Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1897

Texte intégral

395*. À Henry Grunau

1Paris, 8 janvier 1897

  • 1 Nous n’avons aucun renseignement biographique sur Henry Grunau, qui habitait alors 30, rue Condorc (...)

2Monsieur1,

  • 2 Il s’agit sans doute des représentations que Zola avait évoquées dans Le Voltaire du 22 juillet 18 (...)

3Il y a longtemps, j’ai assisté à des représentations qu’une troupe anglaise était venue donner à Paris des drames de Shakespeare2 ; et l’insuccès fut total, par la simple raison qu’il n’y a pas, chez nous un public assez nombreux, capable de comprendre et de goûter des pièces anglaises dans l’original.

  • 3 Peut-être s’agit-il en réalité de la troupe autrichienne dont parla Jules Claretie dans Le Temps d (...)

4Je crains simplement le même insuccès pour la troupe allemande dont vous me parlez3. Elle n’aura que les curieux, à moins que le Théâtre Libre et le théâtre de l’Œuvre ne nous aient assez mûris pour que nous prenions du plaisir à des pièces que nous ne comprendrons pas.

5Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., coll. Alfred Kahanov.

396*. À Alfred de Lostalot

6Paris, 16 janvier 1897

  • 4 Alfred de Lostalot cumulait depuis octobre 1895 les fonctions de critique dramatique et critique d (...)

7Monsieur et cher confrère4,

  • 5 Il s’agit d’une épreuve du supplément musical qui allait accompagner le numéro de L’Illustration d (...)

8Je vous envoie l’épreuve corrigée5. Je vous prie de bien vouloir vous assurer par vous-même que les corrections seront bien faites, surtout dans l’indication du décor, qu’il faut entièrement recomposer en italiques.

9Merci, et bien cordialement à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 160.

397. À Adolphe Aderer

10Paris, 23 janvier 1897

11Écrire, oh ! non […], mais causer avec vous, bien volontiers, et tant qu’il vous plaira.

12[Zola l’invite à lui rendre visite un soir vers six heures.]

  • 6 Le destinataire de ces lignes est sans doute Adolphe Aderer, courriériste théâtral du Temps. Dans (...)

13L’alliance du poème et du chant est une question qui m’intéresse infiniment6.

Extr., cat. Autographes Demarest (octobre 2005).

398*. À Isaac Pavlovsky

  • 7 Date du cachet postal.

14[Paris, 15 février 18977]

  • 8 La répétition générale de Messidor avait lieu le lendemain, à l’Opéra.

15Avec le regret de ne pouvoir envoyer une meilleure place8.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 38.

399*. À Édouard Toulouse

16Paris, 21 février 1897

  • 9 Il s’agit de la seconde représentation de Messidor, qui avait lieu le lendemain, à l’Opéra.
  • 10 Le 24 février, Toulouse écrivit à Zola : « Merci de vos billets, dont j’ai profité et fait profite (...)

17Mon cher docteur, je vous prie de m’excuser auprès de madame Toulouse. Mon service de seconde a été si exigu9, que je ne puis que vous envoyer des places où les dames ne sont pas admises. Je vous envoie pourtant ces deux fauteuils d’orchestre pour la représentation de demain, lundi, dans le cas où vous pourriez y assister avec un ami. Si la pièce a quelque succès, je me permettrai, dès que cela sera possible, de réparer mon tort à l’égard de madame Toulouse, en vous envoyant deux nouvelles places10.

18Bien cordialement à vous.

L.a.s., Centre hospitalier Édouard Toulouse, Marseille.

400*. À Paul Fort

19[Paris, mars 1897]

  • 11 Il s’agit probablement du premier volume des Ballades françaises, publié par la Société du Mercure (...)

20Avec mes bien vifs remerciements pour l’aimable envoi des « Ballades Françaises », une œuvre exquise et puissante11.

L.a.s. (facs.), History for Sale, http://www.historyforsale.com

401*. À Numa Coste

21Paris, 5 avril 1897

  • 12 Nous avons publié un court fragment de cette lettre dans le t. VIII (lettre 414).

22Je me suis cloîtré dans ma besogne12, Paris avance mais il faudra que je donne un dur coup de collier cet été, pour avoir fini à la fin septembre. […] Oui, nous sommes assez contents de la bataille de Messidor, quoiqu’on nous ait fortement bousculés. La pièce tient le coup et j’espère bien que vous la verrez. Vous n’avez pas idée de l’effarement premier du public, devant le poème et la musique. Les fameux abonnés de l’Opéra en reviennent avec peine.

  • 13 C’est-à-dire au début de novembre 1896 (→ lettre 390). Coste était propriétaire d’une bastide à Ce (...)

23Nos bien vives amitiés à votre mère et à votre sœur. Ma femme se rappelle à leur bon souvenir, nous causons souvent des heures heureuses que nous avons passées à Celony13.

24À bientôt, et affectueusement à vous, mon vieil ami.

L.a.s. (facs.), extr. de cat. Demarest, octobre 2006.

402*. À Édouard Montagne

25Paris, 19 mai 1897

26Cher monsieur Montagne,

  • 14 Voir, dans Les Cahiers naturalistes, les annotations d’Alain Pagès. Le monument allait être érigé (...)

27Parfaitement, j’accepte très volontiers de faire partie du comité de patronage, pour le monument de Toussenel14. Mais, hélas ! Il ne faudra pas compter sur un patronage très actif de ma part, car je pars demain pour la campagne, et avec un grand besoin de repos.

28Cordialement.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 22.

403. Destinataire inconnu

29Médan, 18 juin 1897

  • 15 Voir là-dessus l’Introduction biographique du t. VIII et, surtout, Ternois, 1961, p. 374-378.

30Hélas ! Il a coulé de flots d’encre à propos de Lourdes. Des brochures et même des livres de réfutations ont paru. Ce serait toute une petite bibliothèque15.

Extr. de cat., arch. É. Z.

404. À Manuel Maucci

31Médan, 21 septembre 1897

  • 16 C’est-à-dire pour solder le prix convenu pour l’achat des droits de traduction en espagnol de Pari (...)
  • 17 D. Giovannacci, co-propriétaire, avec L. & B. Ghelfi, d’une scierie de pierres dont le siège paris (...)

32Je comprends les raisons qui vous font attendre une heure plus favorable pour m’envoyer les trois mille francs dont nous sommes convenus16. Mais pourquoi ne chargez-vous pas M. Giovannacci, votre ami, de m’apporter ou de me faire remettre cette somme, dès mon retour à Paris ? J’y serai dès le 2 octobre17.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 11 décembre 1996.

405*. À Paul Bourget

33[Paris] 23 octobre 1897

  • 18 Il s’agit de l’article que Fernand Xau avait demandé à Bourget d’écrire pour le lancement de Paris (...)

34Mon cher ami, je suis infiniment touché de votre bel et affectueux article de ce matin18. Je n’attends plus de justice de mon vivant, et c’est pourquoi mon cœur s’est gonflé d’émotion en vous lisant, en me voyant enfin apprécié par un pair avec votre largeur de vue et votre rectitude de jugement.

35Je crains bien que nous ne soyons à des bouts opposés, comme goût et comme croyance. Mon Paris vous blessera sans doute, dans votre nature, dans votre foi. Mais vous êtes un écrivain de premier rang, vous êtes un philosophe et un observateur brûlant de la passion de la vérité, et c’est sur ce terrain que nous restons frères, dignes malgré tout de nous comprendre et de nous aimer.

