Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1896

Texte intégral

373*. À Jean Aicard

1Paris, 12 janvier 1896

  • 1 Le 9 janvier 1896, Zola avait posé sa candidature au fauteuil académique d’Alexandre Dumas fils, q (...)

2Pourquoi, mon ami, ne vous dirais-je pas franchement que je regrette votre candidature ? Vous ne passerez pas et vous m’empêcherez sans doute de passer1.

3Et je vous dis cela, parce que j’en sens le besoin, en toute affection, sans vouloir vous troubler dans votre volonté.

  • 2 Voir la lettre suivante.

4Je vous serre fraternellement les deux mains2.

L.a.s., Musée Jean Aicard, La Garde.

374*. À Jean Aicard

5[Paris, 23 janvier 1896]

  • 3 Zola paraît répondre à la lettre qu’Aicard lui avait envoyée le 22 janvier, en réponse à sa lettre (...)

6Merci, mon cher Aicard. On reçoit tant de coups de pied dans notre partie, que rien n’est bon comme la poignée de main d’un brave homme, qui vous a compris et qui vous en estime davantage3.

7Cordialement.

L.a.s., Musée Jean Aicard, La Garde.

375*. À Henri Charriaut

8[Paris, vers le 9 février 1896]

  • 4 Zola répond, selon toute vraisemblance, à la lettre qu’Henri Charriaut, alors secrétaire de rédact (...)

9La traduction de Rome en portugais est cédée. Avec mes regrets4.

L.a.s. (facs.), www.seaportautographs.com.

376. À André Jayet

  • 5 Cette lettre fut sans doute rédigée le 12 février 1896, et non le 12 mars, comme l’imprime La Mand (...)

10Paris, 12 [février] 18965

  • 6 André Jayet était le rédacteur en chef de La Mandoline, revue littéraire fondée en 1893 par un jeu (...)

11Cher monsieur6,

12Je suis très touché de votre lettre, et vous prie de remercier bien vivement vos amis de La Mandoline en mon nom.

  • 7 Zola répond à la lettre que Jayet lui avait adressée le 10 février, au sujet de l’article intitulé (...)

13Mais je ne veux pas de banquet, ce serait donner à l’incident une importance qu’il n’a pas7.

  • 8 La Mandoline imprime « en butte contre sa mémoire ».
  • 9 Dans son article du 18 janvier, Zola avait écrit : « Ah ! certes, si la poésie n’est que la source (...)

14J’aimais d’ailleurs beaucoup Verlaine. Je serais désolé d’entrer en lutte contre sa mémoire8, il y aurait là un malentendu que j’entends éviter à tout prix9. Et, enfin, je ne suis qu’au début d’une campagne, je désire rester maître de mes mouvements.

15Cordialement à vous.

La Mandoline, avril 1896.

377*. À Jean Aicard

  • 10 Date du cachet postal.

16[Paris, 12 mars 189610]

  • 11 Ce recueil de vers sur divers épisodes de la vie du Christ venait de paraître chez Flammarion.
  • 12 C’est-à-dire débarrassé des dernières épreuves. Zola avait écrit les dernières pages de son roman (...)

17Merci, mon cher Aicard, de l’aimable envoi de votre Jésus11, que je vais lire avec un bien grand intérêt, quand je serai débarrassé de mon terrible Rome12.

18Affectueusement à vous.

L.a.s., Musée Jean Aicard, La Garde.

378*. À Édouard Toulouse

19[Paris, vers le 12 avril 1896]

  • 13 Zola répond, selon toute vraisemblance, à la lettre que Toulouse lui avait envoyée le samedi 11 av (...)

20C’est parfait, mon cher docteur. À mardi prochain13.

21Cordialement.

L.a.s., Centre hospitalier Édouard Toulouse, Marseille.

379*. À Pierre Mainguet

22Médan, 9 mai 1896

  • 14 Sur Pierre Mainguet, directeur-gérant de La Revue hebdomadaire, voir t. VII, lettre 357, n. 1.

23Cher monsieur14,

  • 15 Le 7 mai, Mainguet avait écrit à Zola : « Je désirerais avoir un entretien avec vous au sujet de l (...)

24Je n’irai pas à Paris avant une dizaine de jours ; et, dans ce cas si vous désirez me voir, je vous conseille de venir mardi, en prenant le train de 2 h 25 pour Villennes. Il y a, de Villennes à Médan, vingt-cinq minutes à pied. Si rien ne presse, je vous donnerai un rendez-vous à Paris, sans doute le 2115.

25Bien cordialement à vous.

L.a.s., coll. Eric Oechslin.

380*. À Paul Bourget

26Médan, 11 mai 1896

  • 16 Il s’agit de l’article que Zola se proposait de publier dans Le Figaro sur le procès que Bourget a (...)

27Mon cher ami, ce n’est pas seulement une position difficile et décidément énervante vis-à-vis de l’Académie, qui me fait remettre l’article16, c’est aussi le désir que le jugement soit rendu et que toute la presse se soit prononcée : je résumerai l’affaire. Huard m’a écrit que la plaidoirie de Pouillet a été trouvée fâcheuse et qu’il considère votre procès comme gagné.

  • 17 Dans sa lettre du 8 mai, Bourget précisait : « Il y aura une séance de discussion des titres le 21 (...)

28Je pense vous voir à Paris au moment de l’élection. J’estime que je n’aurai des chances d’être élu que si les dix ou douze amis solides qui voteront pour moi au premier tour s’entêtent ensuite sur mon nom ; car des voix de second tour sont promises et c’est à gagner de ces voix que doivent surtout s’employer mes amis17. Je vous dirai que je me tiens le plus possible à l’écart, ne voulant rien demander moi-même, tellement j’ai le cœur gonflé de cette trop longue injustice. Je m’en remets pour le résultat au simple bon sens.

  • 18 « Vous reposez-vous ? demandait Bourget, ou déjà Paris vous reprend-il ? » (fo 306).

29Non, je ne me jette pas tout de suite dans un gros travail18, je vais me reposer un peu en me contentant de mes articles du Figaro. Et je suis ici à respirer et à me reprendre. Au fond, vous travaillez plus que moi, car je vous vois attelé à des besognes considérables. Il faut dire que vous êtes un sage, loin de Paris, sous le plus clair et le plus parfumé des soleils. J’envie votre voyage au Japon. Moi, c’est fini, je voudrais vite finir ma dernière page et dormir.

30Veuillez présenter mes hommages à madame Bourget, et me croire, mon ami, votre bien fidèle et bien affectueux.

L.a.s., coll. particulière.
Becker, 1999b, p. 48.

