aurais fait l’article12.

  • 13 Nous n’avons pas retrouvé de réponse à cette lettre de Zola.

21[Il demande les deux places promises par le Président et à quelle heure sa femme devra entrer13.]

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, décembre 2001.

437. À Fernand Labori

22[Paris, 21 mai 1898]

23[Deux jours avant l’ouverture du second procès, Zola confirme un rendez-vous au domicile de l’avocat.]

  • 14 Voir la lettre précédente, qui avait dû croiser le message de Labori, daté du 20 mai, auquel Zola (...)

24Je désirais aussi vous voir14.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 17 décembre 2001.

438. À Fernand Labori

25Paris, 23 mai 1898

26Mon cher Labori,

  • 15 On se rappelle que le rédacteur en chef du Petit Journal, Ernest Judet, avait publié, le 23 mai mê (...)
  • 16 Nous ne possédons pas de réponse à cette lettre de Zola. Le 27 mai, L’Aurore annonça que l’affaire (...)

27Je regrette que nous n’ayons pas pris une décision séance tenante relativement au procès à intenter au Petit Journal. Il aurait fallu que L’Aurore de demain matin annonçât en trois lignes ce procès. Puisque cela n’est pas fait15, nous ne pouvons pas attendre plus loin qu’aprèsdemain matin, et je tiens absolument à vous voir demain matin. Veuillez m’attendre à deux heures et demie, c’est très important16.

  • 17 À Versailles, la Cour s’était déclarée compétente, mais lorsque Labori avait riposté que Zola et P (...)

28Je suis dans le ravissement de notre journée d’aujourd’hui et je vous embrasse pour ce que je considère comme votre triomphe17.

Extr., cat. libr. Arts et Autographes (juin 2005).

439*. À Louis Montchal

  • 18 Date du cachet postal.

29[Médan, 3 juillet 189818]

  • 19 Le 1er juillet, Montchal avait écrit à Zola : « Il se peut faire que vous ayez besoin actuellement (...)

30Avec mes compliments et le regret de n’avoir pas besoin de jardinier en ce moment19.

31Bien cordialement.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 187.

440*. À Fernand Labori

  • 20 Cette lettre et la note qui l’accompagnait furent rédigées, le 25 juillet 1898, à l’hôtel Oatlands (...)

32[Weybridge, 25 juillet 189820]

33Mon cher ami,

  • 21 Le 22 juillet, Zola avait écrit à Labori : « Dès que je vais avoir la tête un peu libre, je rédige (...)

34Je vous envoie la note que je vous ai promise21, et je vous prie de vous conformer à mon désir.

  • 22 Desmoulin était retourné à Londres le dimanche 24 juillet, afin d’être de retour à Paris le lundi (...)

35Desmoulin sera ce soir lundi à Paris22. Il ira vous voir, dès qu’il le pourra, et vous donnera longuement de mes nouvelles.

36C’est pourquoi je me contente de vous serrer affectueusement la main, en vous priant de présenter mes hommages à votre femme.

37Ici, d’ailleurs, tout va pour le mieux jusqu’à présent.

  • 23 En fait, c’est le premier mars 1862 que Zola entra en fonction à la librairie Hachette. Voir Becke (...)
  • 24 Félix Boudet (1806-1878) fut d’abord l’élève de son père, le pharmacien Jean-Pierre Boudet. Docteu (...)
  • 25 Selon Paul Alexis, Zola débuta par faire des paquets (1882, p. 55).
  • 26 Zola était déjà chef du bureau de la publicité en décembre 1863 : voir la lettre 5.
  • 27 Fils d’une actrice célèbre, Lucien-Anatole Prévost-Paradol (1829-1870) fit de brillantes études au (...)
  • 28 Sur Edmond About et Hippolyte Taine, voir les Notices biographiques du t. I.
  • 29 Le 31 juillet 1864.
  • 30 Nous ajoutons l’accent que Zola omet partout dans sa note.
  • 31 Sur Louis Bréton, voir t. I, lettre 54, n. 1 ; sur Émile Templier, voir t. I, lettre 70, n. 4. Pou (...)
  • 32 En réalité, en novembre 1864.
  • 33 Voir t. I, lettre 121, n. 5. Pour le rapport du procureur général sur La Confession de Claude, voi (...)
  • 34 Les détails que Zola donne sur cette séparation à l’amiable sont conformes à ceux que rapportait F (...)
  • 35 Hippolyte de Villemessant, le fondateur, en novembre 1865, du quotidien L’Événement (voir les Noti (...)
  • 36 En fait, Alexis ne mentionne pas dans son livre, paru en février 1881, l’incitation au départ que (...)

38Je suis entré à la librairie Hachette le 1er avril 186223 et j’en suis sorti le 31 janvier 1866. C’était M. Boudet, membre de l’Académie de médecine, ami d’un ancien ami de mon père, qui m’avait recommandé à Louis Hachette, le fondateur de la maison24. À ce moment, j’en étais réduit à la pauvreté absolue et j’avais ma mère à ma charge. Jamais je n’ai été chargé de la vente des livres, j’ai d’abord été placé au bureau du matériel, qui ne s’occupait que des fournitures scolaires25, et j’ai été mis un mois plus tard au bureau de la publicité, dont je suis devenu le chef au bout de deux ans environ26. Mes appointements, d’abord de cent francs, ne se sont jamais élevés au-delà de deux cents francs. Le bureau de la publicité était surtout chargé des rapports avec les auteurs, avec les journaux et avec les fermiers d’annonces. C’est là que j’ai connu tous les grands auteurs de la maison, Taine, Prévost-Paradol27, About28, sans compter les dessinateurs, Gustave Doré et d’autres. Un instant aussi je servis de secrétaire à Louis Hachette. Il mourut en juillet 64 je crois29, et la maison ne fut plus dirigé que par ses deux gendres, MM. Bréton30 et Templier31, morts également aujourd’hui. Je dois confesser que je n’étais pas un employé très zélé. Je ne faisais que le nécessaire. J’écrivais déjà beaucoup, et je savais que ces messieurs, vendant des livres, n’aimaient pas qu’un de leurs employés en fît. Ils furent d’ailleurs toujours excellents pour moi et j’ai gardé à leur mémoire la plus grande gratitude. Lorsque en octobre 186432 je publiais chez Lacroix mon premier livre, Les Contes à Ninon, la chose passa encore, bien que M. Bréton me fît comprendre parfois qu’un écrivain ne lui plaisait guère chez lui. Mais, lorsque l’année suivante, en novembre 65, parut mon second livre, La Confession de Claude, il se produisit un incident qui décida de mon départ. M. Bréton me fit appeler un jour et m’apprit qu’on était venu auprès de lui du parquet pour prendre des renseignements sur moi. Un passage du roman était jugé trop vif et il était question de le poursuivre, ce qui d’ailleurs ne fut pas fait33. M. Bréton me dit en riant : « Voilà que vous allez déshonorer la maison maintenant. » Et, très paternellement, il me répéta ce qu’il m’avait donné à entendre plusieurs fois : que je gagnais très peu chez lui, que certainement je n’y resterais pas, n’ayant ni l’aptitude ni le désir d’y faire mon chemin, et que le mieux pour moi serait d’entrer dans quelque journal, afin d’y gagner ma vie avec ma plume. C’était ce que Taine m’avait dit déjà ; mais, lui, voulait faire de moi un professeur. Je sentis qu’il m’était impossible de rester là davantage, et tout de suite la date de mon départ fut réglée. Je répète que nous étions à la fin de novembre. M. Bréton, pour me donner le temps de chercher une situation, me parla d’abord de fin décembre. Je lui fis remarquer que le mois de janvier, étant le mois du terme, serait fort dur pour moi, si je n’avais rien trouvé. Et, d’un commun accord, il fut convenu que je ne quitterais la maison que le 31 janvier 1866, ce que je fis. J’insiste sur ce point, la date de mon départ de la maison Hachette a été fixée deux mois à l’avance, et rien ne l’a avancée d’un jour34. J’avais d’ailleurs eu la chance d’être recueilli par Villemessant35 et le 1er février, le lendemain de ma sortie de la maison Hachette, je débutais à L’Événement, où je gagnais cinq cents francs par mois. Tous ces faits sont racontés, plus ou moins développés, dans le livre biographique que mon vieil ami Paul Alexis a écrit sur moi, il y a plus de dix ans : Émile Zola, notes d’un ami, chez Charpentier36.