36Merci de la poignée de main que vous venez de me donner publiquement. J’en sens toute l’affection et toute la bravoure. Vous seul étiez de taille à dire ce que vous dites, et il y a là pour moi une compensation à bien des amertumes que je cache.

37Veuillez présenter mes hommages à Mme Bourget.

  • 19 Le 5 novembre, Bourget écrivit à Zola : « Je suis libre de déjeuner jeudi. Mais par suite d’une co (...)

38Je vous embrasse fraternellement19.

L.a.s., coll. particulière.
Becker, 1999b, p. 49.

406*. À Ernest Flammarion

39Paris, 28 octobre 1897

40Mon cher éditeur,

  • 20 C’est-à-dire Gaston Arbouin, propriétaire et directeur d’un journal radical de Troyes (Aube), Le P (...)
  • 21 On se rappelle que Marpon et Flammarion avaient publié la première édition illustrée de Nana (→ t. (...)
  • 22 Nous ne possédons pas la réponse de Flammarion. La collection incomplète des Romans d’amour que co (...)

41Monsieur Arbouin20, à qui j’ai donné l’autorisation de publier Nana dans Les Romans d’amour, me demande d’accompagner cette publication de quelques illustrations. J’ai tenu à vous en parler auparavant21. Est-ce que cela vous gênerait ? Je ne veux l’autoriser que si vous l’y autorisez vous-même22.

42Cordialement.

L.a.s., fonds Flammarion, IMEC.
Parinet, 1992, p. 320 (extr.).

407. À Alexandrine Zola

43[Paris] 9 novembre 1897

  • 23 Voir t. IX, lettre 13. C’est sans doute le 9 novembre que Zola écrivit la lettre 15 du même tome.
    A (...)

44Je viens de recevoir l’invitation à déjeuner de Scheurer-Kestner pour samedi23. Ne t’étonne pas si je ne te reparle pas de cette affaire comme je le voudrais ; c’est qu’elle est d’une telle gravité que j’hésite même à la confier à une lettre. Et sois sans inquiétude, je suis très prudent.

Émile-Zola, 1997, p. ix.

408. À Alexandrine Zola

45[Paris] 12 novembre 1897

  • 24 Jean-Baptiste Darlan.
  • 25 Le jour même, Scheurer-Kestner s’était entretenu avec Mathieu Dreyfus, l’avocat Louis Leblois et E (...)
  • 26 Voir la lettre suivante.

46Comme je n’ai rien vu aujourd’hui dans Le Figaro, il est à croire que l’affaire est remise, que M. Scheurer-Kestner préfère saisir le garde des Sceaux24 avant de saisir le public25. […] D’ailleurs je serai fixé demain, puisque je déjeune chez lui26.

Émile-Zola, 1997, p. ix-x.

409. À Alexandrine Zola

47[Paris] 13 novembre 1897

  • 27 Nous avons publié un très court extrait de cette lettre dans le t. IX (lettre 17).

48[Zola lui parle de son déjeuner chez Scheurer-Kestner27.]

  • 28 Gambetta est mort le 31 décembre 1882.
  • 29 Alexandrine avait accompagné son mari à Sedan en avril 1891, lorsqu’il rassemblait la documentatio (...)

49C’est un Alsacien assez fin qui m’a l’air d’un assez bon homme, tout vice-président du Sénat qu’il est, il fume la pipe comme Flaubert. Il m’a rappelé qu’il avait dîné une fois avec nous, il y a une quinzaine d’années, chez les Charpentier, au temps de Gambetta, dont il était l’intime28. En somme, il m’a fait la meilleure impression. Et il a une cuisinière merveilleuse, une cuisinière depuis longtemps dans la famille, qui nous a fait des ramequins dans le genre de ceux de Sedan29, et un civet de lièvre vraiment hors ligne. […] Je te répète qu’il me paraît absolument certain que Dreyfus n’a pas écrit la pièce sur laquelle il a été condamné ; et il est certain aussi que depuis un an on sait cela au ministère de la Guerre, sans qu’un seul ministre ait bougé. C’est monstrueux.

Sacquin, 2002, p. 188.

410. À Alexandrine Zola

50[Paris] 15 novembre 1897

  • 30 On sait que Fernand Xau, le directeur du Journal – où paraissait alors Paris –, allait donner au q (...)
  • 31 C’est-à-dire à la suite de la publication dans Le Figaro du 14 novembre de l’article d’Emmanuel Ar (...)

51J’ai causé avec Xau de l’affaire Dreyfus en lui conseillant d’être prudent30. Aujourd’hui les journaux s’effarent31. C’est un effroyable gâchis qui commence. Sois sans crainte, j’ai décidé de ne m’en mêler sous aucune forme […] quoique mon cœur bondisse d’indignation.

Émile-Zola, 1997, p. x.

411. À Alexandrine Zola

52[Paris] 18 novembre 1897

  • 32 La veille, le général de Pellieux avait ouvert son enquête sur les activités d’Esterhazy.

53L’affaire Dreyfus bouleverse tout ici. Je la suis passionnément, je perds mes matinées à lire les journaux. Je suis les progrès de la trainée de poudre, prévoyant de jour en jour les explosions successives qui se produisent. Et l’on n’est pas au bout, le gouvernement peut sauter. Reconnaître Esterhazy coupable c’est déchaîner un effroyable Panama militaire32. Suis-tu l’affaire ? Lis-tu cet extraordinaire roman, cette campagne immonde ? […] C’est d’un effroyable intérêt !

Émile-Zola, 1997, p. x-xi.

412. À Alexandrine Zola

54[Paris] 21 novembre 1897

  • 33 Trois jours plus tard, dans son premier article sur l’affaire Dreyfus (→ lettre 415), Zola allait (...)
  • 34 Ces mots annoncent la célèbre conclusion de l’article précité de Zola : « La vérité est en marche, (...)
  • 35 Fernand de Rodays, le codirecteur du Figaro (→ t. VIII, lettre 230, n. 1).

55Tu parais étonnée que Scheurer-Kestner n’agisse pas. Son silence est au contraire une tactique admirable que je t’expliquerai ; je trouve le rôle qu’il joue vraiment superbe33. Plus loin ! Mais sois sûre que la vérité ne cessera plus de marcher et qu’elle éclatera forcément au jour34. […] J’ai rencontré de Rodays35 qui est au courant lui aussi. Nous avons longuement causé. C’est passionnant.

Émile-Zola, 1997, p. xi.

413. À Alexandrine Zola

56[Paris] 22 novembre 1897

  • 36 Il s’agit de la réponse à la lettre que Zola avait adressée à Scheurer-Kestner le 20 novembre (t.  (...)
  • 37 Nous ne possédons pas la lettre de Bourget.
  • 38 Sur le déjeuner du 25 novembre avec Bourget et Barrès, qui avait lieu au café Durand (→ lettre 416 (...)

57En rentrant je viens de trouver une lettre de Scheurer-Kestner et je la trouve si intéressante que je te l’envoie36. Bourget m’écrit aussi que l’affaire Dreyfus le rend malade37. Il m’annonce que Barrès sera des nôtres jeudi et il a l’idée de fonder à nous trois un dîner, le dîner des Sept, ce qui va nous forcer à en trouver quatre autres, et cela n’est pas commode38.

  • 39 Lettre non retrouvée.

58En même temps, j’en ai reçu une de son avocat, Maître Leblois39, qui me demande l’autorisation de publier celle que j’ai moi-même écrite avant-hier à Scheurer-Kestner. Je ne pouvais refuser cette autorisation, sans me trouver lâche. Tout ce que j’écris on peut le rendre public. Tu trouveras sans doute ma lettre dans les journaux d’après-demain. Cela me fait plutôt plaisir, car mon cœur déborde et je suis enfin soulagé.