381. À Pierre Mainguet

31Médan, 12 mai 1896

32[Zola lui demande de fixer la date de publication de Rome]

  • 19 Voir la lettre 379. La Revue hebdomadaire commença la publication de Rome le 27 juin.

33[…] dans un mois, six semaines, à moins que vous ne préfériez attendre deux mois19.

Extr., cat. libr. Alain Nicolas (Les Neuf Muses), été 1995.

382*. À Attilio Luzzatto

34Médan, 19 mai 1896

35Mon cher confrère,

  • 20 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VIII (lettre 316). Selon le catalogue de v (...)

36Je vous accuse réception d’un chèque de 1 750 francs, dont je vous envoie un reçu20.

37Si Rome a quelque succès en Italie, et si l’on y comprend que j’ai parlé fraternellement, tout en disant ce que je crois être la vérité, j’en serai fort heureux, car je n’ai que de la sympathie dans le cœur.

38Veuillez nous rappeler au bon souvenir de madame Luzzatto, et me croire votre bien dévoué et bien cordial confrère.

L.a.s. (facs.), cat. vente Sotheby’s du 15 février 2002.

383. À Antoine Guillemet

39Médan, 24 juin 1896

  • 21 Guillemet avait écrit à Zola le 29 mai, après avoir lu Rome, et sa lettre contenait ce post-script (...)

40[Zola répond à son vieil ami que son samedi est pris21.]

  • 22 C’est-à-dire Oscar Stoumon et Édouard Calabresi. Zola venait sans doute de recevoir la lettre que (...)
  • 23 Le 1er octobre 1896, Guillemet écrivit à Zola, de Moret-sur-Loing : « Je viens vous rappeler votre (...)

41Bruneau, qui est en villégiature à Meulan, donne ce jour-là une audition de notre opéra, Messidor, aux directeurs du théâtre de la Monnaie, à Bruxelles22 ; et il serait désespéré si nous ne tenions pas la promesse que nous lui avons faite d’y assister23.

Extr. de cat., vente Piasa du 20 novembre 2008.

384. À Victorien Sardou

42Médan, 27 juin 1896

  • 24 Nous n’avons pas retrouvé la lettre de Sardou à laquelle Zola répond. Sardou était alors président (...)
  • 25 Voir, dans le t. VIII, la lettre que Zola avait envoyée à Alfred Bruneau le 22 juin 1896 (lettre 3 (...)

43En effet, mon cher Sardou, mon intention était de faire pour les Auteurs dramatiques ce que j’ai fait pour les Gens de lettres24. Je comptais, d’abord, aller en causer avec vous, car j’aurais eu besoin de vos bons conseils. Mais je viens de me fâcher avec Le Figaro, où l’on trouvait que mes articles étaient trop d’un professionnel et d’un polémiste littéraire25. Je regrette infiniment de ne pouvoir écrire l’article dont vous me parlez, qui aurait été, je crois, une bonne et utile chose.

Extr. de cat., vente Piasa du 20 novembre 2008.

385. À Augustin Cabanès

44Médan, 5 juillet 1896

  • 26 Voir, dans Les Cahiers naturalistes, l’article de Yasmine Mortazavi ; sur Augustin Cabanès, voir t (...)

45Cher monsieur26,

46L’été, je suis absolument rétif aux interviews, car je suis à la campagne et je me repose.

  • 27 Le 1er juillet, Cabanès avait écrit à Zola : « À la suite de la lecture d’un éloquent et généreux (...)

47Ce que je pense de Sainte-Beuve ? Que c’était une très vaste intelligence, un critique très pénétrant, sinon très juste, et qu’il mérite sûrement un buste, et même la statue tout entière, en nos temps si prodigues en marbres inutiles27.

48Cordialement à vous.

La Chronique médicale, 15 juillet 1896.
Mortazavi, 1999, p. 306.

386*. À Édouard Toulouse

49Médan, 9 septembre 1896

50Mon cher docteur,

  • 28 Alexandrine allait quitter Paris le dimanche 13 septembre, au soir (→ t. VIII, lettre 357, n. 2).
  • 29 Le 2 juillet, Toulouse avait demandé à Zola de lui accorder « 2 ou 3 rendez-vous » au mois de sept (...)

51Ma femme part pour Rome, et je vais passer quelques jours à Paris28. Voulez-vous m’y venir voir, de dix heures à midi, soit samedi, soit dimanche ? Je préférerais dimanche29.

  • 30 Nous ne possédons pas la réponse de Toulouse. Le 24 septembre, il écrivit à Zola : « J’irai vous v (...)

52Je serai à Paris dès vendredi matin, et veuillez m’y adresser votre réponse, rue de Bruxelles30.

53Cordialement.

L.a.s., Centre hospitalier Édouard Toulouse, Marseille.

387*. À Édouard Toulouse

54Paris, 27 octobre 1896

55Mon cher docteur,

  • 31 Nous corrigeons l’orthographe de Zola, qui a écrit « des Rodays » : il s’agit de Fernand de Rodays (...)
  • 32 Voir la lettre précédente. Zola avait eu l’idée de faire paraître dans Le Figaro un article de lan (...)
  • 33 On sait que Louis Ganderax allait publier dans le numéro de La Revue de Paris daté du 1er novembre (...)
  • 34 Toulouse n’avait pas obtenu, semble-t-il, l’assentiment de Marcelin Berthelot, et Zola avait songé (...)
  • 35 Sur Georges Gilles de La Tourette (Zola a écrit « Gille de la Tourrette »), que le romancier avait (...)

56Je viens d’écrire à de Rodays31 pour lui rappeler sa promesse et lui dire qu’il va recevoir des bonnes feuilles32. Je lui annonce l’envoi de la préface par Ganderax33. Mais je suis inquiet pour l’article de tête, si on ne lui indique pas quelqu’un pour l’écrire. Je ne sais encore ce que vous a répondu Robin34. J’ai songé à une autre autorité médicale : Gilles de La Tourette, que je connais, qui sera heureux de m’être agréable, et qui sait écrire35. Vous devriez le voir. Puis il faudra bien, en cas d’acceptation de sa part ou de la part d’un autre, que vous vous entendiez avec de Rodays, soit par lettre, soit de vive voix, pour qu’il commande l’article, car lui seul a qualité pour le faire. Le pis est qu’il faut se presser.

57Je vous envoie deux petites listes. L’une contient les noms de quatre de mes amis, auxquels je vous prie d’envoyer votre livre. L’autre est une liste pour la publicité. J’aurais cru avoir plus de noms à vous indiquer. Mais il est inutile de perdre des volumes, en les donnant à des gens qui ne parleront certainement pas de l’œuvre.