  • 37 C’est-à-dire l’accusation portée contre lui par Ernest Judet, dans son article précité, que Zola n (...)
  • 38 Pendant la période où Zola travaillait chez Hachette, la maison publia les ouvrages suivants illus (...)
  • 39 Le naturaliste Alfred Moquin-Tandon, mort le 15 février 1863, avait laissé inachevée une Histoire (...)

39Maintenant, voici mes souvenirs sur le fait spécial qu’on me signale37. Il y avait des fuites chez Hachette, des livres disparaissaient. Je répète que, moi, je n’avais pas à toucher les livres. Mais, généralement, les auteurs qui avaient affaire à moi pour leur publicité, me donnaient chacun un exemplaire de son œuvre, qu’il signait même. J’eus ainsi en cadeau de très beaux volumes, ceux illustrés par Gustave Doré entre autres38, un de Moquin-Tandon39 sur l’histoire naturelle, d’autres dont les titres m’échappent, sans parler des romans et des autres ouvrages en grand nombre. J’avoue que, dans des moments d’extrême besoin, j’avais vendu ces livres, les beaux surtout, ceux qui avaient une valeur. Dans une enquête sur les fuites, on dut le savoir, et j’eus une explication avec M. Bréton. Je lui contai mon cas, je le répétai aux personnes qui instruisirent cette affaire et je ne fus pas inquiété davantage. On parle d’une lettre que j’aurais laissée entre les mains de M. Bréton. Je n’en ai aucun souvenir, mais je ne puis affirmer qu’il n’existe pas une lettre de moi à propos de cette affaire.

40En somme, je ne veux pas qu’on me défende sur une accusation pareille. J’ai intenté un procès en diffamation à un journal, qui avait diffamé la mémoire de mon père. C’est le procès, et je n’admets pas qu’on en sorte. Il y avait là un devoir que je remplis, et plus tard je sais ce que j’aurai à faire pour que mon père reste honoré. Mais moi, je suis là, je vis encore, je ne me juge pas atteint, je ne sortirai pas du dédain et du mépris où je vis depuis des mois, sous les abominables injures dont on cherche à me noyer. Après mon passé, ce sera ma vie intime d’aujourd’hui qu’on souillerait et qu’il me faudrait défendre. Non ! Je n’entrerai pas dans cette voie, mes quarante ans bientôt du plus dur et du plus honnête travail doivent suffire à me défendre. Tout ce que je viens d’écrire est pour mes amis ; mais, publiquement, j’entends que mon défenseur réponde à toutes les accusations uniquement par mon œuvre.

  • 40 C’est dans l’Almanach Hachette de 1894 qu’avait paru pour la première fois la liste des « Chefs-d’ (...)

41J’ajoute en post-scriptum que j’ai gardé les meilleures relations avec la maison Hachette, et que, dans son Almanach, il y a deux ans je crois (c’est facile à vérifier) elle avait mis une de mes œuvres, L’Assommoir, si je ne me trompe, parmi les cent chefs-d’œuvre de tous les temps et de tous [sic] les littératures40.

  • 41 Le 26 juillet, le secrétaire de Labori, Joseph Hild, accusa réception de la « note explicative » d (...)

42Et l’on irait me défendre contre je ne sais quelle accusation, pour un fait obscur, datant de trente-deux ans ! Non, non, le mépris, le silence absolu41 !

L.a.s., BNF, MSS.
Gebet, 2008, p. 70.

441*. À Fernand Labori

43[Weybridge] mardi, 26 juillet 1898

44Mon cher ami,

  • 42 Zola répond à la longue lettre que Labori lui avait envoyée le 24 juillet, après avoir réfléchi su (...)

45Merci de votre bonne lettre et de toutes vos explications42. Je vais tâcher de vous répondre le plus nettement possible.

  • 43 C’est seulement le 25 juillet au soir que Zola avait reçu la lettre que sa femme lui avait adressé (...)
  • 44 Dans sa lettre, Labori précisait : « Votre retour, fût-ce pour aller en prison, sera un triomphe. (...)

46Vous me dites qu’il est indispensable que je me dérobe. Cela me paraît matériellement impossible, à moins de mener une vie d’homme errant, de n’être rejoint par personne, de n’écrire et de ne recevoir aucune lettre. Comment voulez-vous ruser avec un gouvernement sans scrupules qui ouvre toutes les lettres, file et terrorise les femmes43 ? Pour moi, la police française sait déjà où je suis, ou elle le saura demain. Des lettres intimes ont déjà dû être décachetées, qui, si elle ne donnent pas mon adresse exacte, donnent un bout du fil qu’il suffira ensuite de suivre. Il faut donc vous faire à cette idée que très prochainement on saura où je suis et qu’on tâchera de me faire toucher par la signification. Puisque vous croyez qu’elle ne sera pas valable, repartez de là et préparez-vous à faire le nécessaire. Je vous répète qu’il est impossible que moi et les miens nous menions pendant trois mois une vie errante44 et angoissée de pauvres gens traqués comme des malfaiteurs.

  • 45 À la date du 26 juillet, Zola nota dans ses Pages d’exil : « Vizetelly m’a envoyé des journaux qui (...)

47Quant à ma rentrée en France, elle est lointaine encore, et il n’y a pas à la discuter. Vous me connaissez assez pour savoir que j’agirai selon ma conscience, qui est sans peur et sans reproche. Et ne parlez pas de prison, ne croyez pas que la prison m’inquiète : je suis prêt à faire un an de prison très gaiement. Mais ce que je ne veux pas, c’est retomber dans un Paris qui me hue et me menace. On a déshonoré la mémoire de mon père, on cherche à me déshonorer moi-même, et je vois que ce que je craignais arrive : voilà ma vie intime aux mains de ces misérables, je lis dans un journal qu’on me dit caché chez une amie de ma femme et qu’on m’a vu caressant les enfants de cette dame45. Eh bien ! J’ai du dégoût plein la gorge, j’en ai assez, j’en ai assez ! Et je ne rentrerai sûrement que lorsque la situation sera un peu changée, que plus de vérité sera faite, qu’on ne me traitera plus en malfaiteur public, contre lequel tout est permis. Mais encore une fois ce n’est pas l’heure de discuter cela : soyez convaincu que je rentrerai quand il faudra que je rentre, et faites tout pour hâter l’heure possible de mon retour, car il est bien évident que mes intérêts et ma vie sont en France.

  • 46 Il s’agit, bien sûr, d’Alexandrine Zola. Le romancier s’était inscrit à l’hôtel Oatlands Park sous (...)
  • 47 Voir t. IX, lettre 157. Alexandrine rejoignit son mari en Angleterre le 25 octobre.