Émile-Zola, 1997, p. xi.

414*. À Édouard Montagne

  • 40 Date du cachet postal.

59[Paris, 23 novembre 189740]

60Cher monsieur Montagne, je vous adresse cette lettre qui se trompe d’adresse.

61Cordialement.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 23.

415*. À Alexandrine Zola

62[Paris] 24 novembre 1897

  • 41 Nous avons publié un court extrait de cette lettre dans le t. IX (lettre 22).
  • 42 Sous le titre « M. Scheurer-Kestner » (→ t. IX, lettre 21, n. 3).
  • 43 Il s’agit sans doute de Jules Gaullet, le caissier de la librairie Fasquelle.
  • 44 Autre nom du chien Pinpin (→ t. IX, lettre 5).
  • 45 Le nouvel appartement des Fasquelle se trouvait 134, boulevard Haussmann.
  • 46 La maison Alexandre Jamais (« spécialité de langues de bœuf, pieds de porc truffés, charcuterie fi (...)
  • 47 Charles Fasquelle était né le 9 juillet 1897. Il allait succéder à son père à la tête des Éditions (...)
  • 48 Mariette et Renée Fasquelle (→ t. IX, lettre 181, n. 8).

63[…] qui a été défectueuse41. J’ai remarqué qu’elles venaient très rapidement dans le révélateur, comme des clichés posés, et que l’hyposulfite agissait, lui aussi, très rapidement. Elles ont passé l’après-midi dans le cabinet de toilette, elles sont presque sèches. Mais je crains de ne pouvoir en tirer des épreuves, car nous avons depuis trois jours un brouillard épais. Ce matin, on se serait cru à Londres. Remonté vers neuf heures et demie dans mon cabinet, j’ai dû allumer l’électricité pour travailler. Et tu ne sais pas ce que j’ai fait ? Un article, écrit en coup de foudre, sur Scheurer-Kestner et l’affaire Dreyfus. J’étais hanté, je n’en dormais plus, il a fallu que je me soulage. Je trouvais lâche de me taire. Tant pis pour les conséquences, je suis assez fort, je brave tout. L’article paraîtra demain matin en tête du Figaro42, tu le liras donc le jour même où tu recevras cette lettre. Et j’ai été dérangé par quatre visites, dont Gaullet encore qui est venu me faire apostiller une demande43. J’étais furieux, j’en ai battu monsieur Pin44. À midi et demi, mon article terminé, je me suis habillé quatre à quatre pour aller déjeuner chez les Fasquelle, qui m’attendaient à une heure moins un quart. Leur appartement est vraiment très beau, d’une ampleur et d’une commodité extraordinaires45. S’ils ne le paient que huit mille francs, c’est pour rien. À dix mille, il ne serait pas cher. Et ils font là-dedans des dépenses que je juge considérables. Tu verras cela, le cabinet de toilette de madame avec un tas de petites boiseries dont l’agencement doit coûter bon. Mais j’ai bien ri au fond de moi de la déconvenue de Fasquelle, qui voulait me faire admirer la vue, la clarté des pièces, la gaieté du soleil entrant de partout. Et le brouillard était tel, la journée si noire, qu’il a fallu allumer l’électricité pour que nous puissions voir clair dans nos assiettes en déjeunant. La nuit complète. La vérité est que l’appartement doit être très ensoleillé et d’une grande gaieté. Pour déjeuner, des marennes, des pieds truffés de chez Jamais46, des perdreaux et des petits pois. Ils ont été charmants, le petit Charles est superbe47, et les deux fillettes48 sont venues m’embrasser de leur air revêche. Ils veulent que je retourne déjeuner une fois encore, avant ton retour. Tout ce monde t’envoie de vives amitiés.

  • 49 Marcel Hutin, alors rédacteur au Gaulois.

64J’ai descendu à pied le boulevard Haussmann, par un affreux brouillard jaune, et j’étais à trois heures et demie chez les enfants. Mais, à cinq heures, j’en repartais pour aller m’entendre avec de Rodays. Dans cette affaire Dreyfus, Le Figaro est le seul journal qui se soit conduit avec honnêteté et avec intelligence. C’est stupéfiant. Nous avons causé, nous commençons à espérer que les choses marcheront bien. Mon article, examiné avec soin par nous deux, a été envoyé tout de suite à la composition. Et, à neuf heures, après avoir dîné chez les enfants, j’étais de nouveau au Figaro, où je tenais absolument à corriger mes épreuves. Je crois que mon article est très bien, et qu’il fera un grand effet. Il était dix heures moins un quart, lorsque je suis rentré en voiture. Et sais-tu qui j’ai trouvé, m’attendant ? Un reporter, le petit Hutin49, auquel j’ai refusé absolument de répondre. Demain matin, je crains d’avoir tous les reporters de Paris pendus à ma sonnette. Hein ? bonne journée, j’ai bien gagné à aller me coucher. Bonsoir, chère femme, et mille bons baisers.

Sacquin, 2002, p. 189.

416. À Alexandrine Zola

65[Paris] 25 novembre 1897

  • 50 Voir la lettre 413. Les trois hommes déjeunèrent de nouveau chez Durand le 1er décembre, avec un q (...)

66[Zola lui parle de son déjeuner avec Bourget et Barrès50.]

  • 51 « M. Scheurer-Kestner » (→ lettre précédente).
  • 52 A propos du déjeuner du 25 novembre, Barrès écrivit dans ses Cahiers : « Un mot me frappait beauco (...)

67Nous avons d’abord discuté sur l’affaire Dreyfus car tous deux étaient dans la stupeur de mon article de ce matin51. J’ai trouvé Bourget bien plus large et intelligent que Barrès52. Autour de nous, je voyais chez tous les consommateurs une curiosité intense, car tous avaient lu Le Figaro et nous dévisageaient. J’ai même été très gêné car tu sais que je n’aime pas beaucoup ça. […]

  • 53 Nous possédons, entre autres, les lettres de Marguerite Charpentier, Georges Clairin, Aurélien Lug (...)

68Je viens de rentrer et j’ai trouvé plus de vingt lettres, toutes pour me féliciter de mon article de ce matin53. Je sais qu’il a fait un effet immense. […] Ce qui me fait plaisir, c’est qu’on rende enfin un peu hommage à mon honnêteté et à ma bravoure.

Émile-Zola, 1997, p. xii.

417. À Alexandrine Zola

69[Paris] 26 novembre 1897

  • 54 Voir la lettre précédente.
  • 55 Le jour même, Mirbeau avait écrit à Zola : « Quel beau, quel brave, quel admirable article vous av (...)
  • 56 De son côté, Sarah Bernhardt écrivait : « Laissez-moi vous dire, bien cher grand maître, l’émotion (...)

70Les lettres de félicitations continuent à arriver54. Mirbeau entre autres55, et surtout des inconnus ; une lettre de Sarah Bernard [ sic] d’un emballement absolument fou56, et je n’ai encore que deux lettres d’insultes. […] La presse elle-même semble avoir été stupéfiée et domptée. C’est comme si l’on découvrait que je suis un homme de vérité et de justice.

Émile-Zola, 1997, p. xii.

418. À Alexandrine Zola

71[Paris] 28 novembre 1897

  • 57 C’est-à-dire une dépêche annonçant, dans la presse italienne, la publication de l’article intitulé (...)