  • 36 Zola allait retrouver sa femme à Marseille, au moment où elle revenait d’Italie (→ lettre précéden (...)

58Je pars demain soir mercredi, et je ne serai de retour qu’à la fin de la semaine prochaine36.

59Cordialement à vous.

Pour la publicité
Clemenceau 12 r. Clément-Marot
Fernand Xau 33 Av. Victor Hugo
Philippe Gille 62 r. Jouffroy
Henry Fouquier 12 Av. de l’Alma
René Doumic, à la Revue des deux Mondes
Gaston Deschamps 74 r. de Seine
Gustave Larroumet 9 r. du Val-de-Grâce
Maurice Barrès 8 r. Caroline
Henry Maret 50 rue du Four
Émile Faguet 39 rue des Noyers
Adolphe Brisson 62 r. Taitbout
Sarcey 59 rue de Douai
Yves Guyot 95 rue de Seine
Gustave Geffroy 133 r. de Belleville

Amis
Eug. Fasquelle 6 avenue de l’Opéra
Georges Charpentier 3 Avenue du Bois de B.
Bruneau 11 bis rue Viète
F. Desmoulin 13 r. Washington

L.a.s., Centre hospitalier Édouard Toulouse, Marseille.

388*. À Édouard Toulouse

60Paris, 28 octobre 1896

61Mon cher docteur,

  • 37 Il s’agit de la lettre précédente.
  • 38 Dans sa lettre précitée du 27 octobre, Toulouse écrivait : « Je ferai venir dès demain ou après-de (...)
  • 39 Sur le fils d’Alphonse Daudet, voir les Notices biographiques du t. VIII. Il avait abandonné ses é (...)

62Je vous ai écrit hier soir en vous désignant Gilles de La Tourette comme pouvant faire l’article37. Si l’affaire ne s’arrange pas avec lui, vous avez raison. Il faut laisser faire de Rodays. Mais vous me dites de veiller sur l’article promis38, et c’est ce que je ne puis faire, puisque je pars. Maintenant, il ne faudrait pas que l’article parût avant le 8 ou le 9 puisque le volume n’est mis en vente que le 10. Dites cela dans une lettre que je vous conseille d’écrire à de Rodays en lui envoyant les bonnes feuilles. Oui, donnez deux exemplaires. Léon Daudet ne serait pas bon du tout, pour une infinité de raisons39.

63Bien à vous.

  • 40 Zola arriva à Marseille le jeudi 29 octobre dans la matinée ; il partit pour Aix, avec Alexandrine (...)

64Écrivez-moi s’il y a lieu poste restante à Aix jusqu’à dimanche, et poste restante à Marseille jusqu’à mardi40. Je parle des jours de départ de Paris, pour les lettres.

L.a.s., Centre hospitalier Édouard Toulouse, Marseille.

389. À Louis Ganderax

65Paris, 25 novembre 1896

66Mon cher Ganderax,

  • 41 Zola répond ici à la lettre que Ganderax lui avait adressée le 24 novembre 1896, après avoir lu so (...)
  • 42 Voir là-dessus t. VIII, lettre 376.
  • 43 Zola rassemblait alors la documentation de Paris et travaillait également, semblet-il, au livret d (...)

67Je n’ai qu’à me louer de La Revue de Paris, elle ne m’a causé aucune contrariété, et c’est moi qui serais désolé de vous avoir été le moins du monde désagréable41. […] Certainement, je serais très heureux d’accepter votre très aimable offre à déjeuner42. Mais je travaille le matin, jusqu’à une heure, et en ce moment je m’acharne tellement à une besogne, que je ne veux pas perdre un jour43.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 4 octobre 2005.

390. À Numa Coste

68[Paris, fin novembre 1896]

69Mon bon ami,

  • 44 Dans Le Sémaphore de Marseille des dimanche 22 et lundi 23 novembre, sous le titre « Une étude des (...)
  • 45 On sait que Toulouse avait entrepris son enquête précisément pour contredire les thèses de Lombros (...)
  • 46 C’est-à-dire de Marseille et d’Aix (→ lettre 388, n. 4) : les Zola avaient rendu visite à Coste au (...)

70Je lis aujourd’hui votre article sur le livre du docteur Toulouse44 (saviez-vous qu’il est de Marseille ?) Je crois que vous l’avez lu un peu vite, car il ne conclut pas du tout que le génie est une névrose et il est au contraire contre les doctrines de Lombroso45. N’importe, votre article m’a paru fort intéressant. […] Nous sommes rentrés ici en bonne santé46, et nous avons repris notre vie habituelle.

  • 47 Paris, dont Zola rédigea les premières pages le 31 décembre.
  • 48 Le 3 décembre, Coste répondit : « Pourquoi voulez-vous que je n’aie pas lu le livre de Toulouse ? (...)

71Me voilà au travail, attelé à mon bouquin47 pour dix grands mois. Enfin, c’est ma vie. Mon court voyage à Aix me paraît déjà un songe, mais un songe charmant, où revit un peu de ma jeunesse, et où je vous revois, mon vieil ami, vous qui avez été de cette jeunesse. Nous vous attendons en avril, et nous vous envoyons nos vieilles amitiés48.

Extr., cat. libr. Les Neuf Muses, printemps 2006.

391*. À Adrien Hébrard

72[Paris, vers le 6 décembre 1896]

  • 49 Il s’agit du toast que Zola allait porter à Antoine, le 7 décembre 1896, au déjeuner que les amis (...)

73Mon cher Hébrard, voici les quelques paroles que je vais prononcer au banquet offert à Antoine, et je serais heureux que Le Temps les donnât en dernières nouvelles49.

74Merci, et bien cordialement à vous.

L.a.s., Columbia University, New York.
Oberle, 2005, p. 161.

392. À Paul Bourget

75[Paris] 18 décembre 1896

  • 50 Zola répond à un télégramme de Bourget daté du même jour : « Cher ami, je voudrais beaucoup vous v (...)

76J’aurai grand plaisir à vous voir50.

77[Zola lui demande de ne pas venir avant 5 h ½.]

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 4-5 juillet 1994.

392-A*. Destinataire inconnu

78Paris, 20 décembre 1896

  • 51 Nous avons publié des extraits de cette lettre dans le t. VIII (lettre 384).

79Certainement, mon cher confrère, je serai très heureux de vous être agréable, en vous donnant les éléments d’un article sur Messidor51. Mais n’est-il pas trop tôt de parler d’une pièce qui ne passera que dans deux mois, et ne faut-il pas tenir un peu compte des véritables intérêts des auteurs et du théâtre ?