48Si madame Beauchamp n’a pu partir encore46, aidez-la à me venir rejoindre. Je suis sans linge, sans vêtements. D’ailleurs sa place est ici, près de moi. Il me semble que si quelques-uns de nos amis le veulent bien, ils peuvent l’aider à disparaître47.

  • 48 Le 21 juillet, Labori avait écrit à Zola : « Il me paraît […] indispensable que vous refusiez tout (...)
  • 49 F.W. Wareham, l’homme de loi d’Ernest Vizetelly.

49Je comprends parfaitement toutes les explications de procédure que vous me donnez, et je vous répète que votre plan de campagne doit être fait sur cette certitude qu’on ne peut longtemps ignorer le lieu de ma retraite. On tentera sans doute de me signifier l’arrêt, et je vous promets de ne rien signer, de ne rien recevoir48. Je vais me faire renseigner sur ce que j’aurais à faire, mon solicitor49 va me dire quelle attitude je dois prendre, étant sur la terre anglaise. Je vous tiendrai naturellement au courant, et vous-même agirez à Paris et me direz quelle attitude vous me conseillez ici. Le mieux sera évidemment de considérer la signification comme nulle, et de rentrer à Paris à l’heure jugée favorable, en demandant à être jugé. S’ils m’emprisonnent, nous dirons qu’ils fuient la lumière. S’ils recommencent le procès, notre tactique aura réussi. – Mais encore un coup n’admettez pas que je puisse rester introuvable, car je sens cela matériellement impossible.

  • 50 Cette note est restée dans les archives de Labori (BNF, MSS). En voici le texte : « Je prie mon am (...)
  • 51 Dans sa lettre du 24 juillet, Labori écrivait : « Je suis d’avis qu’il faut éviter la vente de vos (...)
  • 52 C’est la stratégie qui fut employée le 11 octobre 1898, lorsque le mobilier de Zola fut mis en ven (...)

50Quant à la question d’argent, elle est facile à régler. Je vous envoie un mot pour Fasquelle, il vous remettra la somme nécessaire, que vous lui demanderez, pour les amendes et les dommages-intérêts50. Vous ferez donner cette somme par le personnage que vous choisirez, Duclaux ou un autre. En un mot, agissez pour le mieux, et tout ce que vous ferez sera bien fait51. – S’il fallait procéder à la vente, est-ce qu’un ami à moi ne pourrait pas, sur le premier objet mis aux enchères, mettre tout de suite l’enchère de huit mille francs, de façon à arrêter immédiatement les choses52 ?

  • 53 Voir la lettre précédente. Pour écrire à Labori, Zola s’était servi, dans les premiers jours de so (...)

51Je vous ai envoyé hier une note pour l’affaire du Petit Journal chez M. Théaux53. N’était-il pas parti déjà ? Vous l’a-t-il remise ? Jusqu’à nouvel ordre, je vous enverrai tout chez M. Paquin.

52Et c’est tout, mon ami. Je ne puis pas dire que je suis très gai, car je me sens dans une situation en l’air, qui m’exaspère. Mais, comme vous, je me sens bon courage. Nous vaincrons certainement, et je désire que ce soit le plus tôt possible.

53Mes affections à vous tous.

L.a.s., BNF, MSS.
Gebet, 2008, p. 66.

442*. À Fernand Labori

  • 54 Cette lettre fut rédigée à l’hôtel Oatlands Park dans la soirée du 31 juillet : voir, à cette date (...)

54[Weybridge, 31 juillet 189854]

55Mon cher ami,

  • 55 Il s’agit des deux « lettres Combes » (→ lettre 417, n. 2), comme les appelait Labori dans la lett (...)

56Faites le procès pour faux et pour usage de faux, si vous le jugez utile. Je crois comme vous que nous nous trouvons en face de pièces tout au moins falsifiées55. D’ailleurs il faut continuer l’action par tous les moyens possibles.

57Je joins une note à cette lettre.

  • 56 Dans sa lettre, Labori accusait réception de celle de Zola en date du 26 juillet. Et il concluait (...)

58Mes bonnes affections et toute mon admiration pour vos belles batailles56.

  • 57 Pour Jacques Dhur, la signature Combes, avec un s, était la preuve principale de l’inauthenticité (...)
  • 58 Jacques Dhur avait notamment relevé des inexactitudes dans la deuxième des « lettres Combes », où (...)

59J’ai lu avec soin l’article de La Petite République. L’s ajoutée au nom ne me paraît pas une preuve décisive car le paraphe d’une signature peut être pris pour une s : il faudrait voir la lettre authentique ou au moins celle qu’on donne comme telle57. Les autres arguments me frappent beaucoup plus, et il y a là des faits singuliers et contradictoires, qui m’ont bien l’air de dénoncer le faux58. Pourtant, avant de lancer la plainte, vous ferez bien de voir l’auteur de l’article, M. Jacques Dhur, et de vous faire dire tout ce qu’il sait, quelles sont ses sources et ses certitudes. Nous ne devons marcher qu’à coup sûr.

  • 59 Un contador est une sorte d’écritoire à tiroirs multiples. En avril 1880, Fernand Xau, décrivant l (...)

60Je me souviens parfaitement d’avoir reçu, il y a environ un mois à six semaines, une lettre anonyme m’annonçant la publication prochaine des lettres du colonel Combes (je crois bien que l’s y était). La lettre affectait d’être d’un ami qui me disait de me méfier. Il serait très intéressant de la retrouver, si nous faisons le procès. Dites à ma femme de la chercher à Paris, dans les tiroirs de ma table à écrire, dans le petit cabinet garni d’argent qui est sur cette table, à ma gauche, et surtout dans le grand tiroir de gauche du corps de buffet sur lequel est posé le contador59. C’est une petite lettre sur papier ordinaire, sans apparence.

  • 60 Ce document fut remis par Labori au juge d’instruction Georges Flory (→ t. IX, lettre 177, n. 4), (...)

61Mon correspondant anonyme me disait qu’on avait fait venir les lettres du colonel Combes d’Algérie (?). Il semblait les connaître, et les disait très véhémentes60.

62Plus je réfléchis, et plus je suis convaincu que les lettres, telles qu’on nous les donne, sont des faux. Un colonel n’écrit pas ainsi. S’il existe des lettres réelles, on les a amplifiées, rendues abominables. Depuis ces attaques atroces contre la mémoire de mon père, j’ai la conviction qu’il y a, au fond de tout cela, quelque chose, une histoire, une vétille, quelque erreur sans doute. Et c’est là-dessus, sur un dossier trouvé au ministère de la guerre, que les défenseurs de l’État-Major ont tout bâti. Les mensonges, les faux sont partis de là. D’ailleurs, on retrouve les mêmes procédés, l’emploi des mêmes armes, contre le colonel Picquart et contre tous les défenseurs de la vérité. Cela est signé. Il faut faire le procès, car le faux n’est pas douteux ; les lettres, même si elles existent, ont été dramatisées et aggravées.

L.a.s., BNF, MSS.
Gebet, 2008, p. 68-69.

443. À Fernand Labori

63[Oatlands Chase, Weybridge] lundi soir [1er août 1898]

64[Zola est d’avis de citer Jacques Dhur]

  • 61 Ces lignes ont trait, selon toute vraisemblance, au procès dont il est question dans la lettre pré (...)