72J’ai compris l’étonnement que tu me témoignes dans ta lettre, lorsque tu as lu la dépêche57. Si je ne t’avais pas parlé de cet article, c’était que je n’étais pas décidé à le faire. J’en ai senti l’impérieuse nécessité le matin en me levant.

  • 58 Voir la lettre suivante.

73Ne t’étonne pas si le télégraphe t’apprenait que j’en ai fait un autre, car je guette les événements, et je vais peut-être intervenir brusquement encore, un beau jour58. Je ne lâcherai pas car je suis décidé à être brave. Ne t’inquiète pas, tu sais ma solidité dans l’orage. Il faut que j’aie raison et j’ai la certitude intérieure qu’une fois encore, je vais à mon étoile. Mais c’est un orage vraiment effroyable. Tu n’as pas idée du gâchis. Je n’ai jamais vu une tempête pareille soufflant dans la presse.

Émile-Zola, 1997, p. xii.

419. À Alexandrine Zola

74[Paris] 29 novembre 1897

  • 59 Nous avons publié un court extrait de cette lettre dans le t. IX (lettre 29).
  • 60 Voir la lettre suivante.
  • 61 Selon Joseph Reinach, Zola avait prévu initialement de publier dans Le Figaro trois « portraits », (...)

75Mais cette affaire Dreyfus me jette dans une colère, dont mes mains tremblent59. Je viens de rencontrer de Rodays dans la rue de la Chaussée d’Antin. Il est aussi passionné que moi. Je lui ai promis de lui porter, pour mercredi matin, un article60. Mon projet est de faire trois ou quatre articles que je tiens déjà et de les publier en une brochure61 ; je suis convaincu de l’utilité et de la beauté de mon rôle. Moi qui ne me suis jamais trompé, pourquoi me tromperais-je cette fois ? D’ailleurs je suis étonné du respect relatif de la presse à mon égard.

Émile-Zola, 1997, p. xii-xiii.

420. À Alexandrine Zola

76[Paris] 30 novembre 1897

  • 62 C’est-à-dire « Le syndicat », son deuxième article ayant trait à l’affaire Dreyfus, qui parut dans(...)

77Je me suis mis tout de suite à un article62. […] Jamais une pareille aventure n’a fait remonter tant de boue à la surface. Je suis stupéfait, il y a des choses à dire qui doivent être définitives et je les dirai si les circonstances m’y autorisent. Je reste aux aguets. J’agirai à chaque occasion qui me sera donnée.

Émile-Zola, 1997, p. xiii.

421. À Alexandrine Zola

78[Paris] 1er décembre 1897

  • 63 Nous possédons, parmi les lettres de félicitations datées du 1er décembre, celles de Henry Bauër, (...)

79[Zola a reçu beaucoup de lettres de félicitations et peu d’insultes63.]

  • 64 Il faut penser que Zola parla également dans sa lettre de son déjeuner avec Bourget, Barrès et Ana (...)

80C’est stupéfiant car je m’attendais à être traîné dans la boue et on m’encense. J’y suis si peu habitué. Est-ce que je me tromperais sur l’opinion publique, est-ce que la cause de la justice serait près d’être soutenue64 ?

Sacquin, 2002, p. 190.

422. À Alexandrine Zola

81[Paris] 2 décembre 1897

  • 65 Voir aussi les extraits de cette lettre publiés dans le t. IX (lettre 31).
  • 66 Zola allait être candidat, le 26 mai 1898, aux fauteuils du duc d’Aumale et d’Henri Meilhac. Il ob (...)

82Ici je suis dans un coup de fièvre extraordinaire65. Il s’est déclaré un mouvement autour de moi dont tu ne peux avoir l’idée. Depuis hier soir j’ai reçu plus de quatre-vingts lettres. J’en fais un dossier pour que tu les lises à ton retour. C’est un cri d’admiration qui dépasse tout. Pour que je te dise cela, il faut vraiment que ce qui se passe soit prodigieux. Ce qui serait stupéfiant, ce serait qu’une telle campagne fît mes affaires à l’Académie66.

Émile-Zola, 1997, p. xiii.

423. À Alexandrine Zola

83[Paris] 3 décembre 1897

  • 67 C’est-à-dire à la suite de son article « Le syndicat » (→ lettre 420, n. 1).

84[Zola a reçu de nouvelles lettres de soutien67.]

  • 68 La lettre de Paul Adam est vraisemblablement la suivante, datée de « jeudi » : « Je ne résiste pas (...)
  • 69 La lettre de Camille Mauclair n’a pas été retrouvée, mais il écrivit de nouveau à Zola le 8 décemb (...)

85Il y a de la jeunesse actuelle, Paul Adam68, Camille Mauclair69, les adversaires littéraires, qui reviennent à moi tout frémissants d’émotion. […] Quelle extraordinaire aventure et comme je m’y sens à l’aise, en marche vers quelque chose de grand.

Sacquin, 2002, p. 190.

424. À Alexandrine Zola

86[Paris] 4 décembre 1897

  • 70 Voir t. IX, lettre 37, n. 3, ainsi que la lettre suivante.

87[Zola sait que Le Figaro, devant les protestations des lecteurs, va abandonner la campagne70.]

88Mais tu me connais assez pour savoir que je ne lâcherai jamais.

Sacquin, 2002, p. 190.

425. À Alexandrine Zola

89[Paris] 5 décembre 1897

  • 71 Voir la lettre précédente.

90Cette interruption71 me permettra de recommencer la campagne avec une vigueur nouvelle si l’occasion se présente. Je vais donc tâcher de me tenir tranquille, à moins que la passion ne m’emporte encore. […] T’ai-je dit qu’avant de donner mes articles à de Rodays, je l’avais prévenu que je ne voulais pas toucher un sou pour cette campagne ? […] Cela s’est répandu et fait le tour de Paris.

Émile-Zola, 1997, p. xiii.
Sacquin, 2002, p. 190.

426. À Alexandrine Zola

91[Paris] 6 décembre 1897

  • 72 Voir la lettre 413, n. 3. Nous avons publié un autre extrait de cette lettre du 6 décembre dans le (...)

92[La date du premier « dîner Balzac » est fixée au 7 décembre72.]

  • 73 Voir la lettre suivante.

93Cela va m’amuser, je suis le seul de mes opinions là-dedans. Tu vois comme la conversation va être commode. Ils seront plus embarrassés que moi, car j’ai ma conscience et ma franchise qui parlent haut73 !

Sacquin, 2002, p. 190.

427. À Alexandrine Zola

94[Paris] 7 décembre 1897

  • 74 Il s’agit du premier dîner Balzac, chez Durand (→ lettre 421, n. 2). Le 4 décembre, Paul Bourget a (...)
  • 75 Dans ses Cahiers, Barrès écrit, à propos du dîner Balzac : « On parle de l’affaire Dreyfus et Zola (...)
  • 76 Quelques jours plus tard, Anatole France, sollicité par Marcel Proust, signa « l’adresse à Zola » (...)

95La petite fête a été très gentille, d’une bonne confraternité absolue74. […] J’étais seul de mon opinion75, j’ai senti pourtant qu’Anatole France devait être avec moi76.

Sacquin, 2002, p. 190.

428*. Destinataire inconnu

96Paris, 15 décembre 1897

  • 77 Zola s’adresse sans doute au gérant de l’immeuble où il avait installé Jeanne Rozerot et les enfan (...)

97Monsieur77,

98Madame Rozerot qui déménage samedi de l’appartement qu’elle occupe rue Taitbout, no 8, pour aller habiter rue du Havre no 3, me dit que vous désirez avoir un garanti de solvabilité, dans le cas où vous auriez à lui réclamer une somme d’argent pour les dégâts qu’elle a pu faire dans l’appartement qu’elle quitte. Je déclare donc vous garantir cette somme, lorsque l’architecte de la maison l’aura établie et lorsque l’architecte de madame Rozerot l’aura vérifiée, s’il y a lieu.