80Veuillez donc attendre que les fêtes du jour de l’an soi [en] t au moins passées. Puis, vous me ferez le plaisir de venir un soir chez moi, à six heures, en me prévenant la veille. Et nous causerons, et nous verrons ce qu’il y aura à faire, dans l’intérêt de tous.

81Cordialement à vous.

L.a.s. (facs.), vente eBay, septembre 2009.

393. À Francisque Sarcey

82Paris, 23 décembre 1896

  • 52 Le 23 décembre 1896, veille de la réception d’Anatole France à l’Académie française, Francisque Sa (...)
  • 53 Sarcey faisait sans doute allusion, dans son article, à l’interview que Zola avait accordée à Marc (...)

83Comme toujours, le mot historique que vous me prêtez au sujet de l’Académie, n’est pas vrai52. Je ne l’ai pas prononcé, et je le démens de toute ma force53. Personne, pas même vous qui êtes un homme considérable, n’a le droit de croire que je puisse, en me présentant à l’Académie, nourrir un autre dessein que celui d’y être reçu.

  • 54 L’Écho de Paris ne publia pas la lettre du romancier.

84[Zola demande publication de ce démenti54.]

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 12-13 décembre 1994.

394*. À Jacques Rozerot

  • 55 Pour la datation, voir, dans Les Cahiers naturalistes, la note de Brigitte Émile-Zola et Alain Pag (...)

85[Paris, fin 189655]

86Merci de ta gentille lettre mon petit Jacques je t’aime et je t’embrasse de tout mon cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 151.

Notes

1 Le 9 janvier 1896, Zola avait posé sa candidature au fauteuil académique d’Alexandre Dumas fils, qui était mort le 27 novembre 1895 (t. VIII, lettre 284). Le 10 janvier, Aicard lui adressait la lettre suivante : « Vous m’avez devancé de vingt-quatre heures, ma lettre était prête. Je me présente aussi au fauteuil d’Alexandre Dumas, notre ami commun, je tiens à ce que vous l’appreniez par votre ami bien cordial » (BNF, MSS, n.a.f. 24510, fo 21).

2 Voir la lettre suivante.

3 Zola paraît répondre à la lettre qu’Aicard lui avait envoyée le 22 janvier, en réponse à sa lettre du 12 (lettre précédente). « Je ne suis pas en retard avec vous, écrivait Aicard, parce que je retournais en tous sens votre lettre qui m’a préoccupé beaucoup, et je réfléchissais. Mes réflexions ne modifient pas ce que je vous aurais écrit si j’avais répondu courrier par courrier. / Ce n’est pas moi qui fais la situation. Les circonstances me commandent. Je ne crois pas, du reste, avoir sur l’événement l’influence que vous supposez. Je suis persuadé que je ne changerai rien à ce qui est pour vous. Moi absent, un autre tiendrait la même place, que nous ne pouvons mesurer ni vous ni moi. Laissons faire aux dieux et gardons l’un pour l’autre estime et sympathie. J’ai les vôtres, je le sais, et je vous donne, une fois de plus, l’assurance des miennes, qui sont bien sincères. Je vous serre cordialement la main » (BNF, MSS, n.a.f. 24510, fos 22-23).
Sur l’élection, qui eut lieu le 28 mai, voir t. VIII, lettre 320, n. 1.

4 Zola répond, selon toute vraisemblance, à la lettre qu’Henri Charriaut, alors secrétaire de rédaction de la Nouvelle Revue internationale (→ t. VII, lettre 373, n. 1), lui avait envoyée de Lisbonne le 7 février 1896 : « Une romancière de beaucoup de talent, la George Sand du Portugal, comme on la surnomme, Mme Guiomar Torrezão, désire traduire Rome et me prie de vous demander l’autorisation… Quelles seraient les conditions ? » (arch. familiales)
Zola avait cédé les droits de traduction pour le Portugal à C. de Castro Soromenho. Le 15 février 1896, ce dernier, qui habitait alors à Paris, accusa réception des placards des chapitres 8 et 9 de Rome (le roman paraissait en feuilleton dans Le Journal depuis le 21 décembre 1895). Le 8 mai, il envoya au romancier un exemplaire de sa traduction (lettre datée, par inadvertance, du 8 avril ; arch. familiales).

5 Cette lettre fut sans doute rédigée le 12 février 1896, et non le 12 mars, comme l’imprime La Mandoline.

6 André Jayet était le rédacteur en chef de La Mandoline, revue littéraire fondée en 1893 par un jeune poète, Michel Pons. Il publia en 1914 un ouvrage intitulé La Théorie du succès, avec une lettre de Mistral.

7 Zola répond à la lettre que Jayet lui avait adressée le 10 février, au sujet de l’article intitulé « À la jeunesse » que le romancier avait publié dans Le Figaro trois jours plus tôt (O.C., t. XIV, p. 723-728), et où il disait rompre à jamais avec une génération qui ne partageait pas sa conception de la vie et de la littérature. Ce quatrième article de sa Nouvelle Campagne faisait suite à celui qu’il avait consacré, le 18 janvier, à Verlaine, décédé le 8 janvier (« Le solitaire », ibid., p. 717-722) : il y avait exprimé sa surprise de voir la jeunesse choisir ses maîtres « parmi les foudroyés de la destinée du livre, ceux qui ont manqué leur vie, qui sont morts dans l’amertume finale de ne pas occuper la place qu’ils avaient l’ambition de prendre » (p. 719), et on lui avait répondu, comme il l’écrivait dans l’article du 7 février, que sa remarque venait de la « fureur jalouse où [le] jetait le parfait dédain de cette jeunesse à [s]on égard » (p. 723).
Parlant au nom de tous les collaborateurs de La Mandoline, Jayet écrivait, dans sa lettre du 10 février : « Savez-vous que votre article au Figaro a fait grand bruit dans la jeunesse littéraire et que les résolutions que vous paraissez avoir prises menacent d’y faire un grand deuil ? Comment, vous, Zola, le Démocrate, vous vous décidez à déserter à jamais cette jeunesse que vous proclamiez naguère la force et l’espérance de l’avenir ? Et cela à la suite d’une vulgaire polémique de presse engagée surtout par des faiseurs affamés de réclame et de publicité. Ah ! Nous protestons, mon cher Maître, nous protestons, nous tous, qui au café Voltaire nous sommes ce soir réunis, pour empêcher que le cercueil de Verlaine vienne brûler le trône de Zola. […] Que Paul Verlaine […] conserve quelques titres dans l’esprit des lettrés, nous voulons bien en convenir, mais nous l’ériger sur un piédestal et nous forcer de marcher à genoux devant lui sans nous laisser une main de libre pour saluer l’auteur illustre des Rougon-Macquart, c’est là une folie que nous n’aurons jamais l’imprudence de commettre. » Et il concluait : « Après vous avoir porté un toast des plus enthousiastes, nous avons tous manifesté le désir d’offrir un banquet en votre honneur si vous voulez bien en accepter la présidence » (arch. familiales).
Jayet publia sa lettre dans La Mandoline d’avril 1896, en précisant qu’elle n’avait pu trouver place dans le numéro de mars ; il y joignait la réponse de Zola.