65[…] et tous ceux que vous jugerez utiles à la cause. Vous avez carte blanche. Tout ce que vous ferez sera bien fait61.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 17 décembre 2001.

444. À Fernand Labori

  • 62 En réalité, cette lettre fut rédigée le 31 juillet, à l’hôtel Oatlands Park. Il s’agit de la « let (...)

66Paris, 2 août 189862

67[Zola transmet]

  • 63 Quant au texte de la plainte elle-même, voici le modèle que Labori avait proposé le 29 juillet : « (...)

68[…] une plainte pour faux contre l’auteur des prétendues lettres du colonel Combe et pour usage de faux contre M. Judet [qu’il faut remettre au plus tôt au Procureur de la République63.]

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 17 décembre 2001.

445*. À Jacques Rozerot

69[Upper Norwood] 30 octobre 1898

  • 64 Comme le précisent Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès, Jacques était admis en classe de neuvième a (...)

70Mon bon petit Jacques, te voilà un homme, maintenant que tu vas au lycée64, et je vais garder ta belle lettre comme un souvenir de ton premier pas dans le monde.

71Seulement, puisque te voilà un homme, il faut maintenant être bien sage, bien travailler dans ta classe, et surtout ne plus jouer quand tu es à table.

72Bientôt, quand je retournerai auprès de vous, je suis certain que maman ne me fera que des compliments de toi, en me disant que vous avez tout fait, Denise et toi, pour lui faire oublier mon absence. Il faut l’aimer de toute la force de vos cœurs.

73En attendant, mon petit Jacques, je t’embrasse tendrement, avec la certitude que je vais être très fier d’avoir un petit garçon comme toi, travailleur et raisonnable.

74Ton papa qui t’aime.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 151-152.

446*. À Jacques Rozerot

75[Upper Norwood] 1er décembre 1898

  • 65 Voir la lettre précédente.

76Mon bon petit Jacques, puisque maman est contente de toi, c’est que tu travailles bien65. Il faut soigner tes devoirs pour qu’ils soient très propres. Et, comme tu sais toujours tes leçons, tu finiras par avoir de très beaux prix à la fin de l’année.

77Moi aussi je suis bien triste de ne pas pouvoir être encore auprès de vous. Mais, dès que mes affaires seront finies, j’irai bien vite vous retrouver, pour ne plus vous quitter jamais.

  • 66 Le 27 octobre, Zola avait écrit à Jeanne Rozerot : « [Si Jacques] n’a pas joué tout de suite, pend (...)

78Quand tu m’écriras encore, tu me diras si tu joues avec tes petits camarades. Tu sais qu’il ne faut pas se tenir dans un coin, comme un ours, parce qu’on finirait par croire que tu es un méchant, toi qui es un très bon petit garçon66.

79Ton papa qui t’aime bien fort t’embrasse de tout son cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 152.

447*. À Jacques Rozerot

80[Upper Norwood] 29 décembre 1898

81Mon bon petit Jacques,

  • 67 Nous ne la possédons pas.

82Maman me dit que tu m’avais écrit tout seul ta gentille petite lettre67, et je te félicite, car elle ne contenait pas beaucoup de fautes. Tu sais combien tu nous rendras heureux, si tu fais des progrès.

83Je vois que tu es content d’être au lycée, à la façon dont tu m’expliques la vie que tu y mènes. Il faut y travailler de tout ton cœur pour tâcher d’être parmi les premiers de ta classe ; car ce serait une bien grande honte, si tu restais dans les derniers. Maman et moi, nous n’oserions plus sortir dans les rues ; tandis que, si nous avons un petit garçon savant, nous le mènerons au théâtre et partout, pour être glorieux de lui.

84Si, d’ailleurs, le petit Noël est venu, et si le bonhomme du jour de l’An viendra, c’est qu’il compte bien que tu travailleras de mieux en mieux.

85Je t’embrasse bien tendrement, mon bon petit Jacques.

86Ton papa qui t’aime.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 152-153.

Notes

1 Date du cachet postal.

2 Zola répond à la lettre de remerciements et de vœux que Montchal lui avait envoyée le 23 décembre 1897 (arch. familiales), après avoir reçu un exemplaire de sa Lettre à la jeunesse, la première des deux brochures qui élargirent le débat sur l’affaire Dreyfus avant la publication de « J’accuse » (→ t. IX, lettre 37, n. 2). « L’insuccès de votre appel éloquent, écrivait Montchal, vous aura démontré que les jeunes sont aussi pourris que les vieux. Voilà où mène l’idée de Patrie et de Famille, celle de Richesse et de Pouvoir. […] Vous jetez ce cri sincère : Humanité-Vérité-Justice ! et les échos juvéniles répondent : ‘Conspuez Zola !’ ». Et il poursuivait : « Je ne fus jamais de ceux qui déplorèrent votre candidature académique. Le naturalisme gifflant [sic] la Bourgeoisie dans sa plus hautaine sottise, c’était pour me plaire. […] Mais ce que j’attends, ce que nous tous, naturalistes de l’avant-veille, attendons de l’homme du siècle, c’est son journal, ce journal où, du propagandiste par le fait au plus noir réactionnaire, tout homme pourra manifester son opinion. […] Vous, Émile Zola, pouvez le créer, en fondant le NATURALISTE, feuille géante des deux mondes. […] Le naturalisme n’est pas mort, et il n’a pas besoin du naturisme pour évoluer du livre au journal. Je n’ai pas de meilleur souhait à vous présenter, cher Monsieur, pour l’année 1898. » Montchal avait déjà envoyé une lettre de soutien à Zola à la fin de novembre, après avoir lu ses articles du Figaro en faveur de la cause dreyfusiste (s. d. ; BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 331). Le 16 janvier, il offrit au romancier de l’héberger à Dresde, « en cas de danger » (arch. familiales).

3 Le texte que nous publions ici est identique à celui de la lettre que Zola adressa à la même date à Louis Havet (t. IX, lettre 61).
Après avoir obtenu le diplôme d’archiviste-paléographe et une licence de droit, Paul Viollet (1840-1914) fut successivement secrétaire-archiviste de la ville de Tours, archiviste aux Archives nationales et bibliothécaire de la Faculté de droit de Paris. Élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1887, il devint en 1890 professeur de droit civil et canonique à l’École des chartes. On peut citer, parmi ses nombreux ouvrages, une édition des Établissements de saint Louis (4 vol., 1881-1886), Précis de l’histoire du droit français (2 vol., 1884-1886), Histoire des institutions politiques et administratives de la France (3 vol., 1890-1903). Un des rares dreyfusards catholiques en 1898, il rédigea, avec Ludovic Trarieux, les statuts de la Ligue des Droits de l’homme. Il fonda le Comité catholique pour la défense du droit et fut président de la Ligue pour la défense des indigènes.

4 Cette lettre fut vendue avec un brouillon de la réponse de Viollet et un message sans date où Zola précisait qu’il avait reçu cette réponse trop tard pour pouvoir faire citer Viollet comme témoin. Selon le catalogue de vente, Viollet disait avoir constaté plusieurs différences entre l’écriture du bordereau et celle de Dreyfus.