99Veuillez, Monsieur, recevoir l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., coll. Henri Mitterand.

429*. À Séverine

  • 78 Ce message fut sans doute rédigé un jour avant la lettre suivante, datée du 18 décem bre 1897.

100[Paris, 17 décembre 189778]

  • 79 Sur Séverine, voir t. V, lettre 80, n. 9.
  • 80 Zola paraît répondre à une demande d’interview, vraisemblablement au sujet de la mort d’Alphonse D (...)

101Chère madame, je serai très heureux de vous recevoir dimanche, à deux heures79, ainsi que vous le désirez80, et je vous prie d’agréer l’assurance de ma confraternelle sympathie.

L.a.s., coll. Guy Crépin.
Crépin, 2007, p. 243.

430*. À Séverine

102Paris, 18 décembre 1897

  • 81 Voir la lettre précédente.
  • 82 On sait que Zola allait prononcer le discours d’hommage aux obsèques de Daudet, le lundi 20 décemb (...)
  • 83 Nous ne possédons pas la réponse de Séverine. La Fronde ne publia pas d’interview de Zola en décem (...)

103Chère madame, je suis désolé, je ne pourrai vous attendre demain dimanche, à deux heures81. Cette mort de Daudet me bouleverse et me prend mon temps82. Voulez-vous venir le matin qu’il vous plaira, excepté lundi, ou bien un soir, à six heures83 ?

104Veuillez me croire votre bien cordial et bien dévoué.

L.a.s, coll. Guy Crépin.
Crépin, 2007, p. 243.

Notes

1 Nous n’avons aucun renseignement biographique sur Henry Grunau, qui habitait alors 30, rue Condorcet, dans le 9e arrondissement de Paris.

2 Il s’agit sans doute des représentations que Zola avait évoquées dans Le Voltaire du 22 juillet 1879 : « J’ai vu une troupe anglaise jouer dans un théâtre de Paris ; la salle était vide, et les rares spectateurs pouffaient de gaieté. Pourtant, la troupe donnait du Shakespeare. Il est vrai qu’à part deux ou trois acteurs, les autres étaient bien médiocres. Mais l’Angleterre pourrait nous envoyer ses meilleurs comédiens, je crois que Paris se dérangerait difficilement pour aller les voir » (« Le séjour de la Comédie-Française à Londres », O.C., t. XI, p. 319).
Nous n’avons pu identifier la troupe en question. Dans les pages de son livre British Entertainers in France (1959) consacrées au dix-neuvième siècle, Victor Leathers ne signale aucune visite d’acteurs anglais dans la capitale après celle de la troupe dirigée par l’acteur William Wallack, en 1855. La troupe de Wallack joua, au Théâtre-Italien, Macbeth (15 juin), Hamlet (22 juin) et Othello (25 juin). Zola était alors élève de cinquième, au collège d’Aix.

3 Peut-être s’agit-il en réalité de la troupe autrichienne dont parla Jules Claretie dans Le Temps du 28 janvier 1897 : « Un écrivain autrichien distingué, M. Rodolphe Lothar, s’est avisé de donner à Paris une série de représentations allemandes. Collaborant avec un ancien sociétaire du Burgtheater de Vienne, M. Bonn, il nous montrerait, il aurait l’intention de nous montrer les œuvres de Shakespeare, Hamlet ou Macbeth, telles qu’on les représente en Autriche, et aussi plusieurs pièces allemandes de l’école moderne. / Un correspondant de journal allemand, en me faisant savoir que M. Bonn, du Burgtheater, interprète Shakespeare d’une « façon tout à fait originale, basée sur une conception personnelle qui lui a valu les plus éclatants succès lors de sa récente tournée en Allemagne », me demande de lui envoyer mon opinion personnelle sur cette entreprise et me prie de lui dire, à mon sens, quel accueil fera au Shakespeare de M. Bonn le public français » (« La vie à Paris »). La visite projetée n’eut pas lieu.

4 Alfred de Lostalot cumulait depuis octobre 1895 les fonctions de critique dramatique et critique d’art de L’Illustration. Il collabora également à la Gazette des beaux-arts et écrivit, entre autres, Les Procédés de la gravure (1882), Les Arts du bois (1891) et L’École française : de Delacroix à Regnault (1891). Il publia en 1884 une traduction de la comédie d’Heinrich von Kleist, La Cruche cassée.

5 Il s’agit d’une épreuve du supplément musical qui allait accompagner le numéro de L’Illustration daté du 20 janvier 1897, lendemain de la première de Messidor au Palais-Garnier. On pouvait y lire le texte que Zola avait composé pour le ballet « La Légende de l’or », par lequel s’ouvre l’acte III du drame lyrique (O.C., t. XV, p. 565-567).

6 Le destinataire de ces lignes est sans doute Adolphe Aderer, courriériste théâtral du Temps. Dans Le Temps du 16 février 1897, Aderer publia, sous le titre « M. Emile Zola et la musique », une longue déclaration du romancier, qu’il présenta ainsi : « Il était permis de penser que, prenant part avec assiduité aux répétitions de Messidor, M. Emile Zola y trouverait matière à des réflexions. En effet, lorsque je demandai à l’auteur du livret de Messidor, il y a quelques jours, si, par exemple, il avait une opinion sur les rapports de la poésie et de la musique, il me répondit aussitôt … »
Pour la déclaration de Zola, voir Speirs et Signori, 1990, p. 181-182. En voici les premières lignes : « J’ai la conviction que le poème et la musique sont intimement liés ensemble. À ce point qu’à mon avis c’est le compositeur qui devrait écrire lui-même son livret. Il n’en était pas ainsi lorsque le librettiste se contentait de trouver et joindre ensemble un certain nombre de situations dramatiques ou comiques, qui fournissaient au musicien l’occasion de ‘morceaux à effet’, cavatines, duos, chœurs, quatuors, que le public pouvait entendre à heure fixe. Aussi bien, certains librettistes ne furent pas si maladroits. Le nommé Scribe n’a pas été inutile, croyez-le, à Meyerbeer. Quoi qu’il en soit, cette coupe d’ouvrage est aujourd’hui condamnée. Il n’y a pas à y revenir. Nous avons le drame lyrique. Il faut le garder. »
Adolphe Aderer (1855-1923) enseigna la littérature au collège Chaptal de 1876 à 1911, tout en collaborant à divers journaux. Reçu à l’agrégation de grammaire en 1881, il entra la même année au Temps. Il écrivit des pièces de théâtre et des livrets – citons La Première du Misanthrope (avec Armand Ephraïm ; Odéon, 1886), L’Un pour l’autre (Gymnase, 1895), Comme ils sont tous (avec Ephraïm ; Comédie-Française, 1910), Sainte Geneviève (musique de Gaston Salvayre ; Théâtre de Monte-Carlo, 1919) –, et laissa également plusieurs romans, dont Le Mariage du lieutenant (1884), Pour une rose (1890), La Comtesse Anarchie (1922).