8 La Mandoline imprime « en butte contre sa mémoire ».

9 Dans son article du 18 janvier, Zola avait écrit : « Ah ! certes, si la poésie n’est que la source naturelle qui coule d’une âme, si elle n’est qu’une musique, qu’une plainte ou qu’un sourire, si elle est la libre fantaisie vagabonde d’un pauvre être qui jouit et pleure, qui pèche et se repent, Verlaine a été le poète le plus admirable de cette fin de siècle. Dès qu’on a écarté la préoccupation des idées générales, de toute psychologie menée à fond, de toute construction d’œuvres solidement conçues, il reste au premier rang des poètes élégiaques » (p. 718).

10 Date du cachet postal.

11 Ce recueil de vers sur divers épisodes de la vie du Christ venait de paraître chez Flammarion.

12 C’est-à-dire débarrassé des dernières épreuves. Zola avait écrit les dernières pages de son roman le 11 mars 1896.

13 Zola répond, selon toute vraisemblance, à la lettre que Toulouse lui avait envoyée le samedi 11 avril 1896 : « Je désirerais vous présenter mardi le Dr Dubois, qui s’intéresse beaucoup à l’enquête que je poursuis et qui serait très heureux d’assister à une de nos séances. Vous le connaissez peut-être, car il est conseiller municipal et à ce titre a eu déjà, je crois, l’occasion de vous voir. Membre de la Commission de surveillance et rapporteur général du Budget des Asiles de la Seine, les questions de psychologie expérimentale le préoccupent à plus d’un titre » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fo 122). Il s’agissait, précisons-le, du Dr Émile Dubois (1853-1904), conseiller municipal du quartier de la Santé de 1887 à 1898 et député du 14e arrondissement de Paris de 1898 à sa mort.

14 Sur Pierre Mainguet, directeur-gérant de La Revue hebdomadaire, voir t. VII, lettre 357, n. 1.

15 Le 7 mai, Mainguet avait écrit à Zola : « Je désirerais avoir un entretien avec vous au sujet de la reproduction de Rome, et d’une question aussi intéressant la Revue. Je vous serais très obligé si vous vouliez bien me fixer un rendez-vous soit à Médan soit, et de préférence, à Paris, si vous avez occasion d’y venir assez prochainement » (arch. familiales). Voir t. VIII, lettre 370.

16 Il s’agit de l’article que Zola se proposait de publier dans Le Figaro sur le procès que Bourget avait intenté à son éditeur, Alphonse Lemerre (→ t. VIII, lettres 277 et 285). Le romancier répond ici à la lettre que Bourget lui avait adressée le 8 mai 1896, de Costebelle, près d’Hyères, après avoir reçu une communication de son agréé, Alexandre Geyer : « Geyer m’écrit votre scrupule pour l’article du Figaro. Ne le faites qu’à votre commodité. Somme toute, mon procès, perdu ou gagné, ne m’avancera personnellement à rien. […] Mais il ne faudrait pas que la campagne fût vaine. Si je gagne le procès, la vérification des tirages est inscrite dans le code littéraire. Si je perds nous devons faire quelque chose, je ne sais pas encore quoi, mais par exemple une pétition à la Chambre pour que le code littéraire soit remanié. C’est alors que vous pourrez, je crois, donner efficacement. » Et il ajoutait, en faisant allusion à l’élection académique fixée au 28 mai : « Je reviendrai à Paris pour vous donner ma voix, c’est-à-dire seulement vers le 25 ou le 26 » (BNF, MSS, n.a.f. 24511, fo 305).
En décembre 1895, Bourget avait conseillé à Zola de ne pas consacrer un article à l’affaire Lemerre : « Je vois à cela une objection sine qua non, c’est la situation académique. Je perdrais toute autorité pour agir comme j’espère agir sur certains de mes amis, si en ce moment j’avais reçu de vous un service de cette nature » (ibid., fo 328). Voir aussi l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

17 Dans sa lettre du 8 mai, Bourget précisait : « Il y aura une séance de discussion des titres le 21, où Coppée et, m’écrit-on, Legouvé parleront pour vous. Cette séance ne me paraît pas devoir changer un seul des votes. Mais Coppée sera le meilleur champion que vous puissiez avoir. Vous savez qu’il vous est vraiment dévoué et il commence à être un des doyens de la compagnie. Quant à moi, je n’ai que mon vote, et j’ai usé du peu d’influence que je pouvais avoir sur les deux seules personnes que je crusse raisonnables. Mais si Coppée par la parole et Halévy par son action propre ne réussissent pas, qui réussira ? » (BNF, fo 305)

18 « Vous reposez-vous ? demandait Bourget, ou déjà Paris vous reprend-il ? » (fo 306).

19 Voir la lettre 379. La Revue hebdomadaire commença la publication de Rome le 27 juin.

20 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VIII (lettre 316). Selon le catalogue de vente, le reçu est libellé ainsi : « Reçu de M. Attilio Luzzatto, pour le compte de La Tribuna, la somme de dix-sept cent cinquante francs, en un chèque, qui solde le prix convenu pour l’achat en toute propriété de la traduction en langue italienne de mon roman Rome. »

21 Guillemet avait écrit à Zola le 29 mai, après avoir lu Rome, et sa lettre contenait ce post-scriptum : « Je ne sais si vous êtes allé au Salon et si vous avez vu mon grand tableau : Paris. […] En le peignant je relisais vos admirables descriptions de Paris dans Une page d’amour. J’ai cherché à m’en inspirer du mieux que j’ai pu. » Ayant reçu du romancier une réponse non retrouvée, il lui avait écrit, le 1er juin : Vous ne doutez peutêtre pas du grand secours que vous m’avez donné dans mon travail. J’ai toujours présentes à mon esprit nos bonnes causeries d’autrefois. […] Vous disiez : il faut travailler et toujours travailler, tout droit sans s’inquiéter des voisins, de l’insuccès, et ainsi avec conviction, petit à petit on fait son œuvre, on élève son monument grand ou petit. J’ai souvent pensé à cela et cela m’a fait grand bien. » Puis, le 23 juin, il lui avait appris qu’il se proposait de venir à Médan, avec sa fille, le samedi 27. Et il ajoutait : « Si je ne reçois pas de réponse de vous, c’est entendu » (arch. familiales).
L’Écho de Paris, précisons-le, commentait ainsi le tableau de Guillemet dans son numéro daté du 5 mai : « M. Guillemet, dans son Paris, vue prise de Suresnes ou du Bas-Meudon, donne bien l’idée de l’étendue immense et de la ville colossale qui grouille au pied des tours et des vastes dômes » (Gaston Stiegler, « Salon des Champs-Élysées. Quatrième article. Peinture »).