5 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

6 Zola répond ici à une lettre non retrouvée d’Aicard. Sa réponse, qui semble dater de l’époque de l’affaire Dreyfus, est rédigée sur une carte de visite portant l’adresse de Médan ; elle pourrait donc avoir trait à l’agression qui fut commise contre lui le 11 avril 1898, lundi de Pâques, et que le Gil Blas rapporta le dimanche 17 avril, sous la rubrique des faits divers : « Il y a quelques jours, le lundi de Pâques, nous dit-on, M. Zola venait de faire une excursion vélocipédique à Verneuil et rentrait à Médan lorsqu’il fut arrêté par neuf soldats et quelques jeunes gens qui se tenaient sur la lisière du bois et criaient : ‘À bas Zola ! Vive l’armée !’ M. Zola mit pied à terre pour répondre à ses insulteurs, mais d’autres jeunes gens d’une localité voisine lui lancèrent des pierres sans toutefois l’atteindre. Il dut rentrer précipitamment à Médan. » Le quotidien Les Droits de l’homme reprit le même jour l’entrefilet du Gil Blas, en précisant que les faits avaient été confirmés par la Préfecture de police.

7 Les Zola rentrèrent à Paris le 18 avril même.

8 C’est-à-dire la première audience du procès en diffamation intenté à Zola par les officiers du conseil de guerre qui avait jugé Esterhazy (→ t. IX, lettre 103). On se rappelle que l’affaire venait devant la Cour d’assises de Seine-et-Oise, à Versailles.

9 Il s’agit des amis les plus proches de Zola qui avaient joué le rôle de gardes du corps au mois de février 1898, pendant le premier procès entraîné par la publication de « J’accuse » : Alfred Bruneau, Georges Charpentier, Fernand Desmoulin, Eugène Fasquelle.

10 Samuel Périvier, ancien procureur général à Besançon, ancien président de la Cour d’appel de cette ville et premier président, depuis avril 1883, de la Cour d’appel de Paris, avait accepté de présider les débats. Comme le note Joseph Reinach, il avait « promis de ‘serrer la vis’ » (1903, p. 559).

11 Il s’agit probablement de Marie-Paul-Ange Martinet, né en Algérie en 1857. Ce dernier, ouvrier bonnetier de profession, s’établit par la suite à Troyes (Aube), où il fut un des animateurs du groupe local dit des « Niveleurs troyens ». Il publia, sur feuilles volantes, de nombreux poèmes et chansons, dont Aux victimes de Saint-Étienne et Histoire tragique de Jacques Gueux (1891). Sur Martinet, et son homonyme Paul-Pierre Martinet, chansonnier lui aussi, voir Manfredonia, 1997.

12 Il s’agit, selon toute vraisemblance, de l’article que Zola avait songé à donner à L’Aurore pour protester contre la date du procès de Versailles (→ lettre précédente et t. IX, lettre 111, n. 1). Le romancier avait rédigé une première version de cet article, où il déclarait que le choix du 23 mai, lendemain du deuxième tour des élections législatives de 1898, montrait bien que le gouvernement avait « l’intention formelle de se débarrasser de l’affaire avant que les Chambres soient réunies » : « Du 23 mai au 1er juin, on espère bien en finir, bousculer les témoins, éteindre les plaidoiries, condamner les prévenus, de sorte que la nouvelle Chambre, en se réunissant, trouve le terrain balayé, la question enterrée. » Et il poursuivait : « Personne n’ignore que des journaux officieux et puissants parlent couramment du coup de force, font appel aux mesures violentes, demandent même qu’on rétablisse l’ordre en violant les lois. […] On ameute les foules, on menace ouvertement les prévenus dans leur liberté et dans leur vie. Et qu’arriveraitil donc si ces menaces se réalisaient, où serait le Sénat, où serait la Chambre des députés, pour connaître les faits et se prononcer ? Ne pourrait-on pas se permettre toutes les folies pendant cet interrègne des pouvoirs publics, sans que la volonté nationale soit présente pour faire entendre au moins sa voix ? Convoquer les gens, les menacer de les supprimer, pendant la semaine où la machine gouvernementale sera en réparation, hors d’état de fonctionner, cela semble avoir tout l’air d’un guet-apens, dans lequel il serait trop sot et peu patriotique de se risquer » (Racine, 1955, p. 142-143).

13 Nous n’avons pas retrouvé de réponse à cette lettre de Zola.

14 Voir la lettre précédente, qui avait dû croiser le message de Labori, daté du 20 mai, auquel Zola répond ici : « Vous me feriez grand plaisir, si cela ne vous dérangeait pas trop, de me donner un instant à mon cabinet demain samedi vers 2 heures. Je voudrais causer un instant avec vous de nos conclusions. […] Je crois qu’il est bien utile que nous nous voyions un moment » (BNF, MSS, n.a.f. 24521, fo 26). Sur les conclusions d’incompétence que Labori déposa à Versailles, le 23 mai, voir t. IX, lettre 116, n. 2.

15 On se rappelle que le rédacteur en chef du Petit Journal, Ernest Judet, avait publié, le 23 mai même, un article déshonorant la mémoire de François Zola, le père du romancier. En fait, L’Aurore publia dès le 24 mai l’entrefilet suivant, sous le titre « Une infamie » : « Depuis quatre mois, Le Petit Journal couvrait M. Zola d’injures deux ou trois fois par semaine. / Les outrages étaient si ridiculement énormes que l’on ne pouvait qu’en sourire et que Zola devait les mépriser. / Mais hier, sous ce titre : « Zola père et fils », Le Petit Journal publie un article absolument immonde. / Judet y insulte de la façon la plus odieuse le père de Zola. / Contre de telles infamies, il est nécessaire d’agir. M. Zola assigne donc en police correctionnelle pour diffamation : / 1. M. Marinoni, directeur de la rédaction du Petit Journal ; / 2. M. Ernest Judet, auteur de l’article ; / 3. M. G. Lasseur, le gérant. /À titre de réparation, M. Zola demande l’insertion du jugement en tête des colonnes du Petit Journal. /Nous nous refusons à croire qu’à l’audience M. Marinoni plaide qu’on a le droit d’imprimer les accusations les plus ignobles et les plus fausses, non seulement contre un adversaire politique, mais aussi contre son père, son frère, sa femme et ses enfants. »

16 Nous ne possédons pas de réponse à cette lettre de Zola. Le 27 mai, L’Aurore annonça que l’affaire viendrait devant le tribunal correctionnel le 20 juillet, l’assignation de Zola ayant été visée le 26 mai au Parquet de la Seine.

17 À Versailles, la Cour s’était déclarée compétente, mais lorsque Labori avait riposté que Zola et Perrenx se pourvoyaient en cassation, elle avait dû s’incliner et le sursis avait été prononcé.

18 Date du cachet postal.

19 Le 1er juillet, Montchal avait écrit à Zola : « Il se peut faire que vous ayez besoin actuellement d’un jeune jardinier. Permettez-moi de vous recommander mon fils aîné Henri Montchal. Il a fait ses études à l’École d’horticulture de Genève, il a travaillé une année au Muséum de Paris, puis chez Monsieur de Saint-Michel à Clamart » (arch. familiales). Henri Montchal était né en 1877 ; son père le vit pour la dernière fois en 1906, date à laquelle le jeune homme partit s’établir au Congo.
Les jardiniers de Médan étaient toujours Octave et Léonie Lenôtre, engagés en 1885 ou 1886 (→ t. V, lettre 213, n. 2).

20 Cette lettre et la note qui l’accompagnait furent rédigées, le 25 juillet 1898, à l’hôtel Oatlands Park, où Zola s’était installé avec Fernand Desmoulin le vendredi 22 juillet. On se rappelle que le romancier avait quitté la France le 18 juillet, après avoir comparu devant la Cour d’assises de Seine-et-Oise (→ t. IX, lettre 147, n. 2).