7 Date du cachet postal.

8 La répétition générale de Messidor avait lieu le lendemain, à l’Opéra.

9 Il s’agit de la seconde représentation de Messidor, qui avait lieu le lendemain, à l’Opéra.

10 Le 24 février, Toulouse écrivit à Zola : « Merci de vos billets, dont j’ai profité et fait profiter mon beau-père lundi soir. Je comprends maintenant l’étonnement quelque peu dérouté de nos bons critiques, qui ne retrouvent plus rien de ce qui représente à leurs yeux un opéra, ni la coupe mélodique, ni l’ancienneté ou l’exotisme de la légende, ni les costumes à panache, ni les vers faciles des librettistes de profession. Ce qui m’étonne, étant donné le misonéisme du public théâtral et surtout du public conservateur auquel vous vous êtes adressé, c’est que vous ayez pu lui imposer ce réalisme, cette prose, ce souci des questions sociales. J’étais stupéfait, l’autre soir, de le voir entendre, sans protester, des chanteurs ordinaires déguisés en paysans chanter, sur des phrases sans rimes, les préoccupations brûlantes de la classe ouvrière. […] Vous êtes dans cette œuvre le grand poète de la vérité ; et il me semble que cette formule d’art, doublement nouvelle par la littérature et par la musique, et, dans un sens, plus élevée, sera mieux encore comprise de la foule que des amateurs et des savants auxquels elle semble tout d’abord s’adresser » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fos 147-148).

11 Il s’agit probablement du premier volume des Ballades françaises, publié par la Société du Mercure de France en mars 1897, avec une préface de Pierre Louÿs.
Paul Fort (1872-1960) fit ses études au lycée Louis-le-Grand, ou il se lia avec Pierre Louÿs et André Gide. À l’âge de dix-huit ans, il créa un théâtre d’avant-garde, d’abord Théâtre mixte (1890), qui fusionna avec le Théâtre idéaliste de Louis Germain pour former le Théâtre d’Art (1891-1893). Voulant combattre le Théâtre-Libre d’Antoine et ouvrir la voie à une littérature dramatique symboliste, il y mêla aux œuvres originales des pièces oubliées comme Les Cenci de Shelley et le Faust de Marlowe. Il publia ses premiers vers à partir de 1894, au Mercure de France et à L’Ermitage et composa au cours de sa vie une cinquantaine de recueils. En 1912, il fut élu « prince des poètes » en remplacement de Léon Dierx, après un référendum organisé par le Gil Blas. Il dirigea, de 1905 à 1914, une revue symboliste, Vers et prose, et composa des légendes dramatiques en vers : citons Ysabeau (Odéon, 1924) et Les Compères du roi Louis (Comédie-Française, 1927). Il reçut en 1952 le grand prix de l’Académie française.

12 Nous avons publié un court fragment de cette lettre dans le t. VIII (lettre 414).

13 C’est-à-dire au début de novembre 1896 (→ lettre 390). Coste était propriétaire d’une bastide à Celony – Zola a écrit Celoni –, près d’Aix.

14 Voir, dans Les Cahiers naturalistes, les annotations d’Alain Pagès. Le monument allait être érigé à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), lieu de naissance d’Alphonse Toussenel.

15 Voir là-dessus l’Introduction biographique du t. VIII et, surtout, Ternois, 1961, p. 374-378.

16 C’est-à-dire pour solder le prix convenu pour l’achat des droits de traduction en espagnol de Paris, qui était de quatre mille francs. Manuel Maucci, éditeur à Barcelone, avait déjà obtenu, moyennant la même somme, les droits de traduction de Lourdes et de Rome. La traduction espagnole de Paris fut réalisée par Enrique Leopoldo de Verneuil.

17 D. Giovannacci, co-propriétaire, avec L. & B. Ghelfi, d’une scierie de pierres dont le siège parisien se trouvait au 84, rue du Faubourg St-Antoine, avait déjà servi d’intermédiaire entre Maucci et Zola. C’est lui qui avait remis au romancier, en février 1897, un chèque de mille francs, en acompte des droits pour Paris ; quatre mois plus tôt, il lui avait fait parvenir les traductions espagnoles de Lourdes et de Rome et sollicité un entretien au sujet de Paris (arch. familiales). Mais c’est Maucci lui-même qui envoya à Zola, le 4 octobre, un chèque de trois mille francs, accompagné d’une lettre rédigée en espagnol : il souhaitait obtenir un acte notarié attestant l’exclusivité de ses droits pour Rome et Paris (ibid.)

18 Il s’agit de l’article que Fernand Xau avait demandé à Bourget d’écrire pour le lancement de Paris : voir l’Introduction biographique du t. IX, p. 25-26, ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

19 Le 5 novembre, Bourget écrivit à Zola : « Je suis libre de déjeuner jeudi. Mais par suite d’une course à faire, il me serait plus commode que le rendez-vous fût au café Durand, place de la Madeleine. […] Heureux de passer un couple d’heures avec vous. Excusez-moi de modifier l’endroit de cette reprise à nous deux de l’antique Bœuf nature » (BNF, MSS, n.a.f. 24511, fo 310). Le café Durand se trouvait 2, place de la Madeleine, à l’angle de la rue Royale. Voir aussi la lettre 413.

20 C’est-à-dire Gaston Arbouin, propriétaire et directeur d’un journal radical de Troyes (Aube), Le Petit Troyen, et d’une revue littéraire fondée à Troyes en mars 1897, Les Romans d’amour.
Gaston Arbouin (1849-1907) entra en 1874 au service de la ville de Paris, sous la direction d’Adolphe Alphand. Il collabora ensuite à divers journaux, dont Le Réveil et Le Citoyen. Rédacteur au Petit Troyen à partir de 1881, il en devint propriétaire en 1890. Député de Troyes de 1900 à 1906, il siégea au groupe radical-socialiste.

21 On se rappelle que Marpon et Flammarion avaient publié la première édition illustrée de Nana (→ t. III, lettre 306).

22 Nous ne possédons pas la réponse de Flammarion. La collection incomplète des Romans d’amour que conserve la BNF s’arrête vers la fin de 1897, avant la reproduction de Nana. Notons toutefois qu’Arbouin y publia Une page d’amour, dans les numéros 2 à 53 (non datés).

23 Voir t. IX, lettre 13. C’est sans doute le 9 novembre que Zola écrivit la lettre 15 du même tome.
Alexandrine Zola était partie pour l’Italie le 10 octobre, et nous ne possédons pas ses réponses aux longues lettres que son mari lui écrivait tous les soirs. Elle fut de retour à Paris le 12 décembre.

24 Jean-Baptiste Darlan.

25 Le jour même, Scheurer-Kestner s’était entretenu avec Mathieu Dreyfus, l’avocat Louis Leblois et Emmanuel Arène, député de la Corse. Il écrivit dans ses Mémoires : « Nous comparons une nouvelle fois les (nombreuses) lettres d’Esterhazy à l’écriture du bordereau. Pas de doute. / Nous reprenons le problème du dépôt de requête. Leblois estime qu’avant de la déposer il faut que M. Mathieu Dreyfus écrive une lettre au ministre de la Guerre pour dénoncer Esterhazy, avec pièces à l’appui. Nous ne sommes pas de cet avis : le ministre de la Guerre, une fois averti, nous attaquera sur ces lettres et cherchera à détruire d’avance l’effet qu’elles pourraient produire. Par ailleurs, j’aurais l’air d’être à la remorque de la famille Dreyfus en déposant ma requête de suite après la dénonciation. Leblois insiste et je crois aujourd’hui que c’est lui qui avait raison pour plusieurs motifs. /Emmanuel Arène nous confie qu’il va commencer dans Le Figaro, toujours en dehors de nous, une campagne très prudente de révélations, afin de gagner ainsi les huit jours que Leblois demande pour préparer la requête qu’il était décidé à ne pas faire » (1988, p. 176-177).