22 C’est-à-dire Oscar Stoumon et Édouard Calabresi. Zola venait sans doute de recevoir la lettre que Bruneau lui avait envoyée le jour même : « Stoumon est de retour et le dernier jour qu’il a de libre est samedi prochain. Voulez-vous, avec madame Zola, nous faire le plaisir de venir déjeuner à la maison ce jour-là et assister à l’audition de Messidor que je lui donnerai ainsi qu’à Calabresi ? » (BNF, MSS, n.a.f. 24512, fo 434)
La première représentation de Messidor à Bruxelles eut lieu le 10 février 1898, trois jours après l’ouverture du procès de Zola devant la cour d’assises de la Seine.

23 Le 1er octobre 1896, Guillemet écrivit à Zola, de Moret-sur-Loing : « Je viens vous rappeler votre bonne promesse : une journée à Moret. […] Nous serons bien heureux de vous avoir tous les deux » (arch. familiales). Il ne savait pas qu’Alexandrine se trouvait déjà à Rome.

24 Nous n’avons pas retrouvé la lettre de Sardou à laquelle Zola répond. Sardou était alors président de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques.
On se rappelle que le romancier avait consacré, en avril 1896, deux articles de sa Nouvelle Campagne du Figaro à la Société des Gens de lettres (O.C., t. XIV, p. 743-754).

25 Voir, dans le t. VIII, la lettre que Zola avait envoyée à Alfred Bruneau le 22 juin 1896 (lettre 337).

26 Voir, dans Les Cahiers naturalistes, l’article de Yasmine Mortazavi ; sur Augustin Cabanès, voir t. VII, lettre 215, n. 1.

27 Le 1er juillet, Cabanès avait écrit à Zola : « À la suite de la lecture d’un éloquent et généreux article de François Coppée, il m’est venu l’idée d’ouvrir une souscription pour l’érection d’un buste à S[ainte]-Beuve. Cet hommage vous semble-t-il mérité, vous semble-t-il opportun ? […] Que pensez-vous de Ste-Beuve critique – de Ste-Beuve poète ? Je vous serais profondément reconnaissant de bien vouloir me faire connaître en quelques lignes votre jugement. » Et il ajoutait : « Si j’ai pris l’initiative d’un projet de glorification d’une mémoire avant tout chère aux lettrés, c’est que Ste -Beuve avait été et était resté médecin, et que toute sa vie il fit, comme on l’a fort bien dit, de la dissection littéraire » (arch. familiales).

28 Alexandrine allait quitter Paris le dimanche 13 septembre, au soir (→ t. VIII, lettre 357, n. 2).

29 Le 2 juillet, Toulouse avait demandé à Zola de lui accorder « 2 ou 3 rendez-vous » au mois de septembre, afin de terminer son « examen psychologique » du romancier.

30 Nous ne possédons pas la réponse de Toulouse. Le 24 septembre, il écrivit à Zola : « J’irai vous voir le 1er octobre à Paris, à 10 h ½ du matin, et peut-être pourrais-je vous apporter les épreuves d’une partie de votre observation psychologique » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fo 135). Voir la lettre suivante.

31 Nous corrigeons l’orthographe de Zola, qui a écrit « des Rodays » : il s’agit de Fernand de Rodays, codirecteur du Figaro (→ t. VIII, lettre 230, n. 1). Nous n’avons pas retrouvé la lettre dont parle Zola.

32 Voir la lettre précédente. Zola avait eu l’idée de faire paraître dans Le Figaro un article de lancement sur le livre de Toulouse. Le 13 octobre, ce dernier lui avait écrit : « J’ai réfléchi à votre idée que je trouve excellente. Peut-être que Berthelot, qui est un grand nom de [la] science et qui a adhéré à mon enquête, voudra faire l’article du Figaro. Si donc vous parlez à de Rodays, ne lui désignez encore personne » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fo 138). Le 15 octobre, dans une nouvelle lettre, il précisait : « Je compte voir Berthelot lundi : il est en ce moment à la campagne » (ibid., fo 140).

33 On sait que Louis Ganderax allait publier dans le numéro de La Revue de Paris daté du 1er novembre des extraits du livre de Toulouse. Le 19 octobre, Toulouse avait écrit à Zola : « [Ganderax] m’a proposé de publier un extrait (une partie de l’examen psychologique, par exemple) avec votre préface » (BNF, fo 141). La lettre-préface du romancier, datée du 15 octobre (t. VIII, lettre 364), parut dans Le Figaro du 31 octobre.

34 Toulouse n’avait pas obtenu, semble-t-il, l’assentiment de Marcelin Berthelot, et Zola avait songé, pour l’article de lancement, au docteur Albert Robin. Le 27 octobre même, Toulouse écrivit à Zola, dans une lettre qui croisa dans la poste celle du romancier que nous publions ici : « Je n’ai pu voir Robin l’autre jour et lui ai laissé un mot. Il m’a répondu qu’il était trop pressé actuellement pour faire l’article. Si je le voyais, peut-être le déciderais-je, en lui présentant le livre qu’il ne connaît pas du tout et sur lequel il n’a aucune idée nette. Mais est-ce bien utile que ce soit Robin ? C’est un médecin connu, il est vrai ; mais il n’a pas de compétence spéciale sur la question. » Et Toulouse de poursuivre : « Je crois que le mieux est de laisser choisir le critique par de Rodays. Pourquoi pas Léon Daudet ? Peu importe d’ailleurs la signature, n’est-ce pas ? » (BNF, fo 139)
Albert Robin (1847-1928) fut reçu docteur en médecine en 1877 et fit tout sa carrière à Paris. Médecin des hôpitaux en 1881 et professeur agrégé en 1883, il entra à l’Académie de médecine en 1887. Professeur de clinique thérapeutique en 1906, il laissa des travaux importants sur la pathologie gastrique. Ami de Georges et Marguerite Charpentier, il avait soigné Zola en mars 1884, pour sa pollakiurie.

35 Sur Georges Gilles de La Tourette (Zola a écrit « Gille de la Tourrette »), que le romancier avait consulté pour la documentation de Lourdes, voir t. VII, lettre 457, n. 2.