21 Le 22 juillet, Zola avait écrit à Labori : « Dès que je vais avoir la tête un peu libre, je rédigerai et je vous enverrai la note pour le procès du Petit Journal » (t. IX, lettre 153) ; le 25, il précisa dans ses Pages d’exil : « Je passe la matinée dans ma chambre à écrire une note pour Labori » (O.C., t. XIV, p. 1143). Il s’agissait, bien sûr, du procès en diffamation que le romancier avait intenté à Ernest Judet, Hippolyte Marinoni et Lasseur (→ lettre 438, n. 2) – l’affaire, venue devant la neuvième chambre correctionnelle le 20 juillet, avait été remise au 3 août –, mais la note concernait surtout, comme on le verra, un paragraphe de l’article que Judet avait fait paraître dans Le Petit Journal du 18 juillet, sous le titre « Un témoin d’outre-tombe. 66 ans après ». Judet y renouvelait ses attaques contre le père de Zola en publiant, comme preuve décisive des malversations commises par ce dernier, deux lettres du colonel Michel Combe – il écrivait Combes avec un s –, commandant de la Légion étrangère en 1832 (voir là-dessus t. IX, lettre 153, n. 5). Et son article contenait le passage suivant : « J’ai consenti à épargner [à Zola] le poids de son accablante théorie sur l’atavisme, évitant de rejeter sur le fils, selon ses habitudes familières et la formule prétendue scientifique de ses romans, les infamies du père. Si je lui appliquais la peine du talion, suivais sa méthode, ses enseignements, adoptais son dogme, j’aurais fouillé plus loin dans ses propres aventures et rapproché des analogies plus précises ; j’aurais évoqué son départ précipité de la maison Hachette ! »
Or, ces lignes faisaient écho à une accusation qui avait été portée contre Zola avant son procès de février. Le 7 février, un correspondant qui signait « Expecto » avait adressé à l’avocat général, Edmond Van Cassel, la lettre suivante : « Avant de gagner de l’argent avec Nana et la Mouquette, le nommé Zola était employé – simple commis de librairie – dans la maison Hachette et Cie boulevard Saint-Germain. Et comme déjà il aimait l’Argent, il avait imaginé de s’en procurer en vendant à vil prix à des bouquinistes des livres volés à ses patrons. Il fut pris. Il fut obligé d’avouer. Et il dut signer un aveu, lequel est entre les mains de M. Hachette et Cie […]. À vous la primeur de ce léger détail » (Morgan, 1990, p. 439).

22 Desmoulin était retourné à Londres le dimanche 24 juillet, afin d’être de retour à Paris le lundi 25, à six heures du soir : voir, à la première date, les Pages d’exil (O. C., t. XIV, p. 1142).

23 En fait, c’est le premier mars 1862 que Zola entra en fonction à la librairie Hachette. Voir Becker, 1978, p. 288.

24 Félix Boudet (1806-1878) fut d’abord l’élève de son père, le pharmacien Jean-Pierre Boudet. Docteur ès-sciences en 1833, il fut nommé en 1845 professeur à l’École supérieure de pharmacie. Il entra en 1852 au Conseil d’hygiène et de salubrité de la Seine et en 1856 à l’Académie de médecine (section de physique et de chimie). Il inventa divers remèdes, s’occupa des eaux minérales et des eaux potables et s’intéressa également à l’hygiène des enfants et à la mortalité des nourrissons. Il joua un rôle important au sein de la Société protectrice de l’enfance.
L’ancien ami de François Zola est peut-être Alexandre Labot (1807-1870), avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation jusqu’en 1851, puis, en 1856, administrateur provisoire de la Société des Docks (→ t. I, lettre 44 bis).

25 Selon Paul Alexis, Zola débuta par faire des paquets (1882, p. 55).

26 Zola était déjà chef du bureau de la publicité en décembre 1863 : voir la lettre 5.

27 Fils d’une actrice célèbre, Lucien-Anatole Prévost-Paradol (1829-1870) fit de brillantes études au collège Bourbon (l’actuel lycée Condorcet), où il se lia d’amitié avec Hippolyte Taine. Il entra à l’École normale supérieure en 1849, en sortit au bout de deux ans et soutint dès 1855 ses thèses de doctorat ès-lettres. Nommé professeur de littérature française à la Faculté des lettres d’Aix, il démissionna en 1857 pour devenir rédacteur politique au Journal des débats. À la fin de 1864, il publia chez Hachette ses Études sur les moralistes français, et en 1865, soutenu par Guizot, il fut élu membre de l’Académie française, aux dépens de son confrère des Débats, Jules Janin. Vigoureux opposant à l’Empire jusqu’en 1870, il s’y rallia à la formation du gouvernement d’Émile Ollivier et fut nommé ambassadeur à Washington. Il s’y suicida en juillet 1870. – Zola rendit compte des Études sur les moralistes français en janvier 1865, dans le Salut public (O.C., t. X, p. 105-113) et consacra à l’auteur, en 1866, un des articles réunis dans Marbres et plâtres (ibid., p. 201-204).

28 Sur Edmond About et Hippolyte Taine, voir les Notices biographiques du t. I.

29 Le 31 juillet 1864.

30 Nous ajoutons l’accent que Zola omet partout dans sa note.

31 Sur Louis Bréton, voir t. I, lettre 54, n. 1 ; sur Émile Templier, voir t. I, lettre 70, n. 4. Pour de plus amples renseignements sur les deux hommes et sur Louis Hachette, voir Mollier, 1999.

32 En réalité, en novembre 1864.

33 Voir t. I, lettre 121, n. 5. Pour le rapport du procureur général sur La Confession de Claude, voir O.C., t. I, p. 118-119.

34 Les détails que Zola donne sur cette séparation à l’amiable sont conformes à ceux que rapportait Fernand Xau, dans son récit de l’interview que le romancier lui avait accordée en avril 1880 : « Ces messieurs voyaient d’un mauvais œil mes travaux littéraires ; peut-être jugeaient-ils que je gaspillais du temps qui devait leur appartenir. De plus, La Confession de Claude leur avait paru quelque peu raide. Aussi, un beau jour, l’un d’eux me dit-il à brûle-pourpoint : ‘Vous gagnez 200 francs par mois, ce qui est dérisoire. Vous avez beaucoup de talent et vous feriez mieux de ne vous occuper que de littérature. Vous trouveriez ainsi bonheur et profit.’ C’était un coup droit qu’on me portait – je le compris. Nous étions à la fin de novembre 1865. Je donnai ma démission pour le 31 janvier 1866, ne voulant pas m’exposer aux éventualités de la misère, à l’échéance déjà pénible d’une fin d’année » (Xau, 1880, p. 20-21).

35 Hippolyte de Villemessant, le fondateur, en novembre 1865, du quotidien L’Événement (voir les Notices biographiques du t. I).

36 En fait, Alexis ne mentionne pas dans son livre, paru en février 1881, l’incitation au départ que Zola avait évoquée devant Fernand Xau.

37 C’est-à-dire l’accusation portée contre lui par Ernest Judet, dans son article précité, que Zola n’avait pas lu avant son départ pour Londres. Il écrivit plus tard : « Je n’avais connu les prétendues lettres du colonel Combe qu’en Angleterre, lorsqu’un ami était venu me les faire lire » (« François Zola », O.C., t. XIV, p. 1012). L’ami en question est sans doute Bernard-Lazare, qui était venu voir le romancier, de la part de Labori, le 19 juillet (→ t. IX, lettre 149, n. 5).