26 Voir la lettre suivante.

27 Nous avons publié un très court extrait de cette lettre dans le t. IX (lettre 17).

28 Gambetta est mort le 31 décembre 1882.

29 Alexandrine avait accompagné son mari à Sedan en avril 1891, lorsqu’il rassemblait la documentation de La Débâcle.

30 On sait que Fernand Xau, le directeur du Journal – où paraissait alors Paris –, allait donner au quotidien une orientation antidreyfusarde. Sur Xau, voir t. V, lettre 306, n. 2.

31 C’est-à-dire à la suite de la publication dans Le Figaro du 14 novembre de l’article d’Emmanuel Arène (→ lettre 408, n. 2) sur « Le dossier de M. Scheurer-Kestner ». Sous le pseudonyme de « Vidi », Arène divulguait les arguments de Scheurer en faveur de la révision du procès Dreyfus et affirmait que le véritable auteur du bordereau était un officier qu’on avait dû « faire sortir » de l’armée « en raison de ses allures singulières, de ses relations louches, mais sans avoir de preuves certaines contre [lui] » ; cet officier était « fort connu et fort répandu à Paris même », il avait son domicile « dans un des quartiers riches de la capitale », il était « titré, marié, et très apparenté ».

32 La veille, le général de Pellieux avait ouvert son enquête sur les activités d’Esterhazy.

33 Trois jours plus tard, dans son premier article sur l’affaire Dreyfus (→ lettre 415), Zola allait écrire à propos de Scheurer-Kestner : « S’il se taisait, en dehors même de la promesse qu’il avait faite, c’était justement qu’il avait charge de vérité. Cette pauvre vérité, nue et frissonnante, huée par tous, que tous semblaient avoir intérêt à étrangler, il ne songeait qu’à la protéger contre tant de passions et de colères. Il s’était juré qu’on ne l’escamoterait pas, et il entendait choisir son heure et ses moyens, pour lui assurer le triomphe. Quoi de plus naturel, quoi de plus louable ? Je ne sais rien de plus souverainement beau que le silence de M. Scheurer-Kestner, depuis les trois semaines où tout un peuple affolé le suspecte et l’injurie. Dressez donc cette figure-là, romanciers ! Vous aurez un héros ! » (O.C., t. XIV, p. 887)

34 Ces mots annoncent la célèbre conclusion de l’article précité de Zola : « La vérité est en marche, et rien ne l’arrêtera » (ibid., p. 888).

35 Fernand de Rodays, le codirecteur du Figaro (→ t. VIII, lettre 230, n. 1).

36 Il s’agit de la réponse à la lettre que Zola avait adressée à Scheurer-Kestner le 20 novembre (t. IX, lettre 21).

37 Nous ne possédons pas la lettre de Bourget.

38 Sur le déjeuner du 25 novembre avec Bourget et Barrès, qui avait lieu au café Durand (→ lettre 416, n. 3), et sur le « dîner des Sept », qui allait devenir le dîner Balzac, voir l’Introduction biographique du t. IX, p. 25-26.

39 Lettre non retrouvée.

40 Date du cachet postal.

41 Nous avons publié un court extrait de cette lettre dans le t. IX (lettre 22).

42 Sous le titre « M. Scheurer-Kestner » (→ t. IX, lettre 21, n. 3).

43 Il s’agit sans doute de Jules Gaullet, le caissier de la librairie Fasquelle.

44 Autre nom du chien Pinpin (→ t. IX, lettre 5).

45 Le nouvel appartement des Fasquelle se trouvait 134, boulevard Haussmann.

46 La maison Alexandre Jamais (« spécialité de langues de bœuf, pieds de porc truffés, charcuterie fine, foie gras, conserves de légumes et fruits, vins et liqueurs ») se trouvait 12, rue La Fayette. Fondée à Metz en 1822, elle avait été transportée à Paris en 1871.

47 Charles Fasquelle était né le 9 juillet 1897. Il allait succéder à son père à la tête des Éditions Fasquelle. Il mourut en 1965.

48 Mariette et Renée Fasquelle (→ t. IX, lettre 181, n. 8).

49 Marcel Hutin, alors rédacteur au Gaulois.

50 Voir la lettre 413. Les trois hommes déjeunèrent de nouveau chez Durand le 1er décembre, avec un quatrième convive, Anatole France : voir la lettre 421.

51 « M. Scheurer-Kestner » (→ lettre précédente).

52 A propos du déjeuner du 25 novembre, Barrès écrivit dans ses Cahiers : « Un mot me frappait beaucoup dans la bouche de Zola […] ; il avait publié le matin un article, d’ailleurs absurde, pour Dreyfus. Et il disait de sa démonstration : c’est scientifique, c’est scientifique…/C’est ce même mot que si souvent, dans le même sens, j’ai entendu employer par des niais, non pas des menteurs, mais des illettrés de réunion publique » (1929, p. 223-224).

53 Nous possédons, entre autres, les lettres de Marguerite Charpentier, Georges Clairin, Aurélien Lugné-Poe et Jules Siegfried.

54 Voir la lettre précédente.

55 Le jour même, Mirbeau avait écrit à Zola : « Quel beau, quel brave, quel admirable article vous avez écrit hier ! Et avec quel soulagement nous avons entendu, au milieu de tous ces cris et de toutes ces hontes, votre grande et noble voix ! Ç’a été une émotion qui a fait frissonner tous les cœurs qui ne sont pas encore pourris !/Et c’est plus qu’une belle page, c’est un acte d’un beau courage ! » (Michel et Nivet, 1990, p. 16). Sur l’engagement dreyfusiste de Mirbeau, voir Nivet, 1990.

56 De son côté, Sarah Bernhardt écrivait : « Laissez-moi vous dire, bien cher grand maître, l’émotion indicible que m’a fait éprouver votre cri de justice. Je ne suis qu’une femme et je ne puis rien dire, moi ; mais je suis angoissée, je suis hantée, et votre belle page d’hier a été pour moi une réelle souffrance, un réel soulagement. […] À vous que j’aime depuis longtemps je dis merci, merci de toutes les forces de mon intuition douloureuse qui me crie il y a crime, il y a crime, il y a crime ! Merci Émile Zola, merci Maître, merci, merci, merci au nom de l’éternelle justice » (BNF, MSS, n.a.f. 24511, fos 168-169).

57 C’est-à-dire une dépêche annonçant, dans la presse italienne, la publication de l’article intitulé « M. Scheurer-Kestner » (→ lettre 415).

58 Voir la lettre suivante.

59 Nous avons publié un court extrait de cette lettre dans le t. IX (lettre 29).

60 Voir la lettre suivante.

61 Selon Joseph Reinach, Zola avait prévu initialement de publier dans Le Figaro trois « portraits », ceux de Scheurer-Kestner, de Dreyfus et de Picquart (1903, p. 67).

62 C’est-à-dire « Le syndicat », son deuxième article ayant trait à l’affaire Dreyfus, qui parut dans Le Figaro du 1er décembre (→ t. IX, lettre 29, n. 1).

63 Nous possédons, parmi les lettres de félicitations datées du 1er décembre, celles de Henry Bauër, Jean-Baptiste Charcot, Maurice Dreyfous, Abraham Dreyfus, Lucie Dreyfus, Théodore Duret, Henry Leyret et Pierre-Victor Stock.