36 Zola allait retrouver sa femme à Marseille, au moment où elle revenait d’Italie (→ lettre précédente). Voir la lettre suivante.

37 Il s’agit de la lettre précédente.

38 Dans sa lettre précitée du 27 octobre, Toulouse écrivait : « Je ferai venir dès demain ou après-demain au plus tard à de Rodays un livre en bonnes feuilles. S’il faut lui en envoyer un second pour celui qui fera l’article, veuillez me le dire. […] Je ne paraîtrai pas chez de Rodays et me repose sur votre obligeance pour arranger tout cela » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fo 139).

39 Sur le fils d’Alphonse Daudet, voir les Notices biographiques du t. VIII. Il avait abandonné ses études de médecine après avoir échoué au concours de l’internat et avait publié, en 1894, une virulente satire des médecins, Les Morticoles.

40 Zola arriva à Marseille le jeudi 29 octobre dans la matinée ; il partit pour Aix, avec Alexandrine, le samedi 31 et fut de retour à Paris le jeudi 5 novembre : voir le télégramme et les lettres qu’il envoya à Jeanne Rozerot du 29 octobre au 2 novembre (Émile-Zola et Pagès, 2004, p. 185-188). Le 30 octobre, Toulouse lui écrivit : « Le soir de votre départ j’étais avisé que de Rodays avait confié l’article sur mon livre à de Fleury et le lui avait demandé pour le lendemain. J’ai dû voir de Fleury qui a expliqué à de Rodays mon désir de ne voir paraître l’article que dans le courant de la semaine prochaine, ce qui est maintenant entendu » (BNF, fo 143).
L’article de Maurice de Fleury parut dans Le Figaro du 6 novembre. Ce dernier écrivit notamment : « Quoique je me rende un compte assez exact, je crois, de tout ce qu’il y a d’inaccoutumé, de surprenant et, si vous voulez, de choquant, à voir ainsi dépecer un homme en public, à connaître de lui depuis la distribution du système pileux sur son thorax jusqu’à l’analyse de ses excreta, depuis ses manies les plus humbles jusqu’à ces superstitions intimes dont on convient à peine avec soi-même, j’avoue et j’ai plaisir à dire que j’emporte de ma lecture une certaine admiration pour le tranquille observateur, pour le médecin sans émoi, sans pudeur, sans peur de déplaire, qui a fait cette tentative, et une haute estime et un sentiment de respect pour le grand écrivain qui s’est prêté simplement, sans mensonge, sans réticences, sans faiblesse, à cette implacable dissection de sa personnalité toute entière » (« Au jour le jour. Le livre sur Zola »).

41 Zola répond ici à la lettre que Ganderax lui avait adressée le 24 novembre 1896, après avoir lu son article du Journal sur le livre du Dr Toulouse (→ t. VIII, lettre 376, n. 2, et, dans le présent volume, les trois lettres précédentes). Le romancier y avait écrit, à propos de la publication de quelques extraits du livre dans La Revue de Paris du 1er novembre : « Naturellement, le très intelligent directeur de cette revue, mon confrère et ami Louis Ganderax, a tâché de dépouiller le fragment en question de tout appareil scientifique, il n’a donc pris que les pages de conclusion, l’examen psychologique, et encore en omettant les expériences sur lesquelles il est basé. De là, un extrait intéressant à lire, mais muet sur la méthode appliquée par l’auteur, sur ses véritables intentions et sur l’ensemble des résultats obtenus. » Et il ajoutait : « La Revue de Paris avait exigé que le livre ne fût mis en vente que [le 10 novembre]. De sorte que voilà toute la chronique, toute la critique qui part sur le fragment publié par cette revue. Et, encore, cela m’aurait semblé bien beau, si les confrères qui voulaient parler du livre, avaient lu ce fragment avec quelque conscience. Mais la revue, pour sa publicité personnelle, venait de lancer, dans les journaux, une note où le fragment était résumé en quelques lignes. Et j’ai la conviction que la plupart des articles ont été simplement faits sur ce résumé, l’extrait de l’extrait » (O.C., t. XII, p. 709-710).
Dans sa lettre, Ganderax remerciait Zola pour la « bonne grâce » avec laquelle il l’avait nommé dans Le Journal. Puis il rappelait au romancier qu’il avait pris soin d’avertir les lecteurs de La Revue de Paris « aussi scrupuleusement et minutieusement que possible », qu’ils trouveraient dans le livre de Toulouse « tout le détail des observations et des tests ou expériences » qui justifiaient les assertions de ce dernier. Quant à la note dont Zola avait parlé, il écrivait : « On vous aura mal renseigné. » Et il poursuivait : « Si la Revue, même involontairement, avait contribué à des malentendus qui paraissent vous avoir contrarié, j’en serais désolé vraiment : il n’en est rien, je le constate » (BNF, MSS, n.a.f. 24519, fos 275-276).

42 Voir là-dessus t. VIII, lettre 376.

43 Zola rassemblait alors la documentation de Paris et travaillait également, semblet-il, au livret de Violaine la chevelue.

44 Dans Le Sémaphore de Marseille des dimanche 22 et lundi 23 novembre, sous le titre « Une étude descriptive d’Émile Zola », Coste avait consacré sa chronique hebdomadaire du lundi à l’Enquête médico-psychologique d’Édouard Toulouse. « M. Toulouse, écrivait-il, avait pour but de rechercher la névrose qui, suivant une doctrine prématurément affirmée, serait l’unique cause du génie ou de la supériorité intellectuelle, comme on voudrait l’appeler. Sans entrer dans une analyse détaillée de son travail, il me suffira d’indiquer qu’il en arrive à conclure à peu près que les hommes de génie sont des malades voisins de la folie et que M. Zola est un dégénéré supérieur. […] Avant lui, M. Lombroso avait soutenu que le génie n’est qu’une forme larvée de l’épilepsie. Voilà bien de quoi nous plonger, nous autres profanes, dans les ténèbres de l’incertitude, car nous savons, malheureusement, qu’au rebours de l’épilepsie, le génie n’est pas héréditaire ! » Aux yeux de Coste, rien ne permettait d’affirmer que le génie était incompatible avec un parfait équilibre des facultés : « Aussi n’arriverai-je jamais à comprendre qu’un homme de génie soit un dégénéré, parce qu’il a sur les autre mortels le privilège de réaliser ce qu’ils ne peuvent faire, et d’exprimer ses idées par la poésie, la peinture, la musique ou la sculpture. À ce compte les animaux seraient des êtres supérieurs à l’homme, car ils ne sont pas tourmentés comme lui par cette faculté créatrice qui l’oblige à travailler. »