38 Pendant la période où Zola travaillait chez Hachette, la maison publia les ouvrages suivants illustrés par Gustave Doré : La Légende de Croque-Mitaine d’Ernest Lépine, Atala de Chateaubriand, Don Quichotte (→lettre 9) et Chasses au lion et à la panthère de Benjamin Gastineau.

39 Le naturaliste Alfred Moquin-Tandon, mort le 15 février 1863, avait laissé inachevée une Histoire naturelle de la mer. Revu et terminé par son fils, l’ouvrage parut chez Hachette à la fin de 1864, sous le titre Le Monde de la mer, avec la signature d’Alfred Frédol. Zola en rendit compte dans L’Écho du Nord des 26 et 27 décembre 1864 : voir t. I, lettre 100.
Alfred Moquin-Tandon, né à Montpellier en 1804, fut docteur ès-sciences en 1826 et docteur en médecine en 1828. Professeur de botanique à Toulouse en 1833, il obtint en 1853 la chaire d’histoire naturelle à la Faculté de médecine de Paris. Membre de l’Institut (section de botanique) en 1854, il entra à l’Académie de médecine en 1857 et devint, la même année, président de la Société botanique de France. Membre de l’Académie des Jeux floraux de Toulouse, il écrivit des vers et des contes en provençal, sous le pseudonyme Frédol de Maguelonne.

40 C’est dans l’Almanach Hachette de 1894 qu’avait paru pour la première fois la liste des « Chefs-d’œuvre de la littérature universelle » (p. 225-228). 99 auteurs et anonymes y étaient classés chronologiquement, et deux romans de Zola étaient désignés comme ses « principaux chefs-d’œuvre », L’Assommoir et Germinal.

41 Le 26 juillet, le secrétaire de Labori, Joseph Hild, accusa réception de la « note explicative » de Zola (BNF, MSS, n.a.f. 24521, fo 41).
Le 4 août, Ernest Vizetelly, son traducteur anglais, écrivit au romancier : « Le tribunal a condamné Judet à 2 000 frs d’amende, Lasseur et Marinoni chacun à 500 frs d’amende, les trois solidairement à 5 000 frs de dommages-intérêts. Le jugement doit paraître une fois dans Le Petit Journal, et dans 10 autres journaux. […] Néanmoins Judet a été acclamé en sortant du palais, et un jeune homme qui avait osé crier ‘Vive Zola !’ a été jeté du haut des escaliers » (Speirs et Portebois, 2002, p. 228).

42 Zola répond à la longue lettre que Labori lui avait envoyée le 24 juillet, après avoir réfléchi sur la question que le romancier lui posait dans sa lettre du 21 juillet : « en droit et en fait », un huissier français pouvait-il lui signifier en Angleterre l’arrêt du tribunal de Versailles ? L’avocat écrivait notamment : « Il paraît certain que les agents français n’ont pas le droit d’agir sur le territoire étranger, et que les agents étrangers refuseront d’agir. […] Mais, comme on pourrait essayer de vous toucher en fait, sauf à faire juger ensuite quelle serait la portée juridique de l’acte qui vous parviendrait, il est indispensable que vous vous dérobiez aux recherches. » Voir t. IX, lettre 153, n. 4.

43 C’est seulement le 25 juillet au soir que Zola avait reçu la lettre que sa femme lui avait adressée le 22 juillet, par l’entremise d’Ernest Vizetelly (→ t. IX, lettre 156). Alexandrine Zola écrivait : « Tu me dis de venir, comment veux-tu que je bouge d’ici ? Je ne puis faire un pas ni à Paris ni à la campagne, on sait tout ce que je fais minute par minute, il y a de la [police] secrète à nos portes et des reporters. […] Toutes les gares sont gardées et surveillées, tu penses si dans ces conditions je serais filée. » Voir t. IX, lettre 149, n. 3.

44 Dans sa lettre, Labori précisait : « Votre retour, fût-ce pour aller en prison, sera un triomphe. […] Dans trois mois, l’affaire aura fait des pas de géant, et, je le répète, votre rentrée sera une merveille » (→ t. IX, lettre 153, n. 4).

45 À la date du 26 juillet, Zola nota dans ses Pages d’exil : « Vizetelly m’a envoyé des journaux qui me donnent des nouvelles sur ce qui se passe à Médan et à Verneuil. Les misérables qui filent et terrorisent les femmes ! » (O.C., t. XIV, p. 1143) Parmi les journaux en question se trouvait manifestement Le Petit Journal du 24 juillet, où un rédacteur affirmait, sous le titre « M. Zola retrouvé », qu’après avoir fait défaut à Versailles, le romancier avait gagné « la propriété de son amie Mme Rozereau [sic], sise à Verneuil » : « Mme Rozereau a l’habitude de passer les vacances avec ses enfants, dont l’un a pour marraine Mme Zola, dans sa propriété de Verneuil ; son arrivée coïncide généralement avec celle de M. et Mme Zola à Médan. […] Hier, à trois heures et quart, d’un mur mitoyen qui sépare la propriété du peintre Jean Léry de celle qui sert d’asile à M. Zola, il nous a été permis de voir celui-ci par une fenêtre ouverte du premier étage, donnant une tape affectueuse à la petite fille, Marie, vêtue d’une robe en drap rouge. »

46 Il s’agit, bien sûr, d’Alexandrine Zola. Le romancier s’était inscrit à l’hôtel Oatlands Park sous le nom de Beauchamp – c’est ainsi qu’il signa la lettre que nous publions ici – et il avait annoncé l’arrivée prochaine de sa femme.

47 Voir t. IX, lettre 157. Alexandrine rejoignit son mari en Angleterre le 25 octobre.

48 Le 21 juillet, Labori avait écrit à Zola : « Il me paraît […] indispensable que vous refusiez toute signature pour lettre recommandée ou autre. Il est nécessaire que vous refusiez tout papier ou toute remise de document » (→ t. IX, lettre 151, n. 6).

49 F.W. Wareham, l’homme de loi d’Ernest Vizetelly.

50 Cette note est restée dans les archives de Labori (BNF, MSS). En voici le texte : « Je prie mon ami, M. Eugène Fasquelle, de remettre à Me Labori la somme que celui-ci lui demandera, pour le paiement des amendes et des dommages-intérêts, dans le procès de Versailles. / 26 juillet 1898 / Émile Zola. » En fait, il s’agissait de payer les deux amendes de 3 000 F. auxquelles Zola et Alexandre Perrenx, le gérant de L’Aurore, avaient été condamnés le 18 juillet, ainsi que les frais.

51 Dans sa lettre du 24 juillet, Labori écrivait : « Je suis d’avis qu’il faut éviter la vente de vos meubles, même à concurrence d’une somme quelconque, si le Parquet le tente. Il faudrait donc qu’un tiers, un personnage important, Duclaux par exemple, quand on annoncera la vente, se présente non en votre nom, mais au sien, et offre le paiement des sommes dues pour amende et frais (on parle au total de 8 000 F.). Cette somme vous sera restituée sur l’opposition, mais d’ici là il faut la verser. Soyez assez bon pour me dire à qui il faut la demander, car il importe qu’on soit prêt le cas échéant. Il est également nécessaire d’empêcher la vente pour que l’opposition soit plus facilement recevable, l’exécution par vente n’ayant pas eu lieu » (BNF, MSS, n.a.f. 24521, fos 38-39).
C’est Octave Mirbeau, et non Émile Duclaux, qui versa au percepteur de Versailles, le 8 août, la somme de 7 555,25 F. (→ t. IX, lettre 167, n. 2). Sur Duclaux, directeur de l’Institut Pasteur depuis 1895, voir ibid., lettre 61, n. 2.