64 Il faut penser que Zola parla également dans sa lettre de son déjeuner avec Bourget, Barrès et Anatole France, chez Durand (→ lettre 416, n. 1). « J’y étais allé à condition que l’on ne parlerait pas de l’affaire Dreyfus, écrit Barrès dans ses Cahiers. On a créé le dîner définitif : les deux Daudet et Cherbuliez » (1929, p. 224). Il s’agissait, bien sûr, d’Alphonse et Léon Daudet et de l’écrivain et académicien Victor Cherbuliez : voir la lettre 427.

65 Voir aussi les extraits de cette lettre publiés dans le t. IX (lettre 31).

66 Zola allait être candidat, le 26 mai 1898, aux fauteuils du duc d’Aumale et d’Henri Meilhac. Il obtint une voix pour le fauteuil de Meilhac, celle de Jules Claretie. Pour le premier fauteuil, il n’obtint aucune voix. Ce furent ses dernières candidatures académiques.

67 C’est-à-dire à la suite de son article « Le syndicat » (→ lettre 420, n. 1).

68 La lettre de Paul Adam est vraisemblablement la suivante, datée de « jeudi » : « Je ne résiste pas au désir de vous jeter mon cri d’admiration pour l’article humain et magnifique d’hier, au Figaro ! /Ah ! Ne pourra-t-on pas quelque jour créer la « ligue des intellectuels » contre les Valets de la Populace, journalistes et parlementaires, sectaires aussi !/Comme nous marcherons volontiers, derrière vous, à la conquête de la Liberté Mentale » (BNF, MSS, n.a.f. 24510, fos 10-11). Sur Paul Adam, voir les Notices biographiques du t. V.

69 La lettre de Camille Mauclair n’a pas été retrouvée, mais il écrivit de nouveau à Zola le 8 décembre, après avoir été traité, dans La Libre Parole du 6 décembre, de « coadjuteur de M. Bernard Lazare et du syndicat » (dans l’article de tête, signé « Gallus ») : « En dehors de toute question littéraire, sur laquelle nous nous querellerons de nouveau un jour, j’ai pour votre conduite présente, en tant qu’homme, la plus complète estime. […] De même que vous vous êtes honoré d’être compris dans ‘ le syndicat’, je m’honore d’avoir été traité de ‘ coadjuteur’du même syndicat pour la cause que vous servez, et que trop peu d’écrivains ont le courage de servir » (n.a.f. 24522, fos 39-40).
Poète appartenant à la mouvance symboliste, romancier, auteur dramatique et critique d’art, associé de Lugné-Poe au théâtre de l’Œuvre, Camille Mauclair (pseudonyme de Séverin Faust [1872-1945]) collaborait alors à L’Aurore, où il avait dénoncé, dès le 11 novembre, les journaux qui se ruaient sur Scheurer-Kestner (« Inconscience de la foule »). Le 13 décembre, sous le titre « Écrivains, mais citoyens ! », il y soutint la campagne de Zola. À la fin de sa vie, sous l’Occupation, il écrivit dans la presse collaborationniste de nombreuses chroniques anglophobes et antisémites.

70 Voir t. IX, lettre 37, n. 3, ainsi que la lettre suivante.

71 Voir la lettre précédente.

72 Voir la lettre 413, n. 3. Nous avons publié un autre extrait de cette lettre du 6 décembre dans le t. IX (lettre 35).

73 Voir la lettre suivante.

74 Il s’agit du premier dîner Balzac, chez Durand (→ lettre 421, n. 2). Le 4 décembre, Paul Bourget avait écrit à Zola : « Cherbuliez […] demande qu’on l’excuse pour ce premier jour étant dans son roman de la Revue des deux mondes » (BNF, MSS, n.a.f. 24511, fo 329).

75 Dans ses Cahiers, Barrès écrit, à propos du dîner Balzac : « On parle de l’affaire Dreyfus et Zola, à qui le Figaro est fermé, se demande où il pourrait faire des brochures. On lui indique un homme. On craint à chaque phrase que lui et moi ne haussions trop le ton sur cette irritante affaire qui nous divise, mais tout va bien. C’est un brave homme » (1929, p. 230). Selon Daniel Halévy (1994, p. 50-51), Zola porta sa première brochure, Lettre à la jeunesse, chez l’éditeur Arthème Fayard, qui refusa de la publier.
Le 18 décembre, quatre jours après la publication de la Lettre à la jeunesse chez Fasquelle, Paul Bourget écrivit à Zola, de Costebelle : « Vous ne m’avez pas envoyé votre brochure. Êtes-vous toujours dans le même état de violente combativité ? […] Vous savez que je ne suis pas de votre conviction, et que jusqu’à nouvel ordre je m’en tiens à ce qu’ont dû voir les juges du Conseil de guerre. Mais, pensant le contraire, vous avez, en parlant comme vous l’avez fait, donné une belle preuve de votre admirable sincérité, et il est triste que même les adversaires de votre thèse n’aient pas senti cela. » Et il ajouta : « Je vous ai envoyé le fils d’Halévy et le jeune Bizet qui sont venus très spontanément me demander de signer une adresse en faveur de votre attitude. J’y étais prêt, sous la condition qu’il n’y avait pas d’équivoque qui vous confondrait avec l’affaire Dreyfus. Ces jeunes gens ont paru troublés et je leur ai dit de savoir ce que vous désiriez. Ai-je bien fait ? » (BNF, MSS, n.a.f. 24511, fo 311) Daniel Halévy s’était rendu chez Zola, avec Jacques Bizet, le 12 décembre : on peut lire le récit de cette visite dans les pages précitées de son ouvrage posthume de 1994.

76 Quelques jours plus tard, Anatole France, sollicité par Marcel Proust, signa « l’adresse à Zola » organisée par Daniel Halévy et Jacques Bizet. À la date du 12 décembre, Halévy écrivit : « Nous avons une autre signature, France. C’est un document étrange que cette feuille, qui devait être couverte de noms de réputés « courageux », nos moralistes, et qu’un seul a signée, l’immoraliste et le sceptique, qui si souvent a attaqué Zola » (1994, p. 50). Sur la pétition, première forme du « Manifeste des Intellectuels » de L’Aurore que France signa dès le 12 janvier 1898, voir Pagès, 1998, p. 124-126.

77 Zola s’adresse sans doute au gérant de l’immeuble où il avait installé Jeanne Rozerot et les enfants en 1892 (et non en 1893, comme nous l’avons écrit dans le t. VIII [lettre 57, n. 2]).

78 Ce message fut sans doute rédigé un jour avant la lettre suivante, datée du 18 décem bre 1897.

79 Sur Séverine, voir t. V, lettre 80, n. 9.

80 Zola paraît répondre à une demande d’interview, vraisemblablement au sujet de la mort d’Alphonse Daudet : ce dernier était décédé subitement le 16 décembre, dans la soirée. Le samedi 18 décembre, Séverine consacra à Daudet sa chronique de La Fronde intitulée « Notes d’une frondeuse ». Elle écrivit notamment : « D’autres énuméreront ses œuvres, prôneront la délicatesse de son style et le charme de sa fantaisie, diront qu’il fut grand… Moi, je préfère m’en tenir à ceci : qu’il fut bon. Et de la bonté que j’aime, pas moutonnière ni dogmatique, spirituelle, souriante, agressive au seul pharisaïsme, ses prétentions et ses ridicules : ce que l’on peut appeler ‘la bonté armée’. »

81 Voir la lettre précédente.

82 On sait que Zola allait prononcer le discours d’hommage aux obsèques de Daudet, le lundi 20 décembre (→ t. IX, lettre 45, n. 1).

83 Nous ne possédons pas la réponse de Séverine. La Fronde ne publia pas d’interview de Zola en décembre 1897 (le premier numéro du quotidien avait paru le 9 décembre).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search