45 On sait que Toulouse avait entrepris son enquête précisément pour contredire les thèses de Lombroso, et que celle-ci établissait que la supériorité intellectuelle de Zola était indépendante des troubles névropathiques observés.
Le médecin italien Cesare Lombroso (1835-1909) fut successivement professeur de médecine légale (1876), de psychiatrie (1896) et d’anthropologie criminelle (1905) à l’Université de Turin. Sous l’influence des positivistes français et de la théorie évolutionniste de Darwin, il aboutit à la conclusion que la déviance et le crime étaient des phénomènes biologiques ; dans L’Uomo delinquente (1876 ; trad. L’Homme criminel, 1887), il professa que beaucoup de criminels étaient des « criminels-nés », portés au crime par leur atavisme, et que leur nature se marquait dans leur corps et leur comportement. Dans L’Uomo di genio (1888 ; trad. L’Homme de génie, 1889), il affirma que les fous et les génies étaient très proches, mais qu’au fou il manquait cet « esprit de révision et de critique » qui seul pouvait faire d’une création originale une œuvre supérieure. – Sur Zola et Lombroso, voir Becker, 2006.

46 C’est-à-dire de Marseille et d’Aix (→ lettre 388, n. 4) : les Zola avaient rendu visite à Coste au cours de leur visite à Aix.

47 Paris, dont Zola rédigea les premières pages le 31 décembre.

48 Le 3 décembre, Coste répondit : « Pourquoi voulez-vous que je n’aie pas lu le livre de Toulouse ? Il se compose bien d’une analyse des théories de Lombroso et de quelques autres, puis des très intéressantes observations auxquelles il s’est livré, et enfin il conclut bien que si vous n’êtes pas tout à fait atteint de dégénérescence mentale, vous pouvez être classé parmi les dégénérés supérieurs. / J’aurais autant aimé ne pas le voir conclure, car ce n’est pas sur une observation isolée que l’on peut fonder une théorie. Si vous êtes un dégénéré, par rapport à qui ? […] Je ne crois pas davantage que le génie ne soit qu’une névrose et j’accepte plus volontiers que la névrose soit la maladie du génie. Le génie une névrose ? Autant dire que le phylloxéra n’est autre chose que le raisin » (arch. familiales).

49 Il s’agit du toast que Zola allait porter à Antoine, le 7 décembre 1896, au déjeuner que les amis de ce dernier avaient organisé en son honneur après la débâcle de sa première direction odéonienne (→ t. VIII, lettre 328, n. 2). Le texte (O.C., t. XII, p. 713-714) fut publié dans le numéro du Temps daté du 8 décembre (et paru le 7). Il était précédé de ces lignes : « Les amis de M. Antoine lui ont offert, aujourd’hui à midi, au nombre de quatre-vingt-dix, un banquet au restaurant du ‘Père Lathuile’. / Ce banquet, auquel assistaient beaucoup de littérateurs, artistes, critiques et auteurs dramatiques parmi lesquels MM. Jules Lemaître, Aurélien Scholl, Émile Bergerat, Octave Mirbeau, Georges Clemenceau, Brieux, Georges Hugo, Mme Séverine, etc., etc., était présidé par M. Émile Zola. »

50 Zola répond à un télégramme de Bourget daté du même jour : « Cher ami, je voudrais beaucoup vous voir. Au sortir de la répétition du Gymnase, vers 5 h, 5 h ½ je serai chez vous. Si vous devez sortir, sortez tout de même. Si vous ne devez pas sortir je vous verrai et en serai très content » (BNF, MSS, n.a.f. 24511, fo 322). Bourget souhaitait peut-être parler à Zola des prochaines élections académiques (→ t. VIII, lettre 386).

51 Nous avons publié des extraits de cette lettre dans le t. VIII (lettre 384).

52 Le 23 décembre 1896, veille de la réception d’Anatole France à l’Académie française, Francisque Sarcey avait publié, dans le numéro de L’Écho de Paris daté du 24, un article intitulé « MM. de Mun et Fabre ». Il y écrivait : « Il reste deux fauteuils vacants à l’Académie, ou, pour mieux parler, il n’en reste plus qu’un. Car l’un d’eux est formellement dévolu à M. Hanotaux, dont la nomination n’est plus qu’une formalité. C’est autour de l’autre fauteuil que se livrera la bataille. On ne connaît jusqu’à cette heure que trois prétendants inscrits, MM. Émile Zola, de Mun et Ferdinand Fabre. […] Nous pouvons éliminer Émile Zola. Il ne se présente plus que pour ne pas faillir à la parole donnée, par je ne sais quel sentiment d’obstination héroïque. Les voix qu’il avait groupées autour de son nom se sont à peu près égrenées. » Et Sarcey de poursuivre : « Émile Zola ne se fait plus d’illusions. N’a-t-il pas tout dernièrement, dans une interview, dit au reporter qui l’interrogeait sur ses intentions : ‘L’Académie, maintenant, je m’en…’ Et il a lâché le mot. […] Ce qu’on ne saurait admettre, c’est que, tout en continuant de se présenter à l’Académie, il proteste qu’il ne tient plus aucunement à y entrer. Il y a dans cette conduite une inconséquence qui chagrine les esprits droits et qui lui retire nos sympathies. »
Sur les élections académiques du 1er avril 1897, voir t. VIII, lettre 386 ; sur Sarcey, voir les Notices biographiques du t. III.

53 Sarcey faisait sans doute allusion, dans son article, à l’interview que Zola avait accordée à Marcel Hutin, à la fin de novembre 1896, au sujet du livre d’Antoine Laporte, Zola contre Zola. « Erotika » naturalistes des « Rougon-Macquart » (→ t. VIII, lettre 441, n. 2). Or, Hutin avait demandé à Zola s’il croyait que l’ouvrage allait lui « créer des ennuis à l’Académie », et le romancier aurait répondu : « L’Académie, si vous saviez combien, maintenant, je suis arrivé à… » Hutin ajoutait : « Je pourrais, sans risquer d’être démenti, écrire en entier la dernière phrase de M. Émile Zola, accompagnée d’un monumental haussement d’épaules… » (« Zola contre Zola », Le Gaulois, 1er décembre 1896 ; pour des extraits de l’interview, voir Speirs et Signori, 1990, p. 174-176)

54 L’Écho de Paris ne publia pas la lettre du romancier.

55 Pour la datation, voir, dans Les Cahiers naturalistes, la note de Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès. Zola a rédigé le texte en séparant les unes des autres les lettres de chaque mot (voir le cahier photographique qui accompagne l’article).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search