52 C’est la stratégie qui fut employée le 11 octobre 1898, lorsque le mobilier de Zola fut mis en vente pour payer les dommages et intérêts dus aux experts Belhomme, Varinard et Couard (→ t. IX, lettre 225, n. 1).

53 Voir la lettre précédente. Pour écrire à Labori, Zola s’était servi, dans les premiers jours de son exil, d’un intermédiaire, Marcel Théaux (→ t. IX, lettre 149, n. 1). Dans sa lettre du 24 juillet, l’avocat lui apprenait que Théaux devait quitter Paris le 26, et il lui proposait un nouvel intermédiaire, le couturier Isidore Paquin (n.a.f. 24521, fo 39).

54 Cette lettre fut rédigée à l’hôtel Oatlands Park dans la soirée du 31 juillet : voir, à cette date, les Pages d’exil de Zola (O.C., t. XIV, p. 1147).

55 Il s’agit des deux « lettres Combes » (→ lettre 417, n. 2), comme les appelait Labori dans la lettre à laquelle Zola répond ici. Datée du 29 juillet, elle avait été portée en Angleterre par un ami de Labori, Sam Wimpfheimer, qui l’avait confiée au « solicitor » de Zola, F.W. Wareham. Labori y avait joint deux articles que le journaliste Jacques Dhur avait publiés, le 27 et le 29 juillet, dans les numéros de La Petite République datés du 28 et du 30 (→ t. IX, lettre 167, n. 5).
Dans sa lettre, Labori écrivait : « Des avis très sérieux confirmés par des articles ci-joints de La Petite République me font penser que les lettres Combes relatives à M. votre père seraient des faux. À leur sentiment les articles de la P. R. suffisent pour justifier une plainte contre inconnu pour faux et M. Judet pour usage de faux. Nos amis disent que cette plainte serait très utile et ferait le plus grand effet. » Et il ajoutait : « Je vous envoie donc une personne sûre, à qui, si vous partagez mon opinion, je vous prie de remettre une plainte pour le parquet » (BNF, MSS, n.a.f. 24521, fo 43).

56 Dans sa lettre, Labori accusait réception de celle de Zola en date du 26 juillet. Et il concluait ainsi : « Pardonnez-moi de vous écrire brièvement ; tout mon temps est consacré à la cause commune et je suis de tout cœur avec vous qui êtes si grand au milieu de toutes ces tristesses » (fo 44).

57 Pour Jacques Dhur, la signature Combes, avec un s, était la preuve principale de l’inauthenticité des lettres en question.

58 Jacques Dhur avait notamment relevé des inexactitudes dans la deuxième des « lettres Combes », où il était précisé que François Zola était lieutenant d’habillement en 1832, et que les fonds qu’il aurait détournés avaient été consignés entre les mains du commissaire de police d’Alger : en réalité, le père de Zola était officier de troupe, et il n’y avait pas de commissaire de police à Alger en 1832. Il avait aussi découvert que François Zola avait été porté sur le tableau d’avancement à Paris à l’époque où Le Petit Journal le représentait comme détenu à Alger.

59 Un contador est une sorte d’écritoire à tiroirs multiples. En avril 1880, Fernand Xau, décrivant la chambre des Zola rue de Boulogne, notait : « À gauche de la cheminée, un contador ; à droite, une vieille armoire bretonne » (Xau, 1880, p. 8). Et dans Germinal, parmi les meubles de tous les styles et de toutes les époques qui ornent le salon des Hennebeau, se trouve un « contador espagnol » du quinzième siècle (R.-M., t. III, p. 1318).

60 Ce document fut remis par Labori au juge d’instruction Georges Flory (→ t. IX, lettre 177, n. 4), et le texte est cité in extenso par Jacques Dhur dans son livre sur François Zola : « Je crois rendre service à l’illustre M. Zola en le prévenant qu’il existe à Alger un rapport du colonel Combes (tué à Constantine), deux rapports de la division et de la subdivision, sur le lieutenant son père, disant qu’en outre des 4 000 francs de la solde, il aurait disposé de deux autres sommes, l’une de l’ordinaire des grenadiers du 2e bataillon, l’autre déposée par les sergents de la compagnie des voltigeurs. Ces pièces seraient très véhémentes. On les réserverait pour les débats de juillet de Versailles. Elles sont arrivées depuis peu. / Son respectueux défenseur, / Je redoute la poste, étant employé de l’État » (Dhur, 1899, p. 121-122).

61 Ces lignes ont trait, selon toute vraisemblance, au procès dont il est question dans la lettre précédente. Elles semblent avoir été rédigées le 1er août 1898 à « Penn », la maison de Weybridge où Zola s’installa à cette date. Voir aussi la lettre suivante.

62 En réalité, cette lettre fut rédigée le 31 juillet, à l’hôtel Oatlands Park. Il s’agit de la « lettre de transmission » que Labori avait demandée à Zola de joindre à sa plainte contre Ernest Judet (→ lettre 442). Sur une carte de visite remise au romancier par Sam Wimpfheimer, Labori avait écrit : « Prier M. X. d’adresser une lettre de transmission avec la plainte à Me Labori » (BNF, MSS, n.a.f. 24521, fo 46).

63 Quant au texte de la plainte elle-même, voici le modèle que Labori avait proposé le 29 juillet : « Monsieur le Procureur de la République, / À la date des [28 et 30 juillet] le Petit Journal a publié deux articles diffamatoires pour la mémoire de mon père et à raison desquels j’ai assigné le Petit Journal et M. Judet devant la 9e ch[ambre] correctionnelle. / Depuis, le même journal a publié des documents attribués au colonel Combes et qui ont provoqué les articles ci-joints de la Petite République française. / Dans ces conditions, j’ai l’honneur de porter plainte entre vos mains pour faux contre l’auteur des documents dont il s’agit et pour usage de faux contre M. Judet. / Veuillez agréer…. / Paris le… » (n.a.f. 24521, fo 45)
À la date du 31 juillet, Zola écrivit dans ses Pages d’exil : « Le soir, à six heures, [Desmoulin] est revenu avec la lettre de Labori et le projet de plainte. J’ai tout de suite copié ce projet sur une feuille de papier ministre, de sorte que demain Desmoulin devra retourner à Londres pour remettre le papier à l’envoyé, qui sera demain soir à Paris. Que de complications ! D’autant plus que c’est aujourd’hui dimanche et demain fête (Bank Holiday), que tout est fermé, que les chemins de fer marchent à peine, et l’on ne s’imagine pas le mal que nous avons eu à nous procurer une feuille de papier ministre » (O.C., t. XIV, p. 1147).

64 Comme le précisent Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès, Jacques était admis en classe de neuvième au petit lycée Condorcet. Il éprouva des difficultés à suivre et fut inscrit en dixième.

65 Voir la lettre précédente.

66 Le 27 octobre, Zola avait écrit à Jeanne Rozerot : « [Si Jacques] n’a pas joué tout de suite, pendant la grande récréation, sois certaine qu’il jouera bientôt, et que même il ne songera plus qu’à jouer. » Le 27 novembre, cependant, il lui demandait : « Est-ce que ce petit monsieur daigne maintenant jouer avec ses camarades ? » (Émile-Zola et Pagès, 2004, p. 216, 236).

67 Nous ne la possédons pas.